Logo Rectorat de l'académie de Besançon
ac-besancon.fr
Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Challenge Innov’ 2021

Rubrique Vie de l'académie

mardi 13 octobre 2020

Challenge Innov’ 2021

Le concours Challenge Innov’ vise à mettre en valeur des projets en lien avec l’entreprise. Il contribue à l’acquisition par les jeunes d’une culture économique et professionnelle et au développement de l’engagement et de l’initiative, participant ainsi au parcours Avenir.

Le concours est ouvert aux élèves et étudiants ou apprentis des établissements de l’académie, quelle que soit leur formation en voie générale, technologique ou professionnelle. L’évaluation du travail des équipes tient compte des critères spécifiques au niveau.

Au collège, la participation au concours pourra donner lieu à une présentation du projet dans le cadre de l’épreuve orale du diplôme national du brevet.
Au lycée général et technologique, elle peut être en lien avec le projet conduit en première et en terminale, à présenter lors de l’épreuve orale du baccalauréat.
Au lycée professionnel, cette participation peut s’inscrire dans la réalisation du chef d’œuvre.

Le travail réalisé s’appuie sur les projets conduits dans le cadre des enseignements (disciplinaires, interdisciplinaires-EPI, réalisation d’un chef d’œuvre en vie professionnelle), des parcours (avenir, citoyen, éducation artistique et culturelle, santé), de l’accompagnement personnalisé, des temps hors enseignement (clubs, ateliers, ...). L’occasion pour les élèves de s’inscrire dans un projet, de travailler en équipe, de développer des compétences transversales liées à la prise d’initiative, la capacité à rendre compte du travail mené à l’écrit comme à l’oral, de mettre en œuvre des outils numériques pour communiquer.

Calendrier

- inscription des équipes : avant le 22 janvier 2021
- retour du descriptif du projet : avant le 6 avril 2021
- jury et manifestation de remise des prix : mardi 22 mai 2022 au lycée Duhamel à Dole

Inscription
Règlement du concours

Présentation du projet

La finale régionale permet de rassembler les équipes, de leur offrir un lieu d’échanges. Les jeunes sont amenés à présenter leur projet sur un stand et devant un jury. Les équipes ou leurs représentants (trois à six) soutiennent à l’oral leur projet devant un jury. La forme de présentation est choisie par l’équipe (affiche, diaporama, maquette, scénette, vidéo, ...).

La présentation orale doit rendre compte :
- de la nature de la relation avec l’entreprise : actions conduites (observation, interviews, entretiens, réalisations, ...)
- de la démarche de travail (contexte du projet, étapes de travail, interdisciplinarité, lien inter-cycles, ...)
- d’un focus sur un secteur d’activité et/ou ses métiers, l’innovation, le développement durable, ...
- des découvertes, des apprentissages, mettant en avant la valeur ajoutée des rencontres avec l’entreprise.
La soutenance orale est suivie d’un entretien avec le jury.

Jury

Le jury est constitué de membres de l’Éducation nationale, de représentants des organismes ou entreprises partenaires du concours.
Le jury appréciera les présentations au regard
- des attendus de la présentation
- de l’attractivité de la présentation
- du travail d’équipe, de l’implication dans le projet
- d’une conclusion sur les apports du projet
Rapport du jury 2019

Prix

- prix Challenge Innov’ par niveau (collège - lycée - Post bac)
Ces prix sont décernés suite à la présentation orale devant un jury
Des prix spécifiques pourront être attribués en fonction des projets
- prix Communication : ce prix est attribué suite au passage d’un jury sur les stands
- prix Coup de cœur : ce prix est décerné par les équipes participantes
Les partenaires s’associent pour remettre aux équipes lauréates et à leur établissement des prix (chèques cadeaux ou autres récompenses).

Partenaires

- Académies de Besançon et Dijon
- Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
- Agence économique régionale de Bourgogne-Franche-Comté
- Bge en Bourgogne Franche-Comté
- Centre des jeunes dirigeants de Bourgogne Franche-Comté
- Pavillon des sciences

Contact

Mission école entreprise - Académie de Besançon
Graziella Galante Bertolin
Tél. : 03 81 65 73 74
Courriel

 
mardi 13 octobre 2020

L’internat de la cité éducative de Planoise : accompagner chacune et chacun vers l’ambition et la persévérance

Implanté à l’EREA Simone Veil de Besançon, l’internat de la cité éducative de Planoise accueille, depuis la rentrée scolaire 2020, des jeunes des collèges Diderot et Voltaire.

Face au constat de collégiens en situation de décrochage scolaire potentiel, soit en raison d’un contexte familial difficile, soit à cause d’une pression importante du quartier, les partenaires de la cité éducative (Préfecture, Éducation nationale et Ville de Besançon) ont convenus de la nécessité d’offrir à ces élèves la possibilité de mener leur scolarité dans un environnement apaisé tout en restant dans leur collège de rattachement.

C’est dans cet esprit que seize places d’internat "garçons" ont été mobilisées à l’EREA Simone Veil. Les élèves y sont admis sur proposition des chefs d’établissements des collèges Diderot et Voltaire avec l’accord des familles. Ils sont hébergés gratuitement, bénéficient d’une prestation de transport spécifiquement mise en place par Ginko pour leurs déplacements entre leur collège et l’EREA et d’un encadrement pédagogique assuré par l’Éducation nationale. La création d’une structure équivalente pour accueillir des jeunes filles est actuellement à l’étude.

Ce projet pédagogique et éducatif de l’internat veille à encadrer les internes au plus près de leurs besoins, afin de les conduire vers la réussite scolaire, les responsabiliser et les rendre autonomes, par l’adhésion aux règles de vie. Les élèves de cet internat disposent d’un compléments éducatif, pédagogique, culturel et sportif. L’objectif principal de cet internat est de leur permettre de mieux s’intégrer dans les deux collèges et d’y exprimer tout leur potentiel avec une meilleure réussite scolaire et personnelle à la clé. L’internat est un lieu d’études, d’apprentissage et un lieu de vie où les valeurs sont partagées : bienveillance, autonomie, coopération, responsabilité, implication, bien-être, esprit-critique et ambition. La vie en internat permet d’apprendre à connaître, à faire, à vivre ensemble, à être et à devenir.

 
lundi 12 octobre 2020

Colloque des laboratoires de la persévérance scolaire : une académie tournée vers l’avenir

Jeudi 15 octobre 2020 se tiendra le colloque des laboratoires de la persévérance des lycées professionnels organisé par le laboratoire de sociologie C3S, dirigé par Gilles Ferréol.

Ce temps fort ponctue une expérimentation menée dans quatre lycées professionnels depuis deux ans et soutenue par un financement européen : les laboratoires de la persévérance des lycées professionnels.

Programme du colloque

Suivez le colloque en direct et en vidéo

Jeudi 15 octobre 2020, en direct, de 9 h à 18 h.

Les laboratoires de la persévérance scolaire, c’est quoi ?

Favoriser la persévérance scolaire, c’est prévenir le risque de décrochage de chacun et développer l’ambition de tous. Il s’agit de renforcer le parcours des élèves en s’appuyant sur leurs potentiels et leur capacité à progresser tout au long de la vie. Être laboratoire de la persévérance, c’est ouvrir au sein de chaque établissement un espace de réflexion et d’action où les équipes expérimentent des projets favorisant la persévérance. Deux principes : confiance et droit à l’erreur, dans un laboratoire, on cherche !

Les acteurs

 Colloque des laboratoires de la persévérance scolaire : une académie tournée vers l'avenir Des personnels de direction, des professeurs, des membres de la vie scolaire, des agents, des personnels médicaux sociaux, mais aussi des partenaires extérieurs comme les associations.

Le collège des inspecteurs IEN-ET-EG-IO, à l’origine de l’expérimentation, a accompagné tous les acteurs réunis autour de projets propres à chaque établissement et construit collectivement en fonction des réalités de terrain et des ressources locales.
La participation des collèges à ce colloque témoigne de l’intérêt partagé de la persévérance à l’échelle académique.

Quelles suites pour les laboratoires de la persévérance ?

Sur la base de cette expérimentation, l’académie de Besançon déploie, depuis cette rentrée, les laboratoires dans tous les lycées professionnels volontaires. Exemple avec le lycée Lumière de Luxeuil-les-Bains.

Les laboratoires de la persévérance c’est avant tout un état esprit : chaque jeune a une place à l’école et il nous appartient de créer les conditions dans lesquelles il pourra construire sa réussite en fonction de ses potentiels.

Contacts

Laurent Bertrand, IEN économie-gestion, filières tertiaire commercial, logistique, sécurité
Courriel

Stéphanie Libert, IEN Sciences biologiques, sciences sociales appliquées
Courriel

Stéphanie Deblaere, pilote académique des laboratoires de la persévérance scolaire des lycées professionnels auprès du collège des IEN-ET-EG-IO
Courriel

 
mercredi 7 octobre 2020

Une fête pour promouvoir la science, du 2 au 12 octobre 2020

La science s’expose, s’explique, s’anime : chaque année les universités, musées, associations et établissements scolaires se mobilisent pour promouvoir les sciences.

Créée en 1991, la Fête de la Science est un temps fort organisé par le ministère chargé de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour permettre à chacun de découvrir l’univers de la science et de rencontrer les hommes et les femmes qui la font. Partager des savoirs, appréhender le monde qui nous entoure, mieux comprendre la science et ses enjeux, stimuler, chez les jeunes, l’intérêt pour la science et, pourquoi pas, susciter des vocations.

 Une fête pour promouvoir la science, édition 2020 du 2 au 12 octobre Du 2 au 12 octobre en métropole, de nombreux d’événements, gratuits, sont ouverts à tous, y compris aux écoliers, collégiens et lycéens. Chercheurs, enseignants, étudiants, professionnels vous attendent sur les différents sites autour d’un foisonnement d’initiatives : animations, expositions, atelier d’expérimentations, conférences, débats, visites de laboratoires… Tous les domaines scientifiques sont abordés au gré des programmations.

Dans l’académie

Cette année, en raison de la situation sanitaire, une rendez-vous particulier est proposé par l’université de Franche-Comté qui offre par ailleurs toute l’année des animations à la Fabrikà sciences, son espace de découverte installé sur le campus universitaire de la Bouloie à Besançon.

Quatorze animations proposées par Écho-sciences Bourgogne Franche-Comté en Franche-Comté

En savoir plus

 
lundi 5 octobre 2020

Journée des enseignants 2020 : #MerciAuxProfs

Message des élèves et du recteur de l’académie de Besançon aux enseignants.

 
vendredi 2 octobre 2020

Parcoursup - Bilan de la procédure d’admission 2020

Malgré le contexte exceptionnel et inédit induit par la crise Covid-19, la procédure Parcoursup 2020 s’est adaptée en continu tout en garantissant le déroulement normal de son calendrier.

Les proviseurs et les équipes éducatives, et en particulier les professeurs principaux, se sont mobilisés de manière remarquable pour accompagner les lycéens à chaque étape de la procédure, de la confirmation de leurs vœux jusqu’à la phase d’admission.

 Parcoursup - Bilan de la procédure d'admission 2020 Riche en bouleversements, cette session Parcoursup 2020 a permis de vérifier la robustesse et la maturité de la procédure. Le calendrier a pu être maintenu afin de ne pas retarder la rentrée indispensable pour accueillir les nouveaux étudiants et la crise Covid-19 n’a pas impacté le bon déroulement de la procédure. Des aménagements ont été apportés au fil de l’eau, en concertation avec les associations et les conférences de l’enseignement supérieur avec le souci d’accompagner au mieux les candidats et leur famille.

Cette année, 17 123 formations, soit 2 379 formations supplémentaires, ont participé à la procédure et proposé 55 719 places supplémentaires aux candidats. Elles ont formulé près de 3,4 millions de propositions d’admission, soit en moyenne plus de 3 propositions par candidat. Plus de 480 000 propositions supplémentaires ont ainsi été proposées par rapport à 2019, soit une progression de 16 %.

Un accompagnement renforcé des candidats et de leur famille a été proposé par les équipes nationale et locales de Parcoursup, en soutien des initiatives prises par les équipes éducatives des lycées et les établissements d’enseignement supérieur

Les chiffres clés nationaux

- 17 123 formations dont plus de 4 200 formations en apprentissage (soit + 2 379 formations et + 55 719 places proposées aux candidats en 2020),
- 949 935 candidats ont confirmé au moins un vœu,
- 3,4 millions de propositions envoyées par les formations,
- 827 998 candidats ont reçu une ou plusieurs propositions d’admission,
- 665 898 candidats ont accepté une proposition d’admission,
- 34 831 candidats ont saisi les CAES et reçu une proposition,
- 19 400 lycéens boursiers ont demandé l’aide à la mobilité Parcoursup (+ 100 % par rapport à 2019).

En savoir plus - MESRI

Les chiffres clés dans l’académie

- 14 565 (+ 6,05 %) candidats ont confirmé au moins un vœu en phase principale,
- 12 994 (+ 3,46 %) candidats ont reçu au moins une proposition tout au long de la procédure,
- 10 564 (+ 9,71 %) candidats ont accepté au moins une proposition d’admission tout au long de la procédure,
- 10 833 (+ 3,58 %) lycéens ont confirmé au moins un vœu en phase principale,
- 10 056 (+ 1,81 %) lycéens ont reçu une proposition d’admission soit 92,83 % de ceux ayant confirmé un vœu,
- 8 615 (+ 10,17 %) lycéens ont accepté une proposition soit 85,67 % de ceux qui ont reçu une proposition.

Les effets visibles de l’application des taux

Le périmètre des formations concernées par l’application des pourcentages minimaux de lycéens boursier s’est élargi : cette année ils ont été étendus aux formations dispensées par les lycées privés sous contrat, dans le cadre de conventions conclues avec leurs représentants.

L’accès des lycéens boursiers dans l’enseignement supérieur

- 2 420 lycéens boursiers de l’académie ont confirmé au moins un vœu en phase principale,
- 2 234 lycéens boursiers de l’académie ont reçu au moins une proposition d’admission,
- 1 899 lycéens boursiers de l’académie ont ainsi accepté une proposition d’admission.

L’accès des bacheliers technologiques en IUT

- 1 447 bacheliers technologiques ont confirmé au moins un vœu en IUT,
- 670 bacheliers technologiques ont reçu au moins une proposition d’admission en IUT,
- 341 bacheliers technologiques ont accepté une proposition d’admission en IUT.

L’accès des bacheliers professionnels en STS

- 1 973 bacheliers professionnels ont confirmé au moins un vœu en STS,
- 1 474 bacheliers professionnels ont reçu au moins une proposition d’admission en STS,
- 962 bacheliers professionnels ont accepté une proposition d’admission en STS.

 
vendredi 2 octobre 2020

Les lycéens diversifient et précisent leurs parcours !

Cette année scolaire 2020-2021 voit la réforme du lycée général se déployer pleinement avec la mise en place d’une nouvelle terminale qui comporte deux enseignements de spécialité, de six heures chacun, retenus parmi les trois que les élèves avaient choisis en première.

Grâce à la liberté de choix que la réforme leur propose au cycle terminal, ils ont diversifié leurs parcours de formation de façon très sensible par rapport à l’ancienne logique des séries.

En première, plus de 400 combinaisons de trois enseignements de spécialité sont recensées sur le territoire national.

En savoir plus

Dans l’académie

Comme en 2019-2020, les enseignements de spécialité de mathématiques (61,2 %), sciences économiques et sociales (45,7 %), physique-chimie (45,4 %), sciences de la vie et de la Terre (41,6 %), et histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (34,7 %) sont les plus demandés.

Les demandes augmentent en mathématiques (+0,6%), sciences économiques et sociales (+2,1%), physique-chimie (+3,9%) et sciences et vie de la terre (+2,1%). En revanche, elles diminuent en histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (-2,3%).

Si la combinaison mathématiques - physique-chimie - sciences de la vie et de la Terre reste la plus demandée, elle connaît une diminution de demandes par rapport à l’année précédente (-4,2 %). La combinaison histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – langues, littérature et cultures étrangères anglais – sciences économiques et sociales connaît la plus forte augmentation (+ 6,35 %).

En terminale, la combinaison des spécialités confirme que les élèves se sont approprié l’esprit de la réforme, en maintenant des choix originaux qu’ils ont précisés. Tout en diversifiant leurs parcours, les élèves l’ont spécialisé en vue de leur accès à l’enseignement supérieur. Le passage de trois combinaisons en première à deux en terminale permet à chaque élève d’affiner son projet d’orientation et d’affirmer sa motivation.

Les combinaisons scientifiques rassemblent une majorité des élèves, dont 18 % pour celle associant mathématiques et physique-chimie (pour rappel, à la rentrée 2018, la série scientifique regroupait 52 % des effectifs de la voie générale).

Malgré un fort taux d’abandon, la spécialité mathématiques demeure la plus suivie (25 % des élèves). Viennent ensuite les sciences économiques et sociales (40% avec un très faible taux d’abandon), la physique-chimie (29 % des élèves), les sciences de la vie et de la Terre (28 %) et histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (33 % avec un faible taux d’abandon).

Un chantier demeure important : celui des choix d’orientation par les filles et par les garçons.

Les filles ont en effet abandonné beaucoup plus que les garçons les enseignements à orientation scientifique : ainsi de la spécialité mathématiques (24 % d’abandon chez les filles contre 13 % chez les garçons) ; de même pour les spécialités numérique et sciences informatiques et sciences de l’ingénieur. En revanche, les filles abandonnent un peu moins souvent la physique-chimie, et beaucoup moins souvent les SVT (22 % pour les garçons contre 14 % pour les filles). L’abandon des langues, littératures et cultures étrangères et régionales est davantage le fait des garçons (44 % contre 33 % des filles).

Il importe de lutter contre toute forme de déterminisme et, pour ce faire, de travailler sur la présentation des enseignements de spécialité, des possibilités de parcours de formation qu’ils offrent pour inciter autant filles que garçons à les choisir.

Source

- pour les données relatives à la classe de première, données issues de l’extraction des bases académiques au 15 juillet 2020,
- pour celles relatives à la classe de terminale, données incomplètes dû aux conditions sanitaires et au confinement de l’année scolaire 2019-2020.

 
mercredi 23 septembre 2020

Journée nationale du sport scolaire 2020 (JNSS) 2020)

Mercredi 23 septembre 2020, la 11e édition de la JNSS aura pour thème la santé et la reprise d’activité physique. La crise sanitaire a réaffirmé le rôle essentiel de l’activité physique et sportive dans le bien-être et la santé des Français, notamment pour les plus jeunes qui ont très vite manifesté l’envie de (re)faire du sport après plusieurs semaines de confinement. La rentrée est donc sportive, y compris à l’École.

Le goût de l’effort, le dépassement de soi, l’excellence, l’amitié, la solidarité, l’esprit d’équipe et le respect d’autrui sont autant de valeurs que l’École et le monde du sport ont en partage. Ce premier temps fort annuel du sport scolaire contribuera à valoriser une pratique sportive régulière, inscrire davantage d’activité physique dans le quotidien des élèves et attirer de nouvelles recrues dans les associations sportives.

Cette journée est aussi l’occasion pour le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports de mieux faire connaître les activités proposées par les associations et les fédérations sportives scolaires (UNSS, USEP et Ugsel) auprès des élèves, des équipes éducatives, des parents d’élèves, du monde sportif local et des collectivités territoriales.

À l’instar de la Semaine olympique et paralympique (du 1er au 6 février 2021) et de la Journée olympique (23 juin 2021), cet événement constitue un temps fort de promotion du rôle éducatif et social du sport à l’aune des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, reportés à l’été 2021 en raison de la crise sanitaire. Il permettra également de valoriser les partenariats développés entre l’École, les fédérations sportives scolaires et de nombreuses fédérations sportives professionnelles qui entendent transmettre durablement la passion du sport à l’horizon 2024 tout en favorisant l’émergence d’une nouvelle génération de sportifs de haut niveau.

La Journée nationale du sport scolaire est placée au coeur de la campagne ministérielle "EnVie de Sport" qui incite les Français à reprendre une activité sportive en cette rentrée, de l’opération "Sentez-vous sport !" organisée par le Comité national olympique et sportif français (Cnosf) et intégrée à la "Semaine européenne du Sport" (EwoS) du 23 au 30 septembre 2020.

Compte tenu du contexte sanitaire, la JNSS se déroulera cette année prioritairement dans les écoles et les établissements scolaires du second degré. Le choix de rencontres sportives décentralisées dans les écoles a été majoritairement privilégié pour éviter les brassages inter-établissements. De ce fait, le nombre de participants devrait atteindre le seuil des 100 000 élèves (95 822 en 2019) et le nombre de manifestations se situer entre 1 000 et 1 500 (718 en 2019). Des défis seront néanmoins organisés par les comités afin de créer du lien entre les écoles.

Le sport scolaire dans l’académie

211 Associations sportives

  • 26 999 licenciés en 2020 et 743 animateurs
  • 41,82 % de filles
  • Première académie de France pour la 4e année consécutive en pourcentage de licenciés (28.61, %)
  • Près de 1 000 organisations dans 45 activités différentes
  • Des actions de masses reconnues et innovantes (la lycéenne, la fête des Z’elles et cette année une action le 9 décembre dans le cadre de la journée nationale de la laïcité)
  • Des actions pédagogiques comme "J’peux pas j’ai piscine" à Besançon pour le savoir nager ou "La semaine du vélo" en Haute-Saône pour le savoir rouler.
 
mardi 15 septembre 2020

La semaine du vélo

À l’occasion du Tour de France, qui a débuté le 29 août, une semaine du vélo est organisée du 14 au 20 septembre 2020. Toutes les écoles et tous les établissements scolaires qui le souhaitent ont invités à développer des actions pédagogiques, éducatives, culturelles et sportives en lien avec la bicyclette.

Cet événement constitue une occasion privilégiée pour promouvoir la pratique du vélo, en tant que vecteur d’acquisition de connaissances et de compétences physiques, culturelles, civiques ou sociales.

Le passage du Tour de France, durant cette semaine du vélo, le vendredi 18 septembre dans le Jura et une arrivée d’étape à Champagnole, et le samedi 19 septembre en Haute-Saône et un contre-la-montre entre Lure et la Planche-des-belles-filles, donnera une résonance toute particulière à cette opération dans l’académie.

Dossier de presse - Semaine du vélo

"Sentez-vous sport !"

 La semaine du vélo Cette semaine est placée au cœur d’un mois tout entier centré sur le sport, avec l’opération "Sentez-vous sport !" organisée par le Comité national olympique et sportif français, et la Journée nationale du sport scolaire (JNSS), organisée cette année le mercredi 23 septembre 2020. Ces opérations visent à sensibiliser et inciter l’ensemble de la communauté éducative et le grand public à pratiquer une activité physique et sportive d’une manière régulière dans un objectif de bien-être et de santé.

Le Tour de France à l’école

La plus prestigieuse course cycliste au monde fête en cette année 2020 sa 107e édition. Cet événement est pour les enseignants l’occasion d’illustrer, lorsque le programme et leur progression pédagogique s’y prêtent, l’inscription du Tour dans la littérature, la philosophie, la géographie et l’histoire française au travers d’un choix de textes et de supports adaptés. Les arts plastiques et l’éducation musicale peuvent également être également convoqués, que ce soit dans l’étude d’œuvres en lien avec le thème, ou de production par les élèves. Les enjeux liés au développement durable, mais aussi la simple description des étapes par les journalistes convoquent également de nombreuses notions mathématiques et scientifiques, autour de concepts essentiels et pour certains délicats : durée, vitesse, puissance, énergie, moyenne, etc. Il peut être utile de faire travailler ces concepts aux élèves sur des données réelles liées au Tour, en lien avec les programmes de chaque niveau et la progression de chaque enseignant.

Le vélo et le développement durable

Il s’agit de montrer l’intérêt écologique de l’usage du vélo - électrique ou uniquement à propulsion humaine, quand on sait que les transports sont particulièrement contributeurs à l’émission des gaz à effet de serre. Dans une démarche pédagogique d’éducation au développement durable, le regard peut porter sur le Tour de France lui-même et sur la pratique cycliste dans le cadre ou à l’occasion de l’activité scolaire - sans oublier les matériaux et les techniques de fabrication des vélos de compétition ou d’agrément.

L’apprentissage du vélo l’école

L’opération "La Semaine du vélo", permet de mettre en lumière l’apprentissage du vélo en milieu scolaire. Le Comité interministériel à la sécurité routière, présidé par le Premier ministre, a adopté, le 9 janvier 2018, une mesure visant à "accompagner le développement de la pratique du vélo en toute sécurité". Cette mesure est également un axe majeur du plan Vélo et mobilités actives qui a favorisé le développement de l’apprentissage du vélo pour une pratique plus sécurisée. À l’horizon 2022, la généralisation du programme devrait permettre aux jeunes entrant au collège de maîtriser la pratique du vélo de manière autonome dans les conditions réelles de circulation, à des fins de mobilité. L’objectif est de contribuer au "Savoir rouler à vélo" et de permettre aux enfants de 6 à 11 ans de :
- devenir autonomes à vélo,
- pratiquer quotidiennement une activité physique,
- se déplacer de manière écologique et économique.

Écoles, collèges et lycées de Haute-Saône : la course en tête !

le challenge des 3 470 km

Un "Tour de Haute-Saône" avec des étapes ou des circuits en proximité des établissements ou écoles pour parcourir collectivement, en cumulant les kilomètres réalisés par les élèves, de la maternelle au lycée, une distance supérieur ou égale à celle du Tour de France, soit 3 470 km. Cette action s’inscrit dans le cadre des projets liés à la labellisation "Génération 2024".

La mobilisation des écoles haut-saônoises

Les écoles primaires et maternelles de Haute-Saône volontaires réaliseront des parcours en milieu sécurisé (cour, lieux clos) et comptabiliseront la distance totale parcourue collectivement. Les écoles déjà engagées dans des actions "vélos" sont naturellement mobilisées. Les représentants des fédérations de cyclisme apporteront leur concours à cette action au sein des écoles. Dans le cadre de l’interdisciplinarité, les écoles primaires proposeront un journal numérique du Tour. Cette action doit permettre d’initier des projets sur toute l’année scolaire :
- mise en place d’actions dans le cadre du développement durable,
- savoir rouler en sécurité,
- projets interdisciplinaires.
L’USEP 70 est totalement partie prenante de cette mobilisation qui se prolongera avec le Tour USEP de Haute-Saône. En accompagnement de la réalisation des parcours, des actions de sensibilisation à la sécurité routière seront proposées.

Une journée dédiée dans les collèges et les lycées

Une journée événementielle intra-établissement est organisée le mercredi 16 septembre autour de la pratique du vélo et de l’activité physique. Chaque association sportive d’établissement organise un parcours de quinze à vingt kilomètres dans un cadre sécuritaire pour des groupes de dix élèves maximum et deux accompagnateurs minimum. Lorsque cela est possible, les parcours relient deux établissements, avec un départ officiel et un accueil dans l’établissement d’arrivée. Si la distance séparant les collèges ou lycées dépasse 20 kilomètres et/ou s’il n’est pas possible de mettre les élèves en toute sécurité sur les routes, l’association sportive propose un parcours en boucle et en proximité. Une action spécifique est conduite avec les collèges et le lycée situés sur le parcours de l‘étape du Tour entre Lure et la Planche-des-Belles-Filles. Ils parcourront cette étape sous forme de relais.

Écoles du Jura : le Tour dans la cour !

 La semaine du vélo Dans le Jura, les écoles volontaires participent au défi "Notre étape du Tour dans la cour" : durant la semaine du vélo, les écoles mettront en place des parcours vélos ou engins roulants dans les cours d’école ou des espaces clos et sécurisés. Les parcours mis en place seront ainsi mesurés et les distances effectuées seront comptabilisées pour un nombre de kilomètres parcourus par les élèves au moins égal à 166,5 km par circonscription. Cette distance correspond à l’étape du Tour de France qui traverse le Jura pour arriver à Champagnole. Au-delà de cette action, du 14 au 20 septembre, des projets seront menés par les écoles sur l’année complète, en variant les parcours, les engins… Les pistes de prolongement sont nombreuses et riches : travail interdisciplinaire (mathématiques, technologie, sciences, littérature), développement durable, sécurité.

 
lundi 14 septembre 2020

Les semaines de l’engagement

Afin de promouvoir la participation des lycéens et des collégiens à la vie de leur établissement, les semaines de l’engagement se déroulent du 14 septembre au 3 octobre 2020 et précèdent la semaine de la démocratie scolaire du 5 au 9 octobre 2020. Ce sont des temps forts qui doivent mobiliser l’ensemble de la communauté éducative.

L’engagement des élèves est une des priorités ministérielles. Le recteur Jean-François Chanet l’a rappelé, entouré de quatre élus CAVL, lors du séminaire de rentrée des personnels de direction et corps d’inspection le 26 août.

 Les semaines de l'engagement La rentrée 2020 verra le renouvellement partiel des conseils des délégués pour la vie lycéenne (CVL), comme chaque année, ainsi que le renouvellement total des conseils académiques de la vie lycéenne (CAVL) et du conseil national de la vie lycéenne (CNVL) qui a lieu tous les deux ans. Les conseils de la vie collégienne seront renouvelés en fonctions des modalités retenues par les conseils d’administration des collèges.

La mobilisation des élèves élus dont le mandat se poursuit en ce début d’année est essentielle. Ils sont d’ores et déjà associés aux réflexions et aménagements et forces de propositions dans de nombreux établissements grâce à l’implication des référents vie collégienne et lycéenne.

Les projets réalisés par les élus CAVL lors du mandat 2018-2020 sont des ressources à utiliser sans modération pour informer et encourager des candidatures pour le prochain CAVL

En savoir plus (affiches, vidéo...) - MENJS

Un conseil national de la vie collégienne

Chaque académie désignera deux ou trois élus CVC qui représenteront pour la première fois leur académie au conseil national de la vie collégienne.

Des éco-délégués dans toutes les classes et les instances

La circulaire de rentrée 2020 rend obligatoire l’élection des éco-délégués dans toutes les classes de collège et de lycée ; elle est encouragée en CM1 et en CM2.

Rappel  : un binôme paritaire fille-garçon d’éco-délégués sera élu au sein des CVC, CVL, CAVL, CNVL.

Des instances paritaires filles-garçons

Il convient de rappeler que la loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté instaure la parité dans les instances nationales et académiques de vie lycéenne ainsi que dans les conseils de vie collégienne.

Elle élargit le droit d’association pour les élèves mineurs. Elle étend également le droit de publication des élèves mineurs de seize ans révolus, afin de favoriser leur engagement dans la création de médias en établissement.

Une attention particulière sera portée à l’engagement des élèves dès le collège et au lien collèges-lycées.

Contacts

Christine Monnin, déléguée académique à la vie lycéenne et collégienne pour l’académie de Besançon

Chargés de mission
Pour les réseaux de Besançon et du Haut Doubs :
Naziha Hakkar
Cyril Crance (et pour les EREA)

Pour les réseaux du Jura :
Nesrine Kattoum
Oktay Güzel

Pour les réseaux de l’aire urbaine :
Isabelle Serena

Pour les réseaux de la Haute-Saône :
Olivia Vonfelt


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon