R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’administration > Pilotage de la démarche QualÉduc : une première étape franchie dans (...)

Rubrique Vie de l'administration

mardi 24 février 2015

Pilotage de la démarche QualÉduc : une première étape franchie dans l’académie

Mercredi 18 février 2015, les chefs d’établissement et chefs des travaux de dix lycées professionnels de l’académie ont assisté à la présentation du dispositif QualÉduc.

La démarche QualÉduc, basée sur le principe de l’amélioration continue, ainsi que la stratégie académique de dissémination du projet pour l’année 2014-2015 ont été présentés aux personnels de direction par le recteur, Jean-François Chanet, le délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue (D.A.F.P.I.C.), Olivier Chevillard, le doyen des inspecteurs de l’Éducation nationale de l’enseignement général, de l’enseignement technique, de l’information et de l’orientation, Olivier Apollon, le déléguée académique aux enseignements techniques (D.A.E.T.) de Versailles et référent national accompagnateur de l’académie de Besançon, Bernard Larcher, et les membres du comité académique de pilotage​.

QualÉduc s’entend comme la mise en œuvre d’une démarche qualité par le développement d’une culture de l’auto-évaluation. Cette démarche va être mise en place dans l’académie au sein de lycées professionnels pilotes et volontaires :

- Jules Ferry de Delle (90)
- Henri Fertet de Gray (70)
- Pontarcher de Vesoul (70)
- Luxembourg de Vesoul (70)
- Montciel de Lons-Le-Saunier (39)
- Pierre Vernotte de Moirans en Montagne (39)
- Toussaint Louverture de Pontarlier (25)
- Pierre-Adrien Pâris de Besançon (25)
- Tristan Bernard de Besançon (25)
- Nelson Mandela d’Audincourt (25)

Valoriser et renforcer la qualité des formations professionnelles

Présentation de la démarche QualÉduc C​omme l​’a​ rappel​é​ la ministre de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Najat Vallaud-Belkacem dans la note de rentrée 2014, le projet QualÉduc a été initié par le ministère afin d’installer une démarche qualité par le développement d’une culture de l’auto-évaluation dans les lycées professionnels, indépendamment de l’obtention ou non du label "lycée des métiers".

Un contexte national et européen

La loi n°2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République réaffirme la nécessité de valoriser l’enseignement professionnel considéré comme "un atout du redressement productif et de l’insertion professionnelle des jeunes". Deux objectifs majeurs sont confirmés :

- élever le niveau des qualifications en conduisant plus d’élèves à l’enseignement supérieur
- réduire les sorties sans diplôme.

Cette loi s’inscrit dans les objectifs européens du processus de Copenhague et la recommandation européenne du 18 juin 2009 qui établit un cadre européen de référence pour l’assurance qualité, intitulé Q.A.L.E.P. Ce cadre propose une méthodologie permettant d’améliorer l’auto-évaluation des établissements dispensant des formations et des enseignements professionnels également impliqués dans une démarche d’assurance qualité notamment au travers du projet d’établissement, du label "lycée des métiers" et des contrats d’objectifs.

Durant l’année scolaire 2013-2014, une expérimentation a été menée dans les lycées professionnels de cinq académies pilotes : Aix-Marseille, Clermont-Ferrand, Limoges, Nantes et Paris. Les retours positifs de cette expérimentation mettent en évidence l’amélioration du pilotage et de la performance des établissements tout en respectant les spécificités de chaque territoire.

Entrer dans une démarche d’auto-évaluation

Guide d'auto-évaluation Un guide méthodologique d’auto-évaluation des lycées professionnels a été élaboré à destination des proviseurs impliqués dans la démarche. Ce guide servira de référence aux établissements afin de les orienter dans leur auto-évaluation grâce à 29 fiches thématiques classées en trois catégories :

- élèves/apprenants dans l’établissement ;
- relations établissement/monde professionnel/collectivités territoriales ;
- qualité du pilotage.

Un plan de formation sera également proposé aux personnels d’encadrement des lycées afin d’utiliser le guide de manière efficiente et dans l’optique de disséminer le projet.

Une dynamique nouvelle impulsée au sein des établissements

Au niveau local, les enjeux du projet sont importants. QualÉduc vise à :

- développer la culture de l’amélioration continue dans le pilotage des établissements d’enseignement professionnel ;
- améliorer la qualité des actions pédagogiques et éducatives mises en œuvre grâce à une démarche participative et un diagnostic partagé ;
- développer, faire émerger et valoriser les bonnes pratiques ;
- préparer et assurer une meilleure articulation à toute forme d’évaluation.

Tous ces objectifs concordent pour renforcer la qualité des formations et proposer une meilleure performance des établissements au service de la réussite des élèves.

Contacts

Olivier Chevillard, délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue (D.A.F.P.I.C.)

Olivier Apollon, doyen des inspecteurs de l’Éducation nationale de l’enseignement général, de l’enseignement technique, de l’information et de l’orientation ( I.E.N.-E.T.-E.G. I.E.N.-I.O.)

Élisabeth Priqueler, chargée de mission école-entreprise​ à la D.A.F.P.I.C.

 
lundi 16 février 2015

Salles combles aux deux journées de formation "Planète sous tension" les 11 et 12 février

Une centaine de professeurs du second degré ont participé à la formation annuelle de sensibilisation à l’éducation à la Défense qui s’est tenue à Besançon, caserne Ruty, puis à Belfort, au lycée Courbet.

Les formations "Planète sous tension" sont élaborées avec les partenaires du trinôme académique, les autorités militaires de la place de Besançon et les représentants de l’association régionale des auditeurs de l’Institut des hautes études de Défense nationale (I.H.E.D.N.).

Lors de l’ouverture de la formation organisée à Besançon, le Général Lesimple et le recteur Jean-François Chanet ont souligné l’importance de cette formation et les liens qu’elle permet de tisser entre monde de l’Éducation et le monde de la Défense.

Répondre aux attentes des professeurs

Les formations "Planète sous tension" sont inscrites au plan académique de formation (P.A.F.). Elles s’adressent en priorité aux professeurs d’histoire géographie et lettres histoire géographie, mais sont ouvertes à tous les professeurs intéressés par ces questions. Elles sont plébiscitées par les professeurs, passant de 46 inscrits en 2009-2010 à 110 inscrits pour 60 places offertes par le P.A.F. pour 2014-2015.

Formation des professeurs d'histoire-géographie à l'Éducation à la Défense - © Cellule audiovisuelle état-major de force 1 Les programmes actuels d’histoire et de géographie de collège (notamment troisième), de lycée (notamment terminale) et de lycée professionnel accordent désormais une place importante aux questions géopolitiques.
Les programmes d’éducation civique en collège et d’E.C.J.S. en lycée intègrent des thèmes obligatoires sur la Défense Nationale en lien avec la notion de défense globale.

Les formations "Planète sous tensions" fournissent aux professeurs des informations de très grande qualité pour construire des études de cas tout à fait pertinentes et proposer une approche rénovée et dynamique des questions géopolitiques et de défense.

Les thèmes de la formation "Planète sous tension 2015"

- Conférence sur la géographie dans les opérations militaires, par le Capitaine Barbarit du 28e Groupe géographique des armées (Strasbourg). Lors de son intervention, le capitaine Barbarit a pu montrer toute l’importance de la géographie, le rôle des topographes et des cartographes dans la connaissance de "l’environnement" précédant toute opération qu’elle soit militaire ou humanitaire.

- Conférence sur la cyberdéfense par le Lieutenant-colonel Pawlik du Commandement des forces terrestres (Lille). Après avoir défini le cyberespace, et en s’appuyant sur des exemples concrets pris dans l’actualité récente, le lieutenant colonel Pawlik a présenté les différents degrés et aspects de la cybercriminalité avant d’aborder les moyens pour lutter contre celle-ci et le rôle spécifique de la Défense Nationale dans ce domaine.

Tisser des liens pérennes entre le monde de l’Éducation et celui de la Défense

Formation des professeurs d'histoire-géographie à l'Éducation à la Défense - © Cellule audiovisuelle état-major de force 1
Les contacts noués par les professeurs, lors de ces formations, leur permettent d’envisager des interventions d’officiers directement dans leurs classes sur différents thèmes à aborder dans le cadre des programmes.

Cette formation favorise également une concertation étroite avec les partenaires du trinôme académique. Ce travail a généré des propositions dépassant le cadre de la formation continue, avec par exemple des propositions pour la formation initiale des professeurs stagiaires ou encore des personnels de direction.

Des formations en deux temps

Une partie "conférence" est assurée par des officiers supérieurs, connaissant bien certains théâtres d’opération, certains sujets et présentant les différentes missions de la Défense dans le cadre d’une défense globale. Les thématiques de ces conférences sont arrêtées lors d’une réunion avec les partenaires du Trinôme et les formateurs histoire-géographie.

Une partie "pédagogique" animée par deux professeurs formateurs en histoire géographie. Ils proposent une transposition pédagogique et didactique des conférences dans les programmes de collège et de lycée.

Un parcours d’Éducation à la Défense adapté à chaque niveau

Depuis la loi du 28 octobre 1997, suspendant la conscription, les principes et l’organisation de la Défense Nationale et de la défense européenne doivent faire l’objet d’un enseignement obligatoire dans le cadre des programmes des établissements d’enseignement du second degré des premier et second cycles.

Cet enseignement a pour objet de renforcer le lien armée-Nation tout en sensibilisant la jeunesse à son devoir de défense.

Code de l’éducation - Article L312-12

Durant leur scolarité, les élèves suivent un parcours civique qui débute avec l’instruction civique et morale à l’école élémentaire. Il se poursuit avec l’éducation civique au collège, l’enseignement d’éducation civique, juridique et sociale (E.C.J.S.) au lycée et s’achève avec la Journée "défense citoyenneté".

Dès la rentrée prochaine, le parcours citoyen succédera au parcours civique et les questions d’Éducation à la Défense seront intégrées à l’enseignement moral et civique.

Contact

Gilles Bullabois, inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional (I.A.-I.P.R.) d’Histoire-géographie

 
jeudi 29 janvier 2015

Journée des langues et cultures de l’Antiquité

Journée de formation organisée jeudi 29 janvier au lycée Armand Peugeot de Valentigney

Présentation du projet

Journée des langues et cultures de l'AntiquitéInitiée par Cathy D’Hotman, professeure de lettres classiques au lycée Armand Peugeot, la journée des langues et cultures de l’Antiquité, organisée par la division de la formation du rectorat de Besançon (D.I.F.O.R.) et animée par Anne Franco, chargée de mission auprès des I.A.-I.P.R. de lettres, a pour but de :

- promouvoir l’étude des langues anciennes dans l’enseignement secondaire
- mettre en place une liaison 3e/ 2nde dans la continuité de l’enseignement pour éviter l’abandon des langues anciennes à l’entrée au lycée
- permettre un échange de pratique entre professeurs de langues anciennes

Le lycée Armand Peugeot a invité plus de 40 enseignants de 34 collèges et lycées de Belfort, d’Héricourt et du bassin de Montbéliard à participer à cette première édition de l’événement.

Programme

Assemblée générale

- ouverture de la journée par Anne Franco, chargée de missions auprès des I.A.-I.P.R. de lettres
- intervention sur la place des T.I.C.E. dans l’enseignement des L.C.A. par Fanny Couturier, professeure de lettres classiques au collège Vinci de Belfort
- intervention sur la place des langues anciennes dans les filières post-bac par Sylvie David, maître de conférences de grec à la faculté des lettres de Franche-Comté ;
- présentation de l’association régionale des enseignants de langues anciennes de l’académie de Besançon (A.R.E.L.A.B.) par Brigitte Planty, sa présidente.

Groupes de travail

Réunion par niveau avec les thèmes de réflexion suivants (liste non exhaustive)

Collège Lycée
Promotion de l’option L.C.A. Motivation des élèves en seconde
Pratiques pédagogiques Pratiques pédagogiques (niveaux regroupés)
Pratiques innovantes (enseigner le latin comme une langue vivante) Épreuves du bac (oral, écrit)
Enseignement du grec, bilinguisme Enseignement du grec
L’étymologie : les langues anciennes en résonance avec les langues modernes Idem
Transversalité (liaison avec le français, l’histoire) Transversalité (liaison avec le français, l’histoire, la philosophie)
Voyages et sorties pédagogiques Idem

Réunion des établissements autour de leur lycée de rattachement (liaison collège/lycée)

- Armand Peugeot (Valentigney)
- Georges Cuvier (Montbéliard)
- Le Grand Chênois (Montbéliard)
- Notre- Dame des Anges (Belfort)
- Sainte-Marie (Belfort)
- Louis Aragon (Héricourt)
- Condorcet (Belfort)
- Gustave Courbet (Belfort)

- 15 h 30 à 16 h 30 : bilan de la journée en assemblée générale

Contact

Michèle Hugel, proviseur
Cathy D’Hotman, professeure de lettres classiques

25
Lycée général et technologique
Armand Peugeot - Valentigney
Informations complètes

 
jeudi 29 janvier 2015

La laïcité au coeur de la formation des directeurs d’école du Doubs

Jeudi 22 janvier 2015, une vingtaine de directeurs d’école ont participé à un stage de formation à l’École supérieure du professorat et de l’éducation (E.S.P.E.) de Franche-Comté

Cette session de formation s’est tenue dans un contexte particulier, lié à l’actualité récente, en présence du recteur Chanet, des inspecteurs d’académie du Doubs et du Jura. Suite aux évènements du mois de janvier, une réorientation du module de formation a été l’occasion de prendre en considération les interrogations qui se posent aujourd’hui aux enseignants.

Dans ce contexte, le recteur Jean-François Chanet et le référent académique laïcité et inspecteur d’académie du Jura, Jean-Marc Milville, ont pu écouter le ressenti des directeurs et leurs besoins. Ils ont ensuite assisté à une séquence pédagogique animée par Loïc Martin, doyen des inspecteurs de l’Éducation nationale (I.E.N.) du 1er degré.

Dans un même temps, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche présentait onze mesures pour une grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République

Directeur d’école, garant de la transmission de la laïcité et des valeurs républicaines

En amont de l’intervention, Loïc Martin a proposé un texte modéré rédigé par un collectif d’enseignants et publié dans le quotidien « Le Monde » du 14 janvier 2015. Intitulé "Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ?", cet article a permis de libérer la parole des directeurs et d’engager le dialogue.
Lors de l’échange, le recteur a assuré son soutien aux directeurs d’école, tout en réaffirmant la responsabilité de chacun des acteurs. "L’École n’est pas seule, mais elle doit participer à la transmission des valeurs".

Réunion des directeurs d'écoles du Doubs - © E.S.PE. de Franche-Comté Afin de contextualiser le principe de laïcité, un rappel historique de l’émergence des concepts de sécularisation et de laïcisation à travers quelques dates a été réalisé :
- la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ;
- la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905 ;
- la Constitution de 1958 ;
- la mise en œuvre de la Charte de la laïcité de 2013.

Cette intervention a vocation à renforcer les connaissances des directeurs d’école et de développer leurs compétences en formation initiale.

Un premier module centré sur les enjeux de la laïcité avait déjà été présenté dans une précédente session. Il avait permis d’aborder le rôle de l’école dans la prise en considération de l’ensemble du public accueilli.
Les stagiaires avaient alors formulé une demande d’approfondissement. Dans ce second module, la notion de liberté de conscience, délicate à mettre en œuvre dans le premier degré, a notamment pu être développée.

Ce module de formation a permis d’appréhender les principes généraux qui fondent notre école républicaine mais également de contextualiser les conditions de mise en œuvre de la liberté de conscience, de la liberté d’expression. La transmission des valeurs a été au centre des débats.

Diriger une école : des missions administratives, pédagogiques et sociales

Dans le cadre de la priorité donnée au premier degré, une réflexion sur les missions, les conditions d’exercice et la formation des directeurs d’école a été engagée au sein d’un groupe de travail ministériel. Les missions actuelles des directeurs d’école ont été redéfinies selon trois volets :

- animation / pilotage / impulsion pédagogique ;
- organisation du fonctionnement de l’école ;
- relations avec les parents et les partenaires / l’environnement de l’école.

Réunion des directeurs d'écoles du Doubs - © E.S.P.E. de Franche-Comté Un nouveau référentiel métier décline pour chacun de ces trois volets, les activités propres au directeur d’école, les connaissances spécifiques requises et les capacités et compétences à développer par la formation.

Les directeurs et directrices d’école assument des missions essentielles : responsables du bon fonctionnement de l’école, de l’accueil des élèves, des relations avec les parents, chargés d’animer l’équipe pédagogique et de représenter l’Éducation nationale auprès de ses partenaires et de la commune.

Un guide pratique à l’attention des directeurs d’école a été rédigé et mis en ligne sur le site Éduscol. Il rappelle les règles juridiques et administratives nécessaires à l’exercice de la fonction.

Se former à l’exigence de la fonction

La formation des directeurs d’école est prévue à l’article 5 du décret du 24 février 1989 – modifié par le bulletin officiel (B.O.) spécial n°7 du 11 décembre 2014). Il spécifie les objectifs de cette formation qui se déclinent selon trois axes :

Celui des responsabilités pédagogiques :
- l’animation
- l’impulsion
- le pilotage

Celui des responsabilités relatives au fonctionnement de l’école :
- admission, accueil et surveillance des élèves
- présidence du conseil d’école
- règlementation intérieur de l’école
- répartition des moyens et organisation des services
- sécurité de l’école

Celui des relations avec les parents et les partenaires de l’école :
- relation avec la commune ou l’établissement public de coopération intercommunale (E.P.C.I.) compétent
- relation avec les parents d’élèves
- participation à la protection de l’enfance

Contact

Loïc Martin, doyen des inspecteurs de l’Éducation nationale (I.E.N.) du 1er degré

Hommage de la communauté éducative aux victimes des d’attentats de janvier 2015

 
mercredi 28 janvier 2015

Talents d’avenir : former les futurs animateurs académiques

Mercredi 21 janvier au lycée Jules Haag de Besançon, le dispositif Talents d’avenir a été officiellement lancé à l’échelle académique : une première en France !

Cette journée de lancement, en présence du recteur, a vocation à assurer le déploiement du dispositif Talents d’avenir dans l’ensemble des lycées professionnels de l’académie. Cette formation innovante à destination des lycéens de la voie professionnelle est proposée par TalentCampus.

Une première formation avait été réalisée, l’an dernier, au lycée Nelson Mandela d’Audincourt, sous le nom de Job Academy. La dénomination change, mais les objectifs restent les mêmes pour Talents d’avenir.

Tout l’enjeu a consisté à essaimer ce dispositif en formant la cinquantaine de personnes présentes : professeurs, conseillers principaux d’éducation, conseillers d’orientation psychologues, inspecteurs. Ces futurs animateurs ont bénéficié d’une après-midi de formation pour s’approprier le projet.

Format et programme des demi-journées

Jour 1

- "Talent et découverte" : découvrir les compétences sociales en changeant le regard sur l’apprentissage
- "Talent et profils" : être capable de lister ses compétences sociales en les reliant à des expériences concrètes

Jour 2

- "Talent et charisme" : découvrir les fondamentaux de la communication et de la prise de parole en public
- "Talent et entretien" : connaître les codes de l’entretien d’embauche et les mettre en pratique

Jour 3

- "Talent et défi" (matin) - mettre en pratique les outils développés lors de la formation.

TalentCampus : un catalyseur pour révéler les talents

Formation Talents d'avenir au lycée Jules HaagLa formation TalentCampus est née d’un partenariat entre les universités de Bourgogne et de Franche-Comté (B.F.C.), la fondation de coopération scientifique B.F.C., le Polytechnicum B.F.C. (réseau des écoles d’ingénieurs et de managers des deux régions), le groupe E.S.C. Dijon Bourgogne et l’A.B.G. intelli’agence (réseau doctoral).

Labellisée initiative d’excellence en formations innovantes (I.D.E.F.I.) en 2012, son objectif est de révéler les talents de chacun et de mettre en avant les compétences sociales et comportementales.

Un laboratoire pédagogique innovant

Les sessions, d’une durée de trois à cinq jours, s’adressent à tous : public de lycéens, étudiants, doctorants, salariés et demandeurs d’emploi.

TalentCampus dispose de nombreux atouts :

- une forte mixité de participants, source d’enrichissement mutuel
- une nouvelle façon de voir la formation basée sur une pédagogie active
- une évaluation scientifique qui révèle une augmentation des compétences sociales et la prise de conscience de ses propres talents.

Présentation de TalentCampus

Faire émerger, valoriser et évaluer les compétences sociales

Talents d’avenir est une déclinaison de TalentCampus spécifiquement dédiée aux lycéens. Cette formation innovante met en relation le monde de l’entreprise et celui de l’enseignement.

À travers cette pédagogie innovante, il s’agit de casser les codes de la relation entre apprenants et enseignants. Dans le cadre de sessions de formations de deux jours et demi, les lycéens sont amenés à découvrir leurs compétences, acquises durant leur parcours scolaire et personnel, à travers des mises en situation :

- apprendre à se présenter
- développer sa confiance en soi
- gérer son stress et ses émotions
- prendre la parole
- simuler des entretiens d’embauche et en cerner l’enjeu
- valoriser ses faiblesses et ses forces.

Autant de savoir-être qui permettront aux élèves de mieux se connaitre, de révéler leur potentiel et de faire l’acquisition d’un bagage pour s’insérer professionnellement ou même poursuivre des études dans l’enseignement supérieur.

L’objectif de Talents d’avenir est de donner confiance aux élèves pour qu’ils puissent se construire avec l’aide des animateurs. Ces derniers s’intéressent à leur progression et à leur adaptation en fonction de leurs besoins. La formation implique une richesse de la relation à l’autre et créée une rupture positive.

Un réseau académique de formateurs en établissements

Pour TalentCampus, l’objectif de cette journée de formation était de transmettre le relais de son action à la communauté éducative.

Les futurs animateurs ont pu vivre le premier jour de la formation Talents d’avenir en version accélérée. Au terme de deux heures d’activités et d’explications, ils ont pu échanger avec les équipes de TalentCampus. À travers l’engagement des personnels des lycées professionnels, l’adhésion au projet semble acquise. La prochaine étape consistera à créer une culture de l’essaimage au sein des lycées et entre établissements.

Tirer les leçons de l’expérience

Formation Talents d'avenir au lycée Jules Haag - © TalentCampus Le retour par l’expérience sur les deux premières sessions menées au lycée professionnel Nelson Mandela d’Audincourt et Raoul Follerreau de Nevers, ont permis de procéder à des ajustements. La formation a notamment été réduite de 3 à 2,5 jours pour mieux correspondre aux attentes des élèves. De même, le fait que l’intervenant soit extérieur à l’établissement joue un rôle important, profitable aux élèves.

Il y a donc un réel intérêt de la démarche "avant et après". La possibilité d’envisager une piqûre de rappel après la formation pour faire perdurer les bénéfices a ainsi été évoquée et les pratiques seront évaluées. L’objectif est d’impacter durablement la trajectoire des participants.

Il y a une forte valeur d’engagement de la part des élèves. La possibilité d’un élargissement de la formation, aux collégiens (des besoins émergents dès le collège), et des formateurs, aux personnels de direction a été proposée lors des échanges. Une réflexion sur l’association d’outils nomades numériques est également envisagée, notamment lors des simulations d’entretiens.

Quelles perspectives d’évolution ?

Pour Olivier Chevillard, délégué académique à l’insertion professionnelle (D.A.I.P.), le défi pour l’académie est que 100 % des élèves de la voie professionnelle bénéficient d’au moins une session de Talents d’avenir durant leur parcours.

Une convention de partenariat sera prochainement signée entre le rectorat de l’académie de Besançon et TalentCampus afin de fixer les conditions du dispositif Talents d’avenir. Le recteur s’est adressé aux proviseurs et a exprimé le vœu de pouvoir se rendre dans un des quatre établissements pilotes, répartis dans l’académie, pour observer en situation l’intérêt de la formation.

Contacts

Olivier Chevillard, délégué académique à l’insertion professionnelle (D.A.I.P.)
Inspecteur de l’Éducation nationale, sciences et techniques industrielles
Tél. : 03 81 65 74 51

Sébastien Chevalier, coordinateur TalentCampus
Étienne Galmiche, directeur TalentCampus
TalentCampus
Tél. : 03 80 40 34 46

 
jeudi 1er janvier 2015

Le référentiel Marianne

Améliorer la qualité de l’accueil et du service rendu aux usagers, tel est l’objectif de la mise en œuvre du référentiel Marianne.

Le référentiel MarianneLe rectorat de Besançon s’engage dans la mise en œuvre du référentiel Marianne qui définit un ensemble de 19 engagements portant sur les modalités d’accueil des usagers dans les services publics. Ce référentiel vise à vous apporter des garanties sur les conditions et la performance de votre accueil au sein de notre administration.

Vous avez droit à un accueil de qualité, et nous prenons une série d’engagements pour mieux vous accueillir :
- un accès plus facile à nos services
- un accès attentif et courtois
- une réponse compréhensible à vos demandes dans un délai annoncé
- une réponse systématique à vos réclamations

Enquête de satisfaction

Nous souhaitons connaître votre avis sur la manière dont vous avez été reçu afin d’améliorer la qualité de l’accueil de nos services.
À ce titre, nous vous invitons à répondre une enquête de satisfaction.

Enquête de satisfaction

Les 19 engagements

Le référentiel Marianne comporte 19 engagements dont 14 sont destinés à améliorer la qualité d’accueil et de service. Les engagements vis à vis des usagers concernent aussi bien l’accueil physique que la relation de l’usager avec l’administration par l’intermédiaire du téléphone, du courrier postal ou électronique. Le référentiel inclut également un volet de 5 engagements indispensables pour assurer la pérennité du système qualité mis en place.

Vous souhaitez des services plus disponibles : nous nous engageons à optimiser nos conditions d’accès en fonction de vos besoins

- 1 - Nous menons régulièrement des enquêtes permettant de connaître vos attentes et d’adapter nos horaires d’ouverture.
- 2 - Nous vous informons sur les conditions d’accès et d’accueil dans nos services, et de manière systématique, lors de chaque changements.
- 3 - Nous vous orientons vers le bon service et vous prenons en charge.
- 4 - Nous facilitons l’accomplissement des démarches pour les personnes à mobilité réduite.
- 5 - Nous accueillons de manière adaptée les personnes en difficulté.

Vous attendez un accueil plus attentif : nous nous engageons à vous recevoir avec courtoisie et efficacité

- 6 - Nous vous accueillons avec courtoisie et nous vous donnons le nom de votre interlocuteur.
- 7 - Nous facilitons la constitution de vos dossiers.
- 8 - Nous veillons au confort de nos espaces d’accueil et d’attente.

Vous souhaitez un traitement plus rapide de vos demandes : nous nous engageons à vous répondre dans les délais annoncés

- 9 - Nous sommes attentifs à la lisibilité et à la clarté de nos courriers et courriels.
- 10 - Nous traitons vos courriers dans un délai maximum de 15 jours ouvrés.
- 11 - Nous traitons vos courriels dans un délai maximum de 5 jours ouvrés
- 12 - Nous prenons en charge vos appels téléphoniques en moins de 5 sonneries et nous les traitons.

Vous attendez que vos suggestions et réclamations soient mieux prises en compte : nous nous y engageons

- 13 - Nous répondons dans un délai maximum de 15 jours ouvrés à toutes vos suggestions et réclamations portant sur le respect de nos engagements.

Vous attendez plus d’écoute : nous nous engageons à vous solliciter pour progresser

- 14 - Nous mesurons annuellement votre satisfaction et nous vous informons des résultats
Pour respecter nos engagements, nous améliorons notre organisation et faisons évoluer nos compétences.
- 15 - Nous exprimons notre politique d’accueil et nous impliquons notre personnel
- 16 - Nous organisons notre documentation pour apporter des informations exactes et à jour aux usagers.
- 17 - Nous surveillons régulièrement le respect de nos engagements.
- 18 - Nous évaluons régulièrement nos pratiques avec une volonté d’amélioration continue.
- 19 - Nous réalisons un bilan annuel et lançons de nouvelles actions d’amélioration de l’accueil et des services rendus.

En savoir plus sur le référentiel Marianne

 
vendredi 19 décembre 2014

L’éditorial du nouveau recteur Jean-François Chanet

"Il me revient de succéder à Éric Martin, qui pendant quatre années, a donné le meilleur de son énergie et de sa volonté au service de l’académie de Besançon. Je tiens à saluer son action"

"À mon tour, je veillerai à la continuité du service public d’enseignement dans la diversité des territoires de l’académie.

Jean-François Chanet - recteur de l'académie de BesançonObtenir que l’École, demain plus qu’aujourd’hui, soit une force de correction des inégalités, un lieu d’apprentissage des règles de la vie démocratique, un foyer d’épanouissement personnel, tels sont les objectifs fondamentaux auxquels je consacrerai tous mes soins.

L’obligation qui est faite à l’École d’intégrer sans cesse les transformations du monde réclame de tous les personnels de l’Éducation nationale une faculté d’adaptation et une capacité d’innovation qui ne sont pas toujours reconnues à leur juste valeur. Comme les élèves et leurs parents, ils doivent être respectés, accompagnés et encouragés dans leurs efforts.

À toutes et à tous, à l’approche des fêtes de fin d’année, j’adresse mes meilleurs vœux ainsi que l’assurance de mon entier dévouement."

Jean-François Chanet
Recteur de l’académie de Besançon
Chancelier des universités

 
lundi 8 décembre 2014

Myriam El Khomri, Secrétaire d’État chargée de la politique de la ville en visite à Besançon le 4 décembre 2014

Dans le cadre de sa visite à Besançon, la Secrétaire d’État chargée de la politique de la ville s’est rendue au collège Denis Diderot.

En présence du recteur Éric Martin, de l’inspecteur d’académie du Doubs Jean-Marie Renault et de nombreuses personnalités locales, Myriam El Khomri a été accueillie par Jean-Louis Tournut, principal du collège. Ce dernier a présenté le dispositif "ouvrir l’école aux parents pour réussir l’intégration". Une visite en classe dans le cadre du "collège connecté" a suivi.

Un établissement acteur à part entière de la politique de la ville

Le collège Denis Diderot est situé au cœur du quartier de Planoise relevant de la politique de la ville.

Premier "collège connecté" de l’académie et intégré au réseau pionner R.E.P.+, l’établissement compte 675 élèves répartis dans 32 divisions. Parmi eux, 64 élèves sont scolarisés en section d’enseignement général et professionnel adapté et on compte 31 élèves allophones arrivants. Au total, ce sont 42 nationalités qui sont représentées dans le collège. Grâce à cette richesse multiculturelle, l’établissement est devenu le premier collège de France labellisé anti-discrimination et anti-racisme, le 16 avril 2009.

Visite secrétaire d'État à la politique de la Ville au collège Diderot Dans le cadre du rapprochement de la politique de la ville et de l’Éducation nationale, au travers du R.E.P.+, le collège a fait le choix de travailler en étroite collaboration avec l’ensemble des partenaires du quartier (associations et collectivités territoriales) sur plusieurs problématiques :
- créer une "maison des parents" afin de recevoir les parents d’élèves une fois par mois pour répondre à toutes leurs questions, pas seulement celles en lien avec l’École, et ramener certains progressivement vers le chemin de l’école ;
- accompagner le collège dans sa lutte contre l’absentéisme ;
- réfléchir à des approches conjointes sur l’égalité garçons-filles.

La réussite des élèves est pensée dans un cadre global, qui ne se limite à pas à l’enceinte du collège. En ce sens, l’objectif est d’unir les efforts pour agir avec l’ensemble des partenaires en faveur de la réussite de tous les élèves.

L’implication des parents et le numérique : deux leviers d’action

Les parents : premiers partenaires de l’École

La réussite des collégiens nécessite d’organiser la mise au travail de l’élève : c’est une question au sein de la classe mais qui interpelle également le rôle des parents.

Lors de la visite, les parents allophones, ou nouvellement arrivés en France, étaient pris en charge dans le cadre de "l’école ouverte aux parents". Deux intervenantes des associations partenaires de l’école (P.A.R.I. et I.F.P.A.) accueillent des parents sur des sujets aussi variés que l’apprentissage du français, le rôle de parents dans le système éducatif français ou la citoyenneté dans le cadre de la république française. Cet accueil est réalisé avec le soutien du programme de réussite éducative (P.P.E.) de la ville de Besançon.

Les premiers partenaires de l’école demeurent les parents qui sont vivement associés à la réussite de leurs enfants. La prise en charge et l’accompagnement des familles modifient totalement leur positionnement vis-à-vis de l’École, devenant ainsi de vrais partenaires des équipes pédagogiques.

La différenciation pédagogique

Le collège Diderot compte parmi les 23 premiers "collèges connectés" au niveau national. Une convention de partenariat a été signée en juin dernier.

Le collège dispose à ce jour d’un outil de travail opérationnel et de personnels enseignants motivés pour développer les usages numériques. L’objectif du dispositif est double :
- mieux préparer les élèves au monde de demain par la maîtrise d’outils qui feront leur quotidien ;
- soutenir les réussites par des méthodes de travail différentes, motivantes entraînant inévitablement une pédagogie renouvelée.

En éducation prioritaire et dans le cadre de la politique de la ville, le collège connecté permet l’usage de la pédagogie du numérique dont un effet essentiel est la mise au travail de l’élève plus fréquente et différenciée pour une meilleure réussite scolaire. La secrétaire d’État a visité la classe de Sophie Allain, professeure de français, où les élèves travaillaient, en binôme, les différents aspects de la conjugaison, grâce à des tablettes numériques.

Contact

25
Collège
Diderot - Besançon
Informations complètes

 
mercredi 3 décembre 2014

Un stage de formation autour du concours national de la Résistance et de la déportation

"Art, déportation et conflits contemporains" : tel est le thème du stage inscrit au plan académique de formation qui a eu lieu le 27 novembre 2014 au musée de la Résistance et de la déportation de Besançon.

2015, année de commémoration du 70e anniversaire de la libération des camps nazis, du retour des déportés et de la découverte de l’univers concentrationnaire

L’intervention de deux témoins de l’histoire de la déportation

Un stage de formation autour du concours national de la Résistance et de la déportationDeux témoins de l’histoire de la déportation ont évoqué, devant la cinquantaine de participants réunis, leur expérience des rapatriements et des retours de déportation : Pierre Rolinet, résistant déporté aux camps de concentration du Struthof et de Dachau, et Marie-France Luc, infirmière et interprète ayant participé à une mission de rapatriement de déportés francs-comtois en 1945 au sein de la Croix-Rouge de Besançon.

En mai 1945, la Croix-Rouge de Besançon, alors dirigée par Marguerite Marchand, organise une mission de rapatriement de déportés francs-comtois. Ceux-ci, encore cantonnés dans les camps de concentration de Dachau et d’Allach à peine libérés par les troupes alliées, attendent leur retour dans des conditions sanitaires particulièrement précaires. L’échange avec les enseignants participants au stage a permis ainsi d’éclairer cette initiative régionale encore méconnue, et de réfléchir aux liens entre témoignages et écriture de l’histoire.

À cette occasion, une publication numérique sous la forme d’un portfolio documentaire a été mise en ligne sur le site disciplinaire académique ainsi que sur celui de la Citadelle.

Le manuscrit du "Verfügbar aux Enfers" de Germaine Tillion, support de formation

Un stage de formation autour du concours national de la Résistance et de la déportationCette journée a également été l’occasion de proposer une exploitation pédagogique dans le cadre de l’histoire des arts d’un document exceptionnel faisant partie des collections du musée de la Résistance et de la déportation de Besançon : le manuscrit du "Verfügbar aux Enfers" de l’ethnologue Germaine Tillion.
Dès son arrivée au camp, cette dernière ne cesse d’écrire, d’organiser des conférences et de s’informer sur l’univers concentrationnaire.

De cette quête singulière naît le "Verfügbar aux Enfers", une opérette teintée d’humour noir narrant la vie quotidienne au camp. Germaine Tillion, ainsi que trois autres figures de la Résistance, entrera au Panthéon le 27 mai 2015. Le musée de la Résistance et de la déportation, détenteur d’un important fonds d’archives, lui consacrera une exposition du 26 mai au 20 septembre prochain.

Musée de la Résistance et de la déportation

 
vendredi 28 novembre 2014

L’académie de Besançon accueille une nouvelle secrétaire générale

Marie-Laure Jeannin, nommée secrétaire générale de l’académie de Besançon pour une période de quatre ans, prend ses fonctions le 1er décembre 2014. Elle succède à Henri Féral qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Elle occupait précédemment le poste de secrétaire générale adjointe de l’académie de Grenoble.

Administrateur de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (A.E.N.E.S.R.), Marie-Laure Jeannin possède une connaissance et une expérience approfondies de l’ensemble du système éducatif, grâce aux différentes fonctions qu’elle a occupées dans les services déconcentrés, en établissement et à l’administration centrale de l’Éducation nationale.

Un parcours riche

Son parcours débute en 1991 comme gestionnaire au service statistique, dans l’académie de Corse durant quatre ans. Elle occupera ensuite les postes de chef du département de l’organisation scolaire, puis celui de chef du service du baccalauréat, avant de rejoindre l’académie de Paris en tant qu’adjointe de l’agent comptable gestionnaire au lycée technologique Diderot - G.R.E.T.A. à Paris.

Marie-Laure Jeannin, nouvelle secrétaire générale de l'académie de BesançonEn 2004, elle obtient un congé de formation professionnelle et reprend ses études à Sciences Po. Paris pour enrichir son cursus universitaire (deug L.E.A.) et donner de la valeur ajoutée à son expérience professionnelle – "par une formation permettant de situer les enjeux du service public dans le contexte général des politiques publiques, orientée vers l’action et la prise de responsabilités en vue d’occuper des postes d’encadrement supérieur". Elle est ainsi diplômée de l’I.E.P. - Sciences Po. Paris en obtenant un master mention affaires publiques (spécialisation administration et gestion territoriale) en 2006. Elle est alors recrutée par le conseil régional d’Île-de-France comme chef du service des emplois techniciens, ouvriers et de service (T.O.S.).

En 2007, elle débute une formation en alternance à l’E.S.E.N. pendant laquelle elle occupe le poste de conseillère d’administration scolaire et universitaire stagiaire au sein du rectorat de l’académie de Paris, comme chargée d’études pour le pilotage de l’académie.

L’année suivante, elle rejoint l’administration centrale à la direction générale de l’enseignement scolaire (D.G.E.S.C.O.) du ministère de l’Éducation nationale où elle exercera la fonction de chargée de mission à la sous-direction de la gestion des programmes budgétaires pendant une année. Elle occupera ensuite le poste de chef de la division des écoles au rectorat de Paris.

En septembre 2010, Marie-Laure Jeannin est nommée secrétaire générale à l’inspection académique de la Drôme, dans l’académie de Grenoble.
Depuis janvier 2012, elle était secrétaire générale adjointe de l’académie de Grenoble où elle était en charge des moyens en emplois et en euros de la préparation de rentrée, du suivi et de l’amélioration de la performance au service de la stratégie académique et du pilotage pédagogique et administratif.

De nouvelles responsabilités aujourd’hui : un poste opérationnel auprès des acteurs de terrain du système éducatif

Chargée de seconder le recteur de l’académie dans toutes les tâches administratives nécessaires à la mise en œuvre et au pilotage du projet académique, Marie-Laure Jeannin a à cœur de contribuer par son action à la réalisation des objectifs de ce projet et, en tout premier lieu, celui qui vise à la réussite de chaque élève.

Dans ses nouvelles fonctions, elle sait déjà qu’elle peut compter sur le professionnalisme et la disponibilité des personnels des services académiques.

Son ambition pour l’académie

"Permettre au recteur de poursuivre la mise en œuvre de la refondation de l’École, par l’encouragement et le soutien de toutes les synergies pédagogiques et administratives afin de garantir un accompagnement adapté des écoles et établissements du second degré".
Forte de son expérience en Rhône-Alpes, Marie-Laure Jeannin engagera ainsi les travaux de dialogue et de cohérence avec l’académie de Dijon qui auront pour bénéfice d’enrichir les pratiques respectives des deux académies.

Nous lui souhaitons chaleureusement la bienvenue !


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon