R

Accueil > DSDEN > Actualités > Journée de l’alternance

Rubrique Actualités

mercredi 20 mai 2015

Journée de l’alternance

Samedi 30 mai 2015 de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h au Centre information jeunesse de la Haute-Saône

L’alternance, c’est pouvoir acquérir à la fois un diplôme, une qualification et une expérience professionnelle. La formule a fait ses preuves : d’un côté, travailler dans une entreprise et être rémunéré en conséquence ; de l’autre, se former hors entreprise pour obtenir un diplôme. Les difficultés : trouver une entreprise et suivre le rythme de l’alternance, mais quand on sait que 70 % des alternants sont embauchés à la fin de leur contrat et que le statut d’apprenti est revalorisé, c’est une réelle ouverture sur l’emploi !

Le Centre information jeunesse propose une journée dédiée à l’alternance en partenariat avec les acteurs locaux intervenant dans ce domaine. La journée se déroule en mode "forum" avec un accueil en continu des jeunes et de leur famille de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Journée de l'alternanceL’objectif pour les jeunes est d’obtenir toutes les informations nécessaires sur les contrats d’apprentissage et de professionnalisation, sur la législation du travail relative à ces contrats et les qualifications possibles du C.A.P. aux diplômes supérieurs et surtout consulter les offres des entreprises qui recherchent des jeunes en alternance. Le réseau Information Jeunesse a collecté ces offres sur l’ensemble du département de la Haute-Saône. Elles sont disponibles à l’affichage dans les locaux du C.I.J. et en ligne sur les sites internet des structures information jeunesse à partir du 30 mai.
Les représentants des établissements de formation en alternance accueillent et informent le public sur les différents diplômes et sur le déroulement des enseignements. Un atelier de technique de recherche d’emploi vient compléter le dispositif. Côté employeur, l’entreprise Eurosérum de Port sur Saône participe à ce forum pour un recrutement sur des contrats en alternance.
La journée de l’alternance est organisée en partenariat avec la Mission locale de Vesoul, le C.F.A.I. Nord Franche-Comté, la Chambre des métiers-artisans comtois de Haute-Saône, l’E.G.C. de Vesoul, les M.F.R. du secteur, le C.F.A. de Vesoul, la C.C.I. Negoventis de Haute-Saône et Franche-Comté Formation qui regroupe deux écoles à Besançon.
Affiche Journée de l’alternance
Entrée libre et gratuite - ouvert à tous

Centre Information Jeunesse
1 rue de Franche-Comté 70000 Vesoul
Tél. : 03 84 97 00 90
Courriel

 
mercredi 13 mai 2015

Printemps du livre jeunesse

L’atelier canopé de Haute-Saône invite le public à prendre part à la manifestation "Printemps du livre"

Printemps du livre jeunesse Des associations, des bénévoles, des artistes, la Médiathèque départementale de prêt, "Au P’tit Troll" et l’atelier Canopé organisent le 30 mai prochain des animations et des activités tout au long de la journée, pour les enfants bien sûr mais aussi pour les adultes.
De nombreux auteurs et illustrateurs de la région ou proches seront présents de 10 h à 18 h pour signer des dédicaces, présenter leurs ouvrages, mais aussi pour animer des ateliers.
La journée se décline en effet avec un programme d’ateliers variés : cirque, récup’livre, kamishibaï, écriture de contes, de portraits, découverte du livre, manipulation de tablettes pour présenter trois applications, illustration, raconte tapis, exposition "Loup y es-tu ?", lectures...

Ces ateliers sont gratuits, les places sont limités. Il convient donc de s’inscrire sur le site de Canopé.
La journée sera également l’occasion d’un forum : rencontre avec des professionnels du livre, échanges de pratiques pédagogiques autour de la littérature de jeunesse.
Une bourse aux livres est également prévue.

Pour davantage d’informations et pour vous inscrire, rendez-vous sur le site de Canopé Haute-Saône

 
vendredi 24 avril 2015

Rencontres avec le handicap mental

Les élèves des trois écoles élémentaires ont appréhendé le handicap mental et pris part à un spectacle en partenariat avec l’association d’aide aux personnes handicapées mentales (A.D.A.P.E.I.)

Mardi 21 avril 2015 les élèves de CP, CE1, CM1 et CM2 des écoles d’Amance , d’Echenoz-Pont et Quincey ont assisté au spectacle organisé par l’A.D.A.P.E.I. de Haute Saône . Cette association départementale des amis et parents de personnes déficientes intellectuelles avait proposé un spectacle d’ombres construit et interprété par les différents publics accueillis dans les divers établissements et structures relevant de l’A.D.A.P.E.I. de Haute Saône.
Les élèves ont chanté lors de cette manifestation au parc des expositions 70 à Vesoul.
Au préalable, les classes avaient appréhendé la notion de handicap mental grâce aux apports de différents partenaires relevant de l’A.D.A.P.E.I. (psychologues/parents). Les classes et leurs élèves s’ouvrent ainsi à la différence, à la vie dans une société inclusive.

 
vendredi 24 avril 2015

Promotion du respect et éloge de la différence

Une rencontre exceptionnelle entre les élèves du lycée Lumière et Josef Schovanec, représentant français des autistes de haut niveau

Dans le cadre d’un partenariat avec l’ADAPEI de la Haute-Saône et à l’initiative de Laurent Bertrand, professeur référent « handicap », la journée du mardi 7 avril dernier a été consacrée à la rencontre avec Josef Schovanec, venu témoigner sur la situation des personnes avec autisme au lycée Lumière à Luxeuil-les-Bains.

Josef Schovanec n’est plus à présenter : écrivain, chercheur en philosophie et en sciences sociales, ancien élève de Science Po Paris, docteur de l’EHESS, chroniqueur radio intervenant régulièrement à la télévision, c’est un homme brillant atteint du syndrome d’Asperger.

Des interventions au sein des classes

C’est avec les élèves en Ulis (Unités localisées pour l’inclusion scolaire) et de l’Institut Médico-Educatif que Josef Schovanec a commencé sa journée. Ce jeune public, directement concerné par le handicap et le sentiment d’exclusion, n’a pas hésité à l’interroger avec beaucoup de spontanéité sur sa manière de vivre sa différence au quotidien, tant sur le plan intime que social.

Après cet échange très naturel qui s’est instauré (agrémenté des cookies généreusement préparés par les élèves de CAP), l’auteur de Je suis à l’Est a rejoint la classe de Terminale ES, puis celle de Terminale L pour les deux dernières heures de la matinée. La première classe, incluant un élève présentant des troubles autistiques, s’est montrée attentive aux questions du vivre ensemble et aux difficultés rencontrées par « les personnes avec autisme » selon la formule adoptée par l’intervenant. Ce grand voyageur ne cesse de prôner la richesse de la différence, qu’elle soit culturelle ou psychologique. Dans son livre Eloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez, Josef Schovanec, passionné de langues anciennes et orientales, explique qu’il est plus facile de se sentir à l’aise et accueilli à l’étranger, plutôt qu’étranger parmi les siens. L’échange s’est ensuite élevé dans les sphères philosophiques avec les élèves de Terminale Littéraire. La rencontre avait été amplement préparée avec leur enseignante de philosophie, Martine Eggenspiller, en particulier en visionnant le documentaire Le cerveau d’Hugo et en formulant des questions à aborder ensemble. Des notions telles que l’identité, Autrui, l’expérience, la société, le langage et les langues ont pu être abordées avec plaisir par Josef Schovanec devant une classe conquise et attentive.

Une conférence très vivante dans l’auditorium

Dans l’après-midi, une conférence publique a été organisée pour pouvoir accueillir un plus large auditoire : les partenaires sociaux, sanitaires et institutionnels du secteur avaient été conviés en plus de plusieurs classes des sections professionnelles et générales du lycée. C’est donc devant un auditorium bien rempli que Josef Schovanec a introduit son intervention par un petit film d’animation espagnol présentant de brefs portraits d’enfants porteurs de trouble du spectre autistique. Son propos a été de démontrer que tout un chacun est doté de capacités et de talents singuliers, parfois totalement hors normes, mais que c’est bien cette diversité qui fait la richesse de la société.

Sa présentation, sous forme de devinettes, de photographies de personnes devenues célèbres dotées de caractéristiques autistiques dans l’enfance (trouble de l’acquisition du langage ou de la communication, peur du contact physique, phobie sociale…), a confirmé qu’il existe bien une multitude d’intelligences et qu’on est tous « limité » à notre manière sur un plan ou un autre. Dans ces conditions, il est impensable d’envisager d’exclure de l’école comme de la société un individu porteur d’un handicap quelconque. Mais il est essentiel de ne pas méconnaître les difficultés de chacun pour ne pas aggraver l’exclusion possible (tenir compte, par exemple des stimulations sensorielles exacerbées des personnes autistes qui peuvent nuire à leur attention : bruit, phobies pour certaines couleurs, lumière excessive…).

Cette découverte de l’autisme, comme mode d’être au monde différent, interroge en effet sur ce qui fait de nous des êtres sociaux, intégrés, adaptés ou non à notre société/culture telle que nous la construisons, ou telle qu’elle se présente ailleurs (dans d’autres pays). A un âge où la pression du groupe et de la norme est importante, ou de nombreux jeunes se sentent rejetés, voire harcelés du fait de leur singularité, le propos de Josef Schovanec ne peut que toucher. D’autant qu’il s’accompagne d’un sens décapant de l’humour et de la dérision qui a rendu ce moment particulièrement enthousiasmant pour tous ceux, adultes comme adolescents, qui ont eu le bonheur d’y participer !

70
Lycée polyvalent
Lumière - Luxeuil-les-Bains
Informations complètes

 
mardi 21 avril 2015

Talent d’avenir au lycée Pontarcher de Vesoul

Après le lancement en janvier dernier du dispositif "Talents d’avenir", en partenariat avec "Talent campus", le déploiement académique à destination des élèves de lycées professionnels se met en place dans toute la région

Une première session s’est déroulée en mars au lycée Prévert à Dole avec 35 élèves de terminales baccalauréat professionnel Gestion administration et Vente/commerce.
Ralent d'avenir lycée Pontarcher de Vesoul Cette semaine, ce sont 55 élèves de première baccalauréat professionnel tertiaire au lycée professionnel Pontarcher à Vesoul, qui, à leur tour, vont être amenés à découvrir leurs compétences, acquises durant leur parcours scolaire et personnel à travers des mises en situation. Ils seront notamment amenés à valoriser leurs forces :
- apprendre à se présenter,
- développer sa confiance en soi,
- gérer son stress et ses émotions,
- simuler des entretiens d’embauche et en cerner l’enjeu.
Autant de savoir-être qui permettront aux élèves de mieux se connaître, de révéler leur potentiel et de faire l’acquisition d’un bagage pour s’insérer professionnellement ou mener à bien leur poursuite d’études en particulier dans le cadre des stages.

La prochaine session aura lieu en mai au lycée Jules Ferry à Delle avec 55 élèves de premières, terminales en baccalauréats professionnels tertiaires, industriels et sanitaires et sociaux.

70
Lycée professionnel
Pontarcher - Vesoul
Informations complètes

 
mercredi 15 avril 2015

Un flash mob en espagnol pour promouvoir l’égalité hommes - femmes

Un flash mob c’est le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de se disperser rapidement : un projet pédagogique original et nécessaire pour permettre l’évolution des mentalités en favorisant l’implication des élèves.

Un flash mob en espagnol pour promouvoir l'égalité hommes - femmes Après avoir étudié le rôle de la femme de la dictature de Franco à aujourd’hui, Christine Morales, professeur d’espagnol a cherché à savoir avec trois classes de seconde si au sein de leur propre famille on élevait les filles comme les garçons. Chaque élève a interrogé cinq filles et cinq garçons de 14 à 19 ans et renseigné un questionnaire en ligne.
Au total 550 élèves ont été interrogés.

Premiers enseignements :
- les filles participent plus que les garçons
- les filles s’occupent plus de leurs frères et sœurs et de l’animal de compagnie
- les tâches dévolues aux filles se déroulent en majorité à l’intérieur de la maison
- les garçons sont majoritairement occupés à l’extérieur de la maison (jardin, bois, garage).

Les parents, par le biais de leur éducation ou des cadeaux qu’ils offrent, génèrent donc une inégalité en conditionnant leurs enfants. Les élèves ont décidé de réaliser un flash mob pour dénoncer cette réalité et ont souhaité ouvrir cette initiative à tous les élèves du lycée et aux élèves de collège.

Un flash mob en espagnol pour promouvoir l'égalité hommes - femmes Laura Godoy et Florian Cachot, enseignants d’espagnol, ainsi que deux collègues des collèges Gérôme et Jean Macé, Catherine Bailly et Dominique Parals, ont tout de suite adhéré à ce projet.

Par groupe de deux les apprenants ont, sur le modèle des flash mobs experimento M.P.3 qui se déroulent au Mexique, inventé leur propre manifestation comportant une feuille d’instructions et une feuille avec leur chorégraphie.
Les meilleures idées ont été sélectionnées puis les instructions ont été envoyées via les réseaux sociaux en espagnol aux élèves des trois établissements, grâce aux voix enregistrées de deux anciens assistants d’espagnol, tout deux mexicains : Alejandro Calzada et Anylú Baltazares Lopez. Mardi 31 mars, les élèves se sont retrouvés dans la cour un peu avant la récréation du matin et, au son de la cloche, ont démarré la chorégraphie suivant les instructions de leur lecteur M.P.3.

En savoir plus

Présentation du projet
Présentation du flash mob
Flash mob - Lycée Belin

Contact

70
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'ingénierie numérique
Édouard Belin - Vesoul
Informations complètes

Christine Morales, professeur d’espagnol

 
vendredi 10 avril 2015

De la scène à la régie, séances pratiques à Bussang

Du 30 mars au 03 avril 2015 : les élèves de la section d’enseignement professionnel Bartholdi du lycée Georges Colomb de Lure ont travaillé en partenariat avec le Théatre du Peuple de Bussang

Objectifs

- élaborer un projet de création collective pour le communiquer tout en travaillant sur l’estime de soi, la gestuelle et la voix
- rencontrer le régisseur du théâtre et ouvrir les perspectives d’avenir de nos élèves au monde du spectacle
- articuler ce projet théâtral avec un projet de webradio.

- nombre de participants : 21 élèves de seconde électrotechnique.

De la scène à la régie, séances pratiques à Bussang Les élèves se sont installés pour la semaine à Bussang. Ils ont participé aux activités théâtrales proposées par Ulysse Barbry, en contrat avec le Théâtre du Peuple. Le comédien a impulsé l’élaboration d’une création collective : il est parti d’interviews (personnel du théâtre, Bussenets, comédiens amateurs…) réalisées par les élèves et a construit avec eux de petites scènes qui ont donné lieu à un spectacle d’une quarantaine de minutes. En complément, M. Maradan, professeur de judo et de chi gong a travaillé avec les élèves sur la conscience de soi à travers des exercices pratiques : travail sur le corps, relaxation, exercices respiratoires…

À l’occasion de la visite du théâtre, les élèves ont rencontré le régisseur lumière, Emmanuel Pestre qui leur a apporté toutes les informations techniques nécessaires sur son travail. Il leur a même permis, chose exceptionnelle, d’ouvrir le fond de scène du théâtre pour leur représentation finale !

Pendant cette semaine, les élèves ont aussi découvert les Hautes-Mynes du Thillot à travers une visite contée, menée par M. Poisson, le directeur du musée. La semaine fut bien remplie, riche en expériences et tous sont rentrés ravis !
Témoignages d’élèves :
"Au début, je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de faire du théâtre, mais quand je vois ce que j’ai pu réaliser à la fin de cette semaine…"
"Pendant cette semaine, j’ai découvert certains de mes camarades de classe."
"Ce que j’ai préféré, c’est le spectacle que l’on a construit, tous ensemble."

Théâtre du Peuple
Hautes Mynes du Thillot

Contact

Monsieur Baretje, proviseur du lycée polyvalent Georges Colomb - S.E.P. Bartholdi de Lure
Tél. : 03 84 89 03 80

70
Lycée général et technologique
Georges Colomb - Lure
Informations complètes

 
mardi 7 avril 2015

Partitions

Proposition in situ chorégraphique, littéraire, musicale, plastique…Installations et performances à l’écomusée du pays de la cerise de Fougerolles

Partitions Les 26 et 27 mars, quatre classes d’écoles élémentaires ont pu prendre part à la manifestation Partitions, organisée à Fougerolles du 26 au 29 mars et du 2 au 6 avril, en partenariat avec l’A.D.D.I.M. 70, la communauté de communes de la Haute-Comté, avec le soutien financier de l’Europe/F.E.A.D.E.R., de la Direction régionale des affaires culturelles (D.R.A.C.) de Franche-Comté et du Conseil général de la Haute-Saône.

Lors de chaque journée, les élèves des écoles de Vy-les-Lure et de Saulx-de-Vesoul, ont participé à des ateliers chorégraphiques le matin et à une performance d’artistes l’après-midi. Caroline Grosjean, chorégraphe et danseuse accompagnée par Magali Albespy, danseuse de la compagnie Pièces détachées ont sollicité les élèves avec Marie-Hélène d’Antona et Sylvie Daguenet conseillères pédagogiques départementales.

Partitions Alors que les artistes s’immergeaient dans le lieu de mémoire, navigant au dehors et au-dedans, jalonnant et décalant par leur présence le quotidien du lieu, les élèves ont été invités à prendre part à la manifestation à travers l’expression plastique, poétique et corporelle. Les ateliers organisés le matin, ont permis l’alternance de l’expression libre du ressenti par les mots puis par le corps en s’imprégnant de la gestuelle des danseuses.

L’après-midi, les élèves spectateurs, ont eu le plaisir d’assister à la représentation des danseuses qui ont su capter, guider leurs regards dans les déplacements, jouant des apparitions et des disparitions des corps.

 
mardi 31 mars 2015

Insurrection poétique

L’édition 2015 du printemps des poètes a donné à voir, à entendre, à partager des productions originales autour du thème de l’insurrection. Retour sur les manifestations des écoles de Quincey et de Conflandey

Le 20 mars dernier, les élèves de l’école de Quincey, dans la circonscription de Vesoul 1, avaient donné rendez-vous à un public de parents amis de l’école, pour faire vivre la poésie et les arts visuels autour de Liberté de Paul Éluard dans la cour du groupe scolaire.

Insurrection poétique 180 élèves, du cycle 1 au cycle 3, soutenus par l’équipe pédagogique pour la mise en scène, ont préparé durant les deux mois précédents une flashmob, travaillant la mémorisation, la mise en voix (en écho sur deux classes), la rythmique nécessaire à l’élaboration de la flash mob.

Spectaculaire, la manifestation a permis au groupe scolaire de Quincey de traduire en actes, les valeurs de l’école (vivre ensemble, solidarité, élaboration d’un projet commun). La culture et la création d’une culture commune s’inscrivent dans le projet d’école et dans le cadre de la mise en place des parcours d’éducation artistique et culturelle (P.E.A.C.).

Le même jour, à Conflandey, dans la circonscription de Vesoul 2, un projet de classes associant des élèves de cycle 1 et de cycle 3, mené en partenariat avec l’O.C.C.E., visait à faire vivre la poésie, à la partager avec un public de parents.

Insurrection poétique {PNG} La manifestation, axée sur la transmission de paroles poétiques, trouvait toute sa place dans la thématique départementale Passages, retenue durant cette année scolaire. Elle a pris la forme d’ateliers de créations, fréquentés à tour de rôle par des équipes associant petits et grands et mettant en œuvre des activités très variées : La cabane poétique, jeux de sons et de sens, joutes sémantiques et phonétiques, corde poétique, écriture des haïku. La matinée s’est clôturée avec la flash mob de chaque cycle.

L’action des classes de Conflandey a permis aux élèves de travailler avec des publics différents, et notamment le recours au tutorat, à la coopération. Des recueils sonores, papiers et numériques, permettront de garder des traces de cette journée poétique.

 
mardi 31 mars 2015

Encourager la persévérance scolaire

Le dispositif relais de Haute-Saône s’adresse prioritairement à des collégiens de 5e et 4e entrant dans un processus de rejet de l’institution scolaire

Le 19 mars dernier, autour de l’inspecteur d’académie, Éric Fardet, le comité de pilotage du dispositif relais s’est réuni au collège Rostand de Luxeuil-les-Bains pour dresser un bilan et échanger sur les projets en cours et les modalités de fonctionnement.
Implanté sous forme de modules et sur un quatrième collège depuis la rentrée 2014 (Jacquard à Lure, Romé de l’Isle à Gray, Rostand à Luxeuil-les-Bains et Gérôme à Vesoul), le dispositif relais assure une couverture géographique, en lien avec les réseaux de l’éducation prioritaire et les quartiers "politique de la ville", sur tout le département.

Inclusif, ce dispositif, soutenu financièrement par le Conseil général, fonctionne, au sein des quatre collèges, une journée par semaine durant des sessions de huit semaines. Le lien avec le collège d’origine, où l’élève bénéficie de l’attention d’un tuteur, est ainsi maintenu.

Dans le dispositif, les élèves sont encadrés par un enseignant titulaire du certification complémentaire pour les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap 2CASH et un assistant d’éducation. Leur travail s’inscrit autour de trois objectifs majeurs :
- aider l’élève à se réinvestir dans les apprentissages
- réinsérer l’élève dans un parcours scolaire
- favoriser l’acquisition du socle commun des connaissances et des compétences, en particulier les compétences sociales et civiques.

Éric Fardet et deux élèves du collège Rostand de Luxeuil-les-Bains lors d'une remise de prix du dispositif relaisAfin d’atteindre ces objectifs, les enseignantes élaborent un projet et mettent en œuvre une pédagogie de détour visant à rendre les élèves acteurs. Il s’agit de faire émerger et développer des compétences en sortant des enseignements traditionnels de façon à restaurer l’image de soi de ces jeunes en voie de décrochage. Le travail sur les valeurs associées au bien vivre ensemble constitue un second axe structurant des projets conduits par les enseignantes mesdames Boideau, Ducret et Marin.

Ainsi, sous la houlette de leur professeur, les élèves du module relais du collège Rostand ont présenté aux membres du comité leur salle de travail et les productions réalisées durant la dernière session. Le travail mené sur la thématique des secours aux personnes a permis d’aborder les valeurs citoyennes de solidarité et de fraternité. Deux élèves du module ont obtenu le diplôme de prévention et secours civique de niveau 1 (PSC1). C’est avec une grande fierté qu’ils ont reçu leur titre des mains de l’inspecteur d’académie. Les élèves qui avaient également travaillé dans les domaines des arts du cirque, de l’expression vocale et théâtrale, ont su se mettre en scène dans une représentation organisée dans le réfectoire du collège. Les vives félicitations du public, les sourires des enfants artistes ont montré que le dispositif relais contribue à redonner confiance, à réussir un projet.

Le bilan présenté par Isabelle Poyard, inspectrice de l’Éducation nationale, chargée de l’information et de l’orientation, va dans ce sens : les anciens élèves du dispositif ne décrochent pas, ils restent inscrits dans un parcours de formation.


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon