R

Accueil > DSDEN > Actualités > La laïcité : comment la faire vivre à l’école ?

Rubrique Actualités

jeudi 19 décembre 2019

La laïcité : comment la faire vivre à l’école ?

Toutes les classes sont invitées le 9 décembre à valoriser leurs actions de promotion de la laïcité. À l’honneur notamment celles de l’école primaire Les Montboucons à Besançon et du collège Les Villanelles à Rougemont où l’inspecteur d’académie, Patrice Durand, s’est rendu.

De l’importance d’une pédagogie de la laïcité

La laïcité : comment la faire vivre à l'école ? Inscrit dans la constitution, le principe de la laïcité est au fondement de notre école et de la société depuis la fin du 19e siècle, avec les lois Jules Ferry de 1881 et 1882 sur l’école puis la loi du 9 décembre 1905 entérinant la séparation des Églises et de l’État, loi à laquelle la date retenue pour la journée nationale de la laïcité fait bien évidemment écho.

Parce que l’école forme les citoyens de demain dans l’esprit des valeurs républicaines, cette date anniversaire du 9 décembre est désormais inscrite au programme des actions éducatives nationales. Chaque année les équipes pédagogiques et éducatives et les élèves se mobilisent pour faire vivre la laïcité au sein de leurs établissements.

Avec les élèves, il y a de multiples façons et démarches pédagogiques pour donner du sens à la laïcité et aux valeurs qui lui sont associées, que ce soit dans le cadre des enseignements, du parcours citoyenneté, lors des mandats d’engagement ou à l’occasion de la journée nationale de la laïcité sous toutes les formes : rencontres, débats, conférences, expositions, lectures.

La journée de la laïcité à l’école primaire les Montboucons : tout en débat !

La laïcité : comment la faire vivre à l'école ?Certes le concept n’est pas aisé à traiter avec de jeunes élèves. Mais l’école primaire est déjà bien engagée depuis 2018 dans une action innovante de soutien au comportement positif. Il s’agit de "mettre en valeur les comportements positifs des élèves pour générer des comportements positifs chez leurs camarades et permettre à chacun d’entrer dans un autre système de valorisation, toujours au profit du collectif, de la classe", explicite Claire Bouaichaoui, directrice de l’école.

Le programme mis en place s’articule autour des trois valeurs - respect, engagement, solidarité - retenues par l’équipe pédagogique. Faire débattre les élèves, c’est le format privilégié pour les amener à s’approprier ces notions, que ce soit à l’échelle de la classe ou de façon plus large, selon le sujet traité. Toutes les classes de la grande section au cours moyen deuxième année ont donc l’habitude, dans le cadre de l’enseignement moral et civique, de disputer, d’argumenter pour faire réfléchir et faire agir.

En cette journée nationale du 9 décembre, des débats ont eu lieu dans toutes les classes. L’inspecteur d’académie a assisté à deux d’entre eux. Le premier portait sur la notion de respect entre pairs, eux qui vont se porter garants du respect des règles civiques et citoyennes dans l’école. Le second a engagé les élèves de CP et de CE1 sur le thème de la différence.

La journée de la laïcité au collège Les Villanelles : tout en symboles !

La laïcité : comment la faire vivre à l'école ? Planter un arbre de la laïcité et le dévoiler lors de la journée nationale du 9 décembre, c’est l’option qui a été choisie par l’équipe pédagogique et éducative du collège pour marquer ce temps fort, en présence de l’inspecteur d’académie du Doubs et du maire de la commune. Pas n’importe quel arbre ! Un ginkgo biloba, première espèce à repousser après l’explosion de la bombe atomique à Hiroshima au Japon le 6 août 1945. C’est dire son extrême résistance, sa capacité à s’enraciner à la terre, à renaître à la vie.

L’inspecteur d’académie, Patrice Durand, s’est attaché à rappeler toute la symbolique rattachée à ces plantes ligneuses et utilisée depuis des milliers d’années, à ces arbres de la liberté que la Convention, au moment de la Révolution française, fit planter sur tout le territoire. Tel un lieu sacré, sur l’esplanade crée à cette occasion, en tant que symbole du bien vivre ensemble, le ginkgo biloba deviendra le lieu de rassemblement officiel et solennel du collège pour tous les événements à venir.

Le collège a investi plusieurs champs d’activités à valoriser à l’occasion de la journée de la laïcité : des chants sur l’amitié dont celui d’Aldebert, lecture du poème "ma citoyenneté" de Sattoum Abidi, lecture de la charte de la laïcité affichée au collège comme dans tous les établissements scolaires et qui rappelle en quinze points les règles permettant de bien vivre ensemble. Sans compter toutes les actions interdisciplinaires mises en place toute l’année avec le référent citoyenneté nommé dans l’établissement et qui n’ont pu toutes être mises à l’honneur.

 
jeudi 19 décembre 2019

L’école maternelle des Bruyères à Valentigney incendiée : l’inspecteur d’académie s’est rendu sur place

L’école maternelle des Bruyères à Valentigney a été incendiée dans la nuit de vendredi à samedi en fin de semaine dernière. Aucun blessé n’est à déplorer mais le hall d’entrée est trop endommagé pour accueillir les élèves normalement.

L'école maternelle des Bruyères à Valentigney incendiée : l'inspecteur d'académie s'est rendu sur place Dès lundi matin, la commune de Valentigney a mis en place un dispositif pour accueillir les 52 élèves de l’école, le temps de remettre les locaux de l’école en état. Elle a mis à disposition ses locaux du centre de loisirs de Pézole et affrété un bus pour le transport. Les enseignants et le service éducation de la ville étaient mobilisés pour informer les familles.

L’inspecteur d’académie du Doubs, Patrice Durand, s’est rendu sur place accompagné de Sandrine Antoine, inspectrice de la circonscription de Montbéliard 3. Il a souligné le "grand professionnalisme" de tous. Il a par ailleurs évoqué la possibilité de mettre une cellule d’écoute à la disposition des élèves et des parents et s’est dit particulièrement attentif aux personnels enseignants dont "l’outil de travail a été saccagé".

 
vendredi 6 décembre 2019

Prévenir les comportements sexistes

L’IA-DASEN du Doubs, Patrice Durand, représentant le recteur, a ouvert, mercredi 27 novembre, le séminaire de formation qui a réuni sur ce thème au lycée Pergaud à Besançon la communauté scolaire académique et les partenaires.

Prévenir, repérer, agir

Le principe d’égalité entre les femmes et les hommes est acquis en droit. Pour autant, dans les faits, malgré d’importances avancées règlementaires et législatives, les chiffres relatifs aux violences liées au genre qui se manifestent aussi à l’école parlent d’eux-mêmes.

Prévenir les comportements sexistes Dans son propos introductif, l’inspecteur d’académie s’est attaché à rappeler la priorité donnée à l’égalité entre les femmes et les hommes déclarée "grande cause nationale du quinquennat" et à souligner le rôle et la mission de l’École dans la transmission de valeurs. "Afin de lutter contre les comportements et violences sexistes, l’École, au travers de vous, a une mission essentielle pour l’avenir de notre société", dit-il en s’adressant tout particulièrement aux référentes et référents chargés dans les établissements scolaires de "diffuser une culture de l’égalité" entre filles et garçons à tous les niveaux et à tout moment de la scolarité des élèves.

Ce séminaire qui leur était destiné avait vocation à répondre à des besoins de formation, donner des éléments de définition et des clés de compréhension, aider à repérer et analyser ces constructions sociétales et culturelles que sont les préjugés et les stéréotypes de genre afin de pouvoir créer les conditions ou mettre à profit toutes situations éducatives et pédagogiques susceptibles de faire évoluer les représentations et induire d’autres modèles de comportements dans le respect mutuel et de la différence.

La journée s’est déclinée en matinée autour de plusieurs conférences : intervention sur les contours de ce que peuvent être des "violences sexistes et sexuelles" et les recours possibles, exposé sur la politique pénale en la matière, présentation de dispositifs Éducation nationale dont celui du département du Doubs pour le signalement et la prise en charge des élèves victimes et de leurs agresseurs. Dans les ateliers thématiques, les référentes et référents égalité ont pu échanger avec les intervenants, partager leurs expériences et repartir avec des outils concrets et des pistes de travail.

La délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la préfecture du Doubs et les partenaires de l’école - services de l’État, collectivités territoriales, monde associatif - ont contribué à l’organisation et à la réussite de cette journée.

Un temps fort : les Trophées de l’égalité et de la mixité

En clôture de ce séminaire s’est déroulée la quatrième cérémonie académique des Trophées de l’égalité et de la mixité au cours de laquelle six lauréats ont été récompensés. Cinq prix académiques et un prix régional de l’enseignement agricole ont été remis valorisant les actions remarquables menées dans les collèges et les lycées durant l’année scolaire.

Pour le département du Doubs, un prix académique a été décerné au lycée Georges Cuvier à Montbéliard pour son projet en faveur de l’orientation des filles et de l’égalité professionnelle et un trophée "coup de cœur" a été attribué au collège Charles Masson à Blamont pour son travail autour de la "déconstruction des stéréotypes" de genre.

Trophées de l’égalité et de la mixité 2019

 
vendredi 6 décembre 2019

Les évaluations de CP - CE1

Le recteur Jean-François Chanet et Patrice Durand, IA-DASEN du Doubs, se sont rendus, jeudi 28 novembre 2019, à l’école primaire de Sancey où ils ont pu rencontrer parents d’élèves et enseignants.

Cette année dix-neuf élèves de CP et dix-huit de CE1 ont passé les évaluations en septembre dans l’école primaire de Sancey, tout comme l’ensemble des élèves de CP-CE1 en France.

L’évaluation des compétences des élèves

Elles ont pour objectif de proposer des repères permettant aux enseignants de bien apprécier les acquis qui ancrent les apprentissages de CP et de CE1 dès le début d’année et ainsi d’identifier les besoins individuels de chaque élève le plus rapidement possible afin d’apporter une aide la plus adaptée et la plus précoce possible et d’accompagner l’élève tout au long de l’année.

Ce dispositif s’inscrit dans une stratégie pédagogique appelée "réponse à l’intervention", qui a fait ses preuves dans d’autres pays.

Les tests proposés ont été choisis parmi ceux qui permettent de prédire le mieux les éventuels obstacles à la réussite en CP et en CE1 et ainsi de pouvoir mettre en œuvre des interventions pédagogiques ciblées pour permettre à l’élève de franchir ces obstacles.

Les évaluations des acquis des élèves répondent aussi à deux autres objectifs, à savoir : doter les "pilotes de proximité" - recteurs, DASEN, inspecteurs - d’indicateurs leur permettant de mieux connaître les résultats et d’adapter leur action éducative, et de disposer d’indicateurs permettant de mesurer, au niveau national, les performances du système éducatif (évolutions temporelles et comparaisons internationales).

En savoir plus - MENJ

 
vendredi 6 décembre 2019

Le numérique, levier d’innovation pédagogique et d’aménagement du territoire

Offre de formation et de ressources, diversité et dynamisme des territoires, proximité, coordination des acteurs de l’éducation, lancement des "openbadges" caractérisent la première journée académique dédiée au numérique dans l’enseignement.

Le numérique, levier d'innovation pédagogique et d'aménagement du territoire Représentant le recteur de la région académique, l’inspecteur d’académie du Doubs, Patrice Durand, s’était rendu à l’école de Saône puis au collège Lou Blazer à Montbéliard, pour l’ouverture de cette première journée qui s’est déroulée le 16 octobre dernier au cœur des réseaux d’éducation des académies de Besançon et de Dijon.

À l’école de Saône et au collège Lou Blazer, deux des sites qui s’étaient engagés à accueillir les participants au plus près du terrain, l’inspecteur d’académie du Doubs y avait exposé les grands principes de la journée, les enjeux et les ambitions d’un service public du numérique éducatif, de la maternelle au lycée.

Ce temps de formation avait vocation à favoriser les échanges et les partages d’expériences, à valoriser l’expertise de chacun, à impulser la réflexion sur les usages du numérique dans les apprentissages, les pratiques, au service de l’inclusion scolaire. Enseignants du premier et du second degré, représentants des services de l’État, élus des collectivités et parents se sont retrouvés autour de thématiques, chacun d’eux venant puiser dans les ateliers et les conférences des idées, des pistes de travail, voire un accompagnement.

La Journée du numérique dans l’enseignement et la place du numérique dans l’académie de Besançon

 
mercredi 27 novembre 2019

Médiatiks 2020

La 7e édition du prix Médiatiks - Concours académique des médias scolaires et lycéens - est organisée par le CLEMI de l’académie de Besançon.

Il est ouvert aux médias de différentes natures ("papier", sites et blogs d’information, radios, comptes réseaux sociaux, reportages photographiques) réalisés dans le cadre scolaire au cours de l’année scolaire 2019-2020.

Médiatiks est comporte deux phases : la première se déroule au niveau des académies puis la seconde à l’échelle nationale. Organisé en partenariat avec la Fondation Varenne, le prix bénéficie également du soutien de Reporters sans Frontières et de l’association Jets d’encre.

En savoir plus

Au niveau académique, il est soutenu par plusieurs médias régionaux notamment Topo bfc, Radio Campus Besançon, Le Journal Des Enfants, France Bleu Besançon et L’Est Républicain.

Qui peut s’inscrire ?

Médiatiks 2020 Le concours Médiatiks 2020 est ouvert à tous les élèves de l’académie de Besançon, de la maternelle au lycée, de l’enseignement public, privé et agricole qui réalisent un média scolaire dans le courant de l’année scolaire 2019-2020.

Les participants sont répartis en quatre catégories :
- école (école maternelle, élémentaire, primaire)
- collège (collège, SEGPA, troisième découverte professionnelle, troisième prépa pro)
- lycée (lycée d’enseignement général, lycée d’enseignement général et technologique, lycée professionnel, lycée agricole, CFA)
- autres établissements (EREA, IME, IMP, ULIS, classe d’hôpital ou d’établissement pénitentiaire).

Quelles productions ?

Nouvelle formule pour l’édition 2020 de Médiatiks : choisissez la catégorie dans laquelle vous souhaitez participer :
journaux imprimés et en ligne
radio
vidéo
reportage photo
Plusieurs médias ou reportages photos d’un même établissement peuvent participer à Médiatiks ; dans ce cas, chaque média ou reportage photo doit faire l’objet d’une inscription spécifique.

Le plus pour chaque participant

Chaque participant reçoit de la part du jury académique une fiche conseil personnalisée. Elle indique ce qu’il a aimé dans votre média ou votre reportage photo et propose même des pistes d’amélioration.
Pour connaître les critères du jury propres à chaque support
journaux imprimés et en ligne
radio
vidéo
reportage photo

Prix

À l’issue des délibérations, les gagnants seront avertis par courriel suivi d’un courrier envoyé par voie postale. La date de la remise des prix aux lauréats des différentes catégories sera communiquée ultérieurement. Les prix sont offerts par nos partenaires et par le CLEMI de l’académie de Besançon, à savoir des abonnements gratuits, des albums photos, des livres, des visites de rédaction.
Chaque équipe lauréate se verra également remettre un diplôme.

La sélection académique

Le jury de Médiatiks Besançon 2020 envoie au jury national une sélection composée au maximum de quatre productions (écoles, collèges, lycées, autres établissements) pour chaque support (journaux imprimés et en ligne, radio, vidéo, reportage photo).

Seize prix Médiatiks nationaux sont décernés par le jury national à partir des sélections académiques : quatre productions (écoles, collèges, lycées, autres établissements) pour chaque support (journaux imprimés et en ligne, radio, vidéo, reportage photo).
En savoir plus

Calendrier du concours

- ouverture des inscriptions : 20 novembre 2019
- date limite d’envoi de vos productions : 10 avril 2020
- réunion du jury académique : 16 avril 2020
- annonce des résultats : 17 avril 2020
- remise des prix : date à venir.

Comment participer ?

Inscrivez votre média scolaire ou votre reportage avant le 10 avril 2010 en ligne.

- pour les journaux imprimés, envoyer six exemplaires du numéro que vous avez choisi (parmi ceux de l’année scolaire en cours) avant le 10 avril 2020, le cachet de la Poste faisant foi, à l’adresse suivante :

Rectorat - CLEMI
Médiatiks 2020
45 avenue Carnot
25000 Besançon

- pour les médias numériques (préciser un ou deux reportages vidéos, JT vidéos ou Podcasts à consulter en priorité par le jury) : envoyer votre inscription à coordination.clemi-fc@ac-besancon.fr

- pour les reportages photos : envoyer l’inscription à coordination.clemi-fc@ac-besancon.fr

Contact

Marie Adam-Normand, coordonnatrice CLEMI de l’académie de Besançon Courriel

 
mercredi 27 novembre 2019

Dix-sept objectifs pour changer le monde

7,6 milliards d’êtres humains peuplent la Terre et, d’après les démographes, nous serons certainement près de neuf milliards en 2050.

Dix-sept objectifs pour changer le monde Ces derniers siècles, les progrès agricoles, économiques et technologiques ont amélioré les conditions de vie. Aujourd’hui, en finir avec la misère et la faim au niveau global devient envisageable. C’est pourquoi, en 2015, l’Assemblée générale des Nations unies, où l’ensemble des pays sont représentés, a décidé d’adopter un nouveau, programme de développement durable, composé des dix-sept objectifs de développement durable. Ces objectifs composent l’Agenda 2030. Parmi eux, de nombreuses ambitions répondent aux défis de notre époque : réduire les inégalités, améliorer la santé, offrir à tous une éducation de qualité, parvenir à l’égalité homme-femme, faire face au réchauffement climatique, préserver la biodiversité et parvenir à la paix et à la justice pour tous. Parce que tout est lié, les objectifs de développement durable associent les enjeux environnementaux, sociaux, économiques, culturels, technologiques, infrastructurels, qu’ils soient ruraux ou urbains.

Les posters

Les posters GoodPlanet "Objectifs de développement durable" ont été lancés par la Fondation GoodPlanet créée et présidée par Yann Arthus-Bertrand et le Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse grâce au soutien de la Maif, du réseau Canopé, de Géodis et des photographes.

 Dix-sept objectifs pour changer le monde Ce projet consiste à mettre gratuitement à disposition dix-huit affiches dans chaque école primaire, collège et lycée français, quel que soit son effectif ou sa localisation. L’exposition présente les enjeux environnementaux et sociaux du monde d’aujourd’hui et des solutions qui feront le monde de demain. Résolument axées sur le respect de la diversité des êtres humains et des richesses naturelles, ces affiches présentent une sélection de photographies accompagnées de textes pédagogiques.

Chaque jeu d’affiches contient les éléments de base nécessaires à l’exposition (photographies et textes) afin de permettre à tous les enseignants et les élèves français d’organiser au sein de leur établissement un événement de sensibilisation au développement durable. Toutes ces affiches sont laissées à la disposition des établissements scolaires qui pourront ainsi continuer à les exposer pendant plusieurs années.

En savoir plus

 
lundi 18 novembre 2019

Agir pour faire de l’école une école pleinement inclusive : coopérer avec les parents

Les associations de parents d’élèves en situation de handicap réunies à la DSDEN du Doubs, le 12 novembre 2019.

Permettre à l’école d’être pleinement inclusive est une ambition forte du ministère qui s’est donné pour objectif de construire un grand service public de l’école inclusive visant à assurer une scolarisation de qualité pour tous les élèves par la prise en compte de leurs besoins éducatifs particuliers.

 Agir pour faire de l'école une école pleinement inclusive : coopérer avec les parents Cet ambitieux défi ne peut être relevé sans une coopération forte avec les parents. Améliorer leur accueil, les informer des dispositifs de scolarisation existants, des procédures, des instances de décisions et d’affectations et répondre à leurs nombreux questionnements liés à la scolarisation de leurs enfants est une nécessité.

C’est dans ce cadre que Patrice Durand, IA-DASEN, a souhaité recevoir le 12 novembre 2019 à la DSDEN du Doubs, l’ensemble des associations de parents d’enfants en situation de handicap. Un état des lieux de la scolarisation des élèves en situation de handicap ainsi que les modalités des différents parcours ont été présentés par Yasmina Bouhali Marques, inspectrice en charge de l’adaptation et de la scolarisation des élèves en situation de handicap.

Soucieux d’offrir à tous les élèves des réponses adaptées, l’inspecteur d’académie a exposé les modalités de la politique de déploiement de la circulaire de rentrée "école inclusive" au niveau du département :
- mise en œuvre de la cellule d’écoute et de réponse aux familles
- amélioration de la gestion des (AESH) par le service départemental de l’école inclusive afin de répondre efficacement et rapidement aux besoins
- cartographie des dispositifs dédiés (ULIS et SEGPA)
- plan de formation déployé pour tous les personnels de la communauté éducative (AESH, professeur des écoles, cadres) afin d’améliorer la qualité des gestes professionnels.

 
lundi 18 novembre 2019

À propos de sécurité

Vendredi 8 novembre, l’IA-DASEN du Doubs, Patrice Durand, s’est rendu au collège Pierre-Joseph Proudhon à Besançon pour échanger avec l’équipe de direction, des enseignants et un jeune délégué de classe, sur la séquence d’exercice organisée la veille.

Exercice académique de confinement : premier débriefing avec l’inspecteur d’académie

Un exercice de confinement s’est déroulé jeudi après-midi au collège Proudhon, conformément aux directives ministérielles et sur la base d’un scénario d’intrusion violente proposé par les services académiques. Étaient présents des observateurs du Conseil départemental du Doubs et des fédérations des parents d’élèves.

Le jour de l’exercice, une alarme est déclenchée. Face à une situation de danger : quelles attitudes adopter, quels réflexes avoir ? Les consignes ont-elles été comprises ? Quel ressenti des élèves ? Ont-ils été en quête de sens ? Quelles réactions des élèves ont été observées ? Les locaux scolaires ont-ils apporté des solutions de protection ? Dans la préparation pédagogique, les élèves ont-ils évoqué les événements tragiques des années précédentes dont ils ont a fortiori entendu parler ?

 À propos de sécurité L’échange avec l’inspecteur d’académie a porté sur les modalités d’organisation de l’exercice, son déroulement, sa préparation en amont, la passation des consignes aux personnels et aux élèves, la communication aux familles, le ressenti des élèves et les premières critiques, positives ou nuancées, avant la présentation du bilan complet au prochain conseil pédagogique et au prochain conseil d’administration. En réponse aux questions de l’inspecteur d’académie, Mehdi, délégué des élèves au conseil d’administration du collège, n’a pas hésité à faire part, de façon très lucide, et avec une grande maturité, de ses points positifs et négatifs : "L’intervention, je la trouve utile. Elle permet de réagir correctement contre une attaque terroriste ou une intrusion dans le collège. Je pense qu’il faudrait expliquer toutes les règles à respecter lors d’une intrusion. Concernant les points négatifs : la fermeture des volets est trop visible et l’alarme est très forte et dure longtemps. Ça montre à l’agresseur qu’on est là. Fermer les portes du collège est dangereux car si un élève attend dehors, il peut croiser l’agresseur ; mais ça protège tous les élèves dans le collège et dans le cas contraire, tout le monde serait en danger car les portes seraient ouvertes et l’agresseur pourrait pénétrer dans le collège."

Le Plan particulier de mise en sûreté (PPMS)

Au déclenchement de l’alerte (sonneries différentes selon le danger), deux postures possibles : se cacher ou sortir ? Ici il s’agissait de s’enfermer, de se confiner. On éteint tout, on s’éloigne des portes et des fenêtres, on garde le silence… Pendant toute la durée de l’exercice, soit 45 minutes, nul ne pouvait ni entrer, ni quitter le collège. Des étapes clés rythment l’exercice : l’alerte, le recensement des élèves, leur mise en sûreté dans une zone déterminée, l’écoute des consignes et des informations, et ce jusqu’à la sonnerie de fin d’alerte.

L’exercice de confinement qui s’est déroulé jeudi s’ajoute à deux autres exercices - identification des sonneries et évacuation incendie – qui ont eu lieu début octobre dans le cadre de la mise en pratique du PPMS du collège.

Dans toute l’académie, en début d’année scolaire, sous la responsabilité des adultes, les élèves s’exercent à vivre une situation de crise visant à tester les dispositifs et les procédures de sécurité de leur établissement : confinement ou évacuation.

Il s’agit, par des exercices répétés, de se préparer à l’urgence d’une menace liée à un événement majeur, naturel ou pas (nuage toxique ou radioactif, attentat, etc.). Le PPMS permet au directeur d’une école et à un chef d’établissement de gérer au mieux, rapidement et efficacement, une situation critique pour des centaines d’élèves et de personnels, d’assurer leur sécurité en attendant l’arrivée des secours et appliquer les directives ministérielles.

Si le PPMS peut être mis en œuvre de plusieurs façons, il est toutefois obligatoire pour tous les établissements scolaires, écoles, collèges, lycées.

Cette rencontre a aussi été l’occasion d’échanger sur un autre question de sécurité : celle du harcèlement à l’école dont c’était la campagne nationale.

Ressources pour le pilotage de la santé et sécurité au travail (PPMS) dans les écoles et les EPLE.

 
jeudi 7 novembre 2019

Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école

Pour sensibiliser la communauté éducative aux phénomènes de harcèlement dans le milieu scolaire, la journée Non au harcèlement est organisée chaque premier jeudi du mois de novembre.

Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école Cette journée est l’occasion de rappeler combien la prévention et la lutte contre le harcèlement sont fondamentales pour permettre aux élèves d’avoir une scolarité épanouie dans le cadre de l’École de la confiance.

En savoir plus - MENJ


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon