R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Conférence sur l’innovation sociale au lycée Follereau

Rubrique Vie de l'académie

vendredi 22 novembre 2019

Conférence sur l’innovation sociale au lycée Follereau

Dans le cadre de la Semaine école-entreprise, le lycée belfortain a accueilli, lundi 18 novembre, la conférence sur l’innovation sociale.

La Semaine école-entreprise bénéficie du soutien financier de la Région Bourgogne-Franche-Comté et s’inscrit dans le parcours Avenir qui doit permettre à chaque jeune :
- de comprendre le monde économique et professionnel ainsi que la diversité des métiers et des formations qui y conduisent,
- de développer son sens de l’engagement et de l’initiative,
- d’élaborer son projet d’orientation scolaire et professionnelle.

Conférence sur l'innovation sociale au lycée Follereau La conférence a été proposée à des élèves et étudiants du lycée Follereau issus de terminale économique et sociale (ES), de terminale sciences et technologies du management et de la gestion (STMG) et des étudiants de BTS comptabilité-gestion et BTS gestion de PME.

Après une introduction de Michel Mainguenaud, directeur coordonnateur régional des Campus des métiers et des qualifications (CMQ) et des partenaires de la relation école-entreprise présents (Francis Cottet, conseiller régional BFC, Bernard Gaulier, chef de file emploi formation au Medef BFC, Alexandra Broihier, membre de la CCI 90 et Jean-Marc Thirion, secrétaire général de l’U2p BFC, les élèves et étudiants ont appréhendé les différents aspects de l’innovation sociale grâce à la présentation de Sandrine Clausse, professeure d’économie-gestion au lycée Pergaud à Besançon.

Les partenaires professionnels ont présenté des déclinaisons de l’innovation sociale au sein de leur structure : Emmanuel Formet, représentant de l’association "La Pive 90", à Belfort, Pierre Lauret, codirigeant de l’entreprise "Pompes Japy" à Fesches-le-Châtel et enfin, Blandine Aubert, directrice régionale l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) Bourgogne-Franche-Comté. La conférence a ainsi permis aux élèves et étudiants de découvrir que l’innovation sociale concerne aussi bien l’activité des entreprises (production de biens ou de services), que leur organisation et leur mode de gouvernance.

Sébastien Marmot, délégué académique à la formation initiale et continue a remercié les intervenants et a rappelé que l’innovation sociale est un levier de l’économie sociale et solidaire. Une convention sera d’ailleurs prochainement signée par Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l’académie de Dijon et Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon.

 
mercredi 20 novembre 2019

Médiatiks 2020

La 7e édition du prix Médiatiks - Concours académique des médias scolaires et lycéens - est organisée par le CLEMI de l’académie de Besançon.

Il est ouvert aux médias de différentes natures ("papier", sites et blogs d’information, radios, comptes réseaux sociaux, reportages photographiques) réalisés dans le cadre scolaire au cours de l’année scolaire 2019-2020.

Médiatiks est comporte deux phases : la première se déroule au niveau des académies puis la seconde à l’échelle nationale. Organisé en partenariat avec la Fondation Varenne, le prix bénéficie également du soutien de Reporters sans Frontières et de l’association Jets d’encre.

En savoir plus

Au niveau académique, il est soutenu par plusieurs médias régionaux notamment Topo bfc, Radio Campus Besançon, Le Journal Des Enfants, France Bleu Besançon et L’Est Républicain.

Qui peut s’inscrire ?

Médiatiks 2020 Le concours Médiatiks 2020 est ouvert à tous les élèves de l’académie de Besançon, de la maternelle au lycée, de l’enseignement public, privé et agricole qui réalisent un média scolaire dans le courant de l’année scolaire 2019-2020.

Les participants sont répartis en quatre catégories :
- école (école maternelle, élémentaire, primaire)
- collège (collège, SEGPA, troisième découverte professionnelle, troisième prépa pro)
- lycée (lycée d’enseignement général, lycée d’enseignement général et technologique, lycée professionnel, lycée agricole, CFA)
- autres établissements (EREA, IME, IMP, ULIS, classe d’hôpital ou d’établissement pénitentiaire).

Quelles productions ?

Nouvelle formule pour l’édition 2020 de Médiatiks : choisissez la catégorie dans laquelle vous souhaitez participer :
journaux imprimés et en ligne
radio
vidéo
reportage photo
Plusieurs médias ou reportages photos d’un même établissement peuvent participer à Médiatiks ; dans ce cas, chaque média ou reportage photo doit faire l’objet d’une inscription spécifique.

Le plus pour chaque participant

Chaque participant reçoit de la part du jury académique une fiche conseil personnalisée. Elle indique ce qu’il a aimé dans votre média ou votre reportage photo et propose même des pistes d’amélioration.
Pour connaître les critères du jury propres à chaque support
journaux imprimés et en ligne
radio
vidéo
reportage photo

Prix

À l’issue des délibérations, les gagnants seront avertis par courriel suivi d’un courrier envoyé par voie postale. La date de la remise des prix aux lauréats des différentes catégories sera communiquée ultérieurement. Les prix sont offerts par nos partenaires et par le CLEMI de l’académie de Besançon, à savoir des abonnements gratuits, des albums photos, des livres, des visites de rédaction.
Chaque équipe lauréate se verra également remettre un diplôme.

La sélection académique

Le jury de Médiatiks Besançon 2020 envoie au jury national une sélection composée au maximum de quatre productions (écoles, collèges, lycées, autres établissements) pour chaque support (journaux imprimés et en ligne, radio, vidéo, reportage photo).

Seize prix Médiatiks nationaux sont décernés par le jury national à partir des sélections académiques : quatre productions (écoles, collèges, lycées, autres établissements) pour chaque support (journaux imprimés et en ligne, radio, vidéo, reportage photo).
En savoir plus

Calendrier du concours

- ouverture des inscriptions : 20 novembre 2019
- date limite d’envoi de vos productions : 10 avril 2020
- réunion du jury académique : 16 avril 2020
- annonce des résultats : 17 avril 2020
- remise des prix : date à venir.

Comment participer ?

Inscrivez votre média scolaire ou votre reportage avant le 10 avril 2010 en ligne.

- pour les journaux imprimés, envoyer six exemplaires du numéro que vous avez choisi (parmi ceux de l’année scolaire en cours) avant le 10 avril 2020, le cachet de la Poste faisant foi, à l’adresse suivante :

Rectorat - CLEMI
Médiatiks 2020
45 avenue Carnot
25000 Besançon

- pour les médias numériques (préciser un ou deux reportages vidéos, JT vidéos ou Podcasts à consulter en priorité par le jury) : envoyer votre inscription à coordination.clemi-fc@ac-besancon.fr

- pour les reportages photos : envoyer l’inscription à coordination.clemi-fc@ac-besancon.fr

Contact

Marie Adam-Normand, coordonnatrice CLEMI de l’académie de Besançon Courriel

 
lundi 18 novembre 2019

La Journée du numérique dans l’enseignement et la place du numérique dans l’académie de Besançon

La Journée du numérique dans l’enseignement (JNE), s’est déroulée simultanément sur 26 sites de la région académique Bourgogne-Franche-Comté le 16 octobre 2019.

Événement de la rentrée, la JNE a visé à impulser réflexions et partages sur l’intégration du numérique dans les pratiques pédagogiques, de l’école primaire au lycée. Ses dimensions déconcentrée, participative et diversifiée en font un levier majeur dans la mise en œuvre des politiques nationale et académique.

La JNE : une coordination de nombreux acteurs de l’éducation

 La Journée du numérique dans l'enseignement et la place du numérique dans l'académie de Besançon L’organisation, au sein des 26 sites répartis sur tout le territoire de la grande région académique, a été co-piloté par les DANE de Besançon et de Dijon, les DSDEN 21 et 25 et Réseau Canopé. Les huit DSDEN de la région académique ont été étroitement associées à ce travail et ont soutenu l’événement tant par la mobilisation des professeurs des écoles que par la coordination de l’organisation locale, spécifiquement dans le premier degré. Enfin un partenariat a permis d’associer la DRAAF Bourgogne-Franche-Comté et les INSPÉ des deux académies avec une proposition de sites d’accueil (lycée agricole de Dannemarie-sur-Crète et INSPÉ de Nevers) et avec la participation des étudiants sur de nombreux sites.

Une mise en avant du dynamisme des territoires

La JNE est un événement de proximité qui permet de rencontrer les enseignants au plus proche de leur territoire d’exercice. Ainsi, ce sont près de 1 600 personnels de l’éducation qui se sont réunis sur l’ensemble des 26 sites, témoignant du dynamisme et de l’attractivité de tous les types de territoires (éducation prioritaire, urbain ordinaire, péri-urbain, rural …). Cette logique qui attache une importance particulière aux problématiques de la ruralité vient prolonger l’ambition du plan Écoles numériques innovantes et ruralité (Enir) qui concerne 165 écoles de l’académie de Besançon et 169 écoles de l’académie de Dijon. L’accompagnement des usages pédagogiques du numérique s’inscrit aussi dans la continuité du Plan numérique éducatif déployé dans 148 écoles et 93 % des collèges publics de l’académie de Besançon ainsi que 77 écoles et 42 % des collèges de l’académie de Dijon.

La dimension territoriale vise également à mettre en valeur les engagements financiers État /collectivités territoriales (mairies, établissement public de coopération intercommunale à compétences scolaires, conseils départementaux et conseil régional) permettant à la fois d’œuvrer à un service public du numérique éducatif pour tous et à la fois de travailler à l’équité territoriale.

Ateliers pratiques, témoignages et conférences à dimension nationale

 La Journée du numérique dans l'enseignement et la place du numérique dans l'académie de Besançon Selon le lieu d’accueil, différentes thématiques ont été proposées dans des temps de conférence ou d’ateliers pratiques, de découvertes ou de témoignages : la maîtrise des fondamentaux, la collaboration et la coopération, la ludification, l’aménagement des temps et des espaces, la culture numérique, le parcours scolaire de l’élève (inclusion et différenciation).

Quatre conférences ont également été proposées tout au long de la journée abordant les thèmes de l’inclusion, de l’architecture et des nouvelles modalités de travail et/ou d’apprentissage induites par le numérique. Une diffusion simultanée a été assurée sur l’ensemble des lieux d’accueil.

Afin d’accompagner les orientations nationales dans le renforcement de l’École inclusive, la conférence inaugurale de Patrice Renaud, expert à la Direction du numérique pour l’éducation, de l’inclusion et du numérique a permis d’identifier l’intérêt du numérique pour la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers, d’identifier les besoins, notamment concernant les ressources numériques accessibles, et de présenter les ressources soutenues par le ministère de l’Éducation nationale.

Denis Cristol, directeur de l’ingénierie de formation et de l’innovation au CNFPT et chercheur associé à l’Université Nanterre-Ouest, est intervenu ensuite sur les évolutions des modalités de formation et d’apprentissage liées aux évolutions de notre société.

L’après-midi a été consacré à la thématique des espaces d’apprentissage et de l’architecture scolaire, avec une intervention de Christophe Caron, chef du projet "Archiclasse" à la Direction du numérique pour l’éducation.
La conférence a présenté, le dispositif "Archiclasse" et les nouveaux développements proposés sur le site internet comme "ArchiLab", et notamment un outil de conception d’espaces pédagogiques et des fiches pratiques pour réfléchir à l’aménagement des espaces-classes.

Laurent Jeannin, maître de conférences en sciences de l’éducation, membre du laboratoire "Bonheurs Ea-7517" et titulaire de la chaire de recherche "Transition2", a clos cette journée en proposant une réflexion sur "Les territoires personnels d’apprentissage".

Toutes ces conférences sont accessibles en ligne.

Le lancement des "openbadges"

Le projet "Bravo" a une vocation territoriale. Il vise à mettre en place une culture et une infrastructure technique pour déployer l’usage des "openbadges" pour reconnaître les valeurs, les engagements, les réalisations et les réussites de chaque administré de la région Bourgogne-Franche-Comté.

 La Journée du numérique dans l'enseignement et la place du numérique dans l'académie de Besançon Quatre badges ont été proposés lors de la JNE : un badge "animateur", un badge "participant", un badge "facilitateur", un badge "site d’accueil".

Ces badges ne sont pas décernés par l’institution mais "revendiqués" par les participants qui sont invités à expliciter l’impulsion donnée par la journée et à apporter des "preuves" qui attestent de la pertinence de la délivrance du badge demandé.

Cette démarche de reconnaissance s’intègre naturellement dans la dynamique du projet académique pour soutenir et développer le pouvoir d’agir des enseignants, des élèves et plus généralement de tous les membres de la communauté éducative et les citoyens de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Premier artisan de cette démarche, le recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, Jean-François Chanet, a pu lors de la journée solliciter le badge de "facilitateur" et ainsi officialiser le lancement des badges Bravo BFC.

Un événement au cœur des réseaux d’éducation

La JNE dans l’académie de Besançon s’est déroulée dans chaque réseau d’éducation, soit treize sites différents, et a proposé 114 ateliers de présentation (dispositifs, classes en action...) et de co-construction pour échanger et apprendre entre pairs. Plus de 800 enseignants ont ainsi participé à cette journée dans l’académie de Besançon et autant dans l’académie de Dijon.

L’expertise de chacun des acteurs ont été mis à l’honneur et partagée tout au long de cette journée, permettant d’établir un dialogue inter-degrés. Cette volonté de partage entre le primaire et le secondaire fait écho à la mise en placede L’environnement numérique de travail (ENT) Écoles, collèges, lycées, académies et territoires en Bourgogne-Franche-Comté (Éclat-BFC) : premier ENT assurant un continuum pédagogique du 1er au 2nd degré.

La journée du numérique dans l’enseignement, de par son format original au cœur des établissements, a permis de donner une réalité aux réseaux d’éducation et de porter l’enthousiasme pour le numérique éducatif au sein de la région académique.

Journée du numérique dans l’enseignement

 
jeudi 14 novembre 2019

20e édition de la Semaine école-entreprise

Sur la thématique "Les entreprises et l’innovation sociale", la Semaine école-entreprise se déroulera dans toute l’académie, du 18 au 23 novembre 2019.

20e édition de la Semaine école-entreprise Pour sa 20e édition, la semaine école-entreprise a pour objectif de montrer aux élèves des projets d’innovation sociale portés par les entreprises concernant aussi bien leur activité (production de biens ou de services), que leur organisation et leur mode de gouvernance.

Conférence sur l’innovation sociale

L’événement phare de la Semaine école-entreprise se tiendra au lycée Raoul Follereau à Belfort, le lundi 18 novembre 2019 de 13 h 30 à 17 h. La conférence, à destination d’élèves et étudiants (issus de terminale économique et sociale, de terminale sciences et technologies du management et de la gestion et des étudiants de BTS comptabilité-gestion et BTS gestion de la PME, sera animée par les partenaires professionnels :
- l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie Bourgogne-Franche-Comté,
- l’entreprise Pompes Japy, de Fesches-le-Châtel,
- l’association La Pive 90, de Belfort.

La Semaine école-entreprise dans l’académie

De nombreuses autres manifestations seront organisées par les établissements de l’académie avec le monde professionnel afin d’aider les jeunes à penser de façon créative, développer leur envie d’apprendre, les sensibiliser au monde économique et faciliter leur orientation :
- visites d’entreprises
- interventions de professionnels en établissements scolaires,
- visites de salons professionnels.

En savoir plus - Dossier de presse SEE 2019

 
vendredi 8 novembre 2019

Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) 2020

Ville lauréate de l’organisation de la troisième édition des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) d’hiver, Lausanne a choisi le stade nordique des Tuffes, à Prémanon, pour y tenir les épreuves de combiné nordique, de saut et de biathlon qui se dérouleront du 10 au 19 janvier 2020.

Jeux olympiques de la jeunesse (<abbr title="Jeux olympiques de la jeunesse">JOJ</abbr>) 2020 Destiné aux 15-18 ans, cet événement sportif international de la jeunesse accorde à l’éducation et à la culture une place équivalente à celle des épreuves sportives. Les JOJ sont l’occasion de mobiliser les jeunes des établissements scolaires de l’académie autour des valeurs du sport et de l’olympisme avec en toile de fond la perspective des jeux olympiques de 2024.
Un programme événementiel va être mis en place et de nombreuses actions seront portées par les élèves eux-mêmes. Lors des JOJ, près d’une cinquantaine d’établissements de l’académie assisteront aux épreuves.

En savoir plus - Lausanne 2020

Mercredi Jeux olympiques de la jeunesse JOJ #1 - Prémanon

Des élèves de CM1, CM2 préparent, grâce à un partenariat avec la Suisse romande, une émission de radio pour promouvoir les JOJ.

Mercredi Jeux olympiques de la jeunesse JOJ #2 - Moirans-en-Montagne

Les élèves du lycée Pierre Vernotte s’engagent pour les JOJ. Découvrez leurs travaux dans quelques jours...

 
mardi 22 octobre 2019

Inauguration du pôle scolaire et périscolaire "Louise et René Robbe" à Chaux-Neuve

L’inauguration a eu lieu en présence de Joël Mathurin, préfet du Doubs, Jean-François Longeot, sénateur, Jean-François Chanet, recteur de l’académie, et Patrice Durand, IA-DASEN du Doubs.

Inauguration du pôle scolaire et périscolaire "Louise et René Robbe" à Chaux-Neuve Depuis 1986, et jusqu’à cette rentrée 2019, l’école s’organisait autour de deux sites à une classe, l’un à Chaux-Neuve, l’autre à Chatelblanc, distants de deux kilomètres. La construction d’un pôle scolaire et périscolaire implanté sur la commune de Chaux-Neuve est née d’une volonté des élus locaux de répondre à :
- une invitation de l’IA-DASEN à réfléchir à un projet structurant sur le territoire
- une implantation géographique des sites existants ne permettant pas d’assurer de manière satisfaisante la sécurité des élèves
- la nécessité d’une mise en conformité de locaux vieillissants qui s’avérait très coûteuse voire impossible
- aux besoins des enseignants jusque-là isolés dans un site à une classe de pouvoir travailler en équipe.

Les 49 élèves des différents villages sont ainsi scolarisés depuis cette rentrée dans une école d’une capacité de trois classes, intégrant également une salle de motricité et un espace restauration. Ils bénéficient d’un périscolaire de 6 h 30 à 17 h 30 et de conditions d’apprentissage optimales.

Ce projet de construction sur la commune de Chaux-Neuve s’inscrit dans une volonté de repenser le plan local d’urbanisme, en replaçant les bâtiments de la mairie et de l’école au cœur du village et en leur attribuant ainsi une place centrale dans la vie des habitants, par une mutualisation des espaces et des équipements créés, entre l’association qui gère le périscolaire, l’école et la commune. Ainsi, le terrain multi-sports prochainement construit bénéficiera aux élèves durant le temps scolaire et aux habitants du village en dehors de ces horaires.

Par ailleurs, les élus ont été particulièrement attentifs à l’aménagement d’espaces piétonniers et à la sécurisation des trajets des élèves et de leur famille entre l’école et leur domicile, afin de favoriser les déplacements à pied. Sur le plan environnemental, en matière d’isolation thermique mais aussi phonique, l’attention portées à la qualité mais aussi à l’esthétique des matériaux utilisés et à l’organisation des espaces, créent un environnement extrêmement favorable au bien-être et aux apprentissages des élèves.

Une école à l’heure du numérique

Inauguration du pôle scolaire et périscolaire "Louise et René Robbe" à Chaux-Neuve Dès 2017, dans le cadre du développement du plan numérique national, dont l’objectif principal était d’impulser, d’accompagner et de généraliser les usages pédagogiques du numérique dans tous les territoires, l’école "Louise et René Robbe" a pu être dotée d’équipements mobiles, ainsi que les écoles voisines de la communauté de communes d’alors (Chapelle des Bois, Mouthe). Les classes de la nouvelle école sont désormais équipées de tableaux numériques interactifs qui viennent compléter les équipements mobiles, favorisant ainsi la transformation des pratiques pédagogiques. En outre ces outils trouvent toute leur pertinence dans ces classes multi-niveaux en facilitant la différenciation pédagogique et en favorisant le développement de l’autonomie des élèves.

De la lecture...

Par ailleurs, dans le cadre de la mobilisation nationale en faveur du livre et de la lecture, la nouvelle école a pu bénéficier des crédits attribués à l’académie de Besançon pour la mise en œuvre du plan d’équipement pluriannuel "bibliothèque d’école". Placer la lecture, compétence fondamentale, au cœur de la vie de l’école est un des objectifs principaux et s’inscrit à ce titre dans le cadre du projet pédagogique de l’école : l’équipe d’enseignants s’est pleinement engagée dans l’action "Silence, on lit !", afin de développer les compétences en lecture des élèves mais également le goût et le plaisir de lire. Ainsi, chaque jour, les élèves lisent en silence, ensemble, pendant 10 à 15 minutes.

...et du sport !

Enfin, il est à noter une spécificité de ce territoire : les classes de ce secteur sont particulièrement impliquées dans les activités physiques et sportives, et en particulier dans les activités de neige. L’école participe chaque année au dispositif ski financé par le conseil départemental.

 
lundi 21 octobre 2019

Les inscriptions au concours Éole sont ouvertes !

Un concours ouvert aux élèves de collège ou de troisième préparatoire au monde professionnel qui s’inscrit dans un partenariat à établir avec des élèves de lycée professionnel et/ou d’étudiants.

Projet ambitieux, la pendulette Éole engage plus de quinze lycées professionnels et sections d’enseignement professionnel ainsi que le CFA académique.
"Pendulette Éole" : convention de partenariat signée !
Éole : réunion de pilotage annuelle

Le concours proposé a cette année pour thématique la dimension développement durable de la pendulette.

Objectifs visés :

- découverte des métiers et des filières de la voie professionnelle pour les collégiens dans le cadre du parcours avenir,
- installation de partenariats inter-degrés,
- valorisation de la voie professionnelle.

Les inscriptions au concours Éole sont ouvertes Les collégiens sont amenés à imaginer, décrire, concevoir des solutions pour personnaliser la pendulette sur le plan esthétique et/ou technique. Après échange avec un lycée partenaire, la solution retenue sera réalisée au sein des ateliers ou dans un "tiers lieu" type Fablab. Au niveau du collège, les travaux peuvent être menés en technologie et/ou en arts plastiques, avec l’enseignement professionnel et les arts appliqués au lycée professionnel.

Le concours se décompose en trois phases :
- inscription du 16 octobre 2019 au 31 janvier 2020
- accompagnement des équipes dès l’inscription et jusqu’au 31 mars 2020
- finale académique le 29 mai 2020.
Affiche concours Éole

En savoir plus
Inscriptions en ligne

 
vendredi 11 octobre 2019

Déplacement de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, s’est rendu dans plusieurs établissements du Doubs, lundi 7 octobre.

Accueilli par Jean-François Chanet, recteur de la région académique de Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités, le ministre a visité trois établissements du département :
- l’école primaire Bourgogne à Besançon,
- le lycée professionnel Les Huisselets à Montbéliard,
- l’école élémentaire de Blamont.

École primaire Bourgogne

À Besançon, le ministre a visité l’école primaire Bourgogne : après un accueil en musique, le ministre a échangé avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Dans cette école, un projet de cité éducative sera bientôt mis en place, afin d’intensifier les prises en charge éducatives des enfants dès 3 an, en mobilisant tous les acteurs éducatifs travaillant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Voir cette publication sur Instagram

Une journée dans le Doubs (1/2) Le premier degré est ma première priorité et j'ai pu ainsi rencontrer et échanger à la fois sur le dédoublement des classes et les spécificités de l'école en éducation prioritaire ainsi que sur l'école rurale notamment en zone de montagne. C'est dans l'école primaire Bourgogne de Besançon que j'ai démarré ma visite dans le Doubs. Merci aux enseignants de CE1 de m'avoir accueilli dans leurs classes, aux élèves de leur joie de vivre et de leur désir d'apprendre. Merci enfin à Madame la directrice pour la franchise de nos échanges et bravo pour le travail que vous accomplissez dans cette école. En fin de journée, j'ai été chaleureusement accueilli à Blamont pour visiter l'école du village et rencontrer de nombreux maires. Merci aux professeurs comme aux élus pour leur dynamisme, leur créativité et leur mobilisation constante pour leurs écoles. Ensemble, nous ferons réussir l'école de montagne en valorisant ses atouts indéniables tout en évaluant avec pragmatisme chaque situation.

Une publication partagée par Jean-Michel Blanquer (@jean_michel_blanquer) le

Lycée professionnel Les Huisselets de Montbéliard

Le ministre s’est ensuite rendu au lycée professionnel les Huisselets de Montbéliard, pour évoquer les Campus des métiers : visite des ateliers et table ronde.

Il a également pu rencontrer le référent GRH de proximité du réseau d’éducation de l’Aire Urbaine et a déjeuné avec les élèves au self-service de l’établissement.

Voir cette publication sur Instagram

Une journée dans le Doubs (2/2) C'est au lycée professionnel des Huisselets, à Montbéliard, que j'ai ensuite eu la chance d'échanger avec les élèves, leurs professeurs et les partenaires économiques et régionaux du Campus des métiers. Qu'il s'agisse des filières artistiques ou de sécurité, j'ai découvert un lycée d'excellence, proposant des enseignements de grande qualité et des domaines d'activités qui faciliteront ensuite l'embauche des élèves dans la région s'ils le souhaitent. La voie professionnelle est une voie d'excellence et d'attractivité pour les territoires. Impulser son renouveau et sa modernisation est ma deuxième grande priorité.

Une publication partagée par Jean-Michel Blanquer (@jean_michel_blanquer) le

École élémentaire de Blamont

Déplacement de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs Enfin, le ministre a visité les trois classes de l’école élémentaire de Blamont, avant un temps d’échanges avec les maires du territoire et le monde éducatif pour répondre aux questions et témoignages sur la ruralité.

En savoir plus - MENJ

 
mercredi 9 octobre 2019

Le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP+

En cette rentrée 2019, l’ensemble des CP et CE1 en REP et REP+ sont dédoublés. Les élèves bénéficient ainsi de très bonnes conditions d’apprentissage.

20 % des élèves ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux à la fin de l’école primaire. Pour attaquer à la racine la difficulté scolaire avant qu’elle ne s’installe, un ambitieux programme de dédoublement des classes en CP et CE1 en REP et REP+ a été engagé dès la rentrée 2017.

Afin d’approfondir la politique engagée qui vise à l’élévation générale des qualifications, à la justice sociale et à l’égalité territoriale, les dédoublements seront étendus aux classes de grande section de maternelle en éducation prioritaire dès la rentrée 2020.

Toutes les classes de grande section, de CP et de CE1 verront progressivement leurs effectifs limités à 24 élèves.

Dédoublements des CP et CE1 - rentrée 2019

Département CP dédoublés Nb d’élèves  % CE1 dédoublés Nb d’élèves  %
25 62 798 13 % 65 761 12,4 %
39 9 115 4,4 % 9 120 4,75 %
70 12 150 6 % 12 151 6,1 %
90 12 140 9,7 % 12 140 9,2 %

La totalité des classes de CP et de CE1 en REP et REP+ sont aujourd’hui dédoublées dans l’académie.

Compte tenu des situations particulières (écoles orphelines, notamment), l’académie a décidé de faire bénéficier de la mesure de dédoublement des écoles situées hors éducation prioritaire : l’école Fourier à Besançon (Doubs) ainsi que l’école du Centre à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône).

En savoir plus - MENJ

 
mardi 1er octobre 2019

Séminaire académique "Grande Pauvreté et réussite scolaire"

Le recteur Jean-François Chanet a ouvert, mercredi 25 septembre, le séminaire académique "Grande pauvreté et réussite scolaire" à la MSHE Claude-Nicolas Ledoux de Besançon.

Le séminaire académique "Grande pauvreté et réussite scolaire" se déroule dans la continuité des travaux engagés par les écoles, collèges et lycées de l’académie de Besançon. Il vise à montrer que la réussite scolaire des élèves vivant dans la précarité est l’affaire de tous et qu’elle relève du pédagogique et de l’éducatif tout autant que du social : présentation de situations de grande pauvreté des élèves, enfants et adolescents, de leurs effets sur la vie à l’école et sur les apprentissages, et des réponses que peut apporter l’institution scolaire et ses partenaires.

Grande pauvreté et réussite scolaire

Discours du recteur

Présentation par Stéphanie Libert, pilote de la mission académique Grande pauvreté et réussite scolaire

Conférence de Marie-Aleth Grard, vice-présidente d’Atd Quart Monde

Bibliographie "Grande pauvreté" - Atd Quart Monde
Programme du séminaire

État des lieux de la grande pauvreté

En France

17 % des enfants (1,2 million) sont en situation jugée préoccupante d’exclusion sociale : des problèmes de logement, une absence de tranquillité pour travailler, des soucis pour s’habiller, se chausser, manger, pas d’accès à la pratique culturelle. Ces enfants et adolescents pauvres sont en plus victimes d’une "spirale du malheur", qui prend la forme d’une quadruple peine : "ils se perçoivent plus en difficulté à l’école ou dans leur famille, plus éloignés du système de soins, plus marginalisés dans leur quartier, plus en insécurité dans leur environnement proche mais aussi moins associés à la vie collective que les autres enfants".

Conférence de Jean-Paul Delahaye - Lycée Jules Haag - 2015

Dans l’académie

Si dans la région, la pauvreté est moins présente qu’en métropole, les disparités territoriales sont marquées : dans les territoires ruraux, toutes les catégories de ménages sont exposées au risque de la grande pauvreté. 66 747 enfants vivent au sein de ménages dont les revenus sont inférieurs au seuil de bas revenus en 2011, soit près de trois enfants sur dix en Franche-Comté. De plus, si l’on tient compte des enfants qui vivent au sein de ménages fragiles, le nombre d’enfants concernés par la précarité s’élèverait à 100 326 en Franche-Comté, soit 42 % des enfants couverts par la CAF.

Si la vulnérabilité des enfants est moins marquée en région, elle s’accroît entre 2010 et 2015. Les disparités infra-territoriales sont grandes. Près de deux élèves sur cinq sont d’origine sociale défavorisée soit 39,2 % des élèves dans la région académique Bourgogne-Franche-Comté. Près de 56 % des collégiens scolarisés en éducation prioritaire sont d’origine sociale défavorisée. Dans la zone frontalière avec la Suisse, cette part est également importante mais ne témoigne pas d’une forte fragilité sociale puisqu’elle est due à la présence de nombreux frontaliers qui bénéficient d’un travail en suisse, des ouvriers certes mais très souvent qualifiés et bien rémunérés. La part d’élèves boursiers conforte ces affirmations. Les zones plus industrielles affichent une part d’élèves boursiers plutôt élevée, alors que cette part est plus faible dans les zones orientées tertiaires.

Le plan "Grande pauvreté et réussite scolaire"

En 2017-2018, le groupe de travail "Grande pauvreté et réussite scolaire" a œuvré sur le département de la Haute-Saône pour déployer localement le plan "Grande pauvreté et réussite scolaire".

Établissements identifiés
- collège Gaston Ramon,
- collège Louis Pasteur,
- collège André Masson,
- collège Charles Peguy
- lycée polyvalent Lumière

Afin de réduire les effets de la pauvreté et favoriser la réussite de tous les élèves, il est nécessaire de connaître et de prendre en compte les situations de grandes difficultés socio-économiques des élèves, d’établir un plan d’action basé sur les indicateurs de notre territoire et de renforcer la formation continue des personnels en la matière. Des leviers permettant de réduire ces inégalités et donner des atouts permettant aux familles populaires la réussite scolaire ont été proposés aux établissements :
- organiser un temps de formation ayant pour objectif une première connaissance de l’environnement de l’école,
- développer et encourager les pratiques de pédagogie active privilégiant l’entraide, la solidarité, la coopération ainsi qu’une une formation citoyenne dynamique,
- procéder à un état des lieux entre les taux de PCS défavorisées et de boursiers dans les établissements et établir des actions permettant de faciliter la mise à disposition de toutes les informations nécessaires aux parents et aux élèves en matière d’accès,
- faire de la grande pauvreté un point d’observation lors des visites de rentrée dans les établissements par les inspecteurs (la proportion d’externes/ demi-pensionnaires, le taux de participation aux activités périscolaires et aux études du soir ; répertorier des conditions matérielles facilitatrices pour les mobilités, le mode d’attribution des places en internat, les charges financières liées à l’école…),
- s’assurer de la mise en place d’espaces d’échanges entre les différents partenaires (inspection académique, personnel d’éducation et d’encadrement, INSPÉ, collectivités territoriales, fédérations de parents, Université Franche-Comté, associations, mission locale, entreprises …) et les familles, en complément des dispositifs d’information numériques existant ou à créer.

Lors des différents temps de rencontre entre établissements, groupe de pilotage, partenaires associatif et politiques institutionnels, des priorités ont été omniprésentes :
- le recul du non-recours aux bourses,
- l’accentuation du volet culturel du projet d’établissement,
- la relation école-famille.

Les établissements ciblés ont également été accompagnés par la DAAC dans le montage d’appels à projets culturels artistiques pour favoriser l’accès de chaque élève à la vie culturelle et à une pratique artistique, proposer une action artistique et culturelle sur les territoires les plus éloignés de l’offre (notamment en zone de revitalisation rurale) et enrichir le parcours culturel de l’élève par la diversité et l’équilibre des domaines artistiques et culturels mis à la portée de tous.

Relevé de conclusions - séminaire académique grande pauvreté et réussite scolaire

Contact

Stéphanie Libert, IEN Sciences biologiques sciences sociales appliquées
Rectorat de Besançon, pilote de la mission académique Grande pauvreté et réussite scolaire
Tél. : 03 81 65 74 51
Courriel


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon