R

Accueil > DSDEN > Actualités > Le directeur académique visite le pôle éducatif d’Authoison

Rubrique Actualités

mercredi 19 juin 2013

Le directeur académique visite le pôle éducatif d’Authoison

Lundi 10 juin, le directeur académique Éric Fardet a rendu visite au pôle éducatif d’Authoison, à la rencontre des élèves, de l’équipe éducative et des élus locaux

En cette fin d’année scolaire, les visites de terrain du directeur académique se poursuivent. Elles permettent de mieux connaître, dans chaque circonscription, les structures éducatives d’un secteur, au plus près des dynamiques locales et académiques.
Dans la circonscription de Vesoul-Sud, le village d’Authoison possède une situation et des atouts particuliers, en relation avec la proximité de Rioz, chef-lieu du canton voisin, devenu une « grande banlieue de Besançon ».

Authoison ou l’essor moderne d’une zone rurale

Le directeur académique visite le pôle éducatif d'Authoison articleComme dans le reste du canton de Montbozon et une grande partie de la Haute-Saône, les paysages et les activités traditionnelles d’Authoison et environs sont en rapport avec la forêt, la polyculture-élevage et l’artisanat. Toutefois, cette commune agricole et forestière bénéficie depuis plusieurs années d’une nouvelle dynamique en lien avec sa situation privilégiée à 3 km de la RN 57 qui relie Vesoul (17 Km) à Besançon (39 Km).
Il y a une dizaine d’années, les petites écoles rurales de ce secteur - Authoison, Pennesières et Quenoche - vivaient encore au sein d’un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) qui desservait les hameaux et petits villages des environs. Le développement du chef lieu de canton le plus proche – Rioz – dont la population est passée de 883 habitants en 1990 à plus de 2000 personnes aujourd’hui, a bénéficié également à l’ensemble des communes périphériques, où les terrains sont moins chers qu’au bourg ou qu’en ville. Pour accompagner cette évolution démographique de la façon la plus positive possible, les élus locaux, soutenus par le Conseil général et l’Etat, ont unis leurs efforts dans les années 2004-2006 pour créer un pôle éducatif. Celui-ci est dirigé par Emmanuel Joly et compte actuellement 7 classes. La structure comporte un service périscolaire, ouvert de 7h00 à 18h30. Il accueille une quinzaine d’enfants le matin, 60 à midi et une dizaine les mercredis. Les relations avec l’école sont excellentes. Eric Fardet souhaite qu’elles puissent évoluer vers une toujours plus grande reconnaissance mutuelle : les compétences visées par le socle* ne sont pas exclusivement acquises dans le cadre scolaire. Certaines devraient pourvoir être repérées dans un cadre élargi, en relation avec des personnels péri- ou extra- scolaires qualifiés.

Atouts et perspectives au pôle éducatif

Le directeur académique visite le pôle éducatif d'Authoison articleDans des locaux modernes, dotés d’un matériel de qualité, la structure a permis à une équipe qualifiée et expérimentée de se fixer durablement, facilitant du même coup la conduite d’un projet d’école ambitieux. Axé sur les apprentissages fondamentaux, ce dernier s’appuie notamment sur la transmission et la pratique des arts et de la culture, particulièrement, la danse, le cinéma, les arts visuels et la littérature. Le directeur académique a particulièrement apprécié les présentations qui lui ont été proposées dans ces domaines.
La fin d’après-midi a donné lieu à un temps d’échanges entre les participants**. Ce dernier a porté principalement sur la mise en place des nouveaux rythmes scolaires qui se fera à la rentrée 2014, dans le contexte particulier de la refonte des communautés de communes. En effet, celle de Montbozon fusionne avec celle du Chanois (Vellefaux et environs). Or, le pôle d’Authoison dessert à la fois la nouvelle entité (où elle se situe géographiquement), qui devrait prendre la compétence scolaire, et des villages de la communauté de commune du pays riolais. La C.C. de Rioz est déjà très investie dans le fonctionnement du périscolaire et propose d’assurer une continuité du service rendu, avec les adaptations qui devront probablement voir le jour.

Le directeur académique remercie tous les participants pour la qualité de leur engagement dans le bon fonctionnement de cette école. Il invite l’équipe et les élus à concevoir le projet de nouveaux rythmes dès après la rentrée 2013, en conjuguant au mieux les moyens de l’Etat et ceux des collectivités, au service des enfants et de l’intérêt général.

* Socle commun de connaissances et de compétence (S3C), à acquérir au cours de la scolarité obligatoire (niveau 3ème de collège).

**Le directeur académique Eric Fardet était entouré de :
- Frédéric Tarrapey, maire d’Authoison, vice président du syndicat scolaire,
- Yves Galland, maire de Quenoche, président du syndicat scolaire,
- Michel Tournier, vice président de la communauté de communes du pays riolais,
- Sophie Cuisance, directrice du service périscolaire,
- Paul Longet, DDEN
- Jacques Aubry, inspecteur de l’éducation nationale (IEN) adjoint au DASEN,
- Éric Oudot, IEN de la circonscription de Vesoul-Sud et ses deux conseillers pédagogiques Didier Caille et Fabienne Neiss,
- Emmanuel Joly, directeur du pôle éducatif.

Blog de l’école d’Authoison 

 
mercredi 19 juin 2013

Championnats de France U.N.S.S. d’ultimate collèges 2013

Pendant trois jours, du 5 au 7 juin 2013, le stade René Hologne de Vesoul (70000) a accueilli ce qui se fait de mieux en France dans le domaine de la pratique de l’ultimate chez les collégiens

Championnats de France U.N.S.S. d'ultimate collèges 2013Dans le cadre des activités de l’U.N.S.S., l’union nationale du sport scolaire, qui accompagne les établissements secondaires dans les pratiques d’E.P.S., douze équipes venues de la France entière mais principalement de l’Ouest, de la région parisienne et de la Franche- Comté se sont retrouvées à Vesoul pour le championnat de France d’ultimate ; elles ont donné une superbe image de leur sport : un sport placé sous le signe du fair-play et de la mixité, sans arbitre, où les équipes doivent se mettre d’accord lorsqu’une faute est signalée. Cette image très positive est combinée à la dextérité des joueuses et des joueurs dont certains font partie des équipes jeunes nationales. Le spectacle de l’activité a enchanté le public présent.

Au final, ce sont les jeunes du collège Pierre de Ronsard de Mer pour l’académie d’Orléans-Tours qui deviennent champions de France 2013 devant deux équipes francs-comtoises, du collège Jean-Jacques Rousseau de Voujeaucourt et du collège Jean-Paul Guyot de Mandeure. À signaler : la 12ème place des compétiteurs locaux du collège du Marteroy de Vesoul qui ont progressé tout au long du tournoi.

La finale s’est jouée le vendredi 7 juin et les prix ont été remis en présence de, et avec :
- le directeur académique Éric Fardet, accompagné de Caroline Veltcheff venue du ministère de l’Éducation nationale où elle suit le dossier de la lutte contre les violences en milieu scolaire,
- le député-maire de Vesoul Alain Chrétien,
- le vice-président du Conseil général Gérard Pelleteret,
Ainsi que de nombreuses autres personnalités locales.

Au nom de toute l’équipe organisatrice de cet événement, Dominique Bouvet, directeur de l’U.N.S.S. en Haute-Saône, remercie tout les partenaires présents ou non, qui ont permis la belle réussite de cette rencontre sportive.

Contact 

 
mercredi 19 juin 2013

Le directeur académique visite la vallée de Faucogney

Jeudi 6 juin, le directeur académique Éric Fardet a rendu visite aux trois écoles primaires de la haute vallée du Breuchin, à la rencontre des élèves, des enseignants et des élus locaux

Après avoir visité plusieurs secteurs ruraux des circonscriptions de Vesoul-Nord et de Gray, le directeur académique poursuit sa découverte du terrain départemental en se rendant dans les Vosges saônoises. En effet, le territoire de la Haute-Saône est constitué d’entités multiples aux réalités diversifiées qu’il a à cœur de connaître et de pouvoir prendre en compte pour y décliner la politique éducative. Ce secteur de la Haute-Saône est formé par la retombée méridionale du massif vosgien structurée par les trois vallées glaciaires du Rahin (Planchers-les-Mines, Ronchamp), de l’Ognon (Servance, Melisey) et du Breuchin (Faucogney, Froideconche). Celles-ci, relativement enclavées, font néanmoins l’objet de dynamiques particulières, notamment au sein du Parc naturel régional des Ballons des Vosges (P.N.R.B.V.).

Quelques points remarquables sur le site de Faucogney

Le directeur académique visite la vallée de FaucogneyarticleÀ Faucogney (70310), le collège de 164 élèves qui scolarise tous les jeunes adolescents de la vallée a récemment été rénové. Il se situe face à l’école élémentaire, elle-même proche des bâtiments de la maternelle. Ces derniers ont eux aussi bénéficié de rénovations et d’agrandissements récents. Par leur proximité et leur échelle humaine, les structures scolaires de Faucogney se prêtent donc aux rapprochements pédagogiques école-collège.
De plus, la municipalité, l’équipe éducative et l’Éducation nationale se sont entendues pour mettre en place dans cette école, au cours des dernières années, un équipement informatique d’un bon niveau. Sous l’impulsion d’Hervé Paris, professeur animateur informatique de la circonscription de Luxeuil-les-Bains, le groupe de visiteurs a ainsi bénéficié d’une démonstration concrète des intérêts pédagogiques offerts par ce matériel, avec par exemple les possibilités d’exploitation de « murs virtuels ». A la veille, des prochaines célébrations du centenaire de la première guerre mondiale, Éric Fardet s’est aussi particulièrement intéressé au travail réalisé l’année dernière par la classe de CM d’Hélène Boffy. En effet, le groupe a participé au concours national des Petits artistes de la mémoire (PAM 2012) proposé par l’office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) et a été récompensée du 3ème prix. Enfin, s’appuyant sur son tissu associatif dynamique et diversifié, l’école de Faucogney, dirigée par Yves Fouillot, et la municipalité s’engageront dans la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires dès la rentrée 2013.

Visite du RPI La Longine/Corravillers

Le directeur académique visite la vallée de FaucogneyarticleSitué à l’amont de la vallée, tout proche du département des Vosges (académie de Nancy-Metz), le regroupement pédagogique intercommunal La Longine/Corravillers dessert, en plus, trois autres communes limitrophes de moyenne montagne : La Rosière, Beulotte-Saint-Laurent et La Montagne. Au service d’une population à la démographie fragile, le RPI ne comporte plus qu’une classe dans chacun des deux sites. Les locaux ont été régulièrement améliorés par les communes. Une restauration scolaire est proposée au village de La longine, dans un bâtiment confortable et récent.

Des hypothèses sur l’évolution possible de la scolarisation

Dans la salle communale de La Longine, la fin d’après-midi a réuni les élus locaux et les cadres de l’Éducation nationale. Une réflexion prospective a été conduite collectivement concernant les possibilités d’évolution du RPI qui pourrait être menacé à terme par la faiblesse de ses effectifs. Le directeur académique a remercié tous ses interlocuteurs, élus et enseignants, pour l’intérêt et la qualité des échanges portant sur cette importante question de développement durable d’un secteur scolaire, développement qui doit prendre en compte les aspects pédagogiques, socio-culturels, économiques et environnementaux.

 
mercredi 12 juin 2013

De Coloribus 2013

Blanc comme la neige, bleu comme le ciel, rouge comme une tomate, jaune comme un citron, noir comme la nuit…L’exposition annuelle du dispositif De Coloribus a ouvert ses portes aux Archives départementales.

Concept et contenu du projet

De Coloribus 2013 {PNG} De Coloribus est un dispositif imaginé et coordonné par la professeure des écoles conseillère pédagogique Arts visuels (C.P.A.V.) de la Haute-Saône Marie-Hélène D’Antona. Les classes participantes sont destinataires d’une image par mois accompagnée de pistes pédagogiques, des sollicitations graphiques mensuelles, cinq dossiers bimestriels et un corpus d’albums de littérature de jeunesse. Participer à ce projet permet de faire du lien entre arts visuels, histoire des arts, maîtrise de la langue et de mettre en place le carnet de croquis dans les classes du premier degré. Seize classes étaient inscrites en 2012–13, pour la deuxième édition de ce dispositif qui se décline en trois versions : cycles 1, 2 et 3.

Paroles d’enseignantes participantes

Laurence Vermot-Desroches - Grandes sections - C.P. à Montbozon

"Pour les élèves, le projet a été très enrichissant car :
- Il leur a permis d’avoir des pratiques artistiques quotidiennes à travers l’utilisation du carnet de croquis, mais aussi des pratiques hebdomadaires sous la forme d’une séance spécifique permettant des réalisations individuelles ou collectives. Ils ont utilisé des techniques traditionnelles et contemporaines, des procédures diverses, des instruments et des supports variés.
- Il leur a apporté un vocabulaire précis qui leur a permis d’exprimer leurs sensations, leurs émotions, leurs préférences, leurs goûts.
- Il les a mis en contact avec des œuvres qu’ils ont été amenés à observer, décrire, comparer, écouter.
Ce projet a été fédérateur pour la classe tout au long de l’année. Les enfants, les parents et l’enseignante ont vécu "une ballade culturelle" à travers les couleurs proposées. Pour chaque couleur évoquée, les enfants et les parents ont su s’impliquer dans la recherche de matériaux afin de réaliser des œuvres plastiques en classe. À chaque fin de période, nous étions dans l’attente de connaître la suite !"

Jocelyne David - C.P. à Quincey

"Les élèves ont adoré tout ce qu’on a fait, on s’est amusé à lister tous les outils et matériaux utilisés : ils se sont rendus compte qu’on avait utilisé vraiment beaucoup de matériel !
Du simple crayon de papier en passant par la pomme de terre et le fusain !
Certains ont bien apprécié particulièrement les moments où l’on découvrait les diaporamas et donc la couleur de la période concernée. Une élève m’a dit qu’elle aimait bien pouvoir faire ce qu’elle voulait avec la couleur et les matériaux proposés, que ça faisait travailler son imagination. Quant à moi, que du bonheur ! Cette façon de travailler me convient tout à fait car elle nous donne un fil conducteur tout en nous laissant libres pour les activités à proposer. C’est primordial car on n’a pas tous le même ressenti ni les mêmes conditions matérielles pour traiter le thème. Mais tout en nous obligeant à réfléchir sur certains thèmes qu’on n’aurait pas forcément choisis. Par exemple, je ne voyais pas du tout ce qu’on pouvait faire avec du noir et j’ai découvert des œuvres, des albums, des techniques qui m’ont emballée !"

Sylvie Picot - C.E.2/C.M.1 à Quincey

"Après avoir écouté les enfants sur ce qu’ils retiennent du projet De Coloribus, je leur ai demandé de lister les outils utilisés ainsi que les verbes qui décrivent les actions réalisées. J’ai été agréablement surprise de tous les verbes utilisés. Les gamins ont adoré et ont finalement compris, pour la plupart, le sens de cette démarche. Ils disent qu’ils ont appris plein de choses sur les couleurs. Les différentes nuances de bleu par exemple, ou encore les couleurs préférées, celles qui le sont moins. Ils ont gardé en mémoire pas mal d’œuvres découvertes sur les diaporamas et ce qui est génial aussi, c’est que nombreux sont ceux qui ont refait chez eux les travaux réalisés en classe !"

Stéphanie Salgado - C.M.1/C.M.2 à Polaincourt

"Les élèves ont appris que l’on pouvait obtenir un objet artistique avec une seule couleur et surtout avec divers matériaux comme les petits cailloux, cette activités leur a d’ailleurs beaucoup plu, le mot "landart" a été retenu par certains. Ils ont appris à observer : au départ, les œuvres étaient décrites de manière grossière et au fil de l’année ils remarquaient les détails. Ils ont appris que l’on pouvait obtenir une palette de chaque couleur ce qui n’était pas évident au départ, les mélanges ont été ainsi revus. Ils ont également travaillé en groupe pour créer une œuvre collective et ont été surpris par certaines propositions (les chaises, le smiley ou la barbe à papa...)"

Frédérique Brosse et ses élèves – Maternelle de Quincey

"- c’était bien !
- on a décoré plein de choses
- on a beaucoup travaillé !
- on a fait plein de choses avec la neige cet hiver : on a fabriqué des châteaux, des mains de glace (à partir de gants chirurgicaux remplis d’eau), des formes de glaçons très rigolotes avec des récipients, des traces de pas dans la neige, on a écrit nos prénoms dans la neige avec des bâtons. Cet hiver, la nature était déguisée en blanc.
- on a fabriqué des formes géométriques
- on a fait des découpages, des collages, de la peinture, de la pâte à sel, du graphisme même sur du savon.
Pour ma part, expérience très enrichissante. Ce genre de projet se prête complètement à nos activités de maternelle, il s’inscrit parfaitement dans nos objectifs pédagogiques. Le fait de travailler un certain temps sur une seule et même couleur nous oblige à penser différemment les volumes et sortir de l’à-plat. Les enfants ont beaucoup d’imagination et, à plusieurs reprises, ont réinvesti certaines de nos activités chez eux à la maison."

L’exposition se tient aux Archives départementales de la Haute-Saône, 14b rue Miroudot-Saint-Ferjeux à Vesoul, jusqu’au 31 juillet 2013.
Contact pour visites guidées

Coordination éducation nationale

Marie-Hélène D’Antona, conseillère pédagogique Arts visuels (C.P.A.V.).
Courriel


Galerie

De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013 De Coloribus 2013

 
mardi 4 juin 2013

Agenda culturel : une première !

La direction des services départementaux de l’éducation nationale (D.S.D.E.N. 70) publie son agenda culturel 2013.

Pour la première fois dans notre région – et une des premières fois en France - l’éducation nationale a réalisé un agenda départemental de l’éducation artistique et culturelle. Le document peut être consulté ou téléchargé sur le site de la D.S.D.E.N.

Agenda culturel : une première !Cet agenda culturel numérique propose au lecteur, enseignant ou parent d’élève, artiste ou professionnel de l’animation culturelle, élu d’une collectivité, amateur occasionnel ou averti, une vision transversale de l’action culturelle de l’éducation nationale en Haute-Saône. Il voit le jour alors que vient de paraître la circulaire d’orientation et de préparation de la rentrée 2013. Or parmi les cinq priorités de la prochaine rentrée, le ministère de l’éducation nationale rappelle notamment la nécessité de développer l’éducation artistique et culturelle (E.A.C.) de l’école primaire au lycée.

En effet, l’éducation artistique et culturelle, en synergie avec les autres priorités assignées à l’École, contribue de façon essentielle à la construction de l’individu dans la société. L’E.A.C. permet notamment de transmettre et d’actualiser constamment les mémoires individuelles et collectives en constituant ainsi le fondement de l’humanité et de la civilisation.

L’Agenda 2013 de l’action culturelle de l’éducation nationale en Haute-Saône ne prétend en rien à l’exhaustivité. Chaque jour d’ailleurs, les médias locaux témoignent d’une activité culturelle d’une richesse et d’une diversité tout à fait remarquables autour de l’École. Le document réalisé cette année ambitionne néanmoins de témoigner de la diversité et de la qualité des travaux à connotation culturelle conduits dans les écoles et établissements, en lien avec de multiples partenaires.

L’agenda culturel numérique est constitué de trois grandes parties :
- une présentation des dispositifs et partenariats remarquables.
- un échantillon de projets culturels d’écoles et d’établissements conduits cette année.
- un calendrier des manifestations correspondantes, sur le 1er semestre 2013.

Le directeur académique Éric Fardet tient à remercier particulièrement chaque acteur de l’éducation artistique et culturelle, au premier rang desquels figurent les enseignants ainsi que les cadres et les partenaires, qui dans notre département à dominante rurale, ont à cœur de transmettre leur passion, leurs connaissances et leur sensibilité pour le plus grand bénéfice de nos élèves.

Vous pouvez retrouver l’Agenda culturel sur la page suivante ou en utilisant le mot-clé "Muses70" dans le moteur de recherche du site académique.

Agenda culturel - interview d’Éric Fardet D.A.S.E.N. 70 sur France Bleu Vesoul le 3 juin 2013

Agenda culturel - interview de Jean-Louis Dubois, chargé de communication, D.S.D.E.N., 70 France Bleu Vesoul

 
lundi 3 juin 2013

Concours national de la Résistance et de la Déportation (C.N.R.D.)

Le C.N.R.D. donne lieu à de nombreuses initiatives éducatives qui restent des temps forts inoubliables pour les élèves : intervention d’anciens résistants et déportés, visite de sites historiques ou encore du musée de la Résistance.

Concours national de la Résistance et de la Déportation (C.N.R.D.) 2012-2013Cette année, le thème du concours de la Résistance et de la déportation était "Communiquer pour résister 1940-1945". En Haute-Saône, des dossiers de travaux collectifs, eu égard à leur excellente qualité, ont été envoyés au ministère à Paris pour être soumis au jury national qui se réunira pendant l’été. Il s’agit d’un travail collectif lycée (mémoire papier de 2 élèves du lycée Édouard Belin de Vesoul) et d’un travail collectif collège (mémoire papier de 6 élèves du collège Jacques Brel de Vesoul). Le jury composé d’enseignants en activité ou en retraite et de membres d’associations patriotiques, a indiqué qu’il avait été difficile de départager les productions et a classé ex-æquo au premier rang les devoirs individuels lycée.

Participation

607 participants pour quatre lycées, trois lycées professionnels, quatorze collèges publics et privés.
234 copies ont été sélectionnées pour être soumises au jury départemental.

À l’issue du jury

- 89 élèves ont été primés, à la fois des copies individuelles et des travaux collectifs.
- pour les lycées, dix travaux collectifs ont été présentés (C.D. rom ou support papier).
- pour les classes de 3ème de collège, douze travaux ont été présentés (support papier) et trois en audio-visuel.
Le jury a apprécié l’excellente qualité d’ensemble des travaux individuels d’élèves qu’il a eu à noter et de plusieurs mémoires collectifs très bien documentés et présentés. À souligner : l’implication de professeurs qui, dans les établissements, assurent la formation des élèves dans le cadre de leur cours d’histoire, mais également dans celui de l’accompagnement éducatif, de club ou de l’accompagnement personnalisé.

Les fondamentaux du C.N.R.D.

Ce concours a pour effet de créer du lien entre :
- les plus jeunes et leurs aînés
- les différentes associations et institutions qui contribuent à sa mise en œuvre.

Le C.N.R.D. aide les enseignants à remplir leur mission relative au travail de mémoire. Il est une des composantes de la politique de mémoire développée par les ministères de la Défense et de l’éducation nationale. Ses finalités consistent à :
- transmettre des valeurs qui se rattachent aux droits de l’homme et aux principes de la démocratie.
- susciter un esprit de tolérance et une démarche de solidarité.
- acquérir une démarche d’historien.
- rapprocher les générations.

La remise des prix 2013

La remise des prix salle Parisot, à Vesoul, a été précédée du dépôt de gerbes aux monuments de la Résistance puis à celui de la déportation. Le directeur académique Éric Fardet a présidé la remise des prix en présence du directeur de cabinet de la préfecture Michel Robquin. Il a remercié tout particulièrement Colette Gaidry, coordonnatrice du Comité du concours et cheville ouvrière de son organisation, de même que les autorités, élus, professeurs, personnels de l’inspection académique, responsables des organismes et associations partenaires, bénévoles qui apportent leur soutien actif, ainsi que les élèves qui se sont investis dans cette édition 2013.

 
mercredi 22 mai 2013

Mes mercredis en lycée professionnel

Impulsée par le groupe de travail "Prise en charge de la difficulté scolaire" du bassin d’éducation de Vesoul-Gray, cette action vise à prévenir le décrochage scolaire d’élèves de 4e et à les accompagner dans leur projet d’orientation.

Six établissements du bassin de Vesoul se sont investis dans ce projet, en 2012-2013

Le dispositif, intégré à l’emploi du temps habituel des élèves concernés, permet une individualisation des parcours et une valorisation des élèves. Il regroupe trois collèges et trois lycées et accueille au maximum douze élèves. Ces derniers sont d’abord pris en charge au sein de leurs collèges d’origine (Jussey, Scey-sur-Saône, Jacques Brel à Vesoul) par des professeurs volontaires puis les intégrations commencent en lycée professionnel à raison de quatre mercredis matins dans chaque lycée.

Prévention du décrochage et découverte des métiers

Mes mercredis en lycée professionnelL’accueil au lycée Luxembourg de Vesoul a permis aux élèves de 4e de découvrir les différents champs professionnels de cet établissement, chaque mercredi couvrant un domaine. Les enseignants qui ont pris en charge les collégiens se sont attachés à leur proposer des situations d’apprentissage autres que celles qu’ils connaissent dans leurs collèges d’origine, des situations concrètes et valorisantes, en relation avec les champs concernés.

Le lycée d’enseignement général et technologique agricole (L.E.G.T.A.) Munier a pris le relais du lycée Luxembourg pour une découverte des domaines de l’agriculture, des services et de l’agro-équipement. Le lycée Pontarcher a ensuite sollicité un enseignant de production culinaire. Ce dernier a confié aux collégiens la réalisation de plusieurs plats et celle d’un buffet organisé mercredi 27 mars 2013 pour les familles et les personnels des établissements concernés et du centre d’orientation et d’information (C.I.O.) de Vesoul. Les élèves concernés par ce projet concluront l’année scolaire au collège Jacques Brel par une découverte des métiers de l’habitat dans les ateliers de la S.E.G.P.A.

S’appuyant sur les piliers 6 et 7 du socle commun de connaissances et de compétences (S.3C.)*, le dispositif vise à valoriser les collégiens fragiles, en difficultés scolaires, absentéistes ou décrocheurs. Il permet de donner du sens à la présence au collège, de construire avec les élèves des objectifs personnels pour l’année de 3e, de s’appuyer sur des compétences ou des centres d’intérêt non pris en charge par le collège et de renouer avec l’estime de soi.

* Notes :
Pilier 6  : Les compétences sociales et civiques
Il s’agit de mettre en place un véritable parcours civique de l’élève, constitué de valeurs, de savoirs, de pratiques et de comportements, dont le but est de favoriser :
- une participation efficace et constructive à la vie sociale et professionnelle,
- d’exercer sa liberté en pleine conscience des droits d’autrui,
- de refuser la violence.

Pilier 7  : développement et expérimentation de l’autonomie et de l’initiative.

Contact

Cécile Sans, principale adjointe du collège Jacques Brel à Vesoul

 
mercredi 22 mai 2013

Parlement des enfants et environnement numérique de travail (E.N.T.)

Le mardi 7 mai, le directeur académique Eric Fardet et le député de la première circonscription de la Haute-Saône, Alain Chrétien, se sont retrouvés au pôle éducatif de Vitrey-sur-Mance.

Le canton de Vitrey-sur-Mance se trouve au nord-ouest de la Haute-Saône, et aux portes de la Haute-Marne. C’est le plus petit canton du département. La commune compte 340 habitants environ. Le pôle éducatif, qui regroupe les élèves des neuf communes environnantes, appartient malheureusement à la zone du département impactée par une décroissance démographique. L’école n’en est pas moins très dynamique. Le directeur académique et le député ont été accueillis par le directeur de cette école à 4 classes, Michaël Pierret, en présence de plusieurs élus locaux et de l’équipe de la circonscription de Vesoul-Nord.

Une leçon de démocratie grandeur nature

Parlement des enfants et environnement numérique de travail (E.N.T.) En 2012-2013, la classe de C.M.1-C.M.2 a participé au "Parlement des enfants". Cette opération est organisée par l’Assemblée nationale en lien avec le ministère de l’éducation nationale. Elle permet d’offrir aux écoliers scolarisés en cours moyen deuxième année (C.M.2) une leçon d’éducation civique grandeur nature, en leur proposant de découvrir la fonction de législateur et de l’exercer le temps d’un Parlement des enfants. À cet effet, les élèves sont invités à rédiger, sous la conduite de leurs enseignants qui les accompagnent dans cette réflexion, une proposition de loi, au terme d’une discussion qui doit leur apprendre ce qu’est le débat démocratique. La phase finale réunit chaque année, au Palais Bourbon à Paris, 577 enfants élus par leurs camarades de classe pour représenter l’ensemble des circonscriptions législatives de France.

En 2013, les classes participantes devaient rédiger une proposition de loi de leur choix sur le thème de la devise : "Liberté, égalité, fraternité". Après avoir vécu, à son échelle, les étapes de la vie démocratique, depuis la campagne électorale, interne à la classe, jusqu’à la rédaction d’une proposition de loi, la classe de cours moyen de Michaël Pierret s’est distinguée, au niveau académique, en rédigeant la proposition suivante sur l’accès à la culture en milieu rural.

Un projet de loi sur l’accès à la culture pour tous

La proposition de loi élaborée à Vitrey-sur-Mance a représenté l’académie de Besançon / la Franche-Comté, dans le processus de chalenge national :

Article 1er

Une semaine de la culture est instaurée chaque début d’année scolaire dans chaque école afin de sensibiliser les élèves aux différents domaines artistiques grâce à des ateliers de découverte et de pratiques artistiques. Durant cette semaine, les artistes se rendent prioritairement dans les écoles rurales.

Article 2

Différentes actions sont mises en place avec l’aide des collectivités locales pour permettre à chaque école rurale de s’engager dans des projets annuels avec ces artistes.

Article 3

Un passeport culturel permet de garder une mémoire du travail réalisé au cours des différentes années et accompagne chaque élève tout au long de sa scolarité.

Article 4

Pour compléter ces actions, chaque école rurale doit pouvoir se rendre dans des lieux culturels. Si nécessaire, l’État subventionne ces déplacements.

Cette proposition fort judicieuse, ne fait pas partie de celles retenues pour la finale nationale. Cependant, pour couronner ce travail, samedi 8 juin, le député junior Yann Hartmann, issu de l’école de Vitrey-sur-Mance, participera au vote ultime, à l’Assemblée nationale. Puis le 10 juin, toute la classe partira pour la capitale afin de visiter le Palais Bourbon. La visite et les explications du député Alain Chrétien sur son travail ont constitué un temps fort de ce projet captivant.

Démonstration de l’espace numérique de travail (E.N.T.) premier degré

Parlement des enfants et environnement numérique de travail (E.N.T.)Le parlement des enfants n’est pas le seul cheval de bataille du pôle éducatif. Dans un secteur qui connaît des difficultés socio-culturelle et économique, élus locaux et équipe enseignante conjuguent leurs efforts depuis plusieurs années pour offrir à la population un service scolaire et périscolaire de haute qualité.

Par exemple, l’école de Vitrey-sur-Mance compte parmi les douze qui ont expérimenté un E.N.T. dans le premier degré, l’année passée. Elle contribue ainsi à faire de notre département rural un pionnier du numérique dans le 1er degré sur le plan national. Cet effort se traduit par une convention signée le 14 septembre 2012, associant la direction des services départementaux de l’éducation nationale (D.S.D.E.N. 70), le Conseil général, les maires et tous les partenaires des communautés éducatives. L’après-midi s’est donc poursuivi avec une démonstration de l’utilisation de l’ E.N.T. en classe de cours moyen, retraçant une séquence de travail en géographie et histoire des arts, et montrant les multiples possibilités de cet outil, notamment pour accéder à la culture en milieu rural.

À l’issu de ce riche après-midi, le directeur académique Éric Fardet a remercié et félicité ses hôtes, tous les intervenants et visiteurs pour ce temps de découvertes montrant une école rurale dynamique et tournée vers l’avenir.

Article sur les espaces numérique de travail (E.N.T.) et Vitrey-sur-Mance
Blog de l’école de Vitrey-sur-Mance
Site "Le parlement des enfants"

 
mardi 14 mai 2013

Scolarisation des élèves en situation de handicap : formation conjointe E.N. / A.R.S.

Une formation pour améliorer la qualité de l’accueil des élèves en situation de handicap

L’amélioration de la qualité de l’accueil des élèves en situation de handicap passe par le développement de partenariats entre professionnels : 80 personnels de l’éducation nationale et du secteur médico-social sous tutelle de l’Agence régionale de la Santé (A.R.S.) bénéficient désormais d’une formation commune destinée à construire une école plus inclusive.

Extrait de la circulaire de rentrée 2013 :
"La mise en place de la loi du 11 février 2005 a permis de développer rapidement la scolarisation en milieu ordinaire d’une majorité des enfants et adolescents en situation de handicap. C’est à présent une approche plus qualitative qui doit être privilégiée pour construire une École inclusive, ouverte à tous, en améliorant l’accueil et l’accompagnement des élèves ainsi que la formation des acteurs"

Scolarisation des élèves en situation de handicap : formation conjointe E.N. / A.R.S.Le lundi 6 mai 2013, à l’institut universitaire de formation des maîtres (I.U.F.M.) de Vesoul, Éric Fardet, directeur académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône et Pierre Guillaumot, directeur de l’offre de santé et médico-sociale à l’Agence régionale de santé (A.R.S.) ouvraient à l’I.U.F.M. de Vesoul une première journée de rencontre réunissant à parité, environ 80 professionnels issus de l’éducation nationale et du secteur médico-social. Trois autres rencontres viendront compléter cette action dans les autres départements de l’académie.

Leur originalité réside dans une approche conjointe et collaborative qui s’inscrit dans le cadre de la convention académique "éducation nationale - A.R.S." signée en 2011 par Éric Martin, recteur de l’académie et Sylvie Mansion, directrice générale de l’A.R.S. Ces rencontres répondent à deux objectifs majeurs de la convention :
- mieux informer et sensibiliser
- développer la formation des personnels.

La matinée s’est articulée autour de deux tables rondes consacrées au concept "d’inclusion scolaire" et à "l’accompagnement à la scolarisation" illustrées par la projection du film "La main dans le chapeau", réalisé par Jean-Maurice Soldan, regroupant de nombreux témoignages d’élèves, de parents et de professionnels directement concernés par le handicap.

L’après-midi, réservée à des travaux de groupes en ateliers, a permis aux participants d’échanger, de relever difficultés, réussites et leviers permettant d’améliorer la démarche partenariale.

Première étape pour une collaboration encore plus efficace au service des élèves en situation de handicap, les conclusions de la journée mettront l’accent sur quelques points clés touchant notamment :
- à une préparation plus approfondie des procédures en amont de l’inclusion de la part de tous les acteurs
- à l’organisation de formations communes entre les personnels
- aux spécificités de la ruralité
- à l’attention particulière à porter aux élèves de plus de 16 ans.

 
mardi 7 mai 2013

Un maître surnuméraire pour les écoles de Passavant et de Corre

Jeudi 2 mai, le directeur académique Eric Fardet s’est rendu dans les écoles de Passavant-La Rochère et de Corre.

À l’occasion de la visite de ces deux sites représentatifs du secteur rural du nord de la Haute-Saône et des problématiques de scolarisation inhérentes, le directeur académique a pu rencontrer les équipes éducatives, des élus et des parents d’élèves.

Accompagné de l’inspecteur de l’éducation nationale adjoint Jacques Aubry et de l’équipe de la circonscription de Vesoul-Nord*, Eric Fardet a visité dans un premier temps, l’école de Passavant où il a été accueilli par la directrice Anne-Lise Gérard ainsi que le maire et conseiller général Michel Désiré.

Un maître surnuméraire pour les écoles de Passavant et de CorreL’école de Passavant-centre a bénéficié d’améliorations substantielles dans la période récente. Une structure périscolaire moderne a vu le jour, les classes sont rénovées, la salle informatique correctement équipée est dotée d’une connexion fonctionnelle à internet. Malgré les efforts des élus locaux pour le dynamiser, ce secteur rural éloigné des centres urbains connaît depuis de nombreuses années, un déclin démographique préoccupant. La commune (éclatée) comptait trois écoles vers 1985, deux écoles dans les années 1990, puis une seule école aujourd’hui.

L’école du XXIe siècle ne rime pas avec redoublement

Lors des échanges avec les enseignants, le directeur académique a insisté sur la politique éducative actuelle visant à éviter le redoublement pour des élèves en difficulté scolaire. Les études ainsi que le vécu professionnel de la majorité des professeurs expérimentés montrent que le redoublement n’apporte que peu de bénéfice à l’élève et n’installe pas à plus long terme une spirale de la réussite. La solution préconisée est de mettre en œuvre des pédagogies différenciées et un accompagnement personnalisé de l’enfant durant sa scolarité dans les différents cycles, tout en le maintenant avec sa classe d’âge.

Passavant et Corre subissent les mêmes difficultés

Éric Fardet a été reçu à l’école de Corre par la directrice Lydie Marchal et la présidente du syndicat intercommunal scolaire (S.I.S.), Christine Litzler, entourées de nombreux élus siégeant dans cette structure, et de parents d’élèves. En 1993, les enfants des douze communes associées des environs sont scolarisés dans un regroupement pédagogique (R.P.I.) qui compte deux classes à Demangevelle et six à Corre. En 2007, une classe maternelle ferme à Demangevelle et en 2010, faisant suite à la construction d’un service périscolaire, Corre devient "Pôle éducatif intercommunal" et accueille l’ensemble des élèves des douze communes (2021 habitants).

C’est dans ce contexte que le directeur académique a réuni tous les partenaires locaux des écoles de Passavant et Corre, qu’il avait reçu l’hiver dernier dans le cadre de la préparation de la carte scolaire de la rentrée 2013. Il a répondu à diverses questions concernant la vie scolaire locale. En ce qui concerne les moyens affectés aux écoles ou collèges, Éric Fardet leur a rappelé les règles en vigueur et les modalités de fonctionnement prévues pour la rentrée.

Dans cet esprit et pour soutenir la qualité de la scolarisation dans ces deux écoles qui connaissent un environnement démographique et culturel défavorable, le directeur académique proposera que l’emploi d’un maître surnuméraire affecté à la circonscription de Vesoul-Nord soit rattaché aux écoles de Passavant et de Corre, et ce à partir d’un projet centré sur les acquisitions des élèves.

*Circonscription de Vesoul-Nord


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon