R

Accueil > DSDEN > Actualités > "Non au harcèlement"

Rubrique Actualités

jeudi 19 novembre 2015

"Non au harcèlement"

Un projet d’éducation au vivre ensemble qui permet de réduire le risque de harcèlement à l’école Jean Jaurès à Belfort.

Dans le cadre de la journée de refus du harcèlement, le directeur académique s’est rendu le jeudi 5 novembre 2015 à l’école élémentaire Jean Jaurès à Belfort pour prendre connaissance des modalités de mise en œuvre du projet éducatif de l’école et échanger avec les enseignants.

Depuis trois ans, des actions sont conduites au service du vivre ensemble à l’école élémentaire Jean Jaurès. Elles s’inscrivent dans le projet d’école et fédèrent les enseignants, les personnels du périscolaire, l’infirmière et tous les adultes présents dans l’école.

"Lors d’une séquence spécifique, le harcèlement est abordé avec les élèves pour que chacun prenne conscience de ses émotions et de l’effet de ses actes et de ses paroles. Il est important que le mot harcèlement soit utilisé et expliqué clairement aux élèves" précise l’enseignante de CM2 de cette école de Belfort.

Cependant, c’est le travail en profondeur, sur le long terme, qui porte ses fruits pour assurer un climat scolaire serein. C’est ce qui a pu être observé dans à l’école Jean Jaurès, notamment lors de la récréation.

La récréation est ce temps où les élèves doivent se sentir en sécurité tout en apprenant les relations sociales : un temps où les besoins de chacun sont différents et aussi, pour tous, un moment qui doit être agréable. Ainsi des zones sont matérialisées dans la cour pour pouvoir courir, jouer ou discuter. Une salle est ouverte pour des élèves qui souhaitent être au calme, les volontaires sont nombreux.

Sous l’autorité des enseignants, ce sont les élèves de CM2 qui ont la responsabilité de l’organisation de la récréation : ils ont recueilli les demandes des autres classes et ont établi des règles de vie dans la cour. Chaque matin, ils distribuent des tickets aux élèves volontaires pour la salle. Vêtus d’un dossard jaune, ils sont également autorisés à intervenir pour régler des conflits ou des écarts à la règle dans la cour comme dans la salle.

En activités pédagogiques complémentaires, les élèves de CM2 sont formés conjointement par la directrice, l’enseignante et l’infirmière pour apprendre à énoncer des messages clairs, comprendre que certains comportements peuvent créer de la violence et identifier les différents types de violence.

Des bacs, dans la cour, font l’objet de créations florales annuelles pour garder trace et matérialiser le projet : un panneau "stop" symbolise le refus des situations de violence, au cœur du bac des mots pour résoudre ces situations. Autour de ces bacs fleuris se déroulent des échanges entre les plus grands et les plus jeunes, des élèves d’ici et d’ailleurs, la passation de responsabilités des CM2 au CM1 en fin d’année scolaire.

Cette année scolaire, l’expression des émotions fleurira à son tour.
Ce travail est partagé avec les CM2 d’une autre école que ces élèves retrouveront au collège.

Construire des relations sociales respectueuses des autres, est une compétence qui s’acquiert progressivement et à la construction de laquelle l’école doit prendre toute sa part. Ce projet montre qu’une telle démarche constitue un moyen efficace de lutte contre les risques de harcèlement par une meilleure gestion des émotions et une prise de conscience du respect dû à chacun.

 
vendredi 13 novembre 2015

Accueillir les élèves allophones arrivant : les clés d’un parcours de réussite

Vendredi 6 novembre, le recteur Jean-François Chanet a visité deux des quatre UPE2A que compte le Territoire de Belfort : à l’école élémentaire Louis Pergaud et au lycée Raoul Follereau.

Les UPE2A permettent la réussite scolaire de ces élèves à besoins éducatifs particuliers, à tous âges, avec l’appui du centre académique pour la scolarisation des enfants nouvellement arrivés et des enfants de familles itinérantes et de voyageurs CASNAV.

En compagnie d’Eugène Krantz, IA-DASEN du Territoire de Belfort, le recteur s’est d’abord rendu à l’école primaire Louis Pergaud, pour une présentation du travail d’équipe réalisé au profit des enfants nouvellement arrivés. Au sein de cette école, des prises en charge individualisées ont remplacé une ancienne classe spéciale CLIN.

Proposer un modèle d’intervention ouvert et itinérant

Le département du Territoire de Belfort a fait le choix d’un modèle d’intervention capable de répondre aux besoins de jeunes élèves dispersés chaque année sur une douzaine d’écoles différentes, conformément à la circulaire ministérielle de 2012. Il s’agit d’abord de favoriser l’intégration rapide des enfants dans leur environnement social et amical de proximité, en leur évitant de longues heures de transport.

Accueillir les élèves allophones arrivant à Belfort Le dispositif, qui fonctionne pour la quatrième année consécutive, scolarise l’effectif d’une classe en mobilisant toutes les ressources humaines et matérielles offertes par chaque école. Il est coordonné par une professeure spécialiste en français langue seconde et plurilinguisme, et supervisé par l’inspectrice de l’éducation nationale adjointe à l’IA-DASEN. Le parcours scolaire de chaque enfant repose sur une individualisation attentive, basée sur l’analyse de leurs savoirs et savoir-faire antérieurs et de leurs besoins grâce à un bilan initial de positionnement à :
- un bilan initial de positionnement
- la prise en charge spécialisée de l’enseignement du français
- l’inclusion aménagée dans une classe ordinaire et
- la mobilisation de toute une équipe.

Un témoignage d’élève ainsi que des études de cas ont illustré des parcours de réussite parfois brillants et attesté de la vitalité du travail réalisé.

Renforcer l’inclusion scolaire et sociale grâce à la mobilisation des acteurs

Le recteur a ensuite été reçu par le proviseur du lycée Raoul Follereau, dont l’établissement a officiellement ouvert, à la rentrée, une UPE2A. Une trentaine d’élèves, arrivés depuis peu ou issus des UPE2A des collèges Signoret ou Vauban, sont accueillis au sein de cette unité.

Le recteur a rencontré des jeunes engagés dans des cursus variés, des parents d’élèves et des professeurs impliqués au titre de diverses disciplines. La professeure coordinatrice, chargée de mission du CASNAV pour le Territoire de Belfort, ainsi que l’assistante pédagogique, formée en français langue étrangère, ont présenté l’apprentissage du français lors d’une séquence ludique faisant travailler ensemble des élèves de niveaux et de provenances variés.

Au lycée Follereau, l’ouverture du dispositif s’appuie sur une dynamique déjà impulsée. Deux étudiantes de l’enseignement supérieur, arrivées en France avec un bagage scolaire conséquent, ont témoigné du soutien décisif apporté par les professeurs pour apprendre le français et bénéficier d’une orientation.

Accueillir les élèves allophones arrivant à Belfort À cette occasion, l’inspectrice chargée de l’orientation pour le département a annoncé une meilleure prise en compte par le logiciel national des parcours particuliers et des compétences individuelles. En effet, au lycée comme à l’école, le parcours des allophones repose sur le dialogue de tous les acteurs belfortains, dès le premier accueil réalisé par les services de la DSDEN et le centre d’information et d’orientation CIO.

Au lycée comme à l’école, les clés de la réussite restent les mêmes : positionnement expert, enseignement renforcé et intensif de la langue française, individualisation.
Toutes les disciplines apportent leur contribution à la formation des lycéens. Ainsi, le professeur d’éducation physique et sportive a pu rappeler le rôle décisif de l’EPS et de l’association sportive, avant que son collègue d’arabe n’évoque, outre l’atout que constitue cette langue aux examens et concours, l’intégration par le savoir et la culture garantissant le vivre ensemble.

Le recteur a ainsi pu apprécier la cohérence et l’engagement des équipes belfortaines mobilisées pour l’accueil et la prise en charge pédagogique des allophones arrivant.

Contacts

Maryse Adam Maillet, IA-IPR de lettres et responsable du CASNAV
Tél. : 03 81 65 47 00
Nadine Naas, IEN adjointe à l’IA-DASEN du Territoire de Belfort

90
Lycée professionnel
Raoul Follereau - Belfort
Informations complètes

 
jeudi 8 octobre 2015

"De l’esclavage à la liberté"

Le collège Saint-Exupéry de Beaucourt accueille depuis le 21 septembre et jusqu’au 16 octobre une exposition itinérante sur la thématique de l’esclavage

Cette exposition, mise à disposition par la Maison de la négritude et des droits de l’homme de Champagney, vise à faire connaître les conditions historiques qui ont conduit durant 300 ans à nier l’humanité d’hommes et de femmes livrés, corps et biens, à l’appât du gain des négriers. Dans l’esprit du nouvel enseignement moral et civique, il est particulièrement pertinent de confronter nos élèves aux réalités d’hier qui perdurent encore sous des formes modernes aujourd’hui chaque fois qu’un individu n’est pas libre de choisir la vie qu’il souhaite mener. L’exposition ouverte également aux élèves des classes de CM2 de la ville de Beaucourt constitue un riche support de réflexion sur l’effectivité des valeurs de liberté et d’autodétermination.

Lors du vernissage de l’exposition qui a eu lieu le vendredi 25 septembre, des élèves participants à un atelier histoire qui fonctionne sur la pause méridienne ont expliqué à d’autres élèves la logique de fonctionnement du commerce triangulaire et de la traite négrière transatlantique. Cette prise de parole à plusieurs voix par les jeunes pousses d’historiens en herbe a été chaleureusement saluée par le public présent.

Contact

Brigitte Detez, professeur d’histoire-géographie
Courriel

 
jeudi 17 septembre 2015

Journée nationale du sport scolaire

La journée du 16 septembre 2015 a permis de mettre en lumière le sport scolaire : 539 élèves issus de 18 établissements du Territoire de Belfort et du Doubs se sont rassemblés au lac du Malsaucy pour pratiquer diverses activités sportives

L’opération de la Journée nationale du sport scolaire a pour objectif de mieux faire connaître et promouvoir les activités des associations et des fédérations sportives scolaires auprès des élèves, des équipes éducatives, des parents d’élèves, du monde sportif local et des collectivités territoriales. Cette année, cet événement s’inscrivait dans le cadre de la première "Semaine européenne du sport", une initiative de la Commission européenne destinée à promouvoir le sport et l’activité physique dans toute l’Europe.

Journée nationale du sport scolaire - DSDEN 90La manifestation sportive s’est déroulée en présence du directeur académique et des représentants du Comité départemental olympique et sportif. Les 539 élèves venus de 14 établissements du Territoire de Belfort et 4 du Doubs ont participé à cette journée qui a commencé sous la pluie, encadrés de 42 enseignants accompagnateurs et neuf professeurs spécialistes.

La base nautique du lac du Malsaucy a offert un cadre idéal pour découvrir les nombreux sports proposés : zumba, beach volley, V.T.T., rugby, beach soccer, trial, tir à l’arc et pédalo, cette dernière activité rencontrant un vif succès. C’est sous un rayon de soleil que les élèves, en bus ou à vélo, ont regagné leurs établissements.

Contact

Martine Cali, directrice départementale U.N.S.S. Territoire de Belfort


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon