R

Accueil > Académie > Actualités > En établissements > L’amélioration du climat scolaire, pour enrayer le harcèlement, ancrée dans la (...)

Rubrique En établissements

jeudi 9 novembre 2017

L’amélioration du climat scolaire, pour enrayer le harcèlement, ancrée dans la culture d’établissement

Les élèves et personnels du collège Olympe de Gouges vivement engagés dans la lutte contre le harcèlement : à la veille de la journée nationale dédiée à cette cause, ils ont présenté les différentes actions mises en œuvre dans l’établissement.

Mercredi 8 novembre, la chorale du collège a accueilli la délégation académique en entonnant la chanson "Qui a le droit ?" de Patrick Bruel. Étaient ensuite organisés des ateliers rencontre-débat avec les élèves et personnels autour de la thématique du harcèlement scolaire.

Entreprendre des actions au long cours

Lutter contre le harcèlement ne se résume pas à un travail ponctuel mais à une réflexion tout au long de l’année scolaire, en classe, pendant les temps méridiens, grâce à une politique d’établissement qui sensibilise tous les acteurs, professeurs, éducateurs, élèves, parents et agents.
Ainsi au cours de cette matinée au collège Olympe de Gouges, différents aspects de la lutte contre le harcèlement et au service d’un climat scolaire apaisé ont été présentés.

La participation au concours "Non au harcèlement"

En 2016, une classe a réalisé plusieurs affiches dans le cadre du concours Non au harcèlement. Les élèves sont partis de leurs préjugés et de leurs sentiments autour du mot "harcèlement".
Avec leurs professeurs, ils ont choisi entre toutes leurs productions le dessin de Sarah. À partir de ce dernier, ils ont réfléchi à l’accroche verbale la plus efficace. Après présentation de plusieurs compositions, l’affiche finale a été choisie par la classe. Une des affiches proposé a obtenu le Prix "coup de cœur" académique.

Affiche "Coup de coeur" du collège Olympe de Gouges

Le rôle du conseil de vie collégienne au service d’un climat scolaire serein

Des élèves du CVC ont présenté les actions ponctuelles et festives qu’ils organisent et qui permettent aux élèves de faire vivre le collège, de se rencontrer et de dépasser les préjugés qu’ils peuvent avoir. Cela et les "aide à mieux se connaître" et renforce leur "sentiment d’appartenance au collège".
L’établissement, basé sur deux sites, doit pouvoir construire une identité et renforcer le lien entre les élèves grâce à ces moments communs fédérateurs.

Les élèves, acteurs de la transmission de valeurs positives

Des élèves de la section sportive ont présenté des actions réalisées autour de l’arbitrage, de l’obligation à créer un groupe solidaire pour s’engager dans une victoire collective.
Les élèves du club "philo" ont, quant à eux, partagé les actions de sensibilisation autour du respect et de l’estime de soi, menées afin d’amener chacun à accepter les différences et avoir une attitude empathique.
Enfin, des élèves volontaires ont présenté leur travail autour de la réalisation d’une affiche pour la conférence "Mots qui blessent" destinée aux parents d’élèves. La conférence est prévue au collège le 30 novembre prochain.

La sensibilisation des collégiens par des personnes ressources

À la fin de la matinée des élèves de cinquième ont participé à une heure de sensibilisation autour du harcèlement, avec l’infirmière et la conseillère d’orientation. Au cours de cette séance très interactive, chaque collégien devait donner un mot qui lui évoquait le terme "harcèlement". À partir de ces mots, des thématiques ont été dégagées et les élèves ont visionné des vidéos pour pouvoir échanger. Des jeux de rôles ont été proposés aux volontaires. Les collégiens se sont montrés très intéressés par cette animation.
Toutes les classes de cinquième du collège bénéficieront cette année d’une telle séquence.

Améliorer le bien-être à l’École, une ambition académique

La lutte contre le harcèlement fait partie intégrante de la démarche globale d’amélioration du climat scolaire engagée par l’académie depuis 2013.
L’axe trois du projet académique 2015-2019 renforce cette dynamique en favorisant la convergence des efforts de tous les acteurs de l’éducation pour veiller à l’amélioration du cadre de vie et du climat scolaire.
Le climat scolaire concerne toute la communauté éducative. C’est la construction du bien vivre et du bien être pour les élèves et les personnels de l’École. Le défi est d’implanter des pratiques dans le quotidien.
Les démarches proposées et les outils réalisés sont les fruits de la réflexion d’un groupe académique élargi d’une trentaine d’acteurs incluant des conseillers techniques vie scolaire, santé-social, des inspecteurs, des chefs d’établissement et des chercheurs en psychologie et sociologie de l’Université de Franche-Comté.
La démarche soumise aux établissements s’inspire de la démarche d’amélioration continue académique décrite dans le livret académique "Agir sur le climat scolaire".

La lutte contre le harcèlement scolaire : une préoccupation nationale

Depuis novembre 2013, le ministère de l’Éducation nationale a développé une politique de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire pour sensibiliser, prévenir, former et prendre en charge le harcèlement en milieu scolaire.
Depuis 2015, le premier jeudi du mois de novembre est consacré à la journée nationale de lutte contre le harcèlement.
Cette problématique entre dans le cadre de la prévention de la violence en milieu scolaire.
Un site dédié, Non au harcèlement, propose de nombreuses ressources et des conseils aux victimes, auteurs, professionnels et parents.
Cette année, le ministère a souhaité axé sa campagne sur la place et le rôle du témoin.
Découvrez le nouveaux clip pour dire #NonAuHarcèlement !

Contacts

Cécile Beisser-Voignier, proviseure vie scolaire, référente académique harcèlement.

25
Collège
Olympe de Gouges - Pont-de-Roide-Vermondans
Informations complètes


 
vendredi 27 octobre 2017

"Capital Filles" est lancé dans l’académie de Besançon !

Mardi 17 octobre, le dispositif "Capital Filles" a débuté au lycée professionnel Tristan Bernard de Besançon.

En novembre 2016, l’académie a rejoint le programme d’égalité des chances au féminin "Capital Filles".

Capital filles s’adresse aux jeunes filles, de la seconde à la terminale, scolarisées dans les filières technologiques, professionnelles et générales des lycées des quartiers prioritaires de la politique de la ville et des territoires ruraux.

L’égalité des chances au féminin

Capital Filles À l’initiative du Groupe Orange, ce programme national permet :
- de lutter contre les stéréotypes et les préjugés de genre
- aux jeunes filles de choisir leur orientation et leur formation en toute autonomie
- de promouvoir les métiers et les secteurs d’avenir notamment à féminiser
- de faire découvrir le monde de l’entreprise et les atouts de l’apprentissage

Chaque jeune fille se verra attribuer une marraine issue du monde professionnelle afin de l’aider dans son parcours scolaire et professionnel.

Le programme comporte trois ateliers :
- "estime de soi et ambition" pour les secondes
- "prise de parole en public" pour les premières
- "accompagnement du parcours professionnel" pour les terminales

Susciter l’intérêt des jeunes filles pour des métiers d’avenir

Ce premier atelier était dédié aux élèves de terminale du lycée Tristan Bernard. Il a pris la forme d’une information sur les stéréotypes et préjugés de genre, les métiers d’avenir et les formations qualifiantes et d’une présentation du rôle des marraines. Il a été animé par Caroline Fitamant, déléguée Orange, accompagnée par Nathalie André, marraine Amphenol FCI, Essia Bensalem, marraine Société Générale et Nathalie Coulon, marraine Enedis.

Capital Filles En présence de la proviseure et de son adjoint, de la CPE, et de l’enseignante-référente Capital Filles pour le lycée Tristan Bernard, 29 jeunes filles en ont bénéficié. Treize d’entre-elles ont souhaité s’inscrire au dispositif et avoir une marraine. Dix auront la chance d’avoir une marraine recrutée par Capital Filles. Les jeunes filles ont accueilli avec enthousiasme le dispositif et ont participé activement à ce premier atelier : "merci de ce que vous faîtes pour nous, c’est une chance, une belle rencontre".
La première rencontre entre les jeunes et leurs marraines est prévue le jeudi 9 novembre prochain au lycée.

Le lycée Pré Saint-Sauveur de Saint-Claude (39) s’engagera dans la démarche au cours de l’année scolaire.

Contacts

Secrétariat DAFPIC
Tél : 03 81 65 74 48
Stéphanie Pinto, référente "Capital Filles"

25
Lycée professionnel
Tristan Bernard - Besançon
Informations complètes

 
mardi 24 octobre 2017

Portrait d’un infirmier

Eddy Lacroix est infirmier de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur au lycée professionnel Le Corbusier de Lons-le-Saunier.

Le métier d’infirmier "s’inscrit dans la politique générale de l’Éducation nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants. Il concourt à cet objectif par la promotion de la santé des jeunes et participe plus largement à la politique du pays en matière de prévention et d’éducation à la santé".

Présentation et découverte d’un métier aux missions multiples

Entretien avec Eddy Lacroix

Pour en savoir plus

Le métier d’infirmier(e) de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur

Pour rappel, le 9 mars dernier, le recteur Jean-François Chanet, accompagné de l’IA-DASEN du Jura avait rencontré Eddy Lacroix, infirmier de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, sur son lieu de travail. Ce dernier avait présenté ses missions au sein d’un lycée professionnel, la diversité de ses tâches au quotidien et en particulier, l’importance du travail en partenariat.

Contacts

39
Lycée professionnel
Le Corbusier - Lons-le-Saunier
Informations complètes

Eddy Lacroix, infirmier de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur
Tél : 03 84 86 13 02

Académie

Barbara Conscience, infirmière, conseillère technique du recteur
Tél. 03 81 65 73 79

Doubs

Virginie Boutolleau, infirmière conseillère technique responsable départementale auprès de l’inspecteur d’académie
Tél. 03 81 65 48 69

Jura

Sandrine Bombois, infirmière conseillère technique responsable départementale auprès de l’inspecteur d’académie
Tél. 03 84 87 27 07

Haute-Saône

Franck Capiomont, infirmier conseiller technique responsable départemental auprès de l’inspectrice d’académie
Tél. 03 84 78 63 47

Territoire de Belfort

Isabelle Burggraf, infirmière conseillère technique responsable départementale auprès de l’inspecteur d’académie

Tél. 03 84 46 66 06

 
vendredi 6 octobre 2017

Des lycéens accompagnés par des professionnels dans leur recherche de stage

Jeudi 5 octobre au lycée professionnel Tristan Bernard, un "stage dating" à destination des élèves d’une classe de CAP-ULIS était organisé pour la première fois !

Cette première expérience s’inscrit dans l’esprit de Talents d’avenir. Un dispositif destiné au lycéens professionnels qui est lui même décliné de Talent campus à destination des étudiants.

Ces actions pédagogiques innovantes visent à mettre les élèves en situation réelle pour mieux les préparer à la recherche de stages ou d’emplois. Ils en tirent un véritable bénéfice, comme ont pu le démontrer les différentes cessions déjà réalisées. L’objectif consiste donc à essaimer le principe de ces formations à d’autres publics qui en ont encore plus besoin.

Un apprentissage par la pratique et avec le soutien de professionnels

Organisé à l’initiative de Caroline Corpel, professeure de vente, ce "stage dating" visait à proposer une simulation d’entretiens d’embauche à une vingtaine d’élèves à besoins éducatifs particuliers. L’enseignante est partie du constat que les élèves de seconde CAP option Employé de vente spécialisé de l’ULIS, dont certains sont allophones, rencontraient parfois des difficultés pour décrocher un stage de (PFMP). Elle a dès lors décidé d’accompagner les élèves de et par la pédagogie différenciée. Pour la première fois, des professionnels issus du domaine de la vente et de l’immobilier, futurs tuteurs voire employeurs, ont participé à ces simulations.

Permettre aux jeunes d’être opérationnels lors de leur stage en entreprise

Premier "stage dating" en classe de seconde <abbr title="certificat d'aptitude professionnelle">CAP</abbr> Ce jeudi matin, une dizaine de professionnels, acteurs du tissus économique local - qu’il convient ici de remercier - ont accepté de "coacher" ces jeunes pour leur permettre de mieux aborder leur recherche de stage et d’appréhender leur futur environnent professionnel dans les meilleures conditions.
Les élèves ont d’abord assisté à la présentation de chaque représentant du monde de l’entreprise et de leur enseigne. Puis, les élèves ont participé à un atelier consacré aux "entretiens" et à un second dédié à l’"image de soi".

En toute bienveillance, l’objectif était de conseiller les élèves - munis de leur curriculum vitae, de leur lettre de motivation et de leur convention de stage -pour les aider à décrocher un stage, tout en leur rappelant les attitudes et règles vestimentaires en situation professionnnelle.

Conseiller, accompagner mais aussi rassurer

La préparation en amont de la recherche de stage s’avère essentielle, non seulement au niveau du savoir faire, mais aussi, du savoir être notamment en termes d’estime de soi, d’image, d’oralité et de communication. Un des professionnels présents l’a souligné : "le recruteur recherche du savoir être".

Cet exercice de simulation d’entretien en face à face permet de valoriser le potentiel de chaque élève lors de la phase orale. Ils ont pris progressivement conscience de leurs points forts et de ceux restant à améliorer.

Premier "stage dating" en classe de seconde <abbr title="certificat d'aptitude professionnelle">CAP</abbr> À travers le regard des professionnels et de leurs précieux conseils, les jeunes gens ont appris à gagner :
- confiance en eux
- en autonomie
- en maturité

Dans le cadre de l’atelier "estime de soi", ils ont pu prendre conscience que l’apparence est primordiale, surtout dans le domaine de la vente. Que ce soit au niveau du code vestimentaire, de la posture, du regard. Il faut faire attention à l’attitude globale, y compris au langage employé.

Des pistes d’amélioration sont à envisager pour beaucoup. Mais la pratique et l’entrainement devraient permettre de venir à bout des ces lacunes.

Des bénéfices réels sur le long terme

Cette première expérience permet d’entrevoir de nombreuses perspectives et devrait être renouvelée : "CAP(able) ou pas CAP(able)" . En effet, elle élargit la réflexion sur les publics bénéficiant des sessions Talents d’avenir.

Premier "stage dating" en classe de seconde <abbr title="certificat d'aptitude professionnelle">CAP</abbr> La majorité des élèves ont trouvé cette expérience enrichissante. Ainsi, pour Wesley, ces ateliers sont "franchement utiles, on est mieux armé pour la recherche de nos prochains stages".

À travers cet intérêt porté à des jeunes aux besoins spécifiques (élèves allophones ou en situation de handicap), la communauté éducative leur témoigne une certaine confiance quant à leur futur projet professionnel, en les considérant comme des adultes.
Tous ont réussi à trouver un terrain de stage pour le mois de novembre !

Contact

Caroline Corpel, professeure de vente au

25
Lycée professionnel
Tristan Bernard - Besançon
Informations complètes


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon