R

Accueil > Académie > Actualités > Vie de l’académie > Village "Forme et bien-être" jeudi 14 octobre au Palais des Sports de (...)

Rubrique Vie de l'académie

lundi 11 octobre 2010

Village "Forme et bien-être" jeudi 14 octobre au Palais des Sports de Besançon

Gratuit et ouvert à tous : grand public, entreprises, séniors, étudiants, personnes handicapées - de 12h à 21h

Une journée organisée par l’Université de Franche-Comté : unité de promotion formation recherche (UPFR) des Sports et le Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (Sumpps) et leurs partenaires.

Au programme

Massages, détente, conseils diététiques... Un véritable concentré de bien être vous attend ! Vous trouverez les renseignements nécessaires dans le communiqué de presse joint :
Communiqué de presse

Flyer & programme

Contacts

UPFR Sports :
Sophie Peseux
Sylvie Filet
Tél : 03 81 66 63 62

UPFR Sports

 
mercredi 6 octobre 2010

Inauguration à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard

Deux bâtiments pédagogiques inaugurés le 1er octobre sur le campus de Belfort

56 500 m2 de locaux

Ces nouveaux bâtiments représentent 2 500 m2 de surface supplémentaire permettant aujourd’hui à l’UTBM de disposer de 56 500 m2 de locaux répartis sur les sites de Sevenans, Belfort et Montbéliard, dont 11 000 m2 affectés à la recherche. Le projet de construction et d’extension des bâtiments du site de Belfort a été mené dans le cadre du contrat de projets État-région (CPER) pour un budget total de 5,5 M€.

Les travaux ont débuté en juin 2008 et se sont terminés en janvier 2010. Le bâtiment H est constitué d’un vaste hall d’accueil surmonté d’un amphithéâtre de 350 places assises et doté d’un équipement audio visuel performant. Le bâtiment I est constitué de locaux pédagogiques et administratifs. Le département de formation d’ingénieurs en informatique en est le premier occupant depuis le mois de mars 2010.

Fiche repères

Inau UTBM recteur

Un moment fort pour l’UTBM et pour l’ensemble de l’enseignement supérieur qui accède à l’autonomie

L’université Française n’a jamais vécu de période aussi importante qu’aujourd’hui. Dans un passé récent par rapport à son histoire, rappelons 1968 et la loi Edgar Faure : l’université se reconstruit autour de missions fondamentales et disciplinaires. La nomination d’un président élu est un grand pas vers l’autonomie. En 1984, la loi Savary ancre les missions de l’université dans une société moderne avec l’introduction de la formation continue et l’ouverture internationale.

En 2000, le processus de Lisbonne affirme la volonté commune "d’ancrer l’Europe dans la société de la connaissance, pour une croissance économique durable, accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale". Deux lois majeures seront actées : la loi sur la recherche en 2006 et la loi "Liberté et responsabilité des universités" en 2007.

La loi de 2006 donne aux universitaires les outils juridiques pour restructurer l’enseignement supérieur et la recherche, dont l’organisation depuis 1968 reste parfois très disciplinaire. Trois universités de Strasbourg se saisissent de la loi pour fusionner et former ainsi un seul établissement pluridisciplinaire, comme on en connaît à travers le monde. Les projets sont actifs autour des pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), comme en témoigne la création de l’Université de Lorraine regroupant les universités de Nancy et Metz.

La loi, dite LRU, de 2007 renforce l’autonomie des universités et affirme leurs responsabilités, par exemple, en matière d’insertion professionnelle des étudiants ou de valorisation des travaux de recherche. Depuis sa promulgation, la LRU s’accompagne d’un engagement financier sans précédent de l’État, soit 9 milliards d’euros entre 2007 et 2012. Cette promesse du président de la République sera tenue : le budget 2011, en préparation actuellement, fait du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche le seul, avec celui de la Justice, qui verra son budget augmenter.

En cette période difficile pour les finances publiques, l’inscription d’une augmentation budgétaire de 1,1 milliard d’euros pour l’enseignement supérieur et la recherche est pleinement significative de l’importance accordée au développement de la société de la connaissance et donc, de la responsabilité accordée aux universités. La dotation budgétaire de 706 millions d’euros pour les seules universités en 2011, c’est près de 20 % d’augmentation en trois ans. Il faut y ajouter les 22 milliards d’euros dédiés aux investissements d’avenir qui les concernent directement.

C’est dans ce mouvement national que l’UTBM est devenue en janvier 2010 une université autonome et responsable, accédant aux responsabilités et compétences élargies et gérant sa stratégie et sa politique de gestion des ressources humaines.

UTBM exterieur

L’UTBM, une université autonome

Née de la fusion de deux écoles d’ingénieur en 1999, l’UTBM ajoute à l’excellence de la formation des ingénieurs celle de la recherche universitaire : la formation de haut niveau se nourrit de la recherche, qui n’a de sens que par la transmission des connaissances.

L’UTBM accueille 2 600 étudiants, délivre des diplômes d’ingénieur, des masters et des doctorats. Elle organise sa recherche en six unités, dont deux sont communes à plusieurs établissements et organismes. Plus de 400 personnes, enseignants chercheurs et non enseignants, s’impliquent dans le fonctionnement de l’établissement.
Libre de définir ses alliances et ses réseaux, l’UTBM appartient au réseau des universités technologiques de France, établit des partenariats avec l’Université de Franche-Comté dans les domaines de la recherche et de la formation doctorale et s’inscrit dans une dynamique internationale avec une université chinoise.

L’UTBM est à un croisement important pour son avenir : elle vient de recevoir les accréditations de la commission du titre d’ingénieur, elle déposera auprès du ministère le 15 octobre son projet quadriennal d’établissement, elle participe aux projets du réseau des Universités de technologie (Compiègne, Troyes, Belfort-Montbéliard) et du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) Bourgogne – Franche-Comté. Enfin, l’UTBM s’inscrit pleinement dans les projets d’investissement d’avenir. Cette période est tout à fait importante pour définir un ensemble d’orientations cohérentes, dans une dynamique régionale et nationale, qui ne se représentera sans doute pas avant plusieurs décennies. Pour toutes ces raisons, il est important pour l’UTBM de recruter avec discernement son directeur qui aura à mettre en place ces différents projets.

UTBM interieur

L’UTBM, une université responsable

Le recrutement des étudiants de l’UTBM est national. Il se fait, soit au niveau bac, soit à bac + 2. Les formations proposées forment un tout cohérent autour de deux thèmes très ancrés dans l’environnement industriel du Nord Franche-Comté : l’énergie et les transports terrestres. Acteur de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, l’établissement agit en ce sens en tant qu’université responsable. Il faut également noter une voie d’intégration spécifique aux bacheliers technologiques. Voici une autre illustration de la responsabilité de l’UTBM en cette période de rénovation de la voie technologique qui doit faciliter la préparation des bacheliers à l’entrée dans l’enseignement supérieur.
Enfin, l’UTBM participe activement à des programmes de recherche au bénéfice des entreprises régionales : recherche sur la pile à combustible, travaux menés dans le cadre du pôle de compétitivité Véhicule du Futur.

L’État accompagne le développement de l’UTBM

C’est parce que l’UTBM est une université autonome et responsable que l’État accompagne son développement : un budget global qui est passé de 16 millions d’euros à près de 27 millions en janvier 2010 ; plus de 8 millions sont inscrits au contrat de projets État-région (CPER) pour des opérations immobilières parmi lesquelles figure le bâtiment pédagogique de la filière informatique, soit 2 500 m² équipés des moyens multimédia les plus modernes.

L’UTBM doit poursuivre sa progression, son ancrage dans le monde économique et son ouverture internationale, comme le souligne la commission du titre d’ingénieur.
Nous avons confiance en l’avenir de l’UTBM, confiance partagée par ses étudiants, dont les effectifs ont augmenté de 28 % au cours des huit dernières années.

Contacts

Hervé Durupt, responsable du service Patrimoine - UTBM
François Jouffroy, chargé de la communication - UTBM

Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM)

 
jeudi 30 septembre 2010

Salon international Micronora 2010

Les lycées Edgar Faure de Morteau et Jules Haag de Besançon à l’honneur

Micronora, le Salon international des microtechniques organise cette semaine sa 18ème édition. Cet événement, devenu au fil des ans une référence en Europe, répond à un besoin essentiel des industriels : une approche par métier, dont le dénominateur commun est la précision combinée avec la miniaturisation.

La journée d’inauguration du 28 septembre, sous le patronage du ministre de l’Industrie, Christian Estrosi et en présence d’Éric Martin, recteur de l’académie, coïncidait avec la remise des Microns d’or. Ce trophée récompense des réalisations microtechniques innovantes,
présentées pour la première fois dans le cadre du salon.

Micronora - Microns d’or 2010


Deux prix ont mis en valeur la qualité de l’enseignement professionnel dans notre académie

Plateforme technologique "Microtechniques-prototypage" du lycée Edgar Faure de Morteau

Plateforme technologique "Microtechniques-prototypages" du lycée Edgar Faure de Morteau - crédit photo Lycée Edgar Faure de MorteauLa collaboration entre une entreprise familiale de Mulhouse, la société Dynadent, et la plateforme technologique "Microtechniques-prototypage" du lycée Edgar Faure de Morteau a été récompensée d’un Micron d’or pour la réalisation d’un prototypage rapide en résine d’un bridge autoréglable, dispositif dentaire très innovant et peu intrusif. Afin de tester son produit, la société a fait appel à la plateforme de prototypage en microtechniques du lycée Edgar Faure, repérée sur internet.

Quentin Boillot, Guillaume Nicod et Thomas Pawlac, tous trois élèves de BTS, ont travaillé sur ce projet associant matériaux et procédés innovants au service du grand public.

Plateforme "Microtechniques-Prototypage"
Lycée Edgar Faure - Morteau
Dynadent - Mulhouse


Lycée Jules Haag de Besançon

Micron d'or décerné à la société "Mécadécoupe" de Besançon - crédit photo Mécadécoupe BesançonLe Micron d’or décerné à la société Méca Découpe de Besançon a été l’occasion de citer l’établissement bisontin à plusieurs reprises. En effet, les dirigeants de la société sont deux anciens élèves du lycée Jules Haag qui ont profité de ce prix pour évoquer la qualité de l’enseignement qui y est dispensé.

Jean Charles Micaleff, aujourd’hui directeur général avait obtenu un BTS Mécanique et Automatismes, puis Automatismes, Productique, Robotique et informatique (APRI 3). Son collègue, David Jeanneret, directeur général associé, avait passé un bac pro Outillage dans l’établissement bisontin.

La société, spécialisée dans la conception d’outils de découpage dans les domaines de l’automobile, la connectique, l’aéronautique, l’horlogerie et les biens d’équipement a été récompensée pour la réalisation d’un "outillage innovant entraînant des gains de productivité et de qualité significatifs".

Lycée Jules Haag - Besançon
Méca Découpe - Besançon


L’Enseignement supérieur et la Recherche à l’honneur également

Deux réalisations microtechniques innovantes présentées par FEMTO-ST ont été récompensées cette année :

- Micron d’or : Département Optique – équipe optoélectronique pour le développement d’un faisceau micro aiguille permettant de créer dans des matériaux tels que le verre des nanocanaux de profondeur 100 fois leur diamètre avec une seule impulsion par laser femtoseconde.

- Mention spéciale du jury : Département MNS2 pour la réalisation (en collaboration avec le Département AS2M) d’un micro convoyeur de technologie microfluidique permettant, par lévitation et grâce à des jets d’air inclinés, le déplacement, le positionnement et le tri de micro pièces à l’échelle mésoscopique.

L’institut Franche-Comté Electronique Mécanique Thermique et Optique - Sciences et Technologies (FEMTO-ST) est une Unité Mixte de Recherche associée au CNRS (UMR 6174) et rattachée simultanément à l’Université de Franche-Comté (UFC), l’École nationale supérieure de Mécanique et de Microtechniques (ENSMM), et l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM). FEMTO-ST a été créé le premier janvier 2004 par la fusion de 5 laboratoires de Franche-Comté, actifs dans les domaines de la mécanique, de l’optique et des télécommunications, de l’électronique, du temps-fréquence, de l’énergétique et de la fluidique.

Femto-st


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon