R

Accueil > DSDEN > Actualités > Armistice de 1918 : le parcours de la flamme du "Relais de la Paix" dans (...)

Rubrique Actualités

jeudi 15 novembre 2018

Armistice de 1918 : le parcours de la flamme du "Relais de la Paix" dans les quatre départements de l’académie !

Une initiative UNSS de l’académie de Besançon suivie par quatorze autres académies !

Une journée parisienne intense le mardi 6 novembre !

Armistice de 1918 : La flamme du "Relais de la Paix" arrivée jeudi dans les quatre départments de l'académie ! Pour les élèves licenciés de l’UNSS volontaires ayant été tirés au sort tout a commencé concrètement le 6 novembre : une délégation académique représentée par ces quatre élèves et accompagnés de leurs enseignants d’EPS et autres disciplines s’est rendue à Paris pour la cérémonie de reprise de la flamme sous l’Arc de Triomphe.

Un riche programme culturel proposé aux élèves dès leur arrivée à Paris

- 9 h 45 : rendez-vous aux Invalides,
- 10 h : musée de l’armée avec visites guidées,
- 14 h : projection d’un film sur l’importance du sport pendant la première guerre mondiale, intitulé : "1914-1918, le sport à l’épreuve du feu"
- 16 h : départ en bus pour la place de l’Étoile,
- 16 h 45 : mise en place au pied de l’Arc de Triomphe,
- 17 h : cérémonie de recueil de la Flamme,
- 18 h : ravivage de la Flamme du soldat inconnu,
- 18 h 45 : retour aux Invalides,
- 19 h 30 : départ des Invalides vers les académies parties prenantes.

Document d’accompagnement - Musée de l’Armée - journée du 6 novembre 2018

Le film, "1914-1918, le sport à l’épreuve du feu" projeté dans l’après-midi du 6 novembre sera mis à disposition des académies qui en feront la demande à des fins pédagogiques ; l’académie de Besançon s’est d’ores déjà manifestée afin de pouvoir en disposer.

Le parcours de la flamme

Lors de la cérémonie du ravivage de la flamme du soldat inconnu, les élèves ont prélevé la flamme pour la ramener dans la nuit jusqu’au rectorat d’académie de Besançon. La flamme de la paix, recueillie dans une lampe tempête a été transportée dès le jeudi 7 novembre au matin jusqu’aux quatre inspections académiques.
La flamme a alors pris des chemins différents pour rejoindre les lieux d’organisation des championnats départementaux de cross.

Une mobilisation intense dans les quatre départements de l’académie

Armistice de 1918 : La flamme du "Relais de la Paix" arrivée jeudi dans les quatre départments de l'académie !
- dans le Doubs, la flamme, portée par une cinquantaine de jeunes coureurs issus des établissements scolaires du département et de jeunes militaires du contingent, a été accueillie à la Malcombe par 1 800 jeunes compétiteurs. Une animation marquant les derniers instants de la Grande-Guerre avec une chorale du collège bisontin Denis Diderot a offert l’hymne à la Paix avant un lâché de colombes symbolisant la paix retrouvée.

- après un passage dans les collèges du département jurassien, la flamme a précédé le rassemblement des sept établissements scolaires lédoniens venus honorer la cérémonie commémorative de la Grande Guerre.

- en Haute-Saône, un relais entraîné par deux élèves présents à Paris a ouvert les hostilités avant de laisser place à deux prises de paroles d’une professeure d’histoire et de l’inspectrice d’académie.

De nombreux chefs d’établissement présents à cette journée du 7 novembre ont utilisé la flamme pour un travail pédagogique au sein de leur établissement respectif avant d’éteindre définitivement cette dernière lors des cérémonies commémoratives du 11 novembre dans leur ville respective.

- le "Nord Franche-Comté" a accueilli la flamme au parc de la Douce après un parcours de 20 kilomètres entre Montbéliard et Belfort. Avant d’être déposée sur le podium, la flamme a été honorée par une cornemuse qui a rappelé que cette terrible guerre avait embrasé toute l’Europe.

Le 11 novembre, lors de la cérémonie de commémoration aux Glacis à Besançon, la flamme est arrivée portée par 30 élèves (CM2, collégiens et lycéens), pour allumer une vasque à côté du monument aux morts.

La flamme a été éteinte officiellement au cours de la cérémonie et en public.

Tous les soirs la flamme a été gardée aux sein des services de l’UNSS des quatre départements.

Une exposition itinérante

Pour clore ces commémorations, le rectorat avec son service UNSS mettent en place une exposition sur le sport dans les tranchées, exposition itinérante faite de 46 roll-up et exposée du :
- 8 au 11 décembre inclus à Belfort
- 12 au 15 décembre à Vesoul
- 17 au 18 décembre à Besançon, salle Courbet (hôtel de Ville).

Les partenaires de la manifestation

Le rectorat, les quatre inspections académiques et lUNSS se sont mobilisées pour faire partager aux jeunes le devoir de mémoires et les valeurs de la Républiques véhiculées dans la pratique du sport.

"La flamme de la paix" dans le Doubs

Contact

Jean-Marie Vernet, directeur UNSS
Courriel
Site UNSS

 
mardi 23 octobre 2018

Le recteur Jean-François Chanet à la rencontre de classes de CP en REP dédoublées

Le vendredi 19 octobre, quatre écoles haut-saônoises situées en REP ont accueilli le recteur et l’IA-DASEN de la Haute-Saône.

Constater la qualité des enseignements en petits groupes

Diviser par deux les classes de CP en REP+ dès la rentrée 2017 a été une priorité du Gouvernement pour combattre la difficulté scolaire dès les premières années d’apprentissages.
À la rentrée 2018, on a assisté à la poursuite du déploiement des dédoublements en réseaux d’éducation prioritaire avec les classes de CP en REP et des CE1 en REP+.
Ainsi, l’académie compte 155 classes dédoublées en éducation prioritaire (dont 104 CP et 51 CE1).
Dans le département de la Haute-Saône, treize classes bénéficient de la mesure de dédoublement des CP en REP depuis la rentrée.

École Pablo Picasso et école des Rèpes à Vesoul

Les deux écoles ont une antenne RASED avec une ULIS et comptent un dispositif "plus de maître que de classe". Les projets d’école ont été construits en cohérence avec le projet REP et le contrat d’objectifs du collège Jacques Brel de Vesoul, collège de secteur.
Une analyse partagée des difficultés et des réussites des élèves a permis de construire des projets cohérents, avec des objectifs communs, en tenant compte de la singularité de chacune des écoles.
L’école Pablo Picasso a trois classes dédoublées de CP depuis cette rentrée (38 élèves). L’école des Rêpes, quant à elle, a deux classes de CP (soit 27 élèves).
Les enseignantes qui ont ces classes en charge ont bénéficié d’une journée de stage au mois de juin. La réflexion conduite a été centrée sur "quels changements dans les pratiques ?"
Cette réflexion a permis d’engager un travail sur l’emploi du temps, l’aménagement de la classe, les modalités de travail et les outils collectifs et individuels.

Après avoir assisté à des séances pédagogiques dans chacune des écoles, des tables rondes ont permis aux participants de mettre en évidence les bienfaits de cette mesure.
En présence de Barbara Bessot Ballot, députée de la première circonscription de la Haute-Saône, d’Isabelle Arnould, vice-présidente du Conseil Départemental et d’Alain Chrétien, maire de Vesoul, le recteur Jean-François Chanet, l’IA-DASEN Liliane Ménissier et l’inspectrice de circonscription, Isabelle Maurer, ont échangé avec les nombreux parents présents et les enseignantes.
Parmi l’ensemble des points positifs mis en évidence, on peut retenir :
- des élèves qui sont actifs car très souvent sollicités par leur enseignante 
- la joie d’apprendre et de faire apprendre 
- un apprentissage de l’autonomie engagé très tôt 
- une mise en commun des outils et pratiques d’apprentissage entre les enseignantes.
Les enseignantes ont également souligné que "des moments où les élèves peuvent souffler sont nécessaires, tant ils sont sollicités positivement dans les apprentissages".

École du Mont Pautet et école du Chanois à Saint-Loup-sur-Semouse

Il s’agit de deux écoles du secteur du collège REP André Masson. Les projets d’école sont définis pour le cycle 2 autour de trois axes :
- assurer un parcours de réussite de l’élève
- interroger les pratiques professionnelles en vue d’améliorer la réussite scolaire
- construire les conditions d’une prise en charge éducative cohérente.

Leurs équipes enseignantes sont fortement engagées dans l’amélioration des résultats des élèves depuis plusieurs années. Les priorités que sont le bien-être des élèves, l’amélioration des résultats scolaires en français et en mathématiques permettent la mise en place de projets pluriannuels tel que le "soutien au comportement positif.

Le dispositif "plus de maître que de classes" à l’école du Mont Pautet avait permis la mise en place d’un CP à onze élèves dès l’année dernière. Le bilan de cette expérience laissait déjà entrevoir les plus-values que peut apporter la généralisation des dédoublements en classe de CP :
- nette amélioration des résultats en français et en calcul mental pour l’ensemble des élèves
- plus grande implication et appétence de tous les élèves
- amélioration de la relation avec les familles
- progression continue de l’amélioration des pratiques enseignantes (mutualisation, mise en cohérence, dynamique d’innovation...)

Accompagnés de Christophe Lejeune, député de la deuxième circonscription de la Haute-Saône, de Pierre Despoulain, conseiller départemental du canton de Saint-Loup-sur-Semouse et de Thierry Bordot, maire de la commune, Jean-François Chanet, Liliane Ménissier et Carole L’Hôte, inspectrice départementale, ont d’abord assisté au travail des élèves. Tous ont pu noter l’aménagement spatial différent que permet un petit nombre d’élèves.
Lors des deux tables rondes, les parents étaient nombreux encore une fois à partager leur ressenti positif quant à cette mesure. Des parents très impliqués dans la vie de l’école et qui ont mis en avant :
- l’envie et l’impatience des élèves à venir apprendre à l’école
- la prise en charge facilitée des élèves timides ou un peu en retrait
- la mise en place de repères au travers des divers espaces accessibles dans la salle de classe
- un apprentissage de l’autonomie qui peut débuter très tôt.

À Vesoul comme à Saint-Loup-sur-Semouse, tant du côté des parents qui apprécient de voir leurs enfants apprendre avec envie que du côté des enseignantes qui mettent en évidence une pédagogie adaptée aux groupes de besoin, le dédoublement des CP est "une réelle réussite qui permet une meilleure prise en compte individuelle de l’élève".

Remise des diplômes du DNB au collège André Masson de Saint-Loup sur-Semouse

Cette journée s’est achevée par la cérémonie de remise des diplômes du DNB organisée par Corinne Villemin-Bérard, principale du collège. L’obtention du diplôme national du brevet ponctue la fin de la scolarité commune à tous les collégiens.
Jean-Francois Chanet a pu rappeler "l’importance de ce premier diplôme national qui est celui qui ouvre la voie à beaucoup d’autres", devant un auditoire composé d’anciens élèves de 3e et de nombreux parents venus les accompagner.
Il a également tenu à saluer la réussite des élèves issus d’UPE2A qui ont obtenu la mention très bien !


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon