R

Accueil > DSDEN > Actualités > Un nouveau contrat local d’éducation artistique (CLEA) à Beaucourt (...)

Rubrique Actualités

jeudi 25 février 2016

Un nouveau contrat local d’éducation artistique (CLEA) à Beaucourt !

La maison pour tous, à qui a été confiée cette tâche propose un projet d’éducation artistique et culturelle par le biais d’un travail d’ateliers d’écriture et d’interprétation animés cette année par le chanteur Tony Melvil.

Après Michèle Bernard, Christian Ferrari et Alain Schneider, Tony Melvil est intervenu auprès de deux classes de CM2 de Beaucourt.

Initiation à la pratique artistique

Chaque classe a écrit une chanson à partir des illustrations du spectacle qui a pour thème l’âge, les étapes de la vie. Ce spectacle interroge les spectateurs sur les adultes qu’ils sont devenus, sur les enfants qu’ils étaient et leur permet de faire le point sur les promesses qu’ils s’étaient faites à eux-mêmes. Les élèves ont également appris une chanson du répertoire des artistes.

Ces ateliers animés par Tony Melvil ont été suivis de séances assurées par Raphaël Habersetzer, intervenant musical chargé de l’harmonisation et de l’apprentissage des chants écrits.

Ces chansons ont été interprétées lors des spectacles présentés les 02 et 03 février 2016.

Atelier d’écriture de chansons (Tony Melvil & Usmar)


Méthode  : à partir des thèmes explorés dans l’écriture du spectacle et des illustrations du spectacle, l’écriture d’un texte de chanson est lancée, de manière collective d’abord (brainstorming, définition d’une forme et d’un canevas), puis individuelle ou par petits groupes (écriture des différents couplets et refrain, recherche de rimes, etc.). Les artistes mettent en musique le texte écrit, en impliquant les enfants dans les choix musicaux (tonalité, tempo, couleur d’arrangement). Les ateliers d’écriture se terminent par une restitution publique ou par l’enregistrement des chansons écrites.

- Insertion du projet dans une approche pédagogique permettant aux enseignantes et au musicien intervenant de préparer la venue de l’artiste et d’aborder ainsi des thèmes divers.
- mobilisation de l’équipe pédagogique autour du projet : création de passerelles entre structures scolaires et structures culturelles.

Objectifs de l’action


- inciter aux pratiques artistiques amateurs, écrire un texte musical.
- ouvrir et structurer le réseau d’acteurs culturels et éducatifs.
- permettre à chaque élève au cours de sa scolarité de rencontrer un artiste et de participer à des ateliers et à un spectacle.
- sensibiliser le jeune public à une esthétique culturelle et faire découvrir l’univers d’un artiste.
- démocratiser l’accès aux salles de spectacles pour les publics les plus éloignés des pratiques culturelles.
- inciter à la découverte culturelle et à la fréquentation de La maison pour tous.

Ce projet d’ateliers d’écriture s’est réalisé dans le cadre d’un contrat local d’éducation artistique en partenariat avec la Direction régionale des affaires culturelles, La maison pour tous et la ville de Beaucourt.

Extrait vidéo 1
Extrait vidéo 2

Contacts

Luc Renaud, président de La maison pour tous
Laetitia Joly, coordonnatrice artistique
Foyer Georges Brassens
Place Roger Salengro
F-90500 Beaucourt
Tél. : 03 84 56 96 94
Site

Site - Tony Melvil et Usmar

 
mardi 26 janvier 2016

Talents d’avenir au lycée professionnel Denis Diderot de Bavilliers

Lundi 25 janvier, Jean-François Chanet, recteur de l’académie a assisté aux ateliers proposés à 42 élèves de première

Le dispositif Talents d’avenir, lancé en janvier 2015, sous l’égide de Talent Campus, met en relation le monde de l’entreprise et de l’enseignement. L’objectif est de permettre aux lycéens de la voie professionnelle de découvrir leurs compétences, acquises durant leur parcours scolaire et personnel, à travers des mises en situation, puis de les valoriser dans le cadre d’entretiens avec des professionnels. L’animation de ces sessions est portée par des professeurs externes à l’établissement organisateur.

Talents d'avenir au lycée professionnel Denis Diderot de BavilliersLes 25, 26 et 27 janvier 2016, le lycée professionnel Denis Diderot organise une session Talents d’avenir à destination de 42 élèves de premières bac professionnel Technicien d’usinage et Électronique énergie équipements communicants.

Lundi 25 janvier, lors de la première matinée intitulée Talents et découverte, le recteur a assisté aux ateliers organisés dans le cadre d’un serious game. Les élèves, chargés de créer une compagnie aérienne écologique de luxe, ont identifié les compétences sociales mobilisées : chacun a ensuite attribué à ses camarades de groupe les compétences identifiées pendant l’activité. La session se terminera mercredi par des jurys d’entretiens de recrutement intégrant la participation de professionnels en relation avec les filières de l’établissement.

Cette session s’inscrit dans le déploiement réalisé depuis le printemps 2015 dans les lycées professionnels de l’académie ; fin juin, une quinzaine d’établissements auront accueilli une session Talents d’avenir.

Tout savoir sur le dispositif Talents d’avenir
Talent d’avenir au lycée Pontarcher de Vesoul

Contact

90
Lycée professionnel
Lycée des métiers de l'électricité, des technologies numériques et de la productique
Denis Diderot - Bavilliers
Informations complètes

 
vendredi 22 janvier 2016

Journée franco-allemande à l’école Rucklin de Belfort

Vendredi 22 janvier 2016, Jean-François Chanet, recteur de l’académie, a effectué une visite à l’école élémentaire René Rucklin de Belfort, dans le cadre de la Journée franco-allemande

Signé le 22 janvier 1963, le Traité de l’Élysée portait l’ambition d’ancrer la réconciliation franco-allemande au sein de la société, en particulier par le biais de la culture et des échanges de jeunes. C’est en 2003, à l’occasion du 40e anniversaire de ce document fondateur, que les deux pays ont fait de cette date symbolique la Journée franco-allemande.

En France, cette journée permet chaque année de présenter aux élèves et leurs familles les avantages que représente le choix de l’allemand comme première ou deuxième langue vivante dans un parcours scolaire et, plus largement, tout l’intérêt du multilinguisme en Europe et dans le monde aujourd’hui.

Découvrir l’allemand dès le primaire

Journée franco-allemande à l'école Rucklin de Belfort Pour cet événement, les enfants de l’école Rucklin à Belfort ont accueilli Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, avec une chanson sur le thème du petit-déjeuner. Les 17 élèves germanistes concernés sont issus de trois niveaux de classe différents (CE2, CM1 et CM2). Avec l’aide de leur enseignant, Bruno Spagnul, professeur des écoles itinérant en allemand,ils ont présenté un sketch mettant en scène des serveurs et des clients dans un restaurant. La séance s’est terminée par une invitation à partager un petit-déjeuner typiquement allemand au cours duquel les convives demandaient dans la langue de Goethe ce qu’ils désiraient. À la suite de cette interaction avec les élèves, le recteur a pu échanger avec l’équipe de l’école et les inspectrices en charge des langues vivantes autour d’une table ronde.

L’apprentissage de l’allemand dans le premier degré est particulièrement développé dans le Territoire-de-Belfort, où 700 élèves apprennent cette langue dans 41 écoles. Les élèves de l’école élémentaire René Rucklin bénéficient de cours d’allemand depuis la classe de CE1.

En savoir plus sur la journée franco-allemande


Galerie


 
mercredi 13 janvier 2016

Des dessins plus forts que des mots

Le dessin de Leny, écolier à Beaucourt (90), a été retenu pour illustrer la couverture d’un album hommage à Charlie Hebdo, paru le 7 janvier dernier. Au lendemain des attentats du 7 janvier 2015, la rédaction du journal satirique a été submergée par une vague de dessins venant de toute la France.

#je dessine, La jeunesse dessine pour Charlie Hebdo après les attentats du 7 janvier 2015, tel est le nom de l’ouvrage réalisé à partir des milliers de dessins reçus.

De la maternelle à l’enseignement supérieur, l’engouement a été vif puisque 10 000 dessins ont été récoltés. 145 ont été retenus par la rédaction de Charlie Hebdo et SOS Racisme pour constituer l’ouvrage final. Ces dessins sont accompagnés de textes de Boris Cyrulnik, psychiatre et psychanalyste.

Saisir son crayon, une façon de s’exprimer

Leny et son dessin en une de l'ouvrage Dans l’académie, Justine Jacquot et ses élèves de CM2, de l’école Centre A de Beaucourt, ont choisi de dessiner pour exprimer leur soutien à Charlie Hebdo, leur chagrin, leur colère et surtout leur attachement à la liberté d’expression.

Parmi les milliers de dessins reçus, la rédaction de Charlie Hebdo en a sélectionné deux de la classe de CM2 de Beaucourt, ceux de Cloé et de Leny. Celui de Leny a ainsi été retenu pour illustrer la couverture de l’ouvrage, une fierté pour le jeune garçon.

En amont, l’enseignante a travaillé avec ses élèves autour des caricatures, de la liberté d’expression, de la presse et des principes de la République.
Un travail important qui a permis aux élèves de s’exprimer, dialoguer et réagir face à cette actualité.

#JeDessine : des ressources pour comprendre la liberté d’expression et les valeurs de la République

 
lundi 14 décembre 2015

Une fête du monde au collège de Beaucourt

Cet évènement illustre le caractère fédérateur de la laïcité qui rassemble dans le respect des différences et permet ainsi à chacun de construire l’avenir

Une fête du monde qu’est–ce à dire ?

Toutes les communautés ont besoin de rites, de temps forts qui rythment le vécu partagé en célébrant des moments conviviaux construisant de facto une mémoire commune.

Le collège Saint-Exupéry de Beaucourt a quarante ans ce vendredi 4 décembre 2015, un bel âge, celui de la maturité, il eût été dommage de passer sous silence cette circonstance.

En outre la fresque Inside Out qui orne désormais l’entrée principale du collège, inspirée des collages grand format de l’artiste photographe français JR, donne à voir un concentré de visages, une mosaïque de figures venues d’ici et de là-bas.

Ainsi sitôt franchi le seuil du collège, le monde nous regarde et nous regardons le monde par la grâce ce projet artistique participatif. Parce que le collège est tout à la fois un lieu de culture, de savoir mais aussi un lieu de rencontre des cultures, de fabrique du vivre ensemble dans le respect de nos différences, il nous appartient de faire vivre entre les murs la saveur de nos histoires singulières.
Ce sont ces considérations qui ont donné sens à l’envie de se rassembler autour d’un évènement marquant pour fêter le monde au collège de Beaucourt de midi à 20 heures.

Une fête du monde pour quoi faire ?

Une fête du monde au collège de Beaucourtarticle {JPEG} Proposer un événement fédérateur entre tous les usagers du collège (parents, élèves, personnels, partenaires etc… )
Contribuer à créer du lien et une dynamique de connaissance réciproque en élaborant ensemble un projet d’envergure.

Proposer un événement intégrateur qui permette de faire travailler de concert toutes les disciplines sans dissocier la dimension pédagogique de la dimension culturelle et festive. Il s’agit d’intégrer l’évènement « fête du monde » aux cours par des biais que les professeurs seront libres de concevoir et de mettre en œuvre.

Extrait de l’allocution d’ouverture de la fête du monde :

"En juillet 1935 dans un collège comme le nôtre, le collège de Sète, Paul Valéry prononça un discours fameux sur les enjeux de l’éducation. Je retiens, pour nous inviter à y réfléchir, cette déclaration à l’adresse de son public, « la fonction la plus profonde de la personne humaine est de faire de l’avenir » Faire de l’avenir, fabriquer en somme du futur, prendre date aujourd’hui pour l’avenir en créant les conditions les meilleures possibles d’une insertion réussie au sein de la société pour les citoyens de demain que sont les collégiens de Beaucourt ou d’ailleurs.

L’école porte cette responsabilité éminente de faire de l’avenir, ou à tout du moins de le permettre, de le rendre possible. L’école a pour mission sans conteste de bâtir avec les jeunes qui lui sont confiés un avenir marqué au sceau de la fraternité et de la solidarité. C’est l’esprit même de notre fête du monde : se rassembler autour de valeurs qui nous autorisent à penser que des lendemains peuvent encore chanter si nous savons ici et maintenant incarner le vivre ensemble, l’inventer et l’habiter de faits et gestes concrets, bienveillants, hospitaliers.

Nous avons fait le choix au collège de Beaucourt de poser des actes symboliques, de développer des dynamiques partenariales comme autant de petits commencements modestes mais prometteurs en organisant ce temps particulier propice aux échanges, aux rencontres, au dialogue des uns avec les autres. Il s’est agi simplement de libérer les talents, de mettre en synergie des compétences, d’étayer des initiatives de bonne volonté, de donner corps aux projets, aux envies d’agir du microcosme que constitue une communauté éducative comme la nôtre."


Galerie

Une fête du monde au collège de Beaucourtarticle Une fête du monde au collège de Beaucourtarticle Une fête du monde au collège de Beaucourtarticle Une fête du monde au collège de Beaucourtarticle

 
lundi 14 décembre 2015

L’insertion professionnelle et sociale des personnes en situation de handicap

Un enjeu d’éducation et de formation que l’école doit relever en accompagnant les jeunes vers cet objectif avec les autres partenaires

JPEG Dans la proximité de la journée internationale du handicap, le directeur académique a souhaité, ce jeudi 9 décembre 2015, sensibiliser à la question de la formation professionnelle des jeunes handicapés et valoriser deux dispositifs implantés récemment dans le Territoire de Belfort :

- l’unité d’enseignement de l’institut d’éducation motrice APF créée depuis septembre 2015 au lycée Diderot de Bavilliers. L’unité d’enseignement, externalisée au lycée Diderot, accueille 9 jeunes de 15 à 20 ans en situation de handicap moteur avec ou sans troubles associés en formation professionnelle.

L’association gestionnaire est l’Association des Paralysés de France.

- le Dispositif d’Accompagnement à la Formation Professionnelle de l’IME Perdrizet (Giromagny). Le dispositif permet de soutenir des adolescents de 16 à 20 ans en situation de handicap dans un parcours de formation professionnelle en milieu ordinaire.
L’association gestionnaire est la Fondation Arc-en-ciel.

JPEG Tous deux concourent, par l’accompagnement proposé aux jeunes, à offrir des parcours menant à une formation et une certification professionnelle indispensables à l’insertion sociale. Ces dispositifs de formation illustrent l’efficacité pour ces jeunes d’actions s’appuyant sur une coopération étroite entre des services médico-sociaux et l’éducation nationale.

JPEG Ils permettent aux jeunes de construire un projet personnalisé de formation professionnelle avec un accompagnement pédagogique adapté et des dispositifs de soins à proximité de leur lieu de formation.

 
jeudi 19 novembre 2015

"Non au harcèlement"

Un projet d’éducation au vivre ensemble qui permet de réduire le risque de harcèlement à l’école Jean Jaurès à Belfort.

Dans le cadre de la journée de refus du harcèlement, le directeur académique s’est rendu le jeudi 5 novembre 2015 à l’école élémentaire Jean Jaurès à Belfort pour prendre connaissance des modalités de mise en œuvre du projet éducatif de l’école et échanger avec les enseignants.

Depuis trois ans, des actions sont conduites au service du vivre ensemble à l’école élémentaire Jean Jaurès. Elles s’inscrivent dans le projet d’école et fédèrent les enseignants, les personnels du périscolaire, l’infirmière et tous les adultes présents dans l’école.

"Lors d’une séquence spécifique, le harcèlement est abordé avec les élèves pour que chacun prenne conscience de ses émotions et de l’effet de ses actes et de ses paroles. Il est important que le mot harcèlement soit utilisé et expliqué clairement aux élèves" précise l’enseignante de CM2 de cette école de Belfort.

Cependant, c’est le travail en profondeur, sur le long terme, qui porte ses fruits pour assurer un climat scolaire serein. C’est ce qui a pu être observé dans à l’école Jean Jaurès, notamment lors de la récréation.

La récréation est ce temps où les élèves doivent se sentir en sécurité tout en apprenant les relations sociales : un temps où les besoins de chacun sont différents et aussi, pour tous, un moment qui doit être agréable. Ainsi des zones sont matérialisées dans la cour pour pouvoir courir, jouer ou discuter. Une salle est ouverte pour des élèves qui souhaitent être au calme, les volontaires sont nombreux.

Sous l’autorité des enseignants, ce sont les élèves de CM2 qui ont la responsabilité de l’organisation de la récréation : ils ont recueilli les demandes des autres classes et ont établi des règles de vie dans la cour. Chaque matin, ils distribuent des tickets aux élèves volontaires pour la salle. Vêtus d’un dossard jaune, ils sont également autorisés à intervenir pour régler des conflits ou des écarts à la règle dans la cour comme dans la salle.

En activités pédagogiques complémentaires, les élèves de CM2 sont formés conjointement par la directrice, l’enseignante et l’infirmière pour apprendre à énoncer des messages clairs, comprendre que certains comportements peuvent créer de la violence et identifier les différents types de violence.

Des bacs, dans la cour, font l’objet de créations florales annuelles pour garder trace et matérialiser le projet : un panneau "stop" symbolise le refus des situations de violence, au cœur du bac des mots pour résoudre ces situations. Autour de ces bacs fleuris se déroulent des échanges entre les plus grands et les plus jeunes, des élèves d’ici et d’ailleurs, la passation de responsabilités des CM2 au CM1 en fin d’année scolaire.

Cette année scolaire, l’expression des émotions fleurira à son tour.
Ce travail est partagé avec les CM2 d’une autre école que ces élèves retrouveront au collège.

Construire des relations sociales respectueuses des autres, est une compétence qui s’acquiert progressivement et à la construction de laquelle l’école doit prendre toute sa part. Ce projet montre qu’une telle démarche constitue un moyen efficace de lutte contre les risques de harcèlement par une meilleure gestion des émotions et une prise de conscience du respect dû à chacun.

 
vendredi 13 novembre 2015

Accueillir les élèves allophones arrivant : les clés d’un parcours de réussite

Vendredi 6 novembre, le recteur Jean-François Chanet a visité deux des quatre UPE2A que compte le Territoire de Belfort : à l’école élémentaire Louis Pergaud et au lycée Raoul Follereau.

Les UPE2A permettent la réussite scolaire de ces élèves à besoins éducatifs particuliers, à tous âges, avec l’appui du centre académique pour la scolarisation des enfants nouvellement arrivés et des enfants de familles itinérantes et de voyageurs CASNAV.

En compagnie d’Eugène Krantz, IA-DASEN du Territoire de Belfort, le recteur s’est d’abord rendu à l’école primaire Louis Pergaud, pour une présentation du travail d’équipe réalisé au profit des enfants nouvellement arrivés. Au sein de cette école, des prises en charge individualisées ont remplacé une ancienne classe spéciale CLIN.

Proposer un modèle d’intervention ouvert et itinérant

Le département du Territoire de Belfort a fait le choix d’un modèle d’intervention capable de répondre aux besoins de jeunes élèves dispersés chaque année sur une douzaine d’écoles différentes, conformément à la circulaire ministérielle de 2012. Il s’agit d’abord de favoriser l’intégration rapide des enfants dans leur environnement social et amical de proximité, en leur évitant de longues heures de transport.

Accueillir les élèves allophones arrivant à Belfort Le dispositif, qui fonctionne pour la quatrième année consécutive, scolarise l’effectif d’une classe en mobilisant toutes les ressources humaines et matérielles offertes par chaque école. Il est coordonné par une professeure spécialiste en français langue seconde et plurilinguisme, et supervisé par l’inspectrice de l’éducation nationale adjointe à l’IA-DASEN. Le parcours scolaire de chaque enfant repose sur une individualisation attentive, basée sur l’analyse de leurs savoirs et savoir-faire antérieurs et de leurs besoins grâce à un bilan initial de positionnement à :
- un bilan initial de positionnement
- la prise en charge spécialisée de l’enseignement du français
- l’inclusion aménagée dans une classe ordinaire et
- la mobilisation de toute une équipe.

Un témoignage d’élève ainsi que des études de cas ont illustré des parcours de réussite parfois brillants et attesté de la vitalité du travail réalisé.

Renforcer l’inclusion scolaire et sociale grâce à la mobilisation des acteurs

Le recteur a ensuite été reçu par le proviseur du lycée Raoul Follereau, dont l’établissement a officiellement ouvert, à la rentrée, une UPE2A. Une trentaine d’élèves, arrivés depuis peu ou issus des UPE2A des collèges Signoret ou Vauban, sont accueillis au sein de cette unité.

Le recteur a rencontré des jeunes engagés dans des cursus variés, des parents d’élèves et des professeurs impliqués au titre de diverses disciplines. La professeure coordinatrice, chargée de mission du CASNAV pour le Territoire de Belfort, ainsi que l’assistante pédagogique, formée en français langue étrangère, ont présenté l’apprentissage du français lors d’une séquence ludique faisant travailler ensemble des élèves de niveaux et de provenances variés.

Au lycée Follereau, l’ouverture du dispositif s’appuie sur une dynamique déjà impulsée. Deux étudiantes de l’enseignement supérieur, arrivées en France avec un bagage scolaire conséquent, ont témoigné du soutien décisif apporté par les professeurs pour apprendre le français et bénéficier d’une orientation.

Accueillir les élèves allophones arrivant à Belfort À cette occasion, l’inspectrice chargée de l’orientation pour le département a annoncé une meilleure prise en compte par le logiciel national des parcours particuliers et des compétences individuelles. En effet, au lycée comme à l’école, le parcours des allophones repose sur le dialogue de tous les acteurs belfortains, dès le premier accueil réalisé par les services de la DSDEN et le centre d’information et d’orientation CIO.

Au lycée comme à l’école, les clés de la réussite restent les mêmes : positionnement expert, enseignement renforcé et intensif de la langue française, individualisation.
Toutes les disciplines apportent leur contribution à la formation des lycéens. Ainsi, le professeur d’éducation physique et sportive a pu rappeler le rôle décisif de l’EPS et de l’association sportive, avant que son collègue d’arabe n’évoque, outre l’atout que constitue cette langue aux examens et concours, l’intégration par le savoir et la culture garantissant le vivre ensemble.

Le recteur a ainsi pu apprécier la cohérence et l’engagement des équipes belfortaines mobilisées pour l’accueil et la prise en charge pédagogique des allophones arrivant.

Contacts

Maryse Adam Maillet, IA-IPR de lettres et responsable du CASNAV
Tél. : 03 81 65 47 00
Nadine Naas, IEN adjointe à l’IA-DASEN du Territoire de Belfort

90
Lycée professionnel
Raoul Follereau - Belfort
Informations complètes

 
jeudi 8 octobre 2015

"De l’esclavage à la liberté"

Le collège Saint-Exupéry de Beaucourt accueille depuis le 21 septembre et jusqu’au 16 octobre une exposition itinérante sur la thématique de l’esclavage

Cette exposition, mise à disposition par la Maison de la négritude et des droits de l’homme de Champagney, vise à faire connaître les conditions historiques qui ont conduit durant 300 ans à nier l’humanité d’hommes et de femmes livrés, corps et biens, à l’appât du gain des négriers. Dans l’esprit du nouvel enseignement moral et civique, il est particulièrement pertinent de confronter nos élèves aux réalités d’hier qui perdurent encore sous des formes modernes aujourd’hui chaque fois qu’un individu n’est pas libre de choisir la vie qu’il souhaite mener. L’exposition ouverte également aux élèves des classes de CM2 de la ville de Beaucourt constitue un riche support de réflexion sur l’effectivité des valeurs de liberté et d’autodétermination.

Lors du vernissage de l’exposition qui a eu lieu le vendredi 25 septembre, des élèves participants à un atelier histoire qui fonctionne sur la pause méridienne ont expliqué à d’autres élèves la logique de fonctionnement du commerce triangulaire et de la traite négrière transatlantique. Cette prise de parole à plusieurs voix par les jeunes pousses d’historiens en herbe a été chaleureusement saluée par le public présent.

Contact

Brigitte Detez, professeur d’histoire-géographie
Courriel

 
jeudi 17 septembre 2015

Journée nationale du sport scolaire

La journée du 16 septembre 2015 a permis de mettre en lumière le sport scolaire : 539 élèves issus de 18 établissements du Territoire de Belfort et du Doubs se sont rassemblés au lac du Malsaucy pour pratiquer diverses activités sportives

L’opération de la Journée nationale du sport scolaire a pour objectif de mieux faire connaître et promouvoir les activités des associations et des fédérations sportives scolaires auprès des élèves, des équipes éducatives, des parents d’élèves, du monde sportif local et des collectivités territoriales. Cette année, cet événement s’inscrivait dans le cadre de la première "Semaine européenne du sport", une initiative de la Commission européenne destinée à promouvoir le sport et l’activité physique dans toute l’Europe.

Journée nationale du sport scolaire - DSDEN 90La manifestation sportive s’est déroulée en présence du directeur académique et des représentants du Comité départemental olympique et sportif. Les 539 élèves venus de 14 établissements du Territoire de Belfort et 4 du Doubs ont participé à cette journée qui a commencé sous la pluie, encadrés de 42 enseignants accompagnateurs et neuf professeurs spécialistes.

La base nautique du lac du Malsaucy a offert un cadre idéal pour découvrir les nombreux sports proposés : zumba, beach volley, V.T.T., rugby, beach soccer, trial, tir à l’arc et pédalo, cette dernière activité rencontrant un vif succès. C’est sous un rayon de soleil que les élèves, en bus ou à vélo, ont regagné leurs établissements.

Contact

Martine Cali, directrice départementale U.N.S.S. Territoire de Belfort


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon