R

Accueil > Académie > Actualités > Palmarès > Prix avenir métiers d’art

Rubrique Palmarès

mercredi 1er octobre 2014

Prix avenir métiers d’art

Un concours pour aider les jeunes talents à concrétiser leurs projets. Place aux jeunes créateurs !

Reconnaissance, prises de contacts, conseils utiles mais aussi dotation pour investir dans du matériel ou financer une expérience professionnelle à l’étranger. Les anciens lauréats du prix reconnaissent aujourd’hui que cette récompense a marqué une étape importante de leur parcours. Chaque année, le prix avenir métiers d’art, organisé par l’institut national des métiers d’art (I.N.M.A.) continue d’aider de jeunes talents à concrétiser leurs projets.

Institut national des métiers d’art

Lauréats niveau III

1er ex-æquo : Anthony Mugnier

Anthony Mugnier Élève en D.M.A. horlogerie au lycée Edgar Faure de Morteau, Anthony a présenté une montre de femme intitulée "Bestiaire polaire" qui se remonte toutes les 48 heures. Cette montre en laiton rhodié, sertie de diamants et de pierres précieuses, présente une indication de réserve de marche originale et créative : Anthony a fabriqué un cadran incrusté de pierres précieuses aux couleurs d’une aurore boréale, se déclinant du vert au bleu, puis du violet au rouge, et permettant à l’utilisatrice de savoir quand remonter sa montre. Le décor de la montre, un ours marchant sur la banquise, sous les mille feux du phénomène magnétique, n’est pas sans lien avec ses fréquents séjours en montagne. En effet Anthony est moniteur de ski alpin et arpente régulièrement les stations de Haute-Savoie, région dont il est originaire.
C’est à 14 ans, alors qu’il visite la cité des métiers à Genève, qu’Anthony découvre les métiers de l’horlogerie. Fasciné par le travail de précision et de technicité, il intègre la section horlogerie du lycée Edgar Faure après une seconde générale. Titulaire de son D.M.A. Horlogerie depuis juin, il souhaite séjourner quelques mois au Royaume-Uni, afin d’améliorer sa maîtrise de l’anglais, finir son cursus de formateur en ski alpin, puis intégrer dès l’été prochain, une manufacture horlogère où il saura mettre en application les compétences acquises pendant ses six ans de formation.

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie
Edgar Faure - Morteau
Informations complètes

1er ex-æquo : Maxime Lerdung

Maxime LerdungÉlève en D.M.A. art de l’habitat, spécialité décors et mobilier, option ébénisterie, au lycée Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne, Maxime a présenté un meuble intitulé "Fragments de vie", à mi-chemin entre le cabinet de curiosité et le coffre-fort. Cet "autel des reliques familiales", comme il le nomme lui-même, est composé d’une sellette d’inspiration Louis XV en hêtre massif laqué, décoré avec des feuilles de bronze, et surmonté de caissons modernes, tous plaqués avec des essences de bois différentes : orme, amarante, padouk…
Un système de charnières permet de dévoiler ou cacher son contenu selon les envies et un mécanisme ingénieux verrouille le meuble pour garder ainsi nos secrets à l’abri. Ce meuble est un véritable mélange entre tradition et modernisme, à l’image de la façon qu’a Maxime d’aborder son métier : pour ce jeune homme de 22 ans, les métiers d’art c’est savoir faire perdurer dans le temps les techniques d’autrefois tout en relevant les défis en lien avec les techniques, les matériaux et les attentes d’aujourd’hui.
Petit-fils de menuisier, il a très tôt pris goût au travail du bois, et vit son métier comme une passion. Après un C.A.P. et un bac pro ébénisterie, suivis par son D.M.A. art de l’habitat obtenu en juin, il souhaite compléter son cursus professionnel avec une année en restauration de meubles et rêve de démarrer sa propre entreprise d’ébénisterie, restauration et relooking de meubles.

39
Lycée professionnel
Pierre Vernotte - Moirans-en-Montagne
Informations complètes

Lauréat niveau IV

1er : Célestin Revaillot

Célestin Revaillot Élève en B.M.A. horlogerie au lycée Edgar Faure de Morteau, Célestin a présenté une horloge comtoise complètement revisitée intitulée "Horloge cocon". La modernité s’inscrit aussi dans les matériaux, le bois et le laiton côtoient l’acier, le plastique et le plexiglas. Le pied et la colonne émergent d’un gazon synthétique, la couleur verte nous transporte au milieu d’une prairie. L’horloge, aérienne, présente son mécanisme dans un cocon en plastique ajouré, d’où s’échappe le temps, tel une chrysalide se transformant en papillon à chaque seconde qui s’égrène. Célestin a souhaité que son horloge se métamorphose, de l’objet à l’organique, et entre dans le monde du vivant. La pendule est à sonnerie au passage et à chaque heure retentit un son mat.
Célestin a douze ans lorsque son grand-père lui présente une montre à gousset. Le jeune homme, alors en classe de 5e à Dijon est fasciné par l’objet, sa précision, sa technicité. Il se renseigne sur les formations en horlogerie et visite en classe de 3e le lycée Edgar Faure lors de la journée porte ouverte. Il intègre dès l’année suivante un C.A.P. horlogerie suivi d’un B.M.A. horlogerie. Après ces quatre années de formation, Célestin a reçu une proposition pour travailler dans une manufacture horlogère, et envisage, avant d’entrer dans le monde professionnel, de partir à l’étranger pour parfaire son anglais.

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie
Edgar Faure - Morteau
Informations complètes

Lauréat niveau V

1er : Théo Auffret

Théo Auffret Élève en C.A.P. horlogerie par alternance au lycée Edgar Faure de Morteau, Théo a présenté une montre intitulée "l’Argonaute". L’œuvre de Théo, qui travaille dans un atelier en région parisienne, a été presque entièrement réalisée à la main, avec des pièces de récupération, glanées au fil de ses rencontres. Elle est présentée dans un boitier en bois, surmonté d’un globe de verre, rappelant les compas des navires du XIXe siècle et que le jeune homme a construit lui-même. Cette montre est un carnet de voyage dans le temps et l’espace. Les matériaux nous emmènent dans un Paris d’avant la révolution industrielle, où les maitres artisans travaillaient à la main le laiton, le maillechort, l’acier dur et le bronze. En s’inspirant du roman de Jules Verne, "20 000 lieues sous les mers" Théo a donné une montre au capitaine Némo.
Pour Théo, tout a commencé par un déclic et l’horlogerie est vite devenue une passion. Il est fasciné par ce monde miniature qu’il peut modeler à sa guise, mélange d’art et de mécanique, où la technique doit évoluer sans cesse pour accompagner la créativité. Après l’obtention de son bac S.S.I., Théo décide d’intégrer le C.A.P. horlogerie du lycée Edgar Faure en alternance, et poursuit actuellement son B.M.A. horlogerie par alternance. Par la suite, il souhaite trouver une formation en restauration d’objets d’art. Théo aimerait devenir créateur.

25
Lycée polyvalent
Lycée des métiers de l'horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie
Edgar Faure - Morteau
Informations complètes


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon