R

Accueil > Académie > Actualités > En établissements > Devoir de mémoire au lycée Jules Haag de Besançon

Rubrique En établissements

mercredi 27 mai 2015

Devoir de mémoire au lycée Jules Haag de Besançon

Ce mercredi 27 mai, en présence du préfet de région, préfet du Doubs, Stéphane Fratacci, du recteur Jean-François Chanet et de Jacqueline Teyssier, dernière survivante franc-comtoise du camp d’Auschwitz, les élèves de l’établissement ont rendu un vibrant hommage aux anciens élèves de l’École de mécanique et d’horlogerie et leurs familles.

Devoir de mémoire au lycée Jules Haag de BesançonAccueillis par Guy Flauder, proviseur du lycée Jules Haage et par toute l’équipe éducative, les personnalités ont pu assister à cette émouvante cérémonie mise en place par les élèves :
- lecture de poèmes
- discours de commémoration
- dépose d’une fleur pour chaque élève mort pour la France
- Chant des partisans et Marseillaise par la chorale mise en place à l’internat par Audrey Mendes, assistante d’éducation
- cérémonie des portes-drapeaux : explication de la symbolique des drapeaux par les membres du souvenir français

Jean-François Chanet, recteur de l’académie, a souligné combien il était important de "recréer du lien" avec des événements douloureux du passé afin de se poser la question de ce que l’on aurait fait soi-même : "Résister on non, choisir, s’engager...". Il a également rappelé à quel point les valeurs de la Résistance restaient importantes aujourd’hui : "Être résistant, c’était refuser de rester indifférent. Si l’esprit de la résistance c’était il y a 70 ans de ne pas rester indifférent face à l’occupation, aujourd’hui, pour vous, c’est de prendre vos responsabilités de citoyens, d’adultes responsables en ne restant pas indifférents au monde dans lequel vous vivez".


La cérémonie s’est poursuivie par un repas réunissant élèves d’aujourd’hui et anciens élèves. Tous ont ensuite pu visiter l’exposition réalisée à cette occasion.

Historique du projet

En 2013, à l’occasion d’une exposition sur l’École nationale d’horlogerie (E.N.H.) organisée par le musée du Temps, Anne Lescalier, professeur d’histoire-géographie décide de travailler sur la vie quotidienne des élèves pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des anciens élèves sont alors contactés : certains rencontrent le groupe "Littérature et société", d’autres entretiennent une correspondance. Tous fournissent des photocopies de leurs documents personnels variés et très nombreux. Les élèves ont alors pour tâche de reconstituer la journée et la semaine d’un interne et de présenter la façon dont les jeunes ont vécu l’annonce de la fin de la guerre.

Devoir de mémoire au lycée Jules Haag de BesançonLe 6 février 2014, en présence d’anciens élèves, le groupe "Littérature et société" expose le résultat de leurs travaux en commençant par la lecture théâtralisée d’un poème écrit par un ancien élève. Entre démarche d’historien et émotion, les élèves ont été amenés à réfléchir à l’impact de la guerre en zone interdite sur le quotidien de jeunes gens de leur âge.

Une action qui se prolonge avec la participation au concours de la Résistance : cette année, sur le thème de "la Libération, la découverte des camps de concentration et le retour des déportés", le lycée y participe car trois professeurs de l’E.N.H. ont été déportés à Mauthausen. Le témoignage de l’un d’entre eux a été publié dans le bulletin de l’école. En ce 70e anniversaire, il est essentiel que les élèves de 2015 de Jules Haag s’approprient son histoire et établissent une relation forte avec ceux qui ont vécu dans les mêmes locaux à une époque différente.

Avec l’aide de Jean-Yves Monnin, président de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (O.N.A.C.) et des services de la préfecture, les élèves ont contacté les associations d’anciens combattants et résistants qui viendront prendre part à la commémoration.

Pour reconstituer le parcours des personnes inscrites sur les plaques commémoratives du lycée, les élèves ont fait des recherches sur Internet et dans les bulletins des anciens élèves. Ils ont également rédigé un article publié dans l’Est Républicain qui a permis aux héritiers de certains élèves de se manifester.

Les affiches, les invitations, les lettres, les articles et même le menu de ce 27 mai, ont été réalisés par les élèves : un projet fédérateur et transversal pour ces élèves de première sciences industrielles de l’ingénieur (S.I.2.), en lien avec leurs programmes d’histoire-géographie et de français.

Contacts

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de la microtechnique et de l'automatique
Jules Haag - Besançon
Informations complètes

Olivier Apollon, référent "mémoire et citoyenneté"


Galerie


 
mercredi 27 mai 2015

Richesse d’Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans

Dans le cadre du Festival des jardins à la Saline d’Arc-et-Senans, les étudiants de B.T.S. design d’espace du lycée Ledoux proposent un jardin sur le thème de l’Afrique

Festival des jardins 2015 : jardins de voyageurs

Les années 1775-1779, au cours desquelles la Saline royale est construite, correspondent à l’époque exceptionnelle des grands voyageurs, pénétrés de cette soif de découvrir et d’apprendre, de posséder le savoir et de le faire partager afin de concourir au progrès et au bonheur de l’Homme.

Présenter la thématique du voyage à la Saline royale, c’est aussi faire dialoguer un chef-d’œuvre d’architecture du siècle des Lumières, exactement contemporain de grandes expéditions, avec un savoir botanique qui s’organise et s’enrichit.
Il s’agit de rendre hommage à ces moments d’histoire qui ont contribué à bouleverser la vie quotidienne, intellectuelle et spirituelle de l’Humanité.

C’est sur ce thème, en écho à l’exposition Mines de Sel, que sont pensés les Jardins de voyageurs pour la quinzième édition du Festival des jardins de la Saline royale.
Conçus et réalisés de septembre 2014 à juin 2015 en collaboration avec 22 établissements de formation du Grand Est de la France et de Suisse, les Jardins de voyageurs se déclinent sur 12 parcelles à travers des thèmes comme les voyages imaginaires, le voyage des peintres, l’Orient des écrivains, le paradis spirituel, le voyage immobile ou la quête de l’Eden terrestre.

Richesse d’Afrique

Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-SenansL’objet de ce projet fut de créer, d’étudier et de co-réaliser, sur une parcelle de 400m2 un jardin sur le thème de l’Afrique.

Les étudiants de B.T.S. design d’espace du lycée Ledoux, accompagnés par Noël Fressencourt, professeur agrégé d’arts appliqués, ont dû concevoir un jardin, de sorte qu’il évoque artistiquement l’Afrique dans le cadre des Jardins de voyageurs :
- l’Afrique et ses couleurs, ses matières et ses ambiances
- l’Afrique des artistes (Delacroix, entre 1832 et 1833), des écrivains (Flaubert, 1851 : Voyage en Égypte), des voyageurs prompts à faire partager leur expériences au fil de leurs plumes et de leurs pinceaux...
- l’Afrique dans sa rigueur et sa beauté sauvage
- l’Afrique à parcourir autant qu’à imaginer.

Enfin si le proverbe africain nous dit que "la terre n’a qu’un soleil", elle a en revanche plus d’un jardin...Et en particulier celui-ci, dont le parti fut de donner forme et espace à un idéogramme africain qui signifie la richesse, la rencontre…La boucle est bouclée !

Reste à le visiter, du 13 juin au 18 octobre 2015
Inauguration le samedi 13 juin à 16 h 30

En savoir plus - Saline royal d’Arc-et-Senans

Contact

25
Lycée polyvalent
Claude Nicolas Ledoux - Besançon
Informations complètes


Galerie

Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans Richesse d'Afrique : un jardin à découvrir à Arc-et-Senans

 
jeudi 21 mai 2015

Les filles au lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon

Une exposition itinérante réalisée dans le cadre du projet égalité filles-garçons

Le lycée Pierre-Adrien Pâris, lycée des métiers du bâtiment et des travaux publics, labellisé E.3D. Expert, propose des formations allant du C.A.P. au B.T.S. dans ces domaines.

Les filles y ont toute leur place mais sont trop peu représentées, soit par défiance de ce secteur d’activités, se le représentant comme trop masculin, soit par manque d’information sur les métiers proposés.

Cette exposition a pour ambition de montrer la légitimité de la place des filles dans ces formations pour lesquelles elles ont les aptitudes nécessaires et la possibilité de s’épanouir dans un environnement propice.

Qu‘elles soient menuisière, géomètre topographe, assistante d’architecte, économiste de la construction, électricienne, plâtrière-plaquiste, technicienne en travaux publics, en maintenance sanitaire, en gros œuvre, toutes ont participé à ce projet avec enthousiasme et avec la volonté de montrer que travailler dans le secteur du bâtiment et des travaux publics peut être une chance pour une fille.

Cette exposition, dont le vernissage a eu lieu le 15 avril, est mise à disposition des collèges, des institutions et sera exposée dans les maisons de quartier pendant les vacances d’été, plus tard au siège de la fédération régionale du Bâtiment.

Une action qui s’inscrit dans la durée : l’an passé, l’établissement avait réalisé un clip vidéo sur la même thématique.

25
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la construction durable
Pierre-Adrien Pâris - Besançon
Informations complètes


Galerie

Les filles au lycée Pierre Adrien Paris de Besançon Les filles au lycée Pierre Adrien Paris de Besançon Les filles au lycée Pierre Adrien Paris de Besançon

 
lundi 4 mai 2015

Journée d’ELA

Pour sa 16e année de participation à l’opération "Mets tes baskets et bats la maladie" lancée par l’association ELA (Association Européenne de lutte contre les Leucodystrophies), le lycée Armand Peugeot s’est largement mobilisé avec plus de 200 élèves participant à l’événement

L’opération a débuté en octobre par La "dictée d’ELA", à l’occasion de laquelle le lycée avait eu le plaisir de recevoir Arthur Vichot, coureur cycliste franc-comtois.
Puis, en février, les élèves de 2nde 5 et 6 constitués en mini-entreprise ont vendus des roses au profit d’ELA à l’occasion de la St Valentin.
En mars, les élèves volontaires ont récoltés des dons pour l’association en vendant des carnets de parrainage.
Journée d'éla
Le matin de l’événement, des élèves du C.V.L. (conseil de le vie lycéenne) et de la mini-entreprise des 2nde 5 et 6, accompagnés d’Emmanuelle Champendal, conseillère principale d’éducation du lycée et pilote de l’opération, se sont rendus sur le marché de Valentigney pour une vente de roses au profit d’ELA.

L’après-midi, de nombreuses activités, animées par des élèves et des professeurs bénévoles, ont été proposées aux 200 élèves participants à l’opération : futsal, badminton, flashmob, création d’une fresque. Deux classes de terminale ont participé à une conférence-débat de sensibilisation aux leucodystrophies présidée par Christelle Stürz, championne du monde de karaté 2010, coach du programme « SOS ma famille a besoin d’aide » et marraine d’ELA, en présence de Marie Chérel, ancienne professeure du lycée, initiatrice de l’action au sein de l’établissement il y a 16 ans, et de Rani, ancien ambassadeur ELA au lycée de Delle resté très investi au sein de l’association et qui venait témoigner de son implication.

En fin d’après-midi, les élèves se sont réunis au forum pour assister à la flashmob répétée plus tôt dans la journée, puis plusieurs élèves ont fait profiter l’assemblée de leur talent de musiciens.
Sous les applaudissements des lycéens, un chèque a été remis à l’association ELA : au total ce sont 4541 euros qui ont été récoltés cette année au profit de la lutte contre les leucodystrophies.

La journée s’est terminée par un pot de l’amitié préparé par l’équipe de restauration du lycée.
L’opération solidaire se conclura le 3 juin à Paris par la soirée des ambassadeurs ELA qui verra se réunir les élèves les plus impliqués pour l’association de chaque lycées et collèges de France.

Les leucodystrophies

Ces maladies génétiques s’expriment soit par une déformation de la myéline (ndlr : sorte de gaine enveloppant les nerfs), soit par sa destruction. Cela se traduit par une paralysie progressive à laquelle peuvent s’ajouter des déficits intellectuels et sensoriels. Dans les cas les plus graves le décès est inéluctable. Les premiers signes de la maladie apparaissent le plus souvent à l’école : troubles du comportement, de la compréhension, de la vision, de la mémoire, de la marche et de l’équilibre. Depuis sa création, ELA soutient la recherche dans le domaine des leucodystrophies et des maladies de la myéline.

Le site d’ELA, Association Européenne de lutte contre les Leucodystrophies

25
Lycée général et technologique
Armand Peugeot - Valentigney
Informations complètes


Galerie

sel DSC06972 Copier sel DSC07219 Copier sel DSC07223 Copier sel DSC07229 Copier sel DSC07236 Copier sel DSC07240 Copier sel DSC07246 Copier sel DSC07259 Copier sel DSC07269 Copier sel DSC07278 Copier sel DSC07285 Copier sel DSC07293 Copier sel DSC07294 Copier sel DSC07295 Copier sel DSC07299 Copier sel DSC07326 Copier sel DSC07332 Copier sel DSC07343 Copier sel DSC07347 Copier sel DSC07358 Copier sel DSC07369 Copier sel DSC07414 Copier sel DSC07423 Copier sel DSC07442 Copier sel DSC07497 Copier

 
vendredi 24 avril 2015

Promotion du respect et éloge de la différence

Une rencontre exceptionnelle entre les élèves du lycée Lumière et Josef Schovanec, représentant français des autistes de haut niveau

Dans le cadre d’un partenariat avec l’ADAPEI de la Haute-Saône et à l’initiative de Laurent Bertrand, professeur référent « handicap », la journée du mardi 7 avril dernier a été consacrée à la rencontre avec Josef Schovanec, venu témoigner sur la situation des personnes avec autisme au lycée Lumière à Luxeuil-les-Bains.

Josef Schovanec n’est plus à présenter : écrivain, chercheur en philosophie et en sciences sociales, ancien élève de Science Po Paris, docteur de l’EHESS, chroniqueur radio intervenant régulièrement à la télévision, c’est un homme brillant atteint du syndrome d’Asperger.

Des interventions au sein des classes

C’est avec les élèves en Ulis (Unités localisées pour l’inclusion scolaire) et de l’Institut Médico-Educatif que Josef Schovanec a commencé sa journée. Ce jeune public, directement concerné par le handicap et le sentiment d’exclusion, n’a pas hésité à l’interroger avec beaucoup de spontanéité sur sa manière de vivre sa différence au quotidien, tant sur le plan intime que social.

Après cet échange très naturel qui s’est instauré (agrémenté des cookies généreusement préparés par les élèves de CAP), l’auteur de Je suis à l’Est a rejoint la classe de Terminale ES, puis celle de Terminale L pour les deux dernières heures de la matinée. La première classe, incluant un élève présentant des troubles autistiques, s’est montrée attentive aux questions du vivre ensemble et aux difficultés rencontrées par « les personnes avec autisme » selon la formule adoptée par l’intervenant. Ce grand voyageur ne cesse de prôner la richesse de la différence, qu’elle soit culturelle ou psychologique. Dans son livre Eloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez, Josef Schovanec, passionné de langues anciennes et orientales, explique qu’il est plus facile de se sentir à l’aise et accueilli à l’étranger, plutôt qu’étranger parmi les siens. L’échange s’est ensuite élevé dans les sphères philosophiques avec les élèves de Terminale Littéraire. La rencontre avait été amplement préparée avec leur enseignante de philosophie, Martine Eggenspiller, en particulier en visionnant le documentaire Le cerveau d’Hugo et en formulant des questions à aborder ensemble. Des notions telles que l’identité, Autrui, l’expérience, la société, le langage et les langues ont pu être abordées avec plaisir par Josef Schovanec devant une classe conquise et attentive.

Une conférence très vivante dans l’auditorium

Dans l’après-midi, une conférence publique a été organisée pour pouvoir accueillir un plus large auditoire : les partenaires sociaux, sanitaires et institutionnels du secteur avaient été conviés en plus de plusieurs classes des sections professionnelles et générales du lycée. C’est donc devant un auditorium bien rempli que Josef Schovanec a introduit son intervention par un petit film d’animation espagnol présentant de brefs portraits d’enfants porteurs de trouble du spectre autistique. Son propos a été de démontrer que tout un chacun est doté de capacités et de talents singuliers, parfois totalement hors normes, mais que c’est bien cette diversité qui fait la richesse de la société.

Sa présentation, sous forme de devinettes, de photographies de personnes devenues célèbres dotées de caractéristiques autistiques dans l’enfance (trouble de l’acquisition du langage ou de la communication, peur du contact physique, phobie sociale…), a confirmé qu’il existe bien une multitude d’intelligences et qu’on est tous « limité » à notre manière sur un plan ou un autre. Dans ces conditions, il est impensable d’envisager d’exclure de l’école comme de la société un individu porteur d’un handicap quelconque. Mais il est essentiel de ne pas méconnaître les difficultés de chacun pour ne pas aggraver l’exclusion possible (tenir compte, par exemple des stimulations sensorielles exacerbées des personnes autistes qui peuvent nuire à leur attention : bruit, phobies pour certaines couleurs, lumière excessive…).

Cette découverte de l’autisme, comme mode d’être au monde différent, interroge en effet sur ce qui fait de nous des êtres sociaux, intégrés, adaptés ou non à notre société/culture telle que nous la construisons, ou telle qu’elle se présente ailleurs (dans d’autres pays). A un âge où la pression du groupe et de la norme est importante, ou de nombreux jeunes se sentent rejetés, voire harcelés du fait de leur singularité, le propos de Josef Schovanec ne peut que toucher. D’autant qu’il s’accompagne d’un sens décapant de l’humour et de la dérision qui a rendu ce moment particulièrement enthousiasmant pour tous ceux, adultes comme adolescents, qui ont eu le bonheur d’y participer !

70
Lycée polyvalent
Lumière - Luxeuil-les-Bains
Informations complètes

 
mardi 21 avril 2015

Talent d’avenir au lycée Pontarcher de Vesoul

Après le lancement en janvier dernier du dispositif "Talents d’avenir", en partenariat avec "Talent campus", le déploiement académique à destination des élèves de lycées professionnels se met en place dans toute la région

Une première session s’est déroulée en mars au lycée Prévert à Dole avec 35 élèves de terminales baccalauréat professionnel Gestion administration et Vente/commerce.
Ralent d'avenir lycée Pontarcher de Vesoul Cette semaine, ce sont 55 élèves de première baccalauréat professionnel tertiaire au lycée professionnel Pontarcher à Vesoul, qui, à leur tour, vont être amenés à découvrir leurs compétences, acquises durant leur parcours scolaire et personnel à travers des mises en situation. Ils seront notamment amenés à valoriser leurs forces :
- apprendre à se présenter,
- développer sa confiance en soi,
- gérer son stress et ses émotions,
- simuler des entretiens d’embauche et en cerner l’enjeu.
Autant de savoir-être qui permettront aux élèves de mieux se connaître, de révéler leur potentiel et de faire l’acquisition d’un bagage pour s’insérer professionnellement ou mener à bien leur poursuite d’études en particulier dans le cadre des stages.

La prochaine session aura lieu en mai au lycée Jules Ferry à Delle avec 55 élèves de premières, terminales en baccalauréats professionnels tertiaires, industriels et sanitaires et sociaux.

70
Lycée professionnel
Pontarcher - Vesoul
Informations complètes

 
vendredi 17 avril 2015

Échanges franco-suisses au lycée Armand Peugeot de Valentigney

Mardi 31 mars, une quarantaine d’élèves du lycée, accompagnés de professeurs, se sont rendus au Bildungszentrum für Wirtschaft und Dienstleistung (B.W.D.) de Berne, lycée technologique et tertiaire, dans le cadre du partenariat entre les deux établissements

Échanges franco-suisses au lycée Armand Peugeot de Valentigney Le directeur du B.W.D., Raymond Anliker, a accueilli les lycéens puis leur a présenté l’établissement et le système éducatif suisse.
Puis les élèves ont été répartis dans six classes pour suivre un cours avec leurs homologues bernois. Malgré la barrière de la langue (tous n’étaient pas germanophones), ils ont pu apprécier de découvrir une approche éducative et pédagogique différente.

Après un buffet froid offert par le lycée suisse, les élèves et professeurs de Valentigney se sont rendus à Ostermundigen pour la visite d’une usine du groupe E.M.M.I., leader Suisse dans l’élaboration de produits laitiers.
En fin d’après-midi, les élèves sont repartis pour Valentigney avec un délicieux souvenir : un assortiment de leurs produits vedettes, accompagné d’une cuillère à l’effigie du groupe.
Les échanges mis en place avec entre le lycée Armand Peugeot et le lycée bernois ont permis à 60 élèves du B.W.D. de découvrir l’établissement français et le Pays de Montbéliard à l’automne dernier. Une dizaine élèves suisses ont été accueillis au lycée en début d’année, logés par les familles, pour une semaine d’immersion.
Le partenariat entre les deux établissements devrait se poursuivre par un renforcement de la coopération linguistique franco-allemande au travers de plusieurs projets.

Une fois par an

- rencontre des équipes de direction des deux lycées et des professeurs d’économie-gestion, d’allemand, d’anglais et de français. La prochaine rencontre aura lieu en octobre au lycée Armand Peugeot. Au programme de cette rencontre :
- créneau d’échanges disciplinaires
- rencontre avec des responsables de l’académie de Besançon
- visite d’entreprise

Deux fois par an

- parution d’un magazine franco-allemand dont le bureau de rédaction se tiendra alternativement au lycée de Berne ou de Valentigney.
- Réalisation de vidéos par les élèves des deux établissements présentant par exemple, le déroulement d’une journée dans leur lycée, le portrait d’un élève au talent particulier ou la présentation de leur ville/district/région.
- poursuite des visites d’une journée de groupes d’élèves avec participation aux cours et visite d’entreprise. Les prochaines journées-découverte auront lieu en septembre à Valentigney et en mars 2016 à Berne.
- poursuite des semaines d’échanges individuels d’élèves logés en famille d’accueil, avec un ou deux jours de présence d’un professeur de l’établissement d’origine. Les échanges auront lieu en septembre pour les élèves de Valentigney et en février pour les bernois.

Le Bildungszentrum für Wirtschaft und Dienstleistung (B.W.D.)

Échanges franco-suisses au lycée Armand Peugeot de Valentigney Fondé en 1876, le B.W.D. était à sa création une école de commerce réservée aux jeunes filles. C’est siècle plus tard qu’il a ouvert ses portes aux garçons et est devenu une école supérieure de commerce à plein temps.
Actuellement, il compte 45 professeurs pour 405 élèves répartis dans 18 classes. L’établissement propose une filière Commerce et, depuis trois ans, une filière Informatique. Chaque cursus dure quatre ans : trois ans à l’école puis un an de stage en entreprise à temps plein.
Grâce à la notoriété de ses formations, le B.W.D. reçoit environ 400 offres de stage par an, de quoi combler largement les besoins de ses étudiants.
Les stagiaires sont rémunérés aux alentours de 1 500 Frs par mois.
Le taux de réussite aux examens de situe entre 90 et 95%

Le groupe E.M.M.I.

Échanges franco-suisses au lycée Armand Peugeot de Valentigney Le groupe E.M.M.I. traite 50% de la production laitière suisse et emploie plus de 5 000 personnes en Suisse et à l’étranger. E.M.M.I. se définit comme l’entreprise la plus innovante du secteur avec une cinquantaine de produits lancés avec succès depuis dix ans. Ayant atteint sa limite de production en Suisse, le groupe a créé des usines de production dans plusieurs pays et vise un marché mondial. L’usine d’ Ostermundigen, visitée par les élèves, traite 10% de la production laitière suisse. 1 200 produits y sont fabriqués par 226 personnes, dont leur produit phare "Caffè Latte" destiné presque exclusivement à l’exportation.

Contact

25
Lycée général et technologique
Armand Peugeot - Valentigney
Informations complètes

 
jeudi 16 avril 2015

Une semaine des arts au collège des Hautes-Vignes de Seloncourt

Une semaine des arts est organisée du 20 au 24 avril au collège afin de partager la diversité et la richesse des travaux de création des élèves. Des ateliers et interventions viendront compléter l’exposition

Objectifs pédagogiques

Une semaine des arts au collège des Hautes-Vignes de Seloncourt
- valoriser les travaux de création des élèves
- leur faire découvrir les problématiques liées à l’exposition en participant au montage, à la diffusion
- les faire verbaliser autour de leurs productions, et pas uniquement devant leur classe
- leur rappeler que l’art n’est pas uniquement une chose en lien avec l’épreuve d’histoire des arts
- créer des situations inattendues dans leur contexte quotidien (par un happening surprise organisé par les professeurs notamment)

Les 284 élèves du collège sont concernés par les expositions, intermèdes sonores et happening :
- les 5e, 4e et 3e volontaires participeront à l’atelier maquette
- les 4e et 3e volontaires découvriront le métier d’architecte
- deux classes de 3e et une classe de 4e participeront à l’atelier dessin à la craie

Programme détaillé

Contact

Élise Gessier, professeur d’arts plastiques

25
Collège
Les Hautes Vignes - Seloncourt
Informations complètes

 
mercredi 15 avril 2015

Un flash mob en espagnol pour promouvoir l’égalité hommes - femmes

Un flash mob c’est le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de se disperser rapidement : un projet pédagogique original et nécessaire pour permettre l’évolution des mentalités en favorisant l’implication des élèves.

Un flash mob en espagnol pour promouvoir l'égalité hommes - femmes Après avoir étudié le rôle de la femme de la dictature de Franco à aujourd’hui, Christine Morales, professeur d’espagnol a cherché à savoir avec trois classes de seconde si au sein de leur propre famille on élevait les filles comme les garçons. Chaque élève a interrogé cinq filles et cinq garçons de 14 à 19 ans et renseigné un questionnaire en ligne.
Au total 550 élèves ont été interrogés.

Premiers enseignements :
- les filles participent plus que les garçons
- les filles s’occupent plus de leurs frères et sœurs et de l’animal de compagnie
- les tâches dévolues aux filles se déroulent en majorité à l’intérieur de la maison
- les garçons sont majoritairement occupés à l’extérieur de la maison (jardin, bois, garage).

Les parents, par le biais de leur éducation ou des cadeaux qu’ils offrent, génèrent donc une inégalité en conditionnant leurs enfants. Les élèves ont décidé de réaliser un flash mob pour dénoncer cette réalité et ont souhaité ouvrir cette initiative à tous les élèves du lycée et aux élèves de collège.

Un flash mob en espagnol pour promouvoir l'égalité hommes - femmes Laura Godoy et Florian Cachot, enseignants d’espagnol, ainsi que deux collègues des collèges Gérôme et Jean Macé, Catherine Bailly et Dominique Parals, ont tout de suite adhéré à ce projet.

Par groupe de deux les apprenants ont, sur le modèle des flash mobs experimento M.P.3 qui se déroulent au Mexique, inventé leur propre manifestation comportant une feuille d’instructions et une feuille avec leur chorégraphie.
Les meilleures idées ont été sélectionnées puis les instructions ont été envoyées via les réseaux sociaux en espagnol aux élèves des trois établissements, grâce aux voix enregistrées de deux anciens assistants d’espagnol, tout deux mexicains : Alejandro Calzada et Anylú Baltazares Lopez. Mardi 31 mars, les élèves se sont retrouvés dans la cour un peu avant la récréation du matin et, au son de la cloche, ont démarré la chorégraphie suivant les instructions de leur lecteur M.P.3.

En savoir plus

Présentation du projet
Présentation du flash mob
Flash mob - Lycée Belin

Contact

70
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'ingénierie numérique
Édouard Belin - Vesoul
Informations complètes

Christine Morales, professeur d’espagnol

 
vendredi 10 avril 2015

De la scène à la régie, séances pratiques à Bussang

Du 30 mars au 03 avril 2015 : les élèves de la section d’enseignement professionnel Bartholdi du lycée Georges Colomb de Lure ont travaillé en partenariat avec le Théatre du Peuple de Bussang

Objectifs

- élaborer un projet de création collective pour le communiquer tout en travaillant sur l’estime de soi, la gestuelle et la voix
- rencontrer le régisseur du théâtre et ouvrir les perspectives d’avenir de nos élèves au monde du spectacle
- articuler ce projet théâtral avec un projet de webradio.

- nombre de participants : 21 élèves de seconde électrotechnique.

De la scène à la régie, séances pratiques à Bussang Les élèves se sont installés pour la semaine à Bussang. Ils ont participé aux activités théâtrales proposées par Ulysse Barbry, en contrat avec le Théâtre du Peuple. Le comédien a impulsé l’élaboration d’une création collective : il est parti d’interviews (personnel du théâtre, Bussenets, comédiens amateurs…) réalisées par les élèves et a construit avec eux de petites scènes qui ont donné lieu à un spectacle d’une quarantaine de minutes. En complément, M. Maradan, professeur de judo et de chi gong a travaillé avec les élèves sur la conscience de soi à travers des exercices pratiques : travail sur le corps, relaxation, exercices respiratoires…

À l’occasion de la visite du théâtre, les élèves ont rencontré le régisseur lumière, Emmanuel Pestre qui leur a apporté toutes les informations techniques nécessaires sur son travail. Il leur a même permis, chose exceptionnelle, d’ouvrir le fond de scène du théâtre pour leur représentation finale !

Pendant cette semaine, les élèves ont aussi découvert les Hautes-Mynes du Thillot à travers une visite contée, menée par M. Poisson, le directeur du musée. La semaine fut bien remplie, riche en expériences et tous sont rentrés ravis !
Témoignages d’élèves :
"Au début, je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de faire du théâtre, mais quand je vois ce que j’ai pu réaliser à la fin de cette semaine…"
"Pendant cette semaine, j’ai découvert certains de mes camarades de classe."
"Ce que j’ai préféré, c’est le spectacle que l’on a construit, tous ensemble."

Théâtre du Peuple
Hautes Mynes du Thillot

Contact

Monsieur Baretje, proviseur du lycée polyvalent Georges Colomb - S.E.P. Bartholdi de Lure
Tél. : 03 84 89 03 80

70
Lycée général et technologique
Georges Colomb - Lure
Informations complètes


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon