R

Accueil > Académie > Actualités > Palmarès > eTwinning : un dispositif européen qui fait gagner

Rubrique Palmarès

mercredi 27 mai 2015

eTwinning : un dispositif européen qui fait gagner

Youtopia, le projet "Comenius- eTwinning" du lycée Paul-Émile Victor de Champagnole a reçu le label eTwinning européen de qualité.

Le prix a été remis le 21 mai aux élèves du lycée Paul-Émile Victor de Champagnole, ainsi qu’à leurs professeurs, Françoise Moutenet (professeure d’anglais et initiatrice du projet), Béatrice Blache (documentaliste) et Marjolaine Vialet (professeure de lettres modernes) par Jean-Luc Bordron (I.A.-I.P.R. anglais) et Philippe Millet (correspondant académique eTwinning).

eTwinning : un dispositif européen qui fait gagner Youtopia est un projet qui permet à des des élèves et leurs professeurs de plusieurs pays de travailler en collaboration sur un thème commun avec en prime une rencontre physique organisée dans chaque pays.

Qu’est-ce qui a donc permis à Youtopia de se démarquer et de remporter cette distinction honorifique qu’est le label européen ? Youtopia est un projet collaboratif et citoyen, il propose de construire une cité utopique : pour atteindre cet objectif, les élèves ont dû réfléchir à un monde meilleur en confrontant leurs points de vue avec des adolescents de sept autres pays (République Tchèque, Italie, Grèce, Roumanie, Pologne, Lettonie et Turquie). eTwinning, pour ce genre d’activités, est l’instrument rêvé des professeurs : une plateforme sur Internet, avec des possibilités d’expression très variées, qui permet de publier des vidéos, des présentations… eTwinning permet surtout de travailler à plusieurs sur un même sujet.

Les thèmes abordés dans Youtopia

L’égalité entre filles et garçons, la coopération, la tolérance, la diversité, la mémoire, la compréhension, la gratitude et le développement durable. Derrière ces titres, se cachent aussi les questions de conflit intergénérationnel, la lutte contre les stéréotypes sur l’immigration, les discriminations de tous ordres, promouvoir la tolérance envers les autres et une société multiculturelle, le devoir de mémoire.

En plus de l’espace de travail eTwinning, un site a été créé où chaque volet du projet est détaillé.

 
jeudi 21 mai 2015

Finale du concours Batissiel : des prouesses constructives présentées par les collégiens

Le 19 mai 2015 au lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon, onze équipes de collégiens ont participé à la finale académique du concours Batissiel.

Cette année encore, pour la quatrième année consécutive, les élèves de l’académie se sont surpassés et ont su impressionner le jury avec leurs créations. Les projets présentés et réalisés dans le cadre des cours de technologie étaient tous de grande qualité. L’interdisciplinarité a été mise en avant dans l’ensemble des réalisations et les élèves ont fait part d’une grande créativité.

Participer à une expérience pédagogique et humaine enrichissante

Le concours est organisé dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de l’Éducation Nationale, la Fondation École Française du Béton, la Fédération Française du Bâtiment, la Fédération nationale des travaux publics, l’Association pour la connaissance des travaux publics et la Fondation B.T.P. plus.

À partir de l’application des programmes d’enseignement et d’un travail interdisciplinaire, ce concours vise notamment à :
- développer les compétences du socle commun de connaissances, de compétences et de culture ;
- participer aux parcours de découverte des métiers et des formations ;
- offrir des possibilités de partenariat entre les professionnels du secteur et les établissements scolaires ;
- élargir les champs d’application de la technologie au collège et de l’enseignement de STI2D et Sciences de l’Ingénieur.

Batissiel permet aux élèves d’aborder le monde professionnel à travers la découverte de réalisations techniques et des métiers du bâtiment et des travaux publics (B.T.P.) qui y sont associés. Ils peuvent notamment travailler en collaboration avec des architectes et des entreprises locales. Pour les élèves et les enseignants, il s’agit d’un travail continu et collaboratif. Les élèves, par groupe de trois, ont été mis en situation de réflexion autour de propositions de solutions diverses, en fonction d’un cahier des charges qu’ils ont réalisé ensemble et à partir duquel ils ont envisagé leur projet.

Palmarès 2015 : récompenser la production collective des équipes de collégiens

Parc d'attraction à énergie positive du collège les Vilannelles Pour cette édition 2015, douze équipes dont une classe de section d’enseignement général et professionnel adapté (S.E.G.P.A.), étaient en compétition.

Des structures qui utilisent l’énergie solaire et celle de la houle, ou encore une maison sous l’eau et une autre sur la Lune. Voilà un échantillon des projets exposés, sous forme de maquettes, lors de la finale académique du concours Batissiel. Les constructions, réalisées par des collégiens de cinquième et de troisième, n’ont rien à envier à celles des professionnels de l’architecture et de la construction.

Les équipes ont dû se distinguer par une production collective, autour de l’analyse fonctionnelle d’un ouvrage du bâtiment, des travaux publics ou de l’urbanisme à l’échelle d’un quartier. Cette production devait montrer les relations entre les différentes fonctions du B.T.P., expliciter les contraintes à respecter (économiques, technologiques et liées à la protection de l’environnement) et justifier les solutions techniques retenues par un usage de ressources disponibles ou par des expérimentations pertinentes.

Catégorie 5e collège

- 1 er prix - collège les Vilannelles, Rougemont avec une maison sous et sur l’eau ;
- 2 e prix - collège René Goscinny, Valdoie avec une maison sur la Lune ;
- 3 e prix - collège réseau Louis Pergaud / Henri Fertet, Pierrefontaine-les-Varans, avec l’évolution des bâtiments agricoles dédiés à l’élevage des vaches laitières.

Catégorie 3e Collège

- 1 er prix - collège Raymond Gueux, Gy avec sa maison houlomotrice ;
- 2 e prix - collège les Vilannelles, Rougemont avec un parc d’attraction à énergie positive
- 3 e prix - collège Sainte-Jeanne Antide, Labergement Sainte-Marie avec sa maison rotative fonctionnant à l’énergie photovoltaïque.

Les prix ont été remis aux élèves par Alain Boissière et Rodolphe Lanz respectivement président et secrétaire général de la Fédération du Bâtiment de Franche-Comté, Gilbert Bucher, correspondant départemental M.A.I.F. et José Canivet, inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional (I.A.-I.P.R.) représentant le recteur Jean-François Chanet.

L’académie de Besançon brille en finale nationale de Batissiel 2015

La finale nationale de Batissiel 2015 s’est déroulée le vendredi 5 Juin à la Fédération française du bâtiment à Paris.

Il s’agissait de la onzième édition, avec :
- 27 académies ;
- 5 564 élèves ;
- 240 établissements ;
- 31 classes en finale ;
- dix lauréats.

Le collège Les Vilannelles de Rougemont finit sur le podium à la troisième place dans la catégorie cinquième et remporte des ordinateurs portables pour le laboratoire de technologie.

Le collège Raymond Gueux de Gy monte sur la deuxième place du podium et remporte un lot d’IPad Air et une borne AirPlay pour le laboratoire de technologie.

Les deux collèges se sont distingués par la qualité des réalisations : une salle de sport utilisant l’énergie houlomorice pour les troisièmes de Gy et une maison sous et sur l’eau à énergie positive pour les cinquièmes de Rougemont.

Contacts

José Canivet et Jean-Marc Tochon, inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux en sciences et techniques industrielles (I.A.-I.P.R. S.T.I.)

Alain Prétot, chargé de mission auprès des I.A.-I.P.R. de S.T.I.
Tél. 03 81 65 49 33


Galerie

Remise des prix aux lauéats du concours categorie cinquieme Remise des prix aux lauréats du concours categorie troisième 1er prix - collège les Vilannelles, Rougemont - maison sous et sur (...) 1er prix - collège Raymond Gueux, Gy avec sa maison houlomotrice

 
lundi 18 mai 2015

Remise des prix départementaux du Concours national de la Résistance et de la déportation

Cette année, 186 élèves du Territoire-de-Belfort et 503 élèves du Doubs ont participé au Concours national de la Résistance et de la déportation.

"La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire", tel était le thème de cette édition 2015. Le recteur Jean-François Chanet a tenu à être présent aux cérémonies de remise de prix qui se sont tenues le mercredi 13 mai à Belfort et à Besançon.

Récompenser le travail réalisé par les élèves au niveau départemental

Les travaux ont été évalués par des professeurs d’Histoire-Géographie volontaires et par les membres du collectif Résistance et déportation. Les épreuves écrites ont eu lieu le vendredi 20 mars dernier et les copies ont été rendues aux directions des services départementaux de l’Éducation nationale (D.S.D.E.N.) le 27 mars.

Élèves, professeurs, chefs d’établissement, anciens résistants, déportés et élus étaient nombreux à ces deux cérémonies de remises de prix qui prennent une dimension toute particulière cette année, avec la célébration du 70e anniversaire de la libération des camps de concentration et de la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

La remise de prix au niveau départemental est le premier échelon du concours. Les élèves ayant obtenu des notes supérieures à la moyenne ont été récompensés et félicités. Les meilleurs travaux réalisés dans six catégories ont quant à eux été proposés pour le Concours national de la Résistance et de la déportation. La remise des prix nationaux aura lieu à la fin de l’année 2015.

Remise des prix départementaux dans le Territoire-de-Belfort

La cérémonie s’est déroulée à Belfort en présence du secrétaire du collectif Résistance et Déportation du Territoire-de-Belfort, Gabriel Kilque, du recteur, Jean-François Chanet et du préfet du Territoire-de-Belfort, Pascal Joly.
Remise des prix départementaux dans le Territoire-de-Belfort
Les élèves de seize établissements, onze collèges et cinq lycées, et des volontaires de l’Établissement public d’insertion de la Défense (E.P.I.D.E.) ont participé à cette édition 2015.

Les 160 lauréats, individuels ou collectifs, ont été appelés par Bernard François, président de l’Union française des Associations de combattants et de victimes de guerre (U.F.A.C.). Les prix ont été remis aux élèves par les élus et les présidents d’associations d’anciens combattants. Le préfet et le recteur ont procédé à la remise des prix aux premiers de chaque catégorie.

Remise des prix départementaux dans le Doubs

Remise des prix départementaux dans le DoubsÀ Besançon, la cérémonie s’est déroulée à la préfecture de région. Les lauréats de 22 établissements, treize collèges et neufs lycées, ont reçu leur prix en présence du préfet de région, préfet du Doubs, Stéphane Fratacci et du recteur Jean-François Chanet.

Chaque année, les membres du collectif Résistance et Déportation distribuent les lots offerts aux lauréats avec leur diplôme. Sa présidente, Marie-Antoinette Vacelet, ancienne professeur d’histoire, est l’auteur du livre intitulé : "Belfort dans la tourmente" sur la période 1939 -1944. Cette dernière a tenu à en remettre un exemplaire au recteur.

Le collectif Résistance et Déportation organise également des voyages scolaires pour visiter des lieux de mémoire : en juillet dernier, 38 élèves se sont rendus à Paris pour visiter le Mémorial de la Shoah et les Invalides. Le collectif sollicite d’anciens résistants pour qu’ils viennent témoigner lors de rencontres publiques. Plus récemment, un échange franco-allemand a été organisé du 9 au 12 avril 2015 avec seize collégiens et lycéens ayant obtenu les meilleurs résultats au Concours national de la Résistance et de la déportation 2015 dans le cadre du 70e anniversaire de la Libération. Un autre voyage à Paris est en cours de préparation par Marie-Antoinette Vacelet pour la fin d’année scolaire.

Conditions de participation au concours

Le concours est ouvert aux élèves 3e de collèges privés et publics, à tous les élèves de lycées (enseignement général et professionnel) privés et public et aux mineurs et jeunes majeurs scolarisés dans des établissements d’insertion de la défense.

Six catégories d’épreuves proposées aux élèves

- Catégorie 1, candidats individuels de lycée : rédaction d’un devoir en classe, portant sur un sujet qui concerne le thème de l’année et défini au niveau de chaque académie – ou de l’académie de rattachement pour les établissements français à l’étranger.

- Catégorie 2, groupe d’élèves de lycée (au moins deux) : réalisation d’un travail collectif sur le thème annuel du concours. Formes et supports sont libres et variés.

- Catégorie 3, groupe d’élèves de lycée (au moins deux) : réalisation d’un travail collectif exclusivement audiovisuel (films ou documents sonores), portant sur le thème annuel du concours.

- Catégorie 4, candidats individuels de troisième : rédaction d’un devoir en classe, portant sur un sujet concernant le thème de l’année et défini au niveau de chaque académie ou de l’académie de rattachement pour les établissements français à l’étranger.

- Catégorie 5, groupe d’élèves de troisième : réalisation d’un travail collectif sur le thème annuel du concours. Formes et supports sont libres et variés.

- Catégorie 6, groupe d’élèves de troisième : réalisation d’un travail collectif exclusivement audiovisuel, portant sur le thème annuel du concours.

Contact

Olivier Apollon, référent académique mémoire et citoyenneté

Concours national de la Résistance et de la déportation : deux élèves de l’académie primées à Paris


Galerie

Remise des prix départementaux dans le Doubs Remise des prix départementaux dans le Doubs Remise des prix départementaux dans le Doubs Remise des prix départementaux dans le Doubs Remise des prix départementaux dans le Territoire-de-Belfort Remise des prix départementaux dans le Territoire-de-Belfort Remise des prix départementaux dans le Territoire-de-Belfort Remise des prix départementaux dans le Territoire-de-Belfort

 
mardi 12 mai 2015

Concours national de la Résistance et de la déportation : deux élèves de l’académie primées à Paris

Le vendredi 8 mai, Clara Millet et Lisa Fidon ont été récompensées lors d’une cérémonie organisée au Palais de l’Élysée, en présence du Président de la République.

Originaires du Jura et de la Haute-Saône, les deux lauréates, accompagnées de leurs professeurs d’histoire-géographique, se sont rendues à Paris pour recevoir leurs prix et participer à une cérémonie commémorant la victoire des alliés sur le IIIe Reich, à l’Arc de Triomphe. Elles ont également pu visiter l’Assemblée nationale et l’Hôtel des Invalides dans le cadre d’une visite culturelle de la capitale.

Récompenser le travail de mémoire réalisé par les élèves

Les deux lauréates académiques du Concours national de la Résistance et de la Déportation Ce prix est l’ultime récompense pour honorer le travail réalisé par ces deux élèves dans le cadre du concours national de la Résistance et de la déportation. Il est également une fierté pour les deux professeurs d’histoire-géographie, Claude Ragondet et Christophe Dubret. Pour féliciter les deux élèves, le recteur Jean-François Chanet est venu assister à la cérémonie à l’Élysée, accompagné de Jean-Marc Milville, inspecteur d’académie du Jura et d’Olivier Apollon, référent académique mémoire et citoyenneté.

Chacune s’est distinguée pour la réalisation d’un devoir individuel dans sa catégorie, tout d’abord au niveau départemental puis au niveau national. Clara Millet, élève de terminale économique et sociale au lycée Jean­ Michel de Lons-le­-Saunier s’est illustrée dans la catégorie "lycée" et Lisa Fidon, aujourd’hui en seconde arts appliqués au lycée Louis Pasteur de Besançon s’est faite remarquer, alors qu’elle était en classe de troisième au collège Louis Pasteur de Jussey.

Pour la catégorie lycée, le devoir consistait à réaliser une composition sur le thème du concours de l’édition 2013-2014, à savoir "La libération du territoire et le retour à la République". En s’appuyant sur des exemples précis, le plus possible locaux, les élèves devaient analyser le rôle de la Résistance sur le terrain et au niveau politique à partir de 1943. Puis, après avoir étudié la libération du territoire, ils devaient présenter la mise en place progressive et parfois difficile d’une République rénovée. Pour la catégorie collège, les élèves devaient répondre à des questions à partir d’un corpus de documents d’archives.

Assurer la transmission de l’histoire de la Résistance et de la déportation

En avril 1961, Lucien Paye, à l’époque ministre de l’Éducation nationale, institue officiellement ce concours suite à de nombreuses initiatives d’associations d’anciens résistants et de déportés. L’objectif est de permettre aux jeunes générations de perpétuer le devoir de mémoire et d’en tirer des leçons.

Lauréats du Concours national de la Résistance et de la Déportation L’an dernier, 35 083 élèves ont participé au concours. En mai et juin 2014, les jurys départementaux ont attribué des prix à plusieurs centaines d’entre eux. Les directions des services départementaux de l’Éducation nationale (D.S.D.E.N.) ont transmis les meilleures réalisations au jury national du Concours national de la Résistance et de la déportation, présidé par Joëlle Dusseau.

Le jury national s’est réuni à Paris le 24 septembre 2014 pour désigner les lauréats nationaux.

Palmarès national de l’édition 2013-2014

Dans l’académie, 1 574 élèves ont participé au concours en 2013-2014, soit 4,5 % des élèves impliqués au niveau national :
- 524 élèves dans le Doubs
- 351 élèves dans le Jura
- 543 élèves en Haute-Saône
- 156 élèves dans le Territoire de Belfort.

Contact

Olivier Apollon, référent académique mémoire et citoyenneté

 
jeudi 23 avril 2015

Olympiades des sciences de l’ingénieur : le lycée Jules Haag sur la première marche du podium

Vendredi 17 avril, une centaine d’élèves de quatorze lycées de l’académie ont participé à la 4e finale régionale des Olympiades de sciences de l’ingénieur à l’École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (E.N.S.M.M.)

Ce concours est l’un des évènements incontournables de l’année pour les élèves qui rêvent de devenir ingénieurs ou techniciens. Il représente l’aboutissement de centaines d’heures de travail. Au total, ce sont 26 équipes qui ont présenté leur projet de création développé au cours de l’année scolaire.

Promouvoir les sciences de l’ingénieur auprès des jeunes

Le concours est ouvert aux lycéens de première et de terminale des séries scientifiques et technologiques, des lycées d’enseignement général et technologique, publics ou privés sous contrat.

Finale académie - Olympiades sciences de l'ingénieur Les olympiades visent notamment à développer l’esprit d’initiative et le goût pour la recherche. La réalisation de projets en équipe permet aux lycéens de participer à une véritable expérience enrichissante sur le plan humain, pédagogique et professionnel.

Enthousiasme, ingéniosité, coopération, sont autant de qualités nécessaires pour participer à ce rendez-vous de l’innovation.

Les Olympiades de sciences de l’ingénieur sont organisées par l’Union des professeurs de sciences et techniques industrielles (U.P.S.T.I.). Elles bénéficient de l’appui du ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du soutien de l’École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (E.N.S.M.M.) et de la société des ingénieurs et scientifiques de France (I.E.S.F.)

Convaincre le jury en 20 minutes

Les lycéens, par équipe de quatre et accompagnés par un ou deux professeurs de sciences de l’ingénieur ou sciences et technologies industrielles, ont dû démontrer au jury l’intérêt de leur projet. Ils n’ont eu que 20 minutes pour parvenir à séduire le jury avec un diaporama de présentation et la démonstration fonctionnelle de leur création grâce à une maquette.

Capacité d’innovation, esprit d’initiative et esprit critique, démarche de projet et travail collaboratif, qualité des solutions technologiques, expérimentation, modélisation, sont quelques-uns des critères retenus pour départager les équipes concurrentes.

Le jury a pu apprécier le niveau élevé du travail réalisé par les équipes et l’originalité des créations proposées. Ces projets compteront pour la note au bac Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (S.T.I.2.D.) et au bac Scientifique sciences de l’ingénieur (S-SI).

Les résultats de l’édition 2015

Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur

- Premier - lycée Jules Haag de Besançon - projet Talaria : chaussures "chargeur à batteries de smartphone" - filière Scientifique, sciences de l’ingénieur ;
- Deuxième - lycée Edgar Faure de Morteau - projet Easy’wheel : "déambulateur motorisé", améliorer les déambulateurs existants en apportant une assistance électrique et faciliter ainsi la motricité des personnes âgées - filière Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable spécialité architecture et construction (S.T.I.2.D.-A.C.), Innovation technologique et éco-conception (I.T.E.C.) et Systèmes d’information et numérique (S.I.N.) ;
- Troisième - lycée Jules Haag de Besançon - projet de frein de V.T.T. pour handicapé avec une commande unique - filière Scientifique, sciences de l’ingénieur ;
- Prix spécial "Coup de cœur" - lycée du Bois de Mouchard - projet refuge autonome : assurer le couchage, l’intimité, la restauration de quatre randonneurs - filière S.T.I.2.D.-A.C.

Les élèves du lycées Jules Haag et leur projet Talaria représenteront l’académie lors de la finale nationale qui se déroulera au Technocentre Renault Guyancourt, à Paris, le 20 mai prochain.

Contacts

Maryline Carrez, professeure de sciences industrielles pour l’ingénieur en classe préparatoire

Jean-Marc Tochon, inspecteur d’académie - inspecteur pédagogique régional (I.A.-I.P.R.) sciences et techniques industrielles


Galerie

Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur Finale académique des Olympiades de Sciences de l'ingénieur

 
vendredi 10 avril 2015

Journée de l’innovation 2015

Le collège Lucie Aubrac de Doubs a remporté le prix "Vivre ensemble" grâce à son projet "Autonomie et responsabilisation"

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a organisé la cinquième édition de la Journée de l’innovation, le mercredi 8 avril 2015, au lycée Diderot, à Paris. Cette journée a pour objectif de valoriser la capacité de recherche et d’innovation du système éducatif.

Une journée d’échanges et de réflexions

La Journée de l’innovation est une occasion de mobiliser chercheurs, professionnels de l’éducation et de la formation, partenaires de l’éducation et faire se croiser leurs expertises.

Pour cette cinquième édition, des intervenants, praticiens et chercheurs, partagent leurs réflexions et leurs expériences dans un format innovant de conférence.
Un appel à projet a été lancé dans les académies. La sélection de 30 équipes sur les 600 candidates s’est achevée : ces équipes ont présenté leurs dispositifs et leurs résultats dans le cadre des "laboratoires d’analyse" ou des "espaces d’innovation". Huit prix de l’innovation ont été remis, dont sept par le grand jury de l’innovation :

- le prix "vivre ensemble"
- le prix du numérique
- le prix de l’évaluation
- le prix des alliances éducatives
- le prix des relations inter-niveaux
- le prix du raccrochage scolaire
- le prix de l’innovation

Le prix "vivre ensemble", le bien-être et le climat scolaire, décerné au collège Lucie Aubrac de Doubs

Le collège franc-comtois a gagné le prix grâce à son projet "Autonomie et responsabilisation", mené par Aurélien Berthaut, enseignant de mathématiques.

Journée de l'innovation 2015L’objectif principal de ce projet est de mieux responsabiliser les élèves en leur donnant des rôles et des responsabilités au sein du collège. En s’inspirant du principe du "peer support" l’aide entre pairs, très développé en Australie comme au Québec, et à partir de l’expérience d’un collègue parti enseigner en Nouvelle Zélande une année, ce projet vise à responsabiliser les élèves dans les différents rôles qu’ils peuvent tenir au sein du collège et à leur donner les clefs pour acquérir de l’autonomie. Ce projet est décliné en trois axes dont un axe de développement professionnel des enseignants afin de faire évoluer les pratiques vers davantage d’autonomie et de responsabilisation des élèves pour une meilleure réussite scolaire. En effet, grâce à l’observation de cours de collègues, à l’analyse de pratiques, ainsi qu’à des formations établissement, les enseignants développent des stratégies pour favoriser l’autonomie et la prise de responsabilité des élèves à l’intérieur des classes.

De plus, par l’intermédiaire de la création d’un conseil de vie collégienne, les élèves se voient confier des responsabilités dans l’organisation de la vie au collège. Animation de clubs, surveillance d’espace du collège, participation aux prises de décisions sont autant d’aspects qui visent à responsabiliser les élèves acteurs du dispositif, comme ceux qui demeurent en dehors mais qui bénéficient des multiples activités mises en place. Un dispositif d’évaluation global de l’action est mis en
œuvre avec enquêtes et entretiens. Globalement, le climat général est plus serein, les élèves de sixièmes ont moins la crainte des "grands", et les élèves tuteurs prolongent souvent leur rôle dans la cour de récréation, seul 37 % des élèves de sixième déclarent n’avoir eu aucun autres contacts avec les tuteurs en dehors de l’accompagnement personnalisé (A.P.). Ce qui prouve que l’aide entre pairs dépasse largement le cadre de l’A.P.

"Autonomie et responsabilisation" - collège Lucie Aubrac - Doubs

En savoir plus

Journée de l’innovation

25
Collège
Lucie Aubrac - Doubs
Informations complètes

 
vendredi 10 avril 2015

"Il était une fois… le restaurant de demain"

Jéromine Decaudin du lycée Hyacinthe Friant de Poligny fait partie des lauréats de la 7e édition du concours Ô Service "Il était une fois… le restaurant de demain" sur le thème "Être & mieux paraître pour le maître d’hôtel de demain" !

Lors de cette 7e édition du concours Ô Service "Il était une fois… le restaurant de demain", concours ouvert pour la première fois au niveau national, 23 dossiers ont été reçus, émanant des étudiants des trois binômes maître d’hôtel/enseignant ayant donné l’opportunité à leurs étudiants de participer :
- Denis Courtiade du restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée associé à Corinne Hacquemand du Lycée Hyacinthe Friant de Poligny
- Laurent Cartier du restaurant Les Terrasses d’Uriage et Sophie Abraham du lycée Lesdiguières à Grenoble
- Cédric Kuster du restaurant Le Crocodile à Strasbourg associé à Jean-Pierre Lesage du groupe F.I.M. de Granville

Lauréats de l’édition 2015

- Jéromine Decaudin pour le binôme lycée Hyacinthe Friant Poligny - Restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée
- Cyril Girot pour le binôme F.I.M. / C.F.A. Agneaux - Restaurant Le Crocodile à Strasbourg
- Isoline Delullier et Jean-Baptiste Canzian pour le binôme Lycée Lesdiguières à Grenoble - Les Terrasses d’Uriage.

"Il était une fois… le restaurant de demain"Nombre de ces dossiers ont été de grande qualité, les étudiants ayant pu approfondir leur réflexion sur la place de l’uniforme dans leur future profession. La synthèse de ces travaux permet de mieux cerner les fonctions de celui-ci, mais aussi les symboles dont il est le vecteur et surtout, de comprendre les ressentis qui sont ceux de ces jeunes talents de demain lorsqu’ils passent cet uniforme.

L’uniforme : origines et symbolismes

En introduction de leur travail, les étudiants ont mis en évidence que, dès son origine, l’uniforme est avant tout un moyen de différenciation : qu’il soit militaire, religieux, professionnel, scolaire ou de cérémonie, l’uniforme permet de distinguer et de se distinguer des autres groupes sociaux, de véhiculer avant tout une identité collective.
Selon le contexte, l’uniforme se charge de symbolisme. Qu’il s’agisse de symboliser une hiérarchie sociale (cols blancs / bleu de travail), de symboliser une fonction de protection (pompiers, médecins) ou bien encore un esprit d’équipe dans le sport, avec toute la notion de respect du maillot que cela véhicule, force est de constater que l’uniforme est toujours porteur de sens.

Fonctions dans l’entreprise, contraintes et utilité de l’uniforme

Au sein de l’entreprise également l’uniforme est porteur de sens et de symboles forts.

Roger Bussy-Rabutin écrivait : "Que les apparences soient belles car on ne juge que par elles". L’uniforme dans l’entreprise représente à la fois un métier, celui du maître d’hôtel par exemple, mais aussi l’image de marque de celle-ci. Souvent porteur d’un logo, d’un signe de reconnaissance, d’une marque ou des couleurs de l’entreprise, l’uniforme devient la vitrine de l’entreprise et doit alors pouvoir être porté avec la fierté de la représenter, d’être l’ambassadeur de ces valeurs.

Pourtant, il est parfois mal accepté par ces jeunes collaborateurs qui ont le sentiment, en ayant l’obligation de travailler en uniforme chaque jour, de perdre une part de leur identité et de ressembler alors "à tout le monde", d’autant plus rejeté que celui-ci est considéré par eux comme "ringard", d’une autre époque, mal taillé, inconfortable, inadapté à leur silhouette voire abîmé, usé.
Pour que la fierté de porter cet uniforme qui semble nécessaire ici soit réelle, l’uniforme se doit de prendre en compte les besoins du collaborateur qui le porte : il doit être pratique, la coupe doit être adaptée à chaque morphologie, il doit permettre de marcher facilement, avoir des poches qui seront utiles, la matière et la couleur ne doivent pas être trop salissantes et il doit être facile d’entretien.
Il devra donc, avant d’être imposé ou simplement recommandé, être réfléchi, testé, voire même validé par les équipes qui devront se l’approprier à chaque service, vivre avec lui mais aussi le faire vivre, car si l’uniforme met en valeur le collaborateur il doit aussi être mis en valeur par le collaborateur qui incarnera ainsi l’image et les valeurs de son entreprise.

Du point de vue du client, cet uniforme permet de reconnaître les membres de l’équipe de salle, de distinguer au sein de cette équipe les différentes fonctions de chacun et présente une harmonie visuelle dans cette même salle. Grâce aux valeurs qu’il véhicule, l’uniforme est rassurant pour la clientèle.
Enfin, certains étudiants notent que la sensibilité du client à cet uniforme dépendra souvent de sa motivation d’achat : l’uniforme devient plus important lors d’un repas-détente ou un repas-affaires que lors d’un repas-nutrition.

Ressentis du collaborateur

En premier lieu, au sein d’une équipe de travail, les étudiants ont relevé que l’uniforme renforce les liens entre les collaborateurs, chacun se sentant appartenir au même groupe, sans aucune distinction d’origine sociale ou de niveau scolaire.
Dans ce cadre, l’intégration d’un nouvel arrivé est largement facilitée, l’uniforme lui permettant alors d’être identifié comme faisant partie de la brigade par les membres de l’équipe mais aussi tous les autres membres de l’établissement ainsi que les clients.
Puis, le stade de l’intégration passé, l’uniforme symbolise et renforce alors l’esprit d’équipe, renforce la cohésion de la brigade.

Les étudiants, au travers de leurs diverses expériences professionnelles, soulignent l’impression qu’ils ont eu à chaque fois qu’ils ont revêtu leur uniforme, quel que soit le type d’entreprise dans laquelle ils ont eu à travailler, le sentiment de la transition claire entre travail et vie privée, une sorte de préparation intellectuelle. Entrer dans son uniforme, c’est entrer dans sa fonction, et se sentir alors véritablement devenir "un professionnel" par ce simple changement de tenue, et pour un jeune collaborateur, cet uniforme contribue alors à prendre confiance en soi. Passer son uniforme, c’est aussi prendre conscience des responsabilités, des obligations que celui-ci incarne. L’uniforme valorise donc celui/celle qui le porte, car il représente des compétences induites.

Conclusion

Il ressort des travaux de ces étudiants que l’uniforme est un filtre qui ne laisse pas apparaître l’intime : il ne retire rien à celui qui le porte, il laisse seulement transparaitre une part seulement de ce qu’il est. Lorsqu’il passe son uniforme, le collaborateur n’est pas une autre personne : l’uniforme lui apporte une valeur ajoutée, mais aussi une crédibilité, il implique des droits et des devoirs, tout cela en protégeant sa sphère intime.
Et, finalement, l’uniforme finit par influencer aussi celle ou celui qui le porte, car comme Nietzsche le relevait : "À force de paraître, on finit par être".

 
jeudi 9 avril 2015

Lauréats du 22e Student Medal Project

Lucie Pobel du lycée professionnel Ferdinand Fillod de Saint-Amour est lauréate dans la catégorie "Guest prize", avec sa médaille "Aqua"

Dix élèves des lycées jurassiens Ferdinand Fillod de Saint-Amour et Pierre Vernotte de Moirand-en-Montagne ont participé au 22ème concours Student Medal Project, accompagnés par Nicolas Salagnac, graveur médailleur - meilleur ouvrier de France.

Le 28 février, le jury s’est réuni à Londres : sur plus de 100 créations, le "Guest prize" a été décerné à Lucie Pobel, élève en C.A.P. au lycée professionnel Ferdinand Fillod :
"La face représente l’eau qui (pour moi) est l’origine de la vie, elle nous est indispensable. Elle est l’un des quatre éléments et a de nombreuses symboliques partout dans le monde. Le revers quant à lui, est le reflet de notre utilisation de l’eau, tout ce qu’on rejette sans penser aux conséquences. La forme de la médaille veut faire penser à un tuyau, est­ ce que l’eau qu’on boit est vraiment sûre ?".

Le jury a également remis un prix spécial pour la médaille de l’atelier de gravure du lycée Ferdinand Fillod sur le thème "Je suis Charlie" :
"Création d’un dessin par les douze élèves graveurs. Création d’une médaille en neuf morceaux gravés, ciselés, oxydés puis cirés. Chaque pièce est reliée par une lainière en cuir qui symbolise cette union… Notre République."

Contacts

Nicolas Salagnac, graveur médailleur - meilleur ouvrier de France

39
Lycée professionnel
Lycée des métiers des arts du métal
Ferdinand Fillod - Saint-Amour
Informations complètes

39
Lycée professionnel
Pierre Vernotte - Moirans-en-Montagne
Informations complètes

 
vendredi 3 avril 2015

Finale académique du concours C.Génial

La finale académique du concours C.Génial - collège s’est déroulée le mercredi 1er avril 2015, sur le site de l’U.F.R.-S.T. en propédeutique à Besançon

Finale académique du concours C.Génial Créé par la fondation C.Génial en partenariat avec Sciences à l’École, dispositif d’initiative ministérielle, le concours "C.Génial - collège" permet aux collégiens de présenter tout projet relatif aux domaines scientifiques et techniques.
Le projet, basé sur une démarche scientifique, doit favoriser l’interdisciplinarité en décloisonnant les disciplines scientifiques et technologiques. Une ouverture sur le monde de la recherche ou des entreprises est également fortement encouragée.
De nombreuses disciplines sont ainsi représentées :
- physique-chimie
- mathématiques
- technologie
- sciences de la vie et de la terre
- technologie
- sciences et techniques industrielles…

Ce concours a le soutien de l’institut F.E.M.T.O. -S.T., d’entreprises E.D.F., Photline industrie, Auréa technologies.

Palmarès des sept groupes issus de six collèges qui ont participé au concours académique 2015

Finale académique du concours C.Génial

Premier prix

- collège Le Rochat - Les Rousses avec le projet "Les maths ont la main verte"

Deuxième prix

- collège du Plateau - Lavans-les-Saint-Claude avec le projet "Ré-Créa-Sons"

Troisième prix

- collège Sainte-Marie- Saint-Michel d’Ornans avec le projet "Le vol de la fusée"

Quatrième prix ex-æquo

- collège Diderot - Besançon avec le projet "Sciences eau solidaire"
- collège Jules Jeanneney de Rioz avec le projet "Ça chauffe !"
- collège Michel Colucci - Rougemont-le-Château avec deux projets "Animation jaillissante" et "Aquadrone"

Chaque groupe prépare un projet au cours de l’année encadré par des professeurs en faisant aussi appel à des ressources extérieures (chercheurs, ingénieurs de l’université ou entreprises...).

Les projets ont été présentés au jury le matin du 1er avril sur le site de l’U.F.R.-S.T. en propédeutique à Besançon.

L’après-midi, les élèves ont visité les entreprises Photline et Aurea technologie, des laboratoires et ont participé à un atelier scientifique à la Fabrika sciences avant la remise des prix.

Les élèves du collège le Rochat - Les Rousses, premier prix académique, représenteront l’académie à la finale nationale qui aura lieu le 23 mai à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris.

Palmarès C.Génial - collège académique 2015
Affiche Concours C.Génial
En savoir plus

 
vendredi 13 mars 2015

Finale régionale des olympiades de la chimie

La finale régionale des olympiades de la chimie sur le thème "chimie et énergie" s’est déroulée le 11 mars au département de chimie de l’I.U.T. de Besançon

Après un premier trimestre de préparation, travaux pratiques, visites de laboratoires et de site de recherche et d’industrie, 90 lycéens venant de lycées des quatre départements ont participé aux épreuves.

Finale régionale des olympiades de la chimieNouveauté de cette édition, l’épreuve collaborative : les élèves, tirés au sort par groupe de trois réalisent ensemble un travail sur un sujet. Cette année le recyclage de l’indium contenu dans les différents types d’écran. À l’aide des documents donnés, les élèves devaient déterminer si la quantité d’induim obtenu dans la filière de recyclage était suffisante pour fabriquer tous les panneaux solaires qui seront fabriqués en 2015.

Les lauréats académiques

1er : Guillaume Taiclet

70
Lycée général et technologique
Georges Colomb - Lure
Informations complètes

2 e : Chloé Hinschberger

39
Lycée général
Charles Nodier - Dole
Informations complètes

3e : Axel Xu

25
Lycée général et technologique
Louis Pasteur - Besançon
Informations complètes

4e : Samuel Bigler

25
Lycée général et technologique
Louis Pasteur - Besançon
Informations complètes

5e : Thierry Richert

70
Lycée général et technologique
Georges Colomb - Lure
Informations complètes

6e : Joanie Luna

90
Lycée général et technologique
Condorcet - Belfort
Informations complètes

Guillaume Taiclet représentera l’académie à la finale nationale à Paris les 8, 9 et 10 avril 2015.

Olympiades nationales de la chimie - Éduscol
Olympiades nationales de la chimie - Ministère Éducation nationale


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon