R

Accueil > DSDEN > Actualités > Le prix de la vocation scientifiques des filles en Haute-Saône

Rubrique Actualités

lundi 30 janvier 2012

Le prix de la vocation scientifiques des filles en Haute-Saône

Au cours de la semaine du 16 au 20 janvier 2012, des établissements du département se sont impliqués dans l’opération "Sciences en tous genres / Les métiers scientifiques se déclinent aussi au féminin"

Le prix de la vocation scientifiques des filles en Haute-SaônePourquoi est-il admis qu’une infirmière puisse être amenée à déplacer un malade de 90 Kg (voire plus) pour faire sa toilette et pourquoi y a-t-il si peu de charpentières ou de mécaniciennes, métiers aujourd’hui largement assistés par les machines et des outils ? Y compris dans les métiers scientifiques intellectuels, pourquoi y a-t-il moins de femmes que d’hommes alors que les jeunes filles ont de meilleurs résultats scolaires jusqu’au bac ? Beaucoup d’éléments de réponse sont connus : les familles, puis l’école, puis les filières d’enseignement supérieur et/ou professionnel génèrent et entretiennent nombre de préjugés et de stéréotypes sur le sexe des filières et des métiers.

L’opération "Sciences en tous genres" est organisée sous l’impulsion de l’université de Franche-Comté et de la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité

Elle est portée au niveau départemental par l’inspection académique et la mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité. Pendant cette semaine, 320 élèves de la Haute-Saône ont participé à :
- des séances de théâtre forum "Oriente Express" permettant une réflexion sur l’orientation des filles et des garçons et le désamorçage de certains préjugés,
- l’activité "le mur des préjugés / la tête de l’emploi",
- des visites d’entreprises et de laboratoires : Vétoquinol à Lure, traitement de surface Lermps à Sévenans, Imasonic et DCM Précision Mécanique à Voray-sur-l’Ognon,
- des découvertes, tables rondes, témoignages et discussions.

Pour clore cette semaine, le vendredi 20 janvier, ont été remis les prix de la vocation scientifique des filles 2011 pour la Haute-Saône, décernés à

- Mélissa Gromaire du lycée Lumière de Luxeuil en classe préparatoire scientifique au lycée Victor Hugo à Besançon,
- Floriane Bertrand du lycée Colomb de Lure en BTS audiovisuel au lycée Viette de Montbéliard,
- Anne Welker du lycée professionnel Beauregard de Luxeuil en diplôme des métiers d’art / Ébenisterie au lycée de Moirans en Montagne,
- Shannon Spoone du lycée Lumière de Luxeuil en classe préparatoire intégrée Génie Mécanique à l’institut national des sciences appliquées (INSA) de Toulouse,
- Mylène Adam du lycée professionnel Luxembourg de Vesoul en BTS Europlastic à Saverne,
- Kim Dejoux du lycée Lumière de Luxeuil en classe préparatoire physique chimie au Lycée Victor Hugo à Besançon,
- Isabelle Faggianelli du lycée Lumière de Luxeuil en BTS microtechniques à Morteau,
- Elodie Canal du lycée Aragon d’Héricourt en DUT Génie Civil / BTP à l’IUT de Belfort,
- Emilie Blum du lycée Aragon d’Héricourt en BTS Fluides, énergies, environnement au lycée Aragon.

La remise officielle des prix s’est déroulée au lycée Luxembourg de Vesoul, au Lycée Lumière de Luxeuil et au lycée Aragon d’Héricourt

Sur ce dernier site avait lieu, en présence de l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas, une table ronde intitulée "les métiers scientifiques et techniques se déclinent aussi au féminin". Elle fut animée par Sylvie Malo, inspectrice de l’éducation nationale de l’information et de l’orientation (IEN-IO) de la Haute-Saône et Mélanie Geoffroy, chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la Haute-Saône. Françoise Croissant, ingénieure, enseignante en Génie énergétique au lycée Aragon, Aude Petit responsable des affaires générales et culturelles à l’université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), des élèves du lycée et les deux lauréates locales du prix de la vocation scientifique, furent les intervenantes de cette table ronde.

Sur le même sujet - site du rectorat

 
vendredi 27 janvier 2012

La campagne JPA 2012 est lancée !

La 67ème campagne de solidarité et de citoyenneté de la Jeunesse au plein air (JPA) a été lancée, pour la Haute-Saône, mardi 24 janvier, depuis le pôle éducatif de Noroy-le-Bourg

Dans une société où le départ en vacances constitue un modèle social pour la majorité des enfants, ne pas partir représente une forme d’exclusion. Or ce sont 2,8 millions de 5-19 ans, soit 25% de cette tranche d’âge en France, qui sont exclus des vacances. Cette exclusion touche plus fortement les enfants des familles à faibles revenus, mais aussi, et de manière croissante, ceux des classes moyennes, l’accès aux aides diverses ayant été divisé par deux entre 1982 et 2004. Grâce aux aides apportées par la JPA, ce sont 20000 jeunes qui devraient échapper à cette injustice en 2012.

La campagne JPA 2012 est lancée !La JPA est une organisation qui confédère 45 associations ou organismes laïcs au plan national (17 dans notre département). En 2011, en Haute-Saône, 8000 euros ont été collectés et intégralement redistribués à 112 enfants et jeunes, pour le secteur "vacances". Parmi ces enfants, 75 sont partis pour la première fois ! Ces jeunes ont vécu leurs premières vacances collectives, grâce à l’opération "Premiers départs" menée par le Comité départemental JPA en partenariat avec le Conseil général et la Caisse d’allocations familiales (CAF) de la Haute-Saône. Par ailleurs, en partenariat avec l’Agence nationale des chèques vacances (ANCV), la JPA 70 a aidé près de 200 élèves à partir en classe de découvertes ou en séjour linguistique. Ces séjours, qui ne sont pas des vacances, relèvent toutefois d’une autre façon d’apprendre, dans le temps scolaire.

La campagne JPA n’est donc pas seulement une collecte de fonds à redistribuer pour limiter une situation injuste et donner à vivre des temps éducatifs hors de l’école. Elle constitue aussi une formidable école de la solidarité. Le lancement départemental de la campagne s’est déroulé au pôle éducatif de Noroy-le-Bourg, lieu emblématique de l’école du 21ème siècle, où un groupe d’élèves et leurs enseignants avaient préparé chants, poèmes et œuvres plastiques sur le thème de la solidarité à l’intention des parents et des personnalités présentes au nombre desquels : la présidente de la JPA70 Armelle Salvador, la directrice du pôle éducatif Rafaèle Salvador, l’inspecteur de l’éducation nationale de Vesoul sud Éric Oudot, le maire de Noroy-le-Bourg Jacques Jeannin, le conseiller général du canton Gérard Bontour ainsi que l’inspecteur de l’éducation nationale adjoint de Madame l’inspectrice d’académie Jacques Aubry. En conclusion, Jacques Aubry a notamment félicité les élèves et leurs enseignant(e)s d’avoir bien perçu et exprimé deux valeurs essentielles que sont la tolérance et le droit à la différence. Participez nombreux à la campagne JPA 2012 !

Contact

 
mardi 24 janvier 2012

Visite du collège Louis Pergaud de Faverney

Jeudi 19 janvier, l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas est allée à la rencontre de la communauté éducative de ce collège rural, à dimension humaine. Elle y a été accueillie par le principal Philippe Girard et son équipe

Visite du collège Louis Pergaud de FaverneySitué dans le canton d’Amance, à une vingtaine de kilomètres au nord de Vesoul, le collège du bourg de Faverney (environ 1000 habitants) dessert un assez vaste territoire rural qui lui confère les caractéristiques suivantes :
- L’établissement scolarise 257 élèves dont 213 demi-pensionnaires.
- Il comporte 17 postes définitifs d’enseignants.
- 31% des élèves sont boursiers.

Les axes et spécificités du projet d’établissement consistent à :
- aider les élèves en difficulté,
- construire un avenir dans les meilleures conditions,
- acquérir une culture du passé, du présent et de l’avenir.

Pour l’accompagnement éducatif, cinq créneaux horaires sont consacrés à l’aide aux devoirs, trois créneaux aux actions culturelles, un créneau à l’éducation à l’orientation. Par ailleurs le collège de Faverney se distingue par trois projets particuliers :
- Il y existe des classes bilangues allemand/anglais en 6ème et 5ème,
- Pour les 6ème, un projet innovant est lancé, intitulé "la disponibilité cognitive",
- L’établissement est labellisé É3D (label de l’académie de Besançon "école ou établissement en démarche de développement durable".)

Dans ce contexte, la visite de l’inspectrice d’académie fut axée sur l’observation d’un cours d’allemand, langue de nos voisins et langue maternelle la plus répandue en Europe. La compétence en allemand n’est pas seulement recherchée sur le marché du travail en Franche-Comté, cette langue est aussi le véhicule d’importants apports à la culture occidentale.

Les élèves d’une classe de 6ème et leurs professeurs ont ensuite témoigné sur le projet "disponibilité cognitive". Il s’agit en fait d’offrir aux jeunes collégiens et de mettre en pratique un ensemble de techniques pour maîtriser le stress et se préparer aux apprentissages, par des exercices de relaxation, de bonne organisation du travail, de développement d’attitudes positives.

Visite du collège Louis Pergaud de FaverneyPendant la récréation, les élèves éco-délégués ainsi que les adultes qui les encadrent ont présenté à l’inspectrice d’académie la dernière réalisation écologique de l’établissement : des composteurs destinés à valoriser les déchets d’origine végétale de la cantine et à alléger la facture des ordures ménagères. Cette installation exemplaire, réalisée dans le cadre de la politique de développement durable du collège, est la première dans la région et sans doute une des premières en France, dans un établissement secondaire.

En fin d’après-midi, Hélène Ouanas a rencontré l’ensemble des représentants de la communauté éducative en présence de du maire adjoint de Faverney Gérard Burney et du conseiller général du canton d’Amance Jean-Paul Pugin. À la suite des échanges, l’inspectrice d’académie a félicité tous les acteurs de l’établissement pour la qualité des enseignements et pour la bonne ambiance de travail qui y règne, ceci résultant à l’évidence de la qualité de l’engagement des équipes éducatives et d’un réel dialogue au sein du collège et dans son environnement.

Site du collège de Faverney


 
jeudi 19 janvier 2012

"Sciences en tous genres" : Les métiers scientifiques se déclinent aussi au féminin

Dans le cadre de la mise en œuvre des politiques en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, l’éducation nationale et le service des droits des femmes et de l’égalité du Ministère de la cohésion sociale et des solidarités agissent en faveur de la diversification des choix d’orientation pour les filles et les garçons

Sciences en tous genresL’inspection d’académie de Haute-Saône et la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations assurent la promotion du prix de la vocation scientifique et technique pour les filles.

Ce dispositif permet chaque année à 20 jeunes filles de la région de bénéficier d’un prix de 1000 €. En 2011, 9 jeunes filles issues des lycées de Haute-Saône ont reçu ce prix.

Ainsi, pour promouvoir les métiers scientifiques et techniques pour les filles, métiers où elles représentent moins de 40 % des effectifs et ce au-delà de ce dispositif, une semaine sur ce thème :

La semaine "Les sciences en tous genres" est organisée du 16 au 20 janvier 2012 avec la présence d’expositions dans les lycées Aragon d’Héricourt et Luxembourg de Vesoul

Au-delà des expositions au sein des lycées, des visites d’entreprises par des élèves, des théâtre-forum sur l’orientation, une découverte des sections du lycée Luxembourg par les élèves du collège de Scey-sur-Saône et une table-ronde pour clôturer cette semaine sont programmés.

L’objectif de cette manifestation est de permettre aux jeunes filles et garçons de dépasser les stéréotypes sexués sur les métiers, de travailler les choix d’orientation afin de développer la mixité et l’égalité professionnelles.

Affiche Haute-Saône
Invitation table ronde clôture sciences en tous genres
Programme de la semaine des sceinces en tous genres en Haute-Saône


 
vendredi 6 janvier 2012

Succès du forum des savoirs du 4 janvier 2012

Un événement départemental pour se former et échanger qui a réuni près de 250 enseignants, cadres de l’éducation nationale et étudiants IUFM

En partenariat avec l’université de Franche-Comté (antenne IUFM de Vesoul) et le CRDP de l’académie de Besançon (CDDP de la Haute-Saône), l’inspection académique de la Haute-Saône a organisé un forum des savoirs éducatifs, le mercredi 4 janvier 2012 de 9h00 à 13h00 sur le site IUFM-CDDP de Vesoul. Cette action s’adressait en priorité aux enseignants de cycle 3, aux étudiants de l’IUFM et à toute personne chargée de formation.

L’objectif de cet événement était d’apporter des éclairages pédagogiques et didactiques, d’une part sur la maîtrise du pilier 5 du socle commun de connaissances et de compétences, d’autre part sur la mise en œuvre de différents volets des programmes de 2008 pour l’école primaire.

Le temps fort de cette action de formation est une conférence qui a été donnée par Philippe Claus, doyen de l’inspection générale de l’éducation nationale pour l’enseignement primaire, dont l’intitulé est : " La construction d’une première culture humaniste au cycle 3. Pourquoi ? Comment ? "

Dans la deuxième partie de la matinée, deux types d’ateliers étaient proposés aux participants (voir la plaquette descriptive) :
- des ateliers de présentation et de discussion, sur inscription,
- des ateliers en libre consultation, au sein de la médiathèque CDDP-IUFM 70.

Plaquette descriptive du forum
Support d’intervention de la conférence de Philippe Claus, IGEN
Diaporama des images de la journée

 
lundi 26 décembre 2011

Philippe V, roi d’Espagne malgré lui, revit au lycée Belin

Mardi 6 décembre, le lycée Édouard Belin a accueilli Suzanne Varga, universitaire lilloise spécialiste du siècle d’Or espagnol, pour une conférence sur le roi Felipe V de Borbón (1683-1746)

Philippe V, roi d'Espagne malgré lui, revit au lycée BelinAgrégée, docteur d’État et professeure des universités, Suzanne Varga a récemment publié une biographie de Philippe V d’Espagne. Hélène Ouanas, inspectrice d’académie puis Stéphane Pini, maire adjoint en charge de la communication, des relations publiques et de la jeunesse, ont accompagné Suzanne Varga lors de sa visite au lycée Belin où ils ont été accueillis par le proviseur Dominique Balon et son équipe, ensuite à la mairie de Vesoul où une conférence était proposée au grand public. Le préfet Eric Freysselinard, hispaniste convaincu, et professeur agrégé d’espagnol avant d’exercer des hautes fonctions au sein de l’État, était aux côtés de Suzanne Varga lors des deux conférences qu’il a honorées de sa présence.

Au lycée Belin, encadrés par leur professeure Christine Morales, les élèves concernés avaient préparé cet événement en étudiant la vie de ce monarque, remarquable mais peu connu, restituée à travers une belle exposition constituée d’une vingtaine de panneaux évoquant le destin hors normes du jeune duc d’Anjou, petit fils de Louis XIV, devenu contre toute attente roi d’Espagne, en 1700, à l’âge de 17 ans. La conférencière a facilement capté l’attention du public de lycéens, précisément du même âge que le jeune roi. Entre autres aspects de la vie de ce personnage, elle a décrit aux élèves quelle a été l’éducation de cette fratrie de princes, dispensée par Fénelon et toute une "équipe pédagogique". L’auditoire a fait preuve d’une grande qualité d’écoute, certains jeunes étant même quelque peu impressionnés d’avoir reçu leur premier enseignement de niveau universitaire.

Philippe V, roi d'Espagne malgré lui, revit au lycée BelinPhilippe V occupa pendant 46 ans le trône de l’empire d’Espagne, la première puissance de l’époque. Pour commencer, après la mort du dernier roi de la dynastie fondée par Charles Quint, le jeune prince fut brutalement transplanté dans un pays inconnu, après une "formation accélérée" de quelques semaines. Bien qu’il dût aussitôt faire face à une guerre désastreuse et à plusieurs tragédies personnelles, il s’attela à sa tâche et fit entrer l’Espagne dans l’ère de la modernité. Il fut aussi un grand protecteur des Lettres et des Arts, notamment de la musique. L’actuel roi Juan Carlos est son descendant direct. Ce panorama historique et l’analyse de l’exercice complexe du pouvoir royal ont été appréciés par l’auditoire.

Suzanne Varga, qui conduit des activités de recherche et est l’auteur de nombreux ouvrages, a suivi des études et un cursus universitaire des plus classiques. En revanche, par ses origines et grâce aux professions respectives de son père diplomate et de son mari musicien compositeur, concertiste, sa vie et ses expériences personnelles ont pris un caractère résolument singulier. Son enseignement est marqué par le dépaysement et le décentrement voulus, pas seulement dans l’espace, mais également dans le temps. La littérature, essentiellement la poésie et le théâtre du Grand Siècle, sont la base de ses cours à l’Université. Les problèmes culturels tels que les abordent l’Espagne et l’Amérique Latine, ont été le fonds de ses cours à l’Institut d’études politiques de Paris.

 
mardi 6 décembre 2011

Journée de sensibilisation au handicap en Haute-Saône

À l’occasion de la journée nationale de sensibilisation au handicap, l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas a proposé une visite et un point presse sur ce domaine d’implications très fortes de l’École

Pour témoigner de la mise en œuvre de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, une journée de sensibilisation au handicap à l’école s’est déroulée le vendredi 2 décembre 2011. Au plan national, grâce à la forte implication de la communauté éducative, de ses partenaires associatifs et du secteur médico-social, le nombre d’élèves handicapés scolarisés dans des établissements scolaires ordinaires a augmenté de plus 60%, soit 80 100 élèves supplémentaires. À la rentrée 2011, 214 000 élèves handicapés sont ainsi scolarisés en milieu ordinaire dont plus de 90% scolarisés à temps complet. L’inclusion scolaire des élèves handicapés implique de changer notre regard collectif sur le handicap à l’école.

Visite du dispositif "externé" de l’ITEP ALEFPA(1) de Luxeuil, site de Vesoul

Journée de sensibilisation au handicap en Haute-SaôneCe dispositif de scolarisation, qui compte 10 élèves, est implanté au collège Jean Macé, à Vesoul. La visite s’est déroulée en présence de :
- Gérard Delaborde, principal du collège,
- Jacques Aubry, inspecteur de l’éducation nationale de l’A-SH,(2)
- Anne-Sophie Parisot, enseignante spécialisée, titulaire de la classe,
- Philippe France, chef de service à l’ITEP de Luxeuil.
Chaque élève concerné bénéficie d’un plan personnalisé de scolarisation (PPS) et, dans la mesure du possible, alterne un travail en "classe" spécialisée avec la participation à certains cours dans des classes ordinaires du collège : c’est la démarche d’inclusion.

Point presse : trois exemples d’actions sur le handicap à l’école

L’inspectrice d’académie a proposé un point avec la presse en présence des personnes déjà mentionnées ci-dessus et de :
- Muriel Dufau, directrice de la MDPH,(3)
- Didier Cackel, médiateur PASS,(4)
- Dorothée Elger, enseignante déficiente visuelle,
- Christine Renaudin, accompagnatrice de Mme Elger,
- Didier Caille, conseiller pédagogique formateur de Mme Elger,
- Édith Bouvet, professeure principale d’un élève déficient auditif.

Les témoignages et échanges ont permis :
- d’expliciter le fonctionnement de la classe de l’ITEP(1) visitée précédemment,
- de découvrir le pôle pour l’accompagnement à la scolarisation des élèves sourds (PASS), ses problématiques particulières et son fonctionnement,
- de faire connaissance avec une enseignante déficiente visuelle et son accompagnatrices, récemment recrutées, qui ont apporté un éclairage sur leurs parcours et leurs pratiques professionnelles.

Dans le cadre d’une politique volontariste conduite depuis 2005 et d’un engagement fort de l’académie de Besançon, le département fait état de résultats tangibles et positifs.

Les points forts en Haute-Saône

Journée de sensibilisation au handicap en Haute-Saône
- L’accessibilité pédagogique et la formation des enseignants. Dans l’enseignement primaire, un taux élevé d’enseignants spécialisés formés pour la prise en charge scolaire des élèves. Dans le 2nd degré, un taux élevé de professeurs avec certification complémentaire, personnes ressources dans les établissements.

- Une prise en compte de l’évolution des ressources pédagogiques adaptées pour les élèves à besoins particuliers.

- Un accompagnement humain des élèves qui répond aux attentes : des réponses positives à toutes les prescriptions d’aides humaines. Une diversification de ces aides, collectives ou individuelles, pour qu’elles correspondent pleinement aux besoins identifiés.

- Des partenariats fructueux : un fonctionnement dynamique avec la MDPH, maison départementale des personnes handicapées. Des solutions innovantes de coopération avec les EMS (établissements médico-sociaux) pour concrétiser l’inclusion en milieu ordinaire (complément entre le secteur médico-social et la scolarisation avec des dispositifs "externés" / 7 "classes" externées).

L’effort important de mise à disposition d’enseignants spécialisés pour les établissements médico-sociaux facilite les interactions pour inclusion.

France Bleu - Handicap Scolaire ENRO
France Bleu - Handicap Scolaire Helene Ouanas

Glossaire

(1)ITEP : institut thérapeutique, d’éducation et pédagogique,
ALEFPA : association laïque pour l’éducation, la formation, la prévention et l’autonomie,
(2)A-SH : adaptation scolaire et scolarisation des élèves handicapés,
(3)MDPH : maison départementale des personnes handicapées.
(4) PASS : pôle pour l’accompagnement à la scolarisation des élèves sourds,


 
mardi 6 décembre 2011

Les CE2 d’Aboncourt, archéologues au musée Georges-Garret

Le musée Georges-Garret de Vesoul propose aux scolaires des animations gratuites sur le thème de l’archéologie. Rencontre avec les CE2 d’Aboncourt

Situé dans la circonscription primaire de Vesoul-Nord, le pôle éducatif "éclaté" d’Aboncourt-Gésincourt (F-70500) garde un fonctionnement semblable à celui d’un RPI. Il compte six classes dont deux maternelles implantées dans les villages de Gevigney et Purgerot, et quatre élémentaires centralisées à Aboncourt. Deux demi-journées par semaine, l’équipe enseignante y a mis en place une formule de décloisonnement. Ainsi, la maîtresse du CP, Agnès Estienney, titulaire d’une licence et passionnée d’histoire, prend-elle en charge cette discipline pour l’ensemble des 27 CE2 de l’école, inscrits dans deux classes distinctes.

Les CE2 d'Aboncourt, archéologues au musée Georges-GarretLe 28 novembre dernier, cette organisation qu’on devine relativement complexe mais judicieuse, a permis au groupe, à l’encadrement renforcé par la présence d’une ATSEM, Valérie Raclot, de se rendre à l’invitation du musée municipal Georges-Garret de Vesoul pour y découvrir les fondamentaux de l’archéologie. La classe d’histoire a été accueillie par la conservatrice de l’établissement Sabine Gangi et sa collaboratrice, adjointe du patrimoine, Dominique Hugard, chargée de l’accueil et de la surveillance.

Malgré des moyens humains modestes, Sabine Gangi a eu à cœur de maintenir d’année en années, une offre d’animations scolaires gratuites dont savent tirer parti de nombreux professeurs des écoles, d’histoire ou d’arts visuels. Cette année, le thème privilégié, déjà testé auparavant, est celui de l’archéologie.
Les 27 élèves d’Aboncourt étaient organisés en deux groupes. L’un, piloté par la conservatrice, observait des fac-simile d’objets préhistoriques (racloir, couteau, poinçon, faucille, flèche, percuteur…) et réfléchissait sur le mode de vie des premiers hommes mais aussi à la démarche à mettre en œuvre par l’archéologue pour interpréter la seule partie non-biodégradable des outils qu’il retrouve. L’autre groupe, encadré par la maîtresse et l’adjointe du patrimoine, était chargé d’enquêter à l’aide d’une fiche, sur divers objets exposés dans les vitrines, en réalisant les observations nécessaires et en lisant les notices (crâne de l’ours des cavernes, molaire de mammouth, haches en pierre taillée ou polie).

Agnès Estienney témoigne de la satisfaction qu’elle a à travailler dans ce dispositif de décloisonnement, avec un groupe chargé mais à la fois actif et attentif, et pour cette séance, avec les partenaires experts et très disponibles du Musée Georges-Garret.

Archéologie Musée Garret

 
jeudi 1er décembre 2011

L’école d’Échenoz-Pont accueille ses partenaires Comenius

La soirée du mardi 29 novembre, la communauté scolaire et la municipalité d’Échenoz-la-Méline donnaient une réception officielle pour présenter le projet Comenius

L'école d'Échenoz-Pont accueille ses partenaires ComeniusBonjour, je m’appelle "Miz uszatek", mon nom signifie "Ours à l’oreille pliée". Je viens de Pologne où je suis un célèbre personnage de littérature de jeunesse et de dessins animés. Mascotte de l’école Podstawowa de Lodz, c’est dans le cadre du projet Comenius de partenariat scolaire multilatéral "Friends around the world" que je séjourne actuellement à l’école d’Échenoz-Pont. Pour sûr, je vais y devenir aussi célèbre que dans mon pays natal !

Ce sont les 14 enseignantes venues de sept pays d’Europe* qui ont eu cette belle idée d’adopter une mascotte pour chaque école et surtout, de les faire voyager. Car comme aurait pu le dire Comenius : "les voyages forment la jeunesse !". En cette fin novembre 2011, les instigatrices du projet ont réalisé la deuxième mobilité de leur programme en venant visiter le pays vésulien.

Et le 29, après avoir sympathisé avec les enfants de l’école, moi, Miz uszatek, j’ai été présenté officiellement à monsieur le Maire d’Échenoz-la-Méline, Yves Martin, à madame l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas, à madame l’inspectrice de l’éducation nationale de Vesoul-Nord, Françoise Cottet-Émard et à de nombreuses personnalités et habitants des environs !

Faire voyager un ours en peluche et d’autres animaux, c’est très positif, mais la directrice de l’école maternelle, Marie-Hélène Vuillemin a profité de cette réception officielle pour expliquer les autres objectifs du projet :
- Impliquer les élèves de tous les âges.
- Faire découvrir la réalité d’autres langues et en apprendre quelques mots.
- Motiver l’apprentissage de l’anglais comme langue d’échange.
- Mieux connaître sa propre culture pour la partager avec nos amis européens.
- Apprendre de nos amis, des événements propres à leur pays, à leur région.
- Développer et concrétiser la connaissance de l’Europe chez les élèves.

La soirée avait commencé par un discours de monsieur le Maire qui a évoqué Comenius et son génie : Jan Amos Komensky (1592-1670) fut un philosophe et pédagogue tchèque, théoricien, praticien, précurseur de la connaissance des enfants, de la science, le l’éducation fonctionnelle et internationale, avec en filigrane de grandes idées de pacification (Il a subit la guerre de 30 ans). C’est pourquoi l’Europe a choisi de l’immortaliser grâce à un dispositif d’éducation sans frontière.
L'école d'Échenoz-Pont accueille ses partenaires Comenius
Madame l’inspectrice d’académie a, elle aussi, prononcé un discours d’accueil chaleureux, traduit en anglais par la conseillère pédagogique langues vivantes Fanny Jançon. Elle s’est félicitée du démarrage réussi de ce beau projet qui a commencé à faire ses preuves :
- Les professeures ont déjà eu des échanges professionnels amicaux et très fructueux,
- Elles découvrent la grande diversité des méthodes pédagogiques et des structures éducatives.
- Les élèves commencent à être impliqués, notamment grâce aux mascottes voyageuses (un agneau, un porc-épic, un écureuil) J’ai d’ailleurs oublié de vous dire que la vache Montbéliarde Marguerite se dore au soleil d’Atri, dans les Abruzzes, en Italie.

Pour clore les discours, les maîtresses nous ont interprété la chanson "Comenius song" qu’elles ont créée pour l’apprendre à tous leurs élèves, en 7 langues. Et la soirée s’est terminée par un délicieux buffet, à la française ! Un régal ! Mais au vu de la convivialité qui règne dans ce groupe d’enseignantes européennes, je suis déjà certain d’être bien accueilli à ma prochaine étape !
Dans deux ans, à la fin de mon périple et de ce projet Comenius, je serai devenu un ours très savant, ouvert sur le vaste monde ! Mes amis, enfants d’Échenoz, d’Europe et leurs enseignantes auront également beaucoup appris des uns et des autres.

Miz uszatek

*Italie, Grande-Bretagne, Estonie, Pologne, Hongrie, Espagne, France.

Contact

 
lundi 28 novembre 2011

"Noir et blanc" à la maternelle des Capucins de Gray

En 2010-2011, l’équipe de l’école maternelle des Capucins à Gray a conduit un projet d’arts visuels remarquable, autour du concept "Noir et Blanc"

"Noir et blanc" à la maternelle des Capucins de GrayL’objectif concret de ce projet consistait à réaliser en juin, avec le concours des quatre classes de l’école, une exposition rassemblant les productions réalisées tout au long de l’année scolaire. Pour ce faire, il a fallu construire ou développer diverses compétences telles que :
- expérimenter divers outils et instruments
- expérimenter divers supports
- expérimenter divers procédés pour marquer, mettre en "couleurs",
- construire des objets en utilisant diverses techniques
- réaliser des objets en volume

Dans un souci de cohérence et dans l’esprit du programme de l’école maternelle, chaque enseignante a réinvesti dans ce projet arts visuels des thèmes ou des notions abordés dans divers domaines. Ainsi, les très petites et petites sections (TPS et PS) ont travaillé sur le tri des couleurs, les animaux et le schéma corporel. Les moyennes et grandes sections (MS et GS) se sont intéressées au portrait, aux formes, aux prénoms et à l’alphabet, aux silhouettes et aux ombres. Et pour toutes les classes, on a dû progresser dans le repérage dans l’espace. L’illustration des contes et albums lus en classe, les événements et thèmes balisant l’année (Halloween, noël, l’hiver, l’épiphanie, carnaval…) ont été autant de sujets à explorer pour réaliser une grande variété de créations plastiques en lien avec la socialisation, le développement de la maîtrise du langage et du goût de la lecture.

Le 21 juin 2011, l’exposition de fin d’année, tout à fait remarquable, de l’école maternelle des Capucins, a reçu les honneurs de la visite du Recteur Éric Martin accompagné de l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas et de l’inspectrice de l’éducation nationale Collette Choulet, en présence du Maire de Gray, Michel Alliot. Dans le livre d’or, l’inspectrice d’académie a laissé ces mots :
"Avec tous mes compliments pour cette exposition qui rassemble et fédère une authentique démarche artistique, avec créativité, habileté et éducation du regard sollicités dès le plus jeune âge.
Un travail qui fait honneur à notre école maternelle."

L’équipe des enseignantes qui, accompagnées de leurs ATSEM, ont mené à bien ce projet était constituée d’Anne-Marie Richard, Sophie Donzelot, Célia Iselin, Régine Vittet et de la directrice de l’école Marina Tellier. Cette année 2011-2012, en alternance avec la dominante arts visuels de l’année dernière, l’équipe prépare un grand spectacle sur le thème du cirque.

Contact

Fiche technique et pédagogique N&B
Projet "Noir & Blanc"


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon