• Région académique Bourgogne Franche-Comté

Rubrique Actualités

vendredi 15 juin 2018

Examens et mouvements de grèves

Pour les examens, la SNCF assure une prise en charge prioritaire des candidats.

La période des examens a commencé dans toute la France. Du 06 au 29 juin, à la demande du Conseil régional, SNCF Ter Bourgogne Franche-Comté met en place un dispositif d’alerte "SNCF spécial exams" en coopération avec les rectorats des académies de Dijon et Besançon : vigilance accrue des trains acheminant les élèves aux sessions d’examens et information auprès des autorités académiques en cas de retard, suppression et incident.

La liste des trains est disponible chaque jour à 17h pour vos trajets du lendemain. Les "Gilets rouges" en gare sont là pour vous informer.
En savoir plus - MEN
En savoir plus - Communiqué de presse : dispositifs examens Bourgognen Franche-Comté

 
vendredi 8 juin 2018

La coopération au centre des débats le 30 mai dernier

La communauté éducative avait rendez-vous à la MSHE Ledoux à Besançon pour une journée académique de l’innovation pédagogique riche en partages et échanges.

Cette journée académique de l’innovation pédagogique a été organisée conjointement par l’académie de Besançon, l’Université de Franche-Comté et Canopé.

Elle s’inscrit dans le cadre d’un séminaire inter-académique sur le thème de l’innovation dont le premier temps fort a été organisé à Dijon le 22 novembre 2018 et dans la lignée de la journée inaugurale de la MUE, du 18 septembre dernier.

La "coopération, au service de la réussite des élèves"

La coopération au centre des débats le 30 mai dernier - © Association Hophophop Pour les participants, professeurs du 1er et 2d degrés, chefs d’établissement, inspecteurs et partenaires, cette journée a été l’occasion de pouvoir se rencontrer et d’échanger au détour de conférences, d’ateliers et de stands présentant des projets particulièrement innovants.

Elle avait également vocation à repérer et accompagner les personnels prêts à s’engager dans une dynamique coopérative et plus largement innovante pour les encourager à s’engager vers un "faire autrement".

Des ateliers animés par les partenaires de la MUE

Les ateliers proposés ont montré la diversité des formes prises par l’accompagnement des équipes "de terrain" et par de nombreux partenaires, notamment ceux issus du monde associatif.

Dans la cours de la MSHE, des stands ont permis aux visiteurs de découvrir des concepts à la pointe de l’innovation pédagogique : drones, fablab, learn-o, escape game.

Le "boulevard de l’innovation" a permis de souligner la richesse des thèmes, des problématiques et des actions conduites dans les projets accompagnés dans le cadre de l’innovation. Des projets innovants mis en œuvre dans l’académie et accompagnés par le PARDIE, ainsi que des projets accompagnés par la Cellule académique recherche et développement innovation et expérimentation de l’académie de Dijon et par la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt DRAAF Bourgogne-Franche-Comté ont également été présentés.

De nouvelles pratiques pédagogiques : entre coopération et décloisonnement

Ces projets mettent en œuvre une dynamique de décloisonnent, concept qui a été interrogé lors de la conférence-atelier menée conjointement par Jérôme Saltet, directeur associé de Play Bac et François Taddeï, directeur du Centre de recherche interdisciplinaire.

Un concept qui nécessite une réflexion sur des pratiques coopératives entre enseignants et entre les différents acteurs de la communauté éducative.

Sylvain Connac, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation, a quant à lui évoqué ce qui compose la boîte à outils de ces pratiques de coopération entre élèves, pratiques encouragées par les enseignants pour renforcer les apprentissages, l’entraide et la confiance en soi.

Des collégiens apprentis comédiens

À la mi-journée, les élèves de 3e prépa pro du lycée Ferdinand Fillod de Saint-Amour ont conquis les nombreux visiteurs avec leur pièce de théâtre sur le thème de "l’écologie et de la protection des océans" intitulée : "Les bergers de l’horizon bleu". Une représentation qui vient signer l’aboutissement d’un projet pédagogique innovant d’une année.

Le recteur Jean-François Chanet avait pu découvrir en avant première cette prestation, digne de véritables professionnels, lors de sa visite dans l’établissement, quelques jours plus tôt.

Une journée ancrée dans le projet de maison universitaire de l’éducation

Dans le cadre d’un point presse, Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités, recteur de région académique, Jacques Bahi, président de l’Université de Franche-Comté, Laurent Tainturier, directeur territorial de Réseau Canopé académies de Besançon et Dijon ont rappelé les enjeux de la MUE, notamment dans le domaine de l’innovation et de la coopération pédagogiques.

La question du "pour quoi et du comment coopérer" est au centre du processus de mise en œuvre de la MUE. Les acteurs impliqués dans ce processus (acteurs universitaires, académiques et partenaires associatifs) sont ainsi engagés dans une démarche innovante. Développer de nouvelles pratiques collaboratives dans de nouveaux cadres et de références communes encore à créer, c’est engager à inventer ensemble, ce qui n’existe pas encore.

Deux défis se présentent alors à la MUE :

- trouver le meilleur équilibre entre expérimentation et capacité à produire des résultats, entre devoirs de pertinence et devoir de conformité
- faire émerger une intelligence collective résultant des compétences de chacun, ce tout plus grand que la somme des parties, point d’équilibre dynamique entre créativités individuelles, cohésion et cohérence de l’ensemble.

Contacts

PARDIE
Courriel

Lionel Croissant, chef de projet MUE

 
jeudi 7 juin 2018

Batissiel + : deux établissements primés au national !

Parmi les lauréats de la finale inter-académique, deux établissements de la région se sont illustrés lors de la finale nationale au parlement européen.

Le collège Rouget de L’Isle de Lons-le-Saunier, de l’académie de Besançon a obtenu le 2e prix dans la catégorie "collège", tandis que le collège SEGPA Perceret de Sémur-en-Auxois de l’académie de Dijon remportait le 1er prix de la catégorie "pro".

Félicitations aux élèves des deux établissements !

Batissiel + : finale inter-académique Besançon-Dijon et remise des prix

 
lundi 4 juin 2018

La mobilité à l’honneur lors du Forum "Think different, move VIP"

Le 29 mai dernier, un forum de la mobilité était organisé par la Fédération régionale des maisons familiales rurales de Bourgogne Franche-Comté à Arc-lès-Gray. Il a été l’occasion pour les jeunes de la région de témoigner de leur expérience à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus+.

La fédération des MFR a organisé ce forum pour clore le projet Erasmus+ de 2017. Cette journée a permis à 204 jeunes des MFR, des lycées professionnels de l’académie et des compagnons du Tour de France de se retrouver et de raconter leur expérience après une mobilité Erasmus+. Ils ont également reçu officiellement leur Europass, un passeport européen pour la mobilité.

La mobilité internationale pour tous

 "Think different, move VIP" Les 105 invités ont pu échanger avec les jeunes, visionner une vidéo des mobilités réalisées et participer à la visio-conférence avec des jeunes en stage à Dublin.

Cette journée fut également l’occasion de sceller le partenariat pour le projet Erasmus + entre la fédération régionale des MFR Bourgogne Franche-Comté et l’académie de Besançon par la signature de la convention de partenariat sur les projets Erasmus.

Un nouveau projet Erasmus plus a été déposé par la fédération des MFR et l’académie de Besançon en janvier 2018. Ce projet devrait permettre à 245 apprenants de 1re bac professionnel de dix-huit établissements, à 116 membres du personnel et 34 accompagnateurs jeunes d’effectuer un stage professionnel en entreprise ou une visite en immersion en établissements en Europe.

Dans son discours, le recteur a tenu à souligner la concrétude et les nombreux bénéfices de ce programme : "le projet Erasmus+ représente l’esprit de l’Europe, l’Europe des jeunes, l’Europe de la formation professionnelle, celle des savoirs, savoirs faire, l’Europe de la connaissance et non celle du repli sur soi et de la compromission. Ce programme est celui d’une réalité vécue et pas une abstraction. Erasmus+ est l’occasion de vivre, concrètement, ce que signifie d’être européen, les témoignages le montrent bien. Vous avez effectué un stage en Europe, vous êtes sortis de votre zone de confort pour aller vous confronter à une autre réalité culturelle, professionnelle, loin de votre environnement habituel. Vous êtes revenus, changés, enrichis et malgré les difficultés rencontrées vous n’avez pas baissé les bras. Je tiens à mettre à l’honneur nos jeunes qu’ils soient en maisons familiales et rurales ou en lycées professionnels."

Contact

Natacha Lanaud-Lecomte, déléguée académique aux relations européennes et internationales et à la coopération (DAREIC)

 
jeudi 24 mai 2018

Commission académique d’accès à l’enseignement supérieur (CAES)

La réforme de l’accès à l’enseignement supérieur réaffirme et garantit le droit de tout bachelier d’accéder aux études supérieures. Pour le rendre pleinement effectif, la loi a reconnu de nouveaux pouvoirs au recteur, qui devient le pivot et le garant de ce droit et dispose d’un pouvoir d’inscription d’office avec l’accord du candidat.

La réforme de l’accès à l’enseignement supérieur réaffirme et garantit le droit de tout bachelier d’accéder aux études supérieures.
Pour le rendre pleinement effectif, la loi a reconnu de nouveaux pouvoirs au recteur, qui devient le pivot et le garant de ce droit et dispose d’un pouvoir d’inscription d’office avec l’accord du candidat.

Missions de la commission académique d’accès à l’enseignement supérieur et candidats concernés

La loi met en place une organisation pilotée par le recteur d’académie, la commission académique d’accès à l’enseignement supérieur (CAES), destinée à apporter des solutions d’inscription dans l’enseignement supérieur aux candidats qui n’ont reçu aucune proposition d’admission dans le cadre de la procédure nationale.
Les candidats dans cette situation seront informés par Parcoursup de leur droit.

La commission rectorale garantit également aux candidats qui justifient d’une situation exceptionnelle, de pouvoir solliciter le réexamen de leur candidature en vue d’une inscription dans un établissement situé dans une zone géographique déterminée. Ce droit au réexamen de la candidature est ouvert aux candidats dont la situation justifie, eu égard à des circonstances exceptionnelles tenant à leur état de santé, à leur handicap, à leur inscription en tant que sportif de haut niveau sur la liste mentionnée au premier alinéa de l’article L. 221‐2 du code du sport ou à leurs charges de famille, une inscription dans un établissement situé dans une zone géographique déterminée. Ce droit au réexamen doit être activé par les candidats (il doivent en faire la demande) dès le 22 mai via leur dossier Parcoursup.

Pour les candidats qui sont sans proposition : la CAES auprès du recteur sera chargée de formuler une proposition d’inscription dans une formation, pour les candidats auxquels aucune proposition d’admission n’a été faite et qui ont fait au moins un voeu en phase principale ou complémentaire, en tenant compte du projet de formation de ces candidats, des acquis de leur formation, de leurs compétences et leurs préférences. Le recteur, sur la base des travaux de la CAES, inscrit les candidats sur des places vacantes identifiées sur la plateforme Parcoursup.
Le dialogue conduit avec l’établissement d’accueil peut conduire le recteur à :
- proposer au candidat une inscription dans une autre formation de l’établissement demandé
- subordonner l’acceptation, par le candidat, de la proposition au bénéfice des dispositifs d’accompagnement pédagogique ou du parcours de formation personnalisé nécessaires à sa réussite.

Pour formuler ses propositions, la commission rectorale s’appuiera sur les priorités spécifiées par les candidats dans la rubrique "ma préférence" de Parcoursup au moment de la saisie des vœux.

Les candidats dans cette situation ont été repérés et informés par la maîtrise de d’œuvre Parcoursup. Ils disposent d’un onglet CAES dans la rubrique "Admission" de leur dossier Parcoursup.
Ils doivent l’actionner et préciser dans le cadre qui leur est proposé toute information qu’ils jugent nécessaire à porter à la connaissance de la commission.

Pour les candidats qui sollicitent le réexamen de leur candidature :
Ils doivent répondre aux critères suivants :
- circonstances exceptionnelles tenant à leur état de santé, à leur handicap,
- inscription en tant que sportif de haut niveau,
- charges de famille.

La CAES auprès du recteur sera chargée de réexaminer le dossier présenté par des candidats dont la situation justifie, eu égard à des circonstances exceptionnelles, une inscription dans un établissement situé dans une zone géographique déterminée. Elle examinera la recevabilité de la demande.
Lorsque la demande est présentée en raison de la situation de handicap du candidat ou de son état de santé, la CAES tient notamment compte, pour l’examen de cette demande, des besoins l’accompagnement, de compensation, de soins, de transport du candidat, de la situation de l’élève ou de l’étudiant, d’une reconnaissance, le cas échéant, de sa situation de handicap et des modalités de prise en compte de sa situation en matière d’accessibilité par les établissements qui délivrent les formations souhaitées.

Les candidats dans cette situation doivent en faire la demande via la rubrique "Contact" de leur dossier Parcoursup, objet : CAES. Leur situation sera examinée par la CAES.

Textes de référence

- loi N°2018-166 du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (Article L.612-3 du code de l’éducation - VIII et IX)
- instruction N°2018‐046 du 28 mars 2018 relative à l’accompagnement des candidats en situation de handicap ou présentant un trouble de santé invalidant (BO n°13 du 29 mars 2018)
- arrêté rectoral du 28 mars 2018 relatif à la composition de la commission académique d’accès à l’enseignement supérieur

Contact

SIESR

 
mercredi 23 mai 2018

Batissiel + : finale inter-académique Besançon-Dijon et remise des prix

Pour la première année, une finale commune Bourgogne-Franche-Comté a réuni les équipes des académies de Besançon et Dijon, vendredi 18 mai au lycée Prieur de la Côte-d’Or à Auxonne.

Batissiel + : finale inter-académique Besançon-Dijon et remise des prix Le concours Batissiel, créé en 2005, devenu cette année Batissiel Plus, vise à encourager la créativité et valoriser sa transposition concrète par un travail collectif d’élèves ou d’étudiants qui traitent et illustrent des problématiques liées aux enjeux de la construction et de l’aménagement des territoires. Il est destiné aux élèves de collège et de lycée, ainsi qu’aux étudiants de l’enseignement supérieur.

En savoir plus

Trente-cinq équipes, soit 635 élèves des académies de Besançon et Dijon

Les équipes se sont affrontées et ont soutenu leurs productions (maquette physique, virtuelle, production numérique) devant un jury composé de professionnels du bâtiment, d’enseignants et d’inspecteurs de l’éducation nationale.

Batissiel + : finale inter-académique Besançon-Dijon et remise des prix Les équipes concourraient dans trois catégories : collège (5e, 4e, 3e), professionnelle (SEGPA, 3e prépa-pro, EREA) et lycée (STI2D et S-SI).

La remise des prix a eu lieu en présence de Jean-François Chanet, recteur de région académique Bourgogne Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon, Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, Bernard Laborey, président de la Fédération française du bâtiement Bourgogne Franche-Comté et de Jean-Michel Mourey, délégué grande région MAIF.

Batissiel + : finale inter-académique Besançon-Dijon et remise des prix À l’issue de cette finale, des équipes de la catégorie collège et lycée ont été sélectionnées pour la finale nationale qui se déroulera le mercredi 6 juin au Parlement européen à Strasbourg. Pour la catégorie pro, la sélection nationale s’est faite entre plusieurs académies, à partir d’une vidéo de la soutenance orale des équipes. Parallèlement à la soutenance, le Campus des métiers et des qualifications "Territoire intelligent", la Fédération française du bâtiment et des établissements de formation ont proposé aux jeunes participants des activités, animations, mini-conférences sur la thématique de la construction et du territoire intelligent.

Palmarès académique

Prix inter-académique "coup de cœur"

Pilotage à distance d’un télescope
TerminaleS-SI / Bac pro technicien constructeur bois
Lycée Xavier Marmier de Besançon avec le lycée professionnel Toussaint Louverture de Pontarlier

Prix catégorie collège

Prix collège - académie de Besançon

Maison médicalisée
Cinquième
Collège Rouget de Lisle de Lons-le-Saunier sélectionné pour participer à la finale nationale.

Prix collège - académie de Dijon

Slide House : maison modulable
Quatrième
Collège Henri Berger de Fontaine-Française sélectionné pour participer à la finale nationale.

Prix catégorie pro : prix inter-académique

Aménagement d‘un espace cocooning au collège
Cinquième SEGPA
Collège Christiane Perceret de Semur-en-Auxois sélectionné pour participer à la finale nationale.

Prix catégorie lycée

Prix lycée - académie de Besançon

Pilotage à distance d’un télescope
Terminale S-SI / Bac pro technicien constructeur bois
Lycée Xavier Marmier de Besançon avec le lycée professionnel Toussaint Louverture de Pontarlier sélectionnés pour participer à la finale nationale.

Prix lycée - académie de Dijon

Conception d’une médiathèque
Quatrième
Lycée René Cassin de Mâcon sélectionné pour participer à la finale nationale.


Galerie


 
jeudi 17 mai 2018

Une convention pour mieux répondre aux besoins en remplacement des académies

Le 14 mai dernier, les académies de Besançon et de Dijon et la direction régionale de Pôle emploi Bourgogne-Franche-Comté ont signé une convention de partenariat visant à satisfaire les besoins en remplacement des deux académies.

La qualité du service public d’éducation, son impact sur la réussite des élèves sont étroitement liés à la continuité de service assurée par les enseignements, notamment lorsqu’il est nécessaire de remplacer des personnels enseignants ponctuellement absents.

Promouvoir les métiers pour satisfaire les besoins en remplacement

Aussi, les académies et Pôle emploi ont décidé d’associer leurs actions afin d’anticiper certains besoins de ressources humaines identifiés et d’assurer un recrutement rapide de personnels non-titulaires remplaçants tout en veillant à l’insertion professionnelle à long terme.

Une collaboration déclinée autour de trois actions principales

- Optimiser la couverture des besoins d’enseignement des académies en favorisant le retour à l’emploi de publics pré-identifiés par Pôle emploi (diplôme, compétences, mobilité...)
- Communiquer sur les métiers, les offres à pourvoir et les formations possibles
- Promouvoir, organiser et accompagner la mobilité des demandeurs d’emploi pour leur permettre de postuler et d’accéder aux emplois proposés

Une convention pour mieux répondre aux besoins en remplacement des académies Pour y parvenir, les deux académies ont mis en place des actions en vue d’informer les demandeurs d’emploi des opportunités de postes (en qualité de contractuels) au sein de l’éducation nationale :
- la présentation et l’échange autour des métiers d’enseignants par des représentants des académies lors de réunions organisées avec des demandeurs d’emploi
- la transmission en flux des offres à pôle emploi
- la poursuite d’opérations "job datings" (31 dans l’académie de Besançon) et d’informations collectives (33 dans l’académie de Dijon) menées depuis septembre 2016
- la mise en place de salons de recrutement en ligne
- l’organisation d’immersions au sein des établissements recruteurs pour confirmer le projet professionnel, préparer la prise de poste pour les demandeurs d’emploi susceptibles d’être recrutés en qualité de remplaçants.

Contacts

Service aux affaires régionales
Courriel

Direction des ressources humaines
Courriel

Division des personnels enseignants
Courriel

 
mercredi 9 mai 2018

La ministre du Travail à Dijon sur la voie de l’apprentissage

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, était le 26 avril dernier en Côte-d’Or pour valoriser l’alternance, "la voix de la réussite" : la ministre a notamment inauguré la première tranche des travaux de l’École des métiers Dijon Métropole, l’ex-CFA La Noue, en présence d’acteurs majeurs de l’apprentissage.

La ministre du Travail à Dijon sur la voie de l'apprentissageParmi eux, Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, recteur de région académique Bourgogne-Franche-Comté.

 
mercredi 2 mai 2018

Une école pour apprendre "autrement" à Besançon

Le 16 avril dernier, l’École de production de Besançon a été inaugurée dans le quartier de Palente. Elle avait ouvert ses portes en octobre 2017 dans les locaux de l’UIMM, avec une promotion de CAP 1re année conducteur d’installation de production.

Avec les écoles de Châlon-sur-Saône et de Dole, il s’agit de la 3e structure de ce genre dans la région académique.

Gilles Kohler, président de l’UIMM Franche-Comté et Michel Goetz, président de l’EPB ont procédé à l’inauguration de cette école sous le parrainage de Raphaël Bartolt, préfet du Doubs, Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Bourgogne - Franche-Comté, Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et président du Grand Besançon, en présence de Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, recteur de région académique Bourgogne-Franche-Comté.

Un triple objectif pour les jeunes accueillis

Une école pour apprendre "autrement" ouvre ses portes à Besançon - © <abbr|n=UIMM> Franche-Comté Les écoles de production proposent à des jeunes de 15 à 18 ans des formations diplômantes, qualifiantes et insérantes, basées sur une pédagogie du "faire pour apprendre". Actuellement, 25 écoles de production sont implantées partout en France. Établissements privés d’enseignement technique, à but non lucratif, elles sont reconnues par l’État. Toutes proposent des formations variées, pour que les élèves accèdent à des métiers qui recrutent.

Répondre aux besoins des entreprises et des jeunes

Les entreprises industrielles franc-comtoises font faces à des difficultés récurrentes en matière de recrutement. Les compétences dans les métiers traditionnels de l’usinage, de la mécanique sont rares. En parallèle, de nombreux jeunes de 15 à 18 ans en difficultés dans le système d’enseignement traditionnel décrochent. Face à ce constat, l’UIMM Franche-Comté a cherché une solution qui réponde à la fois aux besoins des entreprises et à la réalité de l’insertion des jeunes dans leur future vie d’adulte.

Une autre réponse possible pour les élèves décrocheurs

Les écoles de production viennent compléter l’offre des dispositifs de persévérance scolaire : écoles de la deuxième chance, micro-lycées, classes et ateliers relais.

Au delà des gestes techniques les jeunes y développent un ensemble de valeurs et d’attitudes au travail : le respect de l’autre et des règles, le sens des responsabilités, la qualité du travail réalisé et le sens du collectif.

Le recteur Jean-François Chanet a présenté tous ses vœux de succès à EPB de Besançon et aux élèves de cette première promotion.

Contact

DAFPIC
Courriel
Tél. : 03 91 65 74 48

 
mercredi 2 mai 2018

Le lycée Prévert présente son défilé de mode "De toutes les matières"

Vendredi 6 avril, la salle de spectacle de la Commanderie de Dole a accueilli le 11e défilé de mode du lycée professionnel Jacques Prévert. Près de 1 400 personnes étaient présentes pour découvrir les réalisations des élèves.

Cet événement bisannuel marque l’identité du lycée depuis plus de vingt ans. La foule nombreuse, constituée de parents, de tuteurs de stage, de partenaires du lycée, mais aussi du public dolois, se pressait dès l’ouverture des portes !

Un coup de projecteur sur le travail des élèves

Défilé de mode "De toutes les matières"

Les élèves et les personnels du lycée participent à la mise en œuvre de ce temps fort, que ce soit lors de la préparation, au moment de l’accueil, en coulisses ou sur scène.

Cette année, le thème retenu était : "De toutes les matières". Ces quatre mots illustreNT une couture réinventée, repensée, qui explore, associe différentes matières ou matériaux, où les arts appliqués prennent toute leur dimension et où le vêtement se fait parfois sculpture. Vingt tableaux et trois intermèdes ont ponctué la soirée.

Les élèves de CAP couture et bac professionnel Métiers de la mode ont fait la démonstration de leurs savoirs faire et prouvé, à travers des réalisations audacieuses, toute leur créativité.

Défilé de mode "De toutes les matières" Des partenariats ont permis la réalisation de vêtements originaux mis en valeur lors du défilé.

Dans le cadre du projet "Habitat : de l’espace public à l’espace intime", accompagné financièrement par la DRAC, la DAAC, la région Bourgogne Franche-Comté et Accolad, des vêtements sérigraphiés ont été réalisés par les élèves en lien avec une graphiste, Adélaïde Racca, l’atelier Superseñor de Besançon et un architecte, Bertrand Cohendet.

Des objets "autour du cou" en bois ont été présentés. Ils sont le fruit d’un travail collaboratif entre les élèves et les enseignants du lycée professionnel Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne et ceux du lycée Prévert.

Les élèves de brevet des métiers d’art du lycée Henri Moisand, lycée des métiers de la céramique de Lonchamp (71) ont quant à eux réalisé des incrustations en céramiques cousues sur des boléros confectionnés par les élèves du lycée professionnel Prévert.

"Cette belle aventure permet de valoriser les filières, mais aussi de développer la confiance, l’estime de soi, nécessaires à la réussite et à l’ambition des élèves" a rappelé la proviseure, Christelle Nicod.

Contact

39
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la mode et de l’esthétique
Jacques Prévert - Dole
Informations complètes