Logo Rectorat de l'académie de Besançon
Accueil > DSDEN > Actualités > Tandems solidaires

Rubrique Actualités

vendredi 20 novembre 2015

Tandems solidaires

Les nouveaux projets solidaires des collèges ont été lancés et présentés le 17 novembre dernier, salle Battant à Besançon, à l’occasion de la Semaine de la solidarité internationale qui se déroule partout en France jusqu’au 22 novembre prochain

Dans le Doubs, quatre collèges s’engagent en tandem avec une association pour réaliser une action concrète durant l’année scolaire

Présentation du dispositif "les tandems solidaires"

Une action d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité

Le Tandem solidaire est un dispositif mis en place depuis 2003 à l’initiative de l’Éducation nationale dans l’académie, du CERCOOP et du Conseil départemental qui apporte un soutien financier à la réalisation des projets.

Le principe est de faire travailler ensemble des classes de collèges et des associations sur un projet concret en faveur du développement durable et solidaire : reportage documentaire, film, plantations, clubs solidaires, prototype.

Tandems solidaires Concrètement, les associations suivent une classe ou un groupe d’élèves d’un collège en lui proposant un thème de réflexion à partir de leur action menée sur le terrain. Les projets sont variés et concernent le développement durable, l’interculturel, l’éducation, l’accès à des besoins de base tels la santé ou l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.

L’objectif est de sensibiliser les élèves aux enjeux des relations Nord-Sud, aux grands déséquilibres mondiaux et aux mécanismes du développement, aux alternatives possibles, à ce qui peut être fait au quotidien pour rendre le monde plus juste et plus solidaire.

La Semaine internationale est un temps fort de valorisation des actions réalisées par les tandems solidaires. Quelques exemples d’actions :

- Nyi Cassin : un échange scolaire avec confrontation des imaginaires respectifs entre le collège Cassin à Baume-les-Dames et une école amazonienne que soutient l’association Meuh.
Panneau collège Cassin

- Club nature avec exposition et dégustation d’insectes par le tandem du collège Félix Gaffiot à Quingey et de l’association Tri.
Panneau collège Félix Gaffiot

- Mal d’eau ou la fabrication d’un prototype de lave-main au Burkina Faso par le tandem de la classe de 3e SEGPA du collège Jean-Jacques Rousseau à Voujeaucourt et de l’association Artoude
Panneau collège Jean-Jacques Rousseau

- Maricar, pourquoi ne vas-tu pas à l’école ? : exposition de sensibilisation réalisée par le tandem du collège Mont-Miroir à Maîche et de l’association des Enfants du Mékong
Panneau collège Mont-Miroir

- Au pays de Dracula : une découverte de la Roumanie via le projet "Journalistes en herbe" en binôme avec le collège Diderot à Besançon et l’association Franche Sylvanie.

Quatre projets se mettent en place cette année dans le département (14 dans l’académie)

- le tandem du collège Camus à Besançon et de l’association Amnesty international
- le tandem du collège Malraux à Pontarlier et de l’association Y’a de l’électricité dans l’air
- le tandem du collège Les Bruyères à Valentigney et de l’association Unicef
- le tandem du le collège privé Cartannaz à Pirey avec l’association Besançon-Douroula

La formule des Tandems solidaires peut être adaptée avec toujours comme objectifs de contribuer à l’éducation à la citoyenneté et la solidarité internationale, d’amener les jeunes à agir dans et en dehors de l’École pour devenir des citoyens responsables et solidaires. Les élèves de la classe du Collège Mont-Miroir à Maîche en témoignent : "Nous, on n’est pas grand-chose, mais à plusieurs, on peut faire que ça aille mieux pour les autres ! Nous sommes sur la bonne voie…"


Galerie


 
jeudi 19 novembre 2015

21e édition du Parlement des enfants, 2015-2016

Un thème annuel unique : "Les enjeux du changement climatique pour notre société"

Le Parlement des enfantsÀ l’occasion de la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP 21) qui va se tenir à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, les classes retenues sont invitées réfléchir, débattre puis rédiger une proposition de loi de leur choix sur ce thème.

Le sujet retenu "devrait permettre une approche pédagogique des enseignants autour du développement durable et de thèmes tels que la lutte contre la pollution sous toutes ses formes, le partage et l’exploitation des ressources naturelles, la lutte contre le réchauffement climatique."

Le sujet de leur proposition de loi doit faire partie du domaine de la loi.
Note de service
Calendrier

Comment participer ?

- 10 septembre 2015 : publication de la note de service n° 2015-138 du 10-8-2015 publiée au Bulletin officiel n°33.
- 5 novembre 2015 : les classes s’inscrivent, une pour chacune des cinq circonscriptions législatives du Doubs
- décembre 2015 : les classes participantes reçoivent leur colis pédagogique
- fin janvier 2016 : les classes reçoivent leur code d’accès électronique pour transmettre leurs productions
- avant le 16 mars : les classes envoient leurs travaux (proposition de loi) au directeur académique
- 21-25 mars 2016 : le jury académique sélectionne une proposition de loi
- entre le 3 et 25 mai 2015 : débats en classe des propositions de loi retenues par le jury national et vote électronique.
- 26 mai 2016 : résultat du vote électronique et mis en ligne.
- juin 2016 : réception de la classe lauréate à l’Assemblée nationale

Le parlement des enfants, une leçon "grandeur nature"

 
jeudi 12 novembre 2015

Dire non au harcèlement à l’école !

L’une des quatre affiches servant de support de communication à l’actuelle campagne "Non au harcèlement à l’école" a été réalisée par des élèves du réseau des collèges à Sancey-le-Grand et Pierrefontaine-les-Varans

Un concours national, un numéro vert, le 3020, une plateforme internet et une première journée nationale le 5 novembre, pour informer, sensibiliser, mobiliser afin de lutter contre le harcèlement à l’école.

Tout savoir sur la campagne nationale

Le projet pédagogique

Depuis la rentrée scolaire 2014, le réseau des collèges Henri Fertet et Louis Pergaud a travaillé dans le cadre du projet d’établissement 2015-2018 autour du fil conducteur "L’amélioration du climat scolaire". Ce travail porté par le principal, Ludovic Fagaut, a été décliné en plusieurs étapes dont certaines font parties désormais du livret académique "Agir sur le climat scolaire".

Dire non au harcèlement à l'école !  - © DSDEN du DoubsParmi les actions pédagogiques et éducatives mises en place, la participation des classes de 4e au concours national "Mobilisons-nous contre le harcèlement" à l’école. Le projet, coordonné par Grégoire Capriata, professeur d’arts plastiques, a pris la forme d’une série d’affiches imaginées par les élèves et réalisées à l’aide d’outils numériques. Au final, douze productions ont été sélectionnées et proposées au jury académique ; l’une d’elle a valu à son auteur, Louis, de recevoir le prix "coup de cœur académique" et d’être retenue pour concourir au niveau national.

La collection a fait l’objet depuis d’un tirage chez un imprimeur, au format 60 x 80 cm et en trois exemplaires. En vrais professionnels ! Deux jeux d’affiches ornent déjà les murs des deux collèges du réseau et la troisième a vocation à sillonner le département sous la forme d’une exposition temporaire, dans les établissements scolaires, les médiathèques, ou autres sites…

En prêt sur demande au 03 81 86 82 03.

Au-delà de ce concours, d’autres actions ont été construites conjointement avec les membres de la communauté éducative autour du sens des mots pour bien vivre ensemble, de Graph matérialisant le respect, le sentiment d’appartenance. Le réseau des collèges s’engage également cette année dans l’expérimentation de la démarche "Soutien au comportement positif".

Objectifs pédagogiques du réseau : sensibiliser les élèves au phénomène du harcèlement et les rendre acteurs du changement, impliquer la communauté éducative, exploiter les outils et ressources numériques de l’établissement, et, en arts plastiques, travailler autour de l’image (sa construction, sa nature, son statut…).

Des ressources

Suite au rapport remis en 2011 par Éric Debarbieux, chercheur universitaire et fondateur de l’observatoire de la violence scolaire, qui a fait apparaître l’ampleur d’un phénomène qui mine le climat au sein des écoles et des établissements scolaires, le ministère de l’Éducation nationale a inscrit la lutte contre le harcèlement à l’école dans ses priorités de politique éducative.

Les différentes campagnes menées depuis (concours, journée nationale) ont pour objectifs de permettre aux enfants et aux adolescents d’échanger, de s’exprimer, de mettre des mots, voire de libérer la parole sur ce phénomène peu visible qu’est le harcèlement (le définir, déceler ses différentes formes et supports …) mais destructeur pour les victimes et les auteurs (impacts sur l’estime de soi, l’épanouissement de chacun...).

Dans le département

Des outils ont été élaborés par le service social départemental en faveur des élèves, l’un pour aider à traiter les situations de harcèlement en milieu scolaire, l’autre pour aborder de façon préventive le harcèlement entre les élèves.

Des ressources nationales

- un site internet national rassemble tous les outils utiles aux professionnels afin de les aider à mettre en place les actions de prévention dans les établissements scolaires. Il valorise par ailleurs les initiatives des écoles et des établissements, notamment les outils pédagogiques produits (affiches, vidéos).

- la journée nationale

- le prix "Non au harcèlement"

Contact

Le service social et le service santé en faveur des élèves du Doubs
Tél. 03 81 65 48 69
Courriel


Galerie

Dire non au harcèlement à l'école ! - (c) DSDEN du Doubs Dire non au harcèlement à l'école ! - (c) DSDEN du Doubs Dire non au harcèlement à l'école ! - (c) DSDEN du Doubs Dire non au harcèlement à l'école ! - (c) DSDEN du Doubs Dire non au harcèlement à l'école ! - (c) DSDEN du Doubs

 
mercredi 4 novembre 2015

Le projet éducatif territorial : un enjeu pour la réussite des élèves !

Suite à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires dans les écoles de Besançon, le projet éducatif de la ville a été élaboré puis co-signé le 15 octobre dernier à l’école maternelle Jules Ferry

Ce projet éducatif de territoire (PEDT) a été signé par Jean-Marie Renault, inspecteur d’académie du Doubs, Raphaël Bartolt, préfet du Doubs et de région, Caroline Debouvry, présidente de la Caisse d’allocations familiales du département, aux côtés de Jean-Louis Fousseret maire de la commune et en présence de Martial Fiers directeur de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations. Chacun a pu suivre ensuite la visite des ateliers périscolaires du jour.

Une démarche globale autour des mêmes valeurs

Le temps de l’enfant, comme l’a rappelé l’inspecteur d’académie, est un des leviers importants pour faire réussir les élèves, "avec une focale toute particulière, la réussite des élèves les plus fragiles, ceux issus des familles les plus éloignées de l’école".

Le projet éducatif territorial : un enjeu pour la réussite des élèves ! - © DSDEN du DoubsC’est tout l’enjeu de la nouvelle organisation de la semaine scolaire introduite par la loi sur la refondation de l’école de la République qui prévoit en complément des enseignements obligatoires (volet pédagogique de la réforme) des activités de découverte et de soutien avant ou après la classe (volet éducatif de la réforme).

À Besançon, comme pour d’autres communes du département, ces activités dites périscolaires sont organisées dans le cadre d’un projet éducatif de territoire (PEDT) qui définit pour les trois années à venir le cadre, les objectifs, et les modalités de l’engagement de la commune avec ses partenaires afin de proposer à chaque enfant des écoles un "parcours éducatif de qualité".

À noter :

- des activités variées et établies en fonction des enfants à qui elles sont destinées ; l’accès à la culture et l’éducation à la citoyenneté en sont des points forts, à l’appui les nombreuses ressources de proximité dont dispose la commune

- une place importante accordée aux familles pour qui la réforme a entraîné des modifications dans leur quotidien. Ce qui a été souligné à plusieurs reprises par les signataires du projet. Campagne d’information et aide matérielle devraient favoriser leur accès à l’offre éducative proposée. Près de 8000 enfants âgés de 3 à 11 ans scolarisés dans les écoles de la ville sont concernés.

- un continuum éducatif global couvrant tous les temps de vie de l’enfant, à l’école et hors l’école : cohérence avec les projets des écoles, concertation et coordination des services, des structures et des professionnels, articulation avec les dispositifs qui sont déjà en place dans la commune (programme de réussite éducative, contrat local d’accompagnement scolaire, contrat éducatif local, contrat de ville…).

Réduire les inégalités entre les territoires

Un important travail a été réalisé ensemble. Il a, autour de l’équipe municipale, mobilisé tous les partenaires : les services de l’État, les structures culturelles, le collectif des associations d’éducation populaire partenaires de l’école publique, les maisons de quartiers.

Le projet éducatif territorial : un enjeu pour la réussite des élèves ! - © DSDEN du DoubsCe travail collectif va se poursuivre et accompagner les ajustements et les évolutions des programmes dans les quartiers, créer les outils nécessaires. "Le rôle de l’éducation nationale sera notamment de construire, d’orienter et d’évaluer les actions mises en place afin de rechercher la cohérence en ces dispositifs et les projets des écoles" (extrait du communiqué de presse).

"L’enjeu est en effet considérable : veiller à ne pas accroître les inégalités mais au contraire à les réduire".

Rappelons que le principe de la réforme des rythmes scolaires mise en place dès la rentrée 2013, est d’instaurer une semaine plus équilibrée permettant de mieux respecter les rythmes d’apprentissage et de repos des enfants et de répartir autrement les disciplines sur la journée de classe de manière à programmer des séquences d’enseignement à des moments où la vigilance des jeunes enfants est la plus grande.

La journée d’enseignement étant allégée, d’autres activités se sont greffées sur le temps périscolaire. Leur mise en place dans le cadre d’un PEDT, par sa conformité au cahier des charges national, peut bénéficier d’une dotation forfaitaire du fonds d’amorçage désormais pérennisé pour chaque contrat.

Le groupe d’appui départemental à la réforme des rythmes scolaires accompagne les collectivités locales. Il s’efforce de mettre à leur disposition toutes les informations et ressources dont elles ont besoin : guides, référents à contacter, actualités en ligne.

 
vendredi 23 octobre 2015

Visite d’une délégation anglaise

Donner envie d’apprendre une nouvelle langue pour correspondre avec des élèves d’Huddersfield !

C’est avec un grand plaisir et un grand intérêt que Sarah Mansell, directrice de l’école Masrden Junior scholl à Huddersfield, et deux professeurs de français, d’allemand et d’espagnol des collèges du même réseau ont pu visiter les classes jumelées avec leurs établissements et découvrir d’autres élèves, d’autres écoles tout autant engagés ou souhaitant l’être dans une correspondance régulière avec une école britannique.

École maternelle de Miserey-Salines

Visite d'une délégation anglaiseAccueillies par la délégation académique aux relations européennes, internationales et à la coopération (DAREIC) représentée par Sylvie Schmidt et par Claire Bouiller, inspectrice de Besançon 4, accompagnée de son équipe de circonscription, les trois enseignantes se sont d’abord rendues à l’école maternelle de Miserey-Salines où les élèves de grande section ont montré toute leur maîtrise de comptines anglaises, sous la responsabilité d’Eliane Bise, directrice de l’école. Cette dernière s’est attachée notamment à développer toutes les spécificités de l’école maternelle française ainsi que ses priorités.

Sarah Mansell a ensuite assisté et participé à un leçon d’anglais au sein de la classe avec laquelle elle correspond depuis plus d’un an, celle de Delphine Lanoix. Ce fut une occasion exceptionnelle d’échanges, de lectures et de découvertes. Chaque élève français s’est vu remettre une lettre d’un camarade anglais avec lequel il va pouvoir désormais construire des liens privilégiés.

Collège de Saint-Vit

Le collège de Saint-Vit a accueilli également les professeurs de collège qui ont observé un cours d’anglais mais aussi profité d’un rencontre avec Didier Colladant, principal de l’établissement.

École de Berthelange

Visite d'une délégation anglaiseÀ l’école de Berthelange, dans la classe de Karine Duquet, et en présence du maire, Marc Dupont, les élèves du cycle 3 ont interprété plusieurs chansons en anglais, puis en allemand et bénéficié d’une leçon d’anglais dont une lecture d’album effectuée par Sarah Mansell. Moment particulièrement chaleureux que chacun a pu réellement apprécier.

École de Roset Fluans

La visite de la nouvelle école de Roset Fluans a été l’occasion de rencontrer les élèves de la classe de cycle 3 de Virginie Quivogne et de Éric Jeannot, candidats pour la mise en place d’une correspondance avec les membres de cette délégation, et de prendre de nombreuses photos destinées à leurs futurs camarades d’Outre-Manche.

Plusieurs temps de travail ont permis de consolider le réseau des écoles déjà en relation et de construire de nouveaux jumelages. Olivier Pegeot, animateur des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement a également ouvert la possibilité d’exploiter un espace numérique d’échanges, nommé "maile mailo", où chaque binôme aura une place spécifique en prenant appui sur les possibilités offertes par le réseau professionnel ViaEduc *.

C’est en novembre que quatre enseignants pourront se rendre à leur tour à Huddersfield pour développer encore les liens entre les écoles, mettre en place du côté britannique les espaces numériques réservés aux classes jumelées, participer à des séances d’enseignement du français et à des rencontres avec des formateurs.

Programme

*ViaEduc, le réseau des enseignants Canopé

Avec ViaEduc, les enseignants peuvent s’organiser en ligne, pour construire leur réseau, échanger sur leurs pratiques, travailler et produire des ressources ensemble en toute liberté et en toute sécurité. Ce réseau permet, en un seul lieu, de faire de la veille personnelle et partagée, d’engager un travail. Il facilite la formation et la co-formation à distance.

 
mercredi 14 octobre 2015

La rentrée des personnels de direction et d’inspection

Si les inspecteurs de l’enseignement primaire et les chefs d’établissement du secondaire préparent la rentrée des classes bien en amont du jour J., l’inspecteur d’académie, Jean-Marie Renault les a réuni le 29 septembre dernier au collège Proudhon à Besançon.

L’occasion de faire le point sur les conditions de la rentrée scolaire et les grands chantiers en cours ou à venir. En préambule, le IA-DASEN a rappelé la finalité de l’action éducative déclinée sur le terrain et auquel chacun participe : celle de faire réussir tous les élèves.

Le point sur la rentrée dans les écoles et les collèges du Doubs

Le point sur les plans d’accompagnements personnalisés (PAP)

Marie-ChristineThévenot, médecin responsable départemental et conseillère technique auprès de l’inspecteur d’académie, a rappelé les modalités de mise en place du plan d’accompagnement personnalisé. Elle s’est attachée à souligner que le PAP, qui remplace le projet d’accueil individualisé depuis cette rentrée précédente, répond avant tout à une difficulté scolaire ayant pour origine un trouble des apprentissages constaté par le médecin scolaire, à charge ensuite pour l’équipe pédagogique de définir, en lien avec les parents, les aménagements et adaptations pédagogiques nécessaires pour permettre à l’élève concerné de poursuivre sa scolarité dans les meilleures conditions. Et de rappeler que le PAP est validé à chaque niveau d’enseignement du primaire et du secondaire.

Le point sur l’école inclusive

Après avoir resitué le concept de l’école inclusive dans les différentes réformes et le code de l’éducation, Yasmina Bouhali-Marques, inspectrice de l’Éducation nationale et conseillère technique auprès de l’inspecteur d’académie pour l’adaptation scolaire et la scolarisation des enfants handicapés (ASH) a, dans un premier temps, présenté un état des lieux de la rentrée dans le département, en terme d’effectifs, de maillage des structures (unités d’enseignement en établissements médico-sociaux, dispositifs externalisés), des différents groupes de travail (SEGPA, ULIS collège).

La rentrée des personnels de direction et d'inspectionElle a explicité la nouveauté de la rentrée, la circulaire du 21 août 2015, qui constitue désormais le texte unique et une seule dénomination - ULIS, unités locale d’inclusion scolaire - pour toutes les structures collectives d’accueil à tous les niveaux d’enseignement , à l’école primaire, au collège et au lycée afin d’harmoniser le maillage départemental.

L’essentiel de l’orientation et de l’affectation des élèves

C’est un dossier scruté à la loupe chaque année après la rentrée, tant le bilan statistique constitue un repère précieux sur la procédure de l’orientation dans chaque établissement et, en filigrane, sur les résultats scolaires des élèves. Il permet de dégager les marges d’amélioration pour répondre aux objectifs de la politique éducative départementale et académique : diminuer les redoublements à chaque palier de la scolarité, ce qui se confirme au niveau du département et favoriser l’orientation vers les baccalauréats généraux et technologiques et un premier diplôme de l’enseignement supérieur. Dans le Doubs, près des trois quarts des collégiens sont entrés en seconde générale et technologique.

Isabelle Bertrand, inspectrice de l’information et de l’orientation nouvellement nommée dans le département a présenté son analyse des décisions d’orientation et d’affectation des élèves qui ont mobilisé pendant plusieurs semaines les parents, les équipes des établissements et les services départementaux. Elle a évoqué également les dossiers à suivre durant la présente année scolaire : la lutte contre le décrochage scolaire, l’extension de l’expérimentation du libre choix des familles et la mise en place du Parcours avenir.

Le point sur la préparation de la réforme du collège

La réforme va entrer en application à la prochaine rentrée scolaire, en septembre 2016, en même temps que de nouveaux programmes de collège et un socle commun de connaissances et de compétences revisité. "Une opportunité à saisir" a-t-il été souligné.

Il s’agit avant tout d’une réforme pédagogique, qui a pour objectif de mieux répondre aux besoins des élèves. Elle se caractérise par l’organisation en cycles de la scolarité obligatoire, avec l’introduction d’un nouveau cycle 3 commun à l’école et au collège : le cycle cours moyen 2e année et 6e , nœud de la réforme.

Les enseignements obligatoires comprenant des enseignements communs à tous les élèves et des enseignements complémentaires, interdisciplinaires et d’accompagnement personnalisé en constituent les grands aspects. Ils ont vocation à contribuer à diversifier et à individualiser les pratiques de la classe, à donner du temps aux élèves dans leurs apprentissages pour qu’ils réussissent mieux, ainsi qu’à favoriser le travail en équipe et une fluidité de parcours entre l’école et le collège

Bien des évolutions en perspectives qui se précisent : nouvelles évaluations, nouvelles épreuves au brevet des collèges, nouveaux enseignements, ainsi l’enseignement moral et civique (non pas une discipline !) introduit dès cette année à tous les niveaux d’apprentissage, de la maternelle au lycée.

Pour accompagner ce nouveau grand chantier pédagogique : un temps de formation nécessaire pour toutes les équipes et la mise à disposition de ressources pédagogiques et de pilotage via une plateforme numérique.

C’est ce que l’équipe académique, sur invitation de l’inspecteur d’académie, est venue présenter ce jour-là aux personnels d’encadrement, 1er et 2nd degrés.

 
vendredi 9 octobre 2015

Une semaine de démocratie scolaire pour élire les représentants des parents d’élèves

Tous les parents des enfants scolarisés sont invités à se rendre aux urnes, vendredi 9 ou samedi 10 octobre, pour élire les délégués qui, durant l’année scolaire, les représenteront dans les différentes instances qui leur sont ouvertes

Une semaine de démocratie scolaire pour élire les représentants des parents d'élèvesMunis du matériel de vote qui leur a été transmis en début d’année scolaire (listes des candidats, professions de foi, bulletins de vote), les deux parents, qui sont électeurs mais aussi éligibles, peuvent voter sur place dans l’établissement scolaire ou par correspondance. Ils trouveront toutes les informations utiles auprès des directeurs des écoles, des principaux de collège et des proviseurs de lycée.

Les parents élus siègeront ensuite dans les conseils d’école (un parent par classe) et dans les conseils d’administration (CA) des établissements d’enseignement secondaire (5 à 7 parents dans chaque CA), où ils seront sans nul doute de précieux médiateurs entre les parents qu’ils vont représenter et l’institution.

Les élections annuelles des représentants des parents d’élèves sont un temps fort pour la communauté éducative dont ils font partie. La place et le rôle des parents dans la vie de l’école est en effet depuis longtemps largement reconnue et vivement encouragée. Il est avéré que leur implication est un facteur de réussite scolaire pour leurs enfants.

Pour en savoir plus sur les élections, la place des parents, les instances de participation.

 
mardi 29 septembre 2015

Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de Remoray

547 élèves dont 47 issus du sport partagé ont participé au Bike & Run qui s’est déroulé le mercredi 16 septembre, dans le cadre de la journée nationale du sport scolaire, à Labergement-Sainte-Marie au bord du lac de Remoray.

Le championnat départemental et académique était organisé à cette occasion.

La course run & bike, c’est quoi au juste ?

Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de Remoray - © UNSS 25Pour ceux qui ne le savent pas encore, le run & bike est une épreuve sportive qui consiste à alterner course à pied et VTT par équipe mixte de 4 élèves (spécificité de l’UNSS) : deux filles et deux garçons. En sport partagé (un guide et un élève en situation de mobilité réduite), les équipes constituées fonctionnent soit en autonomie (un vélo chacun), soit en tandem (deux sur le même vélo le guide étant le pilote) .

À chaque départ de chaque course, les coureurs à pied partent devant les vélos pour des raisons de sécurité. À l’entrée de la zone de regroupement, le cycliste descend du vélo, attend son coéquipier et les deux élèves finissent ensembles et avant le passage du relais. Les suivants partent ensemble jusqu’à la sortie de la zone de regroupement où le cycliste peut monter sur son vélo.

Chaque binôme devait réaliser 1,2 km environ à chaque tour, avant de passer le relais. Au final, ici, au bord du lac de Remoray, les licenciés UNSS des associations sportives scolaires ont pu participer à deux courses d’une durée de 40 à 45 minutes. Une course "promotion" de 40mn, ouverte aux non licenciés a été également proposée.

Casque obligatoire, car on ne joue pas avec la sécurité, dossards et maillots de couleur pour différencier les équipes, implication des équipes pédagogiques, constitution des jurys, animations, tout était organisé de façon à ce que cette" journée phare" de la reprise des activités à l’UNSS soit une réussite, tant au niveau de la satisfaction de tous que du partage des valeurs éducatives communes que porte l’UNSS.

Un journée qui s’est conclue par la remise de récompenses en présence d’élus locaux et de chefs d’établissements du secteur.

L’événement au cœur d’une volonté politique nationale

La journée du sport scolaire a pour objectif de mieux faire connaître et promouvoir l’activité de l’UNSS auprès des élèves, des parents d’élèves, du monde sportif local et des collectivités territoriales. Elle vise à mettre en avant le sport comme vecteur des valeurs éducatives et citoyennes à l’école.

Cette journée était associée à l’opération "Sentez-vous sport !" organisée en partenariat par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) du 12 au 20 septembre. Mais elle constitue surtout le premier temps fort de l’année du sport de l’école à l’université (ASEU) proposée par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche pour promouvoir la pratique sportive chez les jeunes et mobiliser la communauté éducative et les partenaires autour des valeurs européennes et sportives.

L’opération vise à développer des actions liées au sport et menées en partenariat par une école, un collège, un lycée, une université ou une grande école avec un club sportif ou une association complémentaire de l’école : modalités et inscription sur Eduscol.

Pour en savoir plus

- Si vous voulez suivre l’actualité des prochaines rencontres scolaires UNSS dans le département du Doubs et connaître toutes les performances, rendez-vous sur le site départemental.

La journée du sport scolaire dans l’académie

Pour en savoir plus sur la réserve naturelle du lac de Remoray

Contact

Jérôme Broussier, directeur départemental de l’UNSS du Doubs et conseiller technique auprès de l’IA-DASEN
Tél. 03 81 80 61 94
Courriel


Galerie

Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25 Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25 Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25 Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25 Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25 Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25 Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25 Run & bike sur fond de décor de la réserve naturelle du lac de (...) - (c) UNSS 25

 
mardi 8 septembre 2015

École et cinéma

La saison 2015-16 est ouverte. Rencontre avec des œuvres cinématographiques, pratiques transdisciplinaires et connaissances multiples à la clef. Les inscriptions se terminent le 18 septembre

Participer à l’opération École et cinéma

C’est aller à la rencontre d’œuvres artistiques et culturelles à travers un choix judicieux de films pour les élèves de la grande section de maternelle (cycle 1) au cours moyen 2e année (cycle 2).

École et cinémaC’est aussi acquérir des connaissances en questionnant le monde de l’image et en faisant des recherches autour des films rencontrés et de leur contexte historique, géographique, artistique et culturel.

C’est enfin être acteur de pratiques diverses de création, en arts visuels et en arts numériques (affiches, films d’animation), en arts du langage (production de textes) et en arts du son.

La sélection de films, proposée par le comité de pilotage, couvre différents genres (contes, comédies, burlesque, western, etc.) et différentes écritures cinématographiques (films d’animation, courts métrages, fictions, etc.).

Cette année, les films proposés sont :

- Les contes de la mère poule. Conte iranien, 1992-1998-2000.
- Ernest et Célestine. Renner Benjamin. 2012.
- Porco rosso. Conte. Film d’animation japonais, 1992.
- E.T. l’extra-terrestre. Steven Spielberg.1982.
- Les vacances de Monsieur Hulot. Jacques Tati, 1953.
- L’argent de poche. François Truffaut, 1976.
- Programme Pierre et le Loup. Templeton Suzie et Granjon Pierre-Luc. 2006.
- La prisonnière du désert. John Ford. 1956.

En savoir plus

D.S.D.E.N. du Doubs
Canopé

 
mardi 1er septembre 2015

Des vacances studieuses pour remettre le pied à l’étrier !

Pour 1 200 élèves entre juillet et août, désireux ou ayant besoin de se remettre à niveau, la rentrée a été anticipée. Une délégation officielle est allée les rencontrer. Retour à l’école élémentaire de La Grette à Besançon !

Dans les starting-blocks !

Des stages pour remettre le pied à l'étrier !Ils étaient déjà tous au travail ce matin du mardi 25 août, quand le recteur de l’académie, Jean-François Chanet, l’inspecteur d’académie, Jean-Marie Renault, l’inspectrice de la circonscription dont relève l’école, Sabine Guillemin, Ariel Janin et Patricia Olivarès responsables en charge de l’éducation à la ville, sont arrivés. Ils ? Ce sont les neuf écoliers de cycle 3 et leurs trois professeurs qui participent au stage de remise à niveau organisé dans l’école en cette fin de mois d’août.

Répartis en trois groupes, trois élèves par groupe, en quasi tête-à-tête avec leur professeur (e) - un vrai privilège, il faut bien le reconnaître – les uns révisaient leurs notions de français, s’entraînaient à l’écriture et à la lecture, les autres s’exerçaient aux mathématiques, notions pas encore complètement maîtrisées ou plus ou moins oubliées pendant les grandes vacances. Chaque professeur établit en effet son programme d’activités en fonction des besoins de chacun des "stagiaires" qu’il s’est engagé à prendre en charge durant la semaine.

Des stages pour remettre le pied à l'étrier !Les enfants accueillis ici sont issus des écoles de la Grette et des Vieilles Perrières à Besançon et de celle de Velotte. Pour les avoir questionnés, ils n’avaient pas les mêmes motivations en venant au stage : si les frères jumeaux, Amin et Amir ont répondu à la volonté de leurs parents, pour Marilyne, Océane et Louca, ce fut un choix. Mais dans l’ensemble, ils ont adhéré avec une certaine appétence à apprendre et la volonté de progresser, de se rassurer, surtout quand on s’apprête à entrer au collège.

Et puis, au final, ce n’est pas si pénible de venir à l’école pendant que ses camarades sont encore en vacances ! Le travail demandé n’est pas tout à fait comme celui de la classe habituelle, quand tout le monde est là. C’est plus ludique et le professeur est complètement disponible. Les exercices ressemblent un peu à ceux des cahiers de vacances, répond l’un d’eux à ses interlocuteurs.

Un "réveil pédagogique" !

L’un des "stagiaires" de l’école de la Grette, comme d’autres dans le département, a participé aux deux sessions de l’été, la première avait été organisée la première semaine des vacances, début juillet.

Avec celle mise en place aux vacances de printemps, ce sont au total sur l’année scolaire trois sessions de 15 heures chacune, à raison de trois heures par jour sur cinq jours, qui sont proposées aux élèves.

Des stages pour remettre le pied à l'étrier !Trop d’élèves quittent encore aujourd’hui l’école primaire avec des fragilités dans la maîtrise des fondamentaux, telles qu’elles compromettent leurs chances de réussite. Le dispositif national de stages de remise à niveau mis en place en 2008 en complément des enseignements obligatoires a précisément vocation à contribuer, parmi d’autres dispositifs, à réduire le nombre d’élèves en difficulté à l’issue de l’école élémentaire.

Ces sessions sont proposées aux familles par les équipes pédagogiques pour permettre à leurs enfants de C.M.1 et C.M.2, pour qui le passage en 6e risque de poser problème, ou pour ceux qui souhaitent se remettre au travail, de bénéficier d’un accompagnement dans leurs apprentissages afin de consolider des savoirs parfois encore fragiles, mais aussi de restaurer la confiance qui fait souvent défaut à ces élèves.

Et c’est gratuit !

Quelques chiffres

Dans le Doubs, 320 écoles ont mis en place des stages de remise à niveau en français et en mathématiques, sur trois sessions pendant les vacances scolaires de printemps et de l’été. 1 200 élèves en ont bénéficié. 6 285 heures supplémentaires ont été attribuées pour rémunérer les enseignants volontaires.


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon