R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Festival Diversité 2016 : "Romani Street View"

Rubrique Vie de l'académie

jeudi 24 mars 2016

Festival Diversité 2016 : "Romani Street View"

À l’invitation du Festival Diversité , le CASNAV de l’académie de Besançon associé à la DAAC accompagnera Olivier Pagani, venu présenter son dernier film "Romani Street View"

Le Festival Diversité et le Pôle image Franche-Comté proposent chaque année une programmation qui aborde toutes les facettes de la notion de diversité et permet également de mettre en lumière une diversité d’écriture cinématographique, une diversité de visions, une diversité d’images. Le festival se déroule dans 28 villes en Franche-Comté et en Bourgogne du 23 mars au 8 avril.

Festival Diversité 2016 : "Romani Street View"Olivier Pagani travaille comme professeur depuis de longues années avec les élèves allophones de la région de Lille. Le blog "De Mons au Monde", reconnu au niveau national, témoigne de la qualité du travail mené par ses classes. Il propose par exemple une activité inédite autour de la cartographie en ligne qui permet de visualiser un panorama à 360° d’un lieu situé sur une voie urbaine ou rurale. Ses élèves reviennent ainsi virtuellement dans leur pays d’origine pour le faire visiter au maître.

Olivier Pagani est aussi cinéaste et il a réuni ses deux passions dans le long métrage, "Romani Street View". Le film raconte le voyage de six familles du même village pendant les 3 000 km qui séparent la Roumanie de l’école de Mons-en-Baroeul. Ces gens, qu’on imagine toujours sur les routes, nous parlent de la seule chose qui les anime vraiment : pouvoir un jour pointer un petit carré sur la carte et dire “c’est ma maison”.

"Romani Street View" sera d’abord présenté par le réalisateur le jeudi 31 mars à 18 h 30 à l’Espace multimédia Gantner de Bourogne dans le Territoire de Belfort.

"Romani Street View"

Olivier Pagani animera par ailleurs un stage de formation académique destiné au réseau CASNAV, en collaboration avec l’Atelier Canopé Besançon et la DIFOR. Un autre film du festival Diversité accompagné par le CASNAV sera proposé en séances scolaires : "Mustang" de Deniz Gamze Ergüven (2015).

Contact

CASNAV
Courriel

 
vendredi 18 mars 2016

Retour sur les portes ouvertes de 74 sites de formation d’apprentis en Franche-Comté

Le samedi 12 mars, le recteur et le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Franche-Comté, accompagnés d’une délégation*, se sont rendus au CFA académique du lycée Montjoux et au CFA travaux publics.

L’apprentissage, une des priorités gouvernementales

En 2014, un plan de relance a été lancé pour atteindre l’objectif de 500 000 apprentis d’ici à 2017. Cet enjeu national se traduit également au niveau académique. Ainsi, l’État, la Région, les branches professionnelles et les entreprises œuvrent de concert pour dynamiser l’apprentissage dans la grande région Bourgogne Franche-Comté et pour offrir à chaque jeune la voie de formation la plus adaptée à son profil, à son projet et à sa motivation.

Pour les jeunes, l’apprentissage est l’un des vecteurs permettant d’accéder à une qualification et à un emploi durable. Ils sont près de 10 000 à avoir choisi cette voie dans l’académie.

L’apprentissage, une voie d’avenir

Le recteur au CFA académique - © Chambre de commerce et d'industrie de Franche-Comté Au CFA académique de Montjoux, chacun a pu observer les travaux remarquables réalisés par les apprentis en BTS design graphique. Pour l’enseignante, la créativité et la culture sont essentielles dans ce milieu. Même si le numérique occupe une place de plus en plus importante et implique des changements dans la façon de travailler, les idées et la créativité, elles, ne peuvent être remplacées. Elle observe de très bons résultats et une très bonne dynamique dans sa classe, ce qui est "passionnant et réconfortant".

Après le domaine du graphisme, la délégation a découvert un atelier de la section décolletage, un tout autre univers.

Démonstration avec une décolleteuse L’enseignant est très satisfait de la mixité des publics, à savoir des élèves de la voie scolaire et de l’apprentissage, ce qui est très enrichissant. Il a souligné toute l’importance des relations avec les entreprises et l’intérêt porté à l’orientation des jeunes. Selon lui, il est essentiel de bien soutenir l’élève pour mieux l’orienter : "Savoir se centrer sur les jeunes est important pour que ces derniers soient à l’aise dans leur parcours d’études".

Les élèves et apprentis de la section ont réalisé une démonstration de leur savoir-faire en fabriquant des taquets d’étagère avec une décolleteuse. Le recteur a été très impressionné par leur professionnalisme.

Les travaux publics : des professions très techniques

En seconde partie de matinée, la délégation s’est rendue sur le site Ecopole du CFA travaux publics, situé derrière le lycée Pierre-Adrien Pâris où étaient présents : Patrick Robert, président fédération régionale travaux publics, Louis Climent, président CFA travaux publics, Sébastien Perrin, secrétaire général de la fédération régionale des travaux publics et directeur du CFA travaux publics, Wilfried Quichante, coordinateur pédagogique du CFA.

Pose de canalisations pour les apprentis travaux publics Les acteurs ont évoqué l’importance de la qualité du recrutement dans la filière travaux publics et ont souligné le nombre très faibles de ruptures dans le parcours d’études. Un des atouts de la filière est le taux d’insertion professionnelle à la sortie des études qui atteint 90 % et le fort potentiel d’évolution professionnelle au cours de la carrière.

Dans le secteur des travaux publics, les professions sont très techniques. Elles requièrent des compétences pointues, dans le domaine de la mécanique notamment, et demandent adresse et précision. Ainsi, pour le repérage des sols, des drones sont utilisés pour collecter des données aériennes qui seront ensuite analysée sur la terre ferme. Dans ces métiers, il est également important de connaître la maintenance pour mieux exercer sa profession.

Lors de la visite, les apprentis ont procédé à une démonstration de pose de conduite d’eau. Un raccordement au réseau d’assainissement nécessite la prise en compte de nombreux facteurs : protection de l’eau et de l’environnement, chantier de fouille archéologique...

Pose de conduite d'eau Malgré le panel de métiers et les débouchés possibles, le secteur des travaux publics souffre d’un manque d’attractivité. Le nombre de postulants dans ces formations reste assez faible, surtout chez les filles.

Les journées portes ouvertes sont donc une opportunité pour se renseigner sur une formation, découvrir les réalités d’un métier et échanger avec les professionnels. Le public présent lors de ces journées, vient de moins en moins par hasard, les jeunes se présentent avec une idée de métier dans le but de conforter leur choix.

Pour clore la matinée, la délégation a visité le chantier du CFA travaux publics dont la fin des travaux est prévue pour octobre.

Pour le recteur, il est essentiel "d’anticiper sur les évolutions professionnelles pour adapter les formations. L’Éducation nationale peut intervenir très tôt, dès le collège, à travers le parcours Avenir, et la mise en place de pôles de stages".

Contacts

SAIA – Service académique d’inspection de l’apprentissage
Tél. 03 81 65 74 50
Courriel

Dominique Landry, directrice formation et apprentissage Chambre de commerce et d’industrie de Franche-Comté
Tél. 03 81 47 42 04
Courriel

*La délégation était composée du recteur Jean-François Chanet, du délégué académique à la formation initiale et continue, Olivier Chevillard, de l’ inspectrice de l’Éducation nationale,SAIA, Françoise Devaux, de Gilles Curtit, François Mazière et Dominique Landry respectivement président, directeur général et directrice formation et apprentissage de la Chambre de commerce et d’industrie.

 
vendredi 18 mars 2016

Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme

Dans le cadre du plan "La République mobilisée contre le racisme et l’antisémitisme", l’ensemble des ministères et la Délégation interministérielle chargé de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (DILCRA) se mobilisent du 21 au 28 mars.

À cette occasion, les écoles, les collèges et lycées, ainsi que les établissements de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, sont invités à mener, à l’échelle des classes ou des établissements, des actions pédagogiques et éducatives visant à prévenir le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et toutes les formes de discriminations fondées sur l’origine.

Semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitismeLe recteur de l’académie de Besançon ouvrira cette semaine par une visite au lycée Lumière de Luxeuil, sur le site de Beauregard. De 9 h à 11 h, il rencontrera des élèves impliqués dans différents projets qui se sont fédérés autour de cette thématique :
- des élèves ayant contribué à la rédaction du numéro spécial du journal du lycée, "le raffut de Beauregard". Le numéro s’intitule "ensemble contre les discriminations.
- des élèves de 3e prépa pro qui participent au concours de la Résistance et qui ont visité le camp du Struthof.
- des élèves qui ont participé à un concours d’affiches sur ce thème.
- des élèves 1e année CAP maçons et carreleurs ayant réalisé les courts métrages sur ce thème grâce au concours du Bureau information jeunesse de Luxeuil-les-Bains. Ces films ont été écrits et filmés par les élèves avec l’aide du réalisateur Matthieu Peset. Ces réalisations seront projetées le 4 mai avec d’autres films au cinéma de Luxeuil-les-Bains.

Des temps de réflexion intenses et constructifs

L’académie de Besançon s’est mobilisée dans la continuité des assises pour les valeurs de la République qui ont rassemblé l’école et la société civile et propose :
- des formations aux valeurs de la République à l’ensemble des personnels des écoles, collèges et lycées de l’académie.
- un parcours Magister sur les valeurs de la République est en construction à partir notamment des matériaux recueillis lors des différents moments de formations conduits dans l’académie.
- des formations destinées aux volontaires du service civique sur les valeurs de la République et les enjeux de la citoyenneté.

L’académie s’attache aussi à mobiliser et à mettre en valeur la participation forte des écoles et EPLE comme cela a été le cas pour la journée de la laïcité du 9 décembre, notamment en réponse à l’appel à projet du Comité académique de la vie lycéenne sur l’illustration de la charte de la laïcité. Il s’agit de promouvoir une vision élargie de la laïcité, comme un des vecteurs de la lutte contre les discriminations sous toutes leurs formes.

D’autres moments forts rassembleront les élèves de l’académie autour de cette thématique :

Les derniers jours de Toussaint Louverture

Samedi 19 mars 2016
Salle des fêtes de Champagney, 20 h
Entrée gratuite

Une représentation de ce conte musical pour récitant, chœur d’enfants et piano de Jérôme de Brie aura lieu à l’occasion du 227e anniversaire du Vœu de Champagney grâce au partenariat établi entre la maison de la Négritude, le conservatoire Henri Dutilleux, les collèges Simone Signoret (CHAM) et Arthur Rimbaud (CHAM) de Belfort ainsi que le collège Michel Colucci (chorale) de Rougemont-le-Château.

Cette œuvre nous raconte la fin de la vie de Toussaint Louverture, emprisonné au Fort de Joux, près de Pontarlier. L’homme, personnage historique de la révolution d’Haïti, est une figure des mouvements abolitionnistes et d’émancipation des Noirs. Réunis pour ce projet, élèves des établissements scolaires et du Conservatoire sont invités à réfléchir, à travers le texte, aux questions liées à l’esclavage.

Collège Diderot de Besançon

Dans le cadre de la semaine nationale d’Éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme prévue cette année du 21 au 28 mars 2016, le collège Diderot accueillera une exposition interactive durant toute la semaine, en partenariat avec l’Association française des petits débrouillards et la Fondation Lilian Thuram "Éducation contre le racisme".

Le temps fort de cette manifestation sera la venue de Lilian Thuram à la rencontre des collégiens le mercredi 23 mars 2016 de 9 h 45 à 11 h pour un débat sur cette thématique avec les délégués des élèves.

Contact

Olivier Apollon, référent mémoire et citoyenneté

 
mercredi 16 mars 2016

"Des rendez-vous citoyens" pour éduquer aux médias et à l’information

Un dispositif du CLEMI de Franche-Comté, en partenariat avec l’Est républicain, dans le cadre de la 27e Semaine de la presse et des médias à l’école

27e Semaine de la presse et des médias à l’école du 21 au 26 mars 2016

Dans le cadre de cette manifestation, de nombreuses activités sont prévues dans toute l’académie. Jean-François Chanet, recteur de l’académie se rendra à cette occasion au collège René Cassin de Baume-les-Dames le 22 mars 2016 pour participer a au vernissage de l’exposition itinérante "Dessins pour la Paix".

Tout savoir sur la Semaine de la presse

En attendant un bilan complet de cette 27e Semaine de la presse, vous pouvez encore vous inscrire aux "Rendez-vous citoyen" !

Qu’est-ce qu’un "Rendez-vous citoyen" ?

"Des rendez-vous citoyens" pour éduquer aux médias et à l'informationC’est donner aux élèves l’occasion de rédiger un article de presse et, de ce fait, d’endosser la profession de journaliste.

Le CLEMI et la rédaction régionale du quotidien l’Est républicain vous proposent cette année la thématique suivante : "L’info émoi, et moi ?"

Un temps fort accordé aux collégiens et aux lycéens pour qu’ils couchent quelques lignes sur le papier et voient peut-être leur article publié dans ce quotidien.
La sélection se fera par un jury composé de membres du CLEMI académique et de journalistes de l’Est républicain.

Qui est concerné ?

- collèges publics et privés : niveau 3e
- lycées publics et privés
- lycées agricoles

Vous êtes volontaire ?

Inscrivez-vous dès maintenant auprès de Marie Adam-Normand, coordonnatrice CLEMI académie de Besançon en précisant l’axe que vous développerez.
Les journalistes en herbe peuvent être les élèves d’une classe, d’un groupe ou d’un club, encadrés par un de leurs enseignants ou un membre de l’équipe éducative de l’établissement.

Quelles sont les contraintes d’écriture ?

Les articles peuvent prendre la forme d’un billet (700 signes), d’un reportage (2 500 signes) ou d’une interview (3 000 signes). Il est conseillé de les accompagner d’une illustration libre de droit (dessin, graphique ou photo).

Au maximum de trois par établissement, ils ne doivent pas dépasser 5 000 signes au total (tous articles confondus).
Les articles doivent avoir un ancrage local ou régional.
Les textes seront envoyés au format .doc (Word). Les illustrations, aux formats .jpg, .tif, .bmp ou .gif, doivent avoir une résolution minimum de 200dpi (format 1600 X 1200 sur les appareils photo numériques).

À qui dois-je envoyer les textes ?

Les textes et les illustrations seront adressés aux deux adresses suivantes :
CLEMI
L’Est républicain

Quand dois-je envoyer les textes ?

Vous pouvez envoyer vos textes dès le 21 mars, premier jour de la 27e semaine de la presse et jusqu’au vendredi 29 avril 2016.

Les articles non publiés seront consultables sur le site académique du CLEMI.

 
vendredi 11 mars 2016

"C toi qui décides !"

Le 31 mars 2016 aura lieu l’opération : "C toi qui décides !", organisée dans le cadre d’une convention nationale entre le ministère de l’Éducation nationale et le Centre des jeunes dirigeants.

Journée nationale de mobilisation des jeunes dirigeants Cette journée sera l’occasion pour les lycéens et les étudiants de les informer qu’au travers des choix qu’ils font aujourd’hui, ils décident tant de leur avenir que de la société dans laquelle ils vont vivre.

Les enseignants sont invités à venir échanger sur les possibilités de stage pour leurs élèves. Ils pourront s’informer auprès des professionnels de l’évolution des techniques d’embauche, et rencontrer des partenaires dans un espace dédié aux échanges.

À Besançon, cette journée sera l’occasion pour les jeunes de rencontrer 40 chefs d’entreprises et participeront à différentes activités durant deux heures :
- ateliers à thèmes animés par des professionnels (emploi, innovation, métiers…)
- jeu concours de CV innovant (les meilleurs CV recevront un prix)
- visites d’entreprises
- espace de rencontre convivial pour faciliter les échanges entre chefs d’entreprises, étudiants et professeurs

Jeudi 31 mars de 12 h à 18 h
Maison des Microtechniques à Temis
18 rue Alain savary à Besançon

Les inscriptions sont obligatoires, gratuites et individuelles, et sont à effectuer en ligne.

En savoir plus

Contact

Florent Moreaux
Tél. : 06 42 32 35 48
Courriel

 
vendredi 11 mars 2016

Ateliers "Projet’in"

Les ateliers "Projet’in" s’inscrivent dans le cadre du projet de valorisation des métiers de l’industrie en Franche-Comté et s’adressent aux collégiens de 4e et 3e et aux lycéens

Ateliers "Projet'in"Ces ateliers ont pour vocation de mener les jeunes à un questionnement sur l’industrie, ses métiers, son avenir, son potentiel et à innover dans la présentation de la technique.

Pour ce faire, les élèves partiront de l’objet fabriqué par l’entreprise puis remonteront sa chaîne de conception et de fabrication en visitant l’entreprise et en échangeant avec les professionnels.

Durant ces ateliers les jeunes appréhenderont la fabrication des objets en les manipulant et en participant à leur maintenance et leur réparation

En savoir plus

Contact

Stéphanie Commot, chargée d’information sur les métiers de l’industrie
Tél. : 03 81 41 43 95

 
vendredi 11 mars 2016

"Bilan et perspectives de l’économie franc-comtoise et bourguignonne"

Le 2 mars 2016, au lycée Louis Pergaud à Besançon, s’est tenue une conférence portant sur l’économie franc-comtoise et bourguignonne, suivie d’un temps d’échanges avec les participants.

Cette conférence a eu lieu en présence d’inspecteurs, de chefs d’établissement, d’enseignants et d’étudiants de BTS (en comptabilité et gestion, comptabilité et gestion des organisations, et préparant le diplôme de comptabilité et gestion) des lycées Pergaud et Le Grand Chênois. Elle a permis, entre autre, d’apporter une réponse à la question "La reprise économique en Bourgogne Franche-Comté est-elle vraiment là ?".

À cette occasion, Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités, recteur de région académique Bourgogne-Franche-Comté, et Jean-Charles Sananes, directeur régional délégué de la Banque de France, ont rappelé que cette conférence s’inscrivait dans le cadre d’une convention signée le 12 octobre dernier. Tous deux se sont exprimés sur les enjeux d’un tel partenariat.

Ainsi, la Banque de France a la volonté d’être un acteur majeur de la diffusion d’une culture économique et financière auprès des élèves et des professeurs. Elle souhaite assister les enseignants dans leurs missions d’accompagnement des jeunes dans leurs parcours d’orientation, de formation et d’insertion professionnelles.

"Bilan et perspectives de l'économie franc-comtoise et bourguignonne" Par conséquent, en s’associant, la Banque de France et le rectorat se sont engagés à atteindre cet objectif et ont mis en œuvre trois axes de collaboration énoncés par le délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue, Olivier Chevillard, à savoir :
- la contribution au développement d’une culture économique, monétaire et financière
- une meilleure information et orientation
- la promotion de l’égalité des chances, de la diversité et de la mixité (faire lien sur la convention)

Le recteur a soilgné l’importance de faire converger les actions du monde professionnel et de l’éducation pour agir en faveur des jeunes en développant leurs parcours professionnel et personnel, mais aussi pour réduire les inégalités ou éviter de contribuer à la reproduction de celles-ci.

 
mercredi 9 mars 2016

REFER 2016 : focale sur le 18 mars à l’U-Sports

Un cycle de 48 heures de conférences et d’échanges est organisé en France, notamment dans l’académie de Besançon et au Québec : soyez au rendez-vous !

Le "Rendez-vous des écoles francophones en réseau" propose à l’ensemble de la francophonie pour la troisième année, deux journées dédiées à :
- la création de liens durables en éducation entre les communautés francophones
- l’encouragement et au développement des pratiques innovantes chez les élèves et les enseignants
- l’accompagnement et au soutient des enseignants dans les usages pédagogiques du numérique.

En savoir plus

"Quelles compétences à l’école pour un monde en mutation ?"

L’académie de Besançon, Canopé et la délégation académique du numérique pour l’éducation DANE vous proposent de faire progresser la réflexion sur la co-éducation, la place et le rôle des parents et de l’école, dans un monde en perpétuelle mutation.

Affiche journées ReferTrente classes de l’académie de Besançon, de la maternelle au lycée, se sont mobilisées dans différents projets tels qu’"Anime Histoire","Destination Francophonie","Marathon Presse, "Mon école idéale", "Sciences pour tous"… autant d’occasions d’apprendre à communiquer avec les outils 2.0, d’éduquer aux médias sociaux au sein des classes, de questionner les rôles des élèves (élèves-chercheurs) et professeurs (professeurs-médiateurs), de rendre concret l’enseignement pratique interdisciplinaire.

Lors de cette semaine de la langue française et de la francophonie, Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon et chancelier des Universités, ouvrira ce cycle de conférences le 18 mars à 9 h et accueillera :
- Catherine Becchetti-Bizot, IGEN en charge de l’innovation et des pédagogies actives
- Laurence Bee, journaliste, blogueuse, auteur des blogs de la famille 3.0 : parents 3.0, ados 3.0 et seniors 
3.0
- Yann Leroux, docteur en psychologie, psychanalyste, geek et gamer. Auteur de : "Les jeux vidéos ça rend pas idiot"
- Carole Helpiquet, du CLEMI.

Pour vous inscrire, c’est ici !
ou par mail

 
mardi 8 mars 2016

Exposition "Parcours de harkis et de leurs familles"

Du 5 au 20 avril 2016, hall de l’hôtel de ville à Pontarlier

Dans le cadre d’une campagne de valorisation de la mémoire harkie, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre a réalisé une exposition intitulée "Parcours de harkis et de leurs familles" (ONACVG)

Exposition "Parcours de harkis et de leurs familles"Elle comporte 25 panneaux qui retracent l’histoire des anciens supplétifs de la guerre d’Algérie, au travers de photographies et cartes légendées, depuis le début de la présence française en Algérie (1830) jusqu’à nos jours.
Les textes de cette exposition ont été écrits par l’historien Jean-Jacques Jordi en étroite collaboration avec la direction générale de l’ONACVG.

Cette réalisation donne aux Harkis la place qu’ils méritent dans notre mémoire nationale. Mêlant histoire commune et parcours individuels, elle se découpe en trois thématiques.

La première partie replace l’emploi des supplétifs d’Algérie dans un contexte traditionnel car la constitution de ces troupes ne peut se comprendre qu’au travers du prisme des liens passionnels les unissant à la France et à son armée. Cet engagement commence dès 1830 avec le ralliement de tribus et ces troupes indigènes (Turcos, Zouaves, Tirailleurs algériens) s’illustrent dans la plupart des campagnes militaires de 1850 à 1914. Au cours des deux guerres mondiales et en Indochine, les troupes de l’armée d’Afrique répondent à nouveau à l’appel de la France et jouent souvent un rôle capital dans les différentes campagnes qu’elles mènent.

La seconde thématique traite de la période 1954-1962. Dès le déclenchement de la guerre d’Algérie, l’état-major lève à nouveau des troupes supplétives avec un triple objectif : quadriller le territoire, assurer la protection des villages et contrôler la population. Quatre catégories de forces sont alors mises sur pied afin de contribuer aux opérations de maintien de l’ordre dans cette Algérie qui cache une triste réalité : l’Algérie des villes -des élites- et celle des campagnes qui vit dans un dénuement presque total. Cette seconde frange de la population devient l’enjeu principal entre le FLN et l’armée française dans la guerre d’Algérie. En 1961-1962, le pays semble déchiré, les accords d’Évian doivent assurer la liberté de choix et offrent un certain nombre de garanties pour ceux qui se sont battus aux côtés de la France. La réalité va être tout autre pour les supplétifs et leurs familles. Pour eux la guerre d’Algérie n’est pas terminée, partir pour la France est une question de survie. Ce sont les officiers et les cadres de l’armée qui ramènent leurs hommes au risque de leur carrière n’hésitant pas à organiser des filières plus ou moins clandestines.

La troisième partie de l’exposition évoque ces conditions de départ et d’arrivée, les premiers pas en métropole ainsi que la vie des familles dans les différents centres d’hébergement (camps, hameaux forestiers et cités urbaines). Cette partie aborde également la période 1975 à aujourd’hui, c’est-à-dire l’ensemble des actions et des moments forts qui ont mené à une prise de conscience de la condition de vie dans les camps. Cette prise de conscience a donné naissance aux grandes manifestations pour faire valoir, à ces femmes et à ces hommes déracinés, des droits en tant que français à part entière.

Cette exposition est présentée en libre accès sous le hall de l’hôtel de ville de Pontarlier du 5 au 20 avril 2016.

Contact

Olivier Apollon, IEN Lettres-histoire-géographie, référent mémoire et citoyenneté
Courriel
Jean-Yves Monnin, directeur du service départemental de l’ONACVG
Tél. : 03 81 82 61 00
Courriel

 
mardi 8 mars 2016

"Cet endroit n’existe pas"

"Cet endroit n’existe pas" présente du 2 au 30 mars des œuvres d’art contemporain sur différents supports (sérigraphies, aquarelles, sculptures en feutre) abordant les thèmes de l’architecture, de l’urbanisme et de l’habitat utopique.

"Cet endroit n'existe pas" Des habitats imaginaires et utopiques, vous feront voyager dans un endroit qui n’existe pas. Des cabanes des quatre coins du monde aux murs doux et colorés, des plans en noir et blanc, des aquarelles d’organismes habités… Le tout plongé dans une composition sonore où les uns et les autres nous content leurs rêves d’architecture.

Les œuvres de Laure Tixier interrogent l’architecture, l’urbanisme et les organisations sociales qui y sont associées.

Un atelier permanent proposé par la Maison de l’Architecture permet d’expérimenter, de manipuler et de construire sa propre idée d’un habitat idéal.

Une exposition particulièrement adaptée à un public scolaire pour aborder ces thèmes sous sous un angle artistique contemporain très accessible, et inclut un atelier permanent proposé par la Maison de l’Architecture permettant de manipuler et de construire sa propre idée d’un habitat idéal.

Visites accompagnées tous les dimanches, 16 h.
Visites scolaires gratuites sur réservation : 03 81 66 20 95 ou gymnase-culture@univ-fcomte.fr

Communiqué de presse


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon