R

Accueil > DSDEN > Actualités > Fête du Z’elles

Rubrique Actualités

mardi 24 juin 2014

Fête du Z’elles

Le mercredi 28 mai 2014, le service départemental U.N.S.S. de Haute-Saône a organisé la Fête du Z’Elles à la Planche-des-Belles-Filles, une manifestation réservée aux filles de collèges (de 4e et de 3e) et de lycées de l’académie de Besançon

Près de 650 jeunes filles étaient présentes, accompagnées par quelques 60 professeurs d’E.P.S.

Activités :
- plusieurs randonnées pédestres ont été proposées le matin.
- flash mob vers 12 heures au sommet à 1 148 mètres d’altitude avec l’ensemble des filles.
- repas tiré du sac pris en commun.
- roll’herbe, tubing, tir à l’arc, parcours de trial en V.T.T., football, ultimate, marche nordique, zumba, step, etc.
- des expositions étaient également présentées : les Ballons Comtois, les femmes dans la société, le mur des préjugés, les rois de la montagne avec une rétrospective des grands grimpeurs cyclistes.
- un drone était également sur place et a réalisé de nombreuses photos et une petite vidéo de la manifestation.

Contact

Dominique Bouvet – Directeur adjoint du service régional U.N.S.S. en charge du département de la Haute-Saône.
Tél. : 06 88 75 61 54
Courriel

 
mercredi 2 avril 2014

Le simulateur de conduite deux-roues motorisé (2R.M.) au service des collèges de la Haute-Saône

En 2013, quinze collèges ont été visités et 1 952 élèves concernés pour plus de 3 000 km parcourus et 600 heures de bénévolat

L’association "Prévention M.A.I.F." est agréée par l’éducation nationale et ses bénévoles se rendent régulièrement dans les collèges du département avec deux simulateurs de conduite qui sont empruntés au réseau Canopé de l’académie de Besançon.

Ces outils sont adaptés à la préparation à la conduite sur deux-roues motorisé (2R.M.). Ils permettent la révision des notions de sécurité routière et conviennent bien à la préparation des attestations scolaires de sécurité routière (A.S.S.R.) 1 en cinquième ou 2 en troisième.

Le simulateur de conduite deux-roues motorisé (2R.M.) au service des collèges de la Haute-SaôneAprès un passage au collège Jacques Brel la semaine précédente, des bénévoles de l’association étaient au collège Gérôme, à Vesoul, le 31 mars et le premier avril, avec les deux simulateurs de conduite. 110 élèves de cinquième ont ainsi pu s’essayer en toute sécurité à la conduite d’un scooter. Ils ont pu découvrir ce qu’était une distance d’arrêt et mesurer l’importance de ne pas "coller" au véhicule précédent. Ils se sont rendus compte de ce que "partager la route" veut dire et de la nécessité d’anticiper les réactions des autres usagers dans des conditions réelles de circulation.

Cette formation se fait par groupes de 7 ou 8 et permet à chacun de faire l’expérience de la conduite. Elle permet également aux élèves de réviser les notions qui leurs seront nécessaires pour obtenir l’A.S.S.R. 1 qu’il passeront bientôt, examen nécessaire pour obtenir, à 14 ans, le permis AM (ex brevet de sécurité routière B.S.R.) permettant de conduire un deux roues de moins de 50 cm3. Leur sont également rappelés les obligations légales et le danger du "débridage". Peu d’entre eux (et peu de parents) savent, en effet, que l’assurance ne prend pas en charge les frais causés par un accident survenu au guidon d’un engin trafiqué !
L’équipement du conducteur n’est pas oublié et il est rappelé que, si seul un casque agréé est obligatoire, il est nécessaire de protéger son corps avec des vêtements appropriés (pantalon, blouson, chaussures montantes, gants).

Les bénévoles sur le site du collège Gérôme : Martine Bille, Yvon Villequez, Christian Berthel, Hubert Ganier, Jacques Petit, Serge Lecinq.

Prochaines actions

- Rallye piétons (cycle III) le 18 avril à Gray, Héricourt, Lure, Luxeuil et Vesoul
- Spectacle "Bobo Doudou" le 5 juin à Vesoul (Cycle II)

Contact

Michel Bregnard,
Président de l’antenne 70 de Prévention M.A.I.F.
Courriel
Tél. : 06.08.93.92.10

 
lundi 31 mars 2014

"Cap sur ta santé" : sensibiliser élèves et parents aux addictions

Le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (C.E.S.C.) inter-établissement de l’agglomération de Vesoul organise du 31 mars au 4 avril 2014 la semaine "Cap sur ta santé"

Les collèges et lycées de l’agglomération vésulienne mobilisés

Le lancement de cette semaine "Cap sur ta santé" a lieu lors d’un vernissage au musée Garret de Vesoul à partir de 11 h le mardi 1er avril. Ce lancement sera précédé d’un point presse à 10 h.

Temps forts de la semaine

- une exposition "prévention" en partenariat avec le Musée Garret de Vesoul du 31 mars au 13 avril : cette exposition permettra de découvrir des œuvres créées par les élèves des établissements vésuliens en arts appliqués sur le thème de la prévention.
- un film suivi d’un débat aura lieu à Vesoul à l’Espace Villon le 2 avril à 19 h 30. Cette soirée sera animée par l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie de Haute-Saône (A.N.P.A.A. 70).
- une conférence sur la cigarette électronique aura lieu à Vesoul à l’Espace Villon le 3 avril à 20 h. Cette conférence sera animée par le Docteur Bolopions, médecin tabacologue.

Une action partenatriale

Depuis 2007, la semaine "Santé" se décline à partir d’actions conduites dans les différents établissements scolaires. Avec l’évolution des pratiques liées à la consommation d’alcool chez les adolescents, les collèges et lycées de l’agglomération vésulienne, l’antenne de Haute-Saône de l’Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé de Franche-Comté (I.R.E.P.S. F-C – antenne 70), l’A.N.P.A.A. 70, l’Union départementale des associations familiales de Haute-Saône (U.D.A.F. 70), la police et la Ville de Vesoul se sont associées au sein d’un comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté inter-établissement C.E.S.C.i.). Ce regroupement a permis d’engager une réflexion sur le thème de la consommation d’alcool chez les jeunes et de mettre en œuvre un plan d’actions de prévention concerté.

En 2010, dans le cadre de cette politique, cette événement intitulé "Cap sur ta santé" a été organisé dans tous les établissements de l’agglomération de Vesoul : les collèges Jacques Brel, Jean Macé, Gérome de Vesoul et René Cassin de Noidans-les-Vesoul, ainsi que les lycées Édouard Belin, Les Haberges, Luxembourg, Pontarcher et le L.E.G.T.A. de Vesoul.

Cette semaine "Cap sur ta santé" a lieu tous les deux ans et regroupe de nombreux partenaires. C’est l’occasion de parler de différents thèmes comme le stress, l’alimentation, le tabac, les cyberdépendances et de la prévention des comportements d’addiction. Des actions sont ainsi mises en place dans les différents établissements et les partenaires utilisent divers moyens comme la pédagogie détournée, la communication intrafamiliale ou le développement de compétences psychosociales afin d’engager une réflexion sur la santé auprès des parents et des adolescents.

Contact

Martine Dienne, infirmière conseillère technique - service santé
Rectorat de Besançon

 
mardi 25 février 2014

Point sur le dispositif relais de la Haute-Saône

Le jeudi 6 février 2014, les acteurs et l’encadrement du dispositif relais de la Haute-Saône se sont réunis au collège Romé-de-l’Isle, à Gray afin d’échanger et de faire le point sur les caractéristiques et les bénéfices offerts par cette structure

Autour de l’inspecteur d’académie Éric Fardet et de l’inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation (I.E.N.-I.O.) Sylvie Malo, se sont réunis les conseillères techniques du service de santé/social de la D.S.D.E.N. 70, les principaux et enseignantes spécialisées des trois collèges, en présence d’un représentant du conseil général et du directeur du service régional de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

La classe-relais de Vesoul

Pour mémoire, il y a une dizaine d’années, a existé en Haute-Saône, une classe-relais qui scolarisait à plein temps des collégiens décrocheurs, pour tenter de les remotiver aux apprentissages. Ces élèves étaient encadrés par un instituteur spécialisé et un éducateur du service de la protection judiciaire de la Jeunesse (P.J.J.).
Ainsi des jeunes en rupture avec leurs établissements d’origine, mais soumis à l’obligation scolaire, ont-ils pu être pris en charge transitoirement dans une structure adaptée à leurs difficultés. Ce système a néanmoins assez rapidement trouvé ses limites. Cette classe relai fonctionnant à plein temps et localisée hors collège ne pouvait pas se montrer inclusive. Par ailleurs, implantée dans la ville préfecture de Vesoul, la structure n’était pas accessible à tous les élèves décrocheurs du département.

Un nouveau dispositif

Point sur le dispositif relais de la Haute-SaôneAujourd’hui, pour la troisième année, un nouveau dispositif relai fonctionne dans le département. Il a été conçu en tirant les leçons de l’expérience de l’ancienne classe-relais.
- Le dispositif actuel est décentralisé et couvre ainsi mieux le territoire ; il est implanté dans trois collèges (Luxeuil-Rostand, Gray-Romé de l’Isle, Vesoul-Gérôme).
- Le dispositif est inclusif. Il fonctionne les jeudis et en modules (renouvelables) de neuf semaines. Les autres jours, les élèves continuent de fréquenter leur collège et leur classe d’origine, en bénéficiant de l’attention particulière d’un tuteur, lui-même en relation avec les enseignantes spécialisées.
- Il est difficile de remotiver un élève décroché. Désormais on s’efforce de repérer et d’aider les jeunes en difficulté avant qu’ils ne perdent complètement pied. Le dispositif-relais joue d’avantage qu’auparavant un rôle de remédiation immédiate, voire de prévention du décrochage.
- les jeudis, les élèves sont pris en charge par les professeures spécialisées titulaires du 2C.A.-S.H.
Ces élèves menacés par le décrochage ont presque toujours une mauvaise estime d’eux-mêmes. L’objectif est de leur redonner confiance en pratiquant une pédagogie du détour. De cette façon, on peut valoriser des compétences non exprimées ou non reconnues dans le cadre des enseignements traditionnels de l’école. Ce travail très positif sur l’estime de soi est le préalable indispensable pour reprendre les apprentissages scolaires.

Pour illustrer cette démarche par un exemple concret, les participants à la réunion du 6 février étaient invités à assister à un spectacle de cirque préparé avec le clown Zucco, le groupe en dispositif-relai à Gray et leur professeure. Le spectacle, de grande qualité, a nécessité des heures d’un travail de préparation soutenu. Il a été très apprécié du public nombreux formé par les petits élèves de l’école maternelle voisine des Capucins, mais aussi par beaucoup d’adultes, enseignants et visiteurs. Il y a fort à parier que nos jeunes en difficulté n’avaient peut-être jamais été applaudis de la sorte. Cette découverte sera sans doute fondamentale pour eux.

Le bilan d’action présenté par Sylvie Malo montre que le nouveau dispositif-relais remplit bien son rôle de retour vers l’école, d’élèves placés dans de meilleures dispositions.

Point sur le dispositif relais de la Haute-Saône
Le clown Zucco

 
jeudi 6 février 2014

Les proviseurs visitent l’entreprise Imasonic

Dans le cadre de la semaine "Les sciences pour tous", les proviseurs des lycées de la Haute-Saône ont visité l’entreprise Imasonic, implantée à Voray-sur-l’Ognon, en présence du Préfet et de l’inspecteur d’académie

La semaine "Les sciences pour tous" est organisée par Mélanie Geoffroy, chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, et Sylvie Malo, inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation. Elle a pour objectif principal de faire réfléchir les adolescents, les adolescentes et les personnels de l’éducation sur la question des processus d’orientation. En effet, malgré des évolutions positives au cours des dernières décennies, on constate que certains préjugés ont toujours la vie dure. Ils conduisent nombre de jeunes à s’orienter massivement vers des formations et des métiers réputés soit féminins, soit masculins.

Les proviseurs visitent l'entreprise Imasonic C’est dans ce contexte qu’une visite de l’entreprise Imasonic a été proposée aux proviseurs des lycées de la Haute-Saône. Cette visite, extrêmement intéressante, s’est déroulée en présence de Monsieur le Préfet Arnaud Cochet et de l’inspecteur d’académie Éric Fardet. Le groupe a été accueilli et encadré par les dirigeants de l’entreprise Monique Mathieu et Gérard Fleury qui avaient également reçu un groupe de jeunes filles du lycée des Haberges, le matin même.

Une entreprise à la pointe

L’après-midi a permis aux visiteurs de découvrir l’activité d’une entreprise à la pointe dans son domaine. Imasonic a été créée en 1989 et n’a cessé de se développer depuis. Plus de 80 personnes y sont employées. Elle conçoit et produit des transducteurs et des sondes ultrasonores pour des besoins liés à la santé (médecine, chirurgie), la qualité et la sécurité (pour le repérage de défauts dans les matériaux ou les soudures, par exemple). Entreprise dynamique et innovante, elle a tissé des liens étroits avec les organisations de recherche, pour le développement de nouvelles technologies et de nouvelles applications. L’exportation représente 85 % de l’activité.

L’orientation des filles dans le monde des sciences

Riches et sympathiques, les échanges avec les dirigeants et personnels ont permis de mieux cerner la question des recrutements au sein de cette entreprise, où des hommes ont leur place dans des métiers réputés plutôt féminins, et des femmes font carrière dans des métiers, notamment scientifiques, le plus souvent exercés majoritairement par des hommes, lorsque l’on se réfère aux statistiques. L’exemplarité d’Imasonic s’est révélée remarquable pour illustrer la question de l’orientation des filles dans le monde des sciences, de la technologie et dans le contexte industriel.

Imasonic

 
mardi 28 janvier 2014

Offrir une formation accélérée axée sur la pratique et encourager la "persévérance scolaire" avec le C.A.P. 8 mois du lycée Fertet de Gray

L’académie est fortement engagée dans la lutte contre le décrochage scolaire et les sorties sans diplômes

Premier bilan deux mois après l’ouverture du C.A.P.

Le 23 janvier, le recteur Éric Martin a rencontré les jeunes engagés dans le C.A.P. 8 mois "Maintenance des véhicules automobiles, option véhicules particuliers" et leurs enseignants, en présence d’élus et de partenaires.

Ce nouveau C.A.P. 8 mois, comme celui du lycée Jacques Prévert de Dole s’inscrit pleinement dans la lutte contre le décrochage scolaire et les sorties sans qualification, priorité nationale et académique réaffirmée.

Le recteur et l’inspecteur académique - directeur académique des services de l’éducation nationale (I.A.-D.A.S.E.N.) de la Haute-Saône, Éric Fardet, ont été reçus par le proviseur Claude Mercier. Cette visite a été l’occasion de participer à une séquence pédagogique en atelier et de discuter avec les élèves intégrés dans ce dispositif ouvert le 18 novembre dernier.
Ce moment d’échange a été suivi d’une table ronde réunissant équipe éducative, élèves et élus.

Repérer les jeunes décrocheurs et les accompagner

Les jeunes ayant intégré ce C.A.P. ont été repérés par le comité local d’aide à l’insertion de Vesoul-Gray et la plateforme de suivi et d’appui des jeunes décrocheurs. Ces deux dispositifs assurent leur prise en charge et leur proposent des solutions d’accès à un diplôme ou à une qualification professionnelle. Ces instances comptent parmi leurs membres, les représentants de l’éducation nationale (M.L.D.S., C.I.O., chefs d’établissements, classes relais) et des représentants de la mission locale de Gray.

Répondre à la demande du marché du travail avec le C.A.P. 8 mois "M.V.A., option V.P."

Encourager la "persévérance scolaire" avec le CAP 8 mois du lycée Fertet Le C.A.P. 8 mois Maintenance des véhicules automobiles, option véhicules particuliers (M.V.A., option V.P.) dispose du plateau technique de l’établissement. Actuellement, ce C.A.P. 8 mois scolarise des élèves âgés de 17 à 22 ans. Certains, à la recherche d’une formation, ont appelé spontanément l’établissement sans avoir eu connaissance du dispositif. D’autres ont eu l’information par le biais de la mission locale.

Lors de l’intégration dans le dispositif chaque jeune a bénéficié d’un bilan individuel des acquis, afin de déterminer les modalités du parcours de formation ainsi que le temps de l’alternance et l’organisation des périodes en entreprise.

L’organisation pédagogique repose sur :
- un positionnement des élèves pour déterminer les modalités pédagogiques des parcours de formation
- la mise en place de parcours spécifiques de formation pour chacun des élèves, et ce compte tenu des compétences déjà acquises et / ou mobilisées
- un suivi spécifique des élèves
- une alternance (séquences en milieu professionnel).

Pour ces jeunes, la motivation et l’implication sont liées à la courte durée de la formation et à l’échéance rapprochée de l’examen. Ceux-ci sont encadrés par des enseignants volontaires et fortement investis pour leur réussite.

La pédagogie y est différenciée, tant dans le domaine professionnel que dans les domaines généraux.
Les élèves bénéficient de 16 heures de cours par semaine, alliant sport, prévention santé environnement (P.S.E.), français et maths ; ils évoluent ainsi dans des conditions favorables, outils à la main dans l’atelier, pour répéter leurs tâches de "service rapide" : frein, distribution, vidange...
Avec huit semaines de formation en entreprise, ces jeunes bénéficient pleinement d’une immersion dans la réalité du secteur professionnel concerné.

Le recteur a donné rendez-vous au proviseur Claude Mercier, à son équipe et aux jeunes pour la remise des diplômes en juin prochain.

Dispositifs de prévention du décrochage scolaire

Encourager la "persévérance scolaire" avec le CAP 8 mois du lycée Fertet Deux dispositifs majeurs de prévention du décrochage scolaire sont mis en œuvre d’une part au sein des établissements scolaires, les groupes de prévention du décrochage scolaire (G.P.D.S.), et d’autre part au sein des bassins de formation, les comités locaux d’aide à l’insertion (C.L.A.I.N.).

Ils œuvrent fortement dans une dimension partenariale au repérage et à la prise en charge des jeunes décrocheurs. Ils affirment une volonté d’apporter une solution en termes d’accès à un parcours de formation diplômant ou qualifiant, en s’attachant à une approche de tout jeune dans sa globalité.

Dans l’optique d’accroitre les actions de l’éducation nationale en matière de "raccrochage" à destination des jeunes décrocheurs sortis sans diplômes, les réseaux F.O.Q.U.A.L.E. (Formation qualification emploi) sont mis en œuvre au sein de chaque bassin.

Quelques chiffres

En Haute-Saône, selon Pôle Emploi, les difficultés de recrutement en 2013 concernent près de 60 % des emplois de mécaniciens et électroniciens des véhicules, avec des projets de recrutement à hauteur de 50 emplois dans le département. Cette formation s’inscrit donc en cohérence avec les besoins de main d’œuvre estimés dans ce secteur.
L’obtention d’un diplôme reste une garantie face au chômage, notamment lors de périodes de tension économique.

L’académie compte 5 000 décrocheurs. "L’objectif fixé par le ministère était d’intégrer 315 jeunes dans le dispositif Foquale", indique le recteur Éric Martin. "Nous en sommes aujourd’hui à près de 350 qui ont réintégré une formation" auxquels s’ajoutent les jeunes qui sont dans un parcours d’insertion.
En Franche-Comté, précise-t-il également, le taux de chômage des jeunes sans qualification ni diplôme atteint 36 %.
Le travail d’état des lieux, mené conjointement entre l’académie de Besançon et l’I.N.S.E.E. et publié en juin 2011, concernant les jeunes diplômés en Franche-Comté et le devenir des élèves de la voie professionnelle, révèle que trois Francs-Comtois sur dix n’ont pas de diplôme professionnel.

En 2013, au plan national, 23 000 jeunes ont bénéficié d’une solution, 20 000 ont repris une formation diplômante dans un établissement scolaire et 3 000 ont effectué une mission de service civique.
À ces 20 000 jeunes, il convient d’ajouter 11 000 jeunes décrocheurs qui ont bénéficié d’un parcours de retour en formation dans le cadre de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire.

Contacts

Laurent Guillemin, chargé de mission - coordonnateur académique Mission de lutte contre le décrochage scolaire (M.L.D.S.), référent académique F.O.Q.U.A.L.E.

Laurence Prost, référente décrochage

Claude Mercier, proviseur

Lycée des métiers de l’automobile et du transport Henri Fertet - Gray

 
lundi 27 janvier 2014

Les projets "Sciences en tous genres 2014"

L’opération "les sciences en tous genres" est organisée du 27 au 31 janvier 2014 avec la présence d’expositions au lycée des Haberges à Vesoul, aux lycées de Luxeuil, au lycée Fertet de Gray et au lycée Aragon à Héricourt

L’action intitulée ainsi est proposée depuis plusieurs années en Haute-Saône. Elle résulte d’un partenariat entre l’inspecteur d’académie, directeur académique des services départementaux de l’éducation nationale et la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations.

L’objectif de cette semaine "Sciences en tous genres" est de permettre aux jeunes filles et garçons de dépasser les stéréotypes sexués sur les métiers et de travailler les choix d’orientation professionnelle pour développer la mixité dans les métiers et contribuer à l’égalité professionnelle. Elle mobilise les proviseurs des lycées qui accueillent des expositions et organisent des manifestations avec les collèges de leur secteur.

L’opération se traduit par la présence de plusieurs expositions dont "Physique de Femmes" mise à disposition par le centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.) au lycée des Haberges, des visites d’entreprises par les lycéens, des théâtre-forum sur l’orientation, et une visite de l’entreprise Imasonic de Voray-sur-l’Ognon, par le préfet, l’inspecteur d’académie, directeur académique des services départementaux de l’éducation nationale, et les proviseurs.
Sciences en tous genres - programme

 
mercredi 18 décembre 2013

George Pau-Langevin visite des écoles du Pays d’Héricourt

La ministre déléguée à la réussite éducative s’est rendu dans le pays d’Héricourt pour rencontrer des équipes, des partenaires et des élus dans le contexte de la mise en place des nouveaux rythmes, du développement des T.I.C.E. et de l’action culturelle

Lundi 9 décembre 2013, la ministre déléguée George Pau-Langevin a été accueillie dans le Pays d’Héricourt par le préfet Arnaud Cochet, le député maire d’Héricourt Jean-Michel Villaumé, le directeur académique de la Haute-Saône Éric Fardet, ainsi qu’Élisabeth David, inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription de Lure, en présence de nombreux élus locaux, partenaires ou cadres de l’académie de Besançon.

George Pau-Langevin visite des écoles du Pays d'Héricourt La visite a commencé en milieu de matinée au pôle périscolaire rural de Châlonvillars. Un échange fructueux s’y est déroulé avec les représentants des parents d’élèves, les enseignants et les maires des communes sur la mise en œuvre des rythmes scolaires. En effet, les élus de la communauté de commune du pays d’Héricourt (C.C.P.H.), emmenés par son président Fernand Burkhalter, ont souhaité mettre en place les rythmes scolaires dès l’année 2013. La mise en place de la réforme a suscité quelques oppositions qui peuvent encore conduire à des ajustements.
En fin de matinée, la ministre déléguée a rencontré les enfants présents avec leurs animateurs. Puis elle a rejoint Héricourt, chef-lieu située à une dizaine de kilomètres. La petite ville compte environ 10 000 habitants, mais elle est engagée dans la dynamique du Syndicat mixte de l’Aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt-Delle (S.M.A.U.) qui rassemble 199 communes et plus de 300 000 habitants autour d’un projet commun de développement.
À Héricourt, George Pau-Langevin a visité le pôle périscolaire "Cadet Roussel" et y a rencontré le personnel et les enfants lors de leur déjeuner.

George Pau-Langevin visite des écoles du Pays d'Héricourt Le début d’après-midi a été consacré à la visite du groupe scolaire élémentaire Gustave Poirey. Il s’agit d’une école de cinq classes. Le directeur Denis Bringard, est très investi dans son école dont le fonctionnement est bien rôdé. Les enseignants sont également attachés à cette structure. Les échanges avec les enseignants et les élèves ont porté sur une démonstration d’applications de l’espace numérique de travail (E.N.T.). La démonstration s’est déroulée dans la classe de M. Rettenbach, enseignant passionné par son métier qui entretient avec ses élèves un climat très positif aux apprentissages, en présence de l’animateur informatique Jocelyn Bresson.
Il faut préciser que La Haute-Saône est très en avance dans l’académie pour le déploiement d’un E.N.T. premier degré. Nous sommes des précurseurs sur ces nouveaux usages du numériques à des fins pédagogiques.
L’E.N.T. continue à gagner du terrain : actuellement 73 classes utilisent Iconito école numérique la solution E.N.T. départementale premier degré. Par ailleurs, 170 équipements interactifs sont déjà installés des les salles de classe dont 100 vidéo-projecteurs interactifs (V.P.I.).

Cette journée bien remplie, s’est terminé par une visite à l’école de musique avec la présentation de l’opération "École qui chante" qui est un pilier de l’action culturelle dans le département de la Haute-Saône depuis environ 25 ans. Le travail conduit cette année à Héricourt est un projet de sensibilisation aux valeurs républicaines par la chanson. Ce projet fait partie de l’opération départementale "Mémoires" qui permet à l’éducation nationale de travailler en partenariat étroit avec les acteurs du territoire. Il bénéficie également du label "mission du centenaire 1914-2014".

 
mercredi 4 décembre 2013

Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul

Inscriptions jusqu’au 10 décembre 2013 pour participer à la vingtième édition qui se déroulera du 11 au 18 février 2014

Festival international des cinémas d'Asie de VesoulLe Festival international des cinémas d’Asie a pour objectif de faire découvrir et de promouvoir toutes les cinématographies du continent asiatique, d’aider au dialogue entre les cultures et de favoriser la découverte de l’autre par le biais du cinéma.

Programmes des séances scolaires

Les séances sont proposées dans six villes de Haute-Saône : Vesoul, Lure, Luxeuil, Gray, Saint-Loup-sur-Semouse et Dampierre-sur-Salon.

Le tarif est de 2,30 euros par élève, avec gratuité pour les accompagnateurs.
Canards en papier
Serko
Yona

Contact

Festival international des cinémas d’Asie
25 rue du docteur Doillon
70 000 Vesoul
Tél : 03 84 76 55 82
Courriel
Site

 
mardi 26 novembre 2013

Collège au cinéma en Haute-Saône

Le dispositif Collège au cinéma en Haute-Saône lance sa newsletter !

Cette lettre d’information vous permettra de suivre au fil des mois l’actualité du dispositif. Elle valorisera également des actions et des événements départementaux en lien avec l’éducation à l’image, à l’audiovisuel et au cinéma.
N’hésitez pas à nous transmettre des informations sur vos projets. Nous pourrons les diffuser dans le prochain numéro.
Courriel
Lettre d’information n°1 - Novembre 2013
Tout savoir sur le dispositif


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon