R

Accueil > Académie > Actualités > En établissements > L’identité professionnelle du maître d’hôtel du XXIe siècle

Rubrique En établissements

mercredi 18 décembre 2013

L’identité professionnelle du maître d’hôtel du XXIe siècle

Invité par Armelle Claudet, proviseur du lycée des métiers Hyacinthe Friant, Joël Garnier, professeur de philosophie, s’est exprimé devant les étudiants de B.T.S. 2e année dans le cadre de la préparation à la 6e édition du concours Plaza Athénée

Concours Plaza Athénée

Ce concours annuel, initié en 2009 par Denis Courtiade, directeur de salle du restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée à Paris, élu meilleur maître d’hôtel du monde en 2011 et président de l’association "Ô service - des talents de demain" et Corinne Hacquemand, enseignante maître d’hôtel, propose de réfléchir à la thématique du "maître d’hôtel de demain".

Les étudiants et apprentis en B.T.S. hôtellerie restauration option génie culinaire et arts de la table (une quarantaine d’élèves) participent au concours, dans l’espoir de gagner un déjeuner pour deux personnes au célèbre restaurant "Alain Ducasse au Plaza Athénée" (3 macarons au guide Michelin). La prochaine remise des prix aura lieu début mars 2014.

L’identité professionnelle

Devant une trentaine d’étudiants attentifs et curieux de la suite, le philosophe explique que l’identité professionnelle est une composante majeure de ce que l’on est. Il suffit de constater la difficulté que représente le passage à la retraite pour certaines personnes pour s’en convaincre.

L'identité professionnelle du maître d'hôtel du XXIe siècleL’étude des comportements selon les professions et catégories socioprofessionnelles (P.C.S.) suppose que la manière dont les individus agissent ne dépend pas de ce qu’ils sont, mais bel et bien de leur profession. Par le biais des panels représentatifs, une fois donnée la P.C.S., on connaît avec une étonnante précision les comportements prévisibles des individus d’une société (nombre d’enfants, loisirs...).

Le philosophe ajoute que si un individu décide d’adopter un comportement trop différent de ce qu’on attend de lui dans son contexte professionnel, il devra en "payer le prix" : il sera rejeté, stigmatisé par ce groupe. Pour être intégré dans un groupe, y compris dans un groupe professionnel, il faut se conduire selon les comportements attendus dans ce groupe.

S’appuyant sur les travaux de Pierre Bourdieu, auteur marquant de la sociologie, Joël Garnier a expliqué aux étudiants de B.T.S. qu’il existe une grille de lecture des individus selon leur profession en les classant en fonction de trois critères :
- le capital économique de la personne (patrimoine)
- le capital culturel (objets culturels possédés, lieux culturels fréquentés, niveau de diplôme...)
- le capital social (réseaux sociaux de l’individu).
Ces trois indicateurs génèrent des habitus différents selon les professions et catégories socioprofessionnelles (P.C.S.).

Devant les nombreuses questions des étudiants suscitées par ce discours, Joël Garnier a insisté sur le fait que cet habitus devient une matrice qui déterminera nos choix et nos comportements futurs, y compris, et c’est important, en dehors de notre profession, car l’individu se servira alors de cette structure apportée par son identité professionnelle pour "lire" le monde, pour juger.

Suite à ces éclaircissements philosophiques et sociologiques, les étudiants de B.T.S. hôtellerie restauration sont repartis avec des pistes intéressantes de recherche, Joël Garnier restant disponible pour répondre à leurs éventuelles questions futures. Charge à eux à présent de tenter de définir les composantes de cette identité professionnelle du maître d’hôtel de demain qu’ils incarneront.

Lycée polyvalent Hyacinthe Friant - Poligny

 
mercredi 11 décembre 2013

De Schoelcher à Lincoln : des élèves de Champagney en voyage d’étude aux États-Unis

C’est en s’appuyant sur leur histoire locale que 24 élèves du collège Schoelcher ont vécu de nombreuses situations authentiques d’apprentissage au cours d’un séjour qu’ils viennent de vivre à New-York, Charlottesville en Virginie et Washington D.C.

Le point de départ du projet se trouve dans le vœu que les habitants de Champagney ont écrit dans leur cahier de doléances en mars 1789 quand ils demandaient au Roi d’abolir l’esclavage. Cet écrit original et unique en France est un sujet d’étude permanent de nombreux élèves du secteur de recrutement du collège. Et au collège, l’idée de l’esclavage, de ses abolitions prend un sens tout particulier. Il constitue la base de très nombreuses activités qui viennent illustrer les valeurs de l’École de la République, et notamment le respect des identités.

Ce projet ambitieux consiste donc à vérifier pour des héritiers des abolitionnistes, comment et pourquoi l’esclavage s’est développé entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique.

De Schoelcher à Lincoln : des élèves de Champagney en voyage d'étude aux États-UnisVisiter New-York, Manhattan, Brooklin, le mémorial du général Grant - l’un des principaux acteurs de la Guerre de Sécession et le 18e président des États-Unis-, l’African burial ground national monument, entre autres découvertes, a permis aux élèves de se constituer de solides repères dans les apprentissages.

L’étape de Philadelphie, ville de la déclaration d’indépendance et de la constitution a aidé à comprendre l’origine de l’organisation actuelle de l’Union et les événements qui ont souvent marqués les relations entre l’Europe et le nouveau monde.
Puis Washington et la visite des mémoriaux des présidents Lincoln et Jefferson et enfin la photo devant la Maison Blanche qui restera un grand souvenir. L’accueil à l’ambassade de France par Monsieur Duthion, attaché culturel, aura permis de lui remettre un fac-similé du vœu de 1789 et d’inscrire ainsi une étape nouvelle sur la route des abolitions.

Mais le projet poursuit également un autre but. Un partenariat est établi avec Buford Middle School à Charlottesville en Virginie, ville partenaire de Besançon. Des moments de travail communs en français et en anglais ont permis de partager des connaissances sur le thème de l’esclavage, des discriminations anciennes et actuelles. Les élèves, hébergés dans les familles ont pu ainsi comparer les systèmes scolaires, les rythmes éducatifs, s’imprégner des modes de vie et visiter des hauts lieux de l’histoire américaine : le château de Monticello, résidence de Jefferson et l’université de Virginie.

Ce voyage a eu un retentissement médiatique important par l’utilisation des technologies modernes de communication : un fil twitter rassemblant plus de 120 participants, des reportages dans les radios et journaux locaux.

De plus, une équipe de cinéma, Akwaaba Productions, en s’appuyant sur le projet, se charge de montrer comment l’esclavage et ses abolitions sont enseignés en France, aux États-Unis mais aussi en Afrique.

Ce projet vient concrétiser la convention signée par le recteur et son homologue américaine en 2011 a été retenu dans un appel à projet initié par l’ambassade des États-Unis en France.

Son montage financier a été l’occasion de tisser des liens avec les collectivités locales et le tissu économique local. Une restitution sera organisée en janvier en direction des élèves et des personnels du collège, des partenaires financiers et des personnalités institutionnelles.

Un partenariat appelé à se développer, puisque les jeunes américains seront accueillis à Champagney au printemps 2014 et que déjà d’autres projets associant d’autres disciplines sont en gestation.

L’École de la République prend ainsi tout son sens, en développant des valeurs humanistes, elle lutte contre la fatalité, créé l’ambition et renforce l’estime de soi.

Collège Victor Schoelcher - Champagney

 
mercredi 18 septembre 2013

Lancement du Prix Goncourt des lycéens au lycée Armand Peugeot

Vendredi 13 septembre 2013, au lycée Armand Peugeot de Valentigney, a eu lieu la cérémonie de lancement du Prix Goncourt des lycéens

Cette année, une classe de terminale du lycée a été sélectionnée pour participer au jury du Prix Goncourt des lycéens pour y représenter l’académie de Besançon.

Lancement du Prix Goncourt des lycéens au lycée Armand PeugeotLancé en 1988 dans une dizaine de lycées bretons, le Prix Goncourt des lycéens, maintenant national, est organisé par la Fnac et le ministère de l’éducation nationale, coordonné par l’association Le Bruit de Lire, en coopération avec l’Académie Goncourt, pour donner aux jeunes l’envie de la lecture, le goût de l’écriture et du partage des idées.

Durant les deux mois que va durer l’opération, les élèves des classes sélectionnées - une cinquantaine dans toute la France - devront lire les 14 romans sélectionnés par l’Académie Goncourt. Un vrai marathon de lecture !

La sélection 2013

- "Le divan de Staline" de Jean-Daniel Baltassat (éditions Seuil)
- "La claire fontaine" de David Bosc (éditions Verdier)
- "Le quatrième mur" de Sorj Chalandon (éditions Grasset)
- "Il faut beaucoup aimer les hommes" de Marie Darrieussecq (éditions POL)
- "La première pierre" de Pierre Jourde (éditions Gallimard)
- "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaître (éditions Albin Michel)
- "Naissance" de Yann Moix (éditions Grasset)
- "Palladium" de Boris Razon (éditions Stock)
- "Les Evaporés" de Thomas B. Reverdy (éditions Flammarion)
- "Le cas Eduard Einstein" de Laurent Seksik (éditions Flammarion)
- "L’échange des princesses" de Chantal Thomas (éditions Seuil)
- "Nue" de Jean-Philippe Toussaint (éditions de Minuit)
- "L’invention de nos vies" de Karine Tuil (éditions Grasset)
- "Arden" de Frédéric Verger (éditions Gallimard)
- La sélection comporte tous les ouvrages retenus par l’Académie, à l’exception de "Petites scènes capitales" de Sylvie Germain (éditions Albin Michel). En effet, la romancière a déjà été couronnée du Prix Goncourt des Lycéens en 2005.
Les élèves auront l’occasion de rencontrer des auteurs de la sélection, de débattre avec leurs camarades et des membres du personnel du lycée à propos de leurs lectures, et de rencontrer d’autres lycéens qui participent à l’opération.

À l’issue de l’étude des livres, les élèves éliront un délégué qui défendra les trois ouvrages retenus par la classe, lors des délibérations régionales. Chaque région choisira ses deux représentants et son tiercé de livres gagnants. La finale se tiendra ensuite à Rennes, le 12 novembre, à l’issue de laquelle le Prix Goncourt des lycéens sera proclamé.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’élèves, parents et personnels du lycée Armand Peugeot se lancent dans l’aventure du prestigieux prix littéraire.

Lycée Armand Peugeot - Valentigney


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon