R

Accueil > DSDEN > Actualités > Concours national de la Résistance et de la déportation 2011-12

Rubrique Actualités

jeudi 31 mai 2012

Concours national de la Résistance et de la déportation 2011-12

Mardi 29 mai s’est déroulé à Vesoul, le volet départemental de la remise des prix du Concours national de la Résistance et de la déportation (CNRD), en présence des Résistants Odile Selb-Bogé et Gilbert Lasnier

Concours national de la Résistance et de la déportation 2011-12Le concours national de la Résistance et de la Déportation (C.N.R.D.) a été créé officiellement en 1961 par Lucien Paye, ministre de l’éducation nationale, à la suite d’initiatives d’associations et particulièrement de la Confédération nationale des combattants volontaires de la Résistance (C.N.C.V.R.). Ce concours a pour objectif de perpétuer chez les jeunes Français de l’enseignement secondaire la mémoire de la Résistance et de la déportation afin de leur permettre de s’en inspirer et d’en tirer des leçons civiques dans leur vie d’aujourd’hui. Pour l’année 2011-12, le jury national avait arrêté le thème suivant : "Résister dans les camps nazis".

Les différentes formes qu’a pu prendre cette résistance et les valeurs qu’en transmettent les déportés par leurs témoignages devaient faire l’objet d’une présentation.

Quelques éléments sur la participation en Haute-Saône

Devoirs individuels

- 69 lycéens provenant de 6 établissements sur un total de 14.
- 388 collégiens de 3ème provenant de 12 établissements sur un total de 32.

Travaux collectifs

- 11 travaux collectifs ont impliqué 31 élèves provenant de 4 lycées.
- 8 travaux collectifs ont impliqué 33 élèves de troisième provenant de 6 collèges.

Devoir de mémoire et leçon de citoyenneté

Comme chaque année, la remise des prix du C.N.R.D. à la salle Parisot de Vesoul, effectuée sous la présidence de la directrice académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône Hélène Ouanas, a été précédée de cérémonies avec chants, poèmes et dépôts de gerbes, au monument de la Résistance, place du 11ème Chasseurs puis à la stèle de la déportation. Mais cette édition 2011-2012 du concours a été marquée par plusieurs autres temps forts :
- Un hommage particulier a été rendu à Jean Reuchet né le 25 mars 1922 à Villers-sur-Port (70170) qui est décédé le 6 février dernier au centre hospitalier intercommunal de Vesoul. Sous le nom de commandant Bara, il était le chef départemental des Francs-tireurs et partisans (F.T.P.).
- 13 lycéens et 12 collégiens parmi les lauréats étaient de retour d’un voyage à Buchenwald organisé la semaine précédente par l’association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (A.N.A.C.R. 70). Dans le camp, résister signifiait d’abord survivre et cela passait par diverses formes de solidarité. Elle fut d’abord nationale. Les Français ne représentaient que 13% au maximum de la population du camp. C’est dire toute l’importance de la création, après cinq mois de préparatifs et de négociations difficiles, en juin 1944, du Comité clandestin des intérêts français (C.I.F.) qui fédéra tous les groupes français de résistance, services d’action ou de renseignements présents à Buchenwald. En liaison avec les autres organisations nationales clandestines du camp, la plupart du temps bien antérieures, les objectifs du C.I.F.consistaient à :
- permettre à un maximum de Français de rentrer en France,
- freiner la production de guerre allemande,
- établir un plan de libération du camp.

Pour clore la remise des prix, la maîtresse de cérémonie Colette Gaidry, présidente déléguée départementale de l’A.N.A.C.R. 70, a invité les élèves, professeurs, parents et personnalités présentes à interpréter le Chant des partisans, ce qui fut fait avec beaucoup de dignité et de recueillement.

Palmarès

 
vendredi 25 mai 2012

La commémoration du 8 mai à la Combe Freteuille

Pour la troisième année consécutive, des élèves de l’école de Longeville à Échenoz-la Méline ont participé à la cérémonie de commémoration du 8 mai sur le site de la Combe Freteuille. En 2012, des élèves de l’école de Quincey se sont joints à eux

La Combe Freteuille, site reculé de Frotey-lès-Vesoul, est un lieu où plus qu’ailleurs, l’hommage aux morts de la deuxième guerre mondiale prend toute sa valeur. Là, à quelques kilomètres de Vesoul, sont tombés sous le feu allemand trente-neuf combattants de la résistance intérieure locale et six civils.

L’exercice du devoir de mémoire

La commémoration du 8 mai à la Combe FreteuilleJean-François Maillot, directeur de l’école de Longeville à Échenoz-la-Méline, est à l’origine, en 2010, de la première participation des élèves à la cérémonie vespérale de Frotey-lès-Vesoul. Cette année, la classe de Christine Fouchard de l’école de Quincey s’est jointe à eux, lors de la cérémonie qui s’est déroulée le mardi 8 mai 2012 à 21 heures. La participation à ce type d’action revêt une importance particulière car elle permet de donner d’avantage de relief à l’étude de cette période en leçon d’histoire. Pour certains enfants, l’exercice est encore plus poignant lorsqu’ils réalisent qu’un membre de leur famille est concerné par cet exercice du devoir de mémoire :
- Le 8 mai 2012, on a chanté le Chant des Partisans à la Combe Freteuille pour tous les résistants qui ont été fusillés. Par exemple : Emile Hauviller et Charles Rech, ils se sont battus contre les allemands. C’était triste et émouvant. Jeanne Rebeschini, élève de CE1 à l’école de Longeville.
- Le 8 mai, nous avons chanté à la Combe Freteuille. Mon arrière grand oncle, Charles Rech, était dans la résistance avec Emile Hauviller et Maurice Decousse. Adolf Hitler était le chef des allemands et il dirigeait les troupes. Les français se battaient contre eux. La guerre s’est finie le 8 mai 1945. Yaël Saillard, élève de CE1 à l’école de Longeville.

Vidéo - La Presse de Vesoul

Le destin des premiers fusillés, Jules Mongin et Arthur Letang

"Lors de la débâcle, un matin de juin 1940, une compagnie Allemande en provenance de Vauconcourt, se dirige vers Scey-sur-Saône. Un motard de cette compagnie s’égare à Fédry : il prend la direction de Soing. À Soing, il ne peut pas passer la Saône, le pont est détruit et il entre dans la cours du moulin. Il tombe nez à nez avec les livreurs de grains. Arthur Létang et Jules Mongin, deux anciens de 14-18 de Vanne, sont parmi ces livreurs. Le premier interpelle le soldat Allemand, qui lui répond par un coup de poing et commence à prendre son fusil Mauser : Arthur Létang est à terre.
Aussitôt, Jules Mongin essaye d’arracher le fusil du soldat et la bandoulière casse.
Dans la foulée, il lui donne un coup de crosse derrière la tête et l’Allemand tombe à terre, mort. Les hommes se débarrassent du corps et de la moto en les jetant dans le canal. Au moulin, les témoins de la scène, resteront tous muets."

Les Allemands menèrent des recherches dans les jours qui suivirent : jamais il n’y eu autant de soldats de la Wehrmacht à Vanne et à Soing pendant toute la durée de la guerre. Personne ne parlera à ce moment là et l’armée Allemande conclut à une rencontre avec des militaires Français et Polonais en fuite.
Trois semaines plus tard, Félix Mey éclusier à Soing découvre le cadavre, il prend son vélo et part pour Vanne prévenir Jules Mongin qui aussitôt s’en va à Soing enterrer le cadavre dans un de ses champs. Près d’un an se passe et c’est un habitant Suisse Allemand de Soing qui parlera. Les deux sont prévenus mais n’y croient pas, les Allemands les arrêtent et ils seront fusillés pour acte de terrorisme le 14 mai 1941 au lieu dit "la Combe Freteuille" à Frotey-les-Vesoul. Source : blog dédié à la commune de Vanne (70130).

Site dédié à Jules Mongin , par un de ses petits-fils

 
mercredi 16 mai 2012

Des enfants à mobilité réduite découvrent le cheval et l’activité équestre

Les activités équestres sont particulièrement propices à l’intégration des enfants en situation de handicap moteur ou mental. En effet cette activité donne souvent de nouvelles capacités d’autonomie au pratiquant quel que soit son handicap

La 3ème édition d’une opération innovante initiée en 2010

En partenariat avec le comité départemental d’équitation, présidé par Patrick Gentilhomme, le centre hippique graylois (4 route de Noiron, 70100 Gray), dirigé par Pascal et Cécile Henriot-Colin et le SESSAD* moteur pour le transport de certains élèves, la direction académique de la Haute-Saône a proposé à quatre élèves handicapés moteurs de 5 à 12 ans du département de découvrir l’activité équestre sur le temps scolaire. Cette sortie pédagogique a eu lieu le jeudi 19 avril de 9h15 à 11h45. Elle leur a permis de découvrir un centre équestre : visite des lieux, rencontre avec l’animal, mise en selle avec un matériel spécifique - l’équi-lève, dont il existe 4 exemplaires en Haute-Saône - pour s’initier à cette pratique sportive.

Le contexte de cette initiative

Des enfants à mobilité réduite découvrent le cheval et l'activité équestreLa loi du 11 février 2005 sur l’égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées "…conduit à porter un nouveau regard sur la scolarisation des enfants en situation de handicap".
Porteuse du principe d’égalité des droits, elle impose l’élaboration pour chaque enfant handicapé d’un projet personnalisé de scolarisation (P.P.S.).
Porteuse du principe d’égalité des chances, elle implique que chaque enfant puisse accéder à l’ensemble des activités scolaires, selon ses capacités.

Les objectifs éducatifs

Il s’agit de faire découvrir la culture spécifique à l’équitation et les valeurs qui y sont liées. La pratique sportive de façon générale apparaît comme un moyen de sortir de l’isolement, comme un outil privilégié d’intégration sociale, autant qu’un espace de loisirs, de solidarité et de construction de l’estime de soi.

La directrice académique Hélène Ouanas, l’inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription de Gray Colette Choulet et la conseillère pédagogique départementale en éducation physique et sportive (C.P.D. E.P.S.) Sylvie Daguenet, ont participé à l’encadrement de cette séance de découverte.

*SESSAD : service d’éducation spéciale et de soins à domicile

 
vendredi 11 mai 2012

Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

Jeudi 10 mai, dans le cadre de la "Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions", la directrice académique Hélène Ouanas a rendu visite à la classe de cours moyen de Catherine Bernard à l’école primaire de Chenebier (70400)

Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitionsAccompagnée de l’inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription de Lure-Héricourt Élisabeth David, la directrice académique est venue échanger avec les 25 écoliers qui ont abordé ce sujet au cours de cette année scolaire, à partir de la lecture du roman "La Case de l’Oncle Tom" de Harriet Beecher Stowe. L’enseignante comme les élèves ont témoigné de la difficulté qu’ils ont éprouvé à se confronter à ce roman abolitionniste, un "texte résistant" relatant des destinées humaines tragiques mais réalistes dans l’Amérique d’avant la guerre de sécession (1861-1865). La première édition de cette œuvre à succès a, en effet, été publiée en 1852 et elle a été en son temps de livre le plus vendu au monde, après la Bible !

La pédagogue et ses élèves ont surmonté la dureté des situations relatées dans le texte tout comme le décalage historique et culturel qui ont rendu ce travail scolaire quelque peu ardu. Les échanges ont montré la conduite d’un projet très ouvert, multidisciplinaire et d’une grande richesse. :
- Travail sur l’abolition de l’esclavage en France, en histoire, avec Victor Schoelcher qui déclarait en avril 1848 : "… Que l’esclavage soit ou ne soit pas utile, il faut le détruire ; une chose criminelle ne doit pas être nécessaire. La violence commise envers le membre le plus infime de l’espèce humaine affecte l’humanité toute entière."
- En anglais (volet culturel) : évocation de l’histoire américaine et de la guerre de sécession.
- Découverte de la géographie mondiale à partir des continents concernés par l’histoire de l’esclavage.
- Productions plastiques inspirées de l’art africain.
- Approches d’autres textes, notamment en poésie.

Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitionsLes enfants ont bien entendu témoigné de l’importance du devoir de mémoire qui permet non seulement d’instruire les générations actuelles sur des faits passés, mais aussi d’honorer ceux qui ont souffert et d’éviter de reproduire des situations catastrophiques pour la dignité humaine.

Poème à mon frère blanc
Léopold Sedar Senghor
Homme politique et écrivain sénégalais
Président de la république du Sénégal de 1960 à 1980.
À publié des essais, où il définit la notion de "négritude", et des recueils de poèmes (Éthiopiques 1956 - Nocturnes 1961)

 
lundi 23 avril 2012

Journée sécurité routière du collège Mathy de Luxeuil-les-Bains, le 19 avril

4e édition de la journée de prévention sécurité routière proposée par le collège à ses élèves de 3e en partenariat avec le "Circuit de la Vallée" à Pusey

Face au bilan toujours préoccupant des accidents de la route et confronté à la difficulté d’ancrer des messages de prévention des conduites à risques dans l’esprit d’un public qui se trouve à l’âge du défi et du sentiment d’invulnérabilité, Michel Aubry professeur de technologie et François Lobjoie, conseiller principal d’éducation ont lancé l’idée en 2008 d’une journée Sécurité Routière pour les classes de 3ème du collège Mathy.

Cette action s’inscrit pleinement dans le programme autour de la sécurité routière du comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) du collège :
- prévention des conduites à risques, consommation de produits toxiques,
- information et passation des attestations scolaires de sécurité routière (ASSR) 1 et 2,
- formation "prévention et secours civiques" (PSC1).

Trois étapes

- passage du PSC1 proposé aux élèves de 3ème.
- intervention et démonstration des pompiers autour d’une simulation d’accident au collège.
- journée prévention routière sur le Circuit de la Vallée à Pusey (70000)

Journée sécurité routière du collège Mathy de LuxeuilLe but de cette action est d’articuler une journée de prévention autour, à la fois d’information et de connaissances théoriques, de maîtrise techniques et de comportement responsable et solidaire : savoir, savoir-faire et savoir-être sur la route.


Un triple objectif

- Sensibiliser les adolescents aux dangers de la rue et de la route, des conduites addictives et consommation d’alcool et du cannabis, informer sur les avantages de la conduite accompagnée, sur les équipements de sécurité à respecter et à utiliser etc.
- Montrer que la route n’est pas un circuit et réciproquement. Les sports mécaniques doivent se pratiquer dans des lieux adaptés, sécurisés, avec des engins normalisés et des règles très strictes prévus pour assurer la sécurité de chacun. Le Circuit de la Vallée était donc l’endroit idéal, ses responsables étant eux même très impliqué au quotidien dans les actions de sécurité : bar sans alcool, initiation à la conduite sécurisée.
- Partage, solidarité et citoyenneté sur la route : gestes de premiers secours, avec les pompiers, et solidarité sur la route.

Les participants à l’opération se sont confrontés aux ateliers suivants :
- Passage du code la route, le 18 avril en mairie de Luxeuil, pour les 100 élèves de 3ème avec un intervenant départemental de sécurité routière (IDSR).
- Les "premiers pas" en voiture : faire découvrir aux élèves la conduite d’une voiture et les sensibiliser aux bienfaits de la conduite accompagnée, avec le soutien essentiel de l’auto école EC+ et de Monsieur Diosdado et son équipe.
- Atelier prévention alcool, cannabis. Utilisation de lunettes déformantes et de logiciel montrant les durées de dégrisement. Intervenants : IDSR, gendarmerie.
- Atelier 1er secours : simulation d’un accident et intervention. Intervenants : service départemental d’incendie et de secours (SDIS 70).
- Atelier sécurité et technologie : montrer aux adolescents l’importance des technologies modernes en termes de sécurité : zone déformables, ABS, ceinture, ESP etc. Observation d’une voiture maquette mise en place par Peugeot. Intervenants : Peugeot Sport
- Atelier freinage : sensibilisation à l’importance du freinage via un parcours à effectuer en karting, prise en compte des distances, de la vitesse. Intervenants : personnels du Circuit de la vallée.
- Atelier simulateur freinage et mesures des distances de freinage, corrélation vitesse-distance étudiée en cours de physique.
- Atelier simulateur 2 roues : intervenants : IDSR

Cette journée, organisée sous l’autorité du principal Dominique Cholley et avec le soutien de la gestionnaire Sophie Chaillet a pu voir le jour grâce à la coopération de nombreux intervenants venus de structures partenaires institutionnelles ou privées : Préfecture de la Haute-Saône, Ville de Luxeuil-les-Bains, auto école EC+ de Luxeuil-les-Bains, Transports TARD, Peugeot Sport, entreprise SACER.

 
jeudi 12 avril 2012

Palmes académiques : promotions du 14 juillet 2011 et du 1er janvier 2012

L’assemblée générale de l’association des membres de l’ordre des palmes académiques (AMOPA 70), présidée par Georges Bardot, a eu lieu le mercredi 4 avril au collège Curie d’Héricourt

À cette occasion, la directrice académique Hélène Ouanas a remis leurs insignes aux récipiendaires des deux dernières promotions.

Palmes académiques : promotions du 14 juillet 2011 et du 1er janvier 2012

Promotion du 14 juillet 2011

Chevaliers

Madame Ambert Nelly
Madame Aubry Christine
Madame Bouvet Edith
Madame Bruleport Nicole
Madame Burgey Geneviève
Madame Camburet Sonia
Monsieur Cara Rudy
Monsieur Chenut Joël
Monsieur Coppola Georges
Madame D’Antona Marie-Hélène
Monsieur El Rhassouli Abdelhaq
Madame Fully Agnès
Monsieur Gillet Denis
Monsieur Girard Philippe
Madame Mougin Isabelle
Monsieur Mussot Yves
Monsieur Ottman François
Monsieur Parmentier Patrick
Monsieur Pechard Damien
Madame Pernin Rosine
Madame Peter Dominique
Madame Petrement Jacqueline
Monsieur Riche Hervé
Monsieur Soriano Philippe
Monsieur Trouillot Eric
Madame Villeminey Danièle
Madame Vuillier Marilyne

Officiers

Madame Lerond Martine
Madame Olivier Evelyne

Promotion du 1er janvier 2012

Chevalier

Madame Georges Martine
Mlle Grandmougin Marie-Jeanne
Monsieur Krahenbuhl Daniel
Madame Laroche Nicole
Madame Marchandot Sylvette
Madame Nessi Charlotte

Association des membres de l’ordre des palmes académiques de Haute-Saône (Amopa70)

 
vendredi 30 mars 2012

Après la 3ème : forum des formations de Vesoul

Vendredi 23 mars : un forum des formations pour tous les élèves de niveau 3e du bassin de Vesoul

L’orientation après la classe de troisième est un sujet important pour les collégiens et les familles. Pour la préparer, les conseillers d’orientation psychologues conduisent plusieurs séquences en classe qui s’inscrivent dans le cadre du parcours de découverte des métiers et des formations. Les parents sont aussi invités à une réunion visant à mieux les informer sur les orientations possibles après le collège.

Après la 3ème : forum des formations de VesoulEn complément de cette action au niveau des collèges, un forum des formations est organisé pour tous les élèves du niveau 3ème du bassin de Vesoul. Les parents y sont également conviés. Cette journée est organisée par le centre d’information et d’orientation (C.I.O.) dirigé par René Haas et l’association des parents d’élèves de l’enseignement public (P.E.E.P.) de Vesoul présidée par Claudine Orsaczek. Cette année, le forum a eu lieu le vendredi 23 mars de 8h30 à 16h00 au lycée agricole Étienne Munier de Vesoul dirigé par Franck Constantin.

Au cours de cette journée, ce sont plus de 900 collégiens qui ont pu rencontrer une centaine d’intervenants. Ces derniers ont répondu aux questions les plus diverses portant le plus souvent sur les contenus des formations proposées après la classe de troisième, les professions envisageables, l’organisation des enseignements, les diplômes... Pour que ces échanges soient fructueux, les conseillers d’orientation psychologues du CIO avaient préparé les élèves, en amont de la visite, en collaboration étroite avec les professeurs principaux. En présence de la directrice académique Hélène Ouanas et de l’inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation (I.E.N.-I.O.) Sylvie Malo, le forum 2012 s’est terminé par un temps de rencontre entre les différents partenaires de cette opération à la logistique remarquable et qui montre une belle cohérence territoriale dans les offres de formation du bassin de Vesoul.

À la suite de cette journée, les jeunes et les familles pourront encore rencontrer individuellement le conseiller d’orientation psychologue dans leur établissement scolaire ou au C.I.O. Enfin, les différents lycées organisent des journées "portes ouvertes" qui vont avoir lieu dans les semaines à venir. Ces visites seront une nouvelle opportunité de dialogue entre les parents et les adolescents autour de la thématique de l’orientation post-troisième.

 
lundi 26 mars 2012

Prévention de l’illettrisme et semaine de la poésie

Vendredi 23 mars, la directrice académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône Hélène Ouanas s’est rendue à l’école de Combeaufontaine pour partager un temps de restitution de la semaine de la poésie à l’école

La prévention de l’illettrisme est un axe majeur du projet académique et de sa déclinaison départementale. Toutes les formes de communication écrite ou orales peuvent concourir à cette prévention particulièrement nécessaire et mise en œuvre de façon efficiente dans notre département.

Prévention de l'illettrisme et semaine de la poésieSur le thème "Enfances", le dispositif national "Printemps des poètes" se déroule actuellement. C’est dans ce contexte que, cette année, sous l’impulsion de l’inspectrice de l’éducation nationale de Vesoul-Nord Françoise Cottet-Émard, une équipe d’enseignants et de formateurs a produit un document pédagogique constitué de ressources permettant aux écoles de s’investir avec bonheur dans la semaine de la poésie à l’école (document téléchargeable ci-dessous). Certaines classes ont même pu recevoir la visite d’un membre de la brigade d’intervention poétique (BIP) constituée d’amis de l’école et de la poésie mobilisés pour créer des surprises… poétiques, bien entendu !

La poésie à l’école, c’est l’enfance de l’art !

Dans les programmes scolaires, la poésie est surtout présente dans le domaine du langage oral. Il est souhaitable de contribuer à un renouvellement de l’approche poétique dans les classes de l’école primaire, en l’intégrant dans tous les domaines de la langue française, notamment en lecture et en écriture. Il s’agit de favoriser l’ouverture du regard sur la poésie et d’encourager la lecture de poèmes comme pratique culturelle. Cette action contribue à consolider le rapport étroit qui existe entre le patrimoine littéraire et la langue. Il est essentiel de proposer aux enfants différents modes d’accès aux poèmes : un poème s’écoute, se dit, se lit, s’écrit, se danse, se mime, se dessine.

Prévention de l'illettrisme et semaine de la poésieÀ l’école de Combeaufontaine, dirigée par Virginie Simonin, plusieurs classes avaient participé cette semaine, à des actions autour de la poésie. À l’arrivée de la directrice académique, une mystérieuse magicienne, de la BIP, a entrainé le groupe de visiteurs vers la classe des petits pour leur offrir un poème et des mimes assortis. Puis les enfants ont fait la démonstration du travail qu’ils avaient réalisé de façon ludique autour d’un "arbre à poèmes". Ensuite, la visite de l’école s’est poursuivie dans la classe de CP, où les élèves ont montré que les activités poétiques ont pu participer au bon niveau en lecture et écriture qu’ils ont acquis à cette période de l’année, tout en laissant une part au jeu ou au rêve.

Profitant de sa présence dans le pôle éducatif, la directrice académique a visité toutes les classes et salué l’ensemble des enseignants. Au-delà de l’engagement de l’équipe et des élèves dans la semaine de la poésie à l’école, Hélène Ouanas a apprécié la qualité de la belle infrastructure mise au service des familles du syndicat scolaire et la bonne ambiance de travail qui y règne.

Semaine de la poésie 2012

 
vendredi 23 mars 2012

La semaine des maths en Haute-Saône

La semaine nationale des mathématiques s’est déroulée du 12 au 18 mars 2012. Cette première édition portait sur le thème "Les filles et les mathématiques"

L’opération nationale visait à donner aux écoliers, collégiens, lycéens, à leurs parents et au grand public, une image actuelle, vivante et attractive des mathématiques dépassant les visions trop abstraites ou désincarnées.

En Haute-Saône, l’opération a été déclinée dans plus de 100 classes primaires volontaires des cinq circonscriptions. Lundi 19 mars, les organisateurs du défi mathématique départemental ont proposé un moment de restitution de ce temps fort au pôle éducatif de Noroy-le-Bourg.

Le goût des mathématiques

La semaine des maths en Haute-SaôneDans le département, l’équipe de conseillers pédagogiques organisatrice, menée par l’inspectrice de l’éducation nationale de Luxeuil, Carole L’Hôte, proposait chaque jour aux classes participantes des "Mises en bouche mathématiques" :

Chaque matin, ces classes ont reçu, par le courrier électronique, un "menu du jour" adapté à son niveau (cycles 1, 2 ou 3). Celui-ci était composé de plusieurs préparations "légères ou copieuses", "sucrées ou salées" afin de faire accéder les élèves à certaines saveurs mathématiques :
- des maths qui se disent : comptines et poésies,
- des maths qui se voient : reconnaissance de formes et illusions d’optique,
- des maths qui se cherchent : des énigmes à résoudre

Chaque soir, les classes retournaient leurs solutions aux organisateurs. Toute bonne réponse donnait droit à recevoir des pièces d’un puzzle, ce dernier permettant aux gourmands les plus avisés de résoudre, en fin de semaine, une ultime énigme ! De quoi donner envie de recommencer une semaine des maths, l’année prochaine.

À Noroy-le-Bourg, pôle éducatif dirigé par Rafaèle Salvador, où toutes les 8 classes ont participé à l’opération, la presse locale a pu rencontrer les organisateurs, les enseignants et les élèves, en présence de l’inspecteur de la circonscription de Vesoul-sud Éric Houdot et de la directrice académique Hélène Ouanas.

 
mardi 28 février 2012

Semaine lycée-entreprise au LP Luxembourg

Du 20 au 25 février, le lycée professionnel Luxembourg de Vesoul a organisé une semaine lycée-entreprises montrant que des rapports étroits sont entretenus avec le tissu industriel local et régional dans l’esprit même de la semaine de l’industrie qui aura lieu au mois de mars

Semaine lycée-entreprise au LP LuxembourgPlusieurs actions ont été conduites cette semaine, destinées à donner de la lisibilité sur les contenus et modalités de formation, mais permettant aussi de les mettre en perspective, dans une démarche qui montre qu’un LP ne peut pas être coupé des entreprises :
- des classes de collégiens de 3ème sont venu visiter l’établissement.
- le mardi 21 février, plus de vingt dirigeants d’entreprises de la région ont répondu à l’invitation du proviseur Philippe Ségura pour venir échanger sur leurs attentes en regard du système de formation proposé en lycée professionnel. En effet, dans son cursus de trois ans, un élève de lycée professionnel doit réaliser 22 semaines de stages en entreprises (presque 6 mois). Il est donc important que des liens étroits soient entretenus entre les équipes du lycée et les PME (petites et moyennes entreprises) qui sont les principaux employeurs de la région.

Les formations proposées par le lycée professionnel Luxembourg

- 3ème découverte professionnelle
- CAP réalisation en chaudronnerie industrielle
- CAP froid et climatisation
- Bac pro "technicien du froid et du conditionnement de l’air"
- Bac pro "systèmes électroniques numériques / électro-domestique"
- Bac pro "systèmes électroniques numériques / alarme-sécurité-incendie"
- Bac pro "électrotechnique énergie et équipements communicants"
- Bac pro "maintenance des équipements industriels"
- Bac pro "plastiques et composites"
- Bac pro "technicien en chaudronnerie industrielle"

Semaine lycée-entreprise au LP LuxembourgLe vendredi 24 février, le lycée a organisé une présentation officielle de sa démarche et ses contenus de formation qui s’inscrivent dans des évolutions complexes :
- L’établissement vit la dernière année du bac professionnel en 4 ans
- Il en résulte des cursus plus fluides avec des élèves plus jeunes, moins expérimentés, d’où l’importance d’agir, non seulement sur leur formation générale et technique, mais aussi sur leur engagement et leurs compétences transversales sociales.
- Environ 70% des néotitulaires de bac professionnel poursuivent leurs études en majorité via un BTS (brevet de technicien supérieur, dispensé en lycée).
- Du fait du chômage, il est essentiel de posséder un bon niveau de formation pour avoir la possibilité de trouver un emploi.
- Première région industrielle de France, la Franche-Comté a beaucoup investi ces dernières années dans le lycée et ses équipements.

L’exposé et la visite officiels de vendredi se sont déroulés en présence du préfet Éric Freysselinard et de la directrice académique Hélène Ouanas ainsi que de nombreux élus, notamment Alain Joyandet député-maire de Vesoul, Loïc Niepceron représentant la région de Franche-Comté, Gérard Pelleteret, représentant le Conseil général de la Haute-Saône. Ils ont été accueillis par le proviseur Philippe Ségura, son adjoint Jean-Paul Tessier et le chef de travaux Pierre Ruch.


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon