R

Accueil > DSDEN > Actualités > Insurrection poétique

Rubrique Actualités

mardi 31 mars 2015

Insurrection poétique

L’édition 2015 du printemps des poètes a donné à voir, à entendre, à partager des productions originales autour du thème de l’insurrection. Retour sur les manifestations des écoles de Quincey et de Conflandey

Le 20 mars dernier, les élèves de l’école de Quincey, dans la circonscription de Vesoul 1, avaient donné rendez-vous à un public de parents amis de l’école, pour faire vivre la poésie et les arts visuels autour de Liberté de Paul Éluard dans la cour du groupe scolaire.

Insurrection poétique 180 élèves, du cycle 1 au cycle 3, soutenus par l’équipe pédagogique pour la mise en scène, ont préparé durant les deux mois précédents une flashmob, travaillant la mémorisation, la mise en voix (en écho sur deux classes), la rythmique nécessaire à l’élaboration de la flash mob.

Spectaculaire, la manifestation a permis au groupe scolaire de Quincey de traduire en actes, les valeurs de l’école (vivre ensemble, solidarité, élaboration d’un projet commun). La culture et la création d’une culture commune s’inscrivent dans le projet d’école et dans le cadre de la mise en place des parcours d’éducation artistique et culturelle (P.E.A.C.).

Le même jour, à Conflandey, dans la circonscription de Vesoul 2, un projet de classes associant des élèves de cycle 1 et de cycle 3, mené en partenariat avec l’O.C.C.E., visait à faire vivre la poésie, à la partager avec un public de parents.

Insurrection poétique {PNG} La manifestation, axée sur la transmission de paroles poétiques, trouvait toute sa place dans la thématique départementale Passages, retenue durant cette année scolaire. Elle a pris la forme d’ateliers de créations, fréquentés à tour de rôle par des équipes associant petits et grands et mettant en œuvre des activités très variées : La cabane poétique, jeux de sons et de sens, joutes sémantiques et phonétiques, corde poétique, écriture des haïku. La matinée s’est clôturée avec la flash mob de chaque cycle.

L’action des classes de Conflandey a permis aux élèves de travailler avec des publics différents, et notamment le recours au tutorat, à la coopération. Des recueils sonores, papiers et numériques, permettront de garder des traces de cette journée poétique.

 
mardi 31 mars 2015

Encourager la persévérance scolaire

Le dispositif relais de Haute-Saône s’adresse prioritairement à des collégiens de 5e et 4e entrant dans un processus de rejet de l’institution scolaire

Le 19 mars dernier, autour de l’inspecteur d’académie, Éric Fardet, le comité de pilotage du dispositif relais s’est réuni au collège Rostand de Luxeuil-les-Bains pour dresser un bilan et échanger sur les projets en cours et les modalités de fonctionnement.
Implanté sous forme de modules et sur un quatrième collège depuis la rentrée 2014 (Jacquard à Lure, Romé de l’Isle à Gray, Rostand à Luxeuil-les-Bains et Gérôme à Vesoul), le dispositif relais assure une couverture géographique, en lien avec les réseaux de l’éducation prioritaire et les quartiers "politique de la ville", sur tout le département.

Inclusif, ce dispositif, soutenu financièrement par le Conseil général, fonctionne, au sein des quatre collèges, une journée par semaine durant des sessions de huit semaines. Le lien avec le collège d’origine, où l’élève bénéficie de l’attention d’un tuteur, est ainsi maintenu.

Dans le dispositif, les élèves sont encadrés par un enseignant titulaire du certification complémentaire pour les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap 2CASH et un assistant d’éducation. Leur travail s’inscrit autour de trois objectifs majeurs :
- aider l’élève à se réinvestir dans les apprentissages
- réinsérer l’élève dans un parcours scolaire
- favoriser l’acquisition du socle commun des connaissances et des compétences, en particulier les compétences sociales et civiques.

Éric Fardet et deux élèves du collège Rostand de Luxeuil-les-Bains lors d'une remise de prix du dispositif relaisAfin d’atteindre ces objectifs, les enseignantes élaborent un projet et mettent en œuvre une pédagogie de détour visant à rendre les élèves acteurs. Il s’agit de faire émerger et développer des compétences en sortant des enseignements traditionnels de façon à restaurer l’image de soi de ces jeunes en voie de décrochage. Le travail sur les valeurs associées au bien vivre ensemble constitue un second axe structurant des projets conduits par les enseignantes mesdames Boideau, Ducret et Marin.

Ainsi, sous la houlette de leur professeur, les élèves du module relais du collège Rostand ont présenté aux membres du comité leur salle de travail et les productions réalisées durant la dernière session. Le travail mené sur la thématique des secours aux personnes a permis d’aborder les valeurs citoyennes de solidarité et de fraternité. Deux élèves du module ont obtenu le diplôme de prévention et secours civique de niveau 1 (PSC1). C’est avec une grande fierté qu’ils ont reçu leur titre des mains de l’inspecteur d’académie. Les élèves qui avaient également travaillé dans les domaines des arts du cirque, de l’expression vocale et théâtrale, ont su se mettre en scène dans une représentation organisée dans le réfectoire du collège. Les vives félicitations du public, les sourires des enfants artistes ont montré que le dispositif relais contribue à redonner confiance, à réussir un projet.

Le bilan présenté par Isabelle Poyard, inspectrice de l’Éducation nationale, chargée de l’information et de l’orientation, va dans ce sens : les anciens élèves du dispositif ne décrochent pas, ils restent inscrits dans un parcours de formation.

 
jeudi 26 mars 2015

Réflexions pédagogiques interactives en webdiffusion

La 2ème édition du Rendez-vous des Ecoles Francophones En Réseau (R.E.F.E.R.) a eu lieu les 19 et 20 mars. L’atelier CANOPE de Vesoul, en partenariat avec la D.S.D.E.N.70 a permis de prendre part à cet événement

"Le numérique à l’école : entre humanisme et utilitarisme", tel était le thème retenu cette année pour alimenter la réflexion des pédagogues de la francophonie. Le programme des manifestations très riche, a pu être diffusé en direct sur internet depuis l’atelier CANOPE et sur le fil twitter du R.E.F.E.R..
Une table ronde Franco-Québecoise a notamment alimenté le débat sur la place du numérique à l’école, son lien avec les changements de société et les changements de modèles d’apprentissage. Il s’agit d’utiliser ces nouveaux outils pour augmenter les compétences des élèves, leur redonner confiance et associer leurs parents à l’école par une communication plus directe. L’usage des outils numériques doit s’accompagner du développement de l’esprit critique, de la capacité à collaborer, à travailler en réseau pour créer la connaissance.
Des lycéens en France, en Belgique et au Québec ont travaillé autour de l’essai du philosophe Michel Serres, "Petite Poucette". Cet ouvrage propose aux jeunes de réinventer leur manière de vivre ensemble, de construire et de partager les connaissances. À Bruxelles, Québec, Nice et Vesoul, les jeunes ont présenté leurs productions afin d’enrichir l’ouvrage du philosophe, en réalité augmentée ( textes, vidéos, animations…). Au lycée des Haberges de Vesoul, c’est Solène qui représentait sa classe, épaulée par Madame Berna, sa professeure de français, Madame Bécoulet, I.E.N. en charge du numérique, et Éric Fardet, inspecteur d’académie.
En direct avec le philosophe, les jeunes ont mené des débats contradictoires sur les questions éthiques que pose l’ouvrage de Michel Serres.
"L’école est-elle devenue inutile à l’heure du numérique ou est-elle toujours nécessaire ?"
"Internet va-t-il rendre le monde plus tolérant, ou ne le permet-il pas ?"
Sous forme de joute oratoire à distance, chacun a pu livrer ses arguments et les échanges pertinents entre les lycéens et l’auteur ont permis à tous les spectateurs d’enrichir leur réflexion autour de ces sujets.


Galerie


 
mardi 17 mars 2015

Après l’Allemagne, l’Angleterre et les États-Unis, le Japon !

Initiée en 2005, l’ouverture internationale est un des axes majeurs du projet d’établissement du lycée professionnel Henri Fertet de Gray.

L’établissement, spécialisé dans les métiers du transport et de l’automobile, possède une section européenne dans chaque spécialité enseignée (maintenance automobile, motocycle, carrosserie et conducteurs routiers).

Afin de proposer une immersion internationale la plus complète possible aux élèves inscrits en section européenne, diverses actions sont engagées :
- périodes de formation en milieu professionnel effectuées en Allemagne (Fürstenwalde) et en Angleterre (Gloucester et Folkestone),
- partenariat avec le Fareham College (U.K.) depuis 2008, permettant un échange annuel de huit élèves et deux accompagnateurs,
- partenariat mis en place avec le C.A.T.E.C. (U.S.A.) en Virginie depuis 2013, un premier déplacement de dix élèves a eu lieu en avril 2014.

Ces partenariats se poursuivent et un nouveau partenariat avec le Japon est maintenant à l’étude.

Pourquoi le Japon ?

S’il est vrai que le lycée Fertet ne possède pas d’enseignement en japonais, le lien est tout naturellement créé avec le Japon par l’intermédiaire de la section moto et bien évidemment de son industrie motocycle.
Un projet de déplacement de dix élèves pour une durée de quinze jours est d’ores et déjà envisagé en avril 2017.
Au programme, travail en binôme franco-japonais, visites culturelles et historiques (Hiroshima, Kyoto) et bien évidemment les sites de production des grands constructeurs japonais (Honda, Yamaha, Kawasaki et Suzuki).

Après l'Allemagne, l'Angleterre et les États-Unis, le Japon ! Dans ce cadre de travail et d’échange franco-japonais, mardi 10 mars, le lycée Fertet a eu l’honneur d’accueillir une délégation de dix étudiants japonais de l’université de Tsukuba. Un partenariat entre l’université de Franche Comté et l’université de Tsukuba a permis l’accueil de ces étudiants à Besançon depuis le 17 Février. C’est donc avec un réel plaisir que les responsables du projet ainsi que l’administration du lycée Fertet ont souhaité leur présenter les ateliers et les projets internationaux de l’établissement.

Après visite des ateliers du lycée, une réunion de présentation de la politique académique concernant l’ouverture à l’international a été faite par Jean-Paul Tarby, délégué académique aux relations européennes et internationales et à la coopération (D.A.R.E.I.C.). Les professeurs et élèves du lycée Fertet ont également présenté et témoigné de l’ensemble des projets internationaux menés dans leur établissement.
Après le repas, une visite guidée de la ville de Gray a été planifiée.

Une visite préparatoire de dix jours des enseignants organisateurs est prévue en juin 2016.

70
Lycée professionnel
Lycée des métiers de l'automobile et du transport
Henri Fertet - Gray
Informations complètes

 
mercredi 11 mars 2015

Projet "MOB"sans frontières

Visite de maisons à ossature bois en France, au Canada et en Suède par des élèves des bacs professionnels technicien menuisier agenceur (T.M.A.) et aménagement et finition du bâtiment (A.F.B.) du lycée Lumière de Luxeuil-les-Bains (site Beauregard)

Projet "MOB"sans frontières Ce projet a pour but de développer, de septembre 2013 à juin 2016, des compétences pour informer nos lycéens des dernières techniques d’exploitation écologiquement responsable du matériau bois et de l’isolation thermique, dans des pays reconnus comme leader dans ce secteur. En ayant pour thème la maison à ossature bois et son isolation, les élèves vont développer leur expérience en France, au Canada (septembre - octobre 2014) et en Suède (septembre 2015) en visitant des entreprises de ces pays pour enrichir leur apprentissage.

C’est un véritable échange entre l’école et l’entreprise :
- les élèves visitent les entreprises partenaires
- les partenaires visitent les entreprises adhérentes au projet
- une conférence est organisée au nom de l’entreprise au sein du lycée.

Ce projet s’inscrit aussi dans la volonté d’ouvrir nos élèves à différentes cultures, en France, au Canada (rencontre avec les premières nations) et en Suède.
Nous développons à ce sujet un volet culturel permettant aux élèves de s’imprégner de différents styles, de l’évolution du mobilier et de l’habitat des différents pays visités par la découverte de musées, d’édifices et de centre de conservation du patrimoine.

La transversalité, souhaitée entre les programmes valorise chaque section et chaque élève par une dynamique de groupe, impliquant un respect de l’autre, un épanouissement personnel et de ce fait de rester sur la voie de la réussite.

21 élèves en bac professionnel technicien menuisier agenceur (T.M.A.) et aménagement et finition du bâtiment (A.F.B.) sont concernés.

Plus d’information sur le blog dédié au projet.

Contacts

Françoise Legoy, P.L.P.2. mathématiques/sciences
Tél. 09 53 81 48 76
Courriel

Frédérique Eme-Rabolt, P.L.P.2. français / histoire / géographie
Tél. 03 84 63 38 83
Courriel

Patrick Legoy, responsable partenariat (France et Canada)
Laetitia Grosclaude, responsable partenariat (Suède)
Richard Gutierrez, responsable pédagogique
Martial Morel, responsable du volet culturel

70
Lycée polyvalent
Lumière - Luxeuil-les-Bains
Informations complètes

 
vendredi 20 février 2015

Voyage à Bath, Angleterre

40 élèves de la section d’enseignement professionnel (S.E.P.) du lycée Lumière de Luxeuil-les-Bains ont eu l’opportunité de bénéficier d’un séjour à Bath dans le sud-ouest de l’Angleterre

Voyage a Bath, AngleterreCe projet a été mené par leurs professeurs principaux, Françoise Chabaud en gestion et Aurore Livera en anglais.
Le voyage s’est déroulé en autocar jusqu’à Caen-Ouistreham puis la traversée, en ferry jusqu’à Portsmouth.
Les élèves ont été accueillis dans différentes familles de Bath, et ont pu ainsi, s’exprimer en anglais.
Ils ont également pu découvrir le célèbre site mégalithique de Stonehenge, les thermes romains de la ville de Bath, la cathédrale de Wells, les grottes de Wookey Hole, lieu de maturation du Cheddar et flâner dans les villes de Salisbury et de Portsmouth.
Les élèves ont pu mettre leurs connaissances théoriques en pratique :
- les élèves de la section gestion-administration, épaulés par Mme Lepaul, ont planifié le voyage, ont réfléchi à son financement, et ont procédé aux diverses réservations
- les élèves de la section vente, accompagnés par Mme Boucher, ont pu étudier l’agencement des vitrines ainsi que les promotions dans les différentes enseignes.
- Mme Jullien, professeur d’histoire a pu faire le parallèle entre les thermes de Luxeuil et ceux de Bath pour comprendre l’importance des traces laissées par la civilisation romaine en Europe.

Les objectifs étaient donc multiples et chacun a su en profiter dans une ambiance agréable.

Contact

Aurore Livera, professeur d’anglais
Tél. : 03 84 94 09 55

70
Lycée polyvalent
Lumière - Luxeuil-les-Bains
Informations complètes

 
jeudi 19 février 2015

Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul

La 21e édition du festival international des cinémas d’Asie (F.I.C.A.) s’est tenue à Vesoul du 10 au 17 février

En partenariat avec la D.S.D.E.N., la ville de Vesoul et le cinéma Majestic, de nombreux élèves du département, ont pu assister aux projections dans le cadre de la programmation jeune public du F.I.C.A.

Une séance exceptionnelle a été programmée lundi 16 février au cinéma Majestic à la demande de Françoise Cottet-Emard, inspectrice de l’Éducation nationale chargée de l’éducation artistique et culturelle. Lors de cette séance, 120 élèves provenant de cinq classes, ont assisté à la projection du film "Le Promeneur d’oiseau", de Philippe Muyl. Cette séance a fait l’objet d’une préparation particulière. En effet Marie Hélène D’Antona, conseillère pédagogique départementale en arts visuels a proposé aux enseignants des classes concernées un dossier pédagogique multimédia favorisant la compréhension et permettant une approche plus fine de l’œuvre.

Festival international des cinémas d'Asie de Vesoul À l’issue de la projection, les élèves ont rencontré le réalisateur et ont eu la chance de pouvoir échanger avec lui. Philippe Muyl a ainsi expliqué que "C’est une aventure de venir à Vesoul !"
Parmi les nombreuses questions et sujets de préoccupation des élèves :
"Est-ce que cet oiseau avait vraiment 18 ans ?"
"Avez-vous des liens avec la Chine ?"
"Avez-vous gardé des relations avec les acteurs du film ?"
"Pourquoi avez-vous fait un film chinois ?"

Le réalisateur a su se mettre à la portée de son jeune public dans les réponses qu’il leur a apportées, non sans faire preuve de philosophie ou de poésie.
"C’est intéressant de faire quelque chose qu’on ne sait pas faire. J’ai fait ce film par goût de l’aventure. J’ai trouvé ça sur mon chemin."

Les élèves de l’option cinéma audiovisuel du lycée Lumière de Luxeuil-les-bains étaient également présents ce jour afin de filmer la rencontre entre le réalisateur et son jeune public. En effet ces élèves lycéens réalisent cette année un documentaire sur le F.I.C.A. avec une focale particulière sur le cinéma chinois.
La séance du 16 février fut donc particulièrement riche, pour les écoliers comme pour les lycéens, pour le plaisir de tous. Et la présence de Philippe Muyl aura peut-être suscité des vocations artistiques pour le septième art.

 
jeudi 19 février 2015

Une articulation scolaire-périscolaire exemplaire au pôle éducatif de Traitiéfontaine

Mardi 17 février 2015, le recteur Jean-François Chanet a rencontré les équipes et les élèves d’un regroupement pédagogique intercommunal (R.P.I.) haut-saônois

Accueilli par l’inspecteur d’académie du département de la Haute-Saône, l’inspectrice de l’éducation nationale (I.E.N.) de circonscription et la directrice du pôle éducatif, le recteur a eu le plaisir d’échanger avec l’ensemble de l’équipe enseignante et la responsable du secteur péri-éducatif de la communauté de commune du pays riolais.

Les atouts du pôle : de meilleures conditions de travail et une réelle cohérence dans la continuité éducative

La construction du pôle éducatif de Traitiéfontaine a permis une ouverture en septembre 2003 pour accueillir alors 114 élèves.
Aujourd’hui, il s’agit de l’un des cinq pôles éducatifs de la communauté de communes du pays riolais qui exerce la compétence scolaire depuis le 1er janvier 2014. Le pôle compte actuellement cinq classes (deux maternelles et trois élémentaires) pour un total de 130 élèves.

Ces derniers, originaires des six communes voisines*, sont accueillis dans des locaux spacieux, particulièrement adaptés aux enjeux de la pédagogie actuelle.

La présence sur un même site des structures scolaires et périscolaires permet de développer des actions inscrites dans un souci permanent de cohérence et de continuité éducative.

Mutualiser les ressources

Le pôle éducatif de Traitiéfontaine (70) L’équipe enseignante dispose d’importantes ressources lui permettant de partager, dans le cadre d’une polyvalence d’équipe, ses nombreuses compétences professionnelles. Ce pôle éducatif est ainsi un cadre de vie facilitateur de la mise en œuvre des objectifs de la refondation de l’École (rythmes scolaires articulés aux temps périscolaires, équipements pour développer les usages du numérique éducatif, accompagnement d’enseignant stagiaire, renforcement des liens entre l’école et les familles).

Des relations sereines avec les partenaires

L’association de parents d’élèves est très impliquée dans l’école et s’associe régulièrement aux différents projets pédagogiques mis en place par l’équipe enseignante composée de cinq professeurs.
Un travail de fond a été conduit avec la communauté de commune du pays riolais lors de la réalisation du projet éducatif territorial (P.E.D.T.) intégrant un emploi du temps dit "décret Peillon" :
- lundi, mardi, vendredi : 13 h 40 - 15 h 55
- jeudi : 13 h 40 - 14 h 55.

Chacun se préoccupe, à Traitiefontaine, de la réussite scolaire des élèves et de leur épanouissement.

*Cirey-les-Bellevaux, Neuvelle-lès-Cromary, Ruhans, Sorans-lès-Breurey, Traitiéfontaine et Vandelans.

Les pôles éducatifs en Haute-Saône

Le schéma territorial des structures scolaires du premier degré en Haute-Saône se caractérise par la présence de trente-cinq pôles éducatifs qui témoignent d’une volonté de mise en œuvre d’une politique de services à la population. Cette politique s’appuie sur la promotion du cadre de vie en milieu rural et sur le développement de services de proximité qui renforcent l’attractivité des territoires.

 Le pôle éducatif de Traitiéfontaine (70) Les pôles éducatifs regroupent, sur un même site, des classes maternelles, des classes élémentaires, des services scolaires (réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté - R.A.S.E.D., bibliothèque centre documentaire, espace informatique…), ainsi que des services périscolaires tels que la restauration, les espaces propres aux activités périscolaires et des équipements sportifs.

Ils participent ainsi de la structuration du territoire et permettent, grâce à leurs nombreux atouts, de relever les défis éducatifs actuels en permettant notamment une scolarisation des enfants dans d’excellentes conditions.

Contacts

Nathalie Becoulet, inspectrice de l’Éducation nationale (I.E.N.) de la circonscription de Vesoul I, chargée de la circonscription 1er degré
Virginie Mochulpich, directrice, professeure des écoles (C.E.1.-C.E.2.)

 
vendredi 6 février 2015

"Le Rafut du Beauregard" : numéro spécial "Charlie Hebdo"

Le journal des élèves du lycée Lumière de Luxeuil rend hommage à "Charlie Hebdo"

"Le Rafut du Beauregard" : numéro spécial "Charlie Hebdo"Le 7 janvier 2015, attentats contre le journal satirique "Charlie Hebdo", toute la France est sous le choc.
Jeudi 8 janvier 2015 à 12 h, l’ensemble des établissements fait une minute de silence en hommage aux victimes de ces attentats. Les élèves de Luxeuil sont invités à se recueillir dans le hall du lycée. Frédérique Eme-Rabolt, professeur de lettres-histoire est interpellée par un élève pour savoir si le journal de l’établissement va parler de l’événement.

C’est le point de départ d’un numéro spécial du "Rafut du Beauregard", journal élaboré par une équipe de rédacteurs volontaires. Peu à peu le projet a pris de l’ampleur, des élèves des deux sites de l’établissement ont contribué. L’équipe de rédaction a du faire des choix parmi une quarantaine de dessins et une quinzaine d’articles.

"Le Rafut du Beauregard" : numéro spécial "Charlie Hebdo"Un vrai succès qui est allé au delà du cadre du lycée grâce à l’intervention de l’Est républicain et de France 3, une reconnaissance pour les élèves impliqués dans ce travail de rédaction. Le numéro 14 du journal sortira samedi 7 février pour les portes ouvertes du lycée, un mois après les attentats à "Charlie Hebdo".

"Le Rafut du Beauregard" : numéro spécial "Charlie Hebdo"

Contact

Frédérique Eme-Rabolt, professeur de lettres-histoire

70
Lycée polyvalent
Lumière - Luxeuil-les-Bains
Informations complètes

 
vendredi 6 février 2015

Consultation sur le numérique éducatif

Le ministère de l’Éducation nationale met en place une concertation nationale sur le numérique : compte-rendu de la consultation organisée le 2 février en Haute-Saône

Le 2 février, deux tables-rondes ont été organisées par la direction des services départementaux de l’Éducation nationale (D.S.D.E.N.), l’école supérieure du professorat et de l’éducation (E.S.P.E.) et Canopé afin d’accompagner la concertation et de favoriser des échanges entre les différents acteurs de la communauté éducative.
L’inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’Éducation nationale en Haute-Saône, Éric Fardet, a animé cette concertation. Ce sont plus de 100 personnes dont de nombreux élus qui se sont retrouvées dans les locaux de Canopé pour assister aux réunions, signifiant là, le vif intérêt de chacun à cette problématique.

Thème 1 : les apprentissages et la réussite de tous les élèves

- en quoi le numérique peut-il contribuer à l’amélioration des apprentissages et à la réussite des élèves ?
- quels sont les besoins en termes de ressources, d’accès et d’équipements permettant d’atteindre ces objectifs ?
Consultation sur le numérique éducatif
Intervenants :
- Christophe Reffay, responsable du service universitaire du numérique et de l’innovation pédagogique
- Sabine Bouveret, professeure de mathématiques - collège Château Rance de Scey-sur-Saône
- Nathalie Bécoulet, inspectrice de l’Éducation nationale (I.E.N.) chargée du numérique/formation et Vesoul I
- Claudine Orsaczek, parent d’élève P.E.E.P.
- M. Tournier, vice-président de la communauté de communes de Rioz
- Jean-Louis Davot (F.O.L.)

Les outils numériques sont une constituante indiscutable de notre société, ils peuvent être une source de motivation pour les élèves. Les élus locaux, en collaboration avec les enseignants réfléchissent à la pertinence des équipements. Ordinateurs, tablettes, smartphones… Aucune opposition n’apparait quant à leur utilisation qui se complète dans la portabilité. Au-delà de l’aspect matériel, le numérique a besoin d’un accompagnement humain qui est le gage de son intégration aux pratiques éducatives. Les enseignants à l’école, les parents à la maison éduquent en appréhendant le numérique comme un outil qu’il faut maîtriser, qu’il faut entretenir. Le monde numérique n’est en rien un monde déshumanisé.
Internet permet d’ouvrir les élèves sur le monde. L’I.E.N. chargée du numérique, Nathalie Bécoulet a rappelé que la réussite des élèves dépendait aussi de l’association de la tête, du cœur et de la main.

Consultation sur le numérique éducatifLes intervenants ont nourri le débat de nombreux exemples où la pédagogie du numérique favorisait la réussite des élèves. Échanges internationaux, vidéos éditées par le ministère favorisant l’acquisition des savoirs fondamentaux, ateliers mis en place par le périscolaire dans le cadre des nouvelles activités périscolaires (N.A.P.), pratiques de classe inversée, étayage audio ou accompagnement personnalisé pour les élèves plus fragiles, enregistrement et analyse des pratiques des élèves, sécurisation des élèves en difficulté avec l’écrit… En Haute-Saône, c’est aussi l’environnement numérique de travail (E.N.T.) qui constitue pour de nombreuses classes un espace protégé, accessible aux élèves et aux partenaires de la communauté éducative. L’E.N.T. permet le partage des ressources.

L’école doit permettre aux élèves de réussir en développant des compétences qui leur seront nécessaires pour être des citoyens intégrés à la société de d’aujourd’hui. Elle éduque les élèves en favorisant le développement de ces compétences, à travers les outils numériques : publier, partager, collaborer, rechercher, avoir un regard critique sur les sources d’information.

Thème 4 : la réduction des inégalités

- Quels sont les conditions et les moyens nécessaires pour que le numérique contribue à la réduction des inégalités ?

Intervenants :
- un enseignant-chercheur
- un professeur des écoles à l’école Picasso - Vesoul
- Corinne Villemin-Bérard, principale du collège Charles Péguy et M. Battaglia- Vauvillers
- M. Gete - président du F.C.P.E. 70
- Hervé Ferrand, Torop.net
- Joel Daval, conseil général de la Haute-Saône
- Daniel Callerand, Fablab Avrigney-Virey

Les intervenants ont fait un état des lieux et établi deux types d’inégalités :
- les inégalités face à l’acquisition des savoirs, la part des élèves en difficulté dont un nombre trop important quitte le système scolaire sans qualification.
- les inégalités face à l’accès aux technologies numériques c’est-à-dire la différence de niveau d’équipement des écoles, des foyers, de niveau de compétence pour utiliser ces équipements à bon escient.

Le monde numérique peut être le révélateur d’inégalités existantes et il est nécessaire de les prendre en compte. Les outils numériques peuvent contribuer à les réduire. Dans le département, de grands travaux d’infrastructures doivent permettre l’accès du plus grand nombre à une connexion haut ou très haut débit grâce au déploiement de la fibre optique.

Consultation sur le numérique éducatifLes écoles et les établissements sont dotés en matériel de manière inégale, c’est pourquoi l’E.S.P.E. et l’Éducation nationale entendent former les enseignants à une philosophie du numérique, un savoir transposable quel que soit leur environnement de travail futur. Il s’agit également de former à l’utilisation des logiciels libres de droits, au respect des droits d’auteur afin que ces enseignants soient en mesure d’éduquer des citoyens numériques.
Le monde numérique permet de croiser et de reformuler les savoirs. Ce faisant, il les rend plus accessibles à chacun. Les actions des écoles menées en partenariat avec Canopé ou l’E.S.P.E. permettent à tous les élèves d’une classe de vivre un projet numérique (prêt de matériel, ateliers, etwinning permettant des échanges internationaux en anglais). Les technologies numériques permettent une diversification des pratiques d’évaluation, redonnent de la confiance aux élèves en difficulté. Dans la continuité, elles permettent aux professeurs d’établir des groupes de remédiation pour les élèves qui en éprouvent le besoin, de leur proposer des tâches différenciées, ou adaptées aux élèves en situation de handicap. Elles permettent de développer des compétences de communication, d’expression et la créativité de chaque élève.
Travailler ensemble apparaît comme une nécessité pour réduire les inégalités. Dans les établissements, la présence d’un référent numérique constitue un point d’appui pour les équipes pédagogiques. En outre, l’E.N.T. ouvre les portes de l’école aux familles, rend visible et valorise les productions des élèves. Avec l’appui du numérique, les familles demeurent les meilleures partenaires de l’école, en termes d’éducation.

Concertation nationale sur le numérique pour l’éducation
Concertation sur le numérique pour l’éducation - Lons-le -Saunier


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon