R

Accueil > DSDEN > Actualités > eTwinning : le lycée Paul Émile Victor récompensé !

Rubrique Actualités

vendredi 18 janvier 2019

eTwinning : le lycée Paul Émile Victor récompensé !

Le lycée Paul Émile Victor de Champagnole est mis à l’honneur en recevant le label eTwinning school pour l’année scolaire 2018-2019 : il est le seul établissement à recevoir cette récompense dans toute l’académie.

Cette distinction récompense l’implication et l’engagement d’un équipe d’enseignants dans des projets eTwinning ; elle est la suite logique de l’obtention de labels de qualités européens pour plusieurs projets : douze labels européens obtenus depuis 2010 et un prix national pour le projet "Eurocitizens" en 2011.

Les labels de qualité européens sont attribués à ceux qui démontrent un niveau d’excellence remarquable en terme de conception et de conduite de projet, créativité, démarches de collaboration entre les classe partenaires et l’utilisation efficace des outils TICE.

Des rencontres internationales, un enrichissement personnel

Françoise Moutenet, professeure d’anglais depuis plus de 20 ans au lycée conduit ses élèves dans des projets de rencontres numériques internationales grâce à la plateforme eTwinning sur laquelle des enseignants des différents pays européens communiquent, échangent, créent des liens basés sur des valeurs communes.

eTwinning : le lycée Paul Émile Victor récompensé ! Ces professeurs qui ont en commun une envergure culturelle et humaniste, engagent alors leurs classes dans une communication basée sur des problématiques actuelles. Françoise Moutenet qui fut ambassadrice eTwinning dans le département ne ménage ni son temps ni ses efforts pour promouvoir ces échanges ; aller vers l’autre, rencontrer les différences, échanger des questionnements : les projets élaborés conjointement par les élèves et la professeure, se concrétisent par une communication fructueuse ou s’ancrent des valeurs de partage et d’entraide.

Des rencontres qui dépassent parfois l’espace numérique, puisque le lycée a eu l’honneur d’accueillir des élèves grecs d’Olympie après avoir participé au projet "Etwinolympics" avec notamment l’Italie, la Turquie et la Lithuanie.

Une équipe entreprenante

Le lycée Paul Émile Victor peut s’enorgueillir d’un climat de travail serein et dynamique, les projets d’échanges internationaux sont portés par toute une équipe d’enseignants motivés grâce auxquels les élèves peuvent vivre des moments forts de culture et d’humanisme :Françoise Moutenet, professeure d’anglais, Marjolaine Vialet, professeure de lettres modernes, Béatrice Blache, documentaliste, Julien Gelly, Anne-lise Comparet et Marine Pierre professeurs d’anglais.

Le label eTwinnig School qui honore aujourd’hui le lycée est la digne récompense de leur travail au service de l’ouverture internationale et de l’épanouissement personnel.

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers du sanitaire et du social
Paul Émile Victor - Champagnole
Informations complètes

 
vendredi 21 décembre 2018

Les "Petits reporters" de l’école des Avignonnets

Le recteur Jean-François Chanet s’est rendu mercredi 19 décembre à l’école des Avignonnets de Saint-Claude dans le cadre du dispositif "Résidences de journalistes".

Favoriser l’éducation aux médias et à l’information

Depuis 2015, le ministère de la culture et de la communication a souhaité renforcer et développer les actions d’éducation aux médias et à l’information, prioritairement à destination des publics jeunes, notamment grâce à une convention de partenariat signée en décembre 2015 entre le Ministère de la Culture et de la Communication, le réseau Canopé et son service le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (CLEMI).

Les "Petits reporters" de l'école des Avignonnets Cette volonté se traduit par la mise en place de résidences de journalistes dont l’objectif est de favoriser l’éducation aux médias et au numérique, en accueillant sur un territoire un professionnel de l’information sur une période longue, en immersion auprès de la population locale, et plus particulièrement auprès des enfants et des jeunes. Ce dispositif permet de :
- mieux comprendre la fabrique de l’information et d’aider à son décryptage,
- faire découvrir la profession de journaliste et ses problématiques actuelles,
- accompagner le développement d’une pratique et d’une réception avertie des médias,
- sensibiliser à la liberté d’expression et favoriser la participation des citoyens au débat démocratique en impulsant des coproductions médiatiques concernant le territoire.

Pour cette année 2018-2019, ce dispositif touche sept établissements scolaires et 193 élèves.

Un média à destination des personnes malvoyantes

Depuis un an, 53 élèves de cycle 3 (CM2-6e) et des élèves d’unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) participent à une résidence de journaliste à l’école des Avignonnets de Saint-Claude. Deux journalistes du Progrès sont engagés dans le projet "Petits reporters" qui consiste à élaborer un média à destination des personnes malvoyantes. Encadrés par leurs enseignants, Camille Renevret, Aurélie Poète et Pascal Lopez, les élèves récupèrent les informations locales sur les supports écrits, font le choix de celles à
annoncer et préparent leur diffusion à l’oral via un enregistrement audio. La diffusion se fait sur cd soit via la livraison des repas ou aide à domicile pour les personnes concernées, soit via un support numérique (blog de l’école et en 2019 peut-être la WebRadio de la Fraternelle) et une fois de temps en temps en "live" par une lecture en différents lieux publics (espace mosaïque, médiathèque, extérieur...).

Le recteur a assisté à deux ateliers et a pu échanger avec des enseignants et des parents d’élèves.

Qu’en pensent les élèves ?

Les retours sont très positifs ; certaines, certains se sentent valorisés car ils
peuvent mettre en avant leurs compétences au profit d’une œuvre collective.
Toutes et tous se sentent fiers de leurs productions et sont heureux de nous les présenter, voire de les présenter à leurs parents. Ce dispositif a également permis à des élèves de renouer avec l’école. D’autres se sont même déjà vus exercer un métier en relation avec les médias.

Qu’en pensent les journalistes ?

Leurs interventions auprès des élèves se passent extraordinairement bien. Ils en gardent de très bons souvenirs et sont toujours prêts à revenir l’année suivante. Ils ont pris conscience de toute l’importance de l’éducation aux médias et à l’information et de leur place auprès des élèves. Ils contribuent ainsi au développement de l’esprit critique des jeunes.

Contact

CLEMI
Rectorat de l’académie de Besançon
45 Avenue Carnot
25000 Besançon
Tél. : 03 81 65 73 81

Marie Adam-Normand, coordonnatrice académique

Pour nous suivre : Twitter@ClemiBesancon

 
lundi 17 décembre 2018

"Fais-moi un signe !"

Dans le cadre du projet d’éducation artistique et culturelle (PEAC) intitulé, "Fais-moi un signe", les élèves de CM2 de l’école élémentaire d’Arinthod et les élèves de 6e du collège Xavier Bichat Arinthod ont expérimenté, produit et créé !

Avec l’artiste plasticienne et intervenante Isabelle Jobard et leurs professeurs, Yolande Jannet, professeur des écoles, Mathieu Tessier, professeur d’arts plastiques et Fanny Boutigny, professeur de français, les élèves ont planché sur un fil rouge passionnant : le signe, les mots.

Du mot à l’image

"Fais-moi un signe !" Le projet a débuté par la rencontre avec la plasticienne et ses deux œuvres, une estampe "Trouvez BEAU" et un objet graphique, poétique et joueur, une lettre à la poste, impression en microédition, ce qui a permis aux élèves de découvrir l’univers singulier de l’artiste. Par des phases d’observation, d’expérimentation et de manipulation, les élèves ont progressivement pris conscience que les lettres et les mots peuvent être considérés comme des images. Durant ces temps de pratique, un certain nombre de questions se sont posées : Comment la lettre devient image ? Comment les mots deviennent signes ? Par quelle opération plastique peut-on changer un mot en signe ? Les élèves ont utilisé et exploré le procédé du cadrage pour transformer et créer de nouveaux mots-images. En CM2, il s’agissait par ailleurs de choisir des mots en relation avec le vivre ensemble en lien avec le Parcours citoyen.

Ces nombreuses propositions graphiques, élaborées par les élèves en classe, ont servi de matière première à l’élaboration de sérigraphies à la Maison du Peuple de Saint Claude. L’ensemble des élèves de CM2 et 6e se sont rendus à l’Espace d’arts plastiques de l’association La fraternelle pour réaliser collectivement des impressions sérigraphiques. L’activité a été encadrée par la responsable de l’atelier, Sandra Tavernier, en présence de l’artiste plasticienne et de l’ensemble des professeurs impliqués dans le projet.

"Fais-moi un signe !" Les différentes productions sont devenues la matière même d’une création collective vivante pour les élèves qui les ont installées avec l’artiste, dans le hall d’entrée du collège et de l’école. Ces créations collectives ont été enrichies par des supports en réalité augmentée créés par les élèves sous la conduite de leur enseignant et de Laurent Rodrigo (médiateur atelier Canopé de Lons-le-Saunier) pour une mise à disposition lors d’expositions, dans les établissements scolaires, à la médiathèque d’Arinthod et dans l’espace d’exposition de l’ESPE / Atelier Canopé 39 à Lons-le-Saunier.

Partenaires et financement

Le projet a été suivi au niveau pédagogique, logistique et technique par Clotilde Cornut, chargée de mission arts et culture pour Réseau Canopé, Catherine Grostabussiat, conseillère pédagogique départementale arts visuels (DSDEN 39), Laurent Rodrigo, médiateur de ressources et de services à l’Atelier Canopé 39, Claudine Bride, principale et Anne Romand ,gestionnaire du collège Bichat, Christophe Joneau, directeur de l’association La fraternelle et Sandra Tavernier, responsable de l’espace d’arts plastiques. Le projet a été financé par le Réseau Canopé (Appel à projets Arts et culture) pour l’école élémentaire d’Arinthod, et par la DAAC Besançon, la DRAC Bourgogne Franche-Comté et le Conseil départemental du Jura pour le Collège Xavier Bichat.

En savoir plus

 
mercredi 5 décembre 2018

Finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" au lycée Hyacinthe Friant

Les 28, 29 et 30 novembre derniers, le lycée de Poligny a accueilli la finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" classe gouvernant(e) des services hôteliers organisée par le Comité d’organisation des expositions du travail et du concours.

Finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" au lycée Hyacinthe Friant Il y a un an, 33 candidats s’étaient présentés pour les premières qualifications du concours. Il y a une semaine ce sont onze candidats qui se sont disputé le titre lors de la finale.

Sous la présidence de Nicole Spitz, présidente du jury et de la classe gouvernante des services hôteliers, les onze finalistes sont venus des quatre coins de la France pendant trois jours au lycée Polyvalent Hyacinthe Friant.

L’épreuve finale comportait deux parties :
- une technique à l’écrit sur un sujet d’actualité
- une soutenance de 30 minutes avec 20 minutes supplémentaires de questions devant dix-neuf membres du jury ainsi qu’une soixantaine de spectateurs (élèves et étudiants du lycée, professeurs, les familles et amis des finalistes, plusieurs Meilleurs ouvriers de France franc-comtois : sculpteur sur pipe, photographe, tapissier décorateur...

La soutenance qui a clos la finale du concours pour chaque participant portait sur la création d’un service "housekeeping" de demain en y intégrant la norme ISO 26000 : environnement, droits de l’homme, communautés et développement local, relations et conditions de travail…

Deux anciens élèves du lycée Hyacinthe Friant faisaient partie des finalistes : Kévin Raquin et Charlène Salignon issus de la même promotion ont eu la joie de revenir au sein de leur ancien lycée pour cet événement.

Palmarès

Finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" au lycée Hyacinthe Friant Pendant trois jours, les épreuves se sont succédé pour finir par la proclamation des résultats, le vendredi 30 novembre par Christian Forestier, président du Comité d’organisation des expositions du travail et du concours "Meilleur ouvrier de France".

Julie Bonnot, originaire de Lorient, gouvernante générale à l’Hôtel et Spa du Castellet dans le Var depuis quatre ans a remporté le concours vendredi dernier : "Ce titre est un véritable accélérateur de carrière" dans un métier qui n’est pas vraiment visible auprès de la clientèle. C’est avec beaucoup d’émotions, après deux ans de travail sur le concours et environ 2 000 heures de travail pour la soutenance finale, qu’elle est rentrée dans la grande famille des Meilleurs ouvriers de France.

Contact

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'hôtellerie et de la restauration
Hyacinthe Friant - Poligny
Informations complètes

 
lundi 3 décembre 2018

Mahdi Tamene, nouvel IA-DASEN du Jura

Lundi 3 décembre, Mahdi Tamene remplace Léon Folk comme IA-DASEN du Jura. Il aura en charge, comme son prédécesseur, le pilotage académique du dossier "devoirs faits".

Diplômé en communication et en sciences de l’éducation, Mahdi Tamène devient titulaire du concours de conseiller principal d’éducation en 1996 dans l’académie de Dijon. Il occupera un poste de CPE jusqu’en 2000 tout en poursuivant des études en Sciences de l’éducation.

Mahdi Tamene, nouvel <abbr title="Inspecteur académique, directeur académique des services de l'Éducation nationale">IA-DASEN</abbr> du JuraConseiller en ingénierie de formation au rectorat de Dijon, de 2000 à 2003, il obtient, en juin 2002 à l’Université de Bourgogne, un master en Sciences de l’éducation. Il valide par ailleurs le concours de personnels de direction en 2003 et devient principal adjoint du collège Christiane Perceret de Semur-en-Auxois de 2003 à 2006, puis proviseur du lycée des métiers de la Céramique Henry Moisand de Longchamp, toujours dans l’académie de Dijon, de 2006 à 2009.

En parallèle, Mahdi Tamene est animateur de bassin de 2004 à 2006 puis formateur pour l’Éducation nationale, de 2005 à 2009 :
- formateur IUFM pour les conseillers principaux d’éducation stagiaires, - formateur-tuteur pour les personnels de direction stagiaires
- formateur Réseau vie scolaire pour les assistants d’éducation.

De 2009 à 2011, il devient proviseur du lycée international français de Sydney (Lycée Condorcet) en Australie avant de retrouver le territoire national : proviseur à Montluçon dans l’académie de Clermont-Ferrand, de 2011 à 2015, puis IA-DASEN adjoint de Seine-Maritime, dans l’académie de Rouen depuis 2015.

Le 3 décembre 2018, Mahdi Tamene il succède donc à Léon Folk, en tant qu’IA-DASEN du Jura.

Nous lui souhaitons la bienvenue dans l’académie !

 
vendredi 16 novembre 2018

La flamme du "Relais de la Paix" dans le Jura

Une vingtaine d’élèves des collèges et lycées de Lons-le-Saunier se sont retrouvés dimanche 11 novembre à 9 h 30 près du monument au morts.

La flamme du "Relais de la Paix" dans le Jura Les élèves ont effectué un parcours pendant une heure en centre ville en portant la flamme du "Relais de la Paix" prélevée à Paris mardi sous l’Arc de Triomphe.

Ils ont ensuite participé aux cérémonies de commémoration du 11 novembre en présence du Préfet du Jura et des élus locaux. Deux d’entre eux, Clovis et Maud, ont embrasé la vasque du monument au mort avec le flambeau de la Flamme du "Relais de la Paix".

Armistice de 1918 : le parcours de la flamme du "Relais de la Paix" dans les quatre départements de l’académie !

 
jeudi 15 novembre 2018

Armistice de 1918 : le parcours de la flamme du "Relais de la Paix" dans les quatre départements de l’académie !

Une initiative UNSS de l’académie de Besançon suivie par quatorze autres académies !

Une journée parisienne intense le mardi 6 novembre !

Armistice de 1918 : La flamme du "Relais de la Paix" arrivée jeudi dans les quatre départments de l'académie ! Pour les élèves licenciés de l’UNSS volontaires ayant été tirés au sort tout a commencé concrètement le 6 novembre : une délégation académique représentée par ces quatre élèves et accompagnés de leurs enseignants d’EPS et autres disciplines s’est rendue à Paris pour la cérémonie de reprise de la flamme sous l’Arc de Triomphe.

Un riche programme culturel proposé aux élèves dès leur arrivée à Paris

- 9 h 45 : rendez-vous aux Invalides,
- 10 h : musée de l’armée avec visites guidées,
- 14 h : projection d’un film sur l’importance du sport pendant la première guerre mondiale, intitulé : "1914-1918, le sport à l’épreuve du feu"
- 16 h : départ en bus pour la place de l’Étoile,
- 16 h 45 : mise en place au pied de l’Arc de Triomphe,
- 17 h : cérémonie de recueil de la Flamme,
- 18 h : ravivage de la Flamme du soldat inconnu,
- 18 h 45 : retour aux Invalides,
- 19 h 30 : départ des Invalides vers les académies parties prenantes.

Document d’accompagnement - Musée de l’Armée - journée du 6 novembre 2018

Le film, "1914-1918, le sport à l’épreuve du feu" projeté dans l’après-midi du 6 novembre sera mis à disposition des académies qui en feront la demande à des fins pédagogiques ; l’académie de Besançon s’est d’ores déjà manifestée afin de pouvoir en disposer.

Le parcours de la flamme

Lors de la cérémonie du ravivage de la flamme du soldat inconnu, les élèves ont prélevé la flamme pour la ramener dans la nuit jusqu’au rectorat d’académie de Besançon. La flamme de la paix, recueillie dans une lampe tempête a été transportée dès le jeudi 7 novembre au matin jusqu’aux quatre inspections académiques.
La flamme a alors pris des chemins différents pour rejoindre les lieux d’organisation des championnats départementaux de cross.

Une mobilisation intense dans les quatre départements de l’académie

Armistice de 1918 : La flamme du "Relais de la Paix" arrivée jeudi dans les quatre départments de l'académie !
- dans le Doubs, la flamme, portée par une cinquantaine de jeunes coureurs issus des établissements scolaires du département et de jeunes militaires du contingent, a été accueillie à la Malcombe par 1 800 jeunes compétiteurs. Une animation marquant les derniers instants de la Grande-Guerre avec une chorale du collège bisontin Denis Diderot a offert l’hymne à la Paix avant un lâché de colombes symbolisant la paix retrouvée.

- après un passage dans les collèges du département jurassien, la flamme a précédé le rassemblement des sept établissements scolaires lédoniens venus honorer la cérémonie commémorative de la Grande Guerre.

- en Haute-Saône, un relais entraîné par deux élèves présents à Paris a ouvert les hostilités avant de laisser place à deux prises de paroles d’une professeure d’histoire et de l’inspectrice d’académie.

De nombreux chefs d’établissement présents à cette journée du 7 novembre ont utilisé la flamme pour un travail pédagogique au sein de leur établissement respectif avant d’éteindre définitivement cette dernière lors des cérémonies commémoratives du 11 novembre dans leur ville respective.

- le "Nord Franche-Comté" a accueilli la flamme au parc de la Douce après un parcours de 20 kilomètres entre Montbéliard et Belfort. Avant d’être déposée sur le podium, la flamme a été honorée par une cornemuse qui a rappelé que cette terrible guerre avait embrasé toute l’Europe.

Le 11 novembre, lors de la cérémonie de commémoration aux Glacis à Besançon, la flamme est arrivée portée par 30 élèves (CM2, collégiens et lycéens), pour allumer une vasque à côté du monument aux morts.

La flamme a été éteinte officiellement au cours de la cérémonie et en public.

Tous les soirs la flamme a été gardée aux sein des services de l’UNSS des quatre départements.

Une exposition itinérante

Pour clore ces commémorations, le rectorat avec son service UNSS mettent en place une exposition sur le sport dans les tranchées, exposition itinérante faite de 46 roll-up et exposée du :
- 8 au 11 décembre inclus à Belfort
- 12 au 15 décembre à Vesoul
- 17 au 18 décembre à Besançon, salle Courbet (hôtel de Ville).

Les partenaires de la manifestation

Le rectorat, les quatre inspections académiques et lUNSS se sont mobilisées pour faire partager aux jeunes le devoir de mémoires et les valeurs de la Républiques véhiculées dans la pratique du sport.

"La flamme de la paix" dans le Doubs

Contact

Jean-Marie Vernet, directeur UNSS
Courriel
Site UNSS

 
mercredi 7 novembre 2018

Signature de l’annexe locale à la convention ruralité - Communauté de communes du Val d’Amour

Déclinaison de la convention-cadre pour le maintien d’une offre scolaire et éducative de qualité dans les territoires ruraux du Jura signée le 24 mai 2018.

Signature de l'annexe locale à la convention ruralité - Communauté de communes du Val d'AmourLe 29 octobre 2018, à l’école de Vaudrey, Richard Vignon, préfet du Jura, Léon Folk, IA-DASEN, Michel Rochet, président de la communauté de communes du Val d’Amour et les maires des communes de Chamblay, Chatelay, Chissey sur Loue, Écleux, Germigney, Ounans, Vaudrey, Villeneuve d’Aval et Villers Farlay, en présence de Bernard Mamet, président de l’Association des maires du Jura, ont signé l’annexe locale à la convention-cadre pour le maintien d’une offre scolaire et éducative de qualité dans les territoires ruraux du Jura portant sur la communauté de communes du Val d’Amour.

Déclinaison de la convention-cadre pour le maintien d’une offre scolaire et éducative de qualité dans les territoires ruraux du Jura signée le 24 mai 2018, cette annexe locale a pour objectif de soutenir la communauté de communes du Val d’Amour dans son projet de réorganisation du réseau scolaire par la création d’un pôle scolaire associant neuf communes sur la commune de Chamblay, en fixant pour une période de trois ans les moyens d’accompagnement de l’État et de l’éducation nationale.

 
lundi 5 novembre 2018

Plan mercredi : signature d’un avenant dans le Jura

Cet avenant, réalisé à l’échelle de la communauté de communes, concrétise le travail collaboratif exemplaire entre les différents partenaires.

Plan mercredi : signature d'un avenant dans le Jura Mardi 23 octobre, Léon Folk, IA-DASEN du Jura, Richard Vignon préfet, Florence Gros-fuand présidente de la communauté de communes de la Région d’Orgelet et Charles Chambost directeur de la CAF, ont signé l’avenant "Plan mercredi" en présence de Cécile Langeois de la DDCSPP et d’Évelyne Roux, IEN de la circonscription.

L’avenant concernera plus de 450 élèves. Dans le Jura, d’autres projets sont en cours de finalisation qui devraient concerner plus de 80 % des enfants du département d’ici la fin de l’année.

 
jeudi 18 octobre 2018

EMILE Oktoberfest, rencontre inter-circonscriptions axée sur la découverte de l’allemand.

Cent soixante-dix élèves et leurs enseignants se sont rassemblés le 5 octobre à Orgelet pour vivre une journée placée sous le signe de la langue allemande et de la course d’orientation.

C’était la troisième édition pour ces rencontres qui rassemblent des écoles engagées dans un projet EMILE, dispositif qui permet à l’ensemble de la classe une approche culturelle et linguistique de la langue allemande tout au long de l’année.

<abbr title="Enseignement d'une matière intégré à une langue étrangère">EMILE</abbr> Oktoberfest, rencontre inter-circonscriptions axée sur la découverte de l'allemand.La journée était organisée par les conseillères pédagogique de circonscription Lons sud et Lons nord avec l’appui des conseillers départementaux EPS et LVE : les élèves d’Orgelet, Poids de Fiole, Passenans, Annoire, le Fied ainsi que les sixièmes bilangues du collège Brézillon étaient présents.

Les enseignants ont largement participé à l’animation et les élèves ont pu profiter de l’expertise enthousiaste des deux professeurs d’allemand du collège : Aurélien Boullet et Nathalie Rabatel.

Les participants ont évolué dans les différents ateliers, jeux de plateau culturels, fabrication d’un mini livre, expression théâtrale et danse avant de s’orienter et de courir sur le stade grâce à un parcours adapté. Une joyeuse "kollektiver Tanz" a clos cette journée riche en découvertes : des rencontres complètes et motivantes pour donner du sens à l’apprentissage des langues et donner le goût des rencontres culturelles .


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon