Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Séminaire académique des personnes ressources en éducation au développement (...)

Rubrique Vie de l'académie

mardi 11 janvier 2011

Séminaire académique des personnes ressources en éducation au développement durable (EDD)

"Comment nourrir le monde en 2050 ?" une préoccupation centrale en matière de développement durable qui implique une vision prospective pouvant mobiliser un grand nombre d’enseignants

Les enjeux

Les approches co-disciplinaires des questions agricoles et alimentaires forment les élèves aux notions de complexité, de choix éclairés et de responsabilité. Au-delà, elles engagent un établissement dans une approche globale incluant la question de la restauration scolaire et mobilisant l’ensemble des personnels.
Ce séminaire se situe dans la seconde phase de généralisation de l’éducation au développement durable (EDD) qui vise à inscrire plus largement cette éducation dans les programmes d’enseignement, à multiplier les démarches globales dans les établissements et les écoles, ainsi qu’à former les professeurs et les personnels impliqués.

Seminaire EDD 07.01.11

Les participants

Vendredi 7 janvier, l’IUFM Montjoux de Besançon accueillait en séminaire plus de 150 personnes ressources en éducation au développement durable (EDD) de toute l’académie : chefs d’établissements, gestionnaires, conseillers principaux d’éducation, très nombreux professeurs de diverses disciplines, agents techniques et également conseillers pédagogiques de circonscription du premier degré.
Lors de l’ouverture du séminaire, le recteur Éric Martin a souligné l’importance des problématiques du développement durable, très présentes dans les nouveaux programmes disciplinaires et susceptibles de favoriser un décloisonnement des disciplines. Cette éducation, a-t-il indiqué, a un rôle particulier à jouer dans l’évaluation des compétences du socle commun, notamment en mathématiques, culture scientifique et technologique, culture humaniste, compétences sociales et civiques, ainsi que l’autonomie et le sens de l’initiative.
Le recteur a par ailleurs rappelé le rôle pilote de l’académie de Besançon, repérée au plan national pour son engagement dans la généralisation de l’EDD.

Seminaire EDD 2
Les deux coordonnateurs académiques, Didier Thellier (IA-IPR de SVT) et Gilles Bulabois (IA-IPR d’Histoire-géographie) ont présenté les actions conduites dans l’académie au cours de l’année 2009-2010 : - l’expérimentation de la labellisation E3D (établissement en démarche de développement durable) des écoles et des établissements du second degré
- l’évaluation de l’intégration de l’EDD dans les disciplines
- les formations disciplinaires et transversales dans ce domaine
- le rapprochement avec l’éducation au développement et à la solidarité internationale.
Ils ont conclu par le rôle majeur des personnes ressources comme "chevilles ouvrières" de la généralisation de l’EDD dans leur établissement, ce séminaire revêtant une importance toute particulière dans leur formation.

La conférence

Au cours de son intervention, Jean-Paul Charvet, professeur émérite de géographie agricole et rurale à l’Université de Paris Ouest Nanterre, correspondant national de l’académie d’agriculture de France, s’est efforcé de répondre à la question centrale du jour. Il a tout d’abord examiné la situation alimentaire mondiale et les stratégies existantes en vue de produire davantage pour nourrir les hommes à l’horizon 2050. Puis il a envisagé la durabilité des agricultures. La richesse de la conférence très documentée a soulevé de nombreuses questions des participants et a été l’occasion d’un échange fructueux avec la salle.

Les tables rondes

Après une approche mondiale de la problématique alimentaire, les deux tables rondes de l’après-midi ont permis d’aborder des points de vue plus régionaux.

"Quelles agricultures durables ?"

La première table ronde a réuni Jean-Paul Charvet, Christophe Mougel, chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), Michel Renevier, président des Chambres d’agriculture de Franche-Comté et de Haute-Saône et Christelle Triboulot, animatrice d’Interbio Franche-Comté. Les participants ont été interrogés sur la stratégie à mettre en œuvre pour concilier l’augmentation nécessaire des productions et les formes d’agriculture durable (agriculture biologique, agriculture raisonnée…). Ils se sont ensuite prononcés sur la possibilité de développer une agriculture "écologiquement intensive" et ont abordé la place des OGM au regard des agricultures durables.

Seminaire EDD 3

** "Restauration scolaire durable"

La seconde table ronde ancrait la problématique du séminaire dans les établissements scolaires en envisageant une restauration scolaire durable. Pour témoigner des expériences conduites dans notre académie, étaient réunis Christophe Bergerot, chef de service "maintenance et fonctionnement" au Conseil régional de Franche-Comté, Blandine Brulport, gestionnaire du collège de la Source de Mouthe, Sylvain Lambert, intendant du lycée Jean-Michel de Lons-le-Saunier et Didier Thevenet, directeur du restaurant municipal de Lons-le-Saunier. Les participants ont exprimé les motivations ayant conduit leur établissement ou leur collectivité territoriale à s’engager dans une restauration scolaire en conformité avec les préoccupations du développement durable (circuits courts, alimentation bio, etc.). Ils ont développé la notion de "restauration scolaire durable", son organisation et les difficultés rencontrées.
Les intervenants ont également conseillé les personnes ressources souhaitant engager leur établissement dans cette forme de restauration.

Le bilan

La thématique du séminaire est bien un questionnement central en termes de développement durable qui interpelle l’ensemble des citoyens à tous les niveaux. Au sein des établissements scolaires, cette problématique pourra mobiliser autour de projets impliquant les disciplines, la vie scolaire, la restauration et l’ensemble de la communauté éducative dans des approches croisant le regard des élèves, des personnels et des partenaires de l’éducation.

Contacts

Didier Thellier, IA-IPR de SVT
Gilles Bulabois, IA-IPR d’Histoire et Géographie, tous deux coordonnateurs académiques


L’action du ministère en matière de développement durable

 
vendredi 7 janvier 2011

Inscriptions à la semaine de la presse et des médias dans l’école

La Semaine de la presse et des médias dans l’école permet aux élèves de mieux connaître l’univers des médias et de comprendre ses enjeux culturels et démocratiques

Semaine-de-la-presseLa Semaine de la presse et des médias dans l’école est organisée par le Clemi (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’informations).

Objectifs

Chaque année, au printemps, les enseignants de tous niveaux et de toutes disciplines sont invités à participer à la Semaine de la presse et des médias dans l’école.
Cette activité d’éducation civique a pour but d’aider les élèves, de la maternelle aux classes préparatoires à :
- comprendre le système des médias
- former leur jugement critique
- développer leur goût pour l’actualité et à forger leur identité de citoyen

Inscriptions

Les inscriptions des établissements scolaires à la 22ème Semaine de la presse et des médias dans l’école ont lieu du jeudi 6 janvier 2011 au samedi 5 février 2011.
L’inscription se déroule sur www.clemi.org.
Une seule inscription par établissement est prise en compte.

Thème de la 22ème édition

"Qui fait l’info ?" Ce thème permet de s’interroger sur :
- les questions liées aux sources de l’information
- au statut et à la déontologie des journalistes
- à la différence entre communication et information

Chiffres académiques de la 21ème édition

Participants
350 établissements mobilisés, dont :
- 126 écoles
- 126 collèges
- 76 lycées généraux et technologiques et
- 22 lycées professionnels

Partenaires

23 médias régionaux

En savoir plus

 
mardi 21 décembre 2010

L’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté

Éric Martin, recteur d’académie, chancelier des universités a rencontré les personnels et les étudiants de l’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté le 1er décembre, à Besançon

Une double culture scientifique et médicale

Suite à la rencontre au rectorat entre le recteur Éric Martin et Nadia Butterlin, directrice de l’ISIFC, lors du lancement des cordées de la réussite, le recteur s’est rendu dans les locaux de l’institut intégrés au technopole microtechnique et scientifique (Temis) de Besançon.

ISIFC3
La visite des locaux, inaugurés fin novembre dernier, a été l’occasion pour le recteur d’échanger avec des étudiants, des enseignants et des personnels de l’institut. Il a ainsi découvert "en direct" la philosophie de la formation, l’esprit de l’école et la spécificité de l’institut.
L’ingénieur biomédical évolue en effet dans un environnement pluridisciplinaire associant les sciences du vivant (biologie et médecine) et les sciences de l’ingénieur (physique, informatique, électronique, mécanique…). L’ingénieur diplômé de l’ISIFC possède ainsi une double culture, technique et médicale, qui lui permet de dialoguer avec les médecins et de traduire leurs besoins en solutions techniques.
À l’issue de la visite, le recteur a eu la satisfaction de constater la diversité des recrutements à bac +2, (50 % en sciences de l’ingénieur et 50 % en sciences de la vie), ainsi qu’une mixité naturelle des effectifs ouvrant à de nombreuses étudiantes la voie d’une carrière d’ingénieur de la technologie médicale.

Biotika, une démarche très originale d’intégration d’une entreprise virtuelle au sein d’une école d’ingénieurs universitaire

Cette entreprise virtuelle a pour but de faire découvrir aux élèves-ingénieurs les différentes facettes de leur futur métier en les mettant en situation professionnelle de développement de projets innovants biomédicaux, en lien avec la recherche et l’innovation de l’Université de Franche-Comté (UFC). C’est dans le cadre d’un module de formation de deuxième et troisième années de l’ISIFC que Biotika a été créée en 2006.

Un partenariat avec la plateforme technologique du lycée Edgar Faure de Morteau

ISIFC2
Le lycée des métiers de l’horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie Edgar Faure de Morteau met à disposition de l’ISIFC et de Biotika sa plateforme technologique prototypage. Actuellement un groupe d’étudiants ingénieurs travaille sur un dispositif médical innovant pour les prématurés, dont certaines pièces de laboratoires ont été fabriquées par le lycée Edgar Faure.

L’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté

Créé en 2001, l’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté est habilitée par le ministère de l’éducation nationale et par la commission des titres d’ingénieur (CTI). La formation originale qu’il propose répond à un besoin réel en ingénieurs se situant à l’interface des domaines scientifiques et médicaux. Pour cela elle s’appuie sur une collaboration étroite avec le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon, les entreprises du secteur biomédical et les grands organismes de recherche (CNRS et INSERM).
En savoir plus sur l’ISIFC
Le site de l’ISIFC

 
mercredi 15 décembre 2010

Six établissements haut-saônois signent leur contrat d’objectifs

Mardi 14 décembre, au lycée des Haberges de Vesoul : présentation officielle et signature des contrats d’objectifs des établissements impliqués

Six établissements haut-saônois signent leur contrat d'objectifsLe contrat d’objectifs est une démarche traduite dans un document qui engage l’établissement avec les autorités académiques dans l’amélioration des résultats des élèves.

Visant notamment l’augmentation du taux d’accès à des niveaux d’études supérieurs, il constitue la base et le point de départ du nouveau projet d’établissement, élaboré dans l’exercice de son autonomie et de sa responsabilité. À la fin de l’année 2010, tous les établissements scolaires publics du second degré (collèges et lycées) de Haute-Saône auront finalisé leur contrat d’objectifs, grâce à un diagnostic de leurs performances qui les aura conduits à faire émerger deux ou trois objectifs prioritaires relatifs à la réussite des élèves et à la qualité de leurs parcours de formation. Le contrat d’objectifs est acté pour une période de trois ans. Il est le fruit d’un travail d’équipe au sein de la communauté scolaire et fait l’objet d’un partage avec les partenaires de l’école.

Mardi 14 décembre 2010, malgré la neige tombée en abondance au petit matin, les chefs et délégations de six établissements haut-saônois* du second degré se sont retrouvés au lycée des Haberges de Vesoul, où était organisée la présentation officielle et la signature de leurs contrats d’objectifs. Après le traditionnel mot d’accueil prononcé chaleureusement par Christian Peigney, proviseur du lycée des Haberges, et une courte introduction par l’inspectrice d’académie, Hélène Ouanas sur la mise en œuvre, dans le département de la Haute Saône, de la démarche de contractualisation retenue dans l’académie de Besançon, chaque établissement a procédé à une courte présentation de ses spécificités et des objectifs inscrits à son nouveau contrat (Voir la présentation ci-dessous).

Six établissements haut-saônois signent leur contrat d'objectifsAvec le soutien du recteur Éric Martin, retenu à Besançon à cause des intempéries, la manifestation s’est déroulée sous la présidence de l’inspectrice d’académie, en présence de Gérard Pelleteret, vice-président du conseil général et d’environ 70 personnes représentants des équipes éducatives, des élèves et des parents d’élèves. Certains d’entre eux ont été invités à témoigner de l’intérêt qu’ils portent à cette nouvelle démarche de contractualisation et à exposer des actions phares portées par leur établissement pour développer l’ambition scolaire et faire progresser les acquis des collégiens et lycéens.

*Liste des établissements concernés :
- Lycée Les Haberges de Vesoul,
- Collège Jules Jeanneney de Rioz,
- Collège Jean Rostand de Luxeuil,
- Collège Louis Pasteur de Jussey,
- Collège Claude Mathy de Luxeuil,
- Lycée Aragon d’Héricourt.

 
mardi 14 décembre 2010

Assises académiques "Agir contre l’illettrisme : préventions et remédiations"

Une journée académique a réuni, le 9 décembre à Besançon, les professionnels de l’éducation, les partenaires et les associations engagées dans la lutte contre l’illettrisme pour l’insertion des jeunes en difficulté

Priorité nationale et mobilisation de tous les acteurs

À la demande du ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, une journée de réflexion est organisée dans chaque académie, dans le cadre du "plan de prévention de l’illettrisme et du goût de la lecture".
Ces assises académiques se sont tenues l’IUFM Montjoux. Elles ont été l’occasion de définir les stratégies de prévention et de lutte contre ce phénomène qui touche 3,1 millions d’adultes en France et de mieux articuler l’action de l’éducation nationale avec celle des autres services de l’État, des partenaires et des acteurs associatifs.

Assises illetrisme_recteur

Ouverture des assises académiques par le recteur

Le recteur Éric Martin a rappelé l’importance d’une action concertée entre tous les acteurs locaux, les causes de l’illettrisme étant à la fois sociales, culturelles et économiques.
Il a souligné que le système scolaire, qui a pour mission d’instruire chaque enfant de la République, doit agir de manière précoce dès la maternelle, mais aussi tout au long de la scolarité et au-delà. L’objectif est de donner aux jeunes les plus en difficulté les moyens de leur insertion sociale et professionnelle.

Conférences et ateliers pour mieux comprendre et mieux agir

Au cours de la journée se sont succédés exposés et échanges en ateliers.
- Le matin, universitaires, membres des corps d’inspection de l’éducation nationale, enseignants des premier et second degrés ont apporté un éclairage scientifique et pédagogique sur le concept d’illettrisme. Des témoignages d’enseignants ont montré le travail de prévention mené auprès des parents et des élèves.
- L’après-midi a permis de faire le point sur l’illettrisme en France
et en Franche-Comté, de connaître les dispositifs de remédiation offerts aux jeunes en situation d’illettrisme à la sortie du système scolaire, de confronter les représentations et les pratiques des différents acteurs.

Assises illetrisme

Pistes pour une action académique renforcée

Repérer les leviers d’action dans la lutte contre l’illettrisme permettra, dans les années qui viennent, de mieux mobiliser les familles, les personnels d’encadrement et les partenaires de l’École autour des enseignants et des élèves de notre académie.

Préconisations

- améliorer les actions de repérage des personnes concernées
- mettre en place un centre de ressources (valorisation et mutualisation des moyens, des ressources, identification des acteurs et actions)
- mettre en œuvre des dispositifs d’accueil des élèves nouvellement arrivés en France de plus de 16 ans
- mettre en place des formations des jeunes enseignants qui se retrouveront en situation de prévention de l’illettrisme

Le CRDP vous propose de découvrir trois sélections thématiques sur l’illettrisme :
Sélection de ressources numériques en ligne
Sélection de publications du réseau SCEREN
Sélection d’ouvrages en prêt dans les médiathèques

 
mercredi 8 décembre 2010

Le recteur Éric Martin reçoit la Légion d’honneur

Les insignes de chevalier de la Légion d’honneur lui ont été remis par Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche

legion-honneur_Éric-MartinMardi 7 décembre à Paris, Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a remis les insignes de chevalier de la Légion d’honneur à Éric Martin, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités et ancien président de l’Université Bretagne Sud.
La cérémonie s’est déroulée en présence des recteurs, de nombreux universitaires et présidents d’université, de Jean-Pierre Chevènement, sénateur du Territoire de Belfort et ancien ministre, et de Jacques Grosperrin, député du Doubs, membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation à l’assemblée nationale.
La ministre a retracé le brillant parcours du professeur Éric Martin au sein de l’Université française, où il a notamment procédé à la création de trois écoles d’ingénieurs* et à la fondation d’une nouvelle université, celle de Bretagne Sud, dont il assurera plus tard la présidence, avant de devenir recteur de l’académie de Besançon.
Valérie Pécresse a salué l’engagement d’Éric Martin comme professeur d’université en sciences de l’ingénieur. Elle a surtout souligné son importante contribution à l’avancée de la recherche dans le domaine de l’adéquation algorithme - architecture, spécialité à l’interface de l’informatique, de la microélectronique et du traitement du signal.


* l’École d’ingénieur nationale de Monastir en Tunisie, l’École nationale supérieur des sciences appliquées et de technologie à Lannion, l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Bretagne Sud.

 
mardi 7 décembre 2010

Conférence "L’orientation vers les Études de Sciences politiques"

Le C.I.O. de Lure organise dans l’amphithéâtre du lycée Georges Colomb une conférence consacrée à l’orientation vers les Études de Sciences politiques, le mercredi 15 décembre à 14h30

Conférence IEP Affiche couleur 15 décembre 2010

Entrée gratuite

Au cours de cet exposé, l’intervenant présentera les études en I.E.P, les débouchés mais aussi le recrutement, le concours et sa préparation. Cette réunion intéresse tous les élèves, parents et enseignants des classes de lycées (2des, 1ères et Terminales).

Réservation souhaitable au C.I.O. :
03.84.30.11.30 ou par courriel

 
jeudi 2 décembre 2010

Henri Féral, nouveau secrétaire général de l’académie de Besançon

Il prend ses fonctions à la tête des services académiques le 1er décembre 2010

Henri Féral - nouveau secrétaire général de l'académieSecrétaire général adjoint de l’académie de la Guyane depuis la rentrée 2007, Henri Féral a exercé auparavant de nombreuses fonctions centrées sur la gestion des ressources humaines, l’ingénierie de la formation et le pilotage des services déconcentrés de l’éducation nationale.
Titulaire d’une maîtrise de mathématiques, Henri Féral est diplômé de l’Institut régional d’administration de Lyon. Il est père de 3 enfants.

Secrétaire général adjoint de l’académie de la Guyane

À ce titre, il est chargé en septembre 2007, de la gestion de l’ensemble des moyens en personnels, de l’organisation et du fonctionnement des agences comptables et de la mise en place de la modernisation de la gestion financière, dans le cadre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF).

Des fonctions au sein de l’administration centrale du ministère de l’éducation nationale

De 2003 à 2007, il est responsable de formation à la mission de la formation, ayant notamment en charge le dossier ressources humaines : formation des personnels administratifs, techniciens, ouvriers et du secteur social et de santé (ATOS).

De 1999 à 2003, il est responsable de la formation des cadres à la gestion des ressources humaines, de la formation des DRH académiques et de l’animation de leur réseau, de la formation des personnels ATOS, hors secteur santé social.

Deux postes en académie et en inspection académique

De 1996 à 1999 il est secrétaire général adjoint de l’académie de Poitiers, après avoir été secrétaire général de l’inspection académique de la Corrèze de 1990 à 1996.

Des missions au ministère de l’intérieur

De 1988 à 1990, adjoint au directeur du centre national des cartes d’identité, il est chargé de la logistique et de la démarche qualité, lors du lancement de la carte d’identité sécurisée.
De 1986 à 1988, il est attaché de préfecture, responsable du service informatique à la préfecture de la Haute-Loire.

Il débute sa carrière en 1980 comme contrôleur des affaires maritimes au Grau-du-Roi (Gard).

Nous lui souhaitons la bienvenue !

 
jeudi 2 décembre 2010

Décès de Pierre Nasica, élève du lycée Condorcet de Belfort

Le recteur Éric Martin prend part à la très vive émotion et à la peine provoquées par ce drame

Il s’associe à la douleur des parents et des proches du jeune homme face à la brutalité de sa disparition.

Le recteur adresse son profond soutien au proviseur, à l’équipe de direction, aux professeurs, aux élèves et à toute la communauté du lycée sous le choc. Ce temps de respect et de deuil est aussi celui de refuser, plus fortement encore, toutes les formes de violences et leurs terribles conséquences.

Le recteur appelle la communauté académique à poursuivre sans relâche son œuvre de transmission des valeurs humaines et citoyennes, afin qu’une telle tragédie ne soit plus jamais possible.

 
mercredi 1er décembre 2010

Table ronde académique sur les rythmes scolaires : premières conclusions

Le 29 novembre à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

La table ronde académique a donné lieu à des échanges particulièrement constructifs entre professionnels de l’éducation, élus des collectivités partenaires, représentants des lycéens, des parents et du monde professionnel.
Une centaine de personnes venues des quatre départements ont pu entendre les représentants de l’ensemble des acteurs francs-comtois concernés par la question des rythmes scolaires. L’échange s’est ensuite poursuivi avec la salle.

TR rythmes sco1
Le recteur Éric Martin a proposé deux grands thèmes de réflexion, éclairés par les points de vue de dix intervenants. La présence parmi eux de Jacques Pélissard, président de l’Association des maires de France a apporté une ouverture nationale à cette consultation régionale. Était présent également, Jacques Grosperrin, député
du Doubs, membre de la mission parlementaire constituée lors de l’installation du comité de pilotage de la conférence nationale sur les rythmes scolaires.

Temps de l’élève, temps scolaire

Comment l’organisation de la scolarité (la journée, la semaine, l’année) peut-elle évoluer pour une meilleure prise en compte des besoins de l’élève, à l’école, au collège et au lycée ?

TR rythmes sco2

Intervenants

- Morgan BREITNER, étudiant à l’UTBM, ancien élu au conseil académique et national de la vie lycéenne
- Daniel VIENNEY, principal des collèges de Dampierre-sur-Salon
et Champlitte
– Françoise TIBERGHEIN, médecin au centre médico-social Jules Ferry de Besançon
- Vivianne KALIS-BAZIN, vice-présidente de l’Union académique PEEP de Franche-Comté
- Michel REINICHE, vice-président chargé de l’éducation au conseil général du Territoire de Belfort

Temps de l’élève, temps de la cité

Comment mieux concilier l’organisation de la vie scolaire avec les contraintes des usagers, celles des collectivités et instances partenaires de l’éducation et celles du monde économique ?

Table ronde2CP25_3

Intervenants

- Christian DAUTRICHE, directeur de l’école élémentaire Rèpes Sud de Vesoul
- Luc FAYOLLE, président de l’association « Camping qualité Franche-comté »
- Fabien KLODE, membre du comité régional de la FCPE
- Jacques PÉLISSARD, président de l’Association des maires de France, maire de Lons-le-Saunier
- Étienne BUTZBACH, vice-président du Conseil régional de Franche-Comté, maire de Belfort
À l’issue du débat, le recteur a relevé trois points clés dessinant une base d’accord commune à l’ensemble des acteurs qui se sont exprimés

Une démarche globale et concertée

La réflexion sur les rythmes scolaires interroge sur le temps de l’école et sur le temps hors de l’école. Elle doit prendre en compte le transport, le périscolaire et le périéducatif.
Les contraintes liées à l’organisation des transports peuvent être un frein à la mise en place de rythmes différenciés dans l’école. Une réflexion d’ensemble devrait nécessairement prendre en compte la préservation de la pause méridienne, temps de récupération indispensable au bien-être des élèves.
Dans certaines parties très rurales de la Franche-Comté, les temps de trajet quotidiens des élèves peuvent aller jusqu’à deux heures. L’optimisation des temps de transport pour alléger le travail à la maison pourrait être étudiée, avec l’usage de la baladodiffusion, par exemple, pour les enseignements de langues, ou par d’autres moyens numériques.

TR rythmes sco3

Prise en compte des différenciations de l’âge

Une constante caractérise le rythme de la journée chez les adolescents : difficulté au réveil, travail tardif en soirée. Ce constat doit amener à réfléchir à l’utilisation des environnements numériques de travail (ENT) et des technologies de l’information
et de la communication à l’école (TICE). Ces outils pourraient permettent de mieux accompagner les temps de travail en fin de journée ou en début de soirée.
Concernant l’école, tous les acteurs s’accordent à repenser la semaine sur neuf demi-journées. Quel est alors le bon niveau de décision ? Confiée au conseil d’école, la décision peut aboutir à une organisation non cohérente dans une même ville.
Faut-il penser en termes de ville, d’agglomération ou de périmètre académique ?

Alternance temps scolaire- vacances

L’alternance sept semaines travaillées, deux semaines de repos est plébiscitée. Ce rythme coïncide avec l’intérêt de l’enfant et des familles.
Les nouvelles compositions des familles poussent à ce que le nombre de zones soit réduit et le zonage des vacances d’été envisagé.
Quelques jours de congés dans l’année pourraient être laissés à l’appréciation des académies, en particulier durant le mois de mai.

L’intérêt et la qualité de cette rencontre ont été salués par les participants. Chacun a apprécié le fait de réfléchir ensemble et sans tabous à cette question qui trouvera ses meilleures réponses dans l’implication concertée de tous les acteurs.
La synthèse de la table ronde sera publiée sur le site de l’académie de Besançon mi-décembre. Elle participera à la synthèse nationale publiée mi-janvier.


Enregistrement intégral de la table ronde "Rythmes scolaires" - 29 11 2010 à l’UTBM

En savoir plus sur le consultation sur les rythmes scolaires


Campagnes nationales

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Netvibes - Les vibrations de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon