R

Accueil > DSDEN > Actualités > Bienvenue au spectacle scolaire inaugural de La Bulle

Rubrique Actualités

mardi 9 avril 2013

Bienvenue au spectacle scolaire inaugural de La Bulle

Pour démarrer sa saison 2013, la structure mobile d’accueil de spectacles en milieu rural "La Bulle" s’est posée à Jussey, entre l’école élémentaire et le collège, à quelques encablures de la maternelle

Bienvenue au spectacle scolaire inaugural de La BulleDepuis quelques semaines, l’école maternelle de Jussey était en effervescence, fortement impliquée dans la préparation du spectacle scolaire inaugural sous La Bulle. Le projet a commencé par la visite en classe de Quentin Dubois et Sébastien Le Guénanff, percussionniste de la compagnie Rythm’A Corps venu parler aux élèves de son travail d’artiste praticien de haut niveau dans le domaine des percutions corporelles. Pour faire suite à ce premier contact, les enfants et les maîtresses –Grandes sections d’Audrey Bavard, moyennes et grandes sections de Véronique Mennetrey - ont travaillé une dizaine de séances en bénéficiant de l’expertise de Caroline Py, intervenante de l’école départementale de musique. Le temps fort de cette expérience artistique et culturelle originale s’est déroulé jeudi 28 mars à 18 h 30, sous La Bulle, en présence du directeur académique Éric Fardet, venu observer la riche interaction entre les artistes, les élèves et leur encadrement.

Qu’est-ce que La Bulle ?

Bienvenue au spectacle scolaire inaugural de La BulleLa Bulle, scène gonflable itinérante, Pôle d’excellence rurale, est une création de l’architecte scénographe Hans-Walter Müller et de l’agence Scèn&Act, réalisée avec le soutien financier de l’Europe (Feder), de l’État et du Conseil général de la Haute-Saône. Le rôle de Scèn&Act, en charge du projet, a été de concevoir un outil adapté à la représentation de spectacles dans l’espace public. Pendant des siècles, les scènes de théâtre ont parcouru les routes, et les comédiens, dans une France essentiellement rurale, jouaient souvent sur scène montée rapidement, voire sur leurs calèches.

La Bulle obéit aux mêmes principes de pragmatisme (aller à la rencontre du public, allier esthétisme et budget raisonné). Scèn&Act a opté pour le travail de Hans-Walter Müller à l’origine des "gonflables", architectures d’air légères, nomades et aisées à installer. Un esprit qui rappelle par certains côtés l’utopie du nomade portant sa maison sur son dos, ouvert au voyage et à la découverte.

Le spectacle Replay de la Compagnie Rythm’ A Corps

Sélectionné par les Jeunesses musicales de France, ce spectacle étonnant est une invitation à la bonne humeur jouant sur le corps, le rythme et le temps qui passe… Deux percussionnistes et une danseuse prennent possession de la scène, animés par une grande télécommande donnant à celui qui s’en empare le pouvoir de déclencher ce qu’il veut : rembobinage, accélération, répétition ("replay"), autant d’effets transposés en musique et en gestes, et donnant lieu à une accumulation de situations surprenantes et burlesques. Les artistes polyvalents de Replay se sont rencontrés dans les classes prestigieuses du Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon (C.N.S.M.D.). Ils ont imaginé pour ce spectacle un subtil mélange de percussions (vibraphone, marimba, batterie et corps), de danse et de théâtre permettant de révéler tout le sel du répertoire contemporain. Dans le cadre d’un travail en relation avec des scolaires, les classes concernées avaient bénéficié d’une ouverture à ces pratiques artistiques et ont été associées à la fin du spectacle d’une façon très positive, en lien avec l’intervenante et les enseignantes.

Le directeur académique a été accueilli sous La Bulle par le directeur de l’A.D.D.I.M. de la Haute-Saône Fabrice Creux ainsi que par Marie-Pascale Paulin, agent de développement de la communauté de commune des Hauts du val de Saône. Il les a remerciés et félicités pour la qualité des partenariats mis en œuvre qu’il sera important de poursuivre et de faire évoluer positivement.

- Conception & mise en scène du spectacle : Jérémy Daillet, Quentin Dubois, Lisa Magnan.
- Interprètes : Quentin Dubois, Lisa Magnan, Sébastien Le Guenanff .
- Diffusion : Marie Doré
La Bulle
Spectacle Replay

 
lundi 8 avril 2013

"Bois, chalot, avenir", un évènement de la Semaine de l’Industrie

La commune de Fougerolles a organisé une journée de découverte des métiers du bois et de leurs savoir-faire, à l’Écomusée du Pays de la cerise de Fougerolles

En partenariat avec le Parc naturel des ballons des Vosges (P.N.R.B.V.), le lycée professionnel Beauregard et le centre d’information et d’orientation (C.I.O.) de Lure, cette journée du 22 mars s’intégrait dans le cadre le cadre de la semaine de l’industrie 2013 mais aussi de l’appel à projet pédagogique fédérateur du Parc naturel régional des ballons des Vosges : "Le Parc un espace de vie : Habitants, Habitats, Habiter."

"Bois, chalot, avenir", un évènement de la Semaine de l'IndustrieMembre du réseau des musées des techniques et cultures comtoises (M.T.C.C.), l’écomusée de Fougerolles a animé cette journée et a reçu les industriels et artisans du bois, le Lycée Professionnel Beauregard et son projet Chalot* pour permettre à quelques 550 élèves de collège de découvrir, sous une forme ludique et active, les évolutions techniques industrielles d’un territoire. Il s’agissait de mettre en relation la découverte de ces activités avec le Parcours et Découverte des Métiers et des Formations (P.D.M.F.) des collèges en les incluant dans le programme pédagogique des classes de 5ème et 4ème, particulièrement avec celui de technologie (habitat et construction) et celui, transversal, d’histoire de l’art. Naturellement, les ateliers furent orientés vers les industries du bois, ressource de nombreuses activités de la région et filière d’enseignement proposée par le lycée Beauregard.

Pour préparer cette journée, le mercredi 6 mars, 45 enseignants des collèges du bassin de Luxeuil et des Cantons de Faucogney, Saint-Loup et Vauvillers ont participé, à deux demi-journées de stage du Plan académique de formation.

De 8 h 30 à 16 h 30 le site a accueilli les classes de 5ème et 4ème collèges du bassin de Luxeuil et des cantons de Faucogney, Saint-loup et Vauvillers.
Aux environs de 9 h 30, le maire de Fougerolles, Claude Petitjean, a accueilli de nombreuses personnalités de la région. Beaucoup de professionnels étaient présents pour répondre aux questions des collégiens sur les savoir-faire des métiers du bois, les formations nécessaires et les débouchés possibles.

Trois ateliers de 40 minutes furent proposés aux élèves :
- découverte des métiers du bois par un jeu de piste.
- découverte des savoir-faire par la construction de maquette au 1/5e du chalot de l’écomusée. Atelier animé par les élèves du lycée Beauregard responsables de la conception et de la construction des maquettes.
- découverte de l’âge industriel : l’exemple fougerollais.

*Chalot : hérité du passé, le chalot est une dépendance de la ferme d’un petit territoire situé à la limite des Vosges méridionales et des Vosges Saônoises. Véritable coffre fort, cette annexe à la ferme, est utilisée comme grenier pour la conservation du grain, de l’alcool, de la nourriture et des trésors de la famille.
Le pays du chalot

Lycée professionnel Beauregard

 
vendredi 5 avril 2013

L’accueil à l’école de Boult affecté par un incendie

Un incendie s’est déclaré jeudi 4 avril, en fin de journée, au pôle éducatif de Boult.

Le directeur académique Éric Fardet s’est immédiatement rendu sur les lieux afin de rejoindre les élus locaux pour prendre la mesure du sinistre et soutenir l’équipe enseignante accourue pour sauver ce qui pouvait l’être de son outil de travail.

L’alerte a été donnée vers 20 h 30. Une cinquantaine de pompiers venus de Boult mais aussi de Rioz, Frétigney, Marnay et Vesoul ont alors convergé vers le site pour combattre les flammes une partie de la nuit.

L'accueil à l'école de Boult affecté par un incendieAu matin, de bonne heure, le directeur académique des services de l’éducation nationale était à nouveau au pôle éducatif des "Bobuchots" accompagné de l’équipe de circonscription de Vesoul-Sud. Éric fardet a eu des échanges pragmatiques avec les enseignants et personnalités présentes qu’il a remerciés pour leur disponibilité sans faille dans cette situation difficile. Éric Oudot, inspecteur de l’éducation nationale, André Baillaud, directeur de l’école et des élus locaux, notamment Marie-Claire Boillot, présidente du syndicat scolaire, ainsi que la responsable du service périscolaire Dorothée Georges ont œuvré toute la journée de vendredi pour mettre en œuvre des tâches de rangement, mais surtout pour déterminer les conditions de l’accueil en urgence des élèves du secteur : communes de Boult, Boulot, Bussières et Chaux-La Lotière.

Les mesures d’accueil d’urgence décidées pour le court terme

Dans cette situation d’urgence, les mesures suivantes prennent en compte la disponibilité de locaux sûrs, mais aussi l’obligation scolaire à laquelle sont soumis les enfants de plus de six ans, de même que des contraintes de transports ou des services périscolaires.

Dans l’immédiat, les classes vaqueront, vraisemblablement jusqu’au jeudi matin, 11 avril. Le directeur académique et ses services, les élus locaux et toutes les personnes concernées font leur possible pour permettre la reprise des cours le plus tôt possible, dans des conditions de sécurité et de confort satisfaisantes.

 
mardi 2 avril 2013

Le directeur académique rencontre les Jeunesses musicales de France (J.M.F.)

À l’occasion du concert donné par le groupe “Yas and the lightmotiv” pour les lycéens du département, le directeur académique Éric Fardet est allé à la rencontre des J.M.F. et des partenaires impliqués

Les Jeunesses musicales de France en Franche-Comté sont organisatrices de deux évènements : le festival Imagine (anciennement Music’Ado) et l’opération "Musiques Actuelles au lycée". C’est dans ce cadre qu’avait lieu le 26 mars à l’espace Villon, à Vesoul un concert du groupe “Yas and the lightmotiv”. Principalement financée par le Conseil régional de Franche-Comté, l’action qui a bénéficié à 200 élèves venus des lycées Lumière et Beauregard (Luxeuil), Pontarcher et Les Haberges (Vesoul) ainsi que Fertet (Gray), a été mise en place par l’équipe régionale des JMF, en lien avec l’association "Au coin de l’oreille" et avec la Direction régionale des affaires culturelles de Franche-Comté (D.R.A.C.).

Le directeur académique rencontre les Jeunesses musicales de France (J.M.F.)Le directeur académique se réjouit du dynamisme de ces actions culturelles dans le département et l’académie, qu’il entend encourager, notamment à travers l’édition numérique prochaine d’un agenda culturel 2013 de l’éducation nationale en Haute-Saône. Par ailleurs, il a fait connaître aux bénévoles et professionnels rencontrés, le projet départemental consistant à définir et promouvoir un parcours culturel de l’élève, en regard des objectifs du socle commun de connaissances et de compétences. De plus, dans le but de fédérer l’action des différents intervenants de l’action culturelle en 2013-2014 (enseignants, artistes, bénévoles et professionnels des structures partenaires), le grand thème mémoire(s)) a été retenu pour l’année prochaine.

À la rencontre des J.M.F. de Franche-Comté et en Haute-Saône

Les Jeunesses musicales de France constituent un réseau associatif particulièrement bien implanté en Franche-Comté et en Haute-Saône. Les J.M.F. de Franche-Comté, association régie par la loi de 1901, dont le principal objectif est la diffusion de spectacles de musique vivante à destination du jeune public, travaillent en lien avec l’éducation nationale. Chaque année, l’association organise une centaine de représentations qui correspondent à plus de 40 000 entrées de concerts. À travers ses 10 délégations locales, dont trois basées en Haute-Saône, les J.M.F. diffusent des spectacles de musique vivante de qualité, choisis parmi une sélection de spectacles élaborée par le service artistique de l’Union nationale des J.M.F. pour une programmation toujours riche et variée (musiques classiques et contemporaines, musiques traditionnelles et du monde, musiques actuelles). En Haute-Saône, cette activité est relayée au sein de l’éducation nationale par la délégation académique à l’action culturelle (D.A.A.C.) du rectorat de Besançon et par la conseillère pédagogique départementale en éducation musicale Corinne Girard, pour le premier degré.

Les chiffres-clés

Les concerts scolaires sont accueillis dans trois structures particulièrement adaptées, où leur salle est mise à disposition ainsi que leur personnel technique. Pour Vesoul, les concerts sont organisés en partenariat avec le The’V ; pour Luxeuil et Gray dans leur théâtre municipal respectif. Les trois délégations locales J.M.F. bénéficient de subventions attribuées par le Conseil général de la Haute-Saône, par la ville de Vesoul et par la communauté de communes du Val-Gray. Ces aides permettent de réduire les coûts d’entrée par enfant (prix moyen de 4 euros).
Environ 8500 entrées aux concerts J.M.F. 70 en 2013
- Vesoul : 5 300 élèves
- Gray : 1800 élèves
- Luxeuil 1400 élèves

Contacts

Trois délégations J.M.F. implantées en Haute-Saône

- Délégation de Vesoul
Corinne Girard, référente départementale "élèves au concert"
Conseillère pédagogique départementale en éducation musicale
D.S.D.E.N. de la Haute-Saône
5 place Beauchamp – B.P. 419 - 70013 Vesoul
Tél. : 03 84 78 63 42

- Délégation de Luxeuil-les-Bains
Martine Pinelli
2 rue Carnot - 70300 Luxeuil-les-Bains

- Délégation de Gray
Nelly Saugier
336 rue des Orgevaux - 70180 Dampierre-sur-Salon

- Coordinatrice régionale
Séverine Giret
15 rue de l’industrie
25000 Besançon
Tél. : 03 81 53 17 15
Site

 
mardi 26 mars 2013

Le printemps des poètes

Depuis la venue de Jean-Pierre Siméon dans le département de la Haute-Saône, l’année 2012-2013 arbore les couleurs de la poésie

Le printemps des poètesEn effet, Jean-Pierre Siméon, écrivain et directeur artistique du Printemps des poètes est intervenu à l’I.U.F.M. de Vesoul en novembre dernier.
"La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique" écrivait Léo Ferré en 1956.
Ainsi, le vendredi 8 mars, au terme d’une semaine de travail avec Aurélia Lassaque, jeune poète occitane, la parole poétique a rayonné dans les murs du collège de Jussey, lors de la restitution d’un projet d’écriture initié par Marie-Laure Fidon, professeur de Français et Lise Tournier, enseignante à l’école élémentaire de Jussey.
Soixante élèves de 6ème, S.E.G.P.A. et C.M.2 ont dit, interprété et chanté des poèmes de leur composition et ont procédé, à la fin du spectacle, à un lâcher de ballons-poèmes.
D’autres manifestations sont prévues dans différentes écoles du département du 9 au 24 mars. De la brigade d’intervention poétique aux banderoles et statues poétiques en passant par un lâcher de bateaux-poèmes sur le Durgeon et la lecture de poèmes en langue étrangère, murmurés, chuchotés des mots hauts en couleur, hauts en douceur, résonneront de multiples voix.

Calendrier des manifestations - Vesoul Nord

 
lundi 11 février 2013

Le lycée Aragon découvre Londres sous la neige

Une découverte culturelle, "entre modernité et tradition"

Dimanche 20 janvier à 20h00, 49 élèves de premières et terminales du lycée Aragon ont quitté Héricourt accompagnés de trois de leurs professeurs, Mesdames Bonin et Reygner, professeures d’anglais et Monsieur Porte, professeur documentaliste, ainsi que d’un guide. Au petit matin, après une traversée de la Manche en bateau, ils découvraient la capitale Britannique sous la neige, ce qui n’est pas si courant.

Le lycée Aragon découvre Londres sous la neigeLe programme, concocté par leurs professeurs, était assez varié afin que tous les élèves puissent y trouver leur compte mais surtout dans le but d’illustrer au mieux le thème travaillé avant le départ : "Londres, entre modernité et tradition". C’est ainsi que les élèves ont visité le British Museum, la Tour de Londres et le Musée d’histoire naturelle mais aussi des endroits typiques et uniques comme Camden town ou Covent garden ; ils ont même fait l’expérience d’un "fish and chips" dans un pub de Piccadilly Circus , histoire de les convaincre que la nourriture anglaise peut être délicieuse. En fin de semaine, ils ont visité le "Globe Theatre" de Shakespeare où ils ont rencontré une actrice qui les a fait travailler sur un extrait de "Romeo and Juliet", le stade de Chelsea et une école privée, dans la plus pure tradition britannique, qui a non seulement accueilli de célèbres élèves mais aussi servi de décor à l’une des scènes du premier volet de Harry Potter.

Tous les élèves ainsi que leurs professeurs ont été logés dans des familles anglaises afin de communiquer et de découvrir de façon authentique la vie en Angleterre. Ce qui s’est révélé une bonne expérience pour tous. Ces élèves ont fait une très bonne impression aux familles qui les accueillaient et ont fait de réels efforts pour échanger avec leurs hôtes. Le retour s’est effectué le vendredi 25 janvier, tous étaient fatigués mais enchantés et prêts à repartir !

 
vendredi 8 février 2013

Mélisey : le collège sur la voie du développement durable

L’établissement ayant sollicité l’attribution du label "établissement en démarche de développement durable (E3D)", le collège des 1000 étangs vient de recevoir la visite d’une équipe missionnée par le rectorat

Mélisey : le collège sur la voie du développement durableL’académie de Besançon (région de Franche-Comté) est particulièrement active en matière d’éducation au développement durable (E.D.D.). Cette politique éducative est impulsée par le recteur, Éric Martin, assisté d’un comité de pilotage codirigé par les inspecteurs pédagogiques régionaux Didier Thellier (Sciences de la vie et de la Terre) et Gilles Bulabois (Histoire-Géographie) ; ce comité comprend une représentation de diverses disciplines, du 1er degré et des directions des services départementaux de l’éducation nationale (D.S.D.E.N.) des quatre départements de la région. Depuis trois années, pour encourager la mise en œuvre d’une démarche globale d’amélioration continue, dans les écoles et établissements, une labellisation E.3D. leur est proposée sur la base du volontariat.

Le ministère de l’éducation nationale souhaite promouvoir cette labellisation "E.3.D." avec un fort ancrage pédagogique. Les établissements déjà engagés dans une démarche de type "Agenda 21" souvent développée par les collectivités territoriales, ou dans l’opération "Éco-école" proposée par la fédération européenne d’éducation à l’environnement (F.E.E.E.), peuvent bien évidemment se voir accorder la labellisation E.3D., en complément, s’ils remplissent la majorité des critères voulus.

Charte de labellisation - premier degré
Charte de labellisation - second degré

Trois domaines d’action pour l’attribution du label E.3D.

En 2013, dans l’académie de Besançon, si votre école ou établissement remplit au moins 10 des 16 critères de la charte, de manière équilibrée entre les trois domaines, vous pouvez faire acte de candidature à la labellisation "E.3D."
Cette labellisation sera reconductible tous les trois ans après évaluation par le comité de pilotage académique E.D.D. ou ses représentants.
- Domaine 1 : pilotage de l’éducation au développement durable au sein de l’établissement. Il comprend cinq items.
- Domaine 2 : l’action pédagogique et éducative, avec six conditions à remplir.
- Domaine 3 : la gestion durable de l’établissement (cinq items).

Visite du collège des 1000 étangs

Situé dans les Vosges méridionales, à Mélisey, dans la haute vallée de l’Ognon, le collège des 1000 étangs tient son nom du plateau voisin, marqué par l’érosion glaciaire et ainsi parsemé d’une multitude de plans d’eau.

Mélisey : le collège sur la voie du développement durableL’établissement dirigé par Corinne Chabod compte 418 élèves pour 18 divisions. Jeudi 31 janvier 2013, deux membres du groupe de pilotage académique de l’éducation au développement durable ont visité l’établissement pour répondre à sa demande de labellisation E.3D : Didier Thellier, inspecteur pédagogique régional de S.V.T. et copilote du groupe académique E.D.D. et Jean-Louis Dubois, professeur des écoles et éco-interprète, chargé du domaine E.D.D. à la D.S.D.E.N. 70.

La principale et son équipe, la personne ressource en E.D.D. du collège - Jacky Freslier, professeur de mathématiques - nombre d’élèves et de professeurs de plusieurs disciplines (S.V.T., documentation, histoire-géographie, physique, technologie, espagnol…) ont consacré une partie de leur journée à faire découvrir aux visiteurs un collège déjà fortement engagé dans une démarche de développement durable. Celle-ci, animée par un comité de pilotage incluant des élèves volontaires, touche non seulement les enseignements dans le cadre des programmes, mais aussi des projets transversaux ainsi que le fonctionnement du collège :
- tri (papier, piles, cartouches)
- compostage
- restauration orientée vers des produits bio ou locaux
- économies d’énergie
- développement de la biodiversité aux abords de l’établissement
. Il a donc été vérifié que le collège des 1000 étangs possède de nombreux atouts pour obtenir le label E.3D. de l’académie de Besançon. Démarche à suivre !

 
jeudi 31 janvier 2013

Le recteur Éric Martin remet le certificat de formation générale (C.F.G.) à la maison d’arrêt de Vesoul

Lundi 28 janvier 2013, le recteur s’est rendu à la maison d’arrêt de Vesoul afin d’y remettre aux lauréats, le certificat de formation générale (C.F.G.)

Le recteur Éric Martin remet le certificat de formation générale (C.F.G.) à la maison d'arrêt de VesoulLe certificat de formation générale (C.F.G.) garantit l’acquisition de connaissances de base dans trois domaines généraux de formation : français, mathématiques, vie sociale et professionnelle. L’examen valide des acquis dans des domaines de connaissances générales, notamment pour les élèves des enseignements généraux et professionnels adaptés (S.E.G.P.A.) et de troisième d’insertion. Peuvent s’y présenter les élèves dans leur dernière année de scolarité obligatoire mais également les adultes. Sont plus particulièrement concernés :
- les élèves de troisième d’insertion et de troisième des enseignements généraux et professionnels adaptés (S.E.G.P.A. de collège et É.R.E.A.),
- les jeunes ou adultes ayant suivi une action de formation en alternance dans un dispositif d’insertion sociale et professionnelle ou une formation continue. C’est le cas d’un nombre important de détenus ou de prévenus dans les établissements pénitentiaires.

L’école dans les prisons

Dans le Grand Est de la France, qui comporte les régions Lorraine, Alsace et Franche-Comté (académies de Nancy-Metz, Strasbourg et Besançon), l’enseignement en milieu carcéral est coordonné par le proviseur Rémy Bordes qui supervise l’activité de 185 enseignants représentant 45 équivalents-temps-plein (E.P.T.). L’enseignement dispensé dans 20 établissements pénitentiaires bénéficie à 30 % des 5600 détenus volontaires, ce qui représente 5000 élèves par année, compte tenu du turn-over. Les diplômes préparés vont du diplôme d’initiation à la langue française (D.I.L.F.) au Master 2 en passant par le C.F.G. qui intéresse nombre de jeunes, en lien avec la problématique du décrochage scolaire.

Huit C.F.G. décernés à la maison d’arrêt de Vesoul

Accompagné du directeur académique Éric Fardet, du proviseur Rémy Bordes, et de plusieurs cadres et professeurs de l’académie, le recteur Éric Martin a été accueilli à la maison d’arrêt de Vesoul par la chef d’établissement pénitentiaire Lynda Boudjema entourée de son équipe. Un temps de prise de contact a permis aux personnels des deux administrations d’échanger sur l’importance de l’enseignement scolaire en prison et sur l’excellence du travail réalisé en Haute-Saône, sur les sites de Vesoul, mais aussi de Lure. En effet, et alors que l’inactivité carcérale n’est bonne ni pour le moral ni pour la réinsertion des prévenus et des détenus, il est difficile de leur proposer du travail. Ils ont donc généralement tout à gagner à fréquenter l’école. C’est bien le cas dans notre département où les 2/3 des prisonniers suivent une formation (30% dans l’académie / 25% au plan national). Dans ce contexte et à cette occasion, la chef d’établissement a remercié chaleureusement, et le recteur a félicité, les deux enseignants présents, chevilles ouvrières de cette réussite : Philippe Walter, professeur des écoles spécialisé et Danièle Couturet, conseillère pédagogique de la circonscription de l’A.S.H. de la Haute-Saône. Après les congratulations de circonstance, le recteur a remis les huit diplômes du C.F.G. décernés à des personnes emprisonnées à Vesoul, soit 100% de réussite à l’examen pour cette session. Un échange avec les lauréats, très fiers de cette réussite scolaire - pour beaucoup la première - montre que le travail réalisé constitue une étape importante sur la voie de la réinsertion sociale et de l’ambition professionnelle.

Pour en savoir plus

 
mercredi 30 janvier 2013

"Sciences en tous genres" en Haute-Saône et à Luxeuil-les-Bains

Les métiers techniques et scientifiques se déclinent aussi au féminin. En Haute-Saône, l’opération a donné lieu à de nombreuses actions, dans divers établissements. Le point d’orgue de la semaine a eu lieu à Luxeuil, le vendredi 25 janvier 2013

"Sciences en tous genres" en Haute-Saône et à Luxeuil-les-BainsDans le cadre du parcours de découverte des métiers et des formations (P.D.M.F.) et dans le contexte de la semaine pour l’égalité professionnelle, les élèves des quatre classes de 4ème du collège des Combelles de Fougerolles ont visité les deux Lycées de Luxeuil-les-Bains : l’objectif était de leur faire découvrir des filières et formations professionnelles, générales et technologiques, tout en les aidant à dépasser les stéréotypes sexués sur les métiers.

Parcours de découverte des métiers et des formations (P.D.M.F.) en 4ème : les filières professionnelles, scientifiques et techniques au féminin.

À Luxeuil, dans le contexte d’un projet commun, le lycée professionnel Beauregard (près de 200 élèves) et le lycée Lumière (966 élèves à la rentrée 2012) organisaient conjointement leur participation à l’opération "Sciences en tous genres", sous la direction du proviseur François Dupuis, assisté sur le site du lycée professionnel Beauregard, par le proviseur adjoint Chris Contini et la documentaliste Marie-Paule Faivre.
À 9 heures, les 87 élèves des classes de 4ème du collège des Combelles sont arrivés et se sont répartis entre les deux établissements avec pour objectif de les découvrir en dépassant les stéréotypes sur les métiers.
Nous avons suivi dans leur visite un groupe de 10 adolescents, avec une majorité de filles, encadrés par leur professeur de technologie Pierre Pétroff et accompagnés par deux lycéennes du lycée Beauregard, Estelle et Manon. Le lycée professionnel Beauregard propose
- 4 CAP : maçon, carreleur-mosaiste, menuisier-ébéniste, serrurier-métallier.
- 3 bacs professionnels : aménagement-finitions, menuisier-agenceur, électrotechnicien.
Ces formations à des métiers porteurs malgré la crise, sont bien évidemment aujourd’hui ouvertes aux filles qui peuvent y réussir aussi bien, voire mieux que les garçons. Quelques réflexions ou conseils entendues lors de la visite :
- Patrick Legoy, professeur d’ébénisterie :
"Au LP, les filles sont, certes, minoritaires, mais elles sont chouchoutées !"
"Pour le travail du bois, on aime bien les filles : elles sont souvent plus minutieuses, le travail est plus soigné, ce qui est une qualité très recherchée en ébénisterie…"
- Olivier Devoille, professeur carreleur-mosaiste :
"Le métier de carreleur-mosaïste requiert une bonne forme physique, un dos et des genoux solides. Ceci étant, des filles y réussissent très bien : c’est un métier de finition très porteur et où l’on peut évoluer en mettant en avant des qualités de propreté et une composante artistique. À partir d’un C.A.P., on peut, avec du travail, devenir chef d’équipe ou se mettre à son compte."
- Jean-Luc Roulin, professeur de maçonnerie :
"C’est un domaine qui peut paraître peu attractif pour les jeunes filles. Pourtant, comme d’autres métiers dans le bâtiment, celui-ci est marqué par des progrès de l’outillage et des évolutions positives, dictées notamment par la nécessité moderne d’économiser l’énergie. On parle donc d’éco-construction, et l’on se forme, par exemple, à la mise en œuvre de béton de chanvre, une technologie mise au point il y a 20 ans (On est maintenant sûr que c’est fiable !) et promise à un véritable avenir."
- Estelle Bion, lycéenne :
"Au L.P., il règne un bon esprit, on n’est pas tous des élèves brillants mais on s’entre-aide."

Table-ronde et remise de trophées "Sciences en tous genres"

"Sciences en tous genres" en Haute-Saône et à Luxeuil-les-BainsL’après-midi, au lycée Lumière, une table ronde* animée par Sylvie Malo, inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation (I.E.N.-I.O.) et par Mélanie Geoffroy, chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la Haute-Saône, a permis aux différents participants de témoigner de leurs parcours professionnels et/ou de leur formation. A l’issue de l’après-midi, les jeunes lauréates du prix de la vocation scientifique et technique des filles (P.V.S.T.) se sont vu remettre une médaille spécifique. Cette dernière a été créée et usinée pour l’occasion dans le cadre d’un projet conduit par l’équipe du baccalauréat professionnel Technicien d’usinage du lycée Belin de Vesoul.

Feuille de route
Diaporama
Programme

"Sciences en tous genres" en Haute-Saône et à Luxeuil-les-Bains*Avec la participation de :
- Mme Kim Dejoux, étudiante en classe préparatoire aux grandes écoles (C.P.G.E.) scientifique au lycée
Condorcet, lauréate du Prix de la vocation scientifique et technique 2011,
- Mme Isabelle Faggianelli, étudiante en brevet de technicien supérieur (B.T.S.) Conception et industrialisation en microtechniques au lycée Faure, lauréate du Prix de la vocation scientifique et technique 2011,
- Mme Aurore Sobritz, étudiante en B.T.S. électrotechnique au lycée
Belin, lauréate du Prix de la vocation scientifique et technique 2012,
- M. Morel représentant Mme Sylvie André, présidente de la chambre des artisans et petites entreprises du bâtiment de la Haute-Saône (C.A.P.E.B.),
- Mme Claude Hartmann, assistante du chef de travaux du lycée Édouard Belin de Vesoul
- Mme Amélie Jost, salariée d’une entreprise du bâtiment
- Mr Franck Lamberthod, représentant du groupe Indibat Haute-Saône
- Mme Elise Vacelet, dirigeante de l’entreprise Poirson
- Des jeunes filles des lycées Beauregard et Lumière ayant participé à l’action "Sciences en tous genres".

 
mardi 22 janvier 2013

U.G.V. au lycée Édouard Belin de Vesoul : label du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Vendredi 18 janvier, le recteur Éric Martin a présidé la cérémonie d’attribution de label à la plate forme technologique "Usinage à grande vitesse" (U.G.V.)

Créée en 2004, cette plateforme réalise des activités coordonnées d’usinage à grande vitesse (U.G.V.) et de métrologie en trois dimensions (3 D) complémentaires aux formations, dans le cadre du développement et de la diffusion des technologies de production de la mécanique.

Innovation et technologie de pointe : l’U.G.V. incontournable pour la compétitivité des entreprises

Pour fêter l’attribution de ce label U.G.V., le recteur a été accueilli au lycée Belin par le directeur académique des services de l’éducation nationale (D.A.S.E.N.) de la Haute-Saône Éric Fardet et par le proviseur Dominique Balon entourés de représentants des collectivités et de nombreux cadres et personnels de l’établissement et de l’éducation nationale.

Lors des différentes allocutions, sont notamment ressortis les points suivants :
- Par la voix du conseiller général Gérard Bontour, la collectivité départementale se félicite d’avoir co-financé cet équipement qui participe à l’attractivité de la Haute-Saône, pour les étudiants comme pour les entreprises industrielles. La dernière machine-outil acquise en 2010 avait coûté 250 000 €.

- Le député-maire de Vesoul Alain Chrétien a salué l’intérêt de l’attribution de ce label qui vient enrichir l’idée de développer, via des projets synergiques, un campus digne de ce nom pour le site de Vesoul, en créant à terme des infrastructures communes à plusieurs établissements (classes post-bac des lycées et du lycée agricole, antenne I.U.T., I.U.F.M., école d’infirmières, etc.).

- Le recteur Éric Martin, chancelier des universités, partage ces visions et a rappelé l’intérêt du projet U.G.V. de développer les complémentarités entre établissements d’enseignement supérieur. Il a souligné que désormais, toutes les formations supérieures incluent l’acquisition de compétences sur l’entreprenariat et l’innovation. "Il est essentiel de développer, conserver et diffuser les savoir-faire de pointe dans les formations supérieures et au bénéfice de nos entreprises".

Gageons que ce label qui reconnaît une démarche de développement durable, via des économies de temps, de matières premières ou d’énergie, et via la notion centrale de partenariat, engage la plateforme U.G.V. du lycée Belin dans une vie longue et fructueuse.

Objectifs et activités de la plateforme

La plateforme technologique "usinage à grande vitesse" (U.G.V.) a pour missions d’offrir :
- un support de formation innovant pour les étudiants du lycée Belin et de l’institut universitaire de technologie (I.U.T.) de Besançon-Vesoul, section "génie mécanique et productique"
- un centre d’expertise régional dans le domaine de l’usinage et de la métrologie 3 D.

Elle remplit donc plusieurs fonctions :
- répondre à un besoin en formation et concevoir des prestations technologiques au service des entreprises,
- accompagner le développement technologique des P.M.E.-P.M.I. régionales vers ces technologies avancées,
- former des salariés dans le cadre de la formation continue.

Ainsi, une équipe de six enseignants et d’un technicien apporte son expertise au suivi et à la réalisation d’études, dont certaines sont régulièrement confiées aux étudiants de diplôme universitaire de technologie (D.U.T.), de brevet de technicien supérieur (B.T.S.) et de licence professionnelle.

Plateforme U.G.V. implantée au lycée Belin

Dossier de presse PTF UGV janvier 2013.pdf

Six plateformes technologiques dans l’académie

Alors que la France compte, à l’heure actuelle, environ 200 plateformes d’usinage à grande vitesse, ce sont 34 d’entre elles, dont six dans l’académie de Besançon (la Franche-Comté restant la région la plus industrialisée du pays), qui sont labellisées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Contacts

Dominique Balon, proviseur
Jérôme Linher, chef des travaux
Alain Galmiche, animateur de la plateforme

Tél : 03 84 75 53 23

Lycée Édouard Belin - Vesoul


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon