R

Accueil > DSDEN > Actualités > Concours "Ô Service" - Saison 11

Rubrique Actualités

vendredi 22 mars 2019

Concours "Ô Service" - Saison 11

Pour cette 11e saison du concours "Ô Service", les étudiants ont étudié les notions de reconnaissance et de fidélisation des équipes dans les métiers de la salle.

"La reconnaissance d’aujourd’hui conduit à la fidélisation de demain"

Corinne Hacquemand, enseignante Maître d’Hôtel au Lycée Hyacinthe Friant de Poligny et Denis Courtiade, directeur du restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée et président de l’association "Ô Service", associés pour faire vivre ce concours dans le cadre d’une collaboration école-entreprise depuis onze années, voulaient cette année faire réfléchir ces étudiants et apprentis de BTS hôtellerie-restauration sur les actions à mener afin de limiter le turnover dans la restauration.

Vingt et un dossiers ont été étudiés et les gagnants, Jonas Mild et Luiz Vuillemin, tous deux apprentis, ont su convaincre le jury grâce à une analyse objective de leurs expériences tant positives que négatives, et leurs propositions intéressantes, originales et argumentées. Ils gagnent un déjeuner tout compris dans le mythique restaurant trois macarons Michelin du palace de l’avenue de Montaigne.

La synthèse de ces dossiers apportera sans nul doute quelques pistes intéressantes à mettre en place.

La reconnaissance au travail

La reconnaissance est exprimée à travers le regard, le jugement et le comportement d’autrui, elle n’est pas seulement question d’égo : c’est un échange, un sentiment mutuel.
Les étudiants soulignent qu’elle s’exprime sous quatre formes :
- la reconnaissance existentielle (prendre des nouvelles du collaborateur, consulter les employés lors d’une prise de décision, etc.)
- la reconnaissance de la pratique de travail (souligner la manière dont l’employé exécute son travail)
- la reconnaissance de l’investissement dans le travail (récompenser l’effort fourni par le collaborateur)
- la reconnaissance des résultats du travail (remarquer la réussite d’un membre de l’équipe lorsqu’il remplit l’un de ses objectifs).

Concours "Ô Service" - Saison 11 Dans un contrat de travail, chacun a des devoirs et des droits, et dans la relation de travail, la non-reconnaissance peut entraîner une baisse de qualité de travail voire même une démission. Or un manager sur deux avoue manquer de temps pour témoigner de la reconnaissance à ses collaborateurs. Pourtant cette reconnaissance permet de donner un sens à son travail et force est de constater que "la reconnaissance silencieuse ne sert à personne".

Les métiers de la salle requièrent de grandes qualités, et pour certaines même rares :
- grande disponibilité y compris les week-ends,
- savoir-faire,
- maîtrise de langues étrangères,
- grande connaissance des mets et vins,
- culture générale et régionale,
- discrétion,
- écoute attentive,
- savoir-être,
- sang froid et gestion du stress,
- réactivité,
- sens de l’observation et anticipation etc…

Toutes ces qualités doivent être reconnues par le maître d’hôtel et/ou le directeur de restaurant afin de procurer un sentiment de bien-être au travail pour le collaborateur et maintenir l’envie de l’exercer. Car si bien faire son travail est normal, savoir que son travail est bien fait, voire même au-delà des attentes, permet de rester motivé et de se dépasser.

Les actions à mettre en place

Dans ce cadre, les étudiants ont imaginé et/ou mises en avant plusieurs actions permettant d’apporter aux collaborateurs cette reconnaissance :
- pratiquer le daily-tour : chaque matin, passer saluer chacun, connaître les noms et prénoms de chaque collaborateur, échanger quelques mots avec eux, se préoccuper de leur santé ;
- témoigner du respect à ses collaborateurs ne serait-ce qu’en disant "merci", "s’il vous plait", "bonjour", "au-revoir"
- mettre en place un "carnet des choses bien faites" et y noter régulièrement les points positifs constatés dans le travail effectué par les uns et les autres, afin de ne pas les oublier
- indiquer le nom du chef de rang et du commis, ou du serveur, sur l’addition afin que les clients puissent savoir qui s’est occupé d’eux durant tout le service
- organiser régulièrement des entretiens individuels, en "one to one", pour recueillir les ressentis et les suggestions de chacun
- organiser de temps à autre des briefings de fin de service
- mettre en place des rituels permettant de se sentir intégré (de temps en temps les croissants le matin, des pauses café, souhaiter les anniversaires, etc.)
- pratiquer le team-building : dîners et sorties mensuelles ou trimestrielles avec toute l’équipe, voyages, visites chez les fournisseurs, des moments de détente, festifs, etc.
- tenir informés les membres de la brigade sur les projets de l’entreprise, les décisions, les objectifs et les résultats
- consulter l’équipe lors de l’achat de nouveau matériel, de mobilier
- organiser des "masterclass" dans l’entreprise avec des producteurs, des fournisseurs pour mieux connaître les produits
- récompenser les objectifs atteints au travers de primes, par une distribution juste et justifiée des pourboires
- donner autant que possible de l’autonomie dans l’organisation ou dans la prise de décision, déléguer
- mettre en place une véritable culture d’entreprise, des rituels, un cri de ralliement, etc.
- mettre en place une plateforme de suggestions en ligne, une sorte de Tripadvisor pour les employés, anonyme
- savoir promouvoir dans la presse, les réseaux sociaux et les médias en général ses collaborateurs, une équipe
- associer les collaborateurs actuels au processus de recrutement d’un nouveau membre de l’équipe et accueillir chaleureusement les nouveaux arrivants
- encourager les bons rapports humains dans l’équipe, l’entraide.

Fidéliser

Enfin, les étudiants ont mis en avant principalement cinq critères qui les encourageraient à rester durablement dans une entreprise, étant, dans l’ordre :
- la cohésion dans l’équipe, l’ambiance de travail
- la possibilité de pouvoir progresser au sein de l’entreprise
- de bonnes conditions de travail (horaires, moyens humains et matériels notamment)
- un salaire suffisant, évolutif, et des primes possibles selon l’atteinte d’objectifs
- le respect et le sentiment d’équité, de justice.

Ces jeunes sont la génération montante qui arrivera sur le marché du travail dans les prochains mois ou les prochaines années. Ils sont prêts à s’investir dans ces métiers, ont conscience que ceux-ci sont exigeants, mais ils attendent beaucoup également de l’accueil qui leur sera fait dans leurs futures entreprises et donc de la reconnaissance qui leur sera témoignée en récompense de leurs efforts et de leur investissement.
Managers, faire preuve de reconnaissance dans votre entreprise, c’est à coup sûr vous assurer d’une plus longue fidélisation de vos collaborateurs.

Contact

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'hôtellerie et de la restauration et du sanitaire et du social
Hyacinthe Friant - Poligny
Informations complètes

 
lundi 25 février 2019

150 élèves au "Congrès des enfants"

Le vendredi 8 février, 6 classes de cycle 3, soit 150 élèves, ont participé au "Congrès des enfants" à l’occasion des 80 ans de l’USEP en lien avec la semaine olympique et para-olympique.

150 élèves au "Congrès des enfants"Les élèves ont participé à deux ateliers-débat sur le respect, les valeurs de l’olympisme et leur implication dans les associations sportives et à quatre ateliers sportifs :
- hand-ball
- kinball
- handisport cécifoot
- course d’orientation Orient’show.

Ils ont d’autre part réalisé en classe une affiche relative aux thèmes des débats.
Le succès de cette manifestation repose sur le partenariat avec les collectivités territoriales, ville et département dans la mise à disposition des installations sportives et le financement des transports, sur l’engagement des enseignants animateurs de l’USEP.

Contact

Laurence Salvatori, conseillère pédagogique EPS
Courriel

 
jeudi 14 février 2019

Le collège Rouget de Lisle, champion de France catégorie "Lancer" !

Pour sa première participation à des championnats de France d’athlétisme hivernal, à Liévin les 28,29 et 30 janvier, le collège de Lons-le-Saunier a frappé fort !

L’équipe sélectionnée était composée de deux filles : Charlotte Besancenez et Léa Fournier et de quatre garçons : Lucas Breton, Killian Dalloz, Eliott Liboz et Armand Saive.

Le collège Rouget de lisle de Lons-le-Saunier, champion de France catégorie "Lancer" ! Dans le challenge "Haies", l’équipe obtient une très belle 6e place dans une compétition où le niveau était très relevé. C’est dans le challenge "Lancer" que l’équipe a excellé. Grâce à leurs belles performances aux lancers du poids, ils ont amélioré de neuf points leur total académique, certains d’entre eux ayant même battu leurs records personnels. Cette belle prestation leur a permis de terminer sur la plus haute marche du podium et de remporter ainsi le titre de Champion de France UNSS 2019.

Avec les médailles d’or autour du cou et des étoiles dans les yeux, nos six jeunes athlètes sont revenus de Liévin avec des souvenirs inoubliables.
Une cérémonie est organisée au collège pour célébrer et remercier champions et professeurs le vendredi 15 février 2019.

39
Collège
Rouget de Lisle - Lons-le-Saunier
Informations complètes

 
vendredi 8 février 2019

Championnats de France d’athlétisme hivernal

L’équipe du collège des Louataux composée de cinq élèves de 4e et 3e est devenue championne de France d’athlétisme hivernale en "Challenge sauts".

C’est une première pour le collège pourtant habitué des rendez-vous nationaux (7e l’an passé en cross et 10e en handball).
Chaque athlète a choisi une discipline parmi les suivantes :
- saut en longueur,
- saut en hauteur,
- triple saut
- saut à la perche.

Championnats de France d'athlétisme hivernal Côme Folliet (longueur), Anna Jeannin (hauteur), Lou-Anne Metra (Perche), Juliette Moutenet (Perche) et Ludivine Vuillermoz (triple saut) étaient accompagnés de leurs professeurs d’EPS, Benjamin Clergot de Champagnole et de Pascal Fumey de Lons-le-Saunier).

Quatrièmes au soir de la première journée, l’équipe a su se sublimer pour atteindre une première place synonyme de médaille d’or nationale.

Les professeurs mettent en avant un bon niveau collectif et des performances individuelles proches ou ayant dépassées les records personnels.

Le collège des Louataux devance sur le podium le collège Félix Aladin Flémin de Deshaies en Guadeloupe et le collège Renoir de Ferrières de l’académie d’Orléans-Tours.

Contact

Sébastien Viard, principal adjoint

39
Collège
Les Louataux - Champagnole
Informations complètes

 
mercredi 6 février 2019

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective !

Rassembler les élèves autour des pratiques sportives hivernales dans le cadre des futurs Jeux olympiques de la jeunesse qui se dérouleront en janvier 2020 dans le Jura.

La Transjeune pour toutes les écoles et établissements scolaires de l’académie le mercredi 23 janvier 2019

2 600 participants élèves sur les traces des champions de ski, en présence de Nathalie Costantini, directrice nationale de l’UNSS !

La Transjeune est une compétition émanant d’une collaboration entre l’éducation nationale et la fédération française de ski et le comité régional depuis plusieurs années, ancrant cet évènement dans l’histoire culturelle et sportive du territoire du massif jurassien. Enfants et adolescents ont devancé les adultes qui participeront à la Transjurasienne les 8 et 9 février prochains. Des parcours de course (départ : collège du Rochat des Rousses) ont ponctué la journée à tous les niveaux d’âge.

La Transjeune, un événement et une alliance

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective ! La Transjeune :
- apparaît comme un événement sportif important à destination des jeunes, mobilisateur des forces du monde fédéral, de l’éducation nationale, des collectivités territoriales et partenaires institutionnels : une alliance.
- anticipe, chaque année, l’édition de la compétition internationale la Transjurassienne (un ancrage territorial et une participation des jeunes élèves et sportifs à un évènement dédié)
- émane d’une construction et d’une collaboration entre l’éducation nationale (UNSS) et la fédération, à travers la Trans’Organisation et son président (une communauté d’adultes encadrants, fédérés autour d’un projet construit et négocié, depuis plusieurs années)
- donne lieu à un évènement sportif, qualifiant aux championnats de France (c’est le championnat d’académie UNSS) à travers deux épreuves (l’épreuve de la Transjeune : épreuve de vitesse et de performance adaptée à chaque niveau d’âge allant de deux à six kilomètres - Le "skier-cross" : parcours chronométré). S’engager dans la compétition en tant que pratiquant mais également représentant de son établissement scolaire, en toute loyauté.
- est fondée également sur des démarches respectueuses de l’environnement : les tracés des courses donnent toujours lieu à des échanges en matière de protection de la nature. Une éducation, à travers la pratique sportive des conditions de protection de l’environnement
- permet pour tous les participants la découverte de la pratique (espaces ludiques et partenaires industriels), il s’agit d’un outil d’accessibilité pour les plus jeunes ou simples pratiquants, sans but purement compétitif
- donne l’occasion de qualifier de jeunes officiels : pratiquer et s’engager.

Dans la continuité de la Transjeune, des rencontres sont organisées au niveau des départements et destinées au plus grand nombre.

Une "journée blanche" au Pré-Poncet le mercredi 6 février 2019

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective ! Toutes les associations sportives des collèges et des lycées du Doubs sont concernées. Il s’agit d’une journée de promotion :
- "découverte-environnement" en raquettes en collaboration avec l’Office national des forêts
- initiation technique au ski nordique skating/alternatif, avec prise en charge de
groupes de néo-skieurs (initiation technique…) avec les étudiants U-Sport de
Besançon
- atelier Learn-O, orientation : approche sportive et initiation (jeux
orientés dans l’espace, ludiques et sportifs tout électronique (jeux sur le
ski, le biathlon et un jeu en corrélation avec l’Office national des forêts, sur les traces des animaux de la montagne…) à pied, à ski, en raquette, chronométré ou non...
- ateliers ludiques sur le stade de jeux (slalom, descente, saut, creux –bosses,
descente snowtubing, speeders, board slide …).
- initiation au biathlon, au saut à ski
- sensibilisation sport partagé avec atelier(s) spécifique(s) ; appui de la section sportive scolaire sport partagé
- courses non qualifiantes en fonction des âges et des niveaux.

2 000 collégiennes et collégiens à la "rando blanche" organisée à Morbier-Les Marais le mercredi 6 février 2019

Préparer les Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 : une mobilisation collective ! Toujours dans le cadre de la Semaine olympique et paralympique, la randonnée blanche sera organisée dans le Jura et dans le Doubs : ces deux journées rassembleront environ qui seront initiés aux différentes pratiques de ski nordique. Toutes les associations sportives des collèges et lycées du Jura sont concernées. Il s’agit d’une journée de promotion plutôt destinée aux élèves débutants, avec pour activités :
- randonnée en ski nordique, au départ du Glacier, de la Combette ou des Marais
- randonnée en raquettes, au départ du Glacier, de la Combette ou des Marais
- découverte de l’environnement et de sa protection.

Objectifs ciblés dans le cadre de la Semaine olympique et paralympique

- sensibiliser les élèves et étudiants aux valeurs de l’olympisme et paralympisme à travers les pratiques sportives nordiques et disciplines associées
- utiliser le sport comme outil pédagogique
- découvrir avec les élèves et les étudiants les disciplines nordiques olympiques et paralympiques
- changer le regard des jeunes sur le handicap et amener les jeunes à la pratique
- éveiller les jeunes à l’engagement bénévole.

Contacts

UNSS Service régional de Franche-Comté
Jean Marie Vernet, directeur
Tél. : 03 81 65 74 34
Courriel
Catherine Dodane IA-IPR d’EPS
Courriel

 
vendredi 18 janvier 2019

eTwinning : le lycée Paul Émile Victor récompensé !

Le lycée Paul Émile Victor de Champagnole est mis à l’honneur en recevant le label eTwinning school pour l’année scolaire 2018-2019 : il est le seul établissement à recevoir cette récompense dans toute l’académie.

Cette distinction récompense l’implication et l’engagement d’un équipe d’enseignants dans des projets eTwinning ; elle est la suite logique de l’obtention de labels de qualités européens pour plusieurs projets : douze labels européens obtenus depuis 2010 et un prix national pour le projet "Eurocitizens" en 2011.

Les labels de qualité européens sont attribués à ceux qui démontrent un niveau d’excellence remarquable en terme de conception et de conduite de projet, créativité, démarches de collaboration entre les classe partenaires et l’utilisation efficace des outils TICE.

Des rencontres internationales, un enrichissement personnel

Françoise Moutenet, professeure d’anglais depuis plus de 20 ans au lycée conduit ses élèves dans des projets de rencontres numériques internationales grâce à la plateforme eTwinning sur laquelle des enseignants des différents pays européens communiquent, échangent, créent des liens basés sur des valeurs communes.

eTwinning : le lycée Paul Émile Victor récompensé ! Ces professeurs qui ont en commun une envergure culturelle et humaniste, engagent alors leurs classes dans une communication basée sur des problématiques actuelles. Françoise Moutenet qui fut ambassadrice eTwinning dans le département ne ménage ni son temps ni ses efforts pour promouvoir ces échanges ; aller vers l’autre, rencontrer les différences, échanger des questionnements : les projets élaborés conjointement par les élèves et la professeure, se concrétisent par une communication fructueuse ou s’ancrent des valeurs de partage et d’entraide.

Des rencontres qui dépassent parfois l’espace numérique, puisque le lycée a eu l’honneur d’accueillir des élèves grecs d’Olympie après avoir participé au projet "Etwinolympics" avec notamment l’Italie, la Turquie et la Lithuanie.

Une équipe entreprenante

Le lycée Paul Émile Victor peut s’enorgueillir d’un climat de travail serein et dynamique, les projets d’échanges internationaux sont portés par toute une équipe d’enseignants motivés grâce auxquels les élèves peuvent vivre des moments forts de culture et d’humanisme :Françoise Moutenet, professeure d’anglais, Marjolaine Vialet, professeure de lettres modernes, Béatrice Blache, documentaliste, Julien Gelly, Anne-lise Comparet et Marine Pierre professeurs d’anglais.

Le label eTwinnig School qui honore aujourd’hui le lycée est la digne récompense de leur travail au service de l’ouverture internationale et de l’épanouissement personnel.

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de la production et de la maintenance industrielles
Paul Émile Victor - Champagnole
Informations complètes

 
vendredi 21 décembre 2018

Les "Petits reporters" de l’école des Avignonnets

Le recteur Jean-François Chanet s’est rendu mercredi 19 décembre à l’école des Avignonnets de Saint-Claude dans le cadre du dispositif "Résidences de journalistes".

Favoriser l’éducation aux médias et à l’information

Depuis 2015, le ministère de la culture et de la communication a souhaité renforcer et développer les actions d’éducation aux médias et à l’information, prioritairement à destination des publics jeunes, notamment grâce à une convention de partenariat signée en décembre 2015 entre le Ministère de la Culture et de la Communication, le réseau Canopé et son service le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (CLEMI).

Les "Petits reporters" de l'école des Avignonnets Cette volonté se traduit par la mise en place de résidences de journalistes dont l’objectif est de favoriser l’éducation aux médias et au numérique, en accueillant sur un territoire un professionnel de l’information sur une période longue, en immersion auprès de la population locale, et plus particulièrement auprès des enfants et des jeunes. Ce dispositif permet de :
- mieux comprendre la fabrique de l’information et d’aider à son décryptage,
- faire découvrir la profession de journaliste et ses problématiques actuelles,
- accompagner le développement d’une pratique et d’une réception avertie des médias,
- sensibiliser à la liberté d’expression et favoriser la participation des citoyens au débat démocratique en impulsant des coproductions médiatiques concernant le territoire.

Pour cette année 2018-2019, ce dispositif touche sept établissements scolaires et 193 élèves.

Un média à destination des personnes malvoyantes

Depuis un an, 53 élèves de cycle 3 (CM2-6e) et des élèves d’unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) participent à une résidence de journaliste à l’école des Avignonnets de Saint-Claude. Deux journalistes du Progrès sont engagés dans le projet "Petits reporters" qui consiste à élaborer un média à destination des personnes malvoyantes. Encadrés par leurs enseignants, Camille Renevret, Aurélie Poète et Pascal Lopez, les élèves récupèrent les informations locales sur les supports écrits, font le choix de celles à
annoncer et préparent leur diffusion à l’oral via un enregistrement audio. La diffusion se fait sur cd soit via la livraison des repas ou aide à domicile pour les personnes concernées, soit via un support numérique (blog de l’école et en 2019 peut-être la WebRadio de la Fraternelle) et une fois de temps en temps en "live" par une lecture en différents lieux publics (espace mosaïque, médiathèque, extérieur...).

Le recteur a assisté à deux ateliers et a pu échanger avec des enseignants et des parents d’élèves.

Qu’en pensent les élèves ?

Les retours sont très positifs ; certaines, certains se sentent valorisés car ils
peuvent mettre en avant leurs compétences au profit d’une œuvre collective.
Toutes et tous se sentent fiers de leurs productions et sont heureux de nous les présenter, voire de les présenter à leurs parents. Ce dispositif a également permis à des élèves de renouer avec l’école. D’autres se sont même déjà vus exercer un métier en relation avec les médias.

Qu’en pensent les journalistes ?

Leurs interventions auprès des élèves se passent extraordinairement bien. Ils en gardent de très bons souvenirs et sont toujours prêts à revenir l’année suivante. Ils ont pris conscience de toute l’importance de l’éducation aux médias et à l’information et de leur place auprès des élèves. Ils contribuent ainsi au développement de l’esprit critique des jeunes.

Contact

CLEMI
Rectorat de l’académie de Besançon
45 Avenue Carnot
25000 Besançon
Tél. : 03 81 65 73 81

Marie Adam-Normand, coordonnatrice académique

Pour nous suivre : Twitter@ClemiBesancon

 
lundi 17 décembre 2018

"Fais-moi un signe !"

Dans le cadre du projet d’éducation artistique et culturelle (PEAC) intitulé, "Fais-moi un signe", les élèves de CM2 de l’école élémentaire d’Arinthod et les élèves de 6e du collège Xavier Bichat Arinthod ont expérimenté, produit et créé !

Avec l’artiste plasticienne et intervenante Isabelle Jobard et leurs professeurs, Yolande Jannet, professeur des écoles, Mathieu Tessier, professeur d’arts plastiques et Fanny Boutigny, professeur de français, les élèves ont planché sur un fil rouge passionnant : le signe, les mots.

Du mot à l’image

"Fais-moi un signe !" Le projet a débuté par la rencontre avec la plasticienne et ses deux œuvres, une estampe "Trouvez BEAU" et un objet graphique, poétique et joueur, une lettre à la poste, impression en microédition, ce qui a permis aux élèves de découvrir l’univers singulier de l’artiste. Par des phases d’observation, d’expérimentation et de manipulation, les élèves ont progressivement pris conscience que les lettres et les mots peuvent être considérés comme des images. Durant ces temps de pratique, un certain nombre de questions se sont posées : Comment la lettre devient image ? Comment les mots deviennent signes ? Par quelle opération plastique peut-on changer un mot en signe ? Les élèves ont utilisé et exploré le procédé du cadrage pour transformer et créer de nouveaux mots-images. En CM2, il s’agissait par ailleurs de choisir des mots en relation avec le vivre ensemble en lien avec le Parcours citoyen.

Ces nombreuses propositions graphiques, élaborées par les élèves en classe, ont servi de matière première à l’élaboration de sérigraphies à la Maison du Peuple de Saint Claude. L’ensemble des élèves de CM2 et 6e se sont rendus à l’Espace d’arts plastiques de l’association La fraternelle pour réaliser collectivement des impressions sérigraphiques. L’activité a été encadrée par la responsable de l’atelier, Sandra Tavernier, en présence de l’artiste plasticienne et de l’ensemble des professeurs impliqués dans le projet.

"Fais-moi un signe !" Les différentes productions sont devenues la matière même d’une création collective vivante pour les élèves qui les ont installées avec l’artiste, dans le hall d’entrée du collège et de l’école. Ces créations collectives ont été enrichies par des supports en réalité augmentée créés par les élèves sous la conduite de leur enseignant et de Laurent Rodrigo (médiateur atelier Canopé de Lons-le-Saunier) pour une mise à disposition lors d’expositions, dans les établissements scolaires, à la médiathèque d’Arinthod et dans l’espace d’exposition de l’ESPE / Atelier Canopé 39 à Lons-le-Saunier.

Partenaires et financement

Le projet a été suivi au niveau pédagogique, logistique et technique par Clotilde Cornut, chargée de mission arts et culture pour Réseau Canopé, Catherine Grostabussiat, conseillère pédagogique départementale arts visuels (DSDEN 39), Laurent Rodrigo, médiateur de ressources et de services à l’Atelier Canopé 39, Claudine Bride, principale et Anne Romand ,gestionnaire du collège Bichat, Christophe Joneau, directeur de l’association La fraternelle et Sandra Tavernier, responsable de l’espace d’arts plastiques. Le projet a été financé par le Réseau Canopé (Appel à projets Arts et culture) pour l’école élémentaire d’Arinthod, et par la DAAC Besançon, la DRAC Bourgogne Franche-Comté et le Conseil départemental du Jura pour le Collège Xavier Bichat.

En savoir plus

 
mercredi 5 décembre 2018

Finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" au lycée Hyacinthe Friant

Les 28, 29 et 30 novembre derniers, le lycée de Poligny a accueilli la finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" classe gouvernant(e) des services hôteliers organisée par le Comité d’organisation des expositions du travail et du concours.

Finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" au lycée Hyacinthe Friant Il y a un an, 33 candidats s’étaient présentés pour les premières qualifications du concours. Il y a une semaine ce sont onze candidats qui se sont disputé le titre lors de la finale.

Sous la présidence de Nicole Spitz, présidente du jury et de la classe gouvernante des services hôteliers, les onze finalistes sont venus des quatre coins de la France pendant trois jours au lycée Polyvalent Hyacinthe Friant.

L’épreuve finale comportait deux parties :
- une technique à l’écrit sur un sujet d’actualité
- une soutenance de 30 minutes avec 20 minutes supplémentaires de questions devant dix-neuf membres du jury ainsi qu’une soixantaine de spectateurs (élèves et étudiants du lycée, professeurs, les familles et amis des finalistes, plusieurs Meilleurs ouvriers de France franc-comtois : sculpteur sur pipe, photographe, tapissier décorateur...

La soutenance qui a clos la finale du concours pour chaque participant portait sur la création d’un service "housekeeping" de demain en y intégrant la norme ISO 26000 : environnement, droits de l’homme, communautés et développement local, relations et conditions de travail…

Deux anciens élèves du lycée Hyacinthe Friant faisaient partie des finalistes : Kévin Raquin et Charlène Salignon issus de la même promotion ont eu la joie de revenir au sein de leur ancien lycée pour cet événement.

Palmarès

Finale du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" au lycée Hyacinthe Friant Pendant trois jours, les épreuves se sont succédé pour finir par la proclamation des résultats, le vendredi 30 novembre par Christian Forestier, président du Comité d’organisation des expositions du travail et du concours "Meilleur ouvrier de France".

Julie Bonnot, originaire de Lorient, gouvernante générale à l’Hôtel et Spa du Castellet dans le Var depuis quatre ans a remporté le concours vendredi dernier : "Ce titre est un véritable accélérateur de carrière" dans un métier qui n’est pas vraiment visible auprès de la clientèle. C’est avec beaucoup d’émotions, après deux ans de travail sur le concours et environ 2 000 heures de travail pour la soutenance finale, qu’elle est rentrée dans la grande famille des Meilleurs ouvriers de France.

Contact

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'hôtellerie et de la restauration et du sanitaire et du social
Hyacinthe Friant - Poligny
Informations complètes

 
lundi 3 décembre 2018

Mahdi Tamene, nouvel IA-DASEN du Jura

Lundi 3 décembre, Mahdi Tamene remplace Léon Folk comme IA-DASEN du Jura. Il aura en charge, comme son prédécesseur, le pilotage académique du dossier "devoirs faits".

Diplômé en communication et en sciences de l’éducation, Mahdi Tamène devient titulaire du concours de conseiller principal d’éducation en 1996 dans l’académie de Dijon. Il occupera un poste de CPE jusqu’en 2000 tout en poursuivant des études en Sciences de l’éducation.

Mahdi Tamene, nouvel <abbr title="Inspecteur académique, directeur académique des services de l'Éducation nationale">IA-DASEN</abbr> du JuraConseiller en ingénierie de formation au rectorat de Dijon, de 2000 à 2003, il obtient, en juin 2002 à l’Université de Bourgogne, un master en Sciences de l’éducation. Il valide par ailleurs le concours de personnels de direction en 2003 et devient principal adjoint du collège Christiane Perceret de Semur-en-Auxois de 2003 à 2006, puis proviseur du lycée des métiers de la Céramique Henry Moisand de Longchamp, toujours dans l’académie de Dijon, de 2006 à 2009.

En parallèle, Mahdi Tamene est animateur de bassin de 2004 à 2006 puis formateur pour l’Éducation nationale, de 2005 à 2009 :
- formateur IUFM pour les conseillers principaux d’éducation stagiaires, - formateur-tuteur pour les personnels de direction stagiaires
- formateur Réseau vie scolaire pour les assistants d’éducation.

De 2009 à 2011, il devient proviseur du lycée international français de Sydney (Lycée Condorcet) en Australie avant de retrouver le territoire national : proviseur à Montluçon dans l’académie de Clermont-Ferrand, de 2011 à 2015, puis IA-DASEN adjoint de Seine-Maritime, dans l’académie de Rouen depuis 2015.

Le 3 décembre 2018, Mahdi Tamene il succède donc à Léon Folk, en tant qu’IA-DASEN du Jura.

Nous lui souhaitons la bienvenue dans l’académie !


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon