Logo Rectorat de l'académie de Besançon
ac-besancon.fr
Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Un nouveau nom riche en signification pour le lycée professionnel (...)

Rubrique Visites du recteur

mardi 3 février 2015

Un nouveau nom riche en signification pour le lycée professionnel d’Audincourt

Lycée Nelson Mandela : l’établissement a choisi le nom d’un grand homme, symbole de valeurs humanistes

Lundi 26 janvier 2015, le recteur s’est rendu au lycée d’Audincourt où il a pu échanger avec les élèves, lors d’un cours d’éducation civique, sur la notion de valeurs, sur le parcours de Nelson Mandela et sur l’engagement lycéen.

Comprendre l’enjeu des valeurs républicaines

Lors de l’hommage aux victimes des attentats du 7 janvier dernier, quelques élèves de l’établissement ont eu des attitudes inappropriées, qui ont choqué les membres de la communauté éducative.

Un travail de réflexion a alors été entrepris avec les classes de l’établissement, afin de favoriser l’expression des élèves et d’apporter des réponses aux nombreuses questions. Ce travail a aussi été l’occasion de rappeler l’attachement de l’École aux valeurs de la République. Parmi les travaux engagés, Jenny Mouillet, professeure de lycée professionnel de lettres-histoire-géographie, a conduit une réflexion autour du choix récent d’un nom pour le lycée : celui de Nelson Mandela.

« En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant. » Nelson Mandela, discours d’investiture du 10 mai 1994

Donner des clés de compréhension aux lycéens

La séance conduite s’est appuyée sur le constat suivant : le lycée vient d’être baptisé du nom de Nelson Mandela et l’inauguration officielle n’est pas encore intervenue. Pour répondre aux dérapages qui se sont produits lors de l’hommage national du 8 janvier, l’enseignante a initié un travail sur la personne de Nelson Mandela et sur les valeurs qu’il représente. En partant de ces valeurs, le projet a consisté à voir en quoi elles engagent l’image du lycée et celle de l’ensemble de la communauté éducative.

La suite de la réflexion a porté sur le lien avec la contestation des valeurs de la République qui a pu avoir lieu lors des incidents liés à l’hommage rendu aux victimes des attentats ou lors des discussions qui sont intervenues à l’issue de ces événements.

Être à l’écoute de la communauté éducative

Le recteur a rencontré une délégation des personnels de l’établissement. Ce moment a permis d’échanger avec les membres de la communauté éducative (professeurs, vie scolaire, représentants du personnel). Les personnels du lycée ont pu faire part des difficultés rencontrées à l’issue des attentats dans la gestion des hommages et des débats qu’ils ont générés, mais aussi d’évoquer le contexte de l’établissement. Le recteur les a assurés de son soutien indéfectible devant toute atteinte physique ou verbale dont ils pourraient être victimes.

Il a souligné la nécessité de faire émerger la parole des élèves, de ne pas refuser le débat, mais de le susciter pour qu’il devienne un acte de démocratie et d’apprentissage de la citoyenneté.

Contacts

25
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la plasturgie, de l'hygiène propreté et des services
Nelson Mandela - Audincourt
Informations complètes

Olivier Apollon, inspecteur de l’Éducation nationale lettres- histoire géographie
Référent académique "mémoire et citoyenneté"
Tél. : 03 81 65 74 51

La laïcité au cœur de la formation des directeurs d’école du Doubs

 
mardi 3 février 2015

Transition progressive vers le R.E.P.+ à Montbéliard

Un collège et neuf écoles préparent leur entrée dans l’éducation prioritaire avec plus de moyens

Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, a rencontré les équipes pédagogiques de l’école élémentaire du Petit Chênois et du collège Lou Blazer à Montbéliard.

Les deux entités relèvent aujourd’hui du programme écoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite (É.C.L.A.I.R.) et feront partie de l’un des quatre R.E.P.+ que comptera l’académie à la rentrée 2015.

Favoriser la réussite scolaire dès le plus jeune âge

L’école élémentaire du Petit Chenoîs est la plus importante du quartier de la Petite-Hollande et du secteur É.C.L.A.I.R. du collège Lou Blazer. Elle compte 304 élèves répartis dans quinze classes dont une classe pour l’inclusion scolaire (C.L.I.S).

L’école accueille un public scolaire issu de milieux défavorisés, avec une part important de familles ne parlant pas le français. Une antenne réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (R.A.S.E.D.) est rattachée à l’école.

Accompagner les élèves dans la construction de leur parcours scolaire

Deux tables rondes ont réuni successivement une douzaine de participants : directeurs, enseignants de maternelle, des cycles 2 et 3, enseignants du R.A.S.E.D., et directeur du service scolaire de la ville. Au cours des échanges, le recteur a pris connaissance des actions menées et a mesuré tout l’engagement des équipes au service de la réussite scolaire des élèves.

Transition progressive vers le R.E.P.+ à Montbéliard L’accent a plus particulièrement été mis sur le module d’aide à l’acquisition du principe alphabétique (M.A.A.P.A.). Ce dispositif de prévention de l’illettrisme est conduit dans toutes les classes de grande section de maternelle et de cours préparatoire (C.P.) du secteur É.C.L.A.I.R. L’objectif de ce module est d’assurer aux élèves une maîtrise du principe alphabétique suffisante pour entrer dans l’apprentissage structuré du code au C.P.

La scolarisation des élèves de moins de 3 ans, les classes à horaires aménagés musicales (C.H.A.M.) et la liaison école - collège, ont également été abordés.

Au-delà de ces différents dispositifs, le recteur a pu appréhender les problématiques essentielles du secteur. Il a notamment mesurer la pertinence des priorités définies pour assurer au mieux la transition du secteur É.C.L.A.I.R. vers le R.E.P.+ et la continuité entre les écoles et le collège.

Réduire l’impact des inégalités sociales et territoriales

Avec 506 élèves, le collège Lou Blazer scolarise un nombre important d’élèves issus de catégories socioprofessionnelles défavorisées (76,3 %) et d’élèves boursiers (62,8 %).

Lors de la table ronde du 27 janvier, les enseignants et personnels d’éducation ont présenté les axes de travail menés au sein du réseau et convergeant avec ceux du référentiel de la refondation de l’éducation prioritaire :
- construire une école bienveillante et exigeante
- stabiliser les équipes, les soutenir par la formation et l’accompagnement
- mettre en place un cadre propice aux apprentissages

Instaurer un cadre propice à l’apprentissage et ouvert à la parole

Dans l’établissement, une dynamique s’est amorcée afin de construire avec les élèves la notion de justice scolaire.

Ainsi, du 9 au 13 février 2015, lors de la semaine décloisonnée "S’approprier le collège", différents projets seront proposés aux élèves répartis dans des groupes sans cloisonnement de classes. Les professeurs proposeront de travailler sur l’affichage dans les lieux de circulation, d’aménager les classes, le foyer. L’objectif est de ritualiser le temps scolaire, de structurer l’année autour de cette semaine pivot.

Créer une relation pérenne avec les parents d’élèves : la co-éducation

Dans le cadre du passage au R.E.P.+, l’établissement travaille sur l’environnement d’apprentissage, les relations entre les différents acteurs de la communauté éducative et plus particulièrement la liaison avec l’ensemble des parents. Pour rapprocher les familles du système scolaire, un travail multi-partenarial concernant la parentalité est engagé.

Depuis trois ans, l’accompagnement à la parentalité est engagé au sein du collège. À la rentrée 2014, un nouvel élan a été impulsé, l’accompagnement est à présent basé sur une approche globale de l’enfant, éclairée par la complémentarité des intervenants.

Dans l’optique de renforcer les liens avec les parents et de les rapprocher de la scolarité de leur enfant, des cafés des parents sont mis en place. Le premier, sur le thème du sommeil des adolescents, a eu lieu à l’issue de la table ronde. Lors du prochain café, les parents du premier degré seront aussi invités et ce sont les parents qui choisiront le sujet.

Cet exemple d’action atteste de la relation de confiance qui s’installe entre les parents et les adultes du collège. Les difficultés sont posées sans jugement ni stigmatisation. Le travail est centré sur la résolution de ces difficultés.

Engager un effort collectif pour la réussite de chaque élève

Transition progressive vers le R.E.P.+ à Lou Blazer Le recteur a rappelé que l’Éducation nationale s’est fixée une obligation de réussite pour la refondation de l’éducation prioritaire : celle de tous les élèves, quel que soit le milieu social. Pour lui, les événements qui ont marqué la France depuis le 7 janvier révèlent la nécessité de reconnaître en égale dignité tous les territoires. Sa visite va dans ce sens, celui de la reconnaissance du travail de terrain accompli.

Il a également réaffirmé que l’administration est au côté de l’équipe du réseau, tout comme les collectivités locales. L’effort collectif sera payant et le travail montré au cours de cette table ronde prouve l’engagement remarquable du collectif Lou Blazer.

En conclusion de la table ronde, Marie-Pierre Wuhrlin, principale du collège a insisté sur le rôle du conseil école-collège qui permet de formaliser les projets dans la continuité, de rédiger le projet de liaison, de mettre en place une politique commune sur le réseau.

Contacts

Laurence Baulu, chargée de mission éducation prioritaire
Tél : 03 84 40 56 66

Pierre Marey, directeur de l’école élémentaire le Petit Chenoîs
Tél : 03 81 31 11 50

25
Collège
Lou Blazer - Montbéliard
Informations complètes


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon