R

Accueil > DSDEN > Actualités > La nouvelle inspectrice d’académie a pris ses fonctions dans le département (...)

Rubrique Actualités

mardi 5 janvier 2016

La nouvelle inspectrice d’académie a pris ses fonctions dans le département !

Liliane Ménissier, directrice académique adjointe des services de l’Éducation nationale de l’Ain, est nommée directrice académique des services de l’Éducation nationale de Haute-Saône à compter du 1er janvier 2016.

Liliane Ménissier a été nommée par décret du Président de la République en date du 31 décembre 2015, en remplacement d’Éric Fardet, appelé à d’autres fonctions.

La nouvelle inspectrice d'académie a pris ses fonctions dans le département ! Native de Gray, Liliane Ménissier est de retour dans son département d’origine. Formée à l’UEREPS de Besançon, elle a d’abord été professeure d’EPS dans l’académie de Reims.
Elle a poursuivi sa carrière en tant que chargée de mission EPS auprès de l’IA-DASEN de l’Aube avant d’être nommée IA-IPR d’EPS au rectorat de Reims. Elle a ensuite exercé cette fonction au rectorat de Grenoble où elle fut doyen des IA-IPR de cette académie et conseillère académique recherche développement innovation expérimentation (CARDIE).

Depuis avril 2013, Liliane Ménissier était inspectrice d’académie, directrice académique adjointe des services de l’Éducation nationale dans le département de l’Ain.

À l’occasion de sa prise de fonction en Haute-Saône, l’inspectrice d’académie a présenté ses vœux à l’ensemble des personnels du département, souhaitant à chacun, épanouissement personnel et réussite professionnelle.

Elle a indiqué aux équipes pédagogiques qu’elle était à leurs côtés, avec l’appui des IEN et des chefs d’établissement, dans la réalisation des chantiers qui les mobiliseront tout au long de l’année qui commence. Elle sait également compter sur la compétence des personnels administratifs et techniques pour la mise en œuvre de la politique éducative dans le département.

Nous lui souhaitons une agréable prise de poste dans l’académie de Besançon et dans le département de la Haute-Saône.

 
mercredi 23 décembre 2015

Sur les traces des poilus : de la toile au papier

Treize élèves du collège Raymond Gueux de Gy ont entrepris de recréer des personnages de poilus du 60e régiment d’infanterie mobilisés dans la région de Besançon. D’abord diffusée sur les réseaux sociaux, leur production vient d’être éditée.

Sous la direction de Yann Lefèbvre, leur professeur d’histoire-géographie, les treize collégiens en classe de 3e ont écrit les lettres échangées par leurs personnages fictifs avec leurs familles pour raconter leurs histoires et exprimer leur vécu de la Grande Guerre. La qualité du travail de ce groupe d’élève a été reconnue si bien que ce projet ambitieux a été labellisé dans le cadre de la Mission du Centenaire.

Une extraordinaire aventure historique et pédagogique

Sur les traces des poilus : de la toile au papier Les élèves ont conduit un travail interdisciplinaire, au départ, un travail d’histoire complété par un travail de français. À la recherche documentaire sur la réalité de la guerre de 1914-1918, s’est ajouté le travail d’écriture. Brosser le portrait fin de chaque personnage, élaborer une trame narrative à travers laquelle il évolue. Le tout dans le cadre d’une collaboration entre pairs. En effet, les élèves ont travaillé en atelier et pour garantir la cohérence du récit, ont pris en considération l’impact que l’action d’un personnage a pu avoir sur le devenir des autres.

Les productions ont d’abord été mises en ligne à travers les réseaux sociaux. Comptes Twitter et pages Facebook ont été créés à cet effet. À charge alors pour les élèves de maîtriser la diffusion sur la toile, d’explorer les possibilités des réseaux sociaux et d’en éprouver les limites.

La reconnaissance du travail accompli

Afin de conserver durablement les productions des élèves, des démarches ont été entreprises avec un éditeur, Sycko, et un illustrateur, David Chapoulet, en vue de publier un livre. Le projet éditorial a alors pris la forme d’un livre de 48 pages financé en partie grâce à une levée de fonds sur le site de financement participatif Ulule. Les élèves se sont impliqués dans le suivi des souscriptions, en ralliant la communauté qu’ils avaient créée sur les réseaux sociaux. Ils ont atteint, en un mois, l’objectif de financement, expression de la reconnaissance de leur travail de la part des abonnés qui se sont engagés à soutenir le projet dans sa version papier.

Sur les traces des poilus : de la toile au papier À l’occasion du vernissage du livre Sur les traces des poilus, Bruno Saisset, principal du collège Raymond Gueux a réuni les élèves autour de Jean-François Chanet, recteur de l’académie.

Devant les familles des élèves, les partenaires associés au projet, les élus locaux, les cadres de l’Éducation nationale, Yann Lefèbvre a résumé le déroulement du projet. Le recteur a salué la démarche interdisciplinaire qui avait été entreprise, remarquant l’utilisation pertinente de l’outil numérique, notamment pour la recherche documentaire. Jean-François Chanet a également souligné "la qualité professionnelle de la conception à l’objet livre fini". Il a replacé l’engagement et le travail de mémoire des élèves dans la perspective de leur vie citoyenne, dans une société qui connait une nouvelle forme de guerre. Il a enfin vivement félicité les élèves et leur a adressé tous ses vœux de réussite dans la poursuite de leur scolarité et de leur vie de citoyens.

À la fin de la cérémonie, lors de la mise à disposition au public des ouvrages, les élèves se sont prêtés au jeu des dédicaces, fiers du travail accompli.

Contact

70
Collège
Raymond Gueux - Gy
Informations complètes


Galerie

Sur les traces des poilus : de la toile au papier Sur les traces des poilus : de la toile au papier Sur les traces des poilus : de la toile au papier Sur les traces des poilus : de la toile au papier Sur les traces des poilus : de la toile au papier

 
mardi 15 décembre 2015

Les valeurs de la République et les arts à la Maison de la Négritude

La Maison de la Négritude et des droits de l’Homme de Champagney offre à ses visiteurs la possibilité d’enrichir leurs connaissances dans de nombreux domaines

Une ressource à exploiter par les écoles et les établissements du département.
Yann Kehl, IEN chargé de mission départementale arts et culture a visité ce musée atypique accompagné par Didier Caille, conseiller pédagogique référent départemental pour les valeurs de la République et par Julien Jacquot, conseiller pédagogique départemental en éducation musicale.

Lieu de mémoire autour de l’esclavage des Noirs, la Maison de la Négritude rappelle que les habitants de Champagney condamnèrent cette forme d’esclavage dès 1789. En effet, ils en demandèrent l’abolition lors de la rédaction des cahiers de doléances. Léopold Sédar Senghor, premier Président de la République du Sénégal, a considéré que les habitants de Champagney "avaient eu le constant souci de la dignité des hommes en général et des Noirs en particulier". Il a accordé son patronage au musée dès son ouverture en 1971.

Les valeurs de la République et les arts à la Maison de la NégritudeSituée sur la route des abolitions de l’esclavage, la Maison de la Négritude attire un public varié, en grande partie scolaire, provenant souvent de l’extérieur du département. C’est ce constat paradoxal qu’a pu dresser Yann Kehl car le site regorge de ressources variées permettant d’enrichir les connaissances des élèves tant dans le domaine des arts : objets africains et haïtiens, musique et instruments, littérature (contes, poésies…) que dans le domaine de l’histoire et de l’éducation aux valeurs de la République. Le musée met entre les mains des élèves des reproductions du cahier de doléances, permet d’appréhender le respect de la vie humaine et la prise en compte progressive de ce respect. Compte-tenu de sa richesse et de sa proximité, le lieu semble incontournable pour les élèves haut-saônois dans le cadre des parcours d’éducation artistique et culturelle.

En pratique, la Maison de la Négritude peut accueillir les classes dans deux salles d’exposition, et mettre à disposition une ancienne salle de classe permettant un travail pédagogique en marge de la visite, ou de prendre le repas dans le cadre d’une sortie organisée sur une journée. En effet, les classes peuvent profiter du déplacement pour visiter le musée de la mine situé sur la commune voisine de Ronchamp.

À noter également : la maison de la négritude organise des expositions temporaires, propose aux enseignants des visites "sur mesure" pour adapter le contenu à l’âge des élèves et aux attentes pédagogiques. Des expositions itinérantes et des prêts de documents aux écoles et établissements scolaires sont possibles.

Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme
24 Grande Rue 70290 Champagney
Tél : 03 84 23 25 45
Courriel
Site

 
vendredi 11 décembre 2015

Journée de la laïcité 9 décembre 2015

Les élèves du département ont témoigné de leur attachement au principe de laïcité, inscrit au cœur des valeurs de la République.

L’article 1er de la Constitution française indique :
"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances."

La journée du 9 décembre commémore la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. À cette occasion les élèves des écoles et des établissements du second degré du département se sont mobilisés autour des valeurs de la République. Certains d’entre eux se sont notamment rassemblés autour d’un arbre de la laïcité. Depuis la Révolution, des hommes ont planté "des arbres de la Liberté", pour rendre hommage aux valeurs de la République. Un arbre est un symbole important. Ses racines, sa stature imposante et droite, son port protecteur lui confèrent un statut particulier. L’arbre de la Laïcité s’inscrit dans la continuité républicaine.
Autour de l’arbre, les élèves ont exprimé solennellement et de différentes manières leurs conceptions des valeurs de la République. Ils ont notamment illustré la charte de la laïcité avec leurs mots pour mieux saisir la dimension de ce texte.

Permettre la cohabitation de ceux qui ont des convictions religieuses différentes et également de ceux qui n’en ont pas, tel est le principe de laïcité porté par l’école publique. Chaque enfant est ainsi accueilli comme élève et peut bénéficier d’un cadre propice aux apprentissages autour de valeurs citoyennes partagées.


Galerie

Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015 Journée de la laïcité 9 décembre 2015

 
jeudi 3 décembre 2015

Cross académique 2015

Près de 1 200 élèves des collèges et lycées de l’académie se sont rassemblés mercredi 2 décembre pour le championnat d’académie de cross-country organisé sur la zone de loisirs du lac de Vesoul-Vaivre.

L’objectif principal de cette manifestation organisée par l’UNSS est de faire pratiquer aux élèves un sport d’endurance, de pleine nature. C’est aussi leur permettre de confronter leur performance à celles de leurs camarades dans le cadre d’une rencontre de grande envergure.

Cross académique 2015L’enjeu pour les meilleurs participants : se qualifier pour le championnat de France qui aura lieu à Nantes le 23 janvier prochain. Le championnat d’académie se voulait solidaire cette année encore, en renouvelant son partenariat avec la banque alimentaire. Chacun a pu apporter sa contribution en déposant des denrées non périssables à l’emplacement réservé à cet effet

Cinq courses, dont les départs se sont échelonnés durant l’après-midi, ont été organisées sur le site de la zone de loisirs. Différents parcours, de 2 500 à 4 000 mètres, ont ainsi été mis en place, afin de tenir compte du sexe et de la catégorie d’âge de chaque participant. Des élèves du lycée Édouard Belin ont été associés à l’encadrement des courses.

Les participants ont donné le meilleur d’eux-mêmes, et ont fait la fierté de leurs professeurs d’EPS à l’arrivée. Après leurs efforts, les coureurs ont pu trouver du réconfort grâce au chocolat chaud offert par l’UNSS, préparé et servi par des élèves du lycée Pontarcher de Vesoul. Un beau moment sportif pour tous ces jeunes qui ont bénéficié d’une météo très favorable.


Galerie

Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015 Cross académique 2015

 
jeudi 26 novembre 2015

En selle à l’ULIS école !

Les élèves des classes ULIS des écoles de Saint-Loup (Chanois), de Vauvillers et de Vesoul (Pablo Picasso) se sont initiés aux sports équestres lors de journées spécialement organisées autour de cette activité

Ces actions sont coordonnées par le service CPD-EPS de la DSDEN 70 depuis plusieurs années maintenant et bénéficient de subventions allouées par le comité départemental équestre 70. Cette année, elles ont eu lieu dans trois centres équestres du département. Celui du Frais-Puits Quincey a accueilli les élèves de l’école Picasso de Vesoul, celui de Jussey a accueilli les élèves de Vauvillers, tandis que le centre équestre de Fougerolles a reçu les élèves de l’école du Chanois de Saint-Loup-sur-Semouse.

En selle à l'ULIS école !Chaque journée d’initiation s’est déroulée en plusieurs étapes. Les élèves ont visité le centre, rencontré l’animal et pris contact avec lui à travers un moment consacré au brossage, à l’harnachement. Ils se sont ensuite exercés à monter chevaux et poneys dans le manège, avant de partir en ballade pour une randonnée en pleine nature.
À Fougerolles, les élèves ont notamment eu l’occasion d’assister à l’attelage d’un cheval à une calèche qu’ils ont utilisée pour se rendre à l’emplacement de l’ancien château de la commune.

Ces journées ont été particulièrement enrichissantes pour les élèves tant sur le plan émotionnel que sur le plan relationnel. En effet, nombre d’entre eux n’étaient pas rassurés à l’idée de monter ces chevaux et poneys. Un rapport de confiance nécessaire s’est peu à peu établi avec les animaux. Finalement chacun a profité pleinement de l’expérience offerte lors de ces journées de découverte de l’équitation.

 
lundi 23 novembre 2015

La vie scolaire dans les collèges en milieu rural : faire confiance et cultiver l’ambition

Le recteur Jean-François Chanet s’est rendu au collège Louis Pasteur de Jussey, en Haute-Saône, le vendredi 20 novembre.

Accueilli par Catherine Gauthier, principale du collège, Marie-Laure Grosperrin son adjointe et Marie-Christine Bébin Méhault, secrétaire générale de la DSDEN de Haute-Saône, le recteur, accompagné par Maryse Adam-Maillet, IA-IPR de lettres, a découvert l’établissement en allant d’abord à la rencontre des élèves de 6e-5e SEGPA.

Favoriser l’épanouissement des collégiens au cœur de la ruralité

Visite du recteur au collège Louis Pasteur de Jussey Carole Rousselot a proposé à ses élèves de construire un conte, en puisant les éléments du schéma narratif dans un jeu de cartes. Chacun des membres de la délégation a joué le jeu en s’associant à ce travail d’écriture dans un climat de classe particulièrement serein.

Le recteur a ensuite pris le déjeuner au restaurant scolaire. Pendant le repas, il a pu dialoguer avec les représentants des élèves. L’établissement compte un peu moins de 300 élèves. Une large majorité d’entre eux se trouvent éloignés de leur domicile à midi et ont besoin de ce service de restauration.

Offrir aux collégiens ruraux les mêmes chances de réussite que leurs camarades urbains

En début d’après-midi, la principale a réuni de nombreux acteurs autour d’une table ronde. Des représentants des parents et des enseignants ont eu l’occasion de parler librement avec le recteur et d’aborder diverses thématiques.

Catherine Gauthier a indiqué que de nombreux élèves du collège peinent à prendre des distances avec le secteur de Jussey pour poursuivre une scolarité en qualité d’interne dans un lycée puis vers des études supérieures. Elle s’interroge sur ce manque d’ambition ou ce déficit d’estime de soi. Il convient sans doute de favoriser l’épanouissement de ces jeunes, en cultivant l’optimisme, en faisant en sorte que les parents soient confiants vis-à-vis de leur enfant afin que celui-ci développe sa confiance en lui. Pour cultiver l’ambition, il convient aussi de permettre une ouverture sur l’extérieur.

Visite du recteur au collège Louis Pasteur de Jussey La problématique de l’éloignement est alors posée : temps et coûts des transports vers les infrastructures culturelles. L’association sportive du collège, quant à elle, se démarque grâce à la mutualisation du coût des transports au niveau départemental. Il faudra sans doute activer le levier de la mutualisation pour d’autres domaines. L’éloignement, c’est aussi un temps de trajet entre le collège et le domicile qui dépasse parfois une heure, trop long et par conséquent fatigant. Le recteur a entendu ces difficultés en termes d’inégalités territoriales.

Rassurer les enseignants sur la mise en œuvre de la réforme du collège

Jean-François Chanet a également profité de la rencontre avec les professeurs du collège pour répondre à leurs inquiétudes quant à la mise en place de la réforme.
Qu’il s’agisse de l’évaluation ou des enseignements interdisciplinaires, les enseignants doivent s’approprier la réforme, construire collectivement les adaptations locales nécessaires, avoir confiance en eux-mêmes. Les dispositifs sont des moyens, ce sont les objectifs du socle commun qu’il convient de considérer comme des fins. Le recteur a rappelé toute sa confiance à l’égard des enseignants.

Contact

70
Collège
Louis Pasteur - Jussey
Informations complètes

 
jeudi 19 novembre 2015

Améliorer le climat scolaire

André Canvel IGEN délégué ministériel à la lutte et la prévention des violences en milieu scolaire a visité le collège et les écoles de Saint-Loup-sur-Semouse le 17 novembre. Une occasion de découvrir les actions menées dans le département de Haute-Saône.

La cellule climat scolaire mise en place en 2013 a vu son activité augmenter de plus de 50% au cours de l’année scolaire suivante. En effet, 29 écoles et six établissements du second degré ont fait appel à la cellule en 2014-2015 dans le cadre des missions qui lui ont été confiées. Par ailleurs, la cellule participe à la formation professionnelle des enseignants. Elle a pris en charge sept stages écoles, et est intervenue dans le cadre de l’analyse de la pratique professionnelle des directeurs d’école en formation initiale. En partenariat avec l’ESPE, elle est également intervenue auprès des enseignants stagiaires et des étudiants en première année de master.

Des perspectives d’activité nombreuses de la cellule climat scolaire pour l’année 2015-2016

En complément des interventions directes dans les écoles ou les classes, le volet prévention sera traité à travers cinq propositions de stages.

Une enquête climat scolaire destinée aux élèves du cycle 3 sera effectuée dans la circonscription de Vesoul 2 qui fournira un outil de pilotage pour la circonscription et permettra le déploiement d’actions ciblées pour favoriser le bien-être à l’école.

Améliorer le climat scolaireDes outils pour travailler l’enseignement moral et civique (EMC) sont en cours d’élaboration au sein d’un groupe départemental mis en place dans le cadre de la mobilisation de l’école pour les valeurs de la République. La cellule climat scolaire participe à ce groupe de travail afin de favoriser la continuité des actions menées de l’école primaire au collège, de mesurer la pertinence de ces actions et leur impact sur le climat général de l’établissement.

Dans le second degré, deux enquêtes académiques ont été élaborées avec l’université, l’une portant sur harcèlement, l’autre sur le climat scolaire. Seize établissements ont déjà répondu à la première, seize établissements ont répondu à la seconde.
À noter : six établissements ont répondu aux deux enquêtes proposées. La cellule accompagnera les établissements dans l’analyse des résultats.

À la fin des interventions "Climat de classe" en collège, la cellule invite l’ensemble des acteurs en lien avec la classe, et en premier lieu le professeur principal, à repenser les heures de vie de classe comme des temps de construction de la dynamique de groupe et des temps de régulation. Une information faisant référence à la recherche action menée à Montpellier a été communiquée aux établissements et doit constituer une aide précieuse pour les professeurs.

La cellule climat scolaire fera un bilan sur le mode de fonctionnement et sur l’impact du conseil de vie collégienne. En effet, cette instance doit permettre aux élèves de faire entendre leur point de vue et de participer activement à la vie de l’établissement, renforçant ainsi leur sentiment d’appartenance au collège. Les collèges de Champlitte, Fougerolles, Marnay, Melisey et le collège Jacques Brel de Vesoul ont d’ores et déjà mis en place un conseil de vie collégienne.
Dans une perspective analogue, la cellule recensera les écoles ayant mis en place un conseil d’écoliers afin de promouvoir cette instance au sein du département.

Les chargées de mission de la cellule climat scolaire rappellent que la reconnaissance institutionnelle de l’implication des élèves dans la vie de l’école ou du collège constitue un élément fondamental d’amélioration du climat scolaire.

Le soutien au comportement positif (SCP)

Il s’agit d’un système de soutien sur le plan de la gestion des comportements pour créer un milieu propice à l’apprentissage. Le SCP préconise ainsi l’adoption d’une approche dans laquelle on prend les devants en matière de discipline. Il se fonde sur l’idée que les comportements attendus en classe et hors classe doivent être définis précisément, enseignés explicitement et être reconnus lors de leur manifestation.

La cellule climat scolaire prend part à une expérimentation en cours dans ce domaine au niveau académique (dix réseaux de collège sont concernés, dont trois en Haute-Saône : les collèges Gérôme et Jean Macé à Vesoul, le collège André Masson à Saint-Loup-sur-Semouse).

 
vendredi 6 novembre 2015

Non au harcèlement

Éric Fardet, IA-DASEN de la Haute-Saône, a visité l’école du stade de Vesoul dans le cadre de la journée nationale contre le harcèlement scolaire

La lutte contre toutes les formes de harcèlement dans les établissements scolaires est une composante de la loi de refondation de l’école de la République. La première journée nationale « Non au harcèlement » a eu lieu le 5 novembre 2015. Elle s’inscrit dans une campagne de mobilisation lancée par la ministre de l’Éducation nationale qui déclare avec force : "Le harcèlement va à l’encontre des valeurs prônées par l’École de la République : le rejet, la stigmatisation, le refus de l’altérité, le non-respect de la dignité humaine n’ont pas leur place dans l’enceinte de nos établissements scolaires".

Éric Fardet, IA-DASEN de la Haute-Saône, a visité l'école du stade de Vesoul dans le cadre de la journée nationale contre le harcèlement scolaireLes situations de harcèlement apparaissent dès le plus jeune âge. Aussi cette campagne est-elle prioritairement destinée aux élèves de l’école primaire et aux témoins des situations de harcèlement. Des solutions existent. Chaque acteur doit pouvoir les connaître, y avoir facilement accès et s’en saisir. L’objectif de la mobilisation consiste à mettre en place au sein de chaque école et de chaque établissement un plan de prévention pertinent afin de traiter la question du harcèlement en amont.

Avec la création de la cellule climat scolaire dans le département il y a trois ans, les équipes pédagogiques haute-saônoises ont été impliquées dans la lutte contre le harcèlement. L’inspecteur d’académie, l’inspecteur de la circonscription de Vesoul 1 et l’adjointe au maire de Vesoul déléguée aux affaires scolaires ont pu en mesurer les effets bénéfiques en visitant l’école du Stade de Vesoul.

Avant même d’être un lieu d’apprentissage, cette école est un lieu de vie. Les élèves sont régulièrement réunis au sein de groupes de responsabilité qui traitent des questions citoyennes dans l’école. La lutte contre le harcèlement a ainsi fait l’objet d’un travail ciblé. Les élèves ont visionné de courtes vidéos proposées par le ministère de l’Education nationale. Ces dernières permettent une prise de distance et la mise en place d’une situation active autour de la problématique. Chacun des participants au groupe de responsabilité a ensuite été invité à s’exprimer au cœur d’un cercle de parole. C’est ainsi que les élèves de l’école du Stade ont su caractériser les situations de harcèlement, définir les rôles des protagonistes (harceleur, victime, témoin). Ils ont compris la nécessité de parler à un adulte s’ils se trouvent confrontés à une situation analogue. Ces élèves et l’équipe pédagogique de l’école on su tirer profit des nouveaux outils mis à la disposition des enseignants sur le site ministériel Non au harcèlement.

 
vendredi 6 novembre 2015

Découvrir l’artisanat et les formations avec les Artimobiles

Première étape de leur tournée nationale, les Artimobiles se sont arrêtés en Haute-Saône cette année, dans les collèges Jacques Brel à Vesoul, Romé de l’Isle à Gray, Albert Jacquard à Lure et Jean Rostand à Luxeuil-les-Bains

Inscrite dans le cadre des parcours Avenir des établissements, l’opération « Artimobile » permet aux élèves de développer leur culture du monde socio-économique. Le but de cette opération, menée par le Fonds national de communication et de promotion de l’artisanat en partenariat avec la DSDEN est de faire découvrir aux jeunes les métiers de l’artisanat de manière originale. Quiz interactifs, animations numériques ou reportages vidéo, 250 métiers sont présentés de façon ludique et pédagogique aux élèves de 5ème, 4e ou de 3ème. Il s’agit de leur faire découvrir la diversité des formations et des 250 métiers du secteur de l’artisanat dans le cadre d’un dispositif dynamique fondé sur l’interaction.
Afin de proposer cette action au maximum d’élèves, les établissements se sont associés pour mettre en place le dispositif. En Haute-Saône, l’opération a bénéficié aux élèves de l’agglomération de Vesoul qui se sont rendus au collège Jacques Brel, à ceux du collège Delaunay de Gray qui ont rejoint leurs camarades de l’établissement Romé de l’Isle, aux élèves de section 3èmePrépa Pro de la section enseignement professionnel du lycée Lumière et à ceux du collège Mathy qui sont se sont rendus au collège J. Rostand à Luxeuil-les-Bains, et enfin aux élèves du collège Jacquard à Lure (photos de ces derniers dans la galerie ci-dessous).

Les sessions d’une heure et demie environ par classe sont assurées par des professionnels de la formation et des artisans.
Les élèves visualisent d’abord un film d’introduction, participent à un quiz à l’aide de boitiers de vote interactifs et commencent leur découverte du secteur. Ensuite ils sont immergés dans les univers des métiers de l’artisanat. Ils peuvent naviguer sur le site internet « choisirl’artisanat.fr » et découvrir des vidéos métiers ainsi que les lieux où ils peuvent se former. Ils produisent leur parcours de découverte des métiers en fonction de leurs centres d’intérêt. Enfin un artisan ou un apprenti consacre un temps d’échange avec les groupes d’élèves afin de transmettre sa passion, de raconter son parcours tout en créant de la proximité. C’est le moment privilégié pour échanger autour de la notion d’expérience, compléter ses connaissances et pour ouvrir des perspectives.

70
Collège
Albert Jacquard - Lure
Informations complètes

70
Collège
Jacques Brel - Vesoul
Informations complètes

70
Collège
Romé de l'Isle - Gray
Informations complètes


Galerie



services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon