R

Accueil > Académie > Actualités > En établissements > Sur les traces des poilus : de la toile au papier

Rubrique En établissements

mercredi 23 décembre 2015

Sur les traces des poilus : de la toile au papier

Treize élèves du collège Raymond Gueux de Gy ont entrepris de recréer des personnages de poilus du 60e régiment d’infanterie mobilisés dans la région de Besançon. D’abord diffusée sur les réseaux sociaux, leur production vient d’être éditée.

Sous la direction de Yann Lefèbvre, leur professeur d’histoire-géographie, les treize collégiens en classe de 3e ont écrit les lettres échangées par leurs personnages fictifs avec leurs familles pour raconter leurs histoires et exprimer leur vécu de la Grande Guerre. La qualité du travail de ce groupe d’élève a été reconnue si bien que ce projet ambitieux a été labellisé dans le cadre de la Mission du Centenaire.

Une extraordinaire aventure historique et pédagogique

Sur les traces des poilus : de la toile au papier Les élèves ont conduit un travail interdisciplinaire, au départ, un travail d’histoire complété par un travail de français. À la recherche documentaire sur la réalité de la guerre de 1914-1918, s’est ajouté le travail d’écriture. Brosser le portrait fin de chaque personnage, élaborer une trame narrative à travers laquelle il évolue. Le tout dans le cadre d’une collaboration entre pairs. En effet, les élèves ont travaillé en atelier et pour garantir la cohérence du récit, ont pris en considération l’impact que l’action d’un personnage a pu avoir sur le devenir des autres.

Les productions ont d’abord été mises en ligne à travers les réseaux sociaux. Comptes Twitter et pages Facebook ont été créés à cet effet. À charge alors pour les élèves de maîtriser la diffusion sur la toile, d’explorer les possibilités des réseaux sociaux et d’en éprouver les limites.

La reconnaissance du travail accompli

Afin de conserver durablement les productions des élèves, des démarches ont été entreprises avec un éditeur, Sycko, et un illustrateur, David Chapoulet, en vue de publier un livre. Le projet éditorial a alors pris la forme d’un livre de 48 pages financé en partie grâce à une levée de fonds sur le site de financement participatif Ulule. Les élèves se sont impliqués dans le suivi des souscriptions, en ralliant la communauté qu’ils avaient créée sur les réseaux sociaux. Ils ont atteint, en un mois, l’objectif de financement, expression de la reconnaissance de leur travail de la part des abonnés qui se sont engagés à soutenir le projet dans sa version papier.

Sur les traces des poilus : de la toile au papier À l’occasion du vernissage du livre Sur les traces des poilus, Bruno Saisset, principal du collège Raymond Gueux a réuni les élèves autour de Jean-François Chanet, recteur de l’académie.

Devant les familles des élèves, les partenaires associés au projet, les élus locaux, les cadres de l’Éducation nationale, Yann Lefèbvre a résumé le déroulement du projet. Le recteur a salué la démarche interdisciplinaire qui avait été entreprise, remarquant l’utilisation pertinente de l’outil numérique, notamment pour la recherche documentaire. Jean-François Chanet a également souligné "la qualité professionnelle de la conception à l’objet livre fini". Il a replacé l’engagement et le travail de mémoire des élèves dans la perspective de leur vie citoyenne, dans une société qui connait une nouvelle forme de guerre. Il a enfin vivement félicité les élèves et leur a adressé tous ses vœux de réussite dans la poursuite de leur scolarité et de leur vie de citoyens.

À la fin de la cérémonie, lors de la mise à disposition au public des ouvrages, les élèves se sont prêtés au jeu des dédicaces, fiers du travail accompli.

Contact

70
Collège
Raymond Gueux - Gy
Informations complètes

 
lundi 21 décembre 2015

Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention

Jeudi 17 décembre 2015, des élèves de seconde du lycée Le Corbusier de Lons-le-Saunier ont entrepris une action de prévention novatrice.

Tout a commencé après une action de sensibilisation au VIH/sida à laquelle ont participé les élèves de la classe de seconde bac pro. "Assistant en architecture" du lycée. Au cours de cette action, des films, réalisés par des lycéens dans le cadre d’un appel à projet national sur le thème du sida, leur avaient été présentés.

Une idée a germé dans l’esprit des lycéens : réaliser une campagne de prévention, dans le domaine de la santé et des discriminations, sous la forme de courtes vidéos.

Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention Afin de mener à bien cet ambitieux projet, Eddy Lacroix, infirmier du lycée, et Marie-Jane Guyon, professeur de biotechnologies, ont débuté un travail de réflexion auprès de la classe concernée. Ce travail préparatoire a abouti à l’émergence de quatre thématiques :
- les discriminations
- les addictions
- le harcèlement et le racisme
- la maltraitance.

Les lycéens, répartis en petits groupes, ont souhaité approfondir chacune de ces thématiques en exploitant à chaque fois, une problématique dominante : l’homophobie, les drogues et les prises de risques au niveau de la sexualité, l’apparence et les réseaux sociaux.

Durant une demi-journée, les élèves ont procédé, en amont, à des recherches d’informations précises sur le site Eduscol du ministère de l’Éducation nationale puis, dans un second temps, ils ont élaboré un scénario et réalisé plusieurs prises vidéos.

Les clips de prévention seront finalisées début février, lors du retour de stages des élèves. Ils auront vocation à être diffusés sur les écrans du lycée, mais également (après accord des familles) à être envoyés à l’ensemble des élèves et des personnels.

Contacts

Eddy Lacroix, infirmier de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur

39
Lycée professionnel
Le Corbusier - Lons-le-Saunier
Informations complètes


Galerie

Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention Des lycéens lédoniens acteurs de la prévention

 
lundi 21 décembre 2015

Quand l’alchimie opère dans une oeuvre éphémère !

Lundi 14 décembre, 90 élèves du collège Marcel Aymé de Chaussin ont concrétisé une idée originale et brillante : la fabrication d’une pile géante à base de fruits !

Cette performance scientifique et artistique a été réalisée par les trois classes de troisième du collège, encadrées de leurs professeurs, Cécile Belot, Émilie Godard, Fabienne Martin et Éric Bernard et Jean-Yves Roy.

Inspirée des travaux du photographe Caleb Charland, cette réalisation s’appuie sur l’utilisation de fruits et de métaux (cuivre et zinc) afin de produire de l’énergie électrique.

La performance scientifique et artistique du collège Marcel Aymé À l’unanimité, les élèves ont décidé de représenter l’illustration "Peace for Paris" de Jean Jullien, qui a fait suite aux attentats du 13 novembre 2015.

540 oranges fournies par les familles des élèves ont permis de représenter ce symbole dans la cour du collège et de faire briller 90 diodes électroluminescentes, disposées autour d’une tour Eiffel réalisée en câbles électriques. 130 bougies ont été ajoutées à la composition, en hommage aux 130 victimes des attentats.

La réalisation représente une surface au sol d’environ 50 m2. Plus de 500 mètres de fil électrique ont été utilisés. Cette installation d‘envergure n’aurait pas pu voir le jour sans l’appui et le soutien de Lysiane Blosch, principale du collège et de Adrien Pellicioli, principal adjoint.

Les différents travaux réalisés en classe, dans le cadre des cours d’arts plastiques avec Émilie Godard et de sciences physiques avec Cécile Belot, ont permis aux élèves de s’approprier les concepts de "nature morte" et les contenus scientifiques nécessaires à la compréhension du fonctionnement de cette pile originale.

À travers cette réalisation ambitieuse et inédite, l’objectif consistait avant tout à partager une aventure collective qui restera dans les esprits de tous les élèves impliqués, mais aussi de tous ceux qui ont pu l’admirer durant une semaine.

Contacts

Cécile Belot, professeur de sciences physiques au collège
03 84 71 90 90

39
Collège
Marcel Aymé - Chaussin
Informations complètes


Galerie

La performance scientifique et artistique du collège Marcel Aymé La performance scientifique et artistique du collège Marcel Aymé La performance scientifique et artistique du collège Marcel Aymé

 
mercredi 16 décembre 2015

Bilan académique de la journée de la laïcité du 9 décembre 2015

Dans l’académie, quatre établissements, un par département, avaient été retenus pour leurs projets emblématiques associant les parents.

En octobre dernier, un appel à projets a été lancé par le CAVL avec l’aide de la cellule "vie scolaire" du rectorat et du groupe académique "Laïcité - valeurs de la République", afin d’illustrer la charte de la laïcité. Deux types de travaux se sont distingués : les projets ponctuels, inscrits autour de la journée du 9 décembre et les travaux s’inscrivant à long terme et qui se concrétiseront en avril prochain, sous la forme d’un recueil compilant l’ensemble des travaux accomplis. Sept lycées, quatre lycées professionnels, douze collèges, un collège de l’éducation prioritaire et un projet école/collège ont répondu à l’appel à projets dont voici déjà quelques réalisations.

La plupart des actions menées dans le cadre de la journée de la laïcité émanent de cet appel à projets, néanmoins nombreuses autres opérations ont eu lieu dans les écoles, collèges et lycées. C’est notamment le cas dans le premier degré où les écoles se sont vivement investies comme à Besançon, Baume-les-Dames, Andelnans, Grandvillers, Vauvillers, Chèvremont, Vesoul, Noidans-lès-Vesoul, Colombe-lès-Vesoul, où les écoliers ont notamment planté des arbres de la laïcité et travailler sur la Charte de la laïcité.

Quand les élèves de l’académie s’approprient la laïcité

Dans le second degré, quatre projets ont été particulièrement mis en valeur car ils associaient les parents ou étaient ouverts sur l’extérieur. Dans cet effort d’explicitation de la laïcité à l’école, de la charte de la laïcité, il est en effet particulièrement important d’associer les familles.

"Fête du monde" - collège Saint-Exupéry de Beaucourt (90)

Fête du monde au collège Saint-Exupéry Le projet du collège a mis l’accent sur la fraternité et le "bien vivre ensemble" inhérent à la laïcité. Élèves et personnels se sont rassemblés autour d’un évènement fédérateur et marquant pour "fêter le monde au collège". Toutes les disciplines ont été associées à ce projet, sans dissocier la dimension pédagogique, culturelle et festive. La journée a été rythmée par des chants du monde et s’est achevée par un concert en présence des familles.

Une fresque intitulée "Inside Out" a été réalisée par des élèves de 3e. Inspirée des collages grand format de l’artiste photographe français JR, elle orne l’entrée principale du collège. Cette fresque donne à voir un concentré de visages de la communauté éducative, une mosaïque de figures venues d’ici et de là-bas. Elle est à l’image du collège, un lieu de culture, de savoir mais aussi un lieu de rencontre des cultures, de fabrique du vivre ensemble dans le respect des différences.

Semaine de la laïcité, conférence - lycée professionnel Pontarcher de Vesoul (70)

Au sein du lycée vésulien, la mobilisation autour de la laïcité a été particulièrement forte, puisque 350 élèves ont été concernés par les actions organisées au cours de cette semaine. En amont, des lycéens volontaires ont décoré l’établissement sur les thèmes : laïcité, valeurs et symboles de la République.

Une semaine consacrée à la laïcité au lycée Pontarcher Durant toute cette semaine, les articles de la Charte de la laïcité et une exposition sur l’histoire de la laïcité ont été affichés au sein du lycée pour être visible de tous. Les enseignants ont été invités à s’approprier les articles de la charte afin de s’en servir comme support de cours pour travailler avec leurs élèves.

Le lundi 7 décembre, lors d’une conférence destinée aux personnels et aux parents d’élèves, Guy Cottet Emard et Jean-Louis Davot de la fédération des œuvres laïques de Haute-Saône, ont présenté la laïcité au regard de l’Histoire, de la loi, de l’actualité et de ses rapports à la vie quotidienne.

Le mercredi 9 décembre, jour du 110e anniversaire de la loi de séparation des Églises et de l’État, l’ensemble des classes ont abordé la laïcité de différentes façons : réflexion autour de l’exposition "Histoire et actualité de la laïcité en France" pour les élèves de seconde, animation-débat à partir d’une vidéo pour les élèves de première et conférence-débat pour les élèves de terminale.

Ateliers autour de la laïcité - Collège Jean Bauhin d’Audincourt (25)

Lors d’une journée banalisée, huit ateliers ont été proposés aux collégiens de 6e et de 5e pour qu’ils puissent mieux comprendre et appréhender la laïcité. En fin d’après-midi, les parents ont pu assister à la présentation des travaux élaborés. Ces derniers ont salué cette belle initiative et ce moment de partage.

Comprendre la laïcité - collège Jules Grévy de Mont-sous-Vaudrey (39)

La laïcité au collège Jules Grévy Dans le cadre des cours d’EMC, les collégiens ont été amenés à s’approprier les articles de la Charte de la laïcité afin de les illustrer et de leur donner du sens. Ils ont ensuite présenté l’enjeu de cette charte à leurs camarades et aux membres de la communauté éducative : parents et partenaires. À travers ce travail, ils ont ainsi pu comprendre que la laïcité est la condition du bien vivre ensemble au collège.

Chaque niveau s’est investi dans diverses réalisations : mini-films d’animation, abécédaire, illustrations et réalisation d’une bande dessinée, interviews puis conception de vidéos.

Transmettre et faire vivre la laïcité à l’École

Contacts

Référent académique laïcité

90
Collège
Saint-Exupéry - Beaucourt
Informations complètes

70
Lycée professionnel
Pontarcher - Vesoul
Informations complètes

25
Collège
Jean Bauhin - Audincourt
Informations complètes

39
Collège
Jules Grévy - Mont-sous-Vaudrey
Informations complètes


Galerie

La fresque "Inside Out" à l'entrée du collège Saint-Exupéry Fête du monde au collège Saint-Exupéry Fête du monde au collège Saint-Exupéry Une semaine consacrée à la laïcité au lycée Pontarcher Une semaine consacrée à la laïcité au lycée Pontarcher Une semaine consacrée à la laïcité au lycée Pontarcher Une semaine consacrée à la laïcité au lycée Pontarcher Une semaine consacrée à la laïcité au lycée Pontarcher Ateliers autour de la laïcité au collège Jean Bauhin Ateliers autour de la laïcité au collège Jean Bauhin Ateliers autour de la laïcité au collège Jean Bauhin Ateliers autour de la laïcité au collège Jean Bauhin Ateliers autour de la laïcité au collège Jean Bauhin La laïcité au collège Jules Grévy

 
lundi 14 décembre 2015

La finale des Olympiades de physique en ligne de mire pour des lycéens de Viette

"Quand l’atmosphère joue avec la lumière", le projet du club scientifique et technique du lycée Jules Viette de Montbéliard, sélectionné pour la finale des Olympiades de physique France.

Cela fait 20 mois que les élèves du club scientifique et technique du lycée Viette travaillent sur leur projet un peu fou : photographier le lever du soleil à 26 000 mètres d’altitude à l’aide d’un ballon stratosphérique pour mesurer et comprendre l’interaction entre l’atmosphère et la lumière du soleil.
Pari réussi le 4 juillet dernier avec la "mission Juliette 3", c’est ainsi qu’ils ont baptisé leur nacelle stratosphérique lâchée à 3h40 du matin en pleine canicule.

Parce que l’atmosphère constitue aussi un bouclier protecteur – et une menace potentielle – dans les domaines de la lumière invisible (infrarouge et ultraviolet), l’objectif de la mission était également de capter ces rayonnements pour mesurer le filtrage des ultraviolets solaires et l’effet de serre.

Enfin, un capteur d’humidité et de température ainsi qu’un hypsomètre, qui mesure la température d’ébullition de l’eau pour en déduire la pression atmosphérique, étaient également embarqués.

Des lycéens récompensés pour leur investissement

Le club scientifique et technique du lycée Jules Viette Dès la rentrée de septembre, les élèves du club ont consacré leurs samedis matin et deux jours de congés à l’exploitation des photos et des 3 900 lignes de données transmises par radio lors du vol.

Le projet séduit le Centre national d’études spatiales (CNES) puis, obtient le label "année internationale de la lumière" et sa sélection pour la finale des Olympiades de physique.

Le CNES a financé le ballon, l’hélium et, par l’intermédiaire du Pavillon des Sciences, la logistique le jour du lâcher. Séduit par l’originalité et la qualité du projet, le CNES a invité deux représentants de l’équipe à le présenter à la Cité de l’Espace à Toulouse le 7 octobre 2015.

Le mercredi 9 décembre, les élèves présentaient leur projet à la faculté des sciences de Nancy devant le jury de sélection inter-académique des Olympiades de physique. Celui-ci a apprécié la qualité et la rigueur du travail réalisé et donné de précieux conseils pour la présentation en finale les 29 et 30 janvier 2016.

Contacts

Club scientifique du lycée Viette

Lumiere2015.fr


Galerie

"Quand l'atmosphère joue avec la lumière" "Quand l'atmosphère joue avec la lumière" "Quand l'atmosphère joue avec la lumière" "Quand l'atmosphère joue avec la lumière"

 
mercredi 25 novembre 2015

Un partenariat constructif !

Le lycée des métiers Jacques Prévert de Dole fait appel à une classe de brevet des métiers d’art du lycée Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne pour renouveler le mobilier de son restaurant pédagogique pour des élèves de CAP assistant technique en milieux familial et collectif.

Pourquoi un partenariat ?

Pour le lycée Jacques Prévert

Un partenariat original !Il s’agissait de renouveler le mobilier de son restaurant pédagogique pour des élèves de CAP assistant technique en milieux familial et collectif.
Avoir un mobilier à la hauteur du lieu, un bâtiment classé récemment rénové par la Région, était un enjeu pour l’image de l’établissement.
Disposer d’une salle à manger, théâtre des apprentissages, qui soit à la fois belle et fonctionnelle et créer un espace pédagogique dans lequel les élèves se sentent bien.

Pour le lycée Pierre Vernotte

Le challenge ambitieux de créer tout un aménagement correspondait bien à l’esprit de la réforme du brevet des métiers d’art ébéniste : l’accent mis par le référentiel sur la création de mobilier et d’agencement moderne qui intègre des contraintes réelles d’environnement, de logistique, d’installation chez le client, conduisait à rechercher un partenaire extérieur. D’autre part, la prépondérance art appliqué dans les conceptions des BMA permettait de se "faire plaisir" avec des démarches créatives.

Ainsi, le travail autour des épices et des senteurs a inspiré le décor du vaisselier qui reçoit des carrés de matières innovantes figurant des molécules odorantes qui s’envolent. Le travail autour du repos, de la détente et du "zen", a inspiré la création d’un îlot au centre des tables. Cet îlot sous verre, évoquant un jardin japonais, est un compartiment de tiroir dont le décor évolue au gré des envies, des saisons et des thèmes.

Au final, c’est un ensemble de cinq tables, 20 chaises, une banque d’accueil, trois meubles de rangement pour couverts, vaisselle et linge qui a été réalisé avec des matériaux nobles et durables.

Historique du projet

Un partenariat original !En juillet 2014, Annie Frontini, chef de travaux du lycée Prévert, ainsi que deux professeures Christiane Lalliaud et Valérie Louail se rendent au lycée Vernotte pour définir le projet : à partir des maquettes réalisées par la classe de BMA ébéniste sous la conduite de Lise Petitjean, professeur d’arts appliqués, Frédéric Brun et Frédéric Lavrut, professeurs d’ébénisterie, se sont déplacés à Dole en octobre 2014,avec leurs élèves pour établir un projet définitif à partir d’images 3D.

Une année sera nécessaire pour conduire les fabrications et surtout donner aux jeunes les compétences nécessaires pour réaliser des produits de qualité.
Il aura fallu attendre ce 24 novembre 2015 pour que les élèves, sous la conduite de Serge Vandeik, également professeur d’ébénisterie, soient en capacité d’assurer toutes les finitions et la livraison.

Le projet a rapproché les équipes des deux établissements et apparaît comme une vitrine de savoirs complémentaires. C’est un instrument de promotion des formations professionnelles et une mise en lumière des réussites dans nos établissements.

Contact

39
Lycée professionnel
Lycée des métiers de la mode et de l’esthétique
Jacques Prévert - Dole
Informations complètes

39
Lycée professionnel
Pierre Vernotte - Moirans-en-Montagne
Informations complètes


Galerie

Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original ! Un partenariat original !

 
lundi 16 novembre 2015

Pergaud, un écrivain et un citoyen dans la Grande Guerre

Cette année 2015 marque le centenaire de la disparition de Louis Pergaud, mort pour la France. Pour lui rendre hommage, quelques 358 élèves de 1re générale du lycée Pergaud ont participé, le mardi 10 novembre, à une conférence d’Odile Roynette, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté.

Gabriel Lienhard, proviseur du lycée, a adressé un mot de bienvenue l’ensemble des élèves, des professeurs, des IA-IPR de lettres et d’histoire-géographie et des invités réunis dans l’amphithéâtre de l’établissement. Le maire de Belmont, ville natale de Pergaud, des membres de la société des amis de Pergaud et Philippe Claus IGEN, groupe enseignement primaire, avaient également répondu présent à cet hommage.

Le proviseur a ensuite salué le travail engagé par les professeurs du lycée avec un certain nombre d’élèves et une violoncelliste (Madame Tuloup, professeur au conservatoire de région) autour d’Odile Roynette, maître de conférence en histoire contemporaine à l’UFC, sous la coordination de Françoise Claus, IA-IPR d’histoire-géographie.

Louis Pergaud, une vie partagée entre l’écriture et la guerre

Au nom du recteur, Françoise Claus a replacé cet événement à la fois dans son contexte littéraire, historique et mémoriel puis a remercié chaleureusement les équipes et les élèves engagés dans ce travail de réflexion. Elle a également salué le soutien sans faille à ce projet du proviseur et l’aide apportée par des membres de la communauté éducative (équipe technique notamment) du lycée.

La conférence a été introduite par une présentation de photographies relatant la vie de Pergaud jusqu’en 1914, suivie d’un premier moment musical (extrait d’une œuvre de Bach au violoncelle) et de premières lectures d’élèves mettant en miroir les lettres de Pergaud à son épouse Delphine, et son carnet de guerre.

Cette lecture en miroir était le principe directeur de toute la conférence. Elle a permis de montrer les changements de style et de ton, mais aussi la tension dramatique croissante perceptible chez Pergaud écrivain et soldat, citoyen, les mois passant et la guerre devenant chaque jour plus dure et plus meurtrière.

Odile Roynette a ensuite fait sa conférence organisée en quatre moments-clés :
- introduction, Pergaud pendant son service militaire puis mobilisé les premiers temps de guerre
- hors des combats
- baptême du feu
- mort de Pergaud.

Chacun de ces moments a été entrecoupé de lectures de textes par des élèves et d’un intermède musical auquel Isabelle Ducerf, professeur d’histoire-géographie, a contribué en apportant ses talents au hautbois pour donner une atmosphère musicale à l’après-midi.

Les élèves ont été sensibles à la tension dramatique croissante créée par la conférence elle-même très incarnée, faisant maintes références à l’histoire des mentalités et alliant analyse littéraire et historique, à l’émotion suscitée par les moments musicaux et les lectures de textes par des élèves.

Une figure locale morte pour la France

Après la conclusion de la conférencière portant sur la mort de Pergaud, le rôle des femmes dans la guerre et leur émancipation, un diaporama sur le soldat Pergaud a été projeté.

Les photos ont révélé l’horreur du front et des tranchées du secteur des Éparges près de Verdun dans lequel Louis Pergaud a combattu et a été porté du disparu. Elles ont également mis en lumière les lieux de mémoire dédiés aux combattants de la Grande guerre et à Pergaud lui-même.

Ce diaporama a été propice à un moment de recueillement de tous à sa mémoire et à celle de tous ceux qui ont péri dans ce terrible moment inaugural des violences du 20e siècle comme l’a si bien explicité Odile Roynette.

Après avoir répondu à quelques questions de professeurs, d’inspecteurs, ce temps a trouvé son prolongement au CDI où étaient exposés des travaux en histoire et en lettres d’une classe de 1reL.

Les professeurs d’histoire-géographie et de lettres engagés dans ce travail ont été formidables tant pour aider à la conception de cette conférence autour d’Odile Roynette et de ses apports scientifiques, que dans le travail de recherches pour réaliser les diaporamas, et pour avoir su mobiliser et faire travailler leurs élèves qui se sont engagés avec enthousiasme. Enfin, il convient de saluer le talent d’Odile Roynette qui a su adapter ses exigences scientifiques à un public de jeunes lycéens.

Contacts

Françoise Claus, IA-IPR d’histoire-géographie

25
Lycée polyvalent
Louis Pergaud - Besançon
Informations complètes

 
vendredi 13 novembre 2015

Le collège Cazeaux de Morez agit contre le harcèlement

À l’occasion de la journée contre le harcèlement, l’équipe éducative a mis en place un dispositif d’écoute et de sensibilisation pour mieux le prévenir

Le visionnage du clip a permis d’alimenter les échanges dans toutes les classes après la pause de 10 h et en parallèle des ateliers ont été mis en place toute la journée pour inciter les jeunes à échanger et à partager leur expérience tant sur le fond que sur la forme :
- vidéos proposées dans le cadre de la campagne nationale
- textes de chanson comme "maux d’enfants" de Bruel ou"petite Émilie" de Kenn’V
- documents relatif à l’action

L’objectif n’était pas pédagogique mais éducatif : prendre conscience du mal qui peut être fait avec le harcèlement.

Pauline Machard, documentaliste, Catherine Vallet, infirmière, Manon Pignier et Camille Berthet , AED ont animé ces ateliers avec la volonté de laisser la parole aux élèves :
- "C’est un traumatisme dont la victime se souvient toute sa vie même si le problème est résolu" - Enzo 13 ans élève de 4e
- "Je pense que les gens ne se rendent pas compte du mal que ça peut faire aux autres." Léa, élèves de 3e
- "Se moquer des autres est dommage, chacun est comme il est." Tifany 11 ans, élèves de 6e

Alain Brocard, principal :"Le climat calme et serein de l’établissement peut laisser penser que nous ne sommes pas concernés. C’est une erreur que de penser ainsi ! Il faut rester vigilent car les témoignages recueillis lors de cette journée (provenant d’enfants et même de parents) nous le montre".

50 élèves environ ont participé aux ateliers de discussion par groupe de 5
330 élèves ont abordé le sujet en cours avec leurs professeurs

Contacts

Sylvain Guyot CPE
Tél. : 03 84 34 13 60
Courriel

39
Collège
Pierre Hyacinthe Cazeaux - Hauts de Bienne
Informations complètes


Galerie

Le collège Cazeaux de Morez agit contre le harcèlement - (c) Camille Berthet - Enzo 13 ans élève de 4e Le collège Cazeaux de Morez agit contre le harcèlement - (c) Camille Berthet - Léa, élèves de 3e Le collège Cazeaux de Morez agit contre le harcèlement - (c) Camille Berthet - Tifany 11 ans, élèves de 6e

 
vendredi 13 novembre 2015

Escif, un artiste en résidence au lycée Pasteur

Dans le cadre du dispositif "artistes plasticiens au lycée" initié par le Conseil régional de Franche-Comté, le lycée Louis Pasteur a accueilli Escif, artiste urbain, pour une résidence qui s’est déroulée du 5 au 16 octobre 2015

L’opération a été menée en partenariat avec Juste Ici, structure culturelle associative dont les actions visent à encourager la réflexion sur la place de l’art dans l’espace public, et qui organise chaque été le festival Bien Urbain, invitant des artistes du monde entier à intervenir dans les rues de la capitale franc-comtoise.

Escif, un artiste en résidence au lycée PasteurEscif est un artiste espagnol (natif de Valence) reconnu au niveau international. D’échelle modeste ou monumentale selon les cas, ses peintures murales se caractérisent par un style souvent proche du dessin satirique. Refusant la "starification" de la figure de l’artiste, il envisage avant tout la pratique de l’art urbain comme "un exercice de réflexion pouvant être partagé avec le public", et voué à "mettre en lumière certains problèmes" .

Une approche interdisciplinaire

La venue d’Escif au lycée a été l’occasion de développer un projet interdisciplinaire, associant l’espagnol et les arts plastiques. Ce projet a concerné prioritairement la classe de première littéraire, qui réunit les élèves ayant choisi l’option arts plastiques ou espagnol langue approfondie. Escif est par ailleurs intervenu de manière ponctuelle dans d’autres classes de l’établissement (première littéraire spécialité histoire des arts, terminale littéraire option arts plastiques et spécialité espagnol, terminale option facultative arts plastiques…), et il a présenté sa démarche artistique lors d’une conférence ouverte aux élèves de terminale spécialité arts plastiques et aux sections arts appliqués - soit un public d’environ soixante-dix élèves.

Dix jours de pratique et d’échange - en français et en espagnol - autour de l’art urbain

Escif, un artiste en résidence au lycée PasteurLa semaine précédant la résidence, les élèves concernés par le projet interdisciplinaire ont participé à une sortie dans le centre de Besançon, accompagnés de leurs enseignants, Raquel Lledós (espagnol) et Olivier Lichtlé (arts plastiques) ainsi que de Johanna Romary et Chloé Cura, membres de l’association Juste Ici. Ils ont pu découvrir des interventions réalisées dans le cadre de Bien Urbain par différents artistes, dont Escif, et étoffer leurs connaissances sur l’art urbain, dans le but de préparer la rencontre avec l’artiste.

La résidence a ensuite permis de développer une réflexion s’appuyant sur le travail d’Escif en particulier, par le biais d’expériences sollicitant les compétences artistiques ou linguistiques des élèves.

Arts plastiques

Le travail a étroitement articulé apports théoriques et recherches plastiques : la réflexion à partir de reproductions d’œuvres (d’Escif lui-même ou d’autres artistes urbains) a suscité des questionnements qui ont débouché sur des expérimentations graphiques ou de composition d’images. Certaines de ces expérimentations fourniront la matière d’une série d’interventions in situ, éphémères et successives, qui seront développées durant les prochains mois dans un espace au sein du lycée. Les élèves ont également été invités à présenter à Escif les installations urbaines qu’ils avaient réalisées lors de la phase de préparation de la résidence. La confrontation de leur point de vue avec celui de l’artiste les a conduits à préciser la logique de leur démarche, et parfois à envisager des pistes nouvelles.

Ces temps d’échange et d’expérimentation ont été pour les élèves plasticiens l’occasion de s’interroger sur les contraintes et les possibilités liées à la pratique artistique dans l’espace urbain. En rapport avec la question de la figuration – centrale dans le programme de la classe de première littéraire spécialité arts plastiques –, ils ont plus particulièrement été amenés à explorer le fonctionnement de l’image dans ces "espaces d’énonciation" que sont le mur et la rue.

Espagnol

Le but de la présence d’Escif au lycée était de permettre aux élèves d’échanger avec lui, dans sa langue maternelle, autour de son œuvre et de l’art urbain. Dans la classe de terminale littéraire option arts plastiques et espagnol langue approfondie, le dialogue avec l’artiste a permis d’aborder des sujets en lien avec les notions du programme de langues vivantes : la réflexion sur le rôle de l’art urbain dans le cadre de la ville pour "Espaces et échanges", et la question de l’engagement dans l’art pour "Lieux et formes de pouvoir".

Escif, un artiste en résidence au lycée PasteurL’échange avec Escif s’est articulé autour de la relation entre texte et image. D’abord, l’artiste a montré aux élèves des images de ses interventions dans différents pays du monde en leur demandant de réagir spontanément, avant de leur apporter des précisions concernant la conception et la réalisation des œuvres. Ensuite, les élèves, par groupes, ont dû présenter à leurs camarades des textes (narratifs, poétiques, oniriques) écrits par un ami d’Escif à partir des photographies prises par l’artiste lors de ses voyages. Dans un deuxième temps, Escif a proposé aux élèves d’écrire à leur tour des textes en s’inspirant d’autres images réalisées par lui. Dans la classe de spécialité espagnol, cet exercice d’écriture littéraire va se poursuivre par un travail de traduction. Les élèves vont traduire en français le "Dialogue entre X, Y et Z", texte inclus dans son livre Muros y paredes, disponible au CDI du lycée. Les travaux des élèves seront remis à Escif, qui souhaiterait les inclure dans une publication qui aura lieu prochainement.

Suites de la résidence

Le dispositif "artistes plasticiens au lycée" se prolongera par deux nouvelles résidences, au printemps, dans les établissements suivants : CFA Hilaire de Chardonnet (Besançon), lycée professionnel Le Corbusier (Lons-le-Saunier) et Mancy (Lons-le-Saunier). Il est prévu qu’une fois la dernière résidence close, les travaux artistiques et les productions littéraires des élèves soient réunis dans une publication (de type fanzine) dont la réalisation sera assurée par l’association Juste Ici.

Contacts

Escif
Bien Urbain - Juste Ici

25
Lycée général et technologique
Louis Pasteur - Besançon
Informations complètes

 
lundi 9 novembre 2015

Le collège Xavier Bichat d’Arinthod a représenté l’académie de Besançon pour l’opération "Ma planète 2050"

Dans le cadre de la COP21, France Info est à l’initiative du projet « #ma planète 2050 » demandant aux élèves du secondaire d’imaginer le futur et de proposer des solutions pour limiter les effets du réchauffement climatique.

Un établissement par académie avait pour mission de travailler une des thématiques proposées (alimentation, énergie, transports, eau, habitat) et de rédiger une proposition qui, à l’issue, a été inscrite dans un livre blanc destiné aux décideurs de la COP21.
Visio-conférences avec des professeurs et des étudiants de Sciences Po

Une classe de 4e du collège Xavier Bichat a ainsi travaillé sur la thématique énergétique

Après une période de réflexion les élèves ont pu dresser un bilan de la situation actuelle à la veille de la COP21. Les politiques conduites jusqu’à ce jour n’ont pas apporté des résultats suffisants pour résoudre les problèmes liés aux changements climatiques.
À leur échelle, les élèves épaulés par l’équipe pédagogique ont donc imaginé une autre voie : agir en citoyens responsables pour impulser le changement auprès des collectivités territoriales.

Le projet pédagogique mené avec les élèves a pour objectif : 
- d’établir un diagnostic des consommations du collège et de celles des territoires de la Petite Montagne
- de faire de l’établissement un lieu à l’origine d’une dynamique de développement durable et de lutte contre le changement climatique 
- en ayant une action militante au sein des communes de la Petite Montagne pour qu’elles s’engagent à réduire leurs consommations et à réaliser un aménagement visant à produire une énergie renouvelable pour son territoire ou un aménagement qui réduit leurs consommations

Des solutions pour la planèteLes acteurs mobilisés sont les collégiens, l’ensemble des professeurs, les élus locaux, la communauté de communes, le CPIE, le conseil départemental.

Les réalisations seront :
- un diagnostic des consommations énergétiques du collège et de la Petite Montagne (partenariat avec le Laboratoire de Géographie « Thema » de l’université de Franche-Comté)
- la production d’un article militant dans L’écho de la Petite Montagne pour favoriser la réduction réduire des consommations énergétiques
- la modélisation puis la réalisation d’une maquette du collège en 2050 : collège autosuffisant en énergie (installation progressive de modules de production d’énergie renouvelable)
- la contractualisation avec les communes pour que celles-ci réalisent un aménagement visant à réduire leurs consommations énergétiques d’ici juin 2016 et qu’elles réfléchissent à l’installation progressive de petites unités de production d’énergie renouvelable d’ici 2050 afin de parvenir à un territoire autonome en énergie

Ce projet qui colle aux réalités locales, émanant des sociétés civiles, est en cohérence avec les axes de travail développés dans le cadre du plan climat. Les actions de contractualisation, émanant des élèves, pourraient être à l’origine d’une dynamique intercommunale et, qui sait, figurer en bonne place dans les actions d’un Territoire à énergie positive.

Ils ont ainsi profité d’un vrai travail interdisciplinaire leur permettant d’aborder toutes les facettes de la problématique et des possibles à venir.
- Maths : étude statistique des informations récoltées lors du diagnostic énergétique d’un collège.
- Français : travail sur l’argumentation permettant de convaincre les élus locaux d’engager des projets visant à réduire les consommations énergétiques des communes.
- Sciences physique : travail sur les énergies renouvelables
- Technologie / SVT : recherche de solutions pour diminuer les consommations énergétiques du collège et modélisation du collège du futur avec Google sketchup
- Arts plastiques : travail sur le graphisme du tract militant diffusé aux communes.
- Géographie : étude multiscalaire des consommations énergétiques et leur impact carbone + hypothèses pour diminuer les consommations.

Le mardi 3 novembre, les élèves ont été reçus dans le grand auditorium de Radio France pour assister à la synthèse des travaux menés dans l’ensemble des académies et écouter les propositions d’élèves de pays étrangers (Liban, Mauritanie...) en présence de personnalités d’univers différents à l’exemple de Yann Arthus Bertrand ou encore de Pierre Radanne. Les exposés ont été entrecoupés d’animations variées : spectacle de magie, reportages vidéo, représentation de la Maîtrise de Radio France.

Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la rechercheMadame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, s’est vue remettre le livre blanc des solutions pour ma planète. Ce livre blanc comporte l’ensemble des solutions proposées par les élèves dont deux pages de proposition du collège d’Arinthod. Madame la Ministre a demandé l’accord des élèves pour transmettre ce livre blanc à l’ensemble des Ministres de l’Éducation des pays présents à la COP21 le 4 décembre 2015. Il sera donc traduit en anglais.
Une délégation d’élèves a déjà remis un exemplaire du livre blanc au Président de la République lors d’une interview à l’Élysée.

Pierre Radanne a conclu l’après-midi par ces mots " votre génération va connaître de profonds changements, nous, adultes, sommes là pour vous aider".

39
Collège
Xavier Bichat - Arinthod
Informations complètes

Contacts

Gilles Bulabois et Jean-Marc Tochon,
chargés de mission académique "éducation au développement durable"


Galerie

audit DSCF4974 conf paris DSCF4986 ministre DSCF4987 panneau radio fr DSCF4970 radio france DSCF4966


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon