R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > L’inspectrice d’académie de la Haute-Saône décorée de la Légion (...)

Rubrique Vie de l'académie

lundi 6 juin 2011

L’inspectrice d’académie de la Haute-Saône décorée de la Légion d’honneur

Vendredi 27 mai dernier, c’est le recteur Éric Martin, venu à Vesoul, qui a prononcé la phrase rituelle : "Hélène Ouanas, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de la Légion d’Honneur."

L'inspectrice d'académie de la Haute-Saône décorée de la Légion d'honneurDans son éloge introductif, monsieur le recteur a relaté le sens très élevé du service public d’éducation dont a fait preuve Madame Ouanas, remarquablement appréciée de ses collègues, collaborateurs et supérieurs hiérarchiques, tout au long d’une carrière riche et diversifiée qu’elle a conduite, depuis 1971, d’un poste d’institutrice remplaçante en Seine-Saint-Denis à la direction des services départementaux de l’éducation nationale de la Haute-Saône (IA-DSDEN). En chemin, tout en élevant deux enfants avec son époux, elle poursuit des études universitaires jusqu’à un doctorat sur un thème d’histoire contemporaine, elle réalise des missions de coopération éducative à l’étranger et elle gravit tous les grades de l’éducation nationale :
- directrice d’école maternelle (1986-89),
- inspectrice de l’éducation nationale / IEN (1989-1996),
- IEN adjointe de l’inspecteur d’académie du Val d’Oise (1996 à 2001),
- directrice du centre de Saint-Germain-en-Laye de l’institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de l’académie de Versailles (2001-2004),
- IEN adjointe de l’inspecteur d’académie de l’Essonne (2004-2006),
- inspectrice d’académie en 2006, auprès de deux recteurs successifs dans l’académie de Créteil,
- directrice des services départementaux de l’éducation nationale de la Haute-Saône depuis février 2009.

La Légion d’honneur et les femmes

L'inspectrice d'académie de la Haute-Saône décorée de la Légion d'honneurEn préambule de la cérémonie, le Colonel Hubert Thisselin, responsable local de la Société d’entraide des membres de la Légion d’honneur (SEMLH), a exposé un historique de l’ordre le plus prestigieux des récompenses honorifiques nationales. Fondé en 1802 par Napoléon Bonaparte, la Légion d’honneur peut être attribuée à titre militaire ou civil. Lié en partie aux actes de bravoures perpétués lors des deux guerres mondiales et des conflits coloniaux, le nombre total de récipiendaires a culminé en 1963 à plus de 300 000 personnes. Aujourd’hui, en des temps plus pacifiques et pour conserver à cette décoration tout son prestige, ce nombre a été ramené à moins de 100 000.

Le colonel a mis l’accent sur la place grandissante des femmes dans l’attribution de cette récompense. C’est à partir de 1851 que Louis-Napoléon Bonaparte permettra l’accès à l’ordre des six premières femmes. Au cours du XXème siècle, le nombre de femmes récipiendaires fut en constante augmentation. Même si la proportion des femmes dans les promotions civiles de la Légion d’honneur a progressé de manière nette ces vingt dernières années (7,8% en 1985, 18% en 2006), elle ne correspondait pas à la place réelle que les femmes occupent dans de nombreux secteurs d’activité. Aussi, le Président de la République, Nicolas Sarkozy a-t-il décidé, dès sa prise de fonctions, qu’il y aurait désormais égalité de représentation entre hommes et femmes dans chacun des Ordres nationaux (Légion d’Honneur et Ordre national du Mérite) en tenant compte de la proportion de femmes aujourd’hui proposables dans le champ d’activité concerné. Les premiers résultats de cette politique de féminisation sont réels. Pour l’année 2007, la proportion de femmes nommées ou promues a été de 35%. Pour l’année 2010 elle est passée à 51%, pourcentage sans précédent dans l’histoire de l’ordre.

Avec ses remerciements, l’inspectrice d’académie Hélène Ouanas a terminé la cérémonie en offrant à ses nombreux invités un extrait des "Choses vues" de Victor Hugo (1860) :
"Le droit de l’enfant, c’est d’être un homme. Ce qui fait l’homme, c’est la lumière ; ce qui fait la lumière, c’est l’instruction. Donc le droit de l’enfant, c’est l’instruction gratuite obligatoire.
L’instruction et la pénalité sont les deux extrêmes d’un équilibre. Ce qu’on ajoute à l’un on l’ôte à l’autre. Augmentez l’éducation, la pénalité décroît. Supposez l’éducation parfaite, la loi pénale s’évanouit d’elle-même."

Puis Madame Ouanas a conclu : "La lumière de l’instruction est pour moi une chose essentielle. L’éducation est un élément moteur qui donne un sens à ma vie et à mes actions au quotidien. Vive l’éducation !"

 
lundi 6 juin 2011

1ères journées d’études internationales "Sport de haut niveau et vidéo", les 9 et 10 juin à Besançon

Colloque organisé par l’Upfr Sports de l’Université de Franche- Comté : entrée libre et gratuite

Trois types d’expertises président à ces premières journées d’études organisées par l’U-Sports de l’Université de Franche-Comté : l’entraînement, l’image et la conception de logiciels sportifs.
Au plus haut niveau du sport, la vidéo est l’affaire de professionnels. L’image entre dans la mêlée aux côtés du XV de France, rebondit sur le tatami des judokas, dévale les pentes vertigineuses d’une
descente de ski… Sa responsabilité est immense. Tendances en matière de format vidéo, solutions professionnelles pour les prises de vues sportives, gestion et analyse des images, indexation et sécurité sont quelques-uns des thèmes abordés par des spécialistes internationaux du sport et de
la vidéo au cours de ces journées.
L’échange avec le public est une priorité inscrite au programme de la manifestation, notamment sous la forme d’un débat animé par Alain Jouve, rédacteur en chef de la Lettre de l’économie du sport.

Ces journées sont par ailleurs placées sous le signe du développement durable : leur organisation est fonction des horaires des trains et prévoit de limiter les déplacements ; la production de papier est contrôlée dans les correspondances comme dans la future publication des actes, privilégiant la vente en format numérique ; enfin, elles feront l’objet d’un bilan carbone réalisé au sein de l’Université de Franche-Comté.

Contact

Jean-Jacques Dupaux
U-Sports, Université de Franche-Comté
Tél. 03 81 66 62 92
Programme
En savoir plus

 
mercredi 18 mai 2011

Évaluation et certification des compétences des élèves en situation de handicap

Le recteur Éric Martin a ouvert le séminaire académique du 4 mai 2011 à l’IUFM Montjoux de Besançon

L’académie s’est toujours fortement impliquée dans l’accueil, la scolarisation, l’intégration et maintenant l’inclusion des élèves en situation de handicap. Chaque année, une journée de travail permet de faire le point sur l’action académique menée dans ce domaine.

De l’intégration à l’inclusion scolaire

Depuis la rentrée 2010, les unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) remplacent les unités pédagogiques d’intégration (UPI). De l’intégration, on passe désormais à l’inclusion : l’élève n’est pas seulement présent au sein d’une classe, mais on a pour lui des ambitions identiques à celles nourries pour les autres élèves. Pour réussir cette inclusion, les adaptations pédagogiques, la prise en compte des besoins particuliers et la recherche de compensation des déficits sont au cœur du travail à réaliser. La finalité est de conduire l’élève à la qualification professionnelle et à l’insertion.
459 élèves sont accueillis dans les 39 ULIS ouvertes dans les collèges publics et privés de l’académie.

En lycée professionnel

Seminaire academique Ulis Depuis 2003, neuf structures sont ouvertes en lycée professionnel sur l’ensemble de l’académie. Elles accueillent des élèves déficients cognitifs intellectuels. Des réseaux d’établissements se sont constitués, afin de proposer aux élèves la plus large offre de formations adaptées. Différents secteurs professionnels, dont le bâtiment, la restauration de collectivité et le milieu familial et collectif accueillent ces élèves.

De la scolarité à l’insertion professionnelle

Depuis 2008, une réflexion approfondie menée au niveau académique sur l’avenir des lycéens professionnels accueillis en ULIS a abouti à l’élaboration d’une attestation de compétences.
L’insertion professionnelle étant la finalité de l’inclusion scolaire, il est important que chaque élève puisse faire état des compétences acquises durant sa scolarité. Certains élèves obtiennent un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) moyennant parfois des aménagements. D‘autres ne valident que des unités du diplôme, quand d’autres n’en valideront aucune. D’où l’intérêt pour ces élèves de bénéficier d’une attestation des compétences acquises. Comme les autres diplômes de niveau V, cette attestation sera délivrée par le recteur.

L’attestation de compétences

L’attestation est le moyen de faire savoir ce que le jeune sait faire et dans quelles conditions. Elle a pour finalité de permettre à l’élève handicapé qui a suivi une formation le préparant à des activités professionnelles de les faire connaître aux employeurs, par un document officiel et ainsi faciliter son accès à l’emploi.
L’attestation de compétences reconnaît l’acquisition des attitudes, des savoirs et savoir-faire évalués et validés, y compris par les professionnels de la branche. Chaque élève possède des potentialités différentes qu’il conviendra de faire émerger et de conforter.
L’attestation est organisée en trois domaines : les compétences professionnelles, les connaissances et les compétences générales, les compétences sociales.
En outre, dans le cadre de la formation tout au long de la vie, cette attestation pourra être intégrée au dossier de demande de validation d’acquis de l’expérience (VAE) pour le CAP préparé, auquel le candidat pourrait postuler après trois années d’expérience dans son emploi.

Seminaire academique Ulis2

200 participants au séminaire

Moment de présentation de l’attestation de compétences, de son esprit, des principes qui ont prévalu lors de sa conception, le séminaire académique a été le point d’orgue du travail réalisé depuis 2008. Il a aussi été un moment de réflexion collective autour de l’évaluation des compétences. Les adaptations nécessaires et les compensations qui permettent à la compétence de s’actualiser ont été largement évoquées.
Ce séminaire s’inscrit dans la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, qui précise la définition du handicap : "Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant."

Public et intervenants

Les participants : personnels d’inspection et d’encadrement, conseillers pédagogiques, personnels de direction et coordonnateurs ULIS de collèges et de lycées professionnels, directeurs de segpa et d’ÉREA, référents et enseignants, ont assisté à cette journée.
Les intervenants :
- Marie-Michelle Passemard, inspectrice générale honoraire de l’éducation nationale (IGEN)
- Hélène Ouanas, inspectrice d’académie de la Haute-Saône, chargée de mission académique pour l’accueil des élèves en situation de handicap, responsable de la commission de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés (ASH)
- Hélène Bidot, inspectrice d’académie, inspectrice pédagogique régionale (IA-IPR) des établissements et de la vie solaire
- Nathalie Marchessoux-Ramstein, inspectrice de l’éducation nationale - enseignement technique, conseillère technique du recteur pour l’ASH
- Catherine Dodane, IA-IPR d’éducation physique et sportive.
- Sylvie Malo, inspectrice de l’éducation nationale, information et orientation de la Haute-Saône
- Saïd Berrada, inspecteur de l’éducation nationale en sciences biologiques et sciences sociales appliquées
- D’autres personnes ont participé à la préparation de cette attestation et de cette manifestation : Rémi Coutant, conseiller pédagogique ASH du Territoire de Belfort ; Nadine Naas, inspectrice de l’éducation nationale ASH et adjointe à l’inspecteur d’académie du Territoire de Belfort, ainsi que Jean-Maurice Soldan, coordonnateur de l’ULIS du lycée professionnel Jules Ferry à Delle.

Espace ASH - formation des personnels

 
lundi 16 mai 2011

Journée de l’apprentissage 2011

Le mercredi 25 mai, de 9 h 30 à 12 h 30, à l’Espace du Sapeur de Lure

journée-apprentissageLe C.I.O. de Lure organise, en partenariat avec les missions locales du bassin H2L (Héricourt-Lure-Luxeuil) et le pôle Emploi, la journée d’apprentissage 2011.

Durant cette matinée, les familles et élèves recevront une information sur l’apprentissage, sur les secteurs qui recrutent et pourront avoir des contacts directs avec les centres de formation présents.

Cette année encore, des transports gratuits seront en place avec des circuits permettant à tous les élèves des établissements publics et privés de profiter de ce rendez-vous important. Une fiche de suivi permettra ensuite d’accompagner les jeunes candidats dans leurs démarches si les offres proposées le 25 mai ne les ont pas séduits.

Contact

CIO de Lure
Tél. 03.84.30.11.30

 
mardi 10 mai 2011

Besançon a accueilli le Sommet mondial des étudiants 2011

Le recteur Éric Martin a participé à la rencontre du 30 avril, à la chapelle Saint-Étienne de la Citadelle

Recteur Credit photo L. Godard UFC3

Développement durable et société de la connaissance : quelle structuration et coopération pour les universités du 21e siècle ?

Dans le cadre du G20, Besançon accueillait cette année le Sommet mondial des étudiants, l’un des deux événements phares du Sommet mondial des universités. Une quarantaine d’étudiants venus de 23 pays ont été accueillis par l’Université de Franche-Comté, en lien avec le PRES Bourgogne Franche-Comté.
Cette rencontre a été suivie du Sommet des recteurs et présidents d’universités, qui s’est tenu à Paris du 5 au 7 mai.

Le sommet des étudiants : du 28 au 30 avril à l’Université de Franche-Comté

Samedi 30 avril, la conférence de clôture a été présentée par Claude Condé, président de l’Université de Franche-Comté, en présence d’Éric Martin, recteur d’académie, chancelier des universités. Lors de cette matinée, les étudiants ont présenté l’aboutissement de leurs travaux dans une déclaration finale.
Tous les délégués étudiants avaient un objectif commun : formuler des priorités pour l’avenir de l’université qui seront transmises à la société civile et aux responsables politiques de nos pays, de même qu’aux chefs d’État des pays du G20.
Déclaration finale Sommet mondial des étudiants 2011
_ Final declaration Student’s summit - Besançon

Objectifs du Sommet mondial des universités

Atelier Credit photo L. Godard UFC2
"Par leur rôle moteur dans le développement de la société, de l’économie et de la culture, et dans un contexte de mondialisation, les universités et établissements d’enseignement supérieur, bien au-delà de leur mission de production de savoir, et de transmission de la connaissance, sont désormais de véritables acteurs de l’économie et de l’évolution de la société. lls participent ainsi directement à l’aménagement des territoires et s’organisent de plus en plus en réseaux globalisés, ouverts sur le monde. Ces relations avec leurs homologues des cinq continents se traduisent par la volonté des organisateurs d’ouvrir ce sommet à tous les pays."

Citadelle Credit photo L. Godard UFC

Le socle de la réflexion souhaitée pour le sommet 2011 est la construction d’une société de la connaissance en phase avec un développement durable nécessaire, les événements actuels le
démontrent, et indissociable des notions de partage et de solidarité.
Conservant ce fil conducteur, le sommet s’articule sur trois thèmes :
- Les universités dans leur environnement géographique et socio-économique
- La mobilité internationale des étudiants et des enseignants-chercheurs
- La dématérialisation des savoirs
Les rencontres rassemblent des délégués venus des quatre continents, conformément à la volonté de la Conférence des présidents des universités (CPU) d’ouvrir très largement ce sommet et de porter le débat au delà des pays du G20.
Declaration finale des presidents et recteurs
Sommet mondial des universités 2011

Le prochain sommet mondial des universités devrait se tenir aux Etats-Unis en 2012.

 
mardi 10 mai 2011

Chanting English avec Carolyn Graham : trois moments forts !

Carolyn Graham, célèbre didacticienne et créatrice des Jazz Chants, accueillie en Franche-Comté les 4 et 5 mai

Une conférence à Lons-le-Saunier

À l’initiative du centre régional de documentation pédagogique (CRDP) de Franche-Comté en collaboration avec le rectorat et l’ambassade des États-Unis, une quarantaine d’enseignants ont assisté à la conférence donnée à Lons-le-Saunier le 4 mai.
Ils ont pu se former à la technique du Jazz Chants® : Comment construire un chant ? Comment l’utiliser pour travailler le lexique, les formes grammaticales et l’accentuation ?
C’est en utilisant le ragtime et la gestuelle, en associant rythmes et mélodies du jazz avec les sonorités, l’accentuation et les intonations de la langue parlée, qu’on apprend l’anglais : le "real language", celui qu’on pratique dans la vie quotidienne.

C Graham

La présentation de sa méthode au CRDP de Franche-Comté

Le 4 mai, tous les partenaires de cet échange étaient invités au CRDP pour la présentation du DVD de Carolyn Graham. Sa méthode est disponible sur le DVD-ROM "Teaching English with Carolyn Graham" qui illustre ses techniques d’enseignement, filmées en direct et expliquées par une équipe de formateurs en didactique des langues.

Carolyn Graham au collège Diderot de Besançon

"The rythm is powerful, they will remember it"

Le 5 mai, ça swinguait dans la classe d’accueil du collège Diderot à Besançon. Carolyn Graham y animait une heure de cours d’anglais.
C’est en faisant écouter aux élèves un morceau de "Old Jazz" qu’elle débute la séance. Puis elle leur explique et leur fait ressentir le magnifique pouvoir de la musique : The rythm is powerful.
Les élèves, motivés et conquis, sourire aux lèvres, ont scandé les "chants" au rythme que Carolyn Graham jouait au piano et frappé dans leurs mains : one, two, three, four...
Let’s chant : "I like it, I like it a lot, I love it".
"C’était magnifique" dit une élève, "Quel que soit leur niveau d’anglais ils étaient tous réunis et concentrés, cette méthode motive tous les élèves" confie l’enseignante.

Sa conférence en 2010

En savoir plus

 
mercredi 4 mai 2011

Forum adolescences : "Comment faire de ma différence une force ?"

Le 14 avril, 200 lycéens se sont réunis au lycée Georges Cuvier de Montbéliard pour participer au 2e "forum adolescences"

Forum adolescences Cuvier

Deux tables rondes

Ces lycéens des lycées Cuvier, Les Huisselets, Viette, le Grand Chênois, Prévert et Aragon ont pu rencontrer et échanger autour de deux tables rondes avec des experts : Noëlla Darcq, pédopsychiatre ; Philippe Siclet, assistant social ; Isabelle Moesch, sociologue ; Julie Masselot, de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ; Jean-Maurice Soldan, professeur d’EPS et Aurélie Vergon-Dartois, correspondante de l’adaptation scolaire et scolarisation des élèves handicapés (ASH).

Des échanges riches

Les échanges entre lycéens et experts ont été fructueux et dynamiques. Ils ont permis de traiter de sujets sensibles pour les adolescents.
La troupe théâtrale des internes du lycée Cuvier, dans le cadre de leur internat d’excellence, a ouvert le forum avec une représentation illustrant les différences. Le lycée Prévert a clôturé ce forum en diffusant un diaporama retraçant le travail effectué par ces élèves.

 
mardi 3 mai 2011

Salon des ressources éducatives le 11 mai à Besançon

5e édition multimédia au parc des expositions Micropolis de 9 h à 17 h

Cette nouvelle édition du salon multimédia annuel met à l’honneur quatre thématiques :
- l’enseignement de l’histoire des arts avec une conférence, des ateliers et des expositions,
- l’espace numérique de travail académique – ENOE - avec des ateliers : lancement officiel,
- l’identité numérique des jeunes avec tables rondes et échanges,
- le manuel numérique, retour sur son expérimentation dans l’académie (ateliers et table ronde).

Au programme

- De nombreux stands d’éditeurs scolaires,
- Plusieurs ateliers et partages d’expériences des 1er et 2nd degrés,
- Des expositions de travaux pédagogiques de classes, d’associations culturelles, de musées,
- La remise des prix eTwinning
- Un concours pour les visiteurs dont le prix est un iPad

SRE 2011

Les points forts du salon 2011

Lancement d’ENOE

Éric Martin, recteur d’académie, inaugurera le salon des ressources éducatives. Ce sera également l’occasion pour lui de lancer ENOE, le nouvel Espace numérique de travail de l’académie de Besançon. Expérimenté dans quatre établissements, ENOE est basé sur le portail EnvOLE diffusé par le pôle national de compétence EOLE (Ensemble ouvert libre et évolutif) de Dijon.
Des ateliers permettront de découvrir les fonctionnalités du futur univers de travail de la communauté éducative en Franche-Comté :
- Enoe, mode d’emploi
- L’enseignant créateur de ressources
- Construire un cours en ligne avec Moodle
- Webclasseur, le passeport orientation-formation
- E-sidoc, un espace info-doc dans l’ENT

Remise des prix des concours eTwinning et échanges européens

Ce dispositif européen a pour objectifs :
- de favoriser, au travers des échanges, l’émergence d’une citoyenneté européenne et la prise de conscience d’un modèle de société interculturel et multilingue
- de développer l’autonomie des élèves et des enseignants vis-à-vis d’internet et des TICE
- de développer l’usage des TICE à l’école.

eTwinning permet aux enseignants de déposer un projet d’échanges européens sur une plateforme dédiée. Ils entrent ainsi en relation avec d’autres équipes pédagogiques européennes qui ont également déposé un projet et avec lesquelles ils partagent un objectif commun. Le projet peut être labellisé eTwinning si plusieurs équipes s’engagent ensemble dans un projet dont la production est toujours liée à l’usage des TICE.
La remise des labels de qualité eTwinning et le prix de "Poste Ta Carte" aura lieu sur l’espace ENOE.

En savoir plus

Ce salon est co-organisé par le centre départemental de documentation pédagogique (CDDP) du Doubs, l’inspection d’académie du Doubs, le rectorat de l’académie de Besançon et le centre régional de documentation pédagogique (CRDP) de Franche-Comté.

Contact

Nadine Rayssac
CRDP de Franche-Comté
5, rue des Fusillés de la Résistance
25000 Besançon
03 81 25 02 67

Consulter le programme
Dossier de presse SRE 2011

 
mercredi 27 avril 2011

Inauguration du restaurant universitaire Lumière le 14 avril

Le restaurant universitaire Grand Bouloie à Besançon a été inauguré en présence du recteur Éric Martin et de nombreuses personnalités

Recteur Resto U
Le resto U restructuré du campus de la Bouloie est passé de 600 repas quotidiens en 2010 à 1 700 en mars 2011. Sa capacité d’accueil est maintenant de 720 places à l’étage et de 150 places au rez-de-chaussée. Il apporte de nombreux nouveaux services aux étudiants.

Diversifier la restauration et renforcer la convivialité

Pour accroître la qualité de vie des étudiants, le cahier des charges des travaux prévoyait de valoriser la cuisine à base de produits frais, d’accueillir 2 000 convives dans les cinq boutiques, dans l’espace "brasserie et vente à emporter" et de développer l’animation dans la cafétéria équipée d’une scène.

Restructuration et déroulement des travaux

La livraison de ces importants travaux s’est effectuée par tranches :
- avril 2010, début des travaux, avec fermeture complète du restaurant, création d’un escalier de secours extérieur et travaux au premier étage.
septembre 2010, ouverture partielle de la salle de l’étage avec deux boutiques.
- janvier 2011, ouverture de trois autres boutiques à l’étage. Ainsi, de janvier à fin mars 2011, cinq boutiques ont vu le jour (saveurs de la mer, plat du jour, italienne, grill, cuisine d’ici et d’ailleurs).
- mars 2011, ouverture du rez-de-chaussée, avec cafétéria, brasserie, sandwicherie.
- avril 2011, livraison de la salle de réception.

Resto U Lumiere

La restauration au CROUS

C’est aussi :
- 3 autres restaurants à Besançon : Petit Bouloie, sur le campus, Mégevand et Canot au centre ville.
- 4 restaurants dans le nord Franche-Comté : Duvillard et Rabelais à Belfort, Portes du Jura à Montbéliard, Sévenans près de l’UTBM.
- 1 salle à manger à Vesoul.
- Une prestation traiteur de qualité.
- 37 appareils de distribution automatique.

Contact

Crous de Besançon
38, avenue de l’Observatoire
25001 Besançon cedex 03
03 81 48 46 03

Dossier de presse - Grand Bouloie

 
vendredi 15 avril 2011

2e rencontre annuelle du réseau des lycées des métiers d’art de l’académie

Une œuvre d’art commune pour symboliser le réseau des lycées des métiers d’art

Le réseau des lycées des métiers d’art tient ses objectifs

Emergence
Suite à la deuxième réunion, le 17 mars, au lycée Pierre Vernotte de Moirans, le réseau des lycées des métiers d’art (RLDMA) de l’académie tient ses objectifs :
- communication sur les métiers d’art au niveau académique, échanges de pratiques pédagogiques entre les professeurs des trois lycées du réseau : Saint-Amour, métal - Morteau, horlogerie-bijouterie - Moirans-en-Montagne, bois
- visites et mini-stages des élèves des lycées trois lycées en vue d’une poursuite d’étude dans d’autres formations aux métiers d’art
- choix de réaliser une œuvre commune, symbolisant le réseau des lycées des métiers d’art, puis réalisation du dessin affiné de l’œuvre avec plan aux cotes (1er trimestre).

Il s’agit d’un procédé novateur de mesure du temps, incluant tout le talent artistique des élèves des trois lycées et de leur spécialité (art du bois de l’horlogerie et du métal).

La création d’un logo pour le réseau des métiers d’art

logo RLMA
L’échange autour du logo "réseau des lycées des métiers d’art", créé par J. Aviles, a permis son adoption par l’assemblée.

"Émergence", l’œuvre d’art commune aux trois lycées

Plusieurs questions fondamentales pour donner suite au projet sont soulevées :
- évocation d’un concept de rangement gigogne des caissons, protection du mouvement horloger comtois, pertinence des décors concentriques sur les différentes façades des caissons avec l’intérêt de faire participer les ateliers de gravure, ferronnerie, sculpture et marqueterie, façonnage des motifs rapportés.
- bilan dessiné présenté à l’équipe de Saint-Amour et à Clara Thomas, proviseur et pilote du réseau, constitué d’esquisses décrivant le projet "Émergence".

La deuxième phase est productive : au 2e trimestre, la démarche et l’évolution du projet "Émergence"est intégrée par tous les membres du réseau.
L’œuvre "Émergence" est actuellement en cours de fabrication, elle sera achevée au cours du 1er trimestre 2011-2012.

Emergence2

La dernière rencontre des membres du réseau en mai, permettra de faire le point sur l’avancée de la fabrication et de réaliser le bilan annuel et d’envisager les projets pour 2012.

Contact

Clara Thomas, proviseur du lycée Fillod de Saint-Amour et pilote du réseau.

Réseau des lycées des métiers d’art


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon