R

Accueil > DSDEN > Actualités > Un été avec La Fontaine

Rubrique Actualités

mercredi 10 juillet 2019

Un été avec La Fontaine

L’inspecteur d’académie du Doubs, Patrice Durand, s’est rendu vendredi 28 juin à l’école élémentaire Bourgogne puis le 1er juillet à l’école de Byans-sur-le-Doubs pour remettre aux élèves de CM2 un nouveau recueil illustré des Fables de La Fontaine, dans le cadre de l’opération nationale ministérielle.

"Un livre pour les vacances !"

Un été avec La Fontaine La maîtrise de la lecture et de l’écrit est nécessaire à l’acquisition des savoirs. Elle occupe donc une place fondamentale à l’école. Développer la pratique, l’intérêt et le goût pour la lecture, y compris en dehors de l’école, favoriser la rencontre avec les œuvres majeures de la littérature font partie de ses missions.

La promotion du livre et de la lecture, dans toutes ses dimensions, mobilise l’École et ses partenaires culturels, pour "former des lecteurs" efficaces, actifs, ouverts, libres. C’est dans ce cadre que s’inscrit "un livre pour les vacances", une opération menée conjointement par le ministère de l’éducation nationale et le ministère de la culture.

En cette fin d’année scolaire, tous les élèves des classes de CM2 s’apprêtent à quitter l’école primaire avec, en cadeau, un livre à lire pendant les grandes vacances. Cette année, il s’agit d’un nouveau recueil de Fables de La Fontaine illustrées par le dessinateur Voutch. Dans le Doubs, près de 7 000 élèves vont en bénéficier.

En savoir plus.

Distribution en musique à l’école Bourgogne

À l’école Bourgogne à Besançon, comme à l’école Thierry Daigre à Byans-sur-Doubs,, c’était une distribution solennelle en présence de l’inspecteur d’académie et à laquelle les parents des élèves et autres invités avaient été aussi conviés. En ouverture, tout yeux et tout oreilles, l’assistance a écouté quelques Fables de La Fontaine que des élèves ont récitées. À Bourgogne, un orchestre à cordes des classes à horaires aménagés musique a accompagné les jeunes récitants.

Avant de remettre à chacun "ce beau livre illustré de l’artiste Voutch", l’inspecteur d’académie s’est attaché à rappeler la richesse de ces textes du Grand Siècle, leur intemporalité, leur universalité, leur place dans les programmes scolaires. Une œuvre et un auteur qu’ils vont avoir l’occasion d’étudier jusqu’au lycée, voire au-delà s’ils s’engagent dans des études littéraires.

Un été avec La Fontaine Ce sont vingt six fables que les élèves sont invités à lire durant "tout l’été", et à en partager la lecture avec leurs familles. Les professeurs de la classe de 6e qu’ils intégreront à la prochaine rentrée auront, dans le cadre de leurs enseignements, la possibilité d’explorer avec eux tout ce petit monde imaginaire que le poète fabuliste fait vivre.

Un temps d’échanges

En s’adressant aux élèves, l’inspecteur d’académie leur a dit à quel point ils avaient de la chance d’être dans une école porteuse de projets. À Bourgogne, il a justement mis à profit sa visite pour échanger avec leurs professeurs de CM2 sur le fonctionnement décloisonné de leurs classes.

Cette année quatre professeurs ont organisé le temps de travail des quatre classes de CM2 suivant un emploi du temps permettant à chaque classe de travailler quotidiennement avec chaque professeur. L’organisation a fait consensus au sein d’une équipe pédagogique stable et est bien comprise par les élèves et leurs parents. S’inscrivant dans la logique du collège, ce dispositif devrait faciliter l’adaptation des élèves en 6e l’année prochaine.

 
mercredi 3 juillet 2019

Quatrième édition du concours "Dessine-moi un artisan !"

Jeudi 27 juin 2019, la Chambre de métiers interdépartementale de Franche-Comté a organisé la cérémonie de remise des prix du concours "Dessine-moi un artisan !".

Dans le prolongement de la Semaine nationale de l’artisanat, qui s’est déroulée du 2 au 6 juin 2019, la Chambre de métiers et de l’artisanat a organisé la quatrième édition du concours "Dessine-moi un artisan !".

Quatrième édition du concours "Dessine-moi un artisan !" Qualité, proximité, conseil, convivialité… ruraux et citadins sont attachés à l’artisanat et au commerce de proximité. À quoi ressembleraient les territoires sans le tissu d’artisans et de commerçants qui les animent au quotidien ? Les entreprises artisanales luttent contre la détérioration du mode de vie dans les territoires et contribuent au maintien d’une vie sociale de proximité.

La noblesse du travail manuel et l’idée de créer doivent être communiquées aux enfants dès leur plus jeune âge : ce concours a pour but d’éveiller leur curiosité sur les métiers, en les amenant à découvrir les hommes et les femmes qui composent l’artisanat.

Dix-huit classes de CE2, CM1 et CM2 ont participé à la quatrième édition

- 1 classe de CM1/CM2 l’ecole élémentaire La Cluse et Mijoux
- 1 classe de CM1/CM2 l’école du Jura Vert de Boujailles
- 1 classe de CE2/CM2 l’école du Village Montferrand-le-château
- 1 classe de CM1/CM2 l’école Thoraise
- les classes de CM1 et CM2 l’école Dürer Besançon
- 2 classes de CM1/CM2 l’école Voivre - Victor Hugo d’Exincourt
- 1 classe de CM1/CM2 de l’école primaire publique P.U Cordier d’Amancey
- 1 classe de CM2 de l’école du Centre de Sochaux
- 1 classe de CM2 l’école Xavier Marmier Frasne
- 1 classe de CE1/CE2/CM1/CM2 de l’école élémentaire de Sourans
- 1 classe de CM1/CM2 de l’école des Sapins de Besançon
- 1 classe de CM2 l’école Louis Pergaud Morteau
- 1 classe de CM1/CM2 l’école élémentaire d’Ecot
- les classes de CE2/CM1 et de CM1/CM2 de l’école Nelson Mandela de Roset-Fluans.

354 dessins ont été réalisés par les enfants

Par le biais de ce concours, la Chambre de métiers et de l’artisanat a souhaité connaître la représentation que se font les enfants des métiers de l’artisanat : cette année encore, le boulanger est le plus connu de tous avec 37 dessins, suivi par le pâtissier (29 dessins) et le maçon (21 dessins). Au total, 43 métiers de l’artisanat ont été représentés.

Le jury, composé de Bernard Barthod, président de la délégation du Doubs de la Chambre de métiers et de l’artisanat interdépartementale de Franche-Comté, Chantal Maire, élue de la délégation du Doubs, Émile Chabod, vice président de la Fenarac du Doubs, Virginie Chessel, directrice de la Cma 25, Catherine Bongain, chargée de développement économique à la Cma 25, a récompensé les plus belles représentations.

En savoir plus - Dossier de presse

Premier prix

Classe de CM1, école Cordier d’Amancey
Quatrième édition du concours "Dessine-moi un artisan !"

Deuxième prix

Classe de CM1, école Voivre Victor Hugo d’Exincourt
Quatrième édition du concours "Dessine-moi un artisan !"

Troisième prix

Classe de CM2, école du Centre de Sochaux
Quatrième édition du concours "Dessine-moi un artisan !"

Contact

Chambre de métiers et de l’artisanat interdépartementale de Franche-Comté Délégation du Doubs
Tél. : 03 39 21 22 23
Courriel
Site

 
mardi 2 juillet 2019

DNB, session 2019

Les épreuves écrites du diplôme national du brevet (DNB) des collèges les lundi 1er et mardi 2 juillet ouvrent la session 2019 de ce premier examen de la scolarité qui évalue les connaissances et les compétences acquises à l’issue de la scolarité obligatoire, en classe de 3e de collège.

Les candidats

Dans le département du Doubs, 6 511 candidats (scolaires et individuels) sont inscrits aux épreuves du DNB. Parmi les candidats :
- 209 sont scolarisés dans un établissement relevant du ministère de l’agriculture et de l’alimentation,
- 6 302 le sont dans l’éducation nationale : 5 988 dans la série générale de collège et 314 dans la filière professionnelle.

Les épreuves

Le diplôme national du brevet (DNB) repose sur :
- les évaluations du contrôle continu,
- les épreuves écrites de français, mathématiques, d’histoire-géographie enseignement moral et civique (EMC), de sciences et sur une épreuve de langue vivante uniquement pour les candidats individuels),
- une épreuve orale uniquement pour les candidats scolaires qui consiste en la présentation à l’oral d’un exposé préparé dans l’un des parcours éducatifs, (parcours avenir, citoyen, d’éducation artistique et culturelle, de santé) ou d’une productions réalisée dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires.
Des aménagements aux épreuves sont prévus pour certains candidats, en situation de handicap notamment.

Les résultats

Publication des résultats le mercredi 10 juillet 2019, 14 h.

Tous les résultats en ligne sur le site académique.

Une session de remplacement des épreuves écrites et orale est prévue en septembre 2019.

Retrouvez l’essentiel du DNB dans l’académie, dans le dossier de presse, 28 juin 2019.

Tout savoir sur la session 2019 - MENJ

 
lundi 24 juin 2019

Le livre dans tous ses états dans les écoles des Chaprais

Des lectures de toutes sortes, mises en scènes, mises en voix, mises en espace : jeudi 13 juin, dans les deux écoles maternelle et élémentaire des Chaprais à Besançon, c’était journée banalisée autour du livre et de l’écrit.

Une journée pas comme les autres

Le livre dans tous ses états dans les écoles des Chaprais Assis sur des coussins, par terre ou sur des chaises, des illustrations et des albums disséminés tout autour d’eux dans la bibliothèque centre documentaire, la salle de motricité, le préau couvert, les 423 élèves, tous niveaux confondus, ont fait le plein d’histoires, d’images, d’émotions, de musique, aussi. Un ravissement qui se lisait sur les visages, des enfants comme des plus grands. Tous les recoins communs des locaux scolaires, et ils ne manquent pas, avaient été investis pour installer les différents espaces de lecture avec le concours des partenaires qui se sont volontiers prêtés au jeu.

Une dizaine d’espaces mis en scène étaient à découvrir, certains plutôt destinés aux petits de la maternelle, d’autres pour les plus grands de l’élémentaire : plusieurs univers de contes ("Camille le papillon", "Roulé le loup", "Les trois petits cochons" sous la forme de Raconte Tapis) animés par les bibliothécaires de la médiathèque Pierre Bayle, un parcours de motricité (le voyage de l’escargot) , les espaces cadavres exquis, marque-page, Kamishibai, genre narratif japonais qui raconte des histoires en faisant défiler des illustrations, la présence de Benoit Perroud illustrateur, sans oublier les lectures de l’association Lire et faire lire. Un arbre à mots et un conte africain ont conclu une journée très appréciée, très réussie.

Le tout dans des échanges ludiques et une mise en espace autant géographique que symbolique qui ne pouvait que stimuler la curiosité, l’intérêt. Ce jour-là, ni exercice, ni évaluation. Juste le plaisir d’écouter, de voir, de partager.

Donner ou redonner le plaisir de lire au cœur des apprentissages

Le livre dans tous ses états dans les écoles des Chaprais Nul doute que la réussite aux apprentissages passe par la maîtrise de l’écrit, et qu’avant de savoir lire et écrire, la familiarisation dès le plus jeune âge avec le livre et le plaisir qui y est associé permettent une entrée progressive dans l’apprentissage de la lecture. La diversité des textes, des situations de lecture, des pratiques de lecteur, dans la classe et hors la classe, vont permettre de faire découvrir les fonctions et le sens de l’écrit, de développer l’imaginaire, des capacités d’écoute, de concentration, de mémorisation, d’accéder aux savoirs et à l’autonomie.

Cette journée mobilise pleinement les axes et les objectifs du projet d’école commun aux écoles maternelle et élémentaire : assurer un parcours de réussite à chaque élève notamment par le langage dans toutes ses dimensions (cycle 1) et la maîtrise de l’expression et de la compréhension orales et écrites (cycle 2 et 3). La pratique du décloisonnement inter-cycles, particulièrement entre la grande section et le cours préparatoire, que favorise la stabilité des équipes pédagogiques, interroge par ailleurs les pratiques professionnelles. Le partenariat avec les structures culturelles et associatives contribue à construire les conditions d’une prise en charge éducative cohérente.

Cette journée s’inscrit pleinement dans les initiatives destinées à susciter le goût de la lecture soutenues par le ministère de l’Éducation nationale.

 
vendredi 21 juin 2019

Patrice Durand, nouvel inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale du Doubs

Patrice Durand a pris ses nouvelles fonctions le 28 mai 2019. Il succède à Jean-Marie Renault qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Patrice Durand, nouvel inspecteur d'académie, directeur académique des services de l'académie du Doubs En tant que IA-DASEN, il a en charge, sous l’autorité du recteur de l’académie de Besançon, le pilotage de la politique éducative dans le département du Doubs.

Patrice Durand exerçait depuis 2016 les fonctions d’inspecteur d’académie adjoint à la direction des services départementaux de l’éducation nationale de l’Eure.

Il débute sa carrière comme professeur de physique et de chimie. Il exerce ensuite au centre national d’enseignement à distance CNED à Vanves puis à la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) à Paris avant de devenir inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional dans l’académie d’Aix-Marseille puis dans celle de Créteil.

L’inspecteur d’académie travaillera aux côtés de tous les personnels du premier et du second degré pour favoriser les conditions d’apprentissage des élèves et d’exercice des enseignants dans le respect de l’équité départementale.

 
lundi 17 juin 2019

Baccalauréat, session 2019

Le jour J est arrivé ! La traditionnelle épreuve écrite de philosophie a lancé ce matin la session 2019 du Baccalauréat. 12 978 candidats scolaires et non scolaires sont attendus dans les centres d’examens de l’académie, 5 172 dans ceux du Doubs.

Créé en 1808, le baccalauréat, dans notre système éducatif, valide tout à la fois la fin des études secondaires et l’accès à l’enseignement supérieur. Il constitue le premier grade universitaire. L’examen est national et annuel. Il se déroule à l’issue de l’année de terminale.

Les candidats

Au total, 5 172 candidats scolaires et non scolaires de l’éducation nationale et de l’agriculture sont inscrits dans le département du Doubs et répartis comme suit :
- 3 064 candidats dans la filière générale (séries économique et sociale, littéraire et scientifique)
- 1 059 candidats dans la filière technologique (séries sciences et technologies santé et social, design et arts appliqués, hôtellerie et restauration, industrie et développement durable, laboratoire, management et gestion, musique et danse).
- 1 049 dans la filière professionnelle (secteur de la production et secteur des services).

Les épreuves

Les épreuves écrites, tous baccalauréats confondus, vont se dérouler du 17 jusqu’au lundi 24 juin. Les épreuves écrites anticipées auront lieu les 17 et 19 juin. Les dispositifs de sécurité sont reconduits. Des aménagements sont prévus pour certains candidats tout en respectant le principe d’égalité entre tous, des dispositions ont été prises pour offrir une deuxième chance aux lycéens dits "décrocheurs" et pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur.

Les résultats

Publication des résultats

- résultats du 1er groupe : 5 juillet 2019 (9 h pour le baccalauréat professionnel, 10 h pour le baccalauréat général et 11 h pour le baccalauréat technologique)
- résultats du 2e groupe : 9 juillet pour les séries générales et technologiques, 10 juillet à 14 h pour la filière professionnelle.
- résultats des épreuves anticipées : 10 juillet à 15 h

Tous les résultats en ligne sur le site académique

Consultation des copies possible. Retrouvez l’essentiel du baccalauréat dans le dossier de presse, 11 juin 2019. 9 pages + 3 annexes.

Baccalauréat : tout savoir sur la session 2019

 
vendredi 7 juin 2019

Quand les lycéens de Xavier Marmier mènent l’enquête

Comme de vrais chercheurs qu’ils seront peut-être plus tard, des élèves de seconde du lycée Xavier Marmier à Pontarlier ont travaillé sur l’acide désoxyribonucléique (Adn) au laboratoire universitaire de biochimie moléculaire sur le campus de La Bouloie à Besançon.

Dans la peau du chercheur

"Caractériser différents génotypes (profils Adn) et identifier le profil d’un individu inconnu par l’étude de la digestion de l’Adn par des enzymes de restriction", telle était la tâche que devaient réaliser, le 27 mai dernier, les 23 lycéens, sous la houlette bienveillante de leur professeur de SVT, Benoît Prioul-Saida mais aussi d’Annick Fraichard, maître de conférence en biochimie et biologie moléculaire, assistée de Valérie Pérez, technicienne de recherche et de formation, , puisque c’est dans leur salle de travaux pratiques qu’ils ont fait leurs expérimentations.

Quand les lycéens de Xavier Marmier mènent l'enquête Pour les dix-huit lycéens de seconde et les sept de classe de première qui se sont joints à eux, il s’agissait de respecter le protocole de recherche : extraire l’Adn (acide désoxyribonucléique) contenu dans le noyau d’une cellule d’un individu à identifier et des suspects (Adn, molécule fondamentale, support de l’information génétique de tout être vivant), engager le processus d’amplification en chaîne de cet Adn par la technique de la polymerase chain reaction. Il a fallu ensuite procéder à un restriction fragment length polymorphism et comparer les résultats. Les élèves ont réalisé les manipulations puis comparer les différents génotypes. La vérification et l’exploitation des résultats ont permis in fine de confondre le suspect recherché !

Les éléments chimiques, la cellule, l’information génétique et l’Adn sont des notions du vivant enseignées en classe de seconde. Tout cela s’apprend en cours, mais rien ne remplace les travaux pratiques pour mobiliser les connaissances et la démarche scientifique. Il existe d’ailleurs un atelier génome au lycée pour les élèves passionnés, comme les sept lycéens de première présents ce jour-là. Mais manipuler de l’Adn dans une salle de travaux pratiques de l’université et utiliser les équipements et du matériel de professionnels (micropipettes, centrifugeuse, thermocycleur…) a été un réel privilège pour tous. Cette journée a aussi été l’occasion de visiter le laboratoire de recherche universitaire de biochimie biologie moléculaire de l’UFR Sciences qui fait partie de l’Institut Right, unité Inserm Umr1098 qui travaille sur un processus de dégradation cellulaire appelé autophagie afin d’étudier son rôle dans le développement des cancers.

Quand les lycéens de Xavier Marmier mènent l'enquête "J’ai beaucoup aimé cette journée, particulièrement intéressante et instructive […] qui nous a permis de découvrir la fac et le campus, […] d’apprendre des choses que l’on ne connaissait pas […], de nouvelles manipulations, de nouvelles connaissances sur l’Adn. […] Une bonne impression du labo. Merci.", nous ont confié plusieurs élèves.

"Une classe, un chercheur"

Un privilège qui a été rendu possible grâce au dispositif "une classe, un chercheur", dans lequel Benoît Prioul-Saida y inscrit ses activités pédagogiques de biologie moléculaire : "C’est une véritable opportunité pour nos élèves qui ont choisi un enseignement d’exploration autour des biotechnologies. En effet, pouvoir se rendre et manipuler dans une université dans les conditions d’un étudiant de licence permet d’illustrer et de démystifier les études supérieures en sciences. De plus, dans un contexte où on demande à nos élèves de se positionner dès la fin de seconde sur les disciplines qu’ils souhaitent poursuivre au lycée, cela permet d’esquisser les contours d’une voie possible après le bac. Même si pour les élèves, c’est le midi et le repas au restaurant universitaire qui est l’élément fort de la journée !".

Les objectifs de ce dispositif sont multiples. Il permet tout au long de l’année scolaire de mettre en œuvre des activités qui favorisent la connaissance de la science et de la recherche, de mettre en évidence les liens entre les contenus d’enseignement au collège et au lycée et les thèmes de recherche dans les laboratoires, de donner du sens, rendre les cours plus concrets. Il contribue à donner des Sciences de la vie et de la Terre l’image d’une discipline attractive et en phase avec son temps, à susciter de l’appétence pour les études scientifiques, des vocations peut-être. Il participe de facto à la construction du parcours Avenir et aux choix d’orientation de chacun. En somme, "une classe / une chercheur" permet de faire découvrir l’univers de l’enseignement supérieur et de la recherche, les formations universitaires, le métier de chercheur.

Quand les lycéens de Xavier Marmier mènent l'enquête Le dispositif repose sur le tandem, un enseignant ou une équipe pédagogique du secondaire et un enseignant-chercheur de l’université. Il porte sur les disciplines scientifiques, physique, chimie, sciences de la vie et de la Terre, en l’occurrence ici la biochimie, mais aussi en lettres classiques. En pratique, un chercheur ou un enseignant-chercheur rencontre une classe ou un groupe de collégiens ou lycéens sur un sujet qui se raccroche au programme de recherche universitaire. Les échanges peuvent avoir lieu dans l’établissement scolaire ou au sein d’un "labo".

Les activités pédagogiques de biologie moléculaire peuvent se conduire dans d’autre cadres institutionnels, tel que "Génome à l’école", une opération conçue et pilotée par "Sciences à l’école", qui a elle-même pour vocation de soutenir et inciter des projets de culture scientifiques dans l’enseignement du second degré (collèges, lycées, lycées professionnels, classes préparatoires) et de contribuer ainsi au développement des vocations scientifiques chez les jeunes.

Contact

25
Lycée polyvalent
Xavier Marmier - Pontarlier
Informations complètes

 
mercredi 5 juin 2019

Rencontre avec le recteur

Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, est venu à la rencontre de l’équipe administrative de la DSDEN du Doubs chargée de la gestion des opérations de mobilité des enseignants du premier degré.

Accueilli par l’inspecteur d’académie, Patrice Durand, accompagné de ses collaborateurs, Dominique Mielle et Yann Chevallereau, le recteur a tenu à venir saluer l’investissement des agents de la division des personnels du premier degré dans la préparation des affectations pour la prochaine rentrée scolaire.

 
jeudi 23 mai 2019

Et si nous partagions les langues ?

La semaine des langues offre l’occasion de mettre en lumière la pratique des langues étrangères et la diversité linguistique dans les établissements scolaires. Retour sur les actions menées dans les écoles Jean-Macé et Helvétie ainsi qu’au lycée Pasteur à Besançon, où partager les langues prend tout son sens.

Après l’effort ? Die Gummibärchen !

L’école maternelle Helvétie fait partie depuis trois ans du réseau franco-allemand des écoles maternelles bilingues. Une centaine au niveau national, la seule dans le Doubs et l’académie. Son inscription au programme Élysée 2020 permet de proposer aux jeunes élèves une sensibilisation à l’allemand dès les premières années de scolarité. La présence de Johanna, assistante native de Coburg en Bavière, pendant six mois de l’année scolaire, à raison de cinq heures par semaine et celle de Krystel, professeure des écoles chargée de l’enseignement de l’allemand à Helvétie, apportent les ressources nécessaires et un semblant d’immersion.

Et si nous partagions les langues ?À quelques encablures, le lycée Pasteur (Johanna y intervient quatre heures par semaine) et sa section européenne d’éducation physique et sportive en langue allemande. Dans son contenu pédagogique spécifique, un enseignement théorique et la conduite de projets concrets ciblés sur une problématique, telle que sport et santé, sport et politique … Cette année encore, c’est la thématique Sports et publics qui mobilise la classe.

De la rencontre du directeur de l’école maternelle, Benoît Sire, et de son équipe avec les professeurs de la section européenne du lycée, Julien Fabrègues en EPS et Sigrid Martinet en allemand, a germé l’idée de mettre en connexion leurs projets pour faire vivre la langue allemande, lui donner tout son sens et sa cohérence : "les enfants sont des éponges. Ils apprennent à vitesse grand V sans se soucier à quelle langue ils doivent avoir recours selon les contextes. Ensuite, l’idée est d’intéresser ces futurs citoyens tout d’abord à leur environnement proche - pour le Lycée Pasteur - puis à l’Europe, voire au monde entier. Le respect de l’autre passe par l’intérêt qu’on lui accorde. Apprendre une langue étrangère, c’est se décentrer et s’adapter le cas échéant", explique Benoît Sire.

Et si nous partagions les langues ? S’ouvrir et s’adapter à l’autre figurent parmi les nombreux objectifs des Olympiades, dont c’était tout récemment la troisième édition. Le principe repose sur des séances de motricité un peu particulières pour les élèves de la maternelle : des séances tout en allemand et conduites par leurs aînés de la section européenne qui les ont conçues, préparées, organisées, et pour lesquelles ils ont été formés. Car animer des situations avec de jeunes enfants ne s’improvise pas !

Quand bien même sont-ils accompagnés de leurs enseignants. Vendredi 10 mai, trente lycéens intervenaient auprès des soixante dix élèves de moyenne et de grande section répartis par rotation dans les six jeux installés dans la cour : ein Staffellauf sur le thème du Far-West, ein Twister, Fisch und Fischer, Obstsalat, fang die Farben, Ein, zwei, drei … Sonne ! Chaque atelier associait un effort physique (un mouvement, un déplacement), des consignes en allemand et du lexique, tels que les premiers nombres (ein, zwei, drei), les couleurs élémentaires (blau, rot, gelb, lila), des fruits (Apfel, Banane, Kirsche ...), des parties du corps (Hand, Fuß …).

Retrouvez les bons moments de cette rencontre et les témoignages des participants que Louise, Marie et Marie, lycéennes, restituent dans leur reportage, en allemand bien sûr !
Classe européenne - lycée Pasteur

Minions en danger et disparitions inquiétantes !

Une toute autre activité a été proposée aux élèves des écoles élémentaires Jean Macé et Helvétie à Besançon dans le cadre de la semaine des langues par les professeures des écoles en UPE2A, Séverine Estavoyer à Jean Macé et Monia Berkani à Helvétie. Même si l’intrigue du jeu Escape Game diffère d’une école à l’autre, le principe et les objectifs sont les mêmes : résoudre plusieurs énigmes dans un temps imparti pour faire prendre conscience des langues qui existent dans le monde et qui s’entendent parfois dans l’école (albanais, allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, italien, russe et fidjien), et pourquoi pas donner l’appétence pour les apprendre.

À Helvétie, des disparitions inquiétantes !

Le sort des langues est entre les mains des enfants ! Quatre énigmes à résoudre, sept minutes chacune pour reconstituer le code à quatre chiffres permettant d’ouvrir le coffre dans lequel sont retenues prisonnières les langues du monde. Tâches à accomplir : mettre en correspondance un chant et une langue, associer un message oral à une langue parlée dans l’école et à une image représentant une émotion, calculer un prix d’achat et associer la somme à la gestuelle chinoise des nombres et à sa prononciation, reconstituer un alphabet à partir d’un modèle proche (cycle 2) ou éloigné (cycle 3). Par groupes (les Alpha, Gamma, Omega et Epsilon), les élèves devaient coopérer, mettre en place des stratégies, mobiliser leurs connaissances et leurs compétences (compréhension orale, reconnaissance d’écritures, découverte et utilisation de système de comptage différent), en somme tout mettre en œuvre pour libérer les langues et redonner vie à l’arbre polyglotte.

À Jean Macé, des minions en danger !

Et si nous partagions les langues ?Ces personnages jaunes et attachants ont été empoisonnés ! Seul un minion a été épargné. La mission confiée aux élèves de l’école était de trouver le code du coffre dans lequel était enfermé l’antidote. Trois énigmes à résoudre, trente cinq minutes chacune. Le minion rescapé et les élèves de CP, CE1-CE2 et CM1 ont dû voyager dans trois pays. Au Pérou, les élèves se sont familiarisés à la sonorité de la langue espagnole en mémorisant des noms d’animaux. En Chine, ils ont appris à compter jusqu’à dix en mandarin. Au Maroc, ils ont découvert l’alphabet arabe et ont pu s’initier à la calligraphie. En fouillant les différentes salles de l’école, en mettant en place là encore des stratégies et en collaborant pour être efficaces, les quatre classes ont réussi à sauver les minions.

Toutes les élèves ont eu très à cœur de participer à l’Escape Game. Il faut dire que les jeux étaient stimulants avec une petite dose de compétition, qu’ils suscitaient de la curiosité, voire de l’étonnement pour d’autres modèles linguistiques parfois très proches du nôtre, comme le roumain ou l’italien.

Pour promouvoir les langues étrangères, d’autre dispositifs et ressources existent.

Contact

Béatrice Renault, conseillère pédagogique pour l’enseignement des langues à l’école à la DSDEN du Doubs
Tél. : 03 81 65 48 54
Courriel

 
mercredi 22 mai 2019

Et pourquoi pas les championnats de France UNSS ?

Pour sa première sortie officielle, l’inspecteur d’académie du Doubs, Patrice Durand, a ouvert les championnats départementaux d’athlétisme de l’UNSS. Plus de 620 élèves venus de tout le département se sont retrouvés mercredi 15 mai sur le stade Léo Lagrange à Besançon.

29 collèges publics et privés y étaient représentés. Objectif : se qualifier pour les championnats de France !

Une belle journée sportive et festive

En donnant le départ de la toute première épreuve sportive, la course de relais, l’inspecteur d’académie a lancé la compétition. Au programme : des courses, des lancers et des sauts tout au long de la journée.

Et pourquoi pas les championnats de France <abbr title="Union nationale du sport scolaire">UNSS</abbr> ? Parmi les concours qui se sont déployés par rotation, chaque athlète avait eu à choisir, en plus de la course de relais, une course, un lancer et un saut ; plusieurs spécialités au choix : un 1 000 m en série, un 100 m, un 80 m ou un 50 m haies, un lancer de disque, de poids ou de javelot, un saut en hauteur, en longueur ou le triple saut. Que ce soit en équipe benjamine ou minime, composée chacune de quatre à six collégiens avec au moins deux filles et deux garçons, chacune et chacun ont pu donner le meilleur d’eux-mêmes pour tenter de faire gagner leur équipe.

Sont arrivées en tête les équipes minimes mixtes des collèges Victor Hugo, Diderot, Saint-Joseph à Besançon et Grenier à Pontarlier et en tête des benjamines mixtes, les équipes des collèges de Châtillon-le-Duc, Besançon Voltaire et Camus et Baume-les-Dames. Le classement se fait à partir du total des points obtenus par chaque athlète par équipe dans sa catégorie. Les meilleurs d’entre eux pourront être qualifiés directement pour le championnat de France qui se déroulera en juin prochain à Poitiers. Tout dépendra des résultats des championnats d’athlétisme de tous les départements. Suspens donc !

Une grande mobilisation humaine et logistique

L’inspecteur d’académie avait tenu à rencontrer les professeurs et à échanger avec les élèves, prenant ainsi la mesure de l’investissement des uns et de la motivation des autres. "Cette journée n’aurait pu avoir lieu sans une grande mobilisation humaine et logistique" souligne Jérôme Broussier, directeur départemental de l’UNSS et conseiller technique auprès de l’inspecteur d’académie. "La ville de Besançon nous apporte tout son soutien pour le bon déroulement de cette journée en mettant à notre disposition ses infrastructures" poursuit-il.

L’encadrement des élèves était assuré par soixante dix huit enseignants d’EPS investis dans l’association du sport scolaire, sans compter les trois personnels de l’UNSS. Pour les assister dans le déroulement des épreuves, l’UNSS a su mobiliser les précieuses ressources de jeunes licenciés. Ces "jeunes officiels" comme on les appelle, au nombre de 68 ce jour-là, avaient au préalable bénéficié d’une journée de formation interne sur les deux secteurs géographiques de Besançon et Pontarlier et à laquelle huit associations sportives de collèges avaient apporté leur concours.

L’UNSS, porteuse de valeurs

Et pourquoi pas les championnats de France <abbr title="Union nationale du sport scolaire">UNSS</abbr> ? Forte de ses 9 431 licenciés à ce jour et de ses résultats aux différentes compétitions, la délégation du Doubs est l’une des plus dynamiques de l’académie, elle-même au niveau national. Mais au-delà de la pratique sportive, au-delà des rencontres sportives qui ponctuent une année scolaire UNSS, il s’agit aussi d’apprentissages, apprentissage de la citoyenneté et de la santé ainsi que de la promotion de nombreuses valeurs éducatives, d’une éthique propices à un bon climat scolaire et à la réussite des élèves.

L’inspecteur d’académie, dans son discours inaugural, s’est attaché à rappeler "les valeurs que véhicule le sport et qui vont au delà du seul terrain de la compétition sportive : la persévérance et le plaisir dans l’effort, la recherche de l’excellence et de la réussite, le respect des autres et de soi-même, le partage et l’amitié" ; des valeurs éducatives, culturelles et citoyennes que l’on retrouve dans toutes les rencontres de l’UNSS et qui sont au cœur de sa mission.

Contact

Jérôme Broussier,
Directeur de l’UNSS du Doubs
Tél. : 03 81 80 61 94
Courriel
Facebook


Galerie

dsden25 CDA Unss2019 Ldisque dsden25 CDA Unss2019 Ljavelot dsden25 CDA Unss2019 Lpoids 2 dsden25 CDA Unss2019 SautL 3 dsden25 CDA Unss2019 courses 1 dsden25 CDA Unss2019 haies 4 dsden25 CDA Unss2019 relais dsden25 CDA Unss2019 sautH dsden25 CDA Unss2019 tripleSaut 1 dsden25 flammeUnss CDA2019


services en ligne

Rester informé

  • Twitter - Les gazouillis de l'académie de Besançon
  • Instagram - académie de Besançon
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Rectorat de l’académie de Besançon
  • Compte dailymotion du Rectorat de l’académie de Besançon