R

Accueil > DSDEN > Actualités > REFER 2017 : "Sciences pour tous" et "Lumière sur les sciences (...)

Rubrique Actualités

mercredi 18 janvier 2017

REFER 2017 : "Sciences pour tous" et "Lumière sur les sciences !"

Jusqu’au 23 janvier, les inscriptions sont encore possibles pour le projet "Sciences pour tous" et le concours "Lumière sur les sciences !".

REFER 2017 : "Sciences pour tous" et "Lumière sur les sciences !" Prenez rendez-vous avec les sciences avec le projet "Sciences pour tous" et/ou le concours "Lumière sur les sciences !". Ce projet veut placer les élèves dans un contexte d’interdisciplinarité, notamment avec les sciences et le français. Il permettra aux élèves de comprendre l’importance de l’explicitation et du vocabulaire utilisé dans l’apprentissage des sciences par le biais de la production d’une capsule vidéo de vulgarisation scientifique.

Enfin, comme lors de l’édition précédente, le concours de Twittérature est basé sur les mots proposés par l’opération "Dis-moi dix mots". Les inscriptions et les productions sont ouvertes entre le 1er décembre 2016 et le 6 février 2017. Alors testez ces nouvelles formes d’écriture qui font honneur à la poésie !

Site du REFER

 
vendredi 23 décembre 2016

Regroupement des classes sur un seul site scolaire

L’inspecteur d’académie du Doubs, les élus des communes de Fontain, Arguel, La Vèze, Pugey et le président du syndicat intercommunal Fontain, Arguel, La Vèze s’engagent à faire évoluer l’offre scolaire et éducative du territoire concerné.

Le protocole d’engagement est signé le 12 décembre 2016 à l’école primaire de Fontain.

Regroupement des classes sur un seul site scolaire Ce protocole s’inscrit dans le schéma pluriannuel d’aménagement de l’offre scolaire et éducative des territoires ruraux du Doubs. Il vise à promouvoir le regroupement des classes et des activités périscolaires au sein de sites mutualisés formant des pôles scolaires et éducatifs. Ce schéma départemental a vocation à maintenir et à développer une offre pédagogique et éducative ambitieuse et de qualité sur l’ensemble des territoires ruraux.

En échange de l’engagement des collectivités à regrouper leurs classes, des mesures d’accompagnement sont prises par l’État, tant au niveau du subventionnement des travaux que des mesures liées aux opérations de carte solaire. Le Syndicat intercommunal Fontain, Arguel, La Vèze) et les élus des communes concernées ont pris la décision de regrouper à la rentrée scolaire 2018 l’ensemble des élèves d’âge maternel et élémentaire à l’école de Fontain. Des travaux d’extension et de rénovation seront mis en œuvre au cours de l’année 2017 et début 2018.

Le protocole précise l’évolution de l’offre scolaire et les engagements par chaque signataire.

 
vendredi 23 décembre 2016

Les élèves de Saint-Vit revisitent l’art contemporain

Dans le cadre d’un partenariat entre l’artothèque de l’Ascap, la commune de Saint-Vit et l’éducation nationale (DSDEN du Doubs), les trois écoles communales - Jouffroy d’Abbans, Ledoux et Roussey - ont accueilli pendant trois mois plusieurs œuvres d’art.

L’animal, thématique si familière aux enfants, qui inspire et nourrit toujours autant leur imaginaire a servi de fil directeur. Retour sur un projet et une exposition !

Amener l’art au plus près de l’enfant, vers une démarche artistique avec les élèves

Le projet pédagogique a fédéré les trois écoles de la commune, leurs équipes pédagogiques et les élèves de toutes les classes, de la petite section de maternelle au CM2 (1e année du cycle 4).

Les élèves de Saint-Vit revisitent l'art contemporainPour conduire leurs séances, les enseignants ont pu disposer d’une collection de quinze œuvres originales prêtées gracieusement par l’artothèque de l’Ascap* et installées depuis septembre dans chacune des écoles. Les conseillers pédagogiques, Christelle Simonin de l’équipe de circonscription de Besançon 4 et Jean-Paul Jorrot dans sa spécialité en arts visuels leur avaient proposé quelques pistes d’exploitation en classe.

Il s’agissait dans tous les cas de donner aux élèves des clés de lecture d’une œuvre d’art. La présence quotidienne, somme toute insolite, d’œuvres originales dans les locaux scolaires pendant trois mois les a rendues chaque jour un peu plus familières, favorisant la découverte sensible et l’observation, aiguisant le regard, stimulant les échanges lors des visites de groupes. Cette proximité des élèves avec la création ne pouvaient ensuite que les engager dans une démarche de création et de pratique artistique par rapport à une ou plusieurs œuvres et ainsi enrichir leur parcours d’éducation artistique et culturels (PEAC).

Ce qui a donné lieu à une très belle exposition valorisée à la médiathèque de Saint-Vit jusqu’aux fêtes de fin d’année. Parents élus, enseignants et élus de la commune ainsi que l’équipe de la circonscription d’inspection avaient ainsi pu découvrir les productions toutes aussi originales mises en vue aux côtés de celles des artistes dans lesquelles les élèves ont puisé leur inspiration. Avec des approches différentes et des matériaux divers.

Le partenariat pour favoriser l’accès à la culture

Les élèves de Saint-Vit revisitent l'art contemporainPendant trois mois, 500 élèves ont ainsi bénéficié de cette rencontre privilégiée avec des créations originales et de qualité installées dans des espaces éloignés des lieux de culture, et dans des conditions muséales.

Le projet pédagogique n’aurait pu se concrétiser sans le précieux concours de l’Ascap qui a prêté une partie de son fonds, de la commune de Saint-Vit qui a pris en charge la logistique et le financement du transport et de l’assurance des tableaux ainsi que de la direction des services départementaux de l’éducation nationale du Doubs.

* L’artothèque de l’association sportive, culturelle des automobiles Peugeot de Montbéliard (Ascap) rassemble environ 1 300 œuvres originales qu’elle met à disposition tant des particuliers que des structures éducatives ou culturelles, favorisant ainsi la promotion et la diffusion de l’art contemporain en organisant des visites, conférences, animations, stages ou prêts à destination de tous. C’est un concept différent de celui des musées : l’art peut y être touché, manipulé, déplacé, emporté : il n’est pas réservé à une élite.

Contact

Mission départementale art et culture à la DSDEN du Doubs, pilotée par Claire Bouiller, inspectrice
Tél. 03 81 65 48 81
Courriel

Galerie


 
vendredi 16 décembre 2016

À l’école Helvétie : l’allemand, natürlich !

Le mardi 6 décembre dernier, l’école maternelle bisontine avait rendez-vous avec l’Allemagne pour la présentation d’une des séances de sensibilisation à la langue allemande dont bénéficient désormais tous les élèves.

C’est en présence de Catherine Thenot-Moll, directrice de l’école maternelle franco-allemande de Fribourg-en-Brisgau et Marie-Christine Clerc-Gevrey, IA-IPR d’allemand que l’équipe et les élèves de la maternelle Helvétie ont fêté le 6 décembre leurs quatre premiers mois d’expérience d’école bilingue.

Un réseau franco-allemand des écoles maternelles bilingues

Écoles maternelles bilingues Élysée 2020 Cette action s’inscrit dans le cadre d’un partenariat formalisé il y a trois ans et marque l’entrée de l’école maternelle Helvétie dans le réseau franco-allemand des "Écoles maternelles bilingues Élysée 2020", réseau constitué de 63 écoles françaises issues de six académies et de 73 Kindergarten.

Cela traduit le début d’une expérimentation linguistique majeure.
Ce projet contribue en effet à la diversification de l’offre de formation en langues dans l’académie et par conséquent, à la relance de l’apprentissage de l’allemand dès le début du parcours scolaire.

Séance de sensibilisation à la langue allemande

Séance de sensibilisation à la langue allemande Après une entrée théâtralisée, proposée par des élèves de grande section, les écoliers ont entonné une comptine intitulée "Guten Morgen".

Les enfants ont ensuite participé à des ateliers consacrés à la Saint Nicolas puis à des jeux collectifs. La séance s’est achevée par une chanson intitulée : "Alle Leut’".

Dans le cadre de ce projet Elysée 2020, Birgitt Jalaguier, d’origine allemande, accompagne l’équipe enseignante de la maternelle Helvétie à raison de 12 h de sensibilisation linguistique auprès de tous les élèves, de la toute-petite à la grande section.

Cette expérience, qui n’en n’est qu’à ses débuts augure de belles perspectives non seulement linguistiques mais également humaines, culturelles, pédagogiques...

"Dem Projekt wünschen wir langes Leben !"

 
jeudi 8 décembre 2016

"Votre enfant passe le brevet"

Une brochure à destination des parents d’élèves qui regroupe les informations essentielles concernant la session 2017 du diplôme national du brevet (DNB) dont les épreuves écrites se tiendront le 29 et 30 juin 2017.

Ce document précise les modalités de passation du DNB et les nouveautés liées à la mise en œuvre de la réforme du collège. Il met notamment l’accent sur les nouvelles modalités de l’évaluation du contrôle continu par l’attribution de points en fonction des niveaux de maîtrise des huit composantes du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Par ailleurs, la brochure précise également le contenu des deux épreuves écrites et les disciplines que chacune d’elles comporte. Elle détaille la nouvelle épreuve orale qui pourra porter sur un projet conduit dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires ou des parcours éducatifs. Enfin, elle précise le calendrier de l’examen, les principales dates à retenir et met l’accent sur l’importance de la cérémonie républicaine de remise de diplôme.

"Votre enfant passe le brevet"

 
mardi 15 novembre 2016

Les enfants ont des droits !

Pour les promouvoir, les défendre, reconnaître leurs spécificités : des actions, des ressources, des temps forts.

Un temps fort international : la journée du 20 novembre

Le 20 novembre marque l’adoption par les Nations unies (ONU ) de la convention internationale des droits de l’enfant.

Comme dans de nombreux pays, elle est un moment privilégié pour nous sensibiliser tous à la question des droits essentiels reconnus pour tous les enfants de par le monde : droit à être éduqués, soignés, protégés, droit de s’amuser, d’apprendre, de s’exprimer.

Les enfants ont des droits !Chaque année, à cette occasion, diverses manifestations sont organisées et les actions éducatives menées tout au long de l’année y sont valorisées. Les établissements scolaires ont pu ou peuvent se saisir de ce temps fort comme support pédagogique pour un projet d’éducation à la santé et à la citoyenneté.

En tant que lieu d’éducation et de prévention, l’école tient en effet, ici, un rôle indéniable aux côtés des parents, pour faire connaître le contenu de la convention aux élèves, en faciliter leur compréhension, développer avec eux une réflexion sur les sujets évoqués, en débattre, produire, agir. L’accent peut être mis sur la protection des enfants et adolescents contre toutes les formes de violence (violence du harcèlement par exemple).

En cela, l’éducation aux droits de l’enfant en particulier, aux droits de l’homme en général, s’inscrit dans le projet global de formation de l’élève défini dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture et dans les programmes de cycles ; elle peut contribuer à la construction du parcours citoyen de chaque élève (circulaire n° 2016-092 publiée au BOEN du 23 juin 2016).

Des partenaires, des ressources

L’Unicef

Dans ses trois consultations nationales, la délégation Unicef en France avait donné la parole aux enfants et adolescents de 6 à 18 ans, qui avaient été invités à s’exprimer et à répondre sur les sujets qui les concernent dans leur quotidien : éducation, loisirs, santé, sécurité. Partenaire de longue date du ministère mais aussi de l’académie de Besançon (voir la convention d’application de l’accord cadre signée le 29 mars 2013) l’Unicef créé des ressources pédagogiques, fait intervenir des bénévoles dans les classes, accompagnent les clubs Unicef des établissements secondaires. Localement, l’Unicef est très investie. Retrouvez ses programme d’animations autour de la journée du 20 novembre, à Besançon, Morteau et en région.

Programme Besançon
Programme Morteau
Programme Franche-Comté
Fiche pédagogique
Panneau pédagogique

Le concours d’affiches "Agis pour tes droits, de l’expression à l’action"

Les enfants ont des droits !Les Francas, association éducative complémentaire de l’enseignement public, organisent le concours sous le patronage du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. L’action, inscrite au programme national des actions éducatives 2016-2017 est opérationnelle tout au long de l’année.

Pour approfondir

Éducation nationale
Journée des droits de l’enfant
Nations unies
Unicef
Défendre les droits des enfants

 
mardi 25 octobre 2016

"Pas de fatalité" au collège des Quatre Terres à Hérimoncourt !

Un premier prix national au concours des clés de l’éducation routière a été remis au collège le mercredi 28 septembre dernier à Paris.

Le prix a été remis le 28 septembre dernier au ministère de l’Éducation nationale à Paris. Les élèves ont pu échanger quelques mots dans les jardins du ministère avec Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche à l’issue de la cérémonie.

Un prix, un projet

"Pas de fatalité" au collège des Quatre Terres à Hérimoncourt !Organisé tous les deux ans par les associations de prévention routière avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale, le concours "Les clés de l’éducation routière" a pour objectif de récompenser et de faire connaître les initiatives les plus originales et les plus marquantes menées en matière d’éducation routière dans tous les types d’établissements scolaires, publics et privés, premier et second degrés, professionnels, spécialisés et adaptés.

La genèse du projet

Nicolas Tornare, professeur d’éducation musicale et professeur principal de la classe de 5e B, par ailleurs lauréat du concours en 2014, a initié l’idée d’une collaboration avec ses collègues, Didier Bas, professeur de mathématiques et sciences physiques et Stéphane Monget, conseiller principal d’éducation (CPE), pour construire un projet de classe autour d’une thématique éducative et en lien avec le parcours citoyen.

L’élément premier est la configuration particulière du collège des Quatre-Terres, qui comprend deux sites séparés par une voie semi-piétonne : ceci contraint les élèves et les personnels à emprunter quotidiennement cette rue pour se rendre d’un site à l’autre plusieurs fois par jour, c’est pourquoi il est apparu nécessaire d’entreprendre un travail de sensibilisation et de prévention.


Second constat, lors de sorties scolaires ou aux abords de l’établissement, le développement chez les élèves de comportements les mettant potentiellement en danger : perte de vigilance, usage des téléphones portables ou MP3 sur la chaussée, non-respect des règles élémentaires de sécurité dans les transports scolaires ou en tant que piétons ou cyclistes...

Les objectifs pédagogiques et éducatifs

L’éducation à la sécurité routière est tout à la fois une éducation à la responsabilité, un ensemble de savoir-être, de savoir-faire, mais aussi une opportunité pour travailler à la compréhension des règles et des exigences de la vie collective et de leur bien-fondé. Ceci présente un intérêt évident au collège, où sont accueillis des adolescents en construction et en demande de repères.

Un des premiers objectifs était de faire acquérir aux élèves des connaissances sur les causes et les conséquences personnelles, sociales ou encore professionnelles des accidents de la route, notamment chez les jeunes usagers. Ce travail a permis également de préparer de manière active l’examen de l’attestation scolaire de sécurité routière de 1er niveau (ASSR)1, examen que les élèves sont tenus de passer en fin d’année de 5e et qui s’inscrit dans un continuum éducatif qui court de l’école primaire jusqu’au lycée.

La réalisation du projet

"Pas de fatalité" au collège des Quatre Terres à Hérimoncourt !Le travail a été essentiellement réalisé sur l’heure de vie de classe du vendredi matin (une par quinzaine). Conduites par les professeurs, les séances au collège ont souvent été conduites en deux temps :
- un temps d’écoute et de prise d’informations lors du visionnage de vidéos et questions/réponses,
- un temps de production, au cours duquel il a été demandé aux élèves de s’organiser de manière autonome en différents groupes, de répartir les fonctions puis de travailler sur les contenus : choix de la thématique à traiter, travail d’imagination sur des scénarii possibles, représentation sous la forme de croquis puis de story-boards, travail d’amendement des productions si elles s’avéraient mal construites, irréalisables, peu lisibles.

Il a été par ailleurs demandé aux élèves de produire les messages et slogans à introduire dans les vidéos, d’effectuer des recherches sur le champ lexical de la sécurité routière afin de créer un slam avec différents couplets et un refrain.

Un effort important a été consenti par les élèves lors du tournage lui-même : les rôles et fonctions déterminés en amont et précisés dans les story-boards ont globalement été respectés : réalisateur, preneur de son, cadreur, photographe, clap, responsable de la sécurité, acteurs, caméra making off. Les auteurs des scénarii retenus ont gardé la maîtrise de leur choix dans le déroulé du scénario, dans les différents plans sélectionnés et ont été systématiquement les réalisateurs de leur séquence lors du tournage, les élèves ont pu acquérir "sur le terrain" quelques compétences techniques dispensées par la société de production ainsi que le vocabulaire usuel du cinéma. Enfin, les élèves ont chanté et écrit eux-mêmes les paroles du slam qui accompagne le générique de fin.

Un partenariat précieux

Le projet a été conduit avec la direction départementale des territoires du Doubs qui a proposé des contenus et participé personnellement à la formation des élèves dans le domaine de la sécurité routière. Les élèves ont ainsi pu assister à un crash test à Sochaux et visionner des témoignages de jeunes accidentés de la route. Le projet prévoyait également une visite du Centre de réadaptation fonctionnelle Bretegnier à Héricourt en Haute-Saône. La contribution financière du pôle sécurité routière du Département du Doubs a en outre permis de s’attacher les services d’une société de production bisontine qui a contribué à donner une qualité professionnelle aux productions vidéos imaginées par les élèves.

Pour aller plus loin

Le palmarès du concours

Éducation à la sécurité routière, les ressources d’Eduscol

25
Collège
des Quatre Terres - Hérimoncourt
Informations complètes

 
mercredi 12 octobre 2016

La "Tablette des parents" au collège Jean-Jaurès de Saint-Vit

Une rencontre avec l’équipe éducative pour faire découvrir aux parents d’élèves les nouveaux outils numériques et les pratiques pédagogiques inhérentes.

Cécile Beisser-Voignier, proviseure vie scolaire, Annick Jacquemet, première vice-présidente du Conseil départemental du Doubs et Didier Colladant, principal de l’établissement ont accueilli les 52 parents inscrits.

Objectifs

La Tablette des parents au collège Jean-Jaurès de Saint-Vit
- exposer les enjeux des usages du numérique éducatif
- faire découvrir le collège connecté et tous les équipements numériques proposés aux élèves
- faire vivre des expériences numériques aux parents.

Après une présentation générale du collège connecté, les parents ont été répartis en trois ateliers animés par trois enseignants :
- créer une carte mentale, Sandrine Mano
- utiliser les applications en éducation musicale, Julie Marchal
- réaliser un sondage dans la classe avec une tablette, Pierre Prost.

Grâce au Conseil départemental du Doubs et aux services du rectorat, le collège connecté dispose de :
- 33 bornes Wi-Fi (couverture totale de l’établissement y compris les installations sportives : salle de gymnastique sur le site et gymnase excentré),
- 196 tablettes iPad Air
- huit chariots de transport et de chargement,
- un module de synchronisation.

Des actions de formations sont régulièrement proposées aux enseignants ainsi que des pauses numériques où se déroulent des démonstrations et des mutualisations des pratiques innovantes dans le domaine des usages du numérique éducatif.

Perspectives

La Tablette des parents au collège Jean-Jaurès de Saint-Vit
- collaboration avec les écoles primaires du secteur du collège dans le cadre du conseil école collège : utilisation expérimentale de l’environnement numérique de travail ÉNOÉ par les élèves de l’école de Torpes et de Dannemarie-sur-crête.
- affectation régulière de professeurs stagiaires au collège Jean Jaurès ainsi que les stages effectués par les étudiants de l’ESPE en M1 et en M2 démontrent que l’ESPE de Besançon est un partenaire pertinent et privilégié dans l’essaimage des nouvelles pratiques basées sur l’utilisation des outils numériques. La proximité géographique et la facilité d’accès du collège renforcent cette dimension dans le cadre de la formation initiale.
- mise en place du Comité des usages du numérique dans l’établissement.
- partenariat avec le lycée agricole Granvelle de Dannemarie-sur-Crête dans le projet e-FRAN (Silva numerica : apprendre la forêt par simulation)
- appui sur le tissu local qui permet d’intensifier le partenariat avec les associations d’aide aux devoirs afin d’accompagner l’usage progressif des tablettes hors du collège dans un avenir proche.

Partenaires

- Canopé, 6 rue des Fusillés 25000 Besançon - Bertrand Formet,
- ESPE, 57 Avenue Montjoux 25000 Besançon - Christophe Reffay
- Saint Vit informatique, 1 bis rue du Four 25410 Saint-Vit - Philippe Michaud,
- Vitae, association d’aide aux devoirs, 1 bis rue du Four 25410 Saint-Vit - Florence Pierre.

Tout savoir sur la "Mallette des parents"

Contact

25
Collège
Jean Jaurès - Saint-Vit
Informations complètes

 
mercredi 12 octobre 2016

Le grand rendez-vous annuel avec le monde de la recherche, c’est encore jusqu’au 16 octobre !

Près de 1 400 élèves de classes primaires et secondaires, du Doubs pour la majorité d’entre elles, sont attendus sur les deux journées qui leur sont entièrement réservées, les 13 et 14 octobre prochains.

Le grand rendez-vous annuel avec le monde de la recherche, c'est encore jusqu'au 16 octobre ! Depuis le village des sciences, lieu central de la manifestation, installé pour l’occasion sur le campus universitaire de La Bouloie à Besançon, les élèves pourront visiter la nouvelle exposition de la Fabrikà sciences, découvrir l’observatoire, participer à des ateliers expérimentations animés par de jeunes chercheurs qui expliqueront leurs travaux et, pour les collégiens et lycéens, visiter des laboratoires. Au programme également des ateliers démonstrations en géographie, mathématiques, sur la biodiversité, les cellules humaines…Et même assister à un spectacle scientifico-burlesque !

Depuis 25 ans, la fête de la science est un temps fort de rencontres et d’échanges entre les chercheurs et les citoyens, une occasion privilégiée pour découvrir les métiers et les différents domaines de la recherche, ainsi que l’actualité de leurs travaux.

Deux journées sont ouvertes au tout public.

Demandez le programme en région !

 
mercredi 21 septembre 2016

"Tous différents ? La chance !"

La lutte contre toute forme de discrimination est le thème choisi par l’association D’une langue à l’autre (Dulala) pour la 2e édition de son concours Kamishibaï plurilingue.

Le concours Kamishibaï plurilingue propose aux professionnels de l’éducation et aux enfants un projet ouvert sur la diversité de langues, à travers la création d’une histoire utilisant au moins quatre langues et adaptée à l’outil Kamishibaï.

"Tous différents ? La chance !"Le Kamishibaï, littéralement "théâtre de papier" en japonais, se présente sous la forme d’un castelet en bois (butaï). Ses volets ouverts, les enfants découvrent les illustrations tandis que le narrateur lit le texte en faisant défiler les planches les unes après les autres. Chaque planche met en scène un temps du récit, avec au recto l’image et au verso le texte.

Mobile et ludique, le Kamishibaï, permet non seulement de raconter des histoires aux enfants, mais se révèle aussi être un réel outil pédagogique pour favoriser l’apprentissage de la lecture, de l’écriture, de l’expression orale et artistique.

Deux classes du Doubs ont participé à la 1e édition du concours : l’école maternelle Lamartine et la classe UPE2A de l’école Jean Macé à Besançon. Retrouvez leurs belles productions en ligne.

Si vous-même souhaitez faire concourir vos élèves

Le calendrier

- inscription avant le 15 octobre 2016. Le nombre de places étant limitées à 80, nous vous conseillons de vous pré-inscrire par courriel.
- réception de votre kamishibaï plurilingue avant le 6 mars 2017

Tout savoir sur le concours et s’inscrire


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon