R

Accueil > DSDEN > Actualités > Des métiers verts... à la parité hommes-femmes

Rubrique Actualités

mardi 5 avril 2016

Des métiers verts... à la parité hommes-femmes

Journée de découverte du monde professionnel : les métiers verts et les métiers verdissants au collège Xavier Bichat d’Arinthod

Pas le temps de coller des poissons d’avril le 1er avril ! Les collégiens accueillaient à cette date des partenaires essentiels à la réalisation du projet d’établissement dans le domaine du développement durable et du "Parcours avenir". Les professionnels et élus de différents secteurs ont partagé la passion de leurs métiers avec les élèves et les équipes éducatives d’Arinthod. Les collégiens ont présenté les travaux réalisés à l’occasion des différents échanges ou visites de l’année, notamment les audits E3D du site de "Smoby Toys", de producteurs locaux fournisseurs du collège et des services de la Communauté de communes.

Des métiers verts...à la parité hommes-femmesLes témoignages étaient très riches et concernaient tous les secteurs de l’économie. À l’heure actuelle, les métiers liés aux considérations écologiques attirent de plus en plus d’élèves mais, contrairement aux idées reçues, peu d’entre eux sont exclusivement dédiés à la préservation de la nature.

Les élèves ont pu découvrir ainsi des métiers verts et des métiers verdissants. Ils ont surtout côtoyé des professionnels locaux, qui œuvrent pour la protection de leur territoire non seulement par le biais de l’assainissement, du traitement des déchets, de la gestion des forêts ou du programme "Natura 2000" mais aussi par une gestion attentive du bilan carbone de leur outil de production. Ils ont pris conscience des efforts dans ce domaine d’entreprises, d’exploitations ou de collectivités locales qui vont même au-delà des normes requises.

Il était demandé aux intervenants d’aborder le sujet de la mixité professionnelle dans leurs secteurs respectifs. Cela a donné lieu à quelques échanges très constructifs, grâce au travail des élèves sur les métiers du bâtiment au féminin.

L’après-midi était consacrée à des rencontres avec des professionnels d’autres secteurs, à la demande des élèves.

Contact

Claudine Bride, principale

39
Collège
Xavier Bichat - Arinthod
Informations complètes

 
jeudi 17 mars 2016

Tous codeurs !

Jean-François Chanet, recteur de l’académie, est allé à la rencontre des élèves de CM1-CM2 de l’école du Chat Perché d’Orchamps. Au programme : initiation au code informatique et découverte des algorithmes.

Jean-François Chanet et Léon Folk, IA-DASEN du Jura, étaient entourés du président de la communauté de commune du Jura Nord, d’un représentant de la mairie d’Orchamps, de responsables du périscolaire et du service enfance jeunesse ainsi que de représentants de parents d’élèves et personnels de l’Éducation nationale. Ils ont assisté à une séance d’apprentissage durant laquelle les élèves faisaient évoluer l’histoire qu’ils avaient inventée avec "Scratch", un logiciel de programmation. En aucune façon perturbés par l’aréopage, les élèves sont restés concentrés sur leur travail.

Tous codeursCette démarche expérimentale est basée sur l’élaboration d’hypothèses, l’argumentation et la justification : les écoliers font l’apprentissage du code de manière progressive en avançant par tâtonnement et à travers une démarche de résolution de problèmes concrets. En effet, au delà des définitions (codage : transcription d’information selon une écriture définie / programmation : rédaction d’instructions pour faire effectuer à un objet une suite d’actions définies), les élèves ont des questionnements simples et logiques :
- comment faire progresser le "creeper" (allusion à un monstre du jeu Minecraft) dans le jeu qu’ils créent ?
- comment séquencer une série d’actions ?

Il s’agit également d’une démarche transversale : programmation informatique mais également français (rédaction d’une histoire), arts visuels (invention de décors), autonomie et initiative, éducation aux médias et à l’information et pratiques numériques réfléchies et raisonnées.

Une action innovante qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie pour faire entrer l’École dans l’ère du numérique

Contact

DANE académie de Besançon
Courriel
Site

 
jeudi 17 mars 2016

"Destination francophonie"

Francophonie et numérique : le collège de l’Arc à Dole fête la Semaine de la langue française et de la francophonie !

L'école change avec le numériqueÀ Dole, Léon Folk, IA-DASEN du Jura, représentant le recteur et accompagné d’élus, a assisté à la présentation d’un projet conduit par des élèves de 6e, en présence de parents d’élèves, de réservistes citoyens et de la DANE.

Dans le cadre du rendez-vous des écoles francophones en réseau (REFER), ces élèves, suite à la proposition de leur professeur de mathématiques, François-Xavier Maisier, se sont inscrits au projet "Destination francophonie". Leur mission était de proposer à des camarades de Korca, en Albanie, des parcours de découverte de la ville de Dole. C’est ainsi qu’ils ont réalisé un parcours historique et un parcours "culture et loisirs". Pour transmettre ces itinéraires à leurs correspondants numériques, rien de tel que des capsules vidéos élaborées avec les outils qu’ils avaient à disposition au collège, inscrit dans le plan numérique national. Les tablettes, équipements mobiles individuels, leur ont en effet permis de capter images et son au sein de la ville de Dole. Puis les montages vidéos ont permis de finaliser le projet. À leur tour, ils ont bénéficié d’une présentation de la ville de Korce en Albanie.

Les avantages d’une action transversale

Pour les élèves

- une nouvelle manière de calculer, "pour de vrai", les distances et le prix du voyage en mathématiques
- une approche ludique et engageante du travail de l’oral et de l’écrit en français
- une manière de voir autrement l’histoire et la géographie.

Ils ont également aimé être dans une "approche projet", en situation réelle et découvrir qu’en Albanie, les élèves parlent français eux aussi. Une élève du collège a d’ailleurs su, du fait de ses origines, traduire des textes en albanais, pour surprendre les correspondants de Korca.

Pour les professeurs

Ils se sont dit fiers de leurs élèves, de ce qu’ils avaient appris et produit, et très satisfaits du travail interdisciplinaire conduit. C’est une manière anticipée d’aborder les enseignements de pratiques interdisciplinaires (EPI) et de s’ancrer dans l’anticipation de la réforme pédagogique du collège de façon concluante.

Des projets pour l’avenir

Le souhait de la classe d’Albanie, de venir voir "en vrai" leurs camarades dolois ou encore l’idée émise par un intervenant de la réserve citoyenne de mettre à disposition de l’Office de tourisme la production vidéo des élèves. Ce projet virtuel dans le cadre du REFER est décidément très réel et humain. L’école change avec le numérique, et nous aussi !

Contacts

DANE académie de Besançon
Courriel
Site

39
Collège
de l'Arc - Dole
Informations complètes

 
mercredi 16 mars 2016

"48 heures de sciences et techniques en tous genres"

Dix élèves de 4e du collège Marcel Aymé de Chaussin ont pu réfléchir à la mixité dans les sciences et techniques dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes

Après l’opération "sciences et techniques en tous genres" à l’UFR des Sciences et techniques à Besançon, la visite de labos (Utinam, Chronoenvironnement, Biochimie, Femto-st et IUMM/incubateur) et la représentation de la pièce "Les femmes de génie sont rares ?" par La comédie des Ondes, une délégation de 10 élèves de 4e du collège Marcel Aymé de Chaussin a été invitée par Monsieur le Préfet du jura et Monsieur le Directeur de la Cohésion sociale à Lons-le-Saunier lors de la journée de la femme du mardi 8 mars 2016 pour présenter oralement une restitution de la place des femmes dans les sciences et techniques, les parcours de formation et leurs ressentis issus des deux manifestations.

Restitution des activités par les élèves

Visite du labo de biochimie

Cléo Rossignol et Maëlle Hoareau.
"48 heures de sciences et techniques en tous genres"
- M. : Dans un premier temps, nous allons vous parler d’une femme que nous avons rencontrée à l’UFR des Sciences et techniques de Besançon et ensuite nous vous parlerons du cancer du sein.
- C. : La femme que nous avons rencontrée se nomme Aurore Topain. Elle a suivi un cursus très précis qui est le suivant : bac STL, BTS (elle aurait pu s’arrêter là, mais son envie de réussir est plus forte). Alors elle a continué et a fait une licence pro et un master pro, pour arriver au niveau de doctorante.
- M. : Aurore exerce son savoir au laboratoire de biochimie dans lequel elle est chercheuse sur les cellules cancéreuses du sein. Ce laboratoire compte 16 personnes dont un homme. Ce qui m’a surprise !
- C. : Pourquoi donc ça t’a surprise ?
- M. : Car, dans les têtes de tout le monde, il y a plus d’hommes exerçant des métiers scientifiques.
- C. : Je tiens à préciser qu’Aurore Topain, qui, jusqu’à preuve du contraire, n’est pas un homme, a le même savoir que celui-ci.
- M. : Très bien. Nous allons maintenant vous parler du cancer du sein.
- C. : Nous avons observé, à l’aide d’un microscope qu’il existe deux sortes de cellules cancéreuses, l’une plus dangereuse et agressive que l’autre.
- M. : La plus dangereuse a une forme très allongée et peut se reproduire plus facilement, et l’autre est de forme ronde, de multiples cercles sont serrés les uns contre les autres.
- C. : Notre fameuse Aurore a choisi de faire des recherches sur le cancer du sein car une femme sur huit est atteinte de cette affection.
- M. : Cette sortie m’a appris beaucoup car j’ai eu l’occasion de visiter une université, des laboratoires et de voir en vrai les machines utilisées dans les "Experts". J’ai eu aussi la chance de rencontrer une scientifique aussi gentille que passionnée. Alors je remercie Aurore pour nous avoir accueillie dans son laboratoire.
- C. : Et pour moi, cette sortie était très culturelle, car j’ai pu apprendre beaucoup de choses et l’existence d’objets dont je ne suspectais même pas l’existence. Aurore Topain est une personne vivante et passionnée, on buvait ses paroles. J’ai également été surprise par le matériel mis à disposition et par la grandeur des salles. J’ai adoré cette sortie et mon esprit s’est ouvert à la science.

Visite du CFAI

Mattéo Charton

"Bonjour, je m’appelle Mattéo Charton et je viens du collège Marcel Aymé de Chaussin. Le jeudi 11 février 2016, nous avons visité l’université des sciences de Franche-Comté. Puis avec mon groupe, nous sommes allés visiter le CFAI. Il en existe six en Franche-Comté.
Ils informent, conseillent et orientent les jeune :
- au choix d’un diplôme : bac pro, CAP, ingénieur et plus de 28 formations industrielles
- au choix d’un métier dans les secteurs suivants : mécanique, chaudronnerie, électronique, maintenance, plasturgie, micro-technique, informatique, domotique, et bien d’autres.

Les chiffres du centre :
- 900 apprentis formés chaque année
- plus de 600 entreprises partenaires
- 93 % des apprentis ont un emploi à l’issue de la formation.

Dans cette entreprise, j’ai visité les locaux où se tiennent toutes les machines, j’en ai vu d’impressionnantes comme l’imprimante 3D.Dans cette entreprise, j’ai remarqué qu’il avait autant de garçons que de filles pour ce qui est des cadres et enseignants. Mais au niveau des élèves la majorité revient largement aux garçons.

Sur les femmes dans la science, car c’est quand même le thème principal, je vais prendre l’exemple de Gudrun Bornette, une scientifique aguerrie et au parcours quelque peu atypique : au lycée, elle a d’abord commencé par une seconde L puis en voyant que cela ne lui plaisait pas, elle a retravaillé ses maths pour faire une première scientifique. Après cela, elle est devenue la scientifique qu’elle est aujourd’hui. Cette femme a su lutter face aux clichés et elle est arrivée au bout de ce qu’elle voulait faire. Elle est la preuve que tout est possible si on le veut !
"

Visite de Femto-St

Shanelle Arthus, Clarisse Bigueur, Valentin Frebault, Coralie Perrot

S. : Le jeudi 11 février, nous avons été visités l’Université de Sciences et Techniques de Besançon. On a été dans les laboratoires Femto ce qui signifie Franche-Comté électronique mécanique thermique et optique.
V. : Quatre scientifiques nous ont accueillis : Chloé Rotty, Aurore Toppin, Étienne Coffy et Gudrun Bornette, puis ils nous ont présenté leurs parcours, leurs études et en quoi consiste leur travail. Étienne Coffy est un doctorant aussi appelé thésard. Avant d’être doctorant, il a fait un bac scientifique et il est parti en école d’ingénieur.
C. : Il nous a emmenés dans son laboratoire où il nous a expliqué sa thèse qui consiste à étudier la propagation des ondes élastiques dans un solide. Il nous a dit que si on touche du métal, il aspire la chaleur de notre corps et la diffuse.
V. : Ensuite, il nous a laissés avec Séverine Denis qui nous a présenté les lasers. Elle nous a expliqué que certains sont assez puissants, qu’ils pourraient couper une feuille.
Co. : Elle nous a ensuite parlé des hologrammes. Des lasers verts donnaient de la perspective à une image imprimée sur une vitre, ce qui nous donnait une impression de réel, on croyait vraiment qu’on pouvait toucher ce qui était derrière.
S. : Après, on a parlé des fibres optiques, elle nous a montré et expliqué qu’une fibre optique est composée d’un ensemble de raies très fines même plus fines qu’un cheveu. Elle la propriété d’être un conducteur de données et de lumière et sert dans la transmission.
C. : Moi, ce qui m’a surprise, c’est de savoir qu’il existe seulement deux machines dans le monde qui mesure la vitesse de dispersion des ondes.
S. : J’ai été impressionnée par les hologrammes parce qu’on aurait vraiment dit que si on passait derrière la vitre, les objets seraient là, mais non.
V. : J’ai préféré la journée du jeudi à la pièce de théâtre du vendredi parce que les personnes du théâtre avaient un sujet ciblé, le contraire de l’Université. On a observé plusieurs activités.
Co. : Moi, j’ai appris que la voix se propage à 350m/s, ou que si on regarde un laser bien dans les yeux, çà peut nous brûler la rétine. Merci de nous avoir écoutés et au revoir.

La pièce de théâtre : "Les femmes de génie sont rares ?"

Maëlia Amiot, Lucie Anglerot, Océane Oblin

"Nous sommes allées voir une pièce de théâtre qui s’appelle "Les femmes de génie sont rares ?". Cette pièce parle de femmes de génie. Nous avons plus particulièrement aimé le passage de Marie Curie, car elle n’a pas fait comme les autres femmes qui, elles, n’étudiaient pas. Elles s’occupaient juste de leurs enfants et faisaient le ménage. Alors que Marie Curie, elle, a réalisé son rêve : être scientifique. Cette pièce nous a montré qu’à l’époque de Marie Curie, les femmes ne devaient pas être comme les hommes, elles devaient être comme les bonnes à tout faire. Nous avons beaucoup aimé la pièce de théâtre, car nous aimons beaucoup apprendre certaines choses avec un peu d’humour."

Contact

39
Collège
Marcel Aymé - Chaussin
Informations complètes

Blandine Lamboley , professeur référent égalité filles-garçons au collège Marcel Aymé
Tél. : 03 84 71 90 90

 
mercredi 16 mars 2016

Coup de projecteur sur l’entrepreneuriat féminin au lycée professionnel Pierre Vernotte !

Le 9 mars dernier, le lycée de Moirans-en-Montagne a mis à l’honneur cinq femmes artisans-chefs d’entreprises et des anciennes élèves de la filière professionnelle. Pour l’occasion, le recteur a participé avec grand plaisir à des ateliers au côté des élèves.

Cette action s’inscrivait dans le cadre de la semaine de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin.

Elle a été organisée conjointement par Dominique Chatté, chargée de mission Égalité filles garçons et la DAFPIC, avec le soutien de Catherine Pistolet, déléguée régionale adjointe aux droits des femmes et à l’égalité.

Des ateliers pour déconstruire les préjugés

Le recteur Jean-François Chanet a pu rencontrer 54 collégiens de 3e du collège Pierre Vernotte venus découvrir les ateliers. Organisés en sept pôles, ces ateliers visaient à développer l’ambition des collégiens, à les sensibiliser à l’égalité filles-garçons et à enrichir le parcours Avenir :

- pole 1 : développement d’une ambition (CAP Ébéniste)
- pole 2 : parcours de formation vers la création (DMA Arts de l’habitat, décors et mobiliers, spécialité ébénisterie)
- pole 3 : l’entrepreneuriat à l’école (atelier mini-entreprise "esprit du temps")
- pole 4 : aide à la création d’entreprise et au développement
- pole 5 : Claudine Thiellet, artisan en sculpture et tournerie sur bois
- pole 6 : formation tout au long de la vie
- pole 7 : exposition consacrée à la condition des femmes et à leurs droits, de l’Antiquité à nos jours

Semaine de l'entrepreneuriat féminin au lycée Pierre Vernotte Par petits groupes, les élèves ont assisté à la présentation des parcours et projets des intervenants, artisans chefs d’entreprise dont : une ébéniste restauratrice, une créatrice ébéniste, une responsable d’entreprise et une ébéniste tabletière. Ainsi, Anaïs Boulanger, ancienne élève issue d’un bac scientifique, a présenté les étapes de son projet d’étude portant sur l’aménagement d’un mobilier ovoïde s’inspirant du "bonheur du jour", en référence à un type de mobilier classique, qui combine une véritable analyse réflexive et une qualité de réalisation où la forme s’adapte à la fonction.

Les collégiens ont pu échanger sur les expériences d’entrepreneuriat et notamment sur les difficultés rencontrées lorsqu’on est une femme entrepreneure. Une vision a nuancée puisque ces ateliers ont permis de mettre en avant des parcours atypiques de jeunes filles et anciennes élèves qui prouvent qu’être une femme peut aussi être une force.
Pour Frédéric Brun, professeur, "les femmes ont une approche du métier plus spontanée et créative", un véritable atout pour atteindre le plus haut niveau de l’ébénisterie.

Une chef d’entreprise a interrogé les collégiens sur leur volonté de préparer un CAP d’ébéniste. Pour certains, un tel diplôme reste plutôt réservé aux élèves en difficulté. Un apriori que le recteur n’a pas manqué de démentir soulignant toute la richesse de ce diplôme et de la filière professionnelle en général.

Retour sur cette journée à travers quelques témoignages de jeunes entrepreneures

- Émilie Belot, lauréate du projet L’Envol de la Banque Postale et élève de CAP : "J’ai fait le choix de la voie pro. pour me former à un métier qui me passionne. Je remercie mon professeur principal de 3e qui m’a soutenue alors qu’au regard de mes excellents résultats, on m’encourageait à m’orienter en voie générale." Le recteur a salué l’enthousiasme, la pugnacité et surtout la modestie de la jeune femme.

- Lisa Pinheiro Da Cunha, étudiante DMA, : " En tant que femme, la mini-entreprise m’a donné confiance et m’a prouvé que j’étais capable de créer ma propre entreprise".

- Marie Jehan, ancienne élève confrontée à la difficulté de trouver du travail dans son domaine : "Je suis convaincue que cela est en partie dû au fait que je suis une femme. J’ai donc décidé de me lancer et de créer ma propre entreprise".

- À la question, comment réagissent les hommes au fait que vous soyez une femme entrepreneure ? Claudine Thiellet, artisan en sculpture et tournerie sur bois, répond : "Ils s’en étonnent. Quand ils nous voient sur un stand, ils cherchent l’artiste homme ! Mais au fil du temps, notre travail prouve nos compétences".

- Gaëlle Adam, artisan ébéniste : "J’ai mis du temps à savoir ce que je voulais faire. La seule chose que je savais c’est que je voulais utiliser mes mains. J’ai donc fait plusieurs formations puis travaillé dans différents postes dans plusieurs entreprises. La rencontre avec un restaurateur de mobilier m’a encouragée à me former dans ce domaine. Je me suis ensuite lancée dans la création de mon entreprise et depuis deux ans, ça fonctionne. Le message que je veux vous faire passer à vous, élèves, c’est qu’il convient de partir de ce que l’on aime et creuser ensuite dans cette voie. C’est tellement gratifiant de travailler dans un domaine que l’on apprécie".

Des ateliers à la hauteur des savoir-faire spécifiques aux arts du bois

Le proviseur, Guy Caron, a exprimé tout le plaisir que l’équipe éducative a eu à préparer cette matinée. Il s’est montré satisfait d’avoir mené cette action pour les collégiens dans le cadre du parcours Avenir. Cette journée a été une belle occasion de valoriser la voie professionnelle, et plus particulièrement de mesurer et de promouvoir "ce qui se faisait de bien dans cette maison".

Semaine de l'entrepreneuriat féminin au lycée Pierre Vernotte À la fin de la visite, le recteur a tenu adresser ses remerciements aux équipes de l’établissement et Olivier Chevillard, délégué académique à la formation initiale et continue, aux élèves ainsi qu’aux intervenantes et intervenants pour la richesse des ateliers auxquels il a pu assister, soulignant par la même, la qualité des réalisations qu’il a pu observer. Il avait déjà eu l’occasion d’apprécier des travaux d’élèves et étudiants lors du prix INMA, en septembre dernier.

Il a par ailleurs rappelé que le monde de l’éducation et celui de l’entreprise ne peuvent plus s’ignorer. Ils doivent travailler ensemble, en confiance et mobiliser toutes les ressources pour que les jeunes soient préparés du mieux possible aux besoins du territoire.

Pour terminer, il a fait part de son admiration : "le lycée professionnel Pierre Vernotte sait conjuguer industrie et artisanat au sein de ses formations". Il a rappelé la nécessité de travailler sur le Campus des métiers et la carte des formations, de manière à préserver et développer ces savoir-faire.

Contact

39
Lycée professionnel
Pierre Vernotte - Moirans-en-Montagne
Informations complètes

 
mercredi 16 mars 2016

Championnes du monde !

Le 25 février dernier, les filles du lycée Victor Bérard de Morez sont devenues championnes du monde scolaire de ski nordique. La compétition s’est déroulée à L’Aquila en Italie dans le massif des Abruzzes.

Championnes du monde !Deux épreuves étaient au programme de ces championnats, un 5 km skating individuel le mercredi 24, puis un relais en skating sur 4x4 km le jeudi 25.

À l’issue de l’individuel du mercredi, le lycée Victor Bérard prenait déjà la tête en réalisant un joli tir groupé. Lucie Colin est devenue vice-championne du monde sur cette épreuve derrière l’intouchable Allemande Anna-Maria Dietze, récente 4e des Jeux Olympiques des Jeunes. Suzon Fabre a réalisé le 5e temps, Océane Bépoix le 6e, Claire Moyse était 11e malgré une chute et Eva Martinet s’est classée 17e. L’addition des quatre meilleurs temps de chaque équipe plaçait Morez en tête avec 23 secondes d’avance sur Schladming (Autriche) et 40 secondes sur Oberhof (Allemagne), deux places fortes du ski nordique mondial.

Le lendemain, encouragées par Eva Martinet leur capitaine, les skieuses Moréziennes ont encore accentué leur avance au terme d’un relais parfaitement maîtrisé. Première relayeuse, Lucie Colin a skié très intelligemment en laissant l’allemande Marie Herklotz mener pendant un tour avant d’attaquer pour passer le relais à Claire Moyse avec six secondes d’écart. Celle-ci avait fort à faire face à l’autrichienne Sabrina Ditchl auteure du 2e temps du jour. Championnes du monde !L’autrichienne est parvenue à combler l’écart, mais elle a passé le relais à sa coéquipière avec seulement trois secondes d’avance, ne parvenant pas à distancer la française malgré ses nombreuses tentatives. Océane Bépoix, très efficace sur les skis, a logiquement repris la tête permettant à Suzon Fabre de s’élancer avec six secondes d’avance. La biathlète de Chapelle-des-Bois a grappillé encore quelques secondes pour laisser les Autrichiennes à 10 secondes et les Allemandes à 15 secondes.

Au final, Victor Bérard remporte ces championnats avec 33 secondes sur les Autrichiennes, 55 secondes sur les allemandes, puis viennent Italie et Russie beaucoup plus loin en temps. Le titre mondial vient couronner une saison riche avec notamment un titre de Championnes de France UNSS obtenu à la Féclaz début février. Les cinq skieuses reviennent d’Italie avec une médaille en Or, des souvenirs inoubliables et une motivation décuplée. Quelque chose nous dit que ce titre pourrait bien faire boule de neige et que l’on va certainement reparler de la section ski du lycée Morézien dans les années futures...!

Contact

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'optique et des microtechniques
Victor Bérard - Hauts de Bienne
Informations complètes

 
mercredi 2 mars 2016

Première édition du Concours inter-lycées anglo-saxon (Cilas)

Le Cilas est un concours intégralement en anglais basé sur des questions de culture générale portant sur les pays anglo-saxons : le but est de mettre en relation des élèves de première issus de différents établissements pour créer des échanges

Première édition du Concours inter-lycées anglo-saxon (Cilas)Pour cette première édition, deux lycées se sont affrontés : le lycée Paul-Émile Victor de Champagnole représenté par Apolline Pianet, et le lycée Montciel de Lons-le-Saunier représenté par Justine Michaud.

La finale a eu lieu le mercredi 10 février 2016 au lycée Montciel. Les questions étaient posées par l’assistant d’anglais du lycée de Champagnole, dans une ambiance chaude et conviviale où chacun des deux camps aura su supporter son champion. Le trophée a été remporté par Apolline Pianet du lycée Paul-Émile Victor.

La matinée s’est terminée autour d’un goûter so British à base de muffins et carrot cakes afin de favoriser les échanges et de poursuivre la bonne humeur qui aura accompagné la finale.

Ce trophée sera remis en jeu l’an prochain lors de la deuxième édition du concours qui sera cette fois accueillie au sein du lycée Paul-Émile Victor.

Contact

Si d’autres lycées souhaitent se joindre au Cilas, ils peuvent s’inscrire par courriel auprès de Julien Gelly, enseignant d’anglais au lycée Paul-Émile Victor.

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de la production et de la maintenance industrielles
Paul Émile Victor - Champagnole
Informations complètes

39
Lycée professionnel
Montciel - Lons-le-Saunier
Informations complètes

 
mardi 9 février 2016

Concours du barman junior européen, le lycée Friant de Poligny sur la première marche du podium !

20 étudiants venus de Belgique, de France, d’Italie et encore du Luxembourg ont participé vendredi 29 janvier 2016 à la 32e édition du concours du meilleur barman junior européen à Spa

Face à un jury de connaisseurs, les candidats ont soigné le geste pour servir le plus professionnellement possible un café, du champagne, un cocktail et une bière.

Concours du barman junior européen, le lycée Friant de Poligny sur la première marche du podium ! Roxanne Remmery, accompagnée de son professeur Marc George, professeur en hôtellerie-restauration, a remporté la 1ère place a l’épreuve cocktail en se distinguant avec la meilleure technique de réalisation et a terminé 1ère au classement général sur les 21 candidats présents. Une très belle performance qui a permis au lycée Friant de Poligny de se distinguer comme la meilleure école étrangère pour l’année 2016.

"French Blossom", le cocktail de Roxanne Remmery, mention complémentaire employé barman

- 1 cl. de sirop d’hibiscus
- 4 cl. de jus de pamplemousse frais
- 1,5 cl. de Grand Marnier cordon rouge
- 4 cl. de Vodka Orange Greygoose
- compléter de Finley orange sanguine - pamplemousse
- 1 trait de Bitter pêche Fee Brothers

À consommer avec la plus grande modération, cela va sans dire !

Contact

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'hôtellerie et de la restauration et du sanitaire et du social
Hyacinthe Friant - Poligny
Informations complètes

 
mardi 9 février 2016

Découvrez le travail des graveurs et sculpteurs francs-comtois !

Les 10 élèves français graveurs et sculpteurs des lycées jurassiens Ferdinand Fillod de Saint-Amour et Pierre Vernotte de Moirand en Montagne ont terminé leur création de médaille pour participer, le 12 février 2016 au British Museum à Londres, au 23e concours Student Medal Project

À l’occasion de la préparation du concours, nous vous proposons de découvrir ces métiers passionnants en vidéo :

En savoir plus - galerie photo

Contacts

39
Collège
Pierre Vernotte - Moirans-en-Montagne
Informations complètes

39
Lycée professionnel
Lycée des métiers des arts du métal
Ferdinand Fillod - Saint-Amour
Informations complètes

 
mercredi 3 février 2016

Sortie pédagogique pour les classes de première ST2S du lycée Hyacinthe Friant

Le jeudi 21 janvier dernier les élèves de l’établissement de Poligny se sont rendus à Besançon pour une sortie pédagogique

Sortie pédagogique pour les classes de première <abbr title="Sciences et technologies de la santé et du social">ST2S</abbr> du lycée Hyacinthe FriantLes élèves ont profité de deux visites guidées à l’apothicairerie de l’hôpital Saint Jacques avec l’histoire des hôpitaux et à la maison natale de Victor Hugo qui expose les grands combats de l’écrivain engagé (ex : la lutte contre la misère, liberté d’expression). Puis, Julien Mahieu, responsable de la résidence sociale "L’Agora" accompagné de son adjoint et des professionnels intervenants dans cette structure, les ont accueillis afin de leur faire découvrir le domaine social.

La mission principale de la résidence sociale est de proposer un hébergement aux personnes en situation de précarité ne pouvant accéder à un logement de droit commun. La visite des locaux ainsi que les échanges avec les professionnels ont permis aux élèves de mieux découvrir une réponse possible à la lutte contre l’exclusion et d’affiner leur projet professionnel.

Cette sortie fera l’objet d’une exploitation en classe durant les cours de sciences et techniques sanitaires et sociales.

Contact

39
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'hôtellerie et de la restauration et du sanitaire et du social
Hyacinthe Friant - Poligny
Informations complètes


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon