Devoirs faits

devoirs faits

Soutenir les apprentissages avec "Devoirs faits".

La mise en place du dispositif "Devoirs faits" dès la rentrée 2017, puis son renforcement au cours des deux années suivantes en font la principale mesure concernant le collège dans le cadre de la politique de "L’École de la confiance".

Dans l’académie de Besançon, la mesure a concerné plus de 30 % des collégiens au début de l’année scolaire 2019-2020. En permettant d’améliorer la complémentarité entre les temps de classe et les devoirs, cette mesure contribue à renforcer l’aide apportée par l’institution à chaque élève, et répond ainsi à une exigence de justice sociale et d’aide aux familles. La rentrée scolaire  2020 est inédite. Au collège et dans les lycées professionnels qui accueillent des classes de 3e prépa-métiers, le dispositif  "Devoirs faits" sera l’un des principaux moyens de répondre aux difficultés qu’ont pu créer ou aggraver les discontinuités dues à la crise sanitaire. Il importe donc au plus haut point de poursuivre le déploiement et l’ancrage de "Devoirs faits" dans tous ces établissements.

Une double vocation

  • constituer un véritable service public d’aide aux devoirs ouvert à tous,
  • accompagner  les  élèves  en  difficulté  afin  qu’ils  rattrapent  leur  retard,  ce  qui  élargira le dispositif à de nouveaux publics.

Un effort accru

  • convaincre plus efficacement les élèves qui en ont le plus besoin et leurs parents,
  • augmenter le nombre d’heures au bénéfice des élèves qui ont pris du retard,
  • renforcer l’offre, en mobilisant pour cela des moyens supplémentaires.

Des axes à privilégier

  • augmenter sa visibilité auprès des familles et des élèves afin qu’ils y s’inscrivent, en priorité auprès des élèves de 6e,  mais sans négliger pour  autant les autres niveaux, particulièrement les 3e prépa-métiers,
  • mettre en place "Devoirs faits" dès  la  rentrée  :  pas  de  temps  de  latence,  afin  d’accompagner au plus vite les élèves,
  • améliorer le dispositif existant, quant à son organisation et sur le plan qualitatif,
  • utiliser les bonnes pratiques en matière de continuité à distance, pour diversifier les modalités du dispositif.