R

Accueil > DSDEN > Actualités > "Silence, on lit" au collège Grenier

Rubrique Actualités

vendredi 30 novembre 2018

"Silence, on lit" au collège Grenier

À partir du lundi 3 décembre 2018, un nouveau dispositif pour promouvoir la lecture dans l’établissement pontissalien : chaque semaine, un quart d’heure sera banalisé pour être dédié à la lecture individuelle.

Les 518 élèves et les 60 adultes de l’établissement seront alors invités à vivre ensemble et dans la sérénité ce moment particulier.

Objectifs

- promouvoir une pratique de lecture régulière
- favoriser la concentration
- agir positivement sur le climat scolaire.

Contact

Olivia Guyon, principale adjointe de l’établissement
Tél. : 03 81 39 15 90
Courriel

 
vendredi 9 novembre 2018

Cent ans après la guerre, les jeunes sportifs de l’UNSS relaient "La flamme de la paix" dans le Doubs

L’arrivée de la "Flamme de la paix" en ouverture du cross annuel départemental, un beau projet de l’union nationale du sport scolaire (UNSS) organisé pour et avec les élèves en écho aux célébrations du centenaire de la guerre de 1914-1918.

Pour un message de paix et un travail de mémoire

Cent ans après, les jeunes sportifs de l'UNSS relaient "La flamme de la paix" dans le Doubs Le 11 novembre 1918 à 11 heures du matin était signé l’armistice mettant fin à la guerre, la Grande, après quatre années d’un conflit mondial particulièrement meurtrier. Pour commémorer ce temps fort du retour à la paix et en hommage à tous ceux qui y ont pris part et en ont payé le prix, une cinquantaine d’élèves ont, à tour de rôle, porté la "Flamme de la paix" autour du complexe sportif Michel Vautrot à Besançon. Une cinquantaine de militaires de plusieurs régiments et des sapeurs-pompiers les ont accompagnés tout au long du parcours.

Ramenée la veille de l’Arc de Triomphe à Paris par une délégation d’élèves de différents établissements de l’académie, la flamme du soldat inconnu a été déposée sur le podium du stade de La Malcombe, sous les applaudissements des 1 800 élèves présents, de leurs professeurs, des parents et des nombreux invités pour l’occasion, tous salués et remerciés par l’inspecteur d’académie, Jean-Marie Renault.

"Nous avons fait un double événement à notre manière", explique Jérôme Broussier directeur départemental de l’UNSS auprès de l’inspecteur d’académie et cheville ouvrière du projet. Tout en symboles ! Une arrivée sur fond de tintamarre (bruits de guerre) suivi du son du clairon (cessez-le feu), puis un concert de cloches (expression de liesse) et d’un lâcher de colombes (la paix) qui a ravi bien des élèves. Avec l’Hymne à la joie, extrait de la 9sup>e symphonie de Beethoven (devenu hymne européen), la chorale du collège Diderot à Besançon a clôturé une émouvante séquence commémorative.

Les communiqué et dossier de presse

Faire vivre le parcours citoyen

Depuis 2014 se déroule le cycle des commémorations nationales et internationales du centenaire de la Première Guerre mondiale. Nombreuses sont les manifestations, actions éducatives et pédagogiques à se décliner sur le territoire pour se remémorer celle qui devait être la "der des ders". L’Éducation nationale est inscrite dans ce long cycle mémoriel en lien étroit avec la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale dont elle est membre.

Cent ans après, les jeunes sportifs de l'UNSS relaient "La flamme de la paix" dans le Doubs L’année 2018 offre l’occasion, y compris pour les scolaires, de s’engager dans le dernier temps fort du centenaire, celui de la signature de l’armistice, symbole de la fin de la guerre et du retour à la paix. C’est dans ce cadre que l’UNSS de l’académie de Besançon a, autour des commémorations officielles, proposé une organisation toute particulière, originale de son cross annuel, conjuguant mémoire, histoire, valeurs éducatives et citoyennes du sport. Une manière de faire vivre le parcours citoyen de chaque élève.

"Il est essentiel que la jeunesse ait une réelle représentation des horreurs de la guerre, pour qu’elle sache toujours l’éviter et promouvoir la Paix et les valeurs citoyennes. L’Europe, notre vieux continent, doit rester un espace pacifique et solidaire. C’est là notre plus grand espoir, qui sera chanté dans quelques instants par la chorale du collège Diderot que je veux ici remercier, élèves et enseignants, par un "Hymne à la Joie", extrait de la 9e symphonie de Beethoven, devenu en 1985 l’hymne européen et qui porte, grâce au langage universel de la musique, les idéaux de liberté, de paix et de solidarité incarnés par l’Europe.", indique Jean-Marie Renault, inspecteur d’académie, dans son discours.

La flamme dans les établissements

À l’issue des différentes courses du cross départemental et de la remise des récompenses, la flamme de la paix a été transportée au collège Félix Gaffiot à Quingey et au lycée Pasteur à Besançon où elle y restera jusqu’au 11 novembre.

Cent ans après, les jeunes sportifs de l'UNSS relaient "La flamme de la paix" dans le Doubs Pour les lycéens de Pasteur qui le souhaitent, une descente aux flambeaux depuis le fort Chaudanne à Besançon était prévue jeudi 8 novembre en soirée.

À Quingey, à l’occasion du cross du collège, des élèves ont porté la flamme de la paix en ouverture de chacune des quatre courses (une par niveau) prévues vendredi 9 novembre.

Le 11 novembre prochain, cette fois dans le cadre des célébrations officielles, une délégation d’élèves de chacun de ces établissements ramènera la flamme de la paix devant les monuments aux morts, à Besançon et à Quingey.

Une initiative réussie grâce au concours des services de l’État, du Département, de la ville de Besançon, et bien sûr des établissements scolaires, sans oublier la contribution des quinze élèves de la première promotion du baccalauréat professionnel des métiers de la sécurité du lycée Tristan Bernard à Besançon mis ce jour-là en situation réelle d’exercice.

UNSS - Facebook

 
vendredi 9 novembre 2018

Les partenariats en matière de sécurité et le climat scolaire au lycée Tristan Bernard

Jean-François Chanet, recteur de l’académie, s’est rendu lundi 5 novembre dans ce lycée bisontin afin de faire le point sur la mise en œuvre des partenariats en matière de sécurité.

Les partenariats en matière de sécurité et le climat scolaire au lycée Tristan Bernard Suite aux événements dans l’académie de Créteil, il paraît plus que jamais indispensable de continuer à actionner tous les leviers dont peut disposer un établissement scolaire, notamment mettre en œuvre de façon active les partenariats en matière de sécurité pour faire en sorte que toutes les personnes, élèves comme personnels, puissent apprendre ou exercer dans un climat de confiance et dans des conditions de travail ou d’apprentissage plus sereines, avec un sentiment de sécurité et dans un climat scolaire apaisé. L’amélioration du climat scolaire constitue d’ailleurs l’axe 2 du projet d’établissement. Au lycée Tristan Bernard, on ne peut que se féliciter du bon fonctionnement des partenariats engagés.

Des partenariats nécessaires

Concernant la mise en sûreté du lycée et la mise en œuvre des PPMS, la Région est un partenaire incontournable, mais aussi la Préfecture, la Police nationale et la mairie avec la Police municipale.

L’École de la République doit vaincre les obscurantismes ambiants, elle doit devenir une école de la confiance. Et pour ce volet éducatif, le partenariat existant avec la police, l’EMS, les éducateurs de quartier, les associations comme l’Association départementale du Doubs de sauvegarde de l’enfant à l’adulte, café Charlie, les 2 scènes, a fait ses preuves et apporte un climat scolaire plutôt apaisé au lycée.

Les partenariats en matière de sécurité et le climat scolaire au lycée Tristan Bernard Dans le cadre du CESC et du parcours citoyen, beaucoup d’actions de prévention sont d’ailleurs programmées.

D’autre part, un enquête locale sur le climat scolaire a été menée et permet de dégager quatre axes principaux à améliorer :
- avoir une approche systémique et collective
- agir au niveau de la justice scolaire (expliquer les sanctions à l’élève et aux parents), avec une priorité : les excuses du jeune pour réinstaurer le dialogue
- travailler sur la relation élèves-adultes
- aborder la notion de sentiment de sécurité.

Le dispositif Sas+, laboratoire de la persévérance scolaire qui sera officiellement inauguré le lundi 12 novembre, avec ses nombreux projets et partenariats internes et externes, participe déjà à l’amélioration du climat scolaire.

Enfin, l’ouverture de la section professionnelle sécurité, est un élément important puisque ces élèves ont vocation à être un modèle pour leurs pairs.

Sécurité des écoles, des collèges et des lycées - MENJ

Contact

25
Lycée professionnel
Tristan Bernard - Besançon
Informations complètes

 
vendredi 19 octobre 2018

Mets tes baskets et bats la maladie

25e édition pour ce nouveau rendez-vous à forte portée pédagogique et symbolique, avec un temps fort la semaine du 15 au 20 octobre 2018.

Mets tes baskets et bats la maladie Dans le département du Doubs, plus de 10 000 élèves représentant une trentaine d’écoles, de collèges et un lycée se mobilisent contre la maladie des leucodystrophies, une opération organisée par l’association Ela avec le soutien du ministère. Parmi les élèves participants, plus de 4 100 ont commencé par plancher sur la dictée d’Ela qui lance chaque année la campagne.

La quasi-totalité des établissements inscrits organise l’événement, sportif le plus souvent, pendant cette semaine. Quelques uns l’ont différé à la fin de l’année scolaire, en mai et juin 2019. En amont, ils auront tous eu le soin de rechercher des parrainages. Pour préparer ce temps de l’action, les équipes pédagogiques disposent de supports mis à leur disposition par l’association Ela.

À la fin de l’année scolaire, ce sera le temps de la récompense. L’association Ela remettra le Prix ambassadeur aux élèves désignés par leur établissement pour avoir véhiculé le mieux les valeurs de l’association : partage, solidarité, respect, tolérance, engagement…

Pour en savoir plus

 
mercredi 17 octobre 2018

Renouvellement des représentants des parents d’élèves les 12 et 13 octobre 2018

Dans l’enseignement primaire et secondaire, l’élection des représentants des parents des élèves est un des moments importants de la vie des écoles et des établissements du second degré.

Avec les élections aux conseils des délégués pour la vie lycéenne (CVL) organisées le 11 octobre 2018, elles ponctuent une semaine de démocratie scolaire destinée à valoriser leur engagement.

Comment et où voter ?

Deux dates ont été arrêtées par le ministère au niveau national pour le scrutin : le vendredi 12 ou samedi 13 octobre, l’une ou l’autre date laissée à la discrétion des écoles et des établissements secondaires. Les parents, munis du matériel de vote qui leur a été transmis en début d’année scolaire (listes des candidats, professions de foi, bulletins de vote), peuvent voter, soit sur place dans l’établissement scolaire, soit par correspondance. Ils trouveront toutes les informations utiles auprès du directeur de l’école, du principal du collège ou du proviseur de lycée. Chacun des deux parents d’élèves est électeur et peut être éligible s’il est inscrit sur une liste électorale.

Les résultats aux élections seront communiqués au mois de novembre sur le site de la DSDEN ainsi que par les fédérations des parents d’élèves.

Quelle place quel rôle pour les parents ?

Les parents d’élèves, une fois élus, siègent notamment dans les conseils d’école et dans les conseils d’administration des établissements d’enseignement secondaire où ils ont voix délibératives au nom des parents qu’ils représentent. Il y a autant de représentants de parents d’élèves au conseil d’école que de classes dans l’école, dans l’enseignement secondaire, le nombre de parents élus est de cinq ou six selon le type d’établissement et sa taille.

D’autres instances leur sont ouvertes, telles que le conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN) ou le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), le conseil de classe au collège et au lycée, le conseil des délégués pour la vie lycéenne (CVL). Les parents élus y assurent un rôle de médiation auprès des autres membres de la communauté éducative.

Il n’est plus à démontrer l’enjeu de l’implication des parents des élèves dans le fonctionnement de l’école pour le bon déroulement la scolarité de leurs enfants.

Pour en savoir plus

 
vendredi 12 octobre 2018

"Vivo" s’invite à la fête de la science !

La fête de la science ? Un rendez-vous annuel devenu incontournable entre la communauté scientifique et le grand public, avec une attention toute particulière pour les scolaires.

Jusqu’au 14 octobre 2018, faites votre programme et laissez-vous surprendre !

"Vivo" s'invite à la fête de la science ! Vous voulez savoir ce qui se passe dans les laboratoires, découvrir le travail des scientifiques, celui des chercheurs, échanger avec eux sur leurs travaux et les enjeux de leur recherche ? Allez à leur rencontre dans les Villages des sciences !

Ateliers de découverte ou d’expériences, jeux, balades, expositions, conférences, visites, découverte du patrimoine culturel et scientifique, les animations sont multiples et recouvrent divers domaines des sciences et des techniques. Avec "Vivo, entrez en nature" en région Bourgogne Franche-Comté, la fête de la science s’enrichit d’un volet artistique avec des animations et des installations insolites.

Des temps réservés aux classes

Sur le seul site du campus de la Bouloie à Besançon, environ 1 500 élèves de la maternelle au lycée sont attendus les 11 et 12 octobre 2018.

La fête de la science, initiée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, est en effet une occasion privilégiée pour les élèves, celle de constituer un support pour leurs apprentissages, de susciter leur intérêt pour la science, leur curiosité pour les carrières scientifiques et peut-être susciter des vocations.
L’occasion aussi pour les enseignants d’établir un premier contact pour d’éventuels projets comme ce fut le cas pour Benoît Prioul-Saida, professeur de SVT au lycée Xavier Marmier à Pontarlier, avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Sciences et climat

"Vivo" s'invite à la fête de la science ! La Fête de la Science peut s’articuler avec d’autres opérations telles que la semaine du climat à l’école qui se déroule au même moment et au cours de laquelle les établissements scolaires sont invités à organiser des débats sur les liens entre les enjeux de développement durable et la lutte contre le changement climatique, des projets pédagogiques, des ateliers scientifiques, notamment avec les partenaires de la Fête de la science.

À ce propos, le livre "25 vraies/fausses idées en science", notamment sur le climat, est mis à disposition des collégiens et des lycéens dans les Centres de documentation et d’information de leur établissement scolaire.

 
lundi 1er octobre 2018

Des écoliers en compétition sur le practice !

Match nul pour les deux classes de CM2 de cycle 3 des écoles de Saône et de Voujeaucourt dans le Doubs qui se sont affrontées lors d’une journée golf le 21 septembre dernier sur le practice de la Chevillotte.

À la clé des récompenses pour tous et la satisfaction d’une belle journée exceptionnelle et bien remplie !

Pourquoi pas le golf ?

Des écoliers en compétition sur le practice ! La compétition proposait aux élèves des deux classes de s’opposer sur trois activités :
- un travail de précision sur le "putting green" et un parcours d’approche
- une zone de "grands coups"
- un parcours d’initiation, le Dagobert.

Sur les activités de précision et les "grands coups", les élèves disposaient d’un temps de pratique associé à un temps de mesure de performance. Sur le parcours Dagobert, les élèves devaient réaliser le parcours en effectuant le moins de coups possible.

Durant la journée, trois rotations des trois activités, dont l’encadrement a été assuré par les enseignants, les conseillers pédagogiques chargés par ailleurs de l’organisation pédagogique et matérielle, le délégué USEP, un bénévole golfeur ainsi que des parents d’élèves venus en appui.

Les deux classes en lice sont déjà sensibilisées à la pratique du golf. Les élèves bénéficient en effet depuis quelques années d’un parcours de découverte se déroulant les deux derniers mois de l’année scolaire, dans l’établissement d’abord puis sur terrain de golf en dernière séance.

"C’est la cinquième année que nous organisons des rencontres sur un lieu de pratique professionnelle…", explique Cyril Pasteur, à l’initiative du dispositif avec sa double casquette de conseiller pédagogique en charge du dossier EPS dans la circonscription d’inspection primaire de Besançon 2 et de membre actif de l’union sportive de l’enseignement public (USEP) du premier degré.

Des écoliers en compétition sur le practice ! Une première pour cette cinquième année : faire se rencontrer des écoliers "apprentis golfeurs" scolarisés de part et d’autre du département. L’idée est venue d’organiser cette journée sportive commune à l’occasion de l’accueil en France pour la première fois de l’édition 2018 de la Ryder Cup. Cette compétition de golf par équipes où l’Europe défie les États-Unis a donné lieu en amont à tout un travail culturel mis en vue à La Chevillotte.

Le protocole "golf" est mis en place dans le Doubs en partenariat avec les golfs clubs de La Chevillotte et de Prunevelle ainsi que la Ligue de Bourgogne Franche-Comté de golf. Trente deux classes ont été retenues à la rentrée scolaire 2017 permettant à environ sept cent cinquante élèves de découvrir les joies d’un nouveau sport.

Les objectifs ? Donner l’accès aux élèves à une pratique sportive peu courante, qui développe des qualités propices aux apprentissages (concentration, maîtrise de soi) et véhicule des valeurs de citoyenneté (respect des lieux, contact avec l’environnement).

Contacts

DSDEN du Doubs
Les conseillers pédagogiques en charge du dossier EPS
Cyril Pasteur
Tél. : 06 84 40 38 61
Courriel
Julien Bari
Tél. : 03 81 91 79 71
Courriel


Galerie


 
lundi 24 septembre 2018

Bienvenue !

L’inspecteur d’académie a, avec ses collaborateurs, accueilli les personnels d’encadrement de l’éducation nationale nouvellement nommés dans le département du Doubs.

Lauréats de concours de recrutement ou arrivant dans le département suite à une mobilité de carrière ou d’affectation, ils sont vingt trois nouveaux personnels d’inspection du primaire, personnels de direction d’établissements secondaires, conseillères techniques et responsable administratif à avoir pris leur fonction à la rentrée.

Pour une première prise de contact avec les services départementaux de l’éducation nationale, ils ont été reçus le 18 septembre dernier dans les locaux de l’avenue de l’Observatoire à Besançon.

Objet de la réunion d’accueil ? Faciliter leur prise de fonction et le pilotage de leur établissement.

Bienvenue !Il s’agissait de permettre aux nouveaux cadres de mieux saisir l’organisation de l’éducation et son fonctionnement sur le territoire (maillage des établissements scolaires, sectorisations), de définir des modalités de communication, ainsi que de rencontrer et d’identifier les responsables des services départementaux que chacun va être amené à solliciter dans l’exercice de sa fonction, pour la gestion de la sécurité et des moyens de son établissement par exemple.

Concernant les élèves, au chœur du métier de chacun, l’inspecteur d’académie s’est attaché à souligner l’actualité de certains dossiers de politique éducative, notamment la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers (élèves handicapés, élèves allophones nouvellement arrivés et enfants de familles itinérantes et de voyageurs), l’orientation et l’affectation, l’absentéisme et la prévention décrochage scolaire.

Début octobre, avant les prochains dialogues stratégiques, les entretiens personnalisés, tous rejoindront leurs collègues à la prochaine réunion de bassin au cours de laquelle l’inspecteur d’académie fera le point sur la rentrée scolaire et les chantiers de politique éducative.

Pour en savoir plus sur les personnels d’encadrement (direction, inspection, adminstration) et les personnels de santé et d’action sociale.

 
vendredi 21 septembre 2018

Rentrée en musique !

Il y a mille façons de faire une rentrée ! Le partenariat qui lie depuis plusieurs années l’éducation nationale dans son département et le festival international de musique de Besançon Franche-Comté a permis une nouvelle fois à des classes de faire une rentrée en musique. Cette année, deux temps forts pour les écoliers !

Dans les coulisses d’un orchestre

Rentrée en musique ! - © DSDEN du Doubs, sept 2018Environ deux cent cinquante élèves des écoles de Besançon ont pu assister le 7 septembre dernier à la dernière répétition de l’orchestre d’harmonie de la Garde républicaine de Paris en amont du concert d’ouverture du festival international de musique de Besançon Franche-Comté.

Les élèves des écoles de Granvelle, Helvétie, Fourier et des Prés de Vaux ont pu écouter de larges extraits de compositeurs classiques - Barnes, Berlioz, Debussy, Dukas, Prokofiev et Saint-Saëns - transcrits dans sa formation harmonie et dirigés sous la baguette du colonel François Boulanger. En présence de Jean-François Chanet recteur de l’académie de Besançon et de Jean-Marie Renault inspecteur d’académie du Doubs.

L’Histoire du soldat en concert illustré

C’est l’histoire d’un jeune soldat en quête de bonheur, qui, sur le chemin qui le ramène au pays, vend son âme au Diable, échange son violon contre un livre qui permet de prédire l’avenir et qui va l’enrichir. Mais il découvre qu’il lui manque l’essentiel …

Rentrée en musique !  - © Copyright Cécile Pruvot Narration captivante totalement habitée par le conteur, illustrations magnifiques défilant sur écran tel un livre de contes au rythme des trois musiques pour instruments à cordes et à vent jouées par les solistes de l’orchestre Les siècles, ce conte musical d’Igor Stravinsky d’après le livret de Charles Ferdinand Ramuz, une pure merveille !

Un véritable enchantement pour les cinq cent élèves du département (mais aussi pour les grands !) venus en spectateur à l’un des deux concerts programmés dans le cadre du festival et proposés aux scolaires. Le 13 septembre dernier, en matinée ou en soirée, les élèves, du CE1 au CM2, des écoles inscrites (Avanne-Avenney, Fontain, Gonsans, Lavernay, Pouilley les Vignes, Recologne, Trévillers,Valdahon) ont ainsi pu vivre en direct l’émotion d’un vrai spectacle porté par des artistes professionnels.

Pour préparer au mieux la sortie, leurs enseignants ont eu, au préalable, un temps de formation in situ cogéré par la direction des services de l’éducation nationale du Doubs et celle du festival, formation au cours de laquelle ils ont pu explorer différentes entrées ou pistes pédagogiques.

Dans le cadre du parcours d’éducation artistique et culturelle

Les élèves, certains pour la première fois, ont découvert des formations musicales, des œuvres du répertoire classique, un lieu de culture ou rencontré des artistes, chef d’orchestre, musicien, conteur, illustrateur … Ces deux expériences de rentrée viennent enrichir leur parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC).

Rentrée en musique !  - © DSDEN du Doubs, sept 2018Institué par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République de 2013, le PEAC encourage l’ouverture des établissements scolaires sur l’environnement artistique et culturel du territoire, avec la volonté de permettre à des enfants des secteurs éloignés des centres culturels d’accéder à la culture sous toutes ses formes, de vivre des moments intenses d’émotion, de développer une pratique artistique.

La rencontre des élèves avec les œuvres artistiques et les artistes, comme ce fut le cas à cette rentrée, en est un des piliers partagé avec les partenaires.

Le PEAC garde trace des connaissances acquises, des rencontres faites, des pratiques expérimentées. C’est un outil de suivi qui valorise pour l’élève lui-même, pour sa famille le parcours accompli de l’école au lycée.

Festival international de musique de Besançon Franche-Comté

Contact

Jean-Paul Jorrot, conseiller pédagogique départemental arts visuels sur les bassins d’éducation Besançon et Pontarlier

 
vendredi 14 septembre 2018

Rentrée scolaire dans les écoles et collèges du Doubs : l’inspecteur d’académie fait le point

Après la rentrée des professeurs, celle des élèves. Puis l’examen des dernières situations d’écoles lors du comité technique spécial qui s’est tenu mardi 4 septembre. La rentrée scolaire dans le Doubs est sur les rails.

À l’occasion du point presse qu’il a tenu dans la foulée, l’inspecteur d’académie, Jean-Marie Renault, a présenté les grands axes de sa politique éducative et les mesures prises pour les mettre en œuvre dans le cadre des directives ministérielles.

Des priorités fortes sont définies pour l’école primaire et pour le collège.

Le mot de l’inspecteur d’académie

(Extrait du dossier de presse de la rentrée scolaire 2018 dans les écoles et collèges du Doubs - Principes généraux et derniers ajustements)

"La rentrée scolaire 2018 dans le département du Doubs s’inscrit pleinement dans les mesures arrêtées par le Ministre. Les enjeux de l’école consistent à la rendre chaque jour à la fois plus juste et plus exigeante, et à la placer au cœur de la République.

Ainsi, l’école primaire fait l’objet de deux priorités.

D’une part, un effort particulier est porté sur l’objectif de 100 % de réussite en CP. On sait en effet que des bases (lire, écrire, compter) non acquises suffisamment tôt sont difficiles à rattraper et exposent l’enfant à un risque accru de décrochage scolaire ultérieur.

Rentrée scolaire dans les écoles et collèges du Doubs : l'inspecteur d'académie fait le point Cet objectif sera atteint par deux principaux leviers : un renforcement de la formation des maîtres en charge de ce niveau, un dédoublement des classes de CP dans les écoles situées en REP+ (rentrée 2017) et en REP (rentrée 2018), et des classes de CE1 des écoles de REP+ (rentrée 2018) et en REP (rentrée 2019). C’est ainsi qu’ont été ouvertes à cette rentrée : 21 classes en REP+, 12 classes en REP, soit un total de 33 classes. L’ouverture de ces classes est assurée sans diminution du taux d’encadrement des écoles rurales. Ainsi, huit postes ont été maintenus au lieu d’être retirés dans le cadre de la Convention d’évolution de l’offre scolaire en milieu rural. De plus, des ouvertures sont prononcées dès lors que l’augmentation démographique le justifie. Enfin, le caractère montagnard est désormais pris en compte, sous certaines conditions, afin de permettre la présence d’effectifs par classe un peu inférieur aux seuils en vigueur.

D’autre part, le Ministre a souhaité permettre de nouvelles modalités d’organisation du temps scolaire, en ouvrant la possibilité de déroger à la semaine de 9 demi-journées par l’organisation de la semaine sur quatre jours (décret du 27 juin 2017). C’est ainsi que, dans notre département, 405 écoles soit 91,22% ont désormais choisi cette organisation (dix-sept écoles supplémentaires seront concernées par l’organisation de la semaine sur quatre jours à partir du 1er janvier 2019).

Le Plan mercredi sera déployé dès cette année. Très ambitieux, il constituera un gage de qualité aux PEDT.

Le collège achève la mise en place d’une réforme ambitieuse destinée à faire mieux réussir tous les élèves. Les mesures du Ministre portent sur une relance des classes bilangues en 6e (neuf ouvertures : six anglais/allemand, deux anglais/arabe, un anglais/italien) et, le cas échéant, par celle de l’enseignement des langues anciennes.

Enfin, les collèges mettent en place le dispositif Devoirs faits, destiné à accompagner les élèves les plus fragiles afin de réaliser leurs devoirs au collège, en dehors du temps scolaire. Cet important dispositif mobilise les enseignants et les personnels d’éducation.

Au-delà du dossier départemental, on se réfèrera utilement au dossier de presse académique qui présente plus en détail les principales mesures de la rentrée."


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon