R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Des projets ambitieux pour le mandat 2014-2016 des élus lycéens de (...)

Rubrique Vie de l'académie

jeudi 19 mars 2015

Des projets ambitieux pour le mandat 2014-2016 des élus lycéens de l’académie

22 lycéennes et lycéens ont travaillé, échangé, débattu et établi un plan d’actions qu’ils ont présenté au recteur, mercredi 18 mars dans la salle du conseil du rectorat

Des projets ambitieux pour le mandat 2014-2016 des élus lycéens de l'académieDes thèmes avaient été proposés lors de la première réunion du comité académique de la vie lycéenne (C.A.V.L.) le 10 décembre puis travaillés en atelier lors du séminaire de vie lycéenne de janvier.

Le bilan de ces travaux, comprenant un certain nombre de propositions, a permis de définir les projets suivants :

Mettre la laïcité en images

- création d’un guide illustré pour expliquer la laïcité (début 2016)
- mobilisation des lycées pour mener des actions autour d’une définition de la laïcité (partenariat rectorat - préfecture de région)

Sensibiliser à l’exclusion

- organisation d’un concours, en partenariat avec la D.R.J.S.C.S., qui récompensera des affiches humoristiques réalisées à la suite d’actions concrètes dans les lycées (en partenariat avec des organismes, associations…)
- actions partagées sur les réseaux sociaux (lancement septembre 2015)

Mettre en place une "semaine du vivre ensemble"

- proposer aux lycées d’organiser des évènements autour de valeurs permettant le vivre ensemble (journées à thème : débats - liberté d’expression, respect, culture, sport, solidarité…) lors d’une semaine définie au niveau académique (décembre 2015)

Promouvoir l’engagement citoyen et sensibiliser à l’interculturalité

Des projets ambitieux pour le mandat 2014-2016 des élus lycéens de l'académie
- organisation d’un séminaire interculturel qui regrouperait des lycéens tunisiens, canadiens, suisses (partenariats existant entre l’académie et ces pays) et français pour des échanges autour de la citoyenneté et de la démocratie lycéenne (avec l’aide de la délégation académique aux relations européennes, internationales et à la coopération (D.A.R.E.I.C.) (fin d’année scolaire 2015-2016)

Sensibiliser aux conduites addictives

- réalisation d’un clip vidéo avec la participation des sections cinéma, audio-visuel de trois établissements et en partenariat avec CANOPÉ

Développer la communication au sein de la vie lycéenne

- création d’un groupe de travail qui sera chargé de faire connaître les instances de vie lycéenne et de mettre en valeur les actions et projets des C.V.L. et du C.A.V.L.

Des groupes de pilotage ont été constitués qui se réuniront régulièrement pour mener à bien ces projets. Engagement, sérieux et bonne humeur étaient à l’ordre du jour de cette journée.

La prochaine réunion du C.A.V.L. aura lieu mercredi 27 mai 2015.

 
mercredi 18 mars 2015

Deux journées dédiées à l’égalité entre les hommes et les femmes

Les 9 et 10 mars 2015, des élèves du collège Pierre Vernotte et du lycée Jean Michel ont pu modifier leur vision des rôles attribués aux hommes et aux femmes dans la société.

Dans le cadre d’un projet sur les (In)égalités homme-femme, les élèves de 5eA du collège Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne et la classe de 1re E.S.4. du lycée Jean Michel de Lons-le-Saunier ont participé à deux journées thématiques à Besançon et à Moirans-en-Montagne.

Ce projet interdisciplinaire associe le français, le latin, l’espagnol, l’histoire-géographie. Il est mené de façon interacadémique avec des établissements des académies de Lille et de Créteil.

Remonter dans l’Antiquité pour comprendre les rôles dévolus aux femmes et aux hommes

Lundi 9 mars 2015, les élèves ont été accueillis à l’Université de Franche-Comté par des enseignants-chercheurs de l’Institut des sciences et techniques de l’antiquité, (I.S.T.A.), laboratoire de recherche en histoire et langues anciennes.

Projet égalité homme-femme Les élèves de 5e, répartis en petits groupes, ont assisté à différents ateliers menés en latin par Jean-Yves Guillaumin, en histoire ancienne par Antonio Gonzales, en grec ancien par Marie-Rose Guelfucci, et en Histoire de l’art par Sophie Montel. Lors de ces ateliers, les élèves ont été confrontés à des textes ou à des œuvres d’art antiques mettant en question le rôle des hommes et des femmes dans l’Antiquité. Ils ont ainsi été familiarisés avec des éléments de civilisation montrant quel rôle était dévolu à chacun des deux sexes dans l’Antiquité. Accueillis par des doctorants, les élèves ont également pu visiter le laboratoire de recherche de l’I.S.T.A. et se rendre compte de son fonctionnement.

L’ensemble de cette rencontre a été possible grâce au partenariat "une classe, un chercheur" qui fait de Marie-Rose Guelfucci et de Jean-Yves Guillaumin des chercheurs associés à la classe de 5e.

Durant cette matinée, la classe de 1re E.S.4. a, quant à elle, pu assister à des mini conférences organisées par Rudy Chaulet, enseignant-chercheur, sur les femmes et la criminalité dans le monde hispanique. L’après-midi a été consacré à une visite historique de la citadelle de Besançon pour l’ensemble des élèves.

Prendre conscience des préjugés et les dépasser

Mardi 10 mars 2015, pour compléter leur travail de la veille et amorcer la coopération des deux classes engagées dans le projet, les élèves de 1re E.S.4 ont été accueillis à Moirans-en-Montagne. Ils ont assisté avec les élèves de 5e à différentes conférences.

La première partie de la matinée était consacrée aux inégalités entre hommes et femmes dans les choix de métiers. Les élèves ont pu écouter les interventions de Patricia Erlacher et Aurore Geley, respectivement peintre en bâtiment et sergent-chef sapeur-pompier professionnel.

Ces interventions ont permis de mettre en évidence la difficulté qu’il peut y avoir à s’engager dans un métier d’homme, mais également de montrer quelle satisfaction cela pouvait apporter. L’ensemble a bien démontré que l’essentiel est d’avoir le courage de ses ambitions sans se préoccuper des stéréotypes liés au sexe.

Projet égalité homme-femme La deuxième partie de la matinée était destinée à traiter la question des inégalités entre hommes et femmes dans le monde. Cette partie était menée grâce à Marie-Odile Gross, ethnothérapeute à la retraite, et à deux représentantes d’Amnesty International, dont Jocelyne Contet, professeur de sciences de la vie et de la Terre (S.V.T.) au lycée Jean Michel. Ces deux interventions ont réussi à mettre en perspective la question des inégalités entre les hommes et les femmes et ont permis aux élèves une forme de prise de conscience.

Lors de l’après-midi, les élèves de 5e ont pu évoluer entre différents ateliers animés par les élèves de 1re d’Edwige Pépin, professeure d’espagnol, et par Marie-Rose Guelfucci et Jean-Yves Guillaumin qui sont revenus avec les élèves sur le travail commencé la veille. Les ateliers ont été rendus possibles grâce à un travail de longue haleine mené au lycée, dans le cadre de l’accompagnement personnalisé. Cette deuxième journée s’est conclue autour d’un verre de l’amitié partagé par tous.

Au lycée Nelson Mandela, les filières n’ont pas de genre !

Contacts

39
Collège
Pierre Vernotte - Moirans-en-Montagne
Informations complètes

39
Lycée général et technologique
Jean Michel - Lons-le-Saunier
Informations complètes

 
mardi 17 mars 2015

Éclipse partielle de soleil du 20 mars

Des consignes pour l’observer en toute sécurité

L’observation d’un tel événement nécessite impérativement de se protéger les yeux afin d’éviter toute lésion oculaire, particulièrement chez les enfants.

Consultez les recommandations de la direction générale de la santé pour observer cet événement dans de bonnes conditions de sécurité.

Des risques liés à l’observation d’une éclipse du soleil peuvent engendrer des lésions oculaires graves. Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche relaie les informations de la direction générale de la santé rappelant les risques et moyens de prévention.

Éclipse partielle de soleil du 20 mars - ministère Éducation nationale

 
jeudi 12 mars 2015

Toutes et tous mobilisés contre le racisme et l’antisémitisme !

Du 16 au 21 mars 2015, les élèves des écoles, collèges et lycées de l’académie participeront à de nombreuses actions dans le cadre de la "Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme".

La lutte contre le racisme et l’antisémitisme a été faite Grande Cause nationale 2015 et s’inscrit pleinement dans la Grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République.

Lutter contre les discriminations : un combat quotidien

Prévenir toutes les formes de discriminations et éduquer contre le racisme et l’antisémitisme sont deux missions prioritaires de l’École. C’est pourquoi, tout au long de l’année, des actions sont menées en établissements afin de sensibiliser les élèves.

Cette "Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme" constitue un temps fort de réflexion et d’action. Elle a vocation à mobiliser l’ensemble des acteurs de l’éducation ainsi que leurs partenaires et à valoriser les travaux réalisés par les élèves le reste de l’année.

Le 21 mars, journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, est le pivot de cette semaine riche en symboles. Cette date a été choisie en 1966 par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (O.N.U.) afin de rendre hommage aux victimes du massacre de Sharpeville (Afrique du Sud). Le 21 mars 1960, la police abattait 69 manifestants noirs sud-africains qui militaient contre la domination blanche.

Une semaine jalonnée de temps forts

17 mars au lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon

Les élèves de troisième prépa-pro. engageront une réflexion sur l’antisémitisme à travers la question : "Comment passe-t-on des préjugés à l’antisémitisme ?". Ce travail s’inscrit dans une réflexion globale sur l’importance de combattre les préjugés et les premières impressions pour aller à la rencontre de l’autre et de sa culture. Les enseignants s’appuient sur le kit pédagogique "Tous différents, tous égaux" réalisé dans le cadre des programmes du "Conseil de l’Europe" par le Centre européen de la jeunesse. Ce kit propose des ateliers et des démarches visant à travailler "le vivre ensemble".

Les échanges se dérouleront en présence de Bertrand Weil, président de l’association cultuelle israélite de Besançon.

18 mars au collège Denis Diderot de Besançon

Le collège Denis Diderot est le premier collège de France à avoir été labellisé "collège sans racisme", en 2009. Avec plus de 35 nationalités différentes, l’établissement bisontin veille chaque jour à promouvoir la multiculturalité, les valeurs de respect et de lutte contre toutes les formes de discrimination.

À l’occasion de la semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme et dans le cadre du Printemps des poètes, des élèves iront de classe en classe lire des poèmes, rédigés par leurs soins, sur le thème de "l’insurrection poétique".

Depuis trois ans, le collège participe à cette manifestation en organisant un concours de poésies et des brigades d’intervention poétique (B.I.P.), qui diffusent la poésie en déambulant au sein de l’établissement.

Le Printemps des poètes au collège Diderot

19 mars au collège Entre-deux-Velles de Saône

Suite à un appel à projet sur l’amélioration du climat scolaire, de nombreuses actions ont été engagées au sein de l’établissement autour du thème : "sensibilisation aux différentes formes de discrimination".

Depuis le début de l’année scolaire, des actions variées ont ainsi été menées. Dans le hall du préau, des poèmes et des textes, écrits en classes et à d’autres occasions, ont été exposés. À l’occasion de cette "semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme", les élèves interpréteront des chansons à textes d’auteurs connus. Cette restitution est destinée à tous les élèves et au personnel du collège.

20 mars au collège René Cassin de Baume-les-Dames

Le recteur ira à la rencontre des élèves qui participent au concours national de la Résistance et de la Déportation. Le thème retenu cette année est : "La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire". Les collégiens présenteront les travaux individuels et collectifs qu’ils rendront au comité et échangeront sur l’intérêt et les apports de ce concours.

Dans un second temps, un travail sur le thème "préjugés et discrimination" rassemblera la classe d’unité localisée pour l’inclusion scolaire (U.L.I.S.) et une classe de cinquième, soit au total 40 élèves.

En amont, la coordinatrice des élèves d’U.L.I.S. a commencé un travail préparatoire en présentant la situation de handicap aux collégiens. Ce travail se poursuivra avec des ateliers sur les préjugés : couleurs de peau, origine, filles-garçons, religion, ethnie, handicap... Il s’agira d’aborder ensuite les discriminations et le racisme. L’objectif est de décortiquer le mécanisme qui conduit du préjugé à la discrimination.

Un focus sera mis sur les discriminations contre les Roms afin de préparer les élèves à la projection du film Spartacus et Cassandra, de Ioanis Nuguet. Le film sera projeté début avril au cinéma de Baume-les-Dames et sera suivi d’un échange avec les représentants du centre académique pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage (C.A.S.N.A.V.).

Actions pédagogiques et manifestations pour le grand public en Haute-Saône

En mars-avril, le réseau Information Jeunesse propose une action départementale contre les discriminations s’adressant au grand public et aux scolaires. À travers une exposition intitulée "le Fil de l’histoire", un spectacle," le Cabaret des mille et une nuits", et des ciné-rencontres, l’objectif est de sensibiliser le plus grand nombre à la lutte contre le racisme et les discriminations.

Dossier de presse - le Fil de l’histoire en Haute-Saône

Programme - le Fil de l’histoire - mars-avril 2015

Les partenaires de l’École impliqués dans la lutte contre les discriminations

Dans l’académie, des associations apportent leur soutien aux équipes éducatives dans l’éducation contre le racisme et l’antisémitisme.

- Les Éclaireurs, éclaireuses de France (E.E.D.F.) proposent des projets d’éducation à la paix auprès des enfants et des jeunes participants aux activités de l’association.

- La Ligue de l’Enseignement organise des actions dans le cadre des semaines de lutte contre le racisme qui permettent aux jeunes de manifester leur rejet du racisme et des discriminations.

Jouons la carte de la fraternité, ligue de l’enseignement de Haute-Saône

- La Jeunesse au plein air (J.P.A.) agit pour rendre effectif le droit aux vacances et aux loisirs pour tous les jeunes. À travers sa campagne de solidarité, les élèves du premier et du second degré participent à la collecte de fonds qui permettront à des enfants de milieux défavorisés de bénéficier de vacances et de loisirs.

- Les Pupilles de l’enseignement public (P.E.P.) permettent aux enfants en situation de handicap ou issus de milieux défavorisés de partir en séjour scolaire grâce à leurs actions de sensibilisation et de soutien aux familles. Par ailleurs, les P.E.P. disposent d’un réseau conséquent d’intervenants pour promouvoir la scolarisation d’enfants à besoins particuliers.

Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme - Éduscol

Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme - Ministère de l’Éducation nationale

Contact

Olivier Apollon, référent mémoire et citoyenneté

Lutte contre les discriminations et promotion de l’égalité en Franche-Comté

 
jeudi 12 mars 2015

La semaine des mathématiques

Une semaine pour renforcer l’attractivité des mathématiques : une manifestation nationale pour montrer à tous les élèves des écoles, collèges et lycées ainsi qu’à leurs parents, une image actuelle, vivante et attractive des mathématiques.

La quatrième semaine des mathématiques se déroule du samedi 14 au dimanche 22 mars 2015 sur la thématique "les mathématiques nous transportent".

La semaine des mathématiques - ministère de l’Éducation nationale
La semaine des mathématiques - Éduscol

Objectifs

La semaine des mathématiques
- proposer une image actuelle, vivante et attractive des mathématiques
- insister sur l’importance des mathématiques dans la formation des citoyens et dans leur vie quotidienne
- présenter la diversité des métiers dans lesquels les mathématiques jouent un rôle important ou essentiel ainsi que la richesse des liens existant entre les mathématiques et les autres disciplines
- mettre en lumière l’importance des mathématiques dans les moyens de transport modernes
- montrer que la pratique des mathématiques peut être source d’émotions de nature esthétique afin de dévoiler le lien entre mathématiques, plaisir et créativité

Dans l’académie

Un texte, un mathématicien à Besançon

Le cycle de conférences, organisé par la société mathématique de France en direction du grand public et tout particulièrement des lycées, vient à Besançon à l’invitation du laboratoire de mathématiques de Besançon (L.M.B.) et de l’institut de recherche sur l’enseignement des mathématiques (I.R.E.M.) de Franche-Comté dans le cadre de la semaine des mathématiques 2015 et du trimestre L.M.B. modélisation et équations aux dérivées partielles soutenu par le conseil régional de Franche-Comté.

Patrick Gérard : "D’Alembert, les Lumières et les ondes"

Depuis 2005, quatre mathématiciens sont invités chaque année à présenter un texte de l’histoire des mathématiques qui les a particulièrement influencés. À partir de ce texte, de son auteur et de son histoire, le conférencier montre de quelle manière une problématique ancienne conduit à des questions actuelles et des recherches mathématiques en cours.

Cette prestigieuse conférence, donnée à la bibliothèque nationale de France en 2013, est accueillie à Besançon, mardi 17 mars 2015 à 15 h à l’amphi Fourier.

En savoir plus - L.M.B.

Enseignants de lycée, préparez la venue de vos élèves à la conférence par la visite d’un enseignant-chercheur dans votre classe !

Courriel

 
mardi 3 mars 2015

La laïcité source de questionnement pour les lycéens et leurs enseignants

Jeudi 19 février, Joël Roman, philosophe et essayiste, a éclairé la réflexion des 200 personnes réunies lors du séminaire académique consacré aux "enjeux de la laïcité à l’École" qui s’est tenu au lycée Jacques Duhamel de Dole.

Une grande mobilisation pour les valeurs de l’École de la République a été officiellement lancée le 9 février dernier. Dans un même temps, en établissements, de multiples questions se posent sur le rôle que doit jouer l’École en matière de laïcité et plus particulièrement comment les enseignants doivent-ils la transmettre aux élèves.

Dans son discours introductif, le proviseur, Gilles Lonchampt, a cité les propos de Ferdinand Buisson, pédagogue et homme politique français. Des propos prononcés en 1910 qui continuent néanmoins à faire sens aujourd’hui : "Il y a toujours une question scolaire, mais ce n’est pas de savoir qui de l’Église ou de l’État dirigera l’École : la chose est jugée. C’est de savoir si notre démocratie réussira à faire, par l’éducation, la France de demain plus forte, plus grande, plus juste, plus humaine que ne fut celle d’hier. Ce n’est plus une question politique, c’est la première des questions sociales".

Face aux nombreuses interrogations des lycéens, des professeurs et plus largement de la communauté éducative, le philosophe Joël Roman est intervenu sur les enjeux de la laïcité dans notre société.

Contextualiser le principe de laïcité

Joël Roman est directeur de la collection d’essais "Pluriel", collaborateur de la revue Esprit et de la Ligue de l’Enseignement. Il est également membre du conseil scientifique de la fondation Terra Nova et de la fondation Jean Jaurès.

Séminaire académique dédié à laïcité Lors de son intervention, le philosophe a rappelé à l’auditoire dans quel contexte est apparu le principe de laïcité, afin de mieux en comprendre la construction et l’enjeu aujourd’hui. Il a notamment mis en évidence deux valeurs inhérentes à la laïcité : le pluralisme de notre société et la tolérance au sens de "coexistence des croyances".

Le recteur, Jean-François Chanet, a insisté, quant à lui, sur le fait que l’adhésion à la laïcité ne correspondait pas à l’absence de convictions ou à une certaine indifférence, pour reprendre les mots de Joël Romand. Il a également tenu à rappeler le lien particulier qui unit la démocratie et la laïcité en France et a cité le discours de Jean Jaurès à la Chambre des Députés en 1910, "Pour la laïque" : "[...] il en est des nations comme des individus et lorsqu’une nation moderne fonde des écoles populaires, elle n’y peut enseigner que les principes mêmes selon lesquels les grandes sociétés modernes sont constituées. Or, sur quels principes, depuis la Révolution surtout, reposent les sociétés politiques modernes, sur quels principes repose particulièrement la France, dont ce fut le péril,on l’a dit souvent, mais dont c’est la grandeur d’avoir par son esprit logique et intrépide poussé jusqu’aux conséquences extrêmes l’idée même de la Révolution ? L’idée, le principe de vie qui est dans les sociétés modernes, qui se manifeste dans toutes leurs institutions, c’est l’acte de foi dans l’efficacité morale et sociale de la raison, dans la valeur de la personne humaine raisonnable et éducable."

Libérer la parole

Le recteur a ensuite particulièrement encouragé les lycéens à s’exprimer librement afin d’ouvrir le débat et d’engager le dialogue.

Élèves et enseignants ont pu poser de nombreuses questions au philosophe et au recteur ainsi qu’à Jean-Marc Milville, "référent académique laïcité", Christèle Lenglet, inspectrice de l’Éducation nationale de l’enseignement technique et de l’enseignement général (I.E.N. E.T. E.G.) d’histoire-géographie et Gilles Bullabois inspecteur académique, inspecteur pédagogique régional (I.A.-I.P.R.) d’histoire-géographie.

Permettre aux élèves de s’approprier les enjeux de la laïcité

Dans le public, une centaine d’élèves, délégués et élus du conseil des délégués pour la vie lycéenne (C.V.L.), se sont montrés particulièrement attentifs aux allocutions.

En amont du séminaire, les délégués de chaque classe, de la première à la terminale, se sont interrogés sur la question de la laïcité au sein de leur lycée. Les élèves élus du C.V.L. ont travaillé, quant à eux, durant plusieurs séquences à l’élaboration de questions posées lors de la table ronde qui a suivi l’intervention de Joël Roman.

Séminaire académique dédié à laïcité
- Entre discours religieux et contenu enseigné, en quoi la laïcité implique-t-elle une réflexion sur la vérité des connaissances ? Où et quand cette réflexion peut-elle avoir lieu ?

- Est-ce que le nouvel enseignement moral et civique fera l’objet d’une note sur le bulletin ? L’éducation civique juridique et sociale (E.C.J.S.) qui n’est pas évaluée n’est pas vraiment enseignée. De plus, le débat est trop peu pratiqué. Qui peut contraindre les enseignants à nous proposer des débats ?

- L’État légifère sur des attitudes religieuses : port du voile, crèches dans les écoles, référence aux fêtes religieuses dans le calendrier et le calendrier scolaire (on change le nom des vacances). On pourrait aussi supprimer les fêtes des pères et des mères par respect pour les couples homoparentaux. Si on supprime tout ce qui est susceptible de nous fâcher, que nous restera-t-il en commun ?

Les réponses apportées aux questions des élèves ont mis en évidence le fait que la laïcité est un principe nous permettant de vivre ensemble, dans une société plurielle. Un principe qui doit être appréhendé comme une liberté et non une contrainte.

Concernant l’enseignement moral et civique, une consultation a été réalisée au mois de janvier dernier et la synthèse sera élaborée par la Direction générale de l’enseignement scolaire. Cette synthèse sera rendue publique et transmise au Conseil supérieur des programmes. À la rentrée de septembre, un parcours citoyen entrera en vigueur dans toutes les classes, de l’école élémentaire à la classe de terminale, et dans toutes les voies du lycée d’enseignement général et technologique et du lycée professionnel. "Le parcours citoyen sera évalué à la fin de la scolarité obligatoire selon des modalités qui seront définies à l’issue de la synthèse".

Quelle posture les enseignants doivent-ils adopter aujourd’hui sur les questions de laïcité ?

La thématique de la laïcité a également suscité de nombreuses interrogations parmi les enseignants qui ont écouté avec intérêt les intervenants et ont pris part au débat.

Par exemple, "Comment permettre l’émergence d’un individu autonome et critique aujourd’hui, à une époque où internet tient lieu d’Agora avec ses particularités qui sont l’anonymat, la non spatialisation et la vitesse de diffusion ?"

À l’heure du numérique, il est important de permettre aux élèves de prendre de la distance par rapport à la surabondance d’information. La massification de l’accès à l’information implique pour les enseignants d’éduquer les élèves aux médias, à l’information et de leur apprendre à exercer un regard critique et raisonné. Il ne s’agit plus de recevoir passivement l’information mais de pouvoir la décrypter objectivement.

Avec la Semaine de la presse et des médias dans l’école, le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information C.L.E.M.I. joue déjà un rôle primordial. Néanmoins, pour Jean-Marc Milville, inspecteur d’académie du Jura, référent académique laïcité, il est important de former les enseignants à l’éducation aux médias et de leur donner les outils nécessaires au traitement de l’information.

Christèle Lenglet et Gilles Bullabois ont, pour leur part, répondu aux questions plus pédagogiques.

La laïcité, fondement de la République

Au delà du séminaire, une exposition sur l’histoire et l’actualité de la laïcité, prêtée par la Ligue de l’enseignement, a été mise en place au sein du C.D.I. de l’établissement.

Composée de différents panneaux, elle rappelle les grand lois qui ont institué la laïcité en France et notamment à l’école. Suite à l’attaque de Charlie Hebdo, des unes de journaux ont été exposées, dont le numéro de Charlie Hebdo publié post attentats et des unes du 8 janvier 2015 réalisées par les élèves.

Des ressources pour une pédagogie de la laïcité

La laïcité au centre des débats lycéens le 28 janvier dernier

Contacts

39
Lycée polyvalent
Jacques Duhamel - Dole
Informations complètes

Jean-Marc Milville, inspecteur académique du Jura, "référent académique laïcité"
Gilles Bullabois, inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional

 
mercredi 25 février 2015

"Parlons-nous !"

Plusieurs manifestations dans l’académie dans le cadre du Printemps des poètes et de la semaine de la langue française et de la francophonie

"Glossolalie 2014-2060"

"Une langue existe d’abord et avant tout par toutes les bouches qui la parlent", l’académie de Besançon, associée à la maison de la poésie trans-jurassienne Saute-Frontière accompagne le poète, écrivain et vidéaste Frédéric Dumond et son projet Glossolalie, dont le noyau est la création d’un vaste poème écrit dans les quelques 7000 langues humaines.

À ce jour, le poème est constitué de 47 fragments en 47 langues (gaulois, ingush, batsbi, obdorsk khanty, burushaski, bambara, navajo, lapon, lingala, bulu, nahuatl, arménien, hongrois, agni indénié, manadonais, wolof,…). Un livre, "Peut-être quelque chose", paru aux éditions MaelstrÖm en 2014, offre un état provisoire du texte.

Glossolalie - Frédéric DumondLes langues sont approchées et travaillées pendant des résidences internationales, avec des locuteurs natifs ou via des ressources livres et Internet

Glossolalie

Résidence de Frédéric Dumond à Saint-Claude

De janvier à juin, Frédéric Dumond se consacre à l’apprentissage du turc, notamment enseigné à la cité scolaire du Pré-Saint-Sauveur comme langue vivante, où les professeurs et les élèves turcophones lui apportent leur soutien.
À travers des ateliers d’écriture au collège, avec les élèves allophones et francophones, à la médiathèque communautaire, avec les ateliers socio-linguistiques de la ville de Saint-Claude, avec des rencontres, lectures, installations, performances, Fréderic Dumond interroge aussi la manière dont, à partir d’une résidence d’artiste, un territoire enclavé peut devenir un nœud d’échanges et de langues.

La projection de "Spartacus & Cassandra", un film de Ioanis Nuguet (2015) à la maison du peuple de Saint-Claude le samedi 7 mars donnera l’opportunité au centre académique pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage (C.A.S.N.A.V.) d’échanger avec Frédéric Dumond sur l’indispensable perte que l’on doit subir pour grandir et comment les langues attachent comme elles déchirent.

La résidence se clôturera les 12 et 13 juin 2015, dans le cadre de "La belle saison pour l’enfance et la jeunesse", par une exposition des travaux réalisés avec les élèves de la cité scolaire du Pré-Saint-Sauveur et les habitants, au gymnase de La fraternelle de Saint-Claude.

Ce projet a reçu le soutien de la direction régionale des affaires culturelles (D.R.A.C.) et du centre régional du livre Franche-Comté, de la région Franche-Comté ainsi que de la délégation académique aux arts et à la culture (D.A.A.C.), du pole lettres et du C.A.S.N.A.V. de l’académie de Besançon.

"D’une langue à l’autre et ce qu’il en résulte"

Frédéric Dumond - © Frédéric DumondÀ l’occasion du printemps des poètes et de la semaine de la langue française et de la francophonie, une table ronde exceptionnelle accueillie par le fonds régional d’art contemporain (F.R.A.C.) / Cité des arts de Franche-Comté le jeudi 12 mars, réunira poètes internationaux, universitaires et professionnels de l’éducation plurilingue, qui tenteront de définir ce qui se passe d’une langue à une autre.

Frédéric Dumond donnera à cette occasion la performance Glossolalie.

F.R.A.C. de Franche-Comté

Le printemps des poètes

"La poésie c’est la langue qui devient. Qui écarte ce qui existe, c’est une autre langue à elle-même. La langue, ça n’existe pas avant d’être dit. C’est dit par des êtres, à tout moment, tout le temps, c’est dit par des vivants, une langue c’est du vivant. C’est en mouvement, la langue d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui, elle est un ensemble disparate de formes venues de toutes les origines. Qui se reconfigure en permanence selon le monde. Une langue, ça n’existe pas, une langue est toujours déjà d’un ensemble de langues, et existe par toutes les bouches qui la parlent, par tous les textes qui l’écrivent, elle est la somme de tous les accents, de tous les mésusages comme de toutes les règles. Parce que le français, par exemple, c’est aussi du russe, du chinois, de l’arabe, du latin, du grec, de l’espagnol, du japonais, du nahuatl, du russe, du scandinave, du tupi, de l’italien, du portugais, de l’hindi, du bulgare, du tchèque, de l’inuktitut, de l’anglais, de l’allemand, du gaulois, du gothique, du francique, du grec, du persan, du malais, du tibétain, du tahitien, de langues caucasiennes, du turc...
Le monolinguisme n’a pas de sens
"
Fréderic Dumond

Tout savoir sur le printemps des poètes 2015
Saute-frontière

Programme "Parlons-nous"

 
jeudi 19 février 2015

"24 H dans le supérieur"

Pour les élèves des classes de 1e de l’académie

"24 H dans le supérieur"Qu’ils aient déjà une idée précise ou qu’ils hésitent sur leur orientation après le bac, le rectorat et l’Onisep leur proposent de découvrir de manière concrète et efficace une formation de l’enseignement supérieur entre le 30 mars et le 3 avril 2015.

Une immersion dans une formation post-bac

Des séquences sont proposées dans une formation de l’université (licence, I.U.T.), en B.T.S., en classes préparatoires aux grandes écoles (C.P.G.E.), en écoles spécialisées ou dans une école d’ingénieur.

Les lycéens sont accueillis sur le site de la formation et ont la possibilité de :
- suivre un cours, une séance de travaux dirigés ou de travaux pratiques
- participer à des ateliers d’activités professionnelles ou échangent avec les étudiants.

Inscriptions jusqu’au 13 mars 2015

 
mardi 17 février 2015

Finale du tournoi inter-académique de gestion

Le 11 février s’est tenue au lycée du Grand-Chênois de Montbéliard la finale du tournoi inter-académique de gestion

Le tournoi de gestion est organisé par le lycée du Grand Chênois en partenariat avec la chambre régionale de l’ordre des experts-comptables de Bourgogne et de Franche-Comté, de la chambre régionale des commissaires aux comptes avec le soutien d’A.G.E.F.A.-P.M.E., et de divers acteurs économiques de la région, dont le crédit mutuel.

Cette année la rencontre prend une dimension inter-académique avec la participation de lycées des académies de Dijon et de Strasbourg. Cet événement favorise la rencontre entre les étudiants et des chefs d’entreprises. Il permet également d’initier les étudiants aux choix stratégiques et managériaux de la gestion des entreprises à travers les jeux de simulation.

Objectifs

- valoriser l’environnement socio-économique de nos régions
- créer un événement phare permettant à des étudiants issus de D.C.G. et de B.T.S. comptabilité et gestion des organisations de valoriser leur appétence pour les activités de gestion et de développer l’esprit d’entreprendre
- promouvoir les activités de gestion à travers un événement médiatisé réunissant à la fois des étudiants et des professionnels
- mettre en compétition des équipes composées de cinq étudiants dans une simulation de gestion d’entreprises virtuelles évoluant sur un marché fermé
- favoriser la réflexion sur les choix et stratégies permettant d’améliorer les performances de leur entreprise virtuelle
- confronter les équipes à des professionnels dans des situations d’échange et de jeux de rôle : présentation des résultats et des choix stratégiques de l’équipe devant une assemblée générale, un conseil d’administration, un groupe de décideurs, d’actionnaires

Finale du tournoi inter-académique de gestion Le mercredi 11 février restera dans la mémoire des participants à la finale inter-académique : suspense et émotions pour les dix équipes qualifiées et pour les professeurs et professionnels participant à l’animation de cette journée. C’est avec un très grand professionnalisme que l’ensemble du personnel et les professeurs du lycée ont géré le déroulement de cette compétition.

Les participants ont unanimement salué l’organisation exemplaire ainsi que l’ambiance chaleureuse qui ont caractérisé cette journée, ponctuée par de multiples échanges entre les différents participants et notamment les nombreux professionnels présents.

Après quatre cycles de jeux, les étudiants devaient exposer leur stratégie et leurs choix relatifs au développement de leur entreprise virtuelle, devant une dizaine de mini-jurys, composés de chefs d’entreprise, d’experts-comptables, de commissaires aux comptes, de directeurs d’agence bancaires, d’assureurs, de responsables des ressources humaines et de professeurs. Autant dire que les échanges furent très riches.

Les compétences mises en œuvre par les équipes couvraient également les outils de communication : le jury a pu découvrir les affiches, les supports publicitaires audios ou vidéos, réalisés par des équipes plus créatrices les unes que les autres.

Prix et lauréats 2015

Le prix de la stratégie (premier prix) a été remis par Samuel Chavey, représentant l’ordre des experts-comptables de Bourgogne Franche-Comté. Chacun des dix étudiants des équipes lauréates s’est vu remettre une magnifique tablette numérique

Le prix de l’audace a récompensé les deux équipes classées en deuxième position. Il a été remis par Pierre Paprocki au nom de la compagnie régionale des commissaires aux comptes. Chacun des gagnants a reçu une montre de grande marque.

Le prix de la communication honorait les équipes classées troisièmes à l’issue de la compétition. Ce prix, un bon d’achat de 100 €, a été offert par le groupe crédit mutuel

Catégorie B.T.S. C.G.O.

Prix de la stratégie : Beauty Boat - lycée Pasteur Mont-Roland de Dole
Prix de l’audace : Nauti-co - lycée Mathias de Chalon-sur-Saône
Prix de la communication : Team luronne - lycée Georges Colomb de Lure

Catégorie D.C.G.

Prix de la stratégie : See-Mât - lycée Camille Sée de Colmar
Prix de l’audace : Épona du lycée Castel de Dijon
Prix de la communication : Horizon du lycée Louis Pergaud de Besançon

Chacun des 49 participants à la finale a également reçu en cadeau une clé U.S.B. offerte par le lycée du Grand Chênois, une pochette souvenir du crédit mutuel, un stylo de la communauté de communes du Pays de Montbéliard (P.M.A.), et un chargeur universel de téléphones portables de la part de l’ordre des experts comptables.

Tout savoir sur le tournoi inter-académique de gestion

 
vendredi 6 février 2015

Consultation sur le numérique éducatif

Le ministère de l’Éducation nationale met en place une concertation nationale sur le numérique : compte-rendu de la consultation organisée le 2 février en Haute-Saône

Le 2 février, deux tables-rondes ont été organisées par la direction des services départementaux de l’Éducation nationale (D.S.D.E.N.), l’école supérieure du professorat et de l’éducation (E.S.P.E.) et Canopé afin d’accompagner la concertation et de favoriser des échanges entre les différents acteurs de la communauté éducative.
L’inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’Éducation nationale en Haute-Saône, Éric Fardet, a animé cette concertation. Ce sont plus de 100 personnes dont de nombreux élus qui se sont retrouvées dans les locaux de Canopé pour assister aux réunions, signifiant là, le vif intérêt de chacun à cette problématique.

Thème 1 : les apprentissages et la réussite de tous les élèves

- en quoi le numérique peut-il contribuer à l’amélioration des apprentissages et à la réussite des élèves ?
- quels sont les besoins en termes de ressources, d’accès et d’équipements permettant d’atteindre ces objectifs ?
Consultation sur le numérique éducatif
Intervenants :
- Christophe Reffay, responsable du service universitaire du numérique et de l’innovation pédagogique
- Sabine Bouveret, professeure de mathématiques - collège Château Rance de Scey-sur-Saône
- Nathalie Bécoulet, inspectrice de l’Éducation nationale (I.E.N.) chargée du numérique/formation et Vesoul I
- Claudine Orsaczek, parent d’élève P.E.E.P.
- M. Tournier, vice-président de la communauté de communes de Rioz
- Jean-Louis Davot (F.O.L.)

Les outils numériques sont une constituante indiscutable de notre société, ils peuvent être une source de motivation pour les élèves. Les élus locaux, en collaboration avec les enseignants réfléchissent à la pertinence des équipements. Ordinateurs, tablettes, smartphones… Aucune opposition n’apparait quant à leur utilisation qui se complète dans la portabilité. Au-delà de l’aspect matériel, le numérique a besoin d’un accompagnement humain qui est le gage de son intégration aux pratiques éducatives. Les enseignants à l’école, les parents à la maison éduquent en appréhendant le numérique comme un outil qu’il faut maîtriser, qu’il faut entretenir. Le monde numérique n’est en rien un monde déshumanisé.
Internet permet d’ouvrir les élèves sur le monde. L’I.E.N. chargée du numérique, Nathalie Bécoulet a rappelé que la réussite des élèves dépendait aussi de l’association de la tête, du cœur et de la main.

Consultation sur le numérique éducatifLes intervenants ont nourri le débat de nombreux exemples où la pédagogie du numérique favorisait la réussite des élèves. Échanges internationaux, vidéos éditées par le ministère favorisant l’acquisition des savoirs fondamentaux, ateliers mis en place par le périscolaire dans le cadre des nouvelles activités périscolaires (N.A.P.), pratiques de classe inversée, étayage audio ou accompagnement personnalisé pour les élèves plus fragiles, enregistrement et analyse des pratiques des élèves, sécurisation des élèves en difficulté avec l’écrit… En Haute-Saône, c’est aussi l’environnement numérique de travail (E.N.T.) qui constitue pour de nombreuses classes un espace protégé, accessible aux élèves et aux partenaires de la communauté éducative. L’E.N.T. permet le partage des ressources.

L’école doit permettre aux élèves de réussir en développant des compétences qui leur seront nécessaires pour être des citoyens intégrés à la société de d’aujourd’hui. Elle éduque les élèves en favorisant le développement de ces compétences, à travers les outils numériques : publier, partager, collaborer, rechercher, avoir un regard critique sur les sources d’information.

Thème 4 : la réduction des inégalités

- Quels sont les conditions et les moyens nécessaires pour que le numérique contribue à la réduction des inégalités ?

Intervenants :
- un enseignant-chercheur
- un professeur des écoles à l’école Picasso - Vesoul
- Corinne Villemin-Bérard, principale du collège Charles Péguy et M. Battaglia- Vauvillers
- M. Gete - président du F.C.P.E. 70
- Hervé Ferrand, Torop.net
- Joel Daval, conseil général de la Haute-Saône
- Daniel Callerand, Fablab Avrigney-Virey

Les intervenants ont fait un état des lieux et établi deux types d’inégalités :
- les inégalités face à l’acquisition des savoirs, la part des élèves en difficulté dont un nombre trop important quitte le système scolaire sans qualification.
- les inégalités face à l’accès aux technologies numériques c’est-à-dire la différence de niveau d’équipement des écoles, des foyers, de niveau de compétence pour utiliser ces équipements à bon escient.

Le monde numérique peut être le révélateur d’inégalités existantes et il est nécessaire de les prendre en compte. Les outils numériques peuvent contribuer à les réduire. Dans le département, de grands travaux d’infrastructures doivent permettre l’accès du plus grand nombre à une connexion haut ou très haut débit grâce au déploiement de la fibre optique.

Consultation sur le numérique éducatifLes écoles et les établissements sont dotés en matériel de manière inégale, c’est pourquoi l’E.S.P.E. et l’Éducation nationale entendent former les enseignants à une philosophie du numérique, un savoir transposable quel que soit leur environnement de travail futur. Il s’agit également de former à l’utilisation des logiciels libres de droits, au respect des droits d’auteur afin que ces enseignants soient en mesure d’éduquer des citoyens numériques.
Le monde numérique permet de croiser et de reformuler les savoirs. Ce faisant, il les rend plus accessibles à chacun. Les actions des écoles menées en partenariat avec Canopé ou l’E.S.P.E. permettent à tous les élèves d’une classe de vivre un projet numérique (prêt de matériel, ateliers, etwinning permettant des échanges internationaux en anglais). Les technologies numériques permettent une diversification des pratiques d’évaluation, redonnent de la confiance aux élèves en difficulté. Dans la continuité, elles permettent aux professeurs d’établir des groupes de remédiation pour les élèves qui en éprouvent le besoin, de leur proposer des tâches différenciées, ou adaptées aux élèves en situation de handicap. Elles permettent de développer des compétences de communication, d’expression et la créativité de chaque élève.
Travailler ensemble apparaît comme une nécessité pour réduire les inégalités. Dans les établissements, la présence d’un référent numérique constitue un point d’appui pour les équipes pédagogiques. En outre, l’E.N.T. ouvre les portes de l’école aux familles, rend visible et valorise les productions des élèves. Avec l’appui du numérique, les familles demeurent les meilleures partenaires de l’école, en termes d’éducation.

Concertation nationale sur le numérique pour l’éducation
Concertation sur le numérique pour l’éducation - Lons-le -Saunier


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon