R

Accueil > DSDEN > Actualités > Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 1er (...)

Rubrique Actualités

jeudi 21 juin 2012

Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 1er degré

À l’exemple du concours national de la Résistance et de la Déportation (C.N.R.D.), il a été décidé en 2011-2012, de mettre en place un concours départemental 1er degré (C.D.R.D.) adapté aux programmes de l’école primaire et aux grands élèves de cycle 3

Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 1er degréCette première édition du concours départemental de la Résistance et de la Déportation 1er degré était co-organisée par la direction des services départementaux de l’éducation nationale (D.S.D.E.N. 70) et l’association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (A.N.A.C.R. 70). 187 élèves provenant de six écoles du département ont participé au concours*. La remise des prix a eu lieu le mardi 19 juin à 17 h 00 à la salle Parisot de Vesoul sous la présidence de la directrice académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône Hélène Ouanas en présence des résistants Odile Selb-Bogé et Gilbert Lasnier.

Cahier des charges

Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 1er degréCe concours départemental, mis en place en partenariat avec des associations représentatives des mouvements de Résistance et de lutte contre la Déportation, a pour objectif de développer chez nos élèves la connaissance de ces faits historiques et de les sensibiliser aux valeurs de patriotisme, courage, solidarité, liberté ainsi qu’au besoin de mémoire et d’histoire pour la formation des futurs citoyens. Comme l’a souligné la directrice académique, une attention particulière a été portée par les organisateurs et les enseignants, tant sur le plan pédagogique que sur le plan psychologique, pour aborder cette période sombre et cruelle de notre histoire de façon pertinente mais adaptée à la sensibilité des enfants.

Inspiré du sujet C.N.R.D. 2nd degré, le sujet retenu cette année était le suivant : "Pendant la 2ème Guerre mondiale, de nombreux actes de résistance ont permis de sauver des enfants et des adolescents. De nombreux enfants ont été cachés évitant ainsi la déportation. À l’intérieur même des camps, la solidarité a permis d’épargner des vies".
Des types de production diversifiés ont été proposés et adaptés au niveau des classes concernées : affiches, productions écrites, dessins, poèmes.

Maîtresse de cérémonie, Madame Colette Gaidry, présidente déléguée départementale de l’A.N.A.C.R. 70 et professeure d’histoire retraitée, est intervenue dans chaque classe participante avec un module pédagogique de sa conception utilisant l’histoire et les dessins de l’enfant déporté Thomas Geve

Palmarès

Pour cette première édition du C.D.R.D. 1er degré, tous les élèves participants ont été récompensés par un diplôme et chaque classe a reçu un prix constitué de ressources documentaires pour sa bibliothèque. La remise des prix a été agrémentée de l’interprétation de divers chants et poèmes.

Palmarès

École participantes

- Vesoul Matisse (70000) / 2 classes
- Vesoul Marteroy (70000) / 2classes
- Quincey (70000) / 2 classes
- Noroy-le-Bourg (70000) / 1 classe
- Flagy (70000) / 1 classe
- Autrey-lès-Gray (70100) / 1 classe

 
lundi 18 juin 2012

"École qui chante" à Granges-la-Ville et dans tout le département

Samedi 16 juin, près d’une centaine d’élèves du regroupement pédagogique intercommunal (R.P.I.) Crevans / Granges-le-Bourg / Granges-la-Ville / Mignavillers / Secenans s’est retrouvée pour offrir à leurs familles et amis le concert de fin d’année "École qui chante"

"École qui chante" à Granges-la-Ville et dans tout le départementL’opération "École qui chante" existe en Haute-Saône depuis au moins une vingtaine d’années. Grâce à une coopération fructueuse entre
- le Conseil général qui finance des déplacements via l’association départementale pour le développement et l’initiative de la musique et de la danse (A.D.D.I.M.)
- les conseillers pédagogiques en éducation musicale (C.P.E.M.) qui coordonnent cette action, élaborent des contenus et proposent une aide pédagogique,
- les équipes éducatives qui choisissent de participer, se forment à l’enseignement du chant choral, préparent les élèves à l’interprétation et organisent les concerts de fin d’année

Ce sont cette année encore près de 6700 enfants qui sont amenés à se produire lors d’une cinquantaine de rencontres. Ces milliers de participants, de la maternelle au CM2 représentent près de 29 % des effectifs des écoles primaires du département.

Des modalités variées

"École qui chante" à Granges-la-Ville et dans tout le départementLes rencontres "École qui chante" se font de multiples façons :
- une seule classe chantante
- un cycle de l’école ou l’école entière
- la rencontre de plusieurs écoles d’un même R.P.I. ou voisines géographiquement.

En milieu rural, la salle de concert la plus adaptée à ces rencontres est généralement une salle des fêtes ou une église. Les regroupements vont de 17 à 300 élèves en représentation par spectacle.

Divers répertoires peuvent être proposés

- thématique (les saisons, la nourriture, les droits des enfants, les liens intergénérationnels, le temps...),
- un conte particulier (Boucle d’or, Circus et boule de gomme...),
- un spectacle construit autour d’un album travaillé en classe (exemple : le vilain petit canard),
- des chansons puisées au gré des envies des maîtres.

Granges-la-Ville 2012 : très belle prestation !

"École qui chante" à Granges-la-Ville et dans tout le départementC’est ainsi qu’à Grange-la-Ville (70400), l’église était quasiment comble des parents et amis des écoles du R.P.I. pour écouter, dans une ambiance attentive et familiale, neuf chants d’un répertoire varié travaillé durant l’année scolaire, par les cinq classes associées des environs. Le public a pu apprécier la bonne tenue et la présentation simple mais soignée des enfants qui portaient tous un T-shirt blanc. Mais surtout, il a pu apprécier le résultat d’un travail vocal et musical important car, au départ, il n’est pas évident pour tous les élèves de chanter juste, dans un bel ensemble, et accompagnés par une bande son ou par la guitare d’une enseignante. Bravo aux élèves et à leurs professeurs !


Calendrier des prochaines rencontres

Vendredi 22 juin

- Adelans : Salle des fêtes à 14 h / écoles d’Adelans, d’Amblans et Bouhans.
- Servance : Salle de cinéma à 14 h / écoles de Montessaux, Servance centre et maternelle de St Barthélemy.
- Villersexel : Foyer socio culturel à 14 h / école de Villersexel.
- Conflans sur Lanterne : Salle des fêtes à 14 h 30 / écoles de Conflans-sur-Lanterne et Dampierre-lès-Conflans.
- Rioz : Centre culturel à 15 h / école de Rioz.
- Loulans-les-forges : école à 16 h 30 / Pôle éducatif de Loulans-Verchamp.
- Noidans-lès-Vesoul : salle des fêtes à 18 h 30 / école de Noidans-lès-Vesoul.

Samedi 23 juin

- Luze : Temple à 9 h / école de Luze.
- Lure : Espace du Sapeur à 9 h 15 / école du Centre de Lure.
- Velle-le-Châtel : école à 9 h 30 / écoles de Velle-le-Châtel, Clans, Raze et maternelle de Rosey.
- Rioz : Centre culturel à 10 h / école de Traitiéfontaine.

Jeudi 28 juin

- Combeaufontaine : école maternelle à 17 h 30 / école maternelle de Combeaufontaine.
- Luxeuil-les-Bains : Espace Molière à 18 h 30 / école du Stade de Luxeuil-les-Bains.

Vendredi 29 juin

- Authoison : école à 17 h 30 / Pôle éducatif d’Authoison.

Samedi 30 juin

- Valay : école à 9 h / école de Valay.
- Conflandey : Salle des fêtes à 10 h / école de Conflandey.
- Héricourt : Salle des fêtes à 10 h / école Grandjean d’Héricourt.
- Lure : école Ferry à 10 h / école Ferry de Lure.
- Quincey : école à 10 h / école de Quincey.
- Lure : école Jean Macé à 16 h 30 / école de la Pologne de Lure.

 
mardi 12 juin 2012

Amance : projet primé au forum des enseignants innovants et de l’innovation éducative

Le 5ème forum des enseignants innovants et de l’innovation éducative (F.E.I.I.E.) s’est déroulé à Orléans les 1er et 2 juin dernier. Le projet initié dans la classe de CP de l’école d’Amance (70160) a reçu le prix de "l’innovation territoriale"

Le forum des enseignants innovants et de l’innovation éducative est organisé par François Jarraud, rédacteur en chef du Café pédagogique avec le soutien du ministère de l’éducation nationale, et de diverses structures ou associations telles que Écoles Internet, la ligue de l’enseignement, les clionautes, l’U.S.E.P., la J.P.A., le SCEREN-CNDP, Microsoft. L’édition 2012 a été inaugurée par Monsieur le ministre Vincent Peillon qui a visité plusieurs stands et discuté avec des enseignants innovants présents. 100 projets avaient été sélectionnés pour participer au forum d’Orléans et 13 prix ont été attribués.

Amance : projet primé au forum des enseignants innovants et de l'innovation éducativeChristine Froté, directrice de l’école d’Amance a reçu le prix de "l’innovation territoriale" décerné par Écoles Internet. En plus du diplôme correspondant elle a été dotée d’un mini-ordinateur PC.

Herbier numérique européen

Nombre d’élèves concernés

19 élèves français de milieu rural et 25 élèves de la Grundschule de Karlshausen (Rhénanie-Palatinat - Allemagne)

Partenaires

L’enseignante allemande Monika Gierenstein
Le responsable e-twinning 70 et directeur du CDDP 70 Christian De Thy.

Objectif général

Réaliser un herbier numérique européen en utilisant le nom latin, des photos et les caractéristiques de la plante.

Niveau

Année 2 du cycle 2 (CP)

Disciplines

Le projet a pour ambition de sensibiliser les élèves à plusieurs approches pédagogiques : historiques, civiques, artistiques, poétiques, scientifiques, géographiques, littéraires, nouvelles technologies avec l’entrée de l’école dans l’environnement numérique de travail.

Amance : projet primé au forum des enseignants innovants et de l'innovation éducative

Objectifs de l’action

- Découvrir la variété des espèces végétales
- Connaître le nom en différentes langues des plantes de l’environnement proche et lointain.
- Observer la vie végétale dans notre milieu familier et comparer avec d’autres milieux plus lointains.
- Indiquer les repères temporels et climatiques pour observer au fil des saisons le développement des différentes plantes.
- Mettre en place et entretenir des cultures dans l’école.
- Prendre conscience de l’environnement européen géographique et linguistique à travers la production d’un document collaboratif.

Historique

- Travail avec une architecte paysagiste pour la mise en place du jardin,
- Travail sur la biodiversité avec des animateurs de la maison de la nature de Brusssey et la mission E.D.D. de la D.S.D.E.N. 70.
- Inscription à E-twinning,
- Nombreux échanges par courriel avec la collègue allemande pour la présentation de l’herbier.

Descriptif des étapes

- Mise en place du jardin pédagogique
- Étude du jardin au fil des saisons, prise de photos
- À partir d’un végétal désigné, les classes partenaires vont commenter réciproquement les observations et les enrichir. Elles vont décrire, identifier les conditions favorables à sa croissance. Les classes partenaires donneront leurs avis, ajouteront des commentaires (où la trouver ? Son développement est-il dans leur pays comme dans le nôtre ?...) Puis les élèves proposeront une nouvelle plante sur laquelle échanger.

Bilan intermédiaire de l’action

Amance : projet primé au forum des enseignants innovants et de l'innovation éducativePour le jardin, le bilan est très positif. De nombreux villageois s’impliquent pour sa mise en place et son entretien.
Il est attendu que dans le wiki, une page par plante soit créée. Sur chaque page apparaîtra le nom latin suivi du nom français et du nom allemand, des photos des différents stades de développement avec des relevés de mesure de sa croissance. Des observations précises dans chaque pays partenaire, des manifestations de la vie de la plante seront ajoutées ou commentées.
Le projet va se poursuivre l’année prochaine en réalisant des cartes d’identité de chaque plante avec noms, origine, caractéristiques, recettes.

Blog du Forum des enseignants innovants et de l’innovation éducative (F.E.I.I.E.)

 
vendredi 8 juin 2012

Contrat de rivière Ognon : restitution des projets scolaires 2012

En 2012, dans le cadre du Contrat de rivière Ognon, 6 classes primaires ont bénéficié d’un programme d’animations "court" de trois demi-journées et 4 classes d’un programme "approfondi" de cinq demi-journées incluant un temps de rencontre et de restitution

Ont bénéficié du programme court, les classes de : Oiselay (70), Sorans-lès-Breurey (70), Gendrey (39), Dammartin-Marpain (39), Pelousey (25), et École-Valentin (25).

Le vendredi 1er juin, la Maison de la Nature de Brussey, centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) de la Vallée de l’Ognon, a été le théâtre d’une journée événementielle regroupant une centaine d’enfants issus des quatre classes d’écoles franc-comtoises qui ont bénéficié du module "approfondi" : École-Valentin (25), Dammartin-Marpain (39), Bonnevent-Velloreille (70) et Sornay (70).

Contrat de rivière Ognon : restitution des projets scolaires 2012Lors de cette rencontre les enfants ont pu découvrir les travaux réalisés par les différentes classes qui ont participé aux animations Contrat de rivière Ognon 2012 : des affiches de présentation d’un dispositif de protection des amphibiens, un "jeu de l’oie" sur la migration des grenouilles (classe de Sornay), une maquette et une vidéo représentant le circuit de l’eau domestique (classe d’École-Valentin), des petits jeux de découverte de la biodiversité aquatique (Dammartin-Marpain), un panneau de présentations des amphibiens de Franche-Comté des abris en bois pour les salamandres et les crapauds construits par les élèves de Bonnevent-Veloreille.

Cette journée a été d’une grande richesse, avec la conduite d’une belle diversité d’activités scientifiques et imaginaires. Les enfants ont participé à des ateliers naturalistes mis en place sur le terrain de la Maison de la Nature :
- découverte des poissons avec Jean-Pierre Hérold, enseignant retraité de la faculté des sciences de Besançon, ancien président de la maison de la nature de Brussey : poissons de l’Ognon, mode de vie, morphologie.
- affût aux oiseaux : observation des oiseaux et des silhouettes cachées à deviner, jeux sur les nichoirs
- observation des petites bêtes de la mare : pêche et identification de ces animaux, jeu sur leurs adaptations au milieu aquatique.

Contrat de rivière Ognon : restitution des projets scolaires 2012Les groupes ont bénéficié de deux spectacles enchanteurs avec Gwladys et son Kamishibaï assisté d’un ami musicien qui a mis en œuvre une sonorisation en rapport avec le thème de l’eau, puis "Le Pêcheur d’Oiseaux" installé dans le verger du centre qui a lui aussi transmis de belles leçons de respect envers l’autre et envers notre environnement.

Les interventions scolaires et cette journée de restitution ont été encadrées par Régis Roussel et Cynthia Lecorne salariés de la Maison de la Nature de Brussey et Thierry Galmiche de la Maison de la nature des Vosges Saônoises. L’ensemble du projet est financé par l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse et la D.R.E.A.L. de Franche-Comté.

Site de la conteuse animatrice nature Gwladys
Site de la Maison de la nature de Brussey

 
vendredi 1er juin 2012

Jussey : les élèves de l’internat d’excellence s’initient à l’équitation

L’internat du collège de Jussey compte 24 places dont 12 sont labellisées "Internat d’excellence". Jeudi 31 mai, huit internes ont passé l’examen du "Galop 1" de la fédération française d’équitation (FFE)

Le collège Louis Pasteur de Jussey, bourg rural du nord de la Haute-Saône, possède un internat depuis de nombreuses années. Le label "internat d’excellence" permet d’y réserver des places à des adolescents qui grâce à cette opportunité peuvent poursuivre leurs études dans un cadre très favorable dont ils ne disposent pas toujours dans leur milieu d’origine.

Huit candidats – Huit lauréats

Jussey : les élèves de l'internat d'excellence s'initient à l'équitationÀ Jussey, pour la deuxième année consécutive, il a été proposé à ces élèves de s’initier à l’équitation dans le cadre de l’accompagnement éducatif. L’an passé, il s’est agi d’une activité de découverte et de loisir, ce qui est important lorsqu’on passe la semaine loin de sa famille. En 2011-12, huit jeunes passionnés se sont accroché, ont participé assidument à l’activité dispensée au centre équestre et encadrée par le moniteur Patrick Simonin, tous les jeudis soirs. En cette dernière soirée de mai, Franck et Charline, Marc et Mike, Lucie et Icéane, Léa et Clémence étaient fin prêts pour affronter l’épreuve pratique du "Galop 1", non sans un peu d’appréhension car il s’agissait d’une évaluation officielle, en présence d’un public de connaisseurs : la directrice académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône Hélène Ouanas était accompagnée de l’inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation Sylvie Malo et accueillie au centre par le principal Christian Tourneret et son adjointe Véronique Staine. Après avoir tous obtenu des notes supérieures à la moyenne aux exercices théoriques, nos huit jeunes gens n’étaient pas peu fiers d’avoir tous réussi les exercices pratiques proposés sans aucune complaisance par le Breveté d’État Patrick Simonin !

Un plus pour réussir à l’internat

Pour ces élèves qui méritent une attention particulière, la pratique de l’équitation constitue tout d’abord un temps de détente en fin de journée, une fois par semaine. Mais ils ont vite compris que cette activité nécessite de la discipline et un grand respect des consignes : l’animal dont le cavalier manque de sérieux ou d’attention aura tôt fait de n’en faire qu’à sa tête voire de mettre à terre l’étourdi ou le chahuteur ! Bien sûr, sur le plan physique, le cavalier doit développer des compétences pour rester en synchronisation avec son animal ; il doit aussi apprendre à s’en occuper d’un point de vue technique et sensible (caresses, soins, harnachement…) Mais un autre point important a été noté : pour ce groupe de jeunes, la pratique de l’équitation a développé la concentration, la personnalité et un esprit d’autodiscipline, ce qui apporte des répercussions positives dans la vie au collège.

 
jeudi 31 mai 2012

Concours national de la Résistance et de la déportation 2011-12

Mardi 29 mai s’est déroulé à Vesoul, le volet départemental de la remise des prix du Concours national de la Résistance et de la déportation (CNRD), en présence des Résistants Odile Selb-Bogé et Gilbert Lasnier

Concours national de la Résistance et de la déportation 2011-12Le concours national de la Résistance et de la Déportation (C.N.R.D.) a été créé officiellement en 1961 par Lucien Paye, ministre de l’éducation nationale, à la suite d’initiatives d’associations et particulièrement de la Confédération nationale des combattants volontaires de la Résistance (C.N.C.V.R.). Ce concours a pour objectif de perpétuer chez les jeunes Français de l’enseignement secondaire la mémoire de la Résistance et de la déportation afin de leur permettre de s’en inspirer et d’en tirer des leçons civiques dans leur vie d’aujourd’hui. Pour l’année 2011-12, le jury national avait arrêté le thème suivant : "Résister dans les camps nazis".

Les différentes formes qu’a pu prendre cette résistance et les valeurs qu’en transmettent les déportés par leurs témoignages devaient faire l’objet d’une présentation.

Quelques éléments sur la participation en Haute-Saône

Devoirs individuels

- 69 lycéens provenant de 6 établissements sur un total de 14.
- 388 collégiens de 3ème provenant de 12 établissements sur un total de 32.

Travaux collectifs

- 11 travaux collectifs ont impliqué 31 élèves provenant de 4 lycées.
- 8 travaux collectifs ont impliqué 33 élèves de troisième provenant de 6 collèges.

Devoir de mémoire et leçon de citoyenneté

Comme chaque année, la remise des prix du C.N.R.D. à la salle Parisot de Vesoul, effectuée sous la présidence de la directrice académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône Hélène Ouanas, a été précédée de cérémonies avec chants, poèmes et dépôts de gerbes, au monument de la Résistance, place du 11ème Chasseurs puis à la stèle de la déportation. Mais cette édition 2011-2012 du concours a été marquée par plusieurs autres temps forts :
- Un hommage particulier a été rendu à Jean Reuchet né le 25 mars 1922 à Villers-sur-Port (70170) qui est décédé le 6 février dernier au centre hospitalier intercommunal de Vesoul. Sous le nom de commandant Bara, il était le chef départemental des Francs-tireurs et partisans (F.T.P.).
- 13 lycéens et 12 collégiens parmi les lauréats étaient de retour d’un voyage à Buchenwald organisé la semaine précédente par l’association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (A.N.A.C.R. 70). Dans le camp, résister signifiait d’abord survivre et cela passait par diverses formes de solidarité. Elle fut d’abord nationale. Les Français ne représentaient que 13% au maximum de la population du camp. C’est dire toute l’importance de la création, après cinq mois de préparatifs et de négociations difficiles, en juin 1944, du Comité clandestin des intérêts français (C.I.F.) qui fédéra tous les groupes français de résistance, services d’action ou de renseignements présents à Buchenwald. En liaison avec les autres organisations nationales clandestines du camp, la plupart du temps bien antérieures, les objectifs du C.I.F.consistaient à :
- permettre à un maximum de Français de rentrer en France,
- freiner la production de guerre allemande,
- établir un plan de libération du camp.

Pour clore la remise des prix, la maîtresse de cérémonie Colette Gaidry, présidente déléguée départementale de l’A.N.A.C.R. 70, a invité les élèves, professeurs, parents et personnalités présentes à interpréter le Chant des partisans, ce qui fut fait avec beaucoup de dignité et de recueillement.

Palmarès

 
vendredi 25 mai 2012

La commémoration du 8 mai à la Combe Freteuille

Pour la troisième année consécutive, des élèves de l’école de Longeville à Échenoz-la Méline ont participé à la cérémonie de commémoration du 8 mai sur le site de la Combe Freteuille. En 2012, des élèves de l’école de Quincey se sont joints à eux

La Combe Freteuille, site reculé de Frotey-lès-Vesoul, est un lieu où plus qu’ailleurs, l’hommage aux morts de la deuxième guerre mondiale prend toute sa valeur. Là, à quelques kilomètres de Vesoul, sont tombés sous le feu allemand trente-neuf combattants de la résistance intérieure locale et six civils.

L’exercice du devoir de mémoire

La commémoration du 8 mai à la Combe FreteuilleJean-François Maillot, directeur de l’école de Longeville à Échenoz-la-Méline, est à l’origine, en 2010, de la première participation des élèves à la cérémonie vespérale de Frotey-lès-Vesoul. Cette année, la classe de Christine Fouchard de l’école de Quincey s’est jointe à eux, lors de la cérémonie qui s’est déroulée le mardi 8 mai 2012 à 21 heures. La participation à ce type d’action revêt une importance particulière car elle permet de donner d’avantage de relief à l’étude de cette période en leçon d’histoire. Pour certains enfants, l’exercice est encore plus poignant lorsqu’ils réalisent qu’un membre de leur famille est concerné par cet exercice du devoir de mémoire :
- Le 8 mai 2012, on a chanté le Chant des Partisans à la Combe Freteuille pour tous les résistants qui ont été fusillés. Par exemple : Emile Hauviller et Charles Rech, ils se sont battus contre les allemands. C’était triste et émouvant. Jeanne Rebeschini, élève de CE1 à l’école de Longeville.
- Le 8 mai, nous avons chanté à la Combe Freteuille. Mon arrière grand oncle, Charles Rech, était dans la résistance avec Emile Hauviller et Maurice Decousse. Adolf Hitler était le chef des allemands et il dirigeait les troupes. Les français se battaient contre eux. La guerre s’est finie le 8 mai 1945. Yaël Saillard, élève de CE1 à l’école de Longeville.

Vidéo - La Presse de Vesoul

Le destin des premiers fusillés, Jules Mongin et Arthur Letang

"Lors de la débâcle, un matin de juin 1940, une compagnie Allemande en provenance de Vauconcourt, se dirige vers Scey-sur-Saône. Un motard de cette compagnie s’égare à Fédry : il prend la direction de Soing. À Soing, il ne peut pas passer la Saône, le pont est détruit et il entre dans la cours du moulin. Il tombe nez à nez avec les livreurs de grains. Arthur Létang et Jules Mongin, deux anciens de 14-18 de Vanne, sont parmi ces livreurs. Le premier interpelle le soldat Allemand, qui lui répond par un coup de poing et commence à prendre son fusil Mauser : Arthur Létang est à terre.
Aussitôt, Jules Mongin essaye d’arracher le fusil du soldat et la bandoulière casse.
Dans la foulée, il lui donne un coup de crosse derrière la tête et l’Allemand tombe à terre, mort. Les hommes se débarrassent du corps et de la moto en les jetant dans le canal. Au moulin, les témoins de la scène, resteront tous muets."

Les Allemands menèrent des recherches dans les jours qui suivirent : jamais il n’y eu autant de soldats de la Wehrmacht à Vanne et à Soing pendant toute la durée de la guerre. Personne ne parlera à ce moment là et l’armée Allemande conclut à une rencontre avec des militaires Français et Polonais en fuite.
Trois semaines plus tard, Félix Mey éclusier à Soing découvre le cadavre, il prend son vélo et part pour Vanne prévenir Jules Mongin qui aussitôt s’en va à Soing enterrer le cadavre dans un de ses champs. Près d’un an se passe et c’est un habitant Suisse Allemand de Soing qui parlera. Les deux sont prévenus mais n’y croient pas, les Allemands les arrêtent et ils seront fusillés pour acte de terrorisme le 14 mai 1941 au lieu dit "la Combe Freteuille" à Frotey-les-Vesoul. Source : blog dédié à la commune de Vanne (70130).

Site dédié à Jules Mongin , par un de ses petits-fils

 
mercredi 16 mai 2012

Des enfants à mobilité réduite découvrent le cheval et l’activité équestre

Les activités équestres sont particulièrement propices à l’intégration des enfants en situation de handicap moteur ou mental. En effet cette activité donne souvent de nouvelles capacités d’autonomie au pratiquant quel que soit son handicap

La 3ème édition d’une opération innovante initiée en 2010

En partenariat avec le comité départemental d’équitation, présidé par Patrick Gentilhomme, le centre hippique graylois (4 route de Noiron, 70100 Gray), dirigé par Pascal et Cécile Henriot-Colin et le SESSAD* moteur pour le transport de certains élèves, la direction académique de la Haute-Saône a proposé à quatre élèves handicapés moteurs de 5 à 12 ans du département de découvrir l’activité équestre sur le temps scolaire. Cette sortie pédagogique a eu lieu le jeudi 19 avril de 9h15 à 11h45. Elle leur a permis de découvrir un centre équestre : visite des lieux, rencontre avec l’animal, mise en selle avec un matériel spécifique - l’équi-lève, dont il existe 4 exemplaires en Haute-Saône - pour s’initier à cette pratique sportive.

Le contexte de cette initiative

Des enfants à mobilité réduite découvrent le cheval et l'activité équestreLa loi du 11 février 2005 sur l’égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées "…conduit à porter un nouveau regard sur la scolarisation des enfants en situation de handicap".
Porteuse du principe d’égalité des droits, elle impose l’élaboration pour chaque enfant handicapé d’un projet personnalisé de scolarisation (P.P.S.).
Porteuse du principe d’égalité des chances, elle implique que chaque enfant puisse accéder à l’ensemble des activités scolaires, selon ses capacités.

Les objectifs éducatifs

Il s’agit de faire découvrir la culture spécifique à l’équitation et les valeurs qui y sont liées. La pratique sportive de façon générale apparaît comme un moyen de sortir de l’isolement, comme un outil privilégié d’intégration sociale, autant qu’un espace de loisirs, de solidarité et de construction de l’estime de soi.

La directrice académique Hélène Ouanas, l’inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription de Gray Colette Choulet et la conseillère pédagogique départementale en éducation physique et sportive (C.P.D. E.P.S.) Sylvie Daguenet, ont participé à l’encadrement de cette séance de découverte.

*SESSAD : service d’éducation spéciale et de soins à domicile

 
vendredi 11 mai 2012

Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

Jeudi 10 mai, dans le cadre de la "Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions", la directrice académique Hélène Ouanas a rendu visite à la classe de cours moyen de Catherine Bernard à l’école primaire de Chenebier (70400)

Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitionsAccompagnée de l’inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription de Lure-Héricourt Élisabeth David, la directrice académique est venue échanger avec les 25 écoliers qui ont abordé ce sujet au cours de cette année scolaire, à partir de la lecture du roman "La Case de l’Oncle Tom" de Harriet Beecher Stowe. L’enseignante comme les élèves ont témoigné de la difficulté qu’ils ont éprouvé à se confronter à ce roman abolitionniste, un "texte résistant" relatant des destinées humaines tragiques mais réalistes dans l’Amérique d’avant la guerre de sécession (1861-1865). La première édition de cette œuvre à succès a, en effet, été publiée en 1852 et elle a été en son temps de livre le plus vendu au monde, après la Bible !

La pédagogue et ses élèves ont surmonté la dureté des situations relatées dans le texte tout comme le décalage historique et culturel qui ont rendu ce travail scolaire quelque peu ardu. Les échanges ont montré la conduite d’un projet très ouvert, multidisciplinaire et d’une grande richesse. :
- Travail sur l’abolition de l’esclavage en France, en histoire, avec Victor Schoelcher qui déclarait en avril 1848 : "… Que l’esclavage soit ou ne soit pas utile, il faut le détruire ; une chose criminelle ne doit pas être nécessaire. La violence commise envers le membre le plus infime de l’espèce humaine affecte l’humanité toute entière."
- En anglais (volet culturel) : évocation de l’histoire américaine et de la guerre de sécession.
- Découverte de la géographie mondiale à partir des continents concernés par l’histoire de l’esclavage.
- Productions plastiques inspirées de l’art africain.
- Approches d’autres textes, notamment en poésie.

Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitionsLes enfants ont bien entendu témoigné de l’importance du devoir de mémoire qui permet non seulement d’instruire les générations actuelles sur des faits passés, mais aussi d’honorer ceux qui ont souffert et d’éviter de reproduire des situations catastrophiques pour la dignité humaine.

Poème à mon frère blanc
Léopold Sedar Senghor
Homme politique et écrivain sénégalais
Président de la république du Sénégal de 1960 à 1980.
À publié des essais, où il définit la notion de "négritude", et des recueils de poèmes (Éthiopiques 1956 - Nocturnes 1961)

 
lundi 23 avril 2012

Journée sécurité routière du collège Mathy de Luxeuil-les-Bains, le 19 avril

4e édition de la journée de prévention sécurité routière proposée par le collège à ses élèves de 3e en partenariat avec le "Circuit de la Vallée" à Pusey

Face au bilan toujours préoccupant des accidents de la route et confronté à la difficulté d’ancrer des messages de prévention des conduites à risques dans l’esprit d’un public qui se trouve à l’âge du défi et du sentiment d’invulnérabilité, Michel Aubry professeur de technologie et François Lobjoie, conseiller principal d’éducation ont lancé l’idée en 2008 d’une journée Sécurité Routière pour les classes de 3ème du collège Mathy.

Cette action s’inscrit pleinement dans le programme autour de la sécurité routière du comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) du collège :
- prévention des conduites à risques, consommation de produits toxiques,
- information et passation des attestations scolaires de sécurité routière (ASSR) 1 et 2,
- formation "prévention et secours civiques" (PSC1).

Trois étapes

- passage du PSC1 proposé aux élèves de 3ème.
- intervention et démonstration des pompiers autour d’une simulation d’accident au collège.
- journée prévention routière sur le Circuit de la Vallée à Pusey (70000)

Journée sécurité routière du collège Mathy de LuxeuilLe but de cette action est d’articuler une journée de prévention autour, à la fois d’information et de connaissances théoriques, de maîtrise techniques et de comportement responsable et solidaire : savoir, savoir-faire et savoir-être sur la route.


Un triple objectif

- Sensibiliser les adolescents aux dangers de la rue et de la route, des conduites addictives et consommation d’alcool et du cannabis, informer sur les avantages de la conduite accompagnée, sur les équipements de sécurité à respecter et à utiliser etc.
- Montrer que la route n’est pas un circuit et réciproquement. Les sports mécaniques doivent se pratiquer dans des lieux adaptés, sécurisés, avec des engins normalisés et des règles très strictes prévus pour assurer la sécurité de chacun. Le Circuit de la Vallée était donc l’endroit idéal, ses responsables étant eux même très impliqué au quotidien dans les actions de sécurité : bar sans alcool, initiation à la conduite sécurisée.
- Partage, solidarité et citoyenneté sur la route : gestes de premiers secours, avec les pompiers, et solidarité sur la route.

Les participants à l’opération se sont confrontés aux ateliers suivants :
- Passage du code la route, le 18 avril en mairie de Luxeuil, pour les 100 élèves de 3ème avec un intervenant départemental de sécurité routière (IDSR).
- Les "premiers pas" en voiture : faire découvrir aux élèves la conduite d’une voiture et les sensibiliser aux bienfaits de la conduite accompagnée, avec le soutien essentiel de l’auto école EC+ et de Monsieur Diosdado et son équipe.
- Atelier prévention alcool, cannabis. Utilisation de lunettes déformantes et de logiciel montrant les durées de dégrisement. Intervenants : IDSR, gendarmerie.
- Atelier 1er secours : simulation d’un accident et intervention. Intervenants : service départemental d’incendie et de secours (SDIS 70).
- Atelier sécurité et technologie : montrer aux adolescents l’importance des technologies modernes en termes de sécurité : zone déformables, ABS, ceinture, ESP etc. Observation d’une voiture maquette mise en place par Peugeot. Intervenants : Peugeot Sport
- Atelier freinage : sensibilisation à l’importance du freinage via un parcours à effectuer en karting, prise en compte des distances, de la vitesse. Intervenants : personnels du Circuit de la vallée.
- Atelier simulateur freinage et mesures des distances de freinage, corrélation vitesse-distance étudiée en cours de physique.
- Atelier simulateur 2 roues : intervenants : IDSR

Cette journée, organisée sous l’autorité du principal Dominique Cholley et avec le soutien de la gestionnaire Sophie Chaillet a pu voir le jour grâce à la coopération de nombreux intervenants venus de structures partenaires institutionnelles ou privées : Préfecture de la Haute-Saône, Ville de Luxeuil-les-Bains, auto école EC+ de Luxeuil-les-Bains, Transports TARD, Peugeot Sport, entreprise SACER.


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon