R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Séminaire de vie lycéenne du 22 au 24 janvier 2013

Rubrique Vie de l'académie

mardi 29 janvier 2013

Séminaire de vie lycéenne du 22 au 24 janvier 2013

40 élèves élus au conseil académique de la vie lycéenne (C.A.V.L.) réunis à Mouthe

Seminaire CAVL Venus des lycées de toute l’académie au centre Grand Chalet des PEP 25, les 40 élus C.A.V.L. ou vice-présidents de conseils de vie lycéenne (C.V.L) ont participé activement à ce séminaire organisé par la cellule vie scolaire du rectorat.

Informer et former les lycéens élus

Le but de ce séminaire est de permettre aux jeunes de créer des liens et des partenariats, de susciter l’envie de devenir pleinement actifs dans leurs fonctions et d’échanger sur les thèmes, définis lors du C.A.V.L. du 12 décembre 2012, correspondant à des priorités académiques et nationales.

Ateliers et débats productifs

Seminaire C.A.V.L.2 Les thèmes retenus cette année ont donné lieu à des ateliers de sensibilisation et à des débats animés par des experts académiques ou des partenaires de l’éducation nationale :
- les conduites à risques, animé par le Docteur Robbe, conseiller technique du recteur et par Antoine Neves, délégué académique à la vie lycéenne ;
- le rôle des vice-présidents de C.V.L., animé par Christine Monnin, C.P.E. vie scolaire, Sémia Delille, C.P.E. référente de vie lycéenne au lycée professionnel Luxembourg de Vesoul et Caroline Touquet, C.P.E. référente de vie lycéenne au lycée Aragon d’Héricourt ;
- la maison des lycéens, animé par Marcelin Baretje, secrétaire général de l’association régionale des œuvres éducatives et de vacances de l’éducation nationale (A.R.O.E.V.E.N.) et Paul-Christophe Belliot, C.P.E. référent de vie lycéenne au lycée des Haberges de Vesoul ;
- l’égalité filles - garçons, animé par Dominque Chatté, inspecteur d’académie - inspecteur pédagogique régionale (I.A.-I.P.R.) d’espagnol et responsable de la mission égalité filles-garçons et Nicolas Desormonts, IA-IPR de lettres.
- l’ouverture culturelle, animé par Mmes Gillard et Viard de la Scène Nationale de Besançon ainsi qu’un animateur cinéma et une comédienne) ;
- la communication au sein de la vie lycéenne, animé par Bertrand Formet, formateur au centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (C.L.E.M.I.) et Caroline Touquet, C.P.E., membre du C.L.E.M.I. également.

Le bilan de ces travaux sera présenté lors du prochain C.A.V.L. qui aura lieu le mercredi 6 mars 2013. Il permettra de définir les actions qui seront mises en œuvre par les élus lycéens académiques durant leur mandat de deux ans.

Temps conviviaux de pratique sportive et culturelle

Seminaire C.A.V.L.3 Ski, raquettes, piscine, visites… étaient organisés l’après-midi. Ces moments ont contribué à créer une vraie cohésion entre les élèves qui ne se connaissaient pas avant ce séminaire. Des projets de collaboration entre des lycées et lycées professionnels voisins ont ainsi pu émerger au sein des élus pour poursuivre la collaboration initiée durant ce séminaire.

Élèves, organisateurs et animateurs s’accordent à dire que ce séminaire a été une réussite tant pour l’ambiance très conviviale que pour la teneur des débats et des travaux initiés.

La prochaine date importante de la vie lycéenne académique, outre la réunion du C.A.V.L. du 6 mars, sera pour les élus C.A.V.L. la participation aux journées européennes à Strasbourg les 20, 21 et 22 mars 2013. Ces journées réuniront des délégations de lycéens venus d’Allemagne, de Belgique, du Luxembourg, d’Autriche et de France (académies de Reims, Nancy-Metz, Besançon, Strasbourg) autour du thème de la citoyenneté européenne.

Contact

Antoine Neves, délégué académique à la vie lycéenne

 
jeudi 17 janvier 2013

Colloque au LP d’Audincourt : valoriser les métiers de service en hôtellerie restauration aux savoir-faire moins médiatisés que ceux liés à la cuisine, auprès des collégiens

En raison des conditions météorologiques peu clémentes, le colloque qui devait se tenir le 21 janvier est reporté à une date ultérieure

Le baccalauréat professionnel "commercialisation et services en restauration " existe depuis septembre 2011. Il se distingue du baccalauréat professionnel "cuisine".

L’objectif du colloque est d’engager la promotion des métiers de service en hôtellerie restauration auprès des collégiens et de les inciter à se tourner vers ces métiers porteurs.

Promouvoir les métiers de service en hôtellerie restauration

La dynamique du secteur en termes d’emplois est connue, offrant de ce fait des perspectives d’insertion professionnelle forte pour les jeunes diplômés. Mais une image négative du métier persiste.

"Nous voulons faire connaître aux élèves et aux parents toutes les "partitions" jouées par les professionnels des arts de la table, ainsi que la diversité de leurs compétences.
Il est important de briser l’image du porteur d’assiette. Celle-ci n’est qu’un instrument de travail, tout comme l’est le violon pour le violoniste. Qui oserait dire qu’un violoniste est un porteur de violon !
Derrière cette assiette symbolique que nous allons mettre en scène, découvrons la brigade : chef de rang, barman, sommelier, maître d’hôtel, directeur de restauration… Voici le point de départ du colloque"
, explique Hervé Tournier, professeur de services et commercialisation en hôtellerie restauration au lycée professionnel d’Audincourt et Meilleur ouvrier de France.

Origine du projet

Hervé Tournier est à l’origine de cette journée soutenue par l’équipe de direction de l’établissement. Son initiative a été motivée par de nombreux contacts avec des professionnels de l’hôtellerie restauration, les besoins d’informations sur les métiers exprimés par les principaux de collège et les échanges avec les équipes enseignantes de la filière.

Douze professionnels, sept principaux de collège et un invité d’honneur au rendez-vous

Les professionnels, chefs d’entreprise, directeurs de restauration, chef de rang, sommelier, représenteront trois concepts de restauration : traditionnel, brasserie et gastronomique.
Participeront également au colloque, les principaux des collèges Jean Bauhin d’Audincourt, Jean-Jacques Rousseau de Voujeaucourt, Anatole France de Bethoncourt, Léonard de Vinci de Belfort, Paul Langevin d’Étupes, Jean-Paul Guyot de Mandeure et Les Bruyères de Valentigney.

Les organisateurs auront aussi le plaisir d’accueillir Rémi Ségura, ancien élève du lycée d’Audincourt, B.E.P. des métiers de la restauration, promotion 2008, ayant obtenu le titre de "Meilleur sommelier du Luxembourg 2012".

Programme

Après un déjeuner au restaurant d’application du lycée, trois temps de réflexion réuniront l’ensemble des participants à l’auditorium :
- recueillir les représentations des métiers de service des collégiens,
- construire une image positive de ces métiers avec la contribution des professionnels,
- bâtir une présentation claire et valorisante des métiers de service en hôtellerie restauration à destination des collégiens.

Contacts

- Chantal Rosier, inspecteur de l’éducation nationale enseignement technique (I.E.N. - E.T.) économie-gestion, chargée des filières hôtellerie restauration et alimentation
- Hervé Tournier, professeur de services et commercialisation en hôtellerie restauration au lycée professionnel d’Audincourt, aide I.E.N et Meilleur ouvrier de France
- Jean-Pierre Koeppel, proviseur

Tél. 03 81 36 22 00

Lycée des métiers éco-matériaux et éco-services, lycée professionnel d’Audincourt

 
mercredi 16 janvier 2013

Un nouveau bâtiment pour le département Génie civil de l’I.U.T. de Belfort-Montbéliard

Le 11 janvier, Éric Martin, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités, a inauguré le bâtiment, en présence de Jacques Bahi, président de l’Université de Franche-Comté, Olivier Prévôt, directeur de l’I.U.T. et Étienne Butzbach, maire de Belfort et maître d’ouvrage

Le projet a débuté en 2006 lorsque la communauté d’agglomération belfortaine et la Ville de Belfort, dans le cadre du contrat de projets État-Région (C.P.E.R.) 2007-2013, ont apporté appui au projet de réhabilitation et d’extension de l’I.U.T. de Belfort en vue d’accueillir un département Génie civil.

Le nouveau bâtiment

Le bâtiment abrite les salles de travaux pratiques spécialisées sur 900 m2. Une aire de stockage sécurisée, dédiée aux matériaux et à la fabrication de pièces, a été créée en extérieur près du bâtiment. Son accès est facilité pour les livraisons de matériels de travaux publics.

L’extension comprend ainsi une salle de cours, un bureau pour les techniciens, plusieurs laboratoires dont étude des sols, des granulats, d’éclairage, du béton… et enfin un atelier coffrage équipé d’un pont roulant.

Renforcer la filière technologique d’enseignement et les formations en alternance

Le projet de création du département Génie civil au sein de l’IUT de Belfort-Montbéliard s’inscrit dans une dynamique de valorisation de la filière technologique d’enseignement et des formations en alternance, en particulier l’apprentissage. Cette formation, créée en partenariat avec les professionnels du secteur et ouverte à la rentrée 2008 avec un groupe de 49 étudiants, est la seule entre Strasbourg et Lyon. C’est, à ce jour, le D.U.T. secondaire, le plus demandé de l’I.U.T.

Le département Génie civil propose deux parcours de formation

- un D.U.T., qui forme en deux ans des collaborateurs polyvalents participant à la responsabilité de l’étude et de l’exécution des travaux de génie civil. Depuis l’année dernière, les étudiants ont la possibilité d’effectuer leur deuxième année en apprentissage.
- une licence professionnelle Conduite de travaux et performance énergétique des bâtiments (C.T.P.E.B.), bac+3, habilitée à l’apprentissage. Cette licence professionnelle offre désormais une spécialisation dans l’énergie de
l’habitat et le développement durable.

Chiffres clés et origine des étudiants

- 85 % de diplômés en moyenne depuis la création du département en 2008
- 95 % des étudiants trouvent un emploi à la fin de leurs études

- 75 % de bacheliers Scientifiques
- 20 % de bacheliers Sciences et technologies industrielles (S.T.I.), devenu le bac Sciences et technologies industrielles et du développement durable (S.T.I2.D.)
- 5 % d’étudiants en réorientation.

Débouchés des formations

- Conception : technicien supérieur en bureau d’étude ou des méthodes…
- Réalisation : chef de chantier, conducteur de travaux…
- Contrôle : technicien de laboratoire, animateur qualité, responsable environnement, coordinateur sécurité…
- Commercial : économiste de la construction, gestionnaire d’un parc immobilier, technico-commercial, chargé d’affaires…

Dossier de presse inauguration du bâtiment Génie civil - I.U.T. Belfort-Montbéliard

Contact

Nadège Chèvre, attachée de presse - Université de Franche-Comté
Tél. : 03 81 66 58 59
Université de Franche-Comté

 
mardi 1er janvier 2013

Vœux 2013

Élèves, parents, enseignants et membres de la communauté éducative, Éric Martin, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités, vous souhaite à toutes et à tous une belle année 2013 et une pleine réussite scolaire.

 
mercredi 26 décembre 2012

Un nouveau conseil académique de la vie lycéenne (C.A.V.L.) pour 2012 - 2014

Le 12 décembre, les nouveaux élus du C.A.V.L. ont été réunis au rectorat, sous la présidence du recteur Éric Martin qui les a félicités.

Un bilan des élections des représentants des élèves dans les instances de vie lycéenne

Cette rentrée a vu le renouvellement partiel des 52 conseils de vie lycéenne dans les lycées et lycées professionnels de l’académie, le 16 octobre (507 élus titulaires et 387 élus suppléants) et le renouvellement total du C.A.V.L.
Les élections au C.A.V.L. ont eu lieu le 30 novembre dans les huit circonscriptions de l’académie (Besançon, Pontarlier-Morteau, Montbéliard, Belfort, Dole / Jura Nord, Lons-le-Saunier / Jura Sud, Vesoul-Gray et Lure-Luxeuil).
Dix-neuf sièges ont été pourvus sur 21, les élus étant issus de trois collèges électoraux :
- lycées généraux et technologiques (L.G.T.), onze sièges
- lycées professionnels, neuf sièges
- établissements régionaux d’enseignement adapté (É.R.E.A.), un siège.

Les collèges É.R.E.A. de la circonscription de Besançon et les lycées professionnels de la circonscription de Dole / Jura Nord n’avaient pas de candidats.
Le taux de participation à ces élections a progessé :
- 46,3% pour le C.V. L.(43,6% en 2011).
- 69% pour le C.A.V.L. (62% en 2010).

Élection du représentant au conseil national de la vie lycéenne

Les élèves élus titulaires du C.A.V.L. ont élu ce mercredi 12 décembre leur représentant au conseil national de la vie lycéenne.
Sara Mouradi, élève de terminale S au lycée Louis Pasteur de Besançon a été élue titulaire. Son suppléant est Baptiste Monange, élève de première professionnelle au lycée Le Corbusier de Lons-le-Saunier.

Le C.A.V.L. 2012-2014 est composé de 19 membres adultes nommés par le recteur pour trois ans et de 19 élèves titulaires (et 35 suppléants) élus pour deux ans.

Composition C.A.V.L. 2012-2014

Antoine Neves, délégué académique à la vie lycéenne a présenté la répartition des élèves dans les différentes commissions de travail puis a présenté un bilan de l’enquête menée auprès des élèves en 2012 portant sur la réforme des lycées et de la voie professionnelle.
Il a ensuite fait un rappel du plan d’action du C.A.V.L. 2010-2012.

Un plan d’action pour 2012-2014

Voici les thèmes choisi par les membres du C.A.V.L. et qui vont constituer l’ossature du plan d’action 2012-2014 :
- égalité fille/garçon
- conduites à risques, climat scolaire
- maison des lycéens (M.D.L.) : nouveau droit associatif, rôle, composition et mise en œuvre d’une MDL
- communication au sein de la vie lycéenne : média lycéen, communication C.A.V.L ./ C.V.L., image des lycées professionnels (L.P.) et la collaboration entre lycées et L.P.
- actions culturelles et sportives
- réforme des lycées et de la voie professionnelle, accompagnement personnalisé

Les dates à retenir

Une réunion des référents vie lycéenne est prévue le jeudi 10 janvier 2013.
Un séminaire de vie lycéenne aura lieu à Mouthe les 22, 23 et 24 janvier 2013 réunissant les élus titulaires du CAVL et les vice-présidents des C.V.L. de l’académie.
Des rencontres européennes se tiendront à Strasbourg en mars 2013.

Prochaines réunions du C.A.V.L.

- mercredi 6 février 2013
- mercredi 10 avril 2013

Contact

Antoine Neves, délégué académique à la vie lycéenne

 
jeudi 20 décembre 2012

Deux étudiants du lycée Edgar Faure de Morteau réveillent des horloges !

Pour leur diplôme des métiers d’art (D.M.A.), Elsa et Arthur ont eu la chance de mettre leurs compétences au service du patrimoine national

Elsa et Arthur remettent les pendules à l’heure !

En première année du diplôme des métiers d’art (D.M.A.) figure la restauration d’une pièce d’horlogerie. C’est dans ce cadre que les deux étudiants ont eu l’opportunité de travailler sur des pendules exceptionnelles, des œuvres d’art !
Ainsi, en novembre 2011, Elsa Galera et Arthur Topouchian prenaient en charge la réfection de deux horloges, propriété de l’État et patrimoine du rectorat de Besançon.

Elsa se saisit d’une pendule XIXe, de style empire. La forme portique de l’ensemble et les éléments décoratifs sont caractéristiques du règne de Napoléon 1er.
Pour sa part, Arthur prend en charge une pièce de grande taille, dont l’habillage est en marbre blanc mat, sans nervures apparentes, tandis que les éléments décoratifs sont en bronze doré.

Ils racontent leur belle aventure...

Elsa Galera : "une expérience unique et valorisante !"

"Après un bac scientifique en 2006, j’ai passé trois ans en fac de droit. Je souhaitais devenir commissaire priseur. Il faut une double licence histoire de l’art et droit, mais je me suis heurtée à un problème d’âge pour me présenter au concours, j’avais 17 ans, or le concours n’est pas accessible avant 25 ans, et à un réel problème d’intérêt pour le droit.
Ayant toujours été intéressée par l’art et les objets anciens, en 2009, je me suis naturellement réorientée vers l’horlogerie. En plus du côté artistique et des compétences manuelles, il y a une dimension mathématique et scientifique dans laquelle je me sens très à l’aise. J’ai donc effectué un C.A.P. en 1 an, puis un brevet des métiers d’art (B.M.A.) en 1 an avant d’intégrer le D.M.A. à Morteau en septembre 2011.

Les meilleurs moments de ma vie d’élève horloger sont ceux de la réalisation du projet de cette seconde année de D.M.A. Après avoir passé des dizaines d’heures à concevoir et à fabriquer des pièces pour créer notre propre montre, s’être confronté à des problèmes pour lesquels on s’arrache les cheveux, il y a un moment magique, celui du premier montage qui permet de vérifier les fonctions. Une fois toutes les pièces positionnées, la montre sera mise en marche et tout fonctionnera ! Tout le travail effectué prend du sens au vu du résultat concret, abouti et fonctionnel..

En mai 2011, lorsque j’ai monté mon premier projet phase de lune (qui reproduit sur le cadran, le cycle de l’astre), ça a été une incroyable émotion, j’en pleurais de joie ! C’est un mélange de fierté, de soulagement et ça donne également du courage, car même après cette petite victoire, rien n’est fini. L’horlogerie est un domaine exigeant moralement (on peut passer plusieurs heures sur une manipulation qui ne prend normalement que quelques secondes) et aussi physiquement, mais il y a toujours un moment ou on réussi quelque chose pour la première fois et c’est merveilleux !

Cette réfection de l’horloge du rectorat a été tellement enrichissante ! Je retiendrai deux aspects fondamentaux : la technique pure, avec le travail sur le mouvement et le côté historique et artistique, qui donne le plus d’indices pour dater la pendule. Je réalise la chance qu’on a eue de nous voir confier cette réfection : travailler sur un habillage aussi "précieux" nous a permis de beaucoup apprendre. Avec Arthur, on s’est entraidé, ce qui nous a aussi permis d’échanger et de partager nos idées et nos recommandations. J’ai d’ailleurs validé certaines unités d’enseignement sur "son horloge à lui".
Si je pouvais, je recommencerais volontiers, plus dans le cadre de mon diplôme, mais en tant que professionnelle passionnée !

J’aimerais pouvoir travailler dans la préservation de pièces anciennes, de leur gestion dans un musée à leur restauration par exemple."

Dossier restauration Elsa

Arthur Topouchian : "un challenge qui en valait la peine !"

"Je suis venu à l’horlogerie sur les conseils d’un membre de ma famille. Après des études de "Game design" (création de jeux vidéo, graphisme, 2D/3D ), j’ai choisi de me réorienter vers ce domaine. J’ai alors eu la chance de travailler à Paris comme apprenti, auprès d’un horloger expert en montres de collection et de côtoyer pendant deux ans le monde des ventes aux enchères, particulièrement à l’hôtel Drouot. Cela m’a permis de me spécialiser dans la valeur et l’histoire des montres et des manufactures. J’ai alors voulu approfondir mes connaissances et me plonger dans le cœur des montres que je regardais jusque-là par-dessus l’épaule de mon maître horloger.

J’ai fait mes études à Paris au lycée Diderot en formation initiale. Mon objectif étant d’apprendre le plus et le plus vite possible, j’ai passé le C.A.P. en un an au lieu de deux, puis le B.M.A., ce qui m’a fait travailler à la fois sur les montres et sur les pendules anciennes. Plus j’avançais dans mes études, plus je voulais les approfondir, c’est pourquoi je suis venu passer le D.M.A. à Morteau. C’est ici que j’ai vraiment cerné le perfectionnisme et la rigueur nécessaires à la pratique de l’horlogerie. Alors, dès que l’on a su que le rectorat de Besançon possédait deux pendules "de Paris" (appellation générique de ces pendules dont de le mécanisme y a été inventé), on a décidé de relever le défi. La difficulté de cette restauration tient tant à la révision du mécanisme en respectant les règles, qu’au ravivage de l’habillage qui est assez fragile. L’idée est donc de réparer l’objet sans le dénaturer et de le rendre quasi neuf.

L’intérêt de cette restauration est le côté historique, que je mets au même niveau que la partie mécanique. À mon avis, un horloger ne devrait pas seulement se cantonner à l’atelier, mais voir toute la richesse de son artisanat.

J’aimerai travailler dans le domaine de la conservation du patrimoine d’une manufacture suisse ou bien en tant qu’expert auprès des maisons de ventes aux enchères. Cela me permettrait de concilier les deux facettes de l’horlogerie (technique et historique) que j’apprécie et également d’être au contact des gens."

Etude preliminaire Arthur

Dossier restauration Arthur

Contact

Tél. 03 81 67 68 80

Lycée des métiers de l’horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie Edgar Faure - Morteau

Les diplômes des métiers d'art dans l'académie - outils de recherche de formation

 


Galerie

suspension pendule Elsa mouvement entablement cadran cadran gros plan balancier mecanisme resultat fini polissage mouvement Arthur mouvement A. II mouvement avt apres detail assemblage assemblage II moulage collier detail II cadran Arthur cadran aiguille barillet

 
mercredi 19 décembre 2012

Fermeture du rectorat

En raison des fêtes de fin d’année, les bureaux du rectorat seront fermés les lundis 24 et 31 décembre 2012

Bonnes fêtes de fin d’année !

 
jeudi 13 décembre 2012

2e édition nationale de la fête du court métrage : "Jour le plus court", le 21 décembre

Une occasion de découvrir la richesse des productions et de promouvoir la diversité des pratiques de création audiovisuelle


Le centre départemental de documentation pédagogique (C.D.D.P.) du Jura et ses partenaires, le lycée professionnel Montciel et le lycée agricole Mancy à Lons-le-Saunier, se sont associés pour proposer aux élèves cette journée, afin qu’ils découvrent l’intérêt du court métrage.

Les séances se dérouleront principalement au C.D.D.P. du Jura et pour certaines classes au lycée Montciel.

Une fête dont chacun peut s’emparer librement pour organiser ou assister à des projections gratuites de films courts

Tous les lieux culturels et d’enseignement sont concernés et l’association partenaire du Jour le plus court (A.P.A.R.R.), propose d’aider à organiser des projections dans les établissements scolaires, les théâtres, médiathèques, sur les places publiques...

La démarche est simple

Il suffit de se déclarer participant et de choisir un ou plusieurs films à projeter.
- Choisissez vos films parmi la sélection franc-comtoise de deux courts métrages produits ou tournés sur notre territoire : Construire un feu, d’Emmanuel Parraud, d’après la nouvelle de Jack London et Une âme voilée,de Sylvain Bresson.
- Retrouvez les résumés et extraits de ces films sur le portail du cinéma et de l’audiovisuel en Bourgogne Franche-Comté : les 250 courts métrages nationaux proposés par l’Agence du court métrage

Inscrivez-vous ensuite sur le site dédié au Jour le plus court en tant qu’organisateur et réservez vos films jusqu’au 21 novembre 2012 !

Programmation du C.D.D.P. du Jura

Pour tous ces films, les droits de diffusion ont été négociés par l’A.P.A.R.R. et l’Agence du court métrage. Vous pouvez ainsi les diffuser gratuitement à l’occasion du Jour le plus Court !

Contact

Jean-Louis Balducci, directeur du C.D.D.P. du Jura
Tél. : 03 84 47 22 86

Le Jour le plus court

 
mardi 11 décembre 2012

L’U.T.B.M. ouvre ses portes aux élèves des "cordées de la réussite"

Deux riches journées organisées au profit des élèves de la cordée "Programme d’ouverture sociale et culturelle" de Belfort - Montbéliard

Visite des ateliers du département "Ergonomie, design et ingénierie mécanique" et vernissage d’une exposition, le 29 novembre

Les élèves des collèges Anatole France à Bethoncourt, Pierre Brossolette à Montbéliard, ainsi que les élèves des lycées Georges Cuvier de Montbéliard et Lumière à Luxeuil-les-Bains ont découvert avec curiosité et intérêt l’Université de technologie Belfort-Montbéliard (U.T.B.M.).

Des enseignants-chercheurs leurs ont présenté le métier d’ingénieur à travers notamment les plateformes de réalité virtuelle, ainsi que les ateliers de découpe et usinage du département Ergonomie, design et ingénierie mécanique (E.D.I.M.). Ils ont également expliqué les travaux de recherche menés au sein du laboratoire SeT-IRTES (Institut de recherche sur les transports, l’énergie et la société). Sébastien Chevriau, ingénieur de recherche, a montré aux élèves le studio de réalité virtuelle, "où l’on simule des choses qui n’existent pas encore, et qui existeront dans le futur".

La visite s’est achevée par le vernissage d’une exposition de Dominique Dehais "Antichambres III" en partenariat avec le "19", centre régional d’art contemporain de Montbéliard. L’artiste a pu expliquer sa démarche aux élèves et les initier aux problématiques de l’art et de la technique.

Aujourd’hui collégiens ou lycéens, dans dix ans peut-être ingénieurs !

"Ce type de rencontres et d’échanges, c’est intéressant, mais je ne sais pas encore
ce que je ferai plus tard. Pour l’instant, mon objectif est de réussir mon bac S", confie Sarye, 16 ans, élève en première au lycée Cuvier et membre de la cordée depuis plus de trois ans, sur proposition du principal de son collège de l’époque.

La cordée procure aux élèves l’occasion de rencontrer régulièrement des étudiants et de participer à des événements culturels, comme des expositions ou concerts.
Elle leur permet de découvrir les métiers de l’ingénieur, "ceux auxquels on forme nos étudiants ici", explique Jean-Bernard Bluntzer, maître de conférence, qui leur a fait la visite : "Et peut-être que plus tard, ça sera vous !"

Concert-conférence "Medicine groove" le 13 novembre

Outre la découverte des métiers de l’ingénierie, cette cordée met l’accent sur l’ouverture sociale et culturelle. Démonstration avec le groupe Medicine groove. Ainsi, les élèves des collèges Anatole France à Bethoncourt, Pierre Brossolette à Montbéliard et des lycées Cuvier, Viette de Montbéliard et Lumière à Luxeuil-les-Bains ont eu la chance d’assister à une animation originale : la rencontre avec Medicine groove. Les membres du groupe ont d’abord expliqué l’histoire des indiens d’Amérique, puis leurs conditions de vie dans les réserves aujourd’hui. Jean-Michel Wizenne, le chanteur a fait partager son engagement en faveur des tribus sioux et les projets humanitaires qui existent pour les aider.

Après un échange avec les élèves, la rencontre s’est poursuivie avec un concert rock : le groupe chante en anglais sur la condition des indiens d’Amérique. Il utilise autant la guitare électrique que la flute ou le tambour traditionnel sioux. Certains nouveaux tuteurs étudiants présents pour l’occasion, ont pu avoir un premier échange avec les élèves.

Contact

Aude Petit , chargée du programme des cordées de la
réussite à l’U.T.B.M.
Les quatre cordées labellisées de l’académie

 
mardi 11 décembre 2012

Un internat flambant neuf au lycée Duhamel de Dole !

Inauguration le 30 novembre de l’internat commun aux lycées dolois Jacques Duhamel et Jacques Prévert : âgé de 45 ans le bâtiment a fait l’objet d’une restructuration complète intégrant les normes énergétiques de basse consommation

Le recteur Éric Martin et Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Franche-Comté, ont été accueillis par Jean-Marc Milville, directeur des services de l’éducation nationale du Jura et Yannick Lucas, proviseur du lycée, en présence de Jean-Claude Wambs, maire de Dole. Bon nombre de personnalités et de personnels des deux lycées, ainsi que des parents d’élèves étaient aussi présents pour l’occasion.

Durant la visite, le recteur a souligné l’intérêt pédagogique de l’internat qui favorise les conditions d’études des élèves et les activités extra-scolaires. Il a apprécié l’aspect coloré et convivial des locaux qui offrent désormais un réel confort de travail et de meilleures conditions de service et d’accueil aux élèves et aux personnels.

Un bâtiment de 5 300 m2 entièrement rénové grâce à des travaux d’envergure

Proche du centre ville, situé dans un parc de 5 hectares au sein du lycée Duhamel, le bâtiment de six étages peut accueillir 250 internes. Il héberge à la fois les élèves de ce lycée polyvalent et les internes du lycée professionnel voisin Jacques Prévert.
Le bâtiment compte à présent quatorze chambres de quatre lits sur quatre étages, avec un coin bureau pour chacun.
Les travaux intègrent l’installation d’un ascenseur, de salles d’étude, d’une salle de sport et de spacieuses salles de convivialité à chaque étage.

Des locaux répondant aux normes de développement durable

Les façades de l’établissement ont également fait l’objet d’une réfection complète, avec l’isolation par l’extérieur et les fenêtres isolantes permettent d’économiser 40 % d’énergie par rapport à l’ancien bâtiment.
Sur la façade sud, les 120 m2 de panneaux photovoltaïques produisent de l’électricité réinjectée dans le réseau du lycée.
La récupération d’eau de pluie est utilisée pour alimenter les chasses d’eau, un geste de plus pour l’environnement !

Il est prévu de labelliser 25 places en internat d’excellence en 2014.
"Bon vent à ce nouvel internat, qu’il permette à nos élèves d’aller au bout de leurs ambitions !" a conclu le proviseur.

Contact

Yannick Lucas, proviseur
Tél. 03 84 79 78 00

Lycée polyvalent Jacques Duhamel - Dole


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon