R

Accueil > Académie > Actualités > Visites du recteur > Au lycée Follereau : l’égalité des chances au féminin !

Rubrique Visites du recteur

mercredi 14 mars 2018

Au lycée Follereau : l’égalité des chances au féminin !

Le 8 mars dernier, le recteur Jean-François Chanet s’est rendu au lycée Raoul Follereau de Belfort, dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes et de la semaine de l’entrepreneuriat au féminin.

La journée du 8 mars est un moment privilégié qui réunit les actrices et les acteurs de la région académique autour de la question de l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes du système éducatif.

Toutes et tous mobilisé(e)s au profit de l’égalité et de la mixité

Au lycée Follereau : l'égalité des chances au féminin ! - © Lycée Raoul Follereau - BelfortDepuis plusieurs années, le lycée Follereau s’est engagé dans de nombreux projets qui visent à donner à ses élèves, avec une attention davantage centrée sur l’ambition des jeunes filles, les atouts nécessaires pour se former et réussir leur insertion professionnelle, notamment dans les carrières scientifiques et technologiques :
- les sciences de l’ingénieur au féminin
- les sciences et techniques en tous genres
- des semaines dédiées telles que la semaine école-entreprise et la semaine de l’Industrie en partenariat avec la CCI et la Vallée de l’Énergie, ainsi que les associations Watt’ Elles et IndustriElles
- des tables-rondes sur l’entrepreneuriat au féminin et des conférences-débats
- des partenariats avec l’enseignement supérieur et des interventions de nombreuses formations (CPGE, UTBM, IUT, université ; participation active aux différents forums de l’orientation, au dispositif "Une classe, un chercheur", conférences, tutorat entre élèves…).

De nombreuses actions exemplaires

En décembre dernier, l’établissement s’est vu attribuer le prix départemental des "trophées de l’égalité et de la mixité" qui réunissaient les établissements de l’académie porteurs de projets en faveur de l’égalité filles-garçons et de la mixité.

Le recteur a pu prendre le pouls de cet engagement au sein l’établissement. Il a notamment visité une exposition réalisée par l’ensemble des lycéens dans le cadre d’un concours intitulé "Pourquoi pas moi ?", sur le thème de la lutte contre les clichés dans les formations et les professions.

Il a ensuite assisté à un débat sur la mixité et l’égalité filles-garçons entre deux classes de la voie professionnelle. Ce débat a été réalisé dans la continuité du travail mené dans le secteur de la logistique par l’Association pour le développement de la formation professionnelle dans le transport, dans le cadre de la mixité et égalité professionnelle. Les deux classes ont bénéficié d’une formation sur les clichés sexistes, proposée par l’association "Femmes, égalités, emploi".

Un programme pour permettre aux filles d’accéder à tous les métiers

L'égalité filles-garçons au lycée Follereau  - © Préfecture du Territoire de Belfort Ensuite, le programme Capital Filles a officiellement été lancé au sein du lycée, en présence du recteur, de la préfète du Territoire de Belfort, de la déléguée générale de Capital Filles et des acteurs impliqués.

Ce programme s’adresse aux jeunes filles de filières technologiques, professionnelles et générales, scolarisées dans des lycées relevant des politiques de la ville et/ou de zones rurales. Ce programme s’inscrit dans le Parcours Avenir qui doit notamment permettre à chaque élève de la troisième à la terminale de "comprendre le monde économique et professionnel ainsi que la diversité des métiers et des formations" et "élaborer son projet d’orientation scolaire et professionnelle".

Objectifs de Capital Filles

- Renforcer la confiance des jeunes filles, en elles-mêmes et en leur avenir professionnel
- Inviter les jeunes filles à découvrir des filières scientifiques, technologiques et industrielles, encore traditionnellement masculines
- Accompagner les jeunes filles dans leurs choix d’orientation vers des secteurs d’activités et des métiers d’avenir, notamment dans leur région, ainsi que vers les formations qui y conduisent
- Encourager l’apprentissage
- Donner une image positive et accueillante des entreprises et de leur région.

Trois établissements de l’académie intégrés dans le programme

Ce programme, né en 2011 au niveau national, s’est implanté en novembre 2016 dans l’académie de Besançon. Il a pris sa place dans le paysage local, territoire qui conjugue industrie et grande ruralité, secteurs urbains et activités locales ciblées.

Deux lycées ont intégré initialement le programme Capital Filles : le lycée professionnel Tristan Bernard à Besançon et la cité scolaire du Pré Saint-Sauveur à Saint-Claude.

Avec le lycée Raoul Follereau, qui inscrit son action depuis de nombreuses années dans une politique dynamique en vue d’une d’orientation choisie, le programme Capital Filles se déploie à présent dans le Territoire de Belfort.

Contacts

Dominique Chatté, chargée de mission académique égalité filles-garçons
Isabelle Maire, chargée de mission école-entreprise

90
Lycée professionnel
Raoul Follereau - Belfort
Informations complètes

 
jeudi 8 mars 2018

Apprendre au collège, en dehors des heures de classe !

Le recteur Jean-François Chanet a participé à deux visites sur le thème des "devoirs faits", le 27 février, au collège Delaunay de Gray et le 7 mars, au collège Brézillon d’Orgelet.

L’objectif de cette mesure, mise en œuvre à la rentrée de novembre, est de faire bénéficier les collégiens d’une aide appropriée au sein du collège afin de rentrer chez eux "Devoirs faits".

Une mesure qui fait l’unanimité

À l’échelon académique, environ 25 % des élèves (comme au niveau national) a souhaité bénéficier du programme "devoirs faits". Ce chiffre est cependant variable selon les établissements : dans certains collèges, pratiquement un élève sur deux profite de cette possibilité.

Donner du sens au travail personnel des collégiens

La mesure a reçu une forte adhésion de la part de l’équipe du collège Delaunay de Gray et le projet a été mis en place de manière très spontanée. La réactivité des équipes et leur intérêt pour la démarche ont permis une instauration optimale. Les intervenants non-enseignants ont bénéficié d’une formation organisée par la DIFOR.

Les parents d’élèves ont été informés par l’intermédiaire d’un affichage sous le hall du collège, par un courrier personnalisé et par un message sur Pronote. Cette communication efficiente a permis de les rassurer quant à l’encadrement de leurs enfants.

Dans cet établissement, la mesure est mise en place pour les élèves volontaires avec l’accord écrit des parents. Elle a lieu durant les heures de permanence et sur un créneau 17 h - 18 h pour les élèves externes. D’un groupe d’élèves à l’autre, la nature des devoirs effectués varie. Certains intervenants utilisent le cahier de texte et aident les élèves dans l’apprentissage des leçons ou des exercices par exemple, d’autres répondent à la demande des élèves pour du soutien et de la remédiation.

Devoirs faits au collège Delaunay Au collège Delaunay, 20 % des élèves, essentiellement de 6e et 5e, bénéficient du dispositif en étant encadrés par dix adultes : sept professeurs, une CPE, un assistant pédagogique et un assistant d’éducation. Au total, ce sont 70 élèves qui en tirent beaucoup de bénéfices. Les collégiens se sentent mieux reconnus dans leur demande, ils osent davantage intervenir et demander de l’’aide alors qu’ils ne le feraient pas en classe.

Le recteur, Jean-François Chanet, et l’IA-DASEN de la Haute-Saône, Liliane Ménissier, ont pu dresser un bilan positif de la mesure. Lors de la visite, l’ambiance était studieuse. Une dizaine de collégiens de 6e étaient occupés à comprendre des consignes et réviser leurs leçons, au programme du jour : exercice de mathématiques et révisions en anglais. Ils ont échangé avec les élèves eux-mêmes, une enseignante de mathématiques et des parents d’élèves présents. Une mère a pu apporter son témoignage : "mon fils rencontre moins de difficultés pour faire ses devoirs et surtout il y a pris goût".

Un premier bilan positif pour les élèves et les encadrants

Au collège Michel Brézillon d’Orgelet, le recteur a également pu noter un bel élan autour de "devoirs faits" qui mobilise toute l’équipe éducative. Dans cet établissement, 44 % des élèves participent au dispositif de façon équilibrée de la 6e à la 3e.

35 créneaux sont prévus chaque semaine en fonction des disponibilités des élèves (tous sur le temps scolaire). Parfois, les créneaux sont partagés pour permettre une individualisation plus importante du suivi du travail.

Devoirs faits au collège Brézillon Le recteur a notamment pu assister à une séance où les élèves, répartis en deux groupes, étaient encadrés par un personnel en service civique, la documentaliste, un enseignant et deux AESH.

Les collégiens soulignent les nombreux bénéfices : obtenir de l’aide, travailler en petits groupes, s’avancer et avoir moins de travail à la maison.

Du côté des enseignants, "devoirs faits" permet de développer une autre relation avec les élèves et de se rendre compte de leur manière d’aborder le travail personnel.
Pour les AED, c’est un temps propice pour aborder l’organisation : préparation des affaires pour le lendemain, planification du travail dans la semaine, mémorisation… Selon les jeunes engagés en service civique et les AESH, le dispositif rend les élèves davantage acteurs de leur apprentissage, développe l’autonomie, l’entraide et facilite la sollicitation des adultes.

Des collégiens accompagnés pour faire leurs devoirs

Contacts

Léon Folk, IA-DASEN du Jura, chargé de mission académique "devoirs faits"
Division de la formation
Division de l’organisation scolaire

70
Collège
Robert et Sonia Delaunay - Gray
Informations complètes

39
Collège
Michel Brezillon - Orgelet
Informations complètes


Galerie

Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay Devoirs faits au collège Delaunay

 
vendredi 2 février 2018

CP dédoublé : regards croisés d’enseignants et de parents

À l’école et à la maison, les bénéfices de la classe dédoublée font l’unanimité !

Après l’école Petit Chênois de Montbéliard, le 19 janvier dernier, le recteur et l’inspecteur d’académie du Doubs sont allés à la rencontre des élèves et des équipes de l’école Nelson Mandela de Bethoncourt, le jeudi 1er février.

Dans cette école de l’Aire Urbaine, qui compte six classes dédoublées, les bâtiments ont permis l’aménagement de trois nouvelles classes en respectant le seuil des effectifs fixé à douze élèves.

Depuis la rentrée, un dispositif de formation-concertation est en place afin de permettre aux enseignants de faire évoluer leur pratique professionnelle dans ce contexte spécifique d’une classe à effectif réduit. Ces formations-concertations abordent les thèmes de l’apprentissage de la lecture, de l’enseignement de l’oral et de la compréhension.

Un impact positif en classe...

Regards croisés entre enseignants et parents sur le <abbr title="Cours préparatoire">CP</abbr> dédoubléUn premier bilan a été réalisé depuis la rentrée. Pour les enseignants, le dédoublement des classes en CP offre :
- une meilleure prise en compte des difficultés individuelles de chaque élève
- une sollicitation régulière de l’ensemble des élèves au cours de chaque séance
- un temps de travail individuel plus important
- une plus grande cohésion au sein de la classe
- une mise en commun des outils et pratiques d’apprentissage entre les enseignants.

Les enseignants soulignent également "la véritable évolution sur le climat scolaire : les élèves sont plus concentrés".

... comme à la maison

Après l’observation de deux séquences pédagogiques, une table-ronde a réuni les parents d’élèves, particulièrement représentés et très participatifs. Ils ont pu constater à leur tour que le climat en classe est apaisé et que la participation des écoliers est largement accrue. Les familles observent notamment "moins d’agitation et davantage de concentration".

Comme l’accompagnement individuel est renforcé en classe, les élèves sont plus autonomes à la maison et sont plus demandeurs pour faire leurs devoirs. Une mère a pu faire une comparaison entre son fils cadet et son aîné, élève en classe traditionnelle de CP. "Dans cette classe à effectif réduit, il a plus envie d’apprendre, il lit plus aisément et de manière spontanée".

Regards croisés entre enseignants et parents sur le <abbr title="Cours préparatoire">CP</abbr> dédoublé Un des points sur lesquels les progrès sont notables est "l’acquisition du vocabulaire" : les parents mesurent "un développement fulgurant". De plus, ils notent "un réel intérêt au travail collectif". "Les élèves s’entraident, c’est une bonne préparation pour leur avenir".

À la rentrée prochaine, ces petits écoliers poursuivront leur scolarité dans des conditions similaires avec l’extension du dispositif aux classes de CE1 de REP+. De quoi rassurer les parents, d’autant que l’école à la capacité d’accueillir l’ensemble des classes dédoublées.

Contact

École élémentaire Nelson Mandela
Tél. 03 81 96 61 07
Courriel

 
vendredi 2 février 2018

Des parents impliqués et une réelle continuité pédagogique à Villersexel !

Les équipes de l’école Chantereine et du collège Louis Pergaud ont reçu, mardi 30 janvier, le recteur et l’inspectrice d’académie de Haute-Saône, en présence des élus locaux.

Dans cette école rurale, qui comporte une ULIS, les parents d’élèves ont confiance en la communauté éducative ; le recteur a pu constater leur implication dans la vie scolaire. Cette implication, suivie et soutenue, se traduit notamment par une forte participation aux élections des représentants de parents d’élèves.

Des parents proches de l’école, attentifs à l’apprentissage des fondamentaux

Les familles répondent toujours activement aux sollicitations de l’école que ce soit pour l’encadrement des sorties, les activités sportives ou d’autres manifestations.

Une pédagogie axée sur le numérique

Implication des parents et continuité pédagogique à Villersexel L’équipe pédagogique, solidaire et innovante, place le numérique au cœur du projet d’école et notamment dans la maîtrise des fondamentaux : lire, écrire, compter et respecter autrui. Depuis le plan "École numérique rurale" de 2009, l’école est bien équipée, dix classes sur onze disposent entre autre d’un tableau numérique.
Ainsi, l’enseignante de CM1 propose à ses élèves des twictées par visioconférence avec des écoliers de La Réunion. Les élèves sont particulièrement enthousiastes de pouvoir travailler avec des camarades d’une "île de l’autre bout du monde".

Le recteur Jean-François Chanet a tenu à remercier le directeur de l’école, le maire ainsi que "la communauté éducative remarquablement soudée autour d’une école rurale exemplaire".

Une continuité pédagogique forte de l’école au lycée

La visite au collège Louis Pergaud a permis d’aborder le thème de la liaison inter-cycles et du rôle du parcours Avenir.

Assurer la liaison entre l’école et le collège

Implication des parents et continuité pédagogique à Villersexel Ce mardi au CDI, la première manche d’un défi lecture était proposée aux élèves de CM2 et de 6e. Les élèves ont dû lire des livres communs et répondre à des questionnaires.
Cette initiative vise à développer le goût de la lecture, la solidarité, l’esprit d’équipe et permet une immersion des CM2 au collège. Dans un même état d’esprit, des collégiens jouent le rôle de conteurs pour les élèves de maternelle.
Depuis plusieurs années, des actions sont mises en place au sein de l’école en partenariat avec le collège : cross, projet inter ULIS et projets pédagogiques. Ces opérations renforcent efficacement la liaison école-collège.

Développer l’ambition et la mobilité des collégiens

Le recteur et l’inspectrice ont rencontré une classe défense sécurité globale, avant de participer à une table ronde sur le parcours Avenir. Ce parcours est conçu pour permettre à chaque élève, de la classe de 6e à la classe de terminale, de construire son orientation et de découvrir le monde professionnel. Il permet de faire le lien entre ce que les collégiens découvrent en entreprise et en dehors.

Dans le cadre de ce parcours, les CDSG permettent aux élèves de rencontrer des professionnels relevant des ministères de la Défense ou de l’Intérieur et de découvrir leurs métiers. Ce projet vise à ouvrir les élèves sur leur environnement proche et à leur permettre de découvrir le tissu professionnel local. Après un recrutement basé sur la motivation et le volontariat, dix-huit élèves ont été retenus. Tout au long de l’année, ils vont pouvoir découvrir les métiers de l’aviation à travers des travaux, rencontres et visites de la base aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Implication des parents et continuité pédagogique à Villersexel Le recteur a souligné "le bel équilibre filles-garçons dans la classe défense, parrainée par la base aérienne 116 de Luxeuil, ainsi que la leçon d’interdisciplinarité et les relations concrètes entre parcours Avenir et parcours citoyen".

La forte volonté de l’équipe de direction et l’engagement interdisciplinaire affirmé permettent de proposer une approche du monde économique professionnel, développer l’engagement et l’initiative, élaborer le projet d’orientation des élèves. En ce sens, un carrefour des métiers, destiné aux élèves de 4e-3e, a eu lieu la veille, lundi 29 janvier où une trentaine de métiers étaient représentés.

Selon Carole Belmont-Cugniet, référente école-entreprise et Parcours avenir, "le parcours Avenir ne peut exister sans volonté, ni engagement, de la part des élèves". Elle a constaté "les effets bénéfiques à la fois sur les élèves et leurs parents. Les collégiens sont véritablement acteurs de leur orientation. Les visites d’entreprises provoquent des échanges et font naître des discussions au sein des familles."

Contacts

École élémentaire Chantereine de Villersexel
Tél. 03 84 20 50 61
Courriel

70
Collège
Louis Pergaud - Villersexel
Informations complètes

 
mercredi 31 janvier 2018

L’amitié franco-allemande célébrée à Belfort !

Lundi 29 janvier, des écoliers et collégiens belfortains ont participé à une journée commémorative du 55e anniversaire du Traité de l’Élysée.

Chaque année, la "journée franco-allemande" du 22 janvier permet de mieux faire connaître la culture et la langue du pays partenaire dans les écoles et les établissements scolaires.

Tisser des liens solides autour de l’amitié franco-allemande

L'amitié franco-allemande célébrée à Belfort ! Au centre culturel et social de la Pépinière Michel Legrand de Belfort, le recteur Jean-François Chanet a assisté à une commémoration à laquelle ont participé les élèves de grande section de maternelle et de CP-CE1 de l’école Hubert Metzger de Belfort et des élèves de 6e, 5e et 4e bilangues du collège Léonard de Vinci de Belfort.

Le projet illustre concrètement la continuité des parcours des élèves germanistes de Belfort, de la maternelle au lycée Condorcet, que se soit en section européenne allemand ou dans le cadre du dispositif Abibac.

La matinée a commencé par un accueil et une présentation en français et en allemand par les élèves. Elle s’est poursuivie avec des interludes chantés et un rappel historique du traité de l’Élysée. Enfin, tous les élèves ont défilé sur scène, présentant des pancartes lettres formant des mots en relation avec les 55 années de coopération et d’amitié entre les deux pays.

Une convention pour ancrer localement les échanges entre la France et l’Allemagne

Après la représentation, une convention entre l’académie et la maison de la Rhénanie-Palatinat de Dijon a été signée par le recteur et le consul honoraire d’Allemagne et directeur de la maison de la Rhénanie-Palatinat, Till Meyer.

Cette commémoration a été rendue possible grâce au soutien de nombreux partenaires, dont l’OFAJ, le Goethe-Institut, l’Association pour le développement de l’enseignement de l’allemand en France, les maisons franco-allemandes et de nombreuses entreprises.

Une occasion de découvrir la langue et la culture allemande

Les établissements scolaires sont vivement incités à célébrer l’amitié franco-allemande en mettant en œuvre des actions permettant aux élèves germanistes ou non et à leurs familles de découvrir la langue et la culture allemandes.

Ces projets pédagogiques soutenus par l’OFAJ, souvent transversaux, sont l’occasion de mettre en évidence l’intérêt du plurilinguisme. Ils contribuent à la l’éducation à la citoyenneté et au développement de l’altérité. Ils permettent également de découvrir les possibilités d’orientation professionnelle dans des entreprises partenaires.

Journée franco-allemande au collège Val de Rosemont

Contacts

Marie-Christine Clerc-Gevrey, IA-IPR, chargée de la mission de continuité de l’apprentissage de l’allemand

Natacha Lanaud-Lecomte, déléguée académique aux relations européennes et internationales et à la coopération

École maternelle Hubert Metzger

École Hubert Metzger

90
Collège
Léonard de Vinci - Belfort
Informations complètes

 
lundi 29 janvier 2018

Un climat scolaire apaisé à l’école et au collège : la réussite à la clé !

Vendredi 19 janvier, l’éducation prioritaire était au coeur de la visite du recteur, Jean-François Chanet, et du député du Doubs, Denis Sommer, dans le Pays de Montbéliard.

La politique d’éducation prioritaire vise à corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire en renforçant l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales.

CP dédoublé : des effets bénéfiques sur l’apprentissage des écoliers

Le recteur et le député de la 3e circonscription du Doubs se sont rendus
à l’école Petit Chênois de Montbéliard, rattachée au REP+ du collège Lou Blazer.

L’objectif de cette visite était de se rendre compte, directement dans une classe, des conditions de travail des élèves et des enseignants dans une classe de CP dédoublée et d’observer les changements par rapport à une classe classique.

Un dispositif qui fait l’unanimité !

Éducation prioritaire : un climat scolaire apaisée à l'école et collège Malgré le nombre important de visiteurs dans la classe, les élèves ont été très attentifs pour une séance de lecture proposée par l’enseignante, Anne Comola. Le nombre réduit d’élèves facilitant les nombreuses interactions entre les enfants, chacun a pu s’exprimer, plus longtemps et plus souvent.

Une table ronde était ensuite organisée avec le directeur de l’école, IEN de circonscription, des enseignants de CP, une AVS, des conseillers pédagogiques, des parents d’élèves et l’adjointe à l’éducation de la ville de Montbéliard.

Dans cette école qui compte cinq classes de CP dédoublés, les enseignants ont progressivement pris leurs marques. Ils ont souligné les nombreux bénéfices de cette nouvelle organisation : le suivi avec les écoliers est facilité car une place plus importante est réservée à l’observation et à la sollicitation de tous les élèves, notamment à l’oral. De ce fait, l’autonomie est renforcée et les élèves interviennent davantage. Les parents d’élèves eux aussi notent le bénéfice apporter par l’allègement des effectifs sur l’apprentissage de leur enfant.

Les intervenants ont également insisté, pour atteindre l’efficacité voulue, sur les relations indispensables et positives établies avec la municipalité et les parents d’élèves.

L’impact sur le climat scolaire est également très positif car ce dernier est plus apaisé. Dans le cadre du REP+, l’école s’est d’ailleurs engagée, l’année dernière, dans la démarche SCP pour améliorer le climat scolaire.

Un engagement exemplaire des collégiens

Le recteur et le député se sont ensuite rendu au collège Anatole France de Bethoncourt, établissement REP+, pour une visite sur le thème de l’engagement des élèves.

L’amélioration du climat scolaire au service de la réussite de tous

Le collège s’illustre par son projet en faveur de l’engagement des élèves pour améliorer le climat scolaire. La pratique sportive et les activités culturelles s’avèrent particulièrement propices pour favoriser la mixité, la responsabilité et l’autonomie. Le recteur et le député ont ainsi pu observer une séance d’acrosport et de handball. Ils ont échangé avec des EPS. Pour ces derniers, ces activités facultatives, proposées à tous et en dehors du temps scolaire, ont un réel impact sur l’état d’esprit positif de l’établissement.

Éducation prioritaire : un climat scolaire apaisée à l'école et collège En ce qui concerne la médiation entre pairs, une initiative est née l’année dernière dans l’établissement. Des élèves médiateurs peuvent être sollicités par leurs camarades pour intervenir dans le règlements des conflits.

Les élèves de 3e, qui ont occupé ce rôle de "médiateurs scolaires" l’an dernier, cherchent aujourd’hui à transmettre le flambeaux. Ils répondent ainsi aux interrogations des élèves désirant intégrer ce dispositif et témoignent de ce que cela leur apporte, tant dans leur statut d’élève mais aussi dans leur développement personnel et leur rapport aux autres. L’objectif de cette action est de valider des compétences mettant en avant la prise d’initiatives, l’autonomie et la responsabilité des élèves. Elle implique également le CPE, l’infirmière, l’assistante de service social et des enseignants.

Pour le recteur "la médiation par les pairs et l’arbitrage de matchs entre équipes mixtes, sont des exemples probants de l’engagement des élèves".

Contacts

Augustin Guillot et Nicolas Magnin, chargés de mission académiques éducation prioritaire
Courriel

École élémentaire publique Petit Chênois
Tél. 03 81 31 11 50

25
Collège
Anatole France - Bethoncourt
Informations complètes

 
mercredi 24 janvier 2018

Avenir du bac : les élus du CAVL rencontrent Pierre Mathiot

Mardi 16 janvier, sept élus lycéens de l’académie ont eu l’honneur de dialoguer avec Pierre Mathiot sur l’accompagnement personnalisé et la réforme du bac, au lycée Armand Peugeot de Valentigney, là où ce dernier avait passé son bac !

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a confié une mission de réflexion sur l’avenir du baccalauréat et du lycée à une équipe conduite par Pierre Mathiot, ancien directeur de l’IEP de Lille.

L’objectif de cette consultation est de réformer et revaloriser le baccalauréat en simplifiant son organisation et en affirmant sa fonction d’accès à l’enseignement supérieur.

Le rapport de Pierre Mathiot a été remis ce jour au ministre :
"Un nouveau baccalauréat pour construire le lycée de possibles" rendu le 24 janvier 2018

Dialogues fructueux et échanges constructifs

Les élus lycéens Le recteur Jean-François Chanet avait souhaité inviter Pierre Mathiot pour une rencontre avec les élus du CAVL autour de l’AP qui préoccupe beaucoup les élus lycéens de l’académie. Ils ont choisi de travailler sur ce thème, en partant d’une interrogation sur l’utilité de l’AP. Ils ont souhaité permettre à chaque lycée de l’académie de faire un état des lieux afin de mieux adapter le temps dédié à l’AP en fonction des demandes des élèves. Ils ont notamment rappelé les propositions soumises et approuvées par les membres du CAVL en novembre dernier. C’est un travail conséquent qui a été réalisé durant les deux années de leur mandat.

Le Conseil académique de la vie lycéenne 2016-2018 et l’accompagnement personnalisé

Pierre Mathiot, désireux "d’industrialiser les bonnes pratiques", les a félicités pour leur engagement dans ce projet de développement du volet orientation de l’AP qui vise à impliquer les élus des CVL pour une orientation plus juste.

Le "supplément au diplôme" devrait permettre à l’avenir de valoriser ce genre d’initiatives dans Parcoursup afin que toutes les compétences acquises soient prises en compte dans les poursuites d’études dans le supérieur. Pour Pierre Mathiot, l’AP est un outil de démocratisation et d’information".

Un nouveau baccalauréat à l’horizon 2021

Tout naturellement, dans un second temps, les échanges ont porté sur la réforme du baccalauréat et son impact sur l’organisation du lycée, en présence de l’équipe de direction et de membres du CVL du lycée Armand Peugeot : lycéens élus, enseignants, parents.

Le recteur Jean-François Chanet et Pierre Mathiot Les élèves ont pu décrire le lycée de "leurs rêves". Pierre Mathiot a écouté leurs suggestions avec grand intérêt. Il a rappelé des chiffres clés et avancé quelques pistes. 80 % d’une classe d’âge obtient le bac, avec un taux de réussite de 88 % et 45 % des élèves poursuivent en filières sélectives.

Le contrôle continu, les épreuves terminales, mais aussi la formation des enseignants, la préparation à l’enseignement supérieur, la valorisation de la régularité des efforts des élèves, l’association de disciplines générales et technologiques, l’acquisition d’une culture scientifique par tous… ont été au cœur des débats.

Le recteur a tenu à remercier Pierre Mathiot pour avoir pris le temps de revenir dans son ancien lycée à Valentigney, pour dialoguer librement avec les représentants du CAVL.

Contacts

Christine Monnin, conseillère principale d’éducation cellule vie scolaire, déléguée académique à la vie lycéenne
Tél. 03 81 65 74 06

Karen Delarbre, Jean-Luc Bertolin, inspecteurs référents académiques AP

 
mercredi 24 janvier 2018

L’accompagnement des lycéens dans la nouvelle procédure d’inscription dans le supérieur

Parcoursup, la nouvelle plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur a ouvert le 15 janvier dernier et depuis le 22 janvier, les lycéens peuvent saisir leur vœux et ce, jusqu’au 13 mars 2018.

Comme annoncé lors de la présentation du "Plan Étudiants" du 20 décembre dernier, des réunions d’information-formation destinées aux professeurs principaux, aux psychologues de l’Éducation nationale et aux équipes de direction des lycées et des CIO ont ainsi été programmées les 15, 16, 18 et 19 janvier dans les quatre départements de l’académie.

Un rôle d’accompagnement déterminant

Ainsi, mardi 16 janvier, au lycée Germaine Tillion de Montbéliard, le recteur a assisté à une séance de formation destinée à expliquer le fonctionnement de la nouvelle plateforme Parcoursup et le rôle de chaque acteur.

Parcoursup : les professionnels formés pour mieux accompagner les lycéens dans leur orientation Le recteur Jean-François Chanet a donc assisté à la formation proposée aux personnels de l’Aire Urbaine et d’Héricourt (70) par Maurice Dvorsak, chef du SAIO, Emmanuelle Robbe, chargée d’accompagnement ONISEP, ainsi que Jacqueline Nicolazzi et Florence Perroud, les chargées de gestion académiques Parcoursup.

La formation "accompagner les lycéens vers l’enseignement supérieur" permet une :
- prise en main des dispositifs et outils existants pour soutenir la cohérence des parcours des élèves
- présentation de la nouvelle plateforme d’accès à l’enseignement supérieur Parcoursup.

Elle vise à :
- éclairer le rôle des professeurs principaux de Terminale qui sont un rouage indispensable du suivi individualisé et d’accompagnement de leurs élèves
- préciser leurs missions dans le cadre de la nouvelle plateforme.

Présentation de la formation Parcoursup - janvier 2018

Par ailleurs, une auto-formation est accessible sur la plateforme de formation continue M@gistère depuis le 15 janvier. Des modules de formation seront également proposés dans le cadre du PAF.

Le 20 janvier, le recteur, le SAIO et la délégation régionale de l’ONISEP étaient présents au salon l’Étudiant à Besançon Micropolis pour animer une conférence : "quel accompagnement des lycéens dans la nouvelle procédure d’admission dans l’enseignement supérieur ?"

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au jusqu’au 13 mars 2018 !

Lundi 22 janvier, le recteur a souhaité assister au lancement des inscriptions sur Parcoursup au lycée Victor Hugo de Besançon. Une démonstration a été réalisée avec une CAVL, en présence des professeurs principaux et de terminale ainsi que l’ensemble des élèves délégués en classe de terminale.

Les lycéens ont la possibilité de formuler jusqu’à dix vœux, en fonction de leurs projets, et n’ont pas besoin de les classer.

Contacts

SAIO
Tél. : 03 81 65 74 96

Délégation régionale de l’ONISEP
Tél. : 03 81 65 74 90

 
mardi 23 janvier 2018

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire !

Lundi 15 janvier, le recteur et le chargé de mission académique "cordées de la réussite" se sont rendus à l’IUT Besançon-Vesoul où une nouvelle cordée de la réussite prend forme.

Le dispositif des cordées de la réussite favorise l’accès à l’enseignement supérieur en développant, par des contacts directs, la connaissance de l’univers du post bac. Il permet de lever les appréhensions, d’élargir les horizons d’orientation et de développer l’ambition de jeunes quel que soit leur milieu socio-culturel, en leur donnant les clés pour s’engager avec succès dans l’enseignement supérieur.

L’enseignement supérieur est accessible pour chaque élève !

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire ! Pour Olivier Apollon, chargé de mission académique cordées de la réussite et parcours d’excellence "certains élèves ont des potentiels importants, mais ils sont issus d’un milieu social qui ne les porte pas vers l’enseignement supérieur. Les cordées de la réussite permettent ainsi de conduire tout de suite les élèves à fort potentiel dans des réseaux, de les rapprocher des étudiants et donc, de le mettre dans les meilleures dispositions pour intégrer l’université ou des écoles d’ingénieurs."

La preuve par la démonstration

La cordée qui voit le jour entre l’IUT de Besançon-Vesoul et le collège Diderot de Besançon est la sixième de l’académie. Ce sont au total 25 établissements du second degré qui sont liés à des établissements du supérieur.
Le recteur a ainsi souhaité aller à la rencontre des étudiants du département Chimie de l’IUT qui ont proposé une deuxième séance aux collégiens afin de réaliser des activités expérimentales menées en laboratoire. L’objectif était de leur faire découvrir les possibilités offertes par la filière.

Pour le recteur, "les étudiants représentent un exemple concret et donnent confiance aux élèves de REP+ comme à ceux des collèges ruraux".
Olivier Apollon souligne également l’apport bénéfique pour les étudiants : "à travers des dispositifs comme celui observé aujourd’hui, on se rend compte des nombreux bénéfices apportés aux collégiens : venir sur un site d’enseignement supérieur, rencontrer des étudiants, faire des activités concrètes, découvrir des métiers, visiter des entreprises, rencontrer des professionnels. Et puis, il y a un dispositif phare : le tutorat par des étudiants. Les étudiants ont la possibilité de s’inscrire à une UE libre qui va leur donner des crédits pour leur parcours universitaire. Ainsi, leur engagement dans les établissements scolaires est reconnu. Ils vont réaliser entre 30 et 35 heures d’intervention auprès des collégiens, soit pour les accompagner dans des visites culturelles, soit pour des visites de sites universitaires, soit pour faire de l’aide méthodologique. Il s’agit vraiment de reconnaitre la force de l’engagement des étudiants et leur capacité de transmission auprès de collégiens et lycéens".

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire !

Un engagement multi-partenarial

Les principaux de collèges haut-saônois de Vauvillers, Gy et Jussey, conviés à cette visite, ont rencontré les directeurs des différents départements de l’IUT pour évoquer les perspectives de développement de cette nouvelle cordée : profiter des différents sites de l’IUT de Besançon-Vesoul et permettre à ces établissements ruraux de bénéficier des actions conduites.

Cette réflexion s’inscrit dans la continuité de celles menées sur la grande pauvreté et la ruralité. Elle est l’occasion de faire se rencontrer de futurs partenaires.

Un dispositif complémentaire : les parcours d’excellence

Conduire des jeunes de milieux modestes vers une poursuite d’études ou une insertion professionnelle ambitieuse et réussie est aussi l’objectif des parcours d’excellence.

Le 19 décembre dernier, une convention de partenariat "Parcours d’excellence" a été signée par les parties prenantes au rectorat de Dijon. L’objectif est de proposer aux élèves une offre de tutorat collectif, de visites culturelles et de découvertes dès la classe de 3e, puis un suivi individualisé tout au long de leur scolarité au lycée, quelle que soit la filière choisie.

Des collégiens bisontins découvrent le monde universitaire ! À ce sujet, le recteur a tenu à citer un extrait du rapport de 2016, réalisé par Pierre Mathiot, professeur des universités, alors délégué ministériel aux Parcours d’excellence : “Pour les établissements d’enseignement supérieur, l’enjeu d’accompagner les élèves vers l’accès aux études supérieur devrait être de même ampleur que celui qui consiste à accompagner leurs diplômés vers l’accès au marché du travail”.

Pour Olivier Apollon, les cordées de la réussite et les parcours d’excellence se complètent bien : "le dispositif des cordées de la réussite a déjà plus de dix ans et a fait ses preuves. Il a été fait le constat que les cordées fonctionnaient bien, mais qu’elles ne permettaient pas de toucher tous les élèves même si elles concernent tous les établissements. Le dispositif des parcours d’excellence est plus récent. Il a démarré à la rentrée 2016 et permet de toucher tous les collégiens de REP et REP+. Le panel d’élèves aidés est élargit. Il s’agit d’un autre vivier d’élèves que l’on souhaite accompagner de la meilleure façon possible vers l’enseignement supérieur."

Journées nationales des cordées de la réussite et des parcours d’excellence du 16 au 21 janvier 2018

Contact

Olivier Apollon, chargé de mission académique cordées de la réussite et parcours d’excellence

 
jeudi 14 décembre 2017

Un élan collectif en faveur de la laïcité au collège Jules Grévy

Vendredi 8 décembre, le collège de Mont-sous-Vaudrey (39) a accueilli le recteur Jean-François Chanet, accompagné du référent académique laïcité-valeurs de la République : les élèves de tous les niveaux et l’ensemble des personnels étaient mobilisés !

À l’occasion de la date commémorative de la séparation des Églises et de l’État, le 9 décembre, la principale, l’équipe pédagogique et éducative du collège ont organisé une demi-journée entièrement dédiée à la laïcité. L’adhésion immédiate des élèves a permis de faire vivre, de manière multiple, les valeurs de la laïcité le temps d’un après-midi !

La laïcité, une valeur mobilisatrice

Le recteur Jean-François Chanet a été impressionné par cet élan général. Il a souligné la qualité et la grande diversité des travaux réalisés.

En direct du studio de la web-radio du collège, des élèves de 3e ont animé une émission spéciale sur le thème de laïcité. Les élèves ont ainsi interviewé le recteur, le référent laïcité et la sénatrice du Jura. Ils ont également présenté le micro-trottoir réalisé, dans le cadre du parcours citoyen, lors du rallye républicain, du mercredi 29 novembre dernier.

Un investissement exemplaire à tous les niveaux et un dynamisme communicatif

De la 6e à la 3e, les collégiens se sont particulièrement impliqués, avec leurs professeurs, pour proposer des expositions à leurs camarades. L’ensemble des travaux a été mis en scène à travers un circuit organisé au sein de l’établissement.

La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy Après avoir étudié la Charte de la laïcité, des élèves 6e ont réalisé une production "le mémopli laïcité". D’autres ont exposé un abécédaire animé de la laïcité.

En 5e, les élèves ayant déjà travaillé sur la charte de la laïcité l’an dernier, ont repris certaines notions fortes du texte et les ont illustrées sous forme de "pop-up" en vue de réaliser un livre "la charte de la laïcité" en popup.

Les 4e ont présenté un diaporama sur les dates clés de l’histoire de la laïcité. Ils on également réalisé un jeu autour de la laïcité, ainsi que le projet "à la découverte de Jules Grévy". Ce projet a permis aux élèves de retracer le parcours de cet homme d’État français, natif de la commune. Les collégiens ont présenté au recteur les jeux réalisés par leurs soins autour de la thématique et ont expliqué l’exposition virtuelle qu’ils ont conçue.

Les élèves de 3e, quant à eux, ont décrypté le tableau du 14 juillet 1880, sous la présidence de Jules Grévy. Ce tableau se trouve en mairie de Mont-sous-Vaudrey. Les élèves ont mis en lien cette cérémonie avec les premières lois concernant l’école laïque de 1881-1882 et 1886.

Au delà de laïcité, une belle démonstration du vivre-ensemble

La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy En parallèle, un travail autour d’extraits de films de fiction et d’articles de la charte de la laïcité a été proposé aux élèves. Ces derniers ont également pu découvrir l’exposition de la Bibliothèque national de France "la laïcité en question", à travers des jeux et des quizz.

L’équipe "vie scolaire" a proposé une animation autour de l’arbre de la laïcité et présenté des illustrations de la charte réalisées en collaboration avec l’UPE2A du collège Maryse Bastié de Dole qui ont traduit la charte de la laïcité en wolof, en portugais, en espagnol et en italien !

L’après-midi s’est poursuivi avec un match de volley au profit du Téléthon avec des élèves et professeurs volontaires. Ainsi, les collégiens ont également démontré leur engagement en faveur de fraternité et de la solidarité !

L’académie poursuit sa mobilisation autour de la journée de la laïcité

Contacts

39
Collège
Jules Grévy - Mont-sous-Vaudrey
Informations complètes

Référent académique laïcité - Valeurs de la République


Galerie

La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy La laïcité incarnée par l'ensemble du collège Jules Grévy


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon