Prévention des comportements sexistes : exposition et table ronde à Besançon

Prévention des comportements sexistes

Une table ronde qui a permis de réunir les acteurs institutionnels et les partenaires locaux autour de l’exposition d’affiches réalisées par des établissements scolaires du Doubs.

Dans le cadre de la journée nationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, la table ronde proposée mercredi 24 novembre au Pixel à Besançon, par Ludivine Petit, éducatrice à la protection judiciaire et membre active du Pixel à Besançon, a permis de réunir de nombreux acteurs institutionnels et partenaires locaux autour de l’exposition d’affiches réalisées dans les établissements scolaires du Doubs sur la prévention des comportements sexistes.

25 établissements ont participé en mars dernier au concours lancé par le tribunal judiciaire de Besançon en lien avec la DSDEN 25 et avec l’appui de la mission académique égalité filles-garçon,
Plus de 250 affiches ont été créées et plus de 1 000 élèves ont été formés par les magistrats et avocats du parquet de Besançon sur la question des violences sexistes et sexuelles.


Au cours de la table ronde sont intervenus Julien Roques, responsable d'unité éducative à la protection judiciaire de la jeunesse et Claire -Martine Keller, substitute près le procureur de Besançon, à l’initiative de ce concours.
 
Les interventions des différents acteurs se sont succédé, avec des temps d’échange nourris avec la salle :

  • Mélanie Geoffroy, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité du Doubs a rappelé les orientations sur les violences faites aux femmes dans le cadre des instances : présentation du plan départemental de lutte contre les violences faites aux femmes et des suites du Grenelle des violences conjugales.
  • Dominique Chatté, inspectrice pédagogique régionale et référente académique à l’égalité filles-garçons a évoqué les enjeux et modalités de la prévention des comportements sexistes dans les établissements scolaires : ainsi, les 180 référents égalité identifiés dans les collèges, lycées généraux, technologiques et lycées professionnels, ont réalisé en 2020-2021, en dépit de la crise sanitaire, plus de 50 actions qui ont conduit à mener 142 activités avec les classes des établissements de l’académie, en moyenne avec 12 classes, soit 264 élèves par établissement.La référente académique a également rappelé l’importance de la prévention par le biais de la formation initiale des étudiants et professeurs stagiaires de l’INSPE et de la formation continue des enseignants et cadres de l’académie. Elle a souligné l’impact fort de la démarche pédagogique et éducative des projets engagés au sein des établissements ou à l’échelle académique.
  • Norbert Arnoult, secrétaire général à la DSDEN 25 a apporté son expertise sur l’action déployée sur cette question dans le premier degré.
  • Hélène Isabey, professeure au collège Proudhon à Besançon, lauréat du concours 2021 et chargée de mission égalité est venue accompagnée de ses élèves pour témoigner de leur engagement. L’un d’entre eux a interprété le slam, d’une belle qualité d’écriture et d’intensité, qu’il avait composé pour la remise du prix au collège en mars dernier. Il a été chaleureusement applaudi par la salle.
  • Solidarité Femmes 25 et le CIDFF, associations partenaires de l’école, ont présenté leurs actions en faveur de l’accompagnement des femmes victimes de violences et de la prévention.
  • Alexia Marquis, substitute près le procureur en charge des mineurs et Alina Saleh, juge d'application des peines au tribunal judiciaire de Besançon ont rappelé le rôle du parquet, la politique pénale et les dispositifs de sanction mis en place activement dans le Doubs.

Tous sont unanimes pour dire que les actions de prévention des violences sexistes sont essentielles depuis le plus jeune âge. L’éducation à l'égalité contribue à construire des filles et des garçons qui dépasseront les rôles et tâches assignées à chaque sexe, favorisant ainsi le respect de l'autre et doivent contribuer à éliminer les violences de genre.

Si la France développe des actions et des outils de prévention et d’accompagnement évoqués par les différents intervenants présents lors de cette table, l’expérience des autres pays est également porteuse : c'est le sens du projet Erasmus développé avec l’Espagne par Annabelle Faure-Nening, professeure au lycée Jules Haag à Besançon et chargée de mission à la délégation de région académique aux relations européennes, internationales et à la coopération (DRAREIC), qui, accompagnée de ses élèves, a exposé les nombreuses actions mises en place avec un établissement espagnol de la province des Asturies, région qui a une convention de partenariat avec l’académie de Besançon :

  • création d’un espace collaboratif via la plateforme eTwinnig,
  • échange de supports pédagogiques créés par les élèves suite aux interventions des magistrates du parquet,
  • pièce de théâtre,
  • projet de mobilité d’un mois des lycéens chez leurs correspondants espagnols.

Ce projet européen ainsi que tous ceux réalisés dans les établissements scolaires, avec la contribution des partenaires locaux, témoigne de la force de l’engagement des équipes éducatives dans la formation des futurs citoyens.

Expositions d'affiches "Portraits de femmes"

Dans le cadre de ce projet, et à la demande du CIDFF, les élèves du lycée Jules Haag ont élaboré une exposition de portraits de femmes, qu’ils partagent avec leurs correspondants espagnols. Cette exposition qui rappelle l’origine de la date du 25 novembre est visible à la Maison de quartier de Montrapon-Fontaine Écu, à Besançon, jusqu’au 3 décembre.

 

Affiche égalité des chances