R

Accueil > DSDEN > Actualités > Après la 3ème : forum des formations de Vesoul

Rubrique Actualités

vendredi 30 mars 2012

Après la 3ème : forum des formations de Vesoul

Vendredi 23 mars : un forum des formations pour tous les élèves de niveau 3e du bassin de Vesoul

L’orientation après la classe de troisième est un sujet important pour les collégiens et les familles. Pour la préparer, les conseillers d’orientation psychologues conduisent plusieurs séquences en classe qui s’inscrivent dans le cadre du parcours de découverte des métiers et des formations. Les parents sont aussi invités à une réunion visant à mieux les informer sur les orientations possibles après le collège.

Après la 3ème : forum des formations de VesoulEn complément de cette action au niveau des collèges, un forum des formations est organisé pour tous les élèves du niveau 3ème du bassin de Vesoul. Les parents y sont également conviés. Cette journée est organisée par le centre d’information et d’orientation (C.I.O.) dirigé par René Haas et l’association des parents d’élèves de l’enseignement public (P.E.E.P.) de Vesoul présidée par Claudine Orsaczek. Cette année, le forum a eu lieu le vendredi 23 mars de 8h30 à 16h00 au lycée agricole Étienne Munier de Vesoul dirigé par Franck Constantin.

Au cours de cette journée, ce sont plus de 900 collégiens qui ont pu rencontrer une centaine d’intervenants. Ces derniers ont répondu aux questions les plus diverses portant le plus souvent sur les contenus des formations proposées après la classe de troisième, les professions envisageables, l’organisation des enseignements, les diplômes... Pour que ces échanges soient fructueux, les conseillers d’orientation psychologues du CIO avaient préparé les élèves, en amont de la visite, en collaboration étroite avec les professeurs principaux. En présence de la directrice académique Hélène Ouanas et de l’inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation (I.E.N.-I.O.) Sylvie Malo, le forum 2012 s’est terminé par un temps de rencontre entre les différents partenaires de cette opération à la logistique remarquable et qui montre une belle cohérence territoriale dans les offres de formation du bassin de Vesoul.

À la suite de cette journée, les jeunes et les familles pourront encore rencontrer individuellement le conseiller d’orientation psychologue dans leur établissement scolaire ou au C.I.O. Enfin, les différents lycées organisent des journées "portes ouvertes" qui vont avoir lieu dans les semaines à venir. Ces visites seront une nouvelle opportunité de dialogue entre les parents et les adolescents autour de la thématique de l’orientation post-troisième.

 
lundi 26 mars 2012

Prévention de l’illettrisme et semaine de la poésie

Vendredi 23 mars, la directrice académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône Hélène Ouanas s’est rendue à l’école de Combeaufontaine pour partager un temps de restitution de la semaine de la poésie à l’école

La prévention de l’illettrisme est un axe majeur du projet académique et de sa déclinaison départementale. Toutes les formes de communication écrite ou orales peuvent concourir à cette prévention particulièrement nécessaire et mise en œuvre de façon efficiente dans notre département.

Prévention de l'illettrisme et semaine de la poésieSur le thème "Enfances", le dispositif national "Printemps des poètes" se déroule actuellement. C’est dans ce contexte que, cette année, sous l’impulsion de l’inspectrice de l’éducation nationale de Vesoul-Nord Françoise Cottet-Émard, une équipe d’enseignants et de formateurs a produit un document pédagogique constitué de ressources permettant aux écoles de s’investir avec bonheur dans la semaine de la poésie à l’école (document téléchargeable ci-dessous). Certaines classes ont même pu recevoir la visite d’un membre de la brigade d’intervention poétique (BIP) constituée d’amis de l’école et de la poésie mobilisés pour créer des surprises… poétiques, bien entendu !

La poésie à l’école, c’est l’enfance de l’art !

Dans les programmes scolaires, la poésie est surtout présente dans le domaine du langage oral. Il est souhaitable de contribuer à un renouvellement de l’approche poétique dans les classes de l’école primaire, en l’intégrant dans tous les domaines de la langue française, notamment en lecture et en écriture. Il s’agit de favoriser l’ouverture du regard sur la poésie et d’encourager la lecture de poèmes comme pratique culturelle. Cette action contribue à consolider le rapport étroit qui existe entre le patrimoine littéraire et la langue. Il est essentiel de proposer aux enfants différents modes d’accès aux poèmes : un poème s’écoute, se dit, se lit, s’écrit, se danse, se mime, se dessine.

Prévention de l'illettrisme et semaine de la poésieÀ l’école de Combeaufontaine, dirigée par Virginie Simonin, plusieurs classes avaient participé cette semaine, à des actions autour de la poésie. À l’arrivée de la directrice académique, une mystérieuse magicienne, de la BIP, a entrainé le groupe de visiteurs vers la classe des petits pour leur offrir un poème et des mimes assortis. Puis les enfants ont fait la démonstration du travail qu’ils avaient réalisé de façon ludique autour d’un "arbre à poèmes". Ensuite, la visite de l’école s’est poursuivie dans la classe de CP, où les élèves ont montré que les activités poétiques ont pu participer au bon niveau en lecture et écriture qu’ils ont acquis à cette période de l’année, tout en laissant une part au jeu ou au rêve.

Profitant de sa présence dans le pôle éducatif, la directrice académique a visité toutes les classes et salué l’ensemble des enseignants. Au-delà de l’engagement de l’équipe et des élèves dans la semaine de la poésie à l’école, Hélène Ouanas a apprécié la qualité de la belle infrastructure mise au service des familles du syndicat scolaire et la bonne ambiance de travail qui y règne.

Semaine de la poésie 2012

 
vendredi 23 mars 2012

La semaine des maths en Haute-Saône

La semaine nationale des mathématiques s’est déroulée du 12 au 18 mars 2012. Cette première édition portait sur le thème "Les filles et les mathématiques"

L’opération nationale visait à donner aux écoliers, collégiens, lycéens, à leurs parents et au grand public, une image actuelle, vivante et attractive des mathématiques dépassant les visions trop abstraites ou désincarnées.

En Haute-Saône, l’opération a été déclinée dans plus de 100 classes primaires volontaires des cinq circonscriptions. Lundi 19 mars, les organisateurs du défi mathématique départemental ont proposé un moment de restitution de ce temps fort au pôle éducatif de Noroy-le-Bourg.

Le goût des mathématiques

La semaine des maths en Haute-SaôneDans le département, l’équipe de conseillers pédagogiques organisatrice, menée par l’inspectrice de l’éducation nationale de Luxeuil, Carole L’Hôte, proposait chaque jour aux classes participantes des "Mises en bouche mathématiques" :

Chaque matin, ces classes ont reçu, par le courrier électronique, un "menu du jour" adapté à son niveau (cycles 1, 2 ou 3). Celui-ci était composé de plusieurs préparations "légères ou copieuses", "sucrées ou salées" afin de faire accéder les élèves à certaines saveurs mathématiques :
- des maths qui se disent : comptines et poésies,
- des maths qui se voient : reconnaissance de formes et illusions d’optique,
- des maths qui se cherchent : des énigmes à résoudre

Chaque soir, les classes retournaient leurs solutions aux organisateurs. Toute bonne réponse donnait droit à recevoir des pièces d’un puzzle, ce dernier permettant aux gourmands les plus avisés de résoudre, en fin de semaine, une ultime énigme ! De quoi donner envie de recommencer une semaine des maths, l’année prochaine.

À Noroy-le-Bourg, pôle éducatif dirigé par Rafaèle Salvador, où toutes les 8 classes ont participé à l’opération, la presse locale a pu rencontrer les organisateurs, les enseignants et les élèves, en présence de l’inspecteur de la circonscription de Vesoul-sud Éric Houdot et de la directrice académique Hélène Ouanas.

 
mardi 28 février 2012

Semaine lycée-entreprise au LP Luxembourg

Du 20 au 25 février, le lycée professionnel Luxembourg de Vesoul a organisé une semaine lycée-entreprises montrant que des rapports étroits sont entretenus avec le tissu industriel local et régional dans l’esprit même de la semaine de l’industrie qui aura lieu au mois de mars

Semaine lycée-entreprise au LP LuxembourgPlusieurs actions ont été conduites cette semaine, destinées à donner de la lisibilité sur les contenus et modalités de formation, mais permettant aussi de les mettre en perspective, dans une démarche qui montre qu’un LP ne peut pas être coupé des entreprises :
- des classes de collégiens de 3ème sont venu visiter l’établissement.
- le mardi 21 février, plus de vingt dirigeants d’entreprises de la région ont répondu à l’invitation du proviseur Philippe Ségura pour venir échanger sur leurs attentes en regard du système de formation proposé en lycée professionnel. En effet, dans son cursus de trois ans, un élève de lycée professionnel doit réaliser 22 semaines de stages en entreprises (presque 6 mois). Il est donc important que des liens étroits soient entretenus entre les équipes du lycée et les PME (petites et moyennes entreprises) qui sont les principaux employeurs de la région.

Les formations proposées par le lycée professionnel Luxembourg

- 3ème découverte professionnelle
- CAP réalisation en chaudronnerie industrielle
- CAP froid et climatisation
- Bac pro "technicien du froid et du conditionnement de l’air"
- Bac pro "systèmes électroniques numériques / électro-domestique"
- Bac pro "systèmes électroniques numériques / alarme-sécurité-incendie"
- Bac pro "électrotechnique énergie et équipements communicants"
- Bac pro "maintenance des équipements industriels"
- Bac pro "plastiques et composites"
- Bac pro "technicien en chaudronnerie industrielle"

Semaine lycée-entreprise au LP LuxembourgLe vendredi 24 février, le lycée a organisé une présentation officielle de sa démarche et ses contenus de formation qui s’inscrivent dans des évolutions complexes :
- L’établissement vit la dernière année du bac professionnel en 4 ans
- Il en résulte des cursus plus fluides avec des élèves plus jeunes, moins expérimentés, d’où l’importance d’agir, non seulement sur leur formation générale et technique, mais aussi sur leur engagement et leurs compétences transversales sociales.
- Environ 70% des néotitulaires de bac professionnel poursuivent leurs études en majorité via un BTS (brevet de technicien supérieur, dispensé en lycée).
- Du fait du chômage, il est essentiel de posséder un bon niveau de formation pour avoir la possibilité de trouver un emploi.
- Première région industrielle de France, la Franche-Comté a beaucoup investi ces dernières années dans le lycée et ses équipements.

L’exposé et la visite officiels de vendredi se sont déroulés en présence du préfet Éric Freysselinard et de la directrice académique Hélène Ouanas ainsi que de nombreux élus, notamment Alain Joyandet député-maire de Vesoul, Loïc Niepceron représentant la région de Franche-Comté, Gérard Pelleteret, représentant le Conseil général de la Haute-Saône. Ils ont été accueillis par le proviseur Philippe Ségura, son adjoint Jean-Paul Tessier et le chef de travaux Pierre Ruch.

 
lundi 20 février 2012

La directrice académique de la Haute-Saône en visite au collège de Gy

Vendredi 17 février, la directrice académique Hélène Ouanas s’est rendue au collège de Gy pour donner le départ du cross CM2-sixièmes, visiter l’établissement et rencontrer la communauté éducative

La directrice académique de la Haute-Saône en visite au collège de GyLe bourg de Gy est un chef-lieu de canton de plus d’un millier d’habitants situé à 25 Km au Nord-Ouest de la capitale régionale Besançon. Située à la charnière du plateau des "Monts de Gy", un environnement naturel de qualité, et de la zone de grandes cultures de la région de Gray, la commune possède également plusieurs PME. Son patrimoine architectural, notamment son château, lui permet d’être une bourgade active au sein de l’association des "Petites citées comtoises de caractère".

La directrice académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Saône Hélène Ouanas a été accueillie par le principal Christophe Marchand, dans un établissement en pleine effervescence. En effet, profitant de la semaine de stage de découverte professionnelle des élèves de troisième, le collège Raymond Gueux organisait, cette matinée, son cross annuel, dans la cadre de la liaison avec les écoles du secteur. Les organisateurs, professeurs d’EPS et conseillers pédagogiques ont naturellement sollicité la directrice académique pour donner le départ de la première course, au coté de l’inspectrice de l’éducation nationale Colette Choulet.

La matinée s’est poursuivie par la visite de l’établissement et la rencontre de plusieurs professeurs dans ou hors la classe :
- L’établissement a bénéficié de diverses actions de rénovation dont les prochaines sont l’agrandissement du préau et la reconstruction du gymnase.
-  La directrice académique de la Haute-Saône en visite au collège de GyLe centre de documentation et d’information (CDI), vaste et lumineux, a permis de présenter à Hélène Ouanas son activité habituelle dont un point "Orientation", mais aussi divers projets : les travaux liés à conduite récente d’un projet de relations internationales Comenius, les productions d’un atelier d’art moderne (sculpture), le journal numérique du collège qui lui a été présenté par l’élève de 4ème Mathias, le projet du concours Batissiel 2012 porté par le professeur de technologie Bouchta Barzani. Un échange enrichissant a eu lieu avec la documentaliste Isabelle Guillaume à propos de la préparation des élèves à la nouvelle épreuve "Histoire des arts" du Diplôme national du brevet (DNB).
- Une attention particulière a été portée à la visite du dispositif externé de l’institut médico-pédagogique (IMP) de Choye. Il s’agit d’une "classe" de 15 élèves à besoins particuliers animée par une professeure des écoles spécialisée, Anne-Sophie Deschamps. Ce dispositif est ouvert sur les classes ordinaires de l’établissement qui reçoivent certains de ces élèves dans certaines matières en fonction des possibilités ; 12 professeurs du collège sur 20 mettent en œuvre cette pratique d’inclusion, ce qui est remarquable.
- Les élèves de 5ème et leur professeur ont reçu Hélène Ouanas dans une séance de technologie visant à restituer une recherche sur le chemin de fer et la construction de la nouvelle ligne à grande vitesse (LGV) qui traverse la région. La mobilisation des élèves pour la présentation de leurs recherches a été observée par tous les invités.
- La matinée s’est terminée par un échange avec les membres du conseil d’administration, en présence du conseiller général Paul Cheviet et du maire de Gy, Christelle Rousselle.

Les échanges ont porté sur l’enseignement des langues, domaine dans lequel, le principal Christophe Marchand préserve au mieux l’enseignement de l’allemand dans un contexte lié à la demande des familles qui devrait pouvoir être consolidée. Les modalités relatives à la liaison CM2-6ème ont également fait l’objet d’une prospective pédagogique pour l’année prochaine. Paul Cheviet a souhaité recueillir le point de vue de la directrice académique sur les pôles éducatifs, sur la situation du collège de Gy dans le sud de la Haute-Saône, et sur la prévention de l’illettrisme en lien avec le développement des nouvelles technologies et des usages pédagogiques du numérique.

Cette visite et les rencontres avec une représentation de l’ensemble des membres de la communauté éducative a constitué un moment fort pour l’ensemble des participants.

Collège Raymond Gueux - Gy

 
jeudi 16 février 2012

Vers la généralisation du bilan de santé des enfants de 6 ans

Trois organismes mutualistes partenaires de l’éducation nationale, la MGEN, la MAE et la Mutualité française, ont mis à la disposition du service de santé scolaire du matériel de dépistage oculaire et cognitif

Vers la généralisation du bilan de santé des enfants de 6 ans En relation avec les objectifs du projet académique, le Recteur de l’académie de Besançon s’est prononcé pour une augmentation du nombre des "bilans de santé de 6 ans" à réaliser en grande section de maternelle, avant l’entrée au cours préparatoire. En effet il est important que tout enfant qui aurait une difficulté sensorielle ou cognitive soit dépisté avant le démarrage de l’apprentissage systématique du savoir-lire/écrire/compter.

Pour ce faire, le premier niveau d’information se situe à l’échelon de la relation école-familles. Les parents comme les enseignants doivent être mobilisés pour que soient entreprises toutes les remédiations possibles - sensorielles, cognitives ou simplement scolaires - avant l’entrée au CP. À un second niveau, de façon complémentaire, le dépistage infirmier et/ou médical est amené à se généraliser, vraisemblablement dès 2012-2013, les infirmières scolaires ayant été sollicitées pour participer activement à ce bilan fondamental, avec les médecins.

Le dépistage infirmier est prévu sur la base d’un bilan sensoriel et sur l’évaluation de deux fonctions cognitives :
- des tests de conscience phonologique,
- des tests de traitement de l’information visuelle.

Pour réaliser au mieux ce dépistage, du matériel spécifique pour les enfants de grandes sections (GS) est nécessaire. C’est pourquoi, conformément à leur valeur première et partagée de solidarité, dans le cadre de leur politique de prévention et de leur engagement partenarial avec l’éducation nationale, la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN), la Mutuelle assurance élèves (MAE) et la Mutualité française se sont associées pour prendre en charge l’acquisition d’un matériel spécifique afin de le mettre à la disposition du service de santé scolaire du département. Pour une valeur totale de 1200 euros, ce sont 15 kits oculaires comprenant des lunettes de 2 dioptries, des lunettes cache-œil et une échelle de Snellen, outils destinés à mesurer l’acuité visuelle, qui ont été offerts aux infirmières scolaires de la Haute-Saône. Par ailleurs, la direction académique des services de l’éducation nationale a récemment fait l’acquisition de deux audi-vérificateurs, deux stéthoscopes et deux autoscopes.

Jeudi 16 février, à l’inspection académique, le matériel acheté via Lydie Hernandez du centre d’optique mutualiste de Vesoul, a été remis officiellement aux infirmières scolaires en présence de Jean Gousserey représentant la mutualité de la Haute-Saône, de Denis Leyder et Philippe Soriano représentants la MGEN et d’Édithe Bonnet, représentant la MAE. La directrice académique Hélène Ouanas, le médecin conseiller technique Laurence Guillaume et l’infirmière conseillère technique Marie-Odile Sœur ont remercié chaleureusement les représentants des mutuelles pour le don de ce matériel promis à un usage intensif pour contribuer à dépister en temps voulu certains obstacles aux apprentissages, avant l’entrée au cours préparatoire.

 
lundi 30 janvier 2012

Le prix de la vocation scientifiques des filles en Haute-Saône

Au cours de la semaine du 16 au 20 janvier 2012, des établissements du département se sont impliqués dans l’opération "Sciences en tous genres / Les métiers scientifiques se déclinent aussi au féminin"

Le prix de la vocation scientifiques des filles en Haute-SaônePourquoi est-il admis qu’une infirmière puisse être amenée à déplacer un malade de 90 Kg (voire plus) pour faire sa toilette et pourquoi y a-t-il si peu de charpentières ou de mécaniciennes, métiers aujourd’hui largement assistés par les machines et des outils ? Y compris dans les métiers scientifiques intellectuels, pourquoi y a-t-il moins de femmes que d’hommes alors que les jeunes filles ont de meilleurs résultats scolaires jusqu’au bac ? Beaucoup d’éléments de réponse sont connus : les familles, puis l’école, puis les filières d’enseignement supérieur et/ou professionnel génèrent et entretiennent nombre de préjugés et de stéréotypes sur le sexe des filières et des métiers.

L’opération "Sciences en tous genres" est organisée sous l’impulsion de l’université de Franche-Comté et de la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité

Elle est portée au niveau départemental par l’inspection académique et la mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité. Pendant cette semaine, 320 élèves de la Haute-Saône ont participé à :
- des séances de théâtre forum "Oriente Express" permettant une réflexion sur l’orientation des filles et des garçons et le désamorçage de certains préjugés,
- l’activité "le mur des préjugés / la tête de l’emploi",
- des visites d’entreprises et de laboratoires : Vétoquinol à Lure, traitement de surface Lermps à Sévenans, Imasonic et DCM Précision Mécanique à Voray-sur-l’Ognon,
- des découvertes, tables rondes, témoignages et discussions.

Pour clore cette semaine, le vendredi 20 janvier, ont été remis les prix de la vocation scientifique des filles 2011 pour la Haute-Saône, décernés à

- Mélissa Gromaire du lycée Lumière de Luxeuil en classe préparatoire scientifique au lycée Victor Hugo à Besançon,
- Floriane Bertrand du lycée Colomb de Lure en BTS audiovisuel au lycée Viette de Montbéliard,
- Anne Welker du lycée professionnel Beauregard de Luxeuil en diplôme des métiers d’art / Ébenisterie au lycée de Moirans en Montagne,
- Shannon Spoone du lycée Lumière de Luxeuil en classe préparatoire intégrée Génie Mécanique à l’institut national des sciences appliquées (INSA) de Toulouse,
- Mylène Adam du lycée professionnel Luxembourg de Vesoul en BTS Europlastic à Saverne,
- Kim Dejoux du lycée Lumière de Luxeuil en classe préparatoire physique chimie au Lycée Victor Hugo à Besançon,
- Isabelle Faggianelli du lycée Lumière de Luxeuil en BTS microtechniques à Morteau,
- Elodie Canal du lycée Aragon d’Héricourt en DUT Génie Civil / BTP à l’IUT de Belfort,
- Emilie Blum du lycée Aragon d’Héricourt en BTS Fluides, énergies, environnement au lycée Aragon.

La remise officielle des prix s’est déroulée au lycée Luxembourg de Vesoul, au Lycée Lumière de Luxeuil et au lycée Aragon d’Héricourt

Sur ce dernier site avait lieu, en présence de l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas, une table ronde intitulée "les métiers scientifiques et techniques se déclinent aussi au féminin". Elle fut animée par Sylvie Malo, inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation (IEN-IO) de la Haute-Saône et Mélanie Geoffroy, chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la Haute-Saône. Françoise Croissant, ingénieure, enseignante en Génie énergétique au lycée Aragon, Aude Petit responsable des affaires générales et culturelles à l’université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), des élèves du lycée et les deux lauréates locales du prix de la vocation scientifique, furent les intervenantes de cette table ronde.

Sur le même sujet - site du rectorat

 
vendredi 27 janvier 2012

La campagne JPA 2012 est lancée !

La 67ème campagne de solidarité et de citoyenneté de la Jeunesse au plein air (JPA) a été lancée, pour la Haute-Saône, mardi 24 janvier, depuis le pôle éducatif de Noroy-le-Bourg

Dans une société où le départ en vacances constitue un modèle social pour la majorité des enfants, ne pas partir représente une forme d’exclusion. Or ce sont 2,8 millions de 5-19 ans, soit 25% de cette tranche d’âge en France, qui sont exclus des vacances. Cette exclusion touche plus fortement les enfants des familles à faibles revenus, mais aussi, et de manière croissante, ceux des classes moyennes, l’accès aux aides diverses ayant été divisé par deux entre 1982 et 2004. Grâce aux aides apportées par la JPA, ce sont 20000 jeunes qui devraient échapper à cette injustice en 2012.

La campagne JPA 2012 est lancée !La JPA est une organisation qui confédère 45 associations ou organismes laïcs au plan national (17 dans notre département). En 2011, en Haute-Saône, 8000 euros ont été collectés et intégralement redistribués à 112 enfants et jeunes, pour le secteur "vacances". Parmi ces enfants, 75 sont partis pour la première fois ! Ces jeunes ont vécu leurs premières vacances collectives, grâce à l’opération "Premiers départs" menée par le Comité départemental JPA en partenariat avec le Conseil général et la Caisse d’allocations familiales (CAF) de la Haute-Saône. Par ailleurs, en partenariat avec l’Agence nationale des chèques vacances (ANCV), la JPA 70 a aidé près de 200 élèves à partir en classe de découvertes ou en séjour linguistique. Ces séjours, qui ne sont pas des vacances, relèvent toutefois d’une autre façon d’apprendre, dans le temps scolaire.

La campagne JPA n’est donc pas seulement une collecte de fonds à redistribuer pour limiter une situation injuste et donner à vivre des temps éducatifs hors de l’école. Elle constitue aussi une formidable école de la solidarité. Le lancement départemental de la campagne s’est déroulé au pôle éducatif de Noroy-le-Bourg, lieu emblématique de l’école du 21ème siècle, où un groupe d’élèves et leurs enseignants avaient préparé chants, poèmes et œuvres plastiques sur le thème de la solidarité à l’intention des parents et des personnalités présentes au nombre desquels : la présidente de la JPA70 Armelle Salvador, la directrice du pôle éducatif Rafaèle Salvador, l’inspecteur de l’éducation nationale de Vesoul sud Éric Oudot, le maire de Noroy-le-Bourg Jacques Jeannin, le conseiller général du canton Gérard Bontour ainsi que l’inspecteur de l’éducation nationale adjoint de Madame l’inspectrice d’académie Jacques Aubry. En conclusion, Jacques Aubry a notamment félicité les élèves et leurs enseignant(e)s d’avoir bien perçu et exprimé deux valeurs essentielles que sont la tolérance et le droit à la différence. Participez nombreux à la campagne JPA 2012 !

Contact

 
mardi 24 janvier 2012

Visite du collège Louis Pergaud de Faverney

Jeudi 19 janvier, l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas est allée à la rencontre de la communauté éducative de ce collège rural, à dimension humaine. Elle y a été accueillie par le principal Philippe Girard et son équipe

Visite du collège Louis Pergaud de FaverneySitué dans le canton d’Amance, à une vingtaine de kilomètres au nord de Vesoul, le collège du bourg de Faverney (environ 1000 habitants) dessert un assez vaste territoire rural qui lui confère les caractéristiques suivantes :
- L’établissement scolarise 257 élèves dont 213 demi-pensionnaires.
- Il comporte 17 postes définitifs d’enseignants.
- 31% des élèves sont boursiers.

Les axes et spécificités du projet d’établissement consistent à :
- aider les élèves en difficulté,
- construire un avenir dans les meilleures conditions,
- acquérir une culture du passé, du présent et de l’avenir.

Pour l’accompagnement éducatif, cinq créneaux horaires sont consacrés à l’aide aux devoirs, trois créneaux aux actions culturelles, un créneau à l’éducation à l’orientation. Par ailleurs le collège de Faverney se distingue par trois projets particuliers :
- Il y existe des classes bilangues allemand/anglais en 6ème et 5ème,
- Pour les 6ème, un projet innovant est lancé, intitulé "la disponibilité cognitive",
- L’établissement est labellisé É3D (label de l’académie de Besançon "école ou établissement en démarche de développement durable".)

Dans ce contexte, la visite de l’inspectrice d’académie fut axée sur l’observation d’un cours d’allemand, langue de nos voisins et langue maternelle la plus répandue en Europe. La compétence en allemand n’est pas seulement recherchée sur le marché du travail en Franche-Comté, cette langue est aussi le véhicule d’importants apports à la culture occidentale.

Les élèves d’une classe de 6ème et leurs professeurs ont ensuite témoigné sur le projet "disponibilité cognitive". Il s’agit en fait d’offrir aux jeunes collégiens et de mettre en pratique un ensemble de techniques pour maîtriser le stress et se préparer aux apprentissages, par des exercices de relaxation, de bonne organisation du travail, de développement d’attitudes positives.

Visite du collège Louis Pergaud de FaverneyPendant la récréation, les élèves éco-délégués ainsi que les adultes qui les encadrent ont présenté à l’inspectrice d’académie la dernière réalisation écologique de l’établissement : des composteurs destinés à valoriser les déchets d’origine végétale de la cantine et à alléger la facture des ordures ménagères. Cette installation exemplaire, réalisée dans le cadre de la politique de développement durable du collège, est la première dans la région et sans doute une des premières en France, dans un établissement secondaire.

En fin d’après-midi, Hélène Ouanas a rencontré l’ensemble des représentants de la communauté éducative en présence de du maire adjoint de Faverney Gérard Burney et du conseiller général du canton d’Amance Jean-Paul Pugin. À la suite des échanges, l’inspectrice d’académie a félicité tous les acteurs de l’établissement pour la qualité des enseignements et pour la bonne ambiance de travail qui y règne, ceci résultant à l’évidence de la qualité de l’engagement des équipes éducatives et d’un réel dialogue au sein du collège et dans son environnement.

Site du collège de Faverney


 
jeudi 19 janvier 2012

"Sciences en tous genres" : Les métiers scientifiques se déclinent aussi au féminin

Dans le cadre de la mise en œuvre des politiques en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, l’éducation nationale et le service des droits des femmes et de l’égalité du Ministère de la cohésion sociale et des solidarités agissent en faveur de la diversification des choix d’orientation pour les filles et les garçons

Sciences en tous genresL’inspection d’académie de Haute-Saône et la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations assurent la promotion du prix de la vocation scientifique et technique pour les filles.

Ce dispositif permet chaque année à 20 jeunes filles de la région de bénéficier d’un prix de 1000 €. En 2011, 9 jeunes filles issues des lycées de Haute-Saône ont reçu ce prix.

Ainsi, pour promouvoir les métiers scientifiques et techniques pour les filles, métiers où elles représentent moins de 40 % des effectifs et ce au-delà de ce dispositif, une semaine sur ce thème :

La semaine "Les sciences en tous genres" est organisée du 16 au 20 janvier 2012 avec la présence d’expositions dans les lycées Aragon d’Héricourt et Luxembourg de Vesoul

Au-delà des expositions au sein des lycées, des visites d’entreprises par des élèves, des théâtre-forum sur l’orientation, une découverte des sections du lycée Luxembourg par les élèves du collège de Scey-sur-Saône et une table-ronde pour clôturer cette semaine sont programmés.

L’objectif de cette manifestation est de permettre aux jeunes filles et garçons de dépasser les stéréotypes sexués sur les métiers, de travailler les choix d’orientation afin de développer la mixité et l’égalité professionnelles.

Affiche Haute-Saône
Invitation table ronde clôture sciences en tous genres
Programme de la semaine des sceinces en tous genres en Haute-Saône



services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon