Logo Rectorat de l'académie de Besançon
ac-besancon.fr
Accueil > Académie > Actualités > Coronavirus > Aménagement des concours de recrutement des professeurs

Rubrique Coronavirus

jeudi 16 avril 2020

Aménagement des concours de recrutement des professeurs

La crise sanitaire exceptionnelle a nécessité l’interruption de l’organisation des concours internes et externes du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. La perspective d’un déconfinement progressif à partir du 11 mai permet de reprogrammer les épreuves des concours sous réserve des évolutions de la situation sanitaire.

Il s’agit à la fois :

- de ne léser aucun des 256 377 candidats de cette session,
- d’assurer en toutes circonstances la sécurité des candidats et des organisateurs en appliquant les règles sanitaires strictes,
- de permettre la nomination des professeurs stagiaires le 1er septembre 2020.

Afin de tenir compte des contraintes nouvelles du calendrier, l’organisation des concours est modifiée pour cette année 2020.

Les concours externes de recrutement qui ont commencé iront à leur terme. À partir du mois de juin, les épreuves d’admission seront organisées dans le respect strict des règles sanitaires. Autant que de besoin et dans la mesure du possible, la visioconférence sera privilégiée.

Les concours externes qui n’ont pas commencé, ce qui concerne un peu moins de 180 000 candidats, sont réorganisés. Les épreuves d’admission, qui auront lieu au mois de juin et de juillet, seront constituées des seules épreuves écrites. Elles seront passées dans le cadre d’un protocole sanitaire très strict.

À la rentrée, ces fonctionnaires stagiaires bénéficieront d’un accompagnement renforcé et de la visite d’un inspecteur pour faire le point. Au printemps 2021, la procédure de titularisation comportera un oral dont les contours seront définis dans les prochaines semaines.

Par ailleurs, toutes les épreuves des concours internes qui n’ont pas été passées sont reportées à la rentrée septembre 2020.

Chaque candidat reçoit en ce moment même un courrier l’informant personnellement des nouvelles modalités de concours. Dans les toutes prochaines semaines, un calendrier plus précis de passation des épreuves sera publié.

Quelques chiffres clés

- 256 377 candidats pour 29 438 postes offerts aux concours internes et externes de recrutement des professions enseignantes, des personnels de direction, des personnels des corps d’inspection, de CPE et de PsyEn,
- 136 concours externes organisés et 90 concours internes,
- 430 épreuves écrites ont été passées pour certains concours, soit 79 696 candidats dont 2/3 des agrégations, le CAPEPS et certains CAPET,
- 79 concours ont été reportés, soit un total de 330 épreuves pour près de 176 681 candidats.

 
mardi 14 avril 2020

Coronavirus - Numéro d’information

Depuis le 16 mars 2020, l’académie de Besançon a mis en place une plateforme téléphonique de réponse aux questions des familles et des personnels de l’académie.

À partir du 14 avril 2020, ce service évolue afin d’apporter un service encore plus performant.

Deux nouveaux numéros ont été mis en place

- pour les familles : 09 72 63 62 25
- pour les personnels de l’académie de Besançon : 09 72 63 62 26

La plateforme téléphonique répond aux questions du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

 
jeudi 9 avril 2020

Utilisation des outils numériques pendant la période de confinement

Dans le contexte sanitaire actuel, les équipes académiques peuvent s’appuyer sur de nombreux outils afin d’assurer la continuité d’activité, en particulier la tenue de réunions en ligne.

Des outils pour assurer la continuité pédagogique

- la solution à privilégier : "Ma classe à la maison" du CNED

Après deux semaines d’utilisation intensive, cette plateforme a montré ses qualités - largement reconnues - tant en termes de contenus que d’outils de collaboration. La solution de classe virtuelle qui y est associée est utilisée quotidiennement par des milliers d’élèves et de professeurs.

- les solutions d’ENT
Elles ont connu des dysfonctionnements en début de semaine dernière en raison de l’afflux massif d’utilisateurs et d’usages non encore régulés. La situation s’est nettement améliorée et les équipes continuent les travaux d’optimisation chaque fois que des ralentissements ou des ruptures de service sont détectés. Des solutions pour réguler le trafic ont souvent été mises en place (plages horaires privilégiées). La diffusion de bonnes pratiques du numérique est également en cours pour encourager et valoriser les comportements responsables.

- les solutions de vie scolaire, comme ProNote, issues de solutions déjà présentes dans les académies.

L’ensemble de ces mesures permet aujourd’hui d’offrir aux élèves et aux enseignants l’environnement numérique nécessaire à la continuité pédagogique.

En savoir plus - Coronavirus (COVID-19) CNIL
En savoir plus - Outils de la continuité pédagogique - Éducnum

Des solutions pour la continuité administrative

- plusieurs outils pour se réunir et collaborer

Des discussions avec plusieurs grands groupes du numérique ont permis de renforcer et compléter les outils initialement disponibles. Pour la tenue de réunions en ligne, les agents peuvent utiliser la solution de classe virtuelle Via, les systèmes de conférences Renavisio, Scaleway et OVHCloud.

la classe virtuelle Via, est réservée prioritairement pour un usage interne entre personnels de l’Éducation nationale

le système d’audio et visioconférence Renavisio proposé par Renater permet d’organiser des réunions jusqu’à 40 personnes (soumis à réservation)

le service OvhCloud est aussi à disposition pendant la période pour organiser des audioconférences

Les personnels de direction dans les établissements peuvent s’appuyer sur Via et sur Scaleway pour la tenue des conseils de classe à distance.

L’accès aux applications nationales est garanti, les solutions d’hébergement sont renforcées afin de faire face à l’afflux de connexions et des solutions sont proposées pour faciliter la généralisation du travail à distance.

Renforcer la vigilance dans l’utilisation des outils numériques

Nous observons que les enseignants, les équipes pédagogiques peuvent être amenés à utiliser des outils portés par des entreprises internationales en remplacement des outils mis à disposition par les services de l’Éducation nationale. Ces solutions peuvent créer de vraies difficultés qui pourraient naître après la crise que nous traversons. Le ministère ne valorisera pas ce type d’outils en cette période de crise.
Chaque mise en œuvre d’un outil doit respecter les règles données par la Dinum concernant la réversibilité, l’accès aux données, la protection des données personnelles et la conformité stricte au RGPD, le respect strict de la réglementation française et européenne, sans extraterritorialité, l’accessibilité des solutions aux personnes en situation de handicap, et la réduction de l’empreinte carbone.
Des cyber-attaques contre nos systèmes informatiques ont été signalées. La plupart avaient pour objectif de récupérer des données. Il est donc important d’accorder une vigilance particulière aux solutions proposées par les éditeurs.
Nous avons été amenés à échanger à plusieurs reprises avec les autres ministères et la Dinum dont la position est identique : "Ce foisonnement d’initiatives, qui partent d’un très bon sentiment, nécessite néanmoins de garder la tête froide et d’allouer les ressources limitées dont nous disposons aux projets les plus efficaces et qui s’inscrivent dans la cohérence de l’action gouvernementale." [Nadi Bou Hanna - Directeur de la Dinum].

Focus sur Discord

Discord est une application très utilisée par les élèves pour communiquer entre eux lorsqu’ils pratiquent des jeux en ligne. Elle permet de disposer d’un salon de chat textuel et audio, avec différents canaux de discussion. Nous avons constaté son utilisation à des fins pédagogiques comme outil de classe virtuelle. Sa performance, son ergonomie et son intuitivité ont pu séduire certains enseignants pour communiquer facilement avec les élèves qui disposent déjà d’un compte sur la plateforme. L’utilisation de cet outil est à proscrire pour les raisons suivantes :
- la solution n’est pas prévue pour être utilisée autrement qu’à titre "personnel", il n’existe pas de lien sous-traitant (Discord) et responsable du traitement (chef d’établissement, DASEN),
- le traitement ne peut pas être opéré sur la base d’une mission de service public, mais uniquement sur la base du consentement. Celui-ci doit être libre, ce qui n’est pas le cas quand il y a prescription de l’enseignant pour s’inscrire sur un serveur "classe". De plus, une preuve du consentement des représentants légaux des mineurs de moins de quinze ans est indispensable !
- le modèle économique de cette solution pose question. Avec 250 millions de comptes gratuits et sans publicité, l’entreprise est néanmoins valorisée à deux milliards de dollars. Les conditions générales d’utilisation (CGU) précisent : "Divulgation de données personnelles : Conformément à la section "notre divulgation de vos informations" ci-dessus, nous pouvons être amenés à partager vos données personnelles avec des parties tierces. Nous divulguons les catégories de données personnelles mentionnées plus haut à des fins commerciales."(Source : https://discordapp.com/privacy) La société trouve donc son financement dans la commercialisation des données de ses usagers.

Fiche outils numériques - MENJ

 
mercredi 8 avril 2020

Adaptation des modalités de passage des examens nationaux

Au regard des incertitudes sur les évolutions de la situation sanitaire, la perturbation dans l’apprentissage des élèves et la complexité d’organisation de nos examens nationaux, il n’est pas possible que les élèves puissent passer le baccalauréat dans les conditions normales.

Ces épreuves se traduisent en effet, chaque année, par la convocation de plus de deux millions d’élèves, en France mais aussi à l’étranger, de la mi-mai au début du mois de juillet. Préparées dès le mois de septembre, elles impliquent plusieurs semaines de mobilisation des personnels du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, l’impression de plusieurs centaines de sujets, représentant plus de 100 millions de pages, et la convocation d’épreuves successives réunissant de très nombreux candidats dans les mêmes salles.

En outre, après le retour des élèves en classe, l’enjeu principal sera de consacrer l’essentiel du temps aux apprentissages afin de limiter d’éventuels retards et de permettre une poursuite d’études au lycée et dans les formations du supérieur dans de bonnes conditions.

Après une large consultation des partenaires sociaux, des fédérations de parents d’élèves, des délégués nationaux et académiques des lycéens, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a proposé au Président de la République et au Premier ministre des aménagements qui tiennent compte de trois critères essentiels :
- le critère sanitaire,
- le critère pédagogique,
- le critère logistique.

Le principe général : l’ensemble des épreuves du diplôme national du brevet et du baccalauréat général, technologique et professionnel sont validées à partir des notes du livret scolaire, à l’exception de l’épreuve orale du baccalauréat de français qui est maintenue.

En pratique pour chaque niveau d’élèves

Pour les élèves de troisième

Le diplôme national du brevet sera obtenu à partir de la moyenne des notes que l’élève aura eues durant les trois trimestres de l’année de troisième à l’exception des notes obtenues pendant le confinement dans les disciplines concernées.

Pour les élèves de première

Les épreuves anticipées de français

La note de l’épreuve écrite du baccalauréat de français sera la moyenne des notes obtenues par l’élève tout au long de l’année dans cette discipline, hors les notes obtenues lors de la période de confinement.
L’épreuve orale du baccalauréat de français sera passée dans les conditions prévues, à la fin du mois de juin et au début du mois de juillet, sur la base d’une liste d’au moins quinze textes en voie générale, et douze textes en voie technologique, qui sera validée par le professeur.

Les épreuves communes de contrôle continu

L’histoire-géographie, les langues vivantes, les mathématiques en filière technologique, ne donnent pas lieu à une évaluation. Dans ces disciplines, la moyenne qui sera retenue pour le baccalauréat sera l’addition de la note obtenue aux épreuves communes passées cette année et celles qui seront passées en classe de terminale.
L’épreuve portant sur l’enseignement de spécialité qui n’est pas poursuivi en terminale et l’épreuve d’enseignement scientifique sont validées par les notes obtenues durant toute l’année par le candidat dans ces deux disciplines à l’exception des notes obtenues pendant le confinement.

Pour les élèves de terminale

Pour les élèves de terminale générale et technologique, l’ensemble des épreuves sont validées par la note obtenue dans les disciplines concernées durant les trois trimestres de l’année de terminale à l’exception des notes obtenues pendant la période de confinement.
- les notes des épreuves déjà passées en première sont gardées.
- les mentions sont maintenues.
- un jury d’examen des livrets arrêtera les notes définitives. Ce jury étudiera les livrets scolaires pour, le cas échéant, valoriser un engagement, les progrès des élèves, garantir l’équité entre les candidats, et vérifier, c’est un point important, l’assiduité des candidats.
- les candidats ayant obtenu entre 8 et 9,9 pourront passer des oraux de rattrapage dans les conditions actuelles.
- sur décision du jury d’examen, et après étude des livrets scolaires, certains candidats seront autorisés à passer le baccalauréat à la session de septembre.

Pour les élèves de lycées professionnels

Les épreuves de BEP, de CAP et de baccalauréat professionnel sont validées sur la base du contrôle en cours de formation déjà passées et du livret scolaire. Ils sont eux aussi attribués par un jury d’examen, présidé dans chaque académie par un universitaire. Ce jury s’assure de l’harmonisation des notations et de l’égalité de traitement des candidats. Chaque livret scolaire, chaque situation individuelle sera examinée.
La solution présentée est la plus simple, la plus sûre et la plus juste dans les temps incertains que nous vivons. Cette solution permet également aux élèves un retour à l’école dans un climat serein d’apprentissage.
Une liste de questions-réponses, régulièrement mise à jour, sera mise en ligne dans l’après-midi du 3 avril afin de répondre à toutes les questions que les élèves, leurs familles et les professeurs sont susceptibles de se poser.

BTS et DCG

Brevet de technicien supérieur (BTS)

Après une large consultation des partenaires sociaux et des fédérations de parents d’élèves, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont décidé d’aménager ces examens nationaux en prenant en compte plusieurs objectifs :

- ne léser aucun candidat en assurant l’égalité de traitement entre des candidats qui auront subi des périodes de confinement et des modalités de continuité pédagogique variables,
- garantir le niveau d’exigence de l’examen,
- assurer la protection des personnels et des étudiants.

Pour les épreuves de BTS, les épreuves terminales sont annulées et l’ensemble des épreuves du BTS, à l’instar des baccalauréats général, technologique et professionnel, seront validées à partir des notes du livret scolaire.

Deux cas de figure différents sont pris en compte.

En premier lieu, pour chaque étudiant de BTS en mesure de présenter un livret scolaire ou de formation, le diplôme national du BTS sera attribué sur le fondement du contrôle en cours de formation déjà effectué et du livret scolaire (moyenne des notes obtenues durant l’année scolaire 2019-2020, à l’exception des notes attribuées pendant le confinement dans les disciplines concernées).

- un jury d’examen des livrets arrêtera les notes définitives. Ce jury étudiera les livrets scolaires pour, le cas échéant, valoriser un engagement, les progrès des élèves, garantir l’équité entre les candidats, et vérifier l’assiduité des candidats jusqu’à la fin de l’année scolaire.

- sur décision du jury d’examen, les candidats non admis après étude du livret scolaire pourront être autorisés à passer le BTS à la session de septembre.

En second lieu, pour les candidats au BTS dont les modalités de scolarisation ne se traduisent pas par la délivrance d’un livret scolaire ou de formation, la session est reportée au mois de septembre. Les candidats passeront les épreuves auxquelles ils étaient normalement inscrits pour la session de juin et les sujets d’examen initialement prévus pourront être utilement mobilisés sans difficulté.

- en cas de poursuite d’études supérieures post-BTS, un dispositif particulier permettra de conserver le bénéfice des inscriptions des candidats au BTS, acquises auprès des établissements concernés, jusqu’à la proclamation des résultats à l’examen du BTS.

Diplôme de comptabilité et de gestion (DCG

Pour les plus de 20 000 candidats inscrits aux épreuves du diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) qui devaient se dérouler à compter du 26 mai prochain, il a été décidé du report des épreuves en juillet. Un arrêté sera prochainement publié actant ces changements de date.

Ces solutions proposées pour le BTS et le DCG sont les plus simples, les plus sûres et la plus justes car elles permettent de prendre en compte les différents profils d’étudiants et de répondre aux contraintes imposées par la crise sanitaire.

Une liste de questions-réponses, régulièrement mise à jour, sera mise en ligne sur les sites des ministères afin de répondre à toutes les questions que les étudiants, leurs familles et les professeurs seront susceptibles de se poser.

En savoir plus - MENJ

 
mardi 7 avril 2020

Bac, brevet 2020 : les réponses à vos questions

Compte tenu de la situation sanitaire, des aménagements des épreuves des examens nationaux ont été décidés. Consultez toutes les réponses à vos questions pour les examens du bac, brevet, CAP, BEP et BTS.

 
mercredi 1er avril 2020

Ressources pour les élèves allophones

Le CASNAV de l’académie de Besançon recense, via le site académique Bilem (bilinguisme en maternelle) une large sélection de ressources plurilingues pour communiquer avec les familles allophones :

- attestations de sortie (nouvelle version),
- affiches sur les gestes barrières,
- messages expliquant le principe de continuité pédagogique,
- kit de communication transculturelle autour du confinement.

En savoir plus - Bilem

 
lundi 30 mars 2020

Message du recteur aux élèves et parents d’élèves

Après deux semaines d’école à la maison, le recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté et de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, a souhaité adresser un message vidéo à l’attention des élèves et parents d’élèves.

Au travers de ce message, il réaffirme la volonté de l’académie d’être aux côtés des élèves et de leur famille :
- grâce aux équipes éducatives, sans qui rien ne serait possible ;
- au moyen des outils numériques, pour aider élèves, parents et enseignants dans les nouveaux modes d’enseignement à distance ;
- par la mise à disposition de matériels informatiques ou de documents papier, afin que personne ne soit oublié ;
- en cherchant par tous les moyens possibles à maintenir le lien avec chacune et chacun, pour un suivi régulier du travail, une gestion équilibrée du temps quotidien et une réponse aux difficultés rencontrées.

Il a tenu à rappeler aux élèves quelques conseils pour mieux vivre les semaines qu’ils vont devoir passer loin de l’école et aux parents le rôle qui leur incombe dans l’accompagnement de leurs enfants durant cette période difficile.

 
lundi 30 mars 2020

Implication des personnels infirmiers

Depuis plusieurs semaines, les personnels infirmiers de l’Éducation nationale sont pleinement investis dans la gestion de la crise sanitaire actuelle.

Avec professionnalisme et efficacité, les personnels infirmiers accueillent les élèves malades, réalisent de nombreuses consultations infirmières et suivent scrupuleusement les consignes du ministère de la Santé afin de limiter la propagation du coronavirus. En lien avec les familles, ils veillent au bien-être des élèves ainsi qu’à la sécurité de tous comme ils le font déjà au quotidien.

Conseillers techniques des chefs d’établissement, les personnels infirmiers apportent leur soutien et leur expertise dans la sécurisation des conditions sanitaires.

Personnels infirmiers volontaires et mobilisables

Avec spontanéité, les personnels infirmiers se sont majoritairement portés volontaires pour venir en appui aux différents personnels de santé dans la gestion de la crise. Au 20 mars 2020, on recensait 81 personnels infirmiers mobilisables sur l’ensemble de l’académie.

Suite à la parution des directives nationales le 26 mars 2020, les premières réquisitions individuelles ont débuté ce week-end pour venir en renfort rapidement dans un Ephad dont les équipes travaillent en mode très dégradé et sont épuisées. D’autres demandes sont déjà en cours de traitement.

Les personnels infirmiers se sont par ailleurs mobilisés pour le recensement des masques, par solidarité avec les soignants au contact des malades.

Accompagner les élèves et les familles

D’autres choisissent de s’investir pleinement dans l’accompagnement des élèves et des familles dans ce contexte de confinement dont la durée reste indéfinie.
Les personnels infirmiers savent "prendre soin et accompagner" : c’est leur cœur de métier.

Leur accompagnement peut avoir :
- une finalité de "maintenance" pour prévenir, repérer, anticiper, aider, faire du lien.
- une finalité "curative" en apportant du sens à un vécu traumatique
- une finalité "palliative" quand il n’y a rien d’autre à faire que d’assurer l’autre de sa présence par une écoute bienveillante.

En première ligne lorsque l’épidémie a débuté, les professionnels ont assuré les consultations infirmières auprès des élèves malades. Aujourd’hui, ils restent pleinement mobilisés dans cette phase de confinement nécessaire à la sécurité de tous : en lien avec les chefs d’établissement et les équipes éducatives, les infirmières et infirmiers s’inscrivent dans une démarche de maintien du lien avec les élèves et leurs familles à l’occasion d’entretiens téléphoniques réguliers : sans caractère intrusif, les professionnels proposent une écoute attentive et s’appliquent à apporter un soutien si besoin.

Accueillir les enfants des personnels de santé

Les personnels infirmiers participent aussi à l’accueil des enfants des personnels de santé au sein des établissements scolaires et apportent leur expertise dans la sécurisation des mesures barrières. Des activités ludiques autour de l’importance du lavage des mains peuvent être proposées ainsi qu’un rappel des consignes sanitaires à respecter. Le professionnel peut aussi répondre aux questions des enfants et porter ainsi un discours rassurant.

Témoignages

"Je suis personne ressource auprès de 65 familles que je rappelle chaque semaine afin de prendre des nouvelles. L’annonce de la prolongation du confinement a majoré les inquiétudes des parents et cela se ressent lors des entretiens téléphoniques. La durée des entretiens s’allonge. Les parents remercient et on sent qu’ils ont besoin d’écoute".

"Certains appels peuvent durer jusqu’à 40 minutes. Certains parents ont peur de mal faire par rapport aux devoirs. Cela génère du stress et de l’inquiétude. Il faut prendre le temps de les écouter et de les apaiser. Les remerciements sincères d’un papa suite à nos échanges prouvent que le besoin est réel. En parallèle des appels aux familles, je suis dans l’élaboration de projets pour anticiper la reprise des élèves et les accompagner à leur retour. Ils auront besoin de parler de ce qu’ils ont vécu. Je pense qu’un projet d’action à destination des parents serait également à construire."

"Je porte une attention particulière aux mineurs non accompagnés, souvent isolés dans leur appartement et n’ayant qu’un téléphone comme point d’appui à la continuité pédagogique, parfois sans forfait et avec un accès wifi très limité. Il faut garder le lien, les rassurer, les aider ... Certains ont connu le virus Ebola et sont dans la peur de connaître à nouveau une telle épidémie qui a ravagé leurs familles et parfois les a conduit à l’exode".

"Depuis le mardi 17 mars, en lien avec mon chef d’établissement ainsi que les CPE, je me mets à disposition des élèves qui ont perdu des membres de leur famille (3 élèves au total à ce jour). J’ai envoyé des mails à ces élèves en leur présentant mes condoléances et je me tiens à leur disposition s’ils le souhaitent pour une écoute ou un soutien. J’ai également été en contact avec des enseignants et des personnels dont un proche ou eux même ont contractés le Covid et qui avaient besoin d’une écoute attentive. Je reste en lien pluri hebdomadaire avec l’assistante sociale de l’établissement ainsi que la psychologue EN. De plus, via un groupe WhatsApp crée par les CPE où sont inscrits l’ensemble des AED, je prends des nouvelles quotidiennement sur ce groupe et les surveillants peuvent me contacter de manière personnelle s’ils le souhaitent".

"Je crains que ce confinement ne renforce le risque de décrochage scolaire pour certains élèves alors je suis plus attentive au suivi de ces familles".

"J’ai participé à l’accueil des enfants de soignants dans une école et j’ai pu répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Cela les a rassurés. Les enseignants ont également apprécié les conseils que j’ai pu leur apporter pour la mise en œuvre des mesures barrières".

Le caractère inédit de cette pandémie et le confinement qui en découle augmentent les symptômes de stress ou d’anxiété chez les enfants mais aussi chez les parents.

Cela peut se traduire chez l’enfant par de la peur, des comportements d’agrippement, des cauchemars, de l’irritabilité, de la colère ou des modifications de l’appétit.

Chez l’adolescent, les perturbations se traduiront par des symptômes physiques à type de maux de tête, par une perturbation du sommeil, une agitation ou au contraire une baisse d’énergie, une tendance à s’isoler, une irritabilité ou de la colère.

De par leur formation, les personnels infirmiers savent identifier ces symptômes et peuvent répondre ainsi aux inquiétudes formulées par les parents. Convaincus de l’importance de maintenir et de renforcer le lien avec les familles, ils travaillent en ce sens, en collaboration avec les équipes éducatives.

 
vendredi 27 mars 2020

Coronavirus - recommandations

Compte-tenu du caractère très évolutif de l’épidémie de Covid-19, les recommandations du ministère des Solidarités de la Santé sont mises à jour régulièrement.

Tout savoir sur les recommandations du ministère

 Coronavirus - recommandations Les mesures mises en œuvre et les recommandations des autorités sanitaires pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid19) évoluent rapidement en fonction de l’évolution de la situation sur le territoire.
Tout savoir sur le site du ministère
La lettre du ministre

Précautions générales à observer

La maladie se transmet par les postillons (éternuements, toux). On considère donc qu’un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection. Un des vecteurs privilégiés de la transmission du virus est le contact des mains non lavées. ll existe donc des gestes simples pour préserver la santé de votre enfant et celle de son entourage qu’il est utile de rappeler à tous :
- se laver les mains très régulièrement.
- tousser ou éternuer dans son coude.
- saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
- utiliser des mouchoirs à usage unique.




En savoir plus
Ces consignes sont évolutives. Vous êtes invités à consulter régulièrement cette page et la page du site du ministère https://www.education.gouv.fr/info-coronavirus, mis à jour et coordonnés sur le plan local avec le préfet et l’Agence régionale de santé, et sur le plan national avec le ministère des Solidarités et de la Santé qui dirige la gestion de la situation sanitaire.


Vous pensez avoir été exposé au coronavirus Covid-19 et avez des symptômes ?

https://maladiecoronavirus.fr/, permet à tous ceux qui pensent être contaminés de faire un "test" anonyme et gratuit : 24 questions sur ses symptômes (fièvre, toux, gêne respiratoire, courbatures...) mais aussi sur ses antécédents médicaux.


Sites utiles

le site d’information du gouvernement
les conseils aux voyageurs du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
la FAQ de l’Oms

Numéro vert - national

À destination du grand public, un numéro vert (0 800 130 000) a été mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé, ouvert de 9 h à 19 h sept jours sur sept.

Cette plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux qui sont assurés par les Samu - centres 15.

Assistance académique

Pour toute question complémentaire, n’hésitez pas à utiliser l’adresse suivante :
questions.covid19@ac-besancon.fr

 
jeudi 26 mars 2020

Sortir chez soi ! #1

Votre nouveau rendez-vous culturel hebdomadaire.

 Sortir chez soi ! #1 Cette période inédite nous invite à proposer une approche un peu différente de nos habituelles newsletters de la DAAC de l’académie de Besançon.

Ce premier numéro est le fruit de la collaboration du nouveau service régional, la délégation régionale académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle (DRAEAAC). Un rendez-vous culturel hebdomadaire pour participer à la continuité pédagogique en proposant des ressources par cycles en éducation artistique et culturelle.

"Sortir chez soi !" s’adressera donc tous les mercredis, pendant toute la durée de la crise, aux élèves, à leurs parents, à leurs professeurs et à tous ceux qui souhaitent vivre de manière un peu différente la culture en ces temps contraints.

Sortir chez soi ! #1 - Semaine du 25 au 31 mars 2020


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon