• Région académique Bourgogne Franche-Comté

Rubrique Actualités

jeudi 23 novembre 2017

Feuille de route du numérique

La présente feuille de route témoigne tout à la fois de l’attention portée à la mise en œuvre et à la gestion des actions prévues dans les feuilles de route précédentes "apprendre au et par le numérique" mais également d’une approche intégrative du numérique, pensé et vécu comme catalyseur du changement.

La récente réforme territoriale (loi n° 2015-29 du 16 janvier 2015) relative à la délimitation des régions a installé la nouvelle région Bourgogne Franche-Comté. Cette réforme s’est traduite, pour l’Éducation nationale, par la création de la région académique Bourgogne - Franche-Comté. Un contexte nouveau a émergé avec la mise en place de dialogues stratégiques régionaux en juin 2016 et l’envoi aux recteurs, en octobre de la même année, de feuilles de route où il leur est demandé de mettre en place
des rapprochements inter-académiques notamment et en priorité dans le domaine du numérique éducatif.

Dans cette perspective, les académies de Besançon et de Dijon ont travaillé ensemble, en associant une pluralité d’acteurs académiques (DASEN, Doyens, conseillers techniques…) et partenaires (le, Conseil régional, Canopé…) sur les périmètres, les objectifs, les prérequis, les priorités et les modalités organisationnelles de la coopération à développer et renforcer.

Feuille de route du numérique
DANE de Besançon
DANE de Dijon

 
vendredi 17 novembre 2017

Développer l’éducation artistique et culturelle en Bourgogne-Franche-Comté

Mercredi 15 novembre, les académies de Besançon et de Dijon ainsi que la DRAC Bourgogne-Franche-Comté ont signé une convention de partenariat.

Conformément aux orientations conjointes des ministères de l’Éducation nationale et de la Culture, le développement de l’éducation artistique et culturelle constitue une priorité commune d’intervention.

Une ambition forte : un accès à l’EAC pour 100 % des jeunes

Cet objectif partagé vise un égal accès de tous les élèves à l’éducation artistique et culturelle par la généralisation du parcours d’éducation artistique prévu dans la loi de refondation de l’École de 2013.

Ce parcours repose sur les trois champs indissociables de l’éducation artistique et culturelle : les rencontres avec des artistes, les travaux sur des œuvres, les pratiques, individuelles et collectives, et l’appropriation d’une culture artistique, ainsi que le développement de l’esprit critique.

Un développement sur tous les territoires de la région académique

Dans cette perspective, Jean-François Chanet, recteur de la région académique, Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon et Bernard Falga, directeur régional des affaires culturelles de Bourgogne-Franche-Comté, ont procédé à la signature d’une convention-cadre.

signature de convention rectorats - <abbr title="Direction régionale des affaires culturelles">DRAC</abbr> Par cette convention, les académies de Besançon et de Dijon ainsi que la DRAC Bourgogne-Franche-Comté s’engagent à construire, articuler et renforcer, dans le cadre de leurs compétences respectives, les actions visant au développement de l’éducation artistique et culturelle sur tous les territoires de la région.

Le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, a tenu à remercier "les DAAC de Besançon et Dijon ainsi que leurs coéquipiers de la DRAC pour la préparation de cette convention qui illustre la coopération entre le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de la Culture en Bourgogne-Franche-Comté".

La rectrice de Dijon, Frédérique-Alexandre Bailly, a insisté sur le fait que "cette signature de convention-cadre entre la DRAC et les académies de Dijon et Besançon permet à chaque élève d’accéder à la création".

L’éducation artistique et culturelle de la maternelle au baccalauréat
Éducation artistique et culturelle

 
vendredi 20 octobre 2017

Prix avenir métiers d’art Bourgogne Franche-Comté 2017 : prouesses techniques et diversité

Le 19 octobre, seize candidats ont présenté leurs œuvres devant un jury, composé de membres d’institutions diverses et d’experts en métiers d’art. Un panel de réalisations qui a mis en lumière le savoir-faire et la créativité des jeunes talents de la région.

Le prix Avenir Métiers d’Art INMA vise à encourager et valoriser les savoir-faire spécifiques aux métiers d’art à travers les œuvres réalisées par les élèves de lycées professionnels, d’écoles techniques, les jeunes formés en alternance et les étudiants en écoles d’art.

Ce prix, organisé à l’échelle de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, dispose du soutien de la Fondation Michelle et Antoine Riboud et de la Banque Populaire.

Cette année, sept spécialités ont été représentées :
- pour l’académie de Besançon, l’option "techniques de l’habillage des métiers du théâtre et des spectacles", l’horlogerie et l’ébénisterie ;
- pour l’académie de Dijon, la sculpture ornemaniste, la ferronnerie, l’ébénisterie, l’art et la couture, ainsi que la tapisserie d’ameublement.

Palmarès régional

Prix avenir métiers d'art Bourgogne Franche-Comté 2017 Cette année, en plus de l’attribution des premiers prix, des mentions spéciales ont été décernées afin de reconnaître la diversité des métiers d’art et de valoriser le travail des élèves.

Les prix ont été attribués par niveau :
- niveau V pour les élèves de CAP dans l’année de l’examen.
- niveau IV pour les élèves de BMA, BTM, bac pro dans l’année de l’examen
- niveau III pour les étudiants de BTS, BTMS, DMA dans l’année de l’examen.

En plus d’une dotation de 250 euros, les trois premiers prix régionaux participeront aux prix nationaux qui se dérouleront à Paris au mois de janvier prochain.

Niveau V

- 1er prix : "Nature souveraine" de Caroline Pioge en CAP Sculpteur ornemaniste au lycée François Mitterrand de Château-Chinon (58)

- Mention spéciale : "19.25" de Geoffroy Repplinger en CAP Ébéniste au lycée Les Marcs d’Or de Dijon (21)

Niveau IV

- 1er prix : "La Route du Thé" de Shona Taine en BMA Horlogerie au lycée Edgar Faure de Morteau (25)

- Mentions spéciales : "L’Envol"de Nicolas Harbelot en BMA Ferronnerie d’art au lycée Le Mont Châtelet de Varzy (58) et "La Reine de Cœur" d’Amandine Nuninger en DTMS Habilleuse au lycée Pasteur Mont Roland de Dole (39)

Niveau III

- 1erprix : "Fungi" de Timothée Boyat en DMA Ébéniste au lycée Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne (25)

- Mention spéciale :"Halley" de Charles Routhier-Faivre en DMA Horlogerie au lycée Edgar Faure de Morteau (25)

Félicitations à l’ensemble de ces jeunes gens pour leur travail de qualité qui aura su impressionner les professionnels.

Contacts

Corinne Pontieux, IEN STI Arts appliqués et Métiers d’art
Catherine Kalisky.

 
lundi 16 octobre 2017

Bilan d’activité 2016-2017 de la région académique

Depuis, le 1er janvier 2016, la région académique Bourgogne – Franche-Comté regroupe les académies de Besançon et de Dijon.

Dans le cadre de la réforme, les deux académies ont cultivé leurs nombreux points communs. L’engagement au service de tous les personnels, des élèves et des familles se poursuit ainsi pour améliorer la réussite de tous les jeunes de la région académique Bourgogne – Franche-Comté dans un cadre nouveau et valoriser les meilleures pratiques.

Bilan d’activité 2016-2017 de la région académique

 
vendredi 6 octobre 2017

Apprendre et enseigner avec le numérique

La 4e édition de l’Université numérique d’automne (UNA) s’est tenue mercredi 4 octobre au palais des Congrès de Dijon.

L’UNA est devenue un événement incontournable, "qui s’est imposé de façon vertigineuse", a pu souligner Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, chancelière des universités, lors de la visite inaugurale.

Université numérique d'automne à Dijon La fréquentation, en constante progression depuis la création de ce salon dédié à l’apprentissage et à l’enseignement avec l’outil numérique, "de la maternelle à l’université", témoigne de ce succès. La première année, près de 800 personnes sont venues à l’UNA. Cette année, la barre des 2 500 visiteurs a été franchie !

Ce rendez-vous a désormais "une dimension nationale", selon les propres termes du directeur général du Réseau Canopé, Gilles Lasplacettes.
"Il nous reste à infuser, à pénétrer sur l’ensemble du territoire, au-delà de cette journée", a conclu pour sa part Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des université et recteur de la région académique Bourgogne Franche-Comté.

Co-organisée par Canopé Dijon & Besançon et l’académie de Dijon, l’UNA bénéfice de nombreux partenaires au premier rang desquels la Ville de Dijon, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, le conseil départemental de la Côte d’Or, ainsi que l’Université de Bourgogne, sans oublier les partenaires industriels.


Galerie

Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon Université numérique d'automne à Dijon

 
vendredi 6 octobre 2017

Mobicampus célèbre son premier anniversaire !

Rencontre avec son coordonnateur : Hervé Perrin.

Il y a un an, le 28 septembre 2016, était inauguré le premier campus des métiers et des qualifications de la région académique Bourgogne-Franche-Comté : Mobicampus "Automobiles et mobilités du futur".

À cette occasion, tous les partenaires (membres de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, des collectivités territoriales et des acteurs économiques du Nord Franche-Comté) avaient été accueillis au lycée polyvalent de Montbéliard par le proviseur, Thierry Albertoni et son équipe. Lors de cette journée inaugurale, les parties prenantes avaient pu afficher leur volonté commune de dynamiser l’enseignement secondaire et supérieur et l’emploi, afin de rapprocher le monde de l’enseignement et celui de l’entreprise, mais aussi de donner de l’ambition aux jeunes.

Un coordonnateur opérationnel pour piloter le campus

Mobicampus souffle sa première bougie ! En fin d’année 2016, Hervé Perrin a été recruté comme coordonnateur opérationnel du campus des métiers et des qualifications. Ce dernier est placé sous l’autorité hiérarchique du délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue (DAFPIC) et sous l’autorité fonctionnelle du directeur du GIP (chef de l’établissement) porteur du Mobicampus. Son rôle consiste à accompagner, à développer et à conduire l’installation d’un réseau de partenaires en lien avec l’instance stratégique régionale de coordination du réseau des CMQ, conformément aux objectifs du Mobicampus et de la région académique.

Les missions du coordonnateur s’articulent autour des axes principaux :
- participer à l’installation du Campus des métiers et des qualifications Mobicampus en étroite collaboration avec le comité de pilotage
- animer et développer le réseau des partenaires du Mobicampus
- assurer le pilotage opérationnel du Mobicampus et pédagogique du réseau

Entretien avec Hervé Perrin, coordonnateur de Mobicampus

Monsieur Perrin, pouvez-vous nous présenter votre parcours en quelques mots ?

Natif de Montbéliard, l’automobile a marqué ma jeunesse. J’ai derrière moi dix-huit années devant des élèves et également quatre années dans le secteur de l’industrie.
Le concept des campus des métiers et des qualifications m’a tout de suite séduit.
Durant mes années en lycée professionnel j’ai toujours apprécié les contacts avec les professionnels et j’ai souvent mis en œuvre des actions permettant de rapprocher le système éducatif des entreprises (partenariats divers).

Mobicampus souffle sa première bougie ! Pouvez-vous nous indiquer ce qui vous a amené à candidater pour le poste de coordonnateur du campus des métiers ?

Les multiples missions d’animation et de coordination d’un campus des métiers et des qualifications semblaient parfaitement répondre à mes attentes d’évolution et d’épanouissement professionnels, alors je n’ai pas hésité à candidater.

Comment s’est déroulée votre première année à cette fonction ?

Les premiers mois, j’ai surtout rencontré les partenaires institutionnels, les professionnels ainsi que les organismes de formations pour créer le réseau autour de Mobicampus. Il a été nécessaire de rendre visible ce bel outil avant de pouvoir l’utiliser efficacement.

Comment travaillez-vous avec des partenaires aux profils aussi variés ?

Il est essentiel d’être à l’écoute des différents professionnels et d’adapter en conséquence notre offre de formation pour répondre aux besoins liés à la révolution numérique que nous sommes en train de vivre.

Quelles sont vos ambitions pour le Campus ?

Il y a une multitude de nouveaux métiers qui vont apparaitre, en lien avec ces nouvelles technologies, et nous essayons d’en informer et d’y intéresser un large public. L’industrie automobile est en pleine mutation et les offres de services, liées à l’utilisation des véhicules, en pleine effervescence.
Aujourd’hui, tout est mis en œuvre pour que Mobicampus soit reconnu et puisse vraiment rayonner sur le plan local. Nous essayerons, dans un second temps, d’étendre son périmètre d’action jusqu’à l’international.

Contact

Hervé Perrin, coordonnateur opérationnel de Mobicampus

25
Lycée polyvalent
Germaine Tillion - Montbéliard
Informations complètes

 
jeudi 5 octobre 2017

Siège du futur CROUS de Bourgogne-Franche-Comté : officialisation de la décision

Par lettre datée du 26 janvier 2016, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a confié aux directeurs des CROUS de Besançon et de Dijon la mission de préparer leur fusion pour 2018.

En novembre 2016, il a été décidé de ne pas dissocier les cas de la Normandie et de la Bourgogne-Franche-Comté, de décaler la date d’effet des deux fusions au 1er janvier 2019 et de reporter le choix du siège.

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation vient de décider que, dans les deux cas, le siège serait fixé au chef-lieu de la région académique, Besançon pour la Bourgogne-Franche-Comté, Caen pour la Normandie.

Le recteur de l’académie de Besançon et la rectrice de l’académie de Dijon tiennent à saluer l’action du directeur du CROUS de Dijon, Hervé Bronner, dans la première phase de la fusion. Ils seront aux côtés de la directrice pré-figuratrice, Dominique Froment, pour aider au succès d’une fusion qui permettra d’améliorer la qualité des services offerts et de mieux répondre aux attentes des étudiants, contribuera à la cohérence de la politique de site de l’Université Bourgogne-Franche-Comté et renforcera l’attractivité du territoire régional.

 
lundi 2 octobre 2017

Séminaire interacadémique de formation des personnels d’encadrement pédagogique

Mercredi 27 septembre, un séminaire interacadémique de la formation des chefs d’établissements d’accueil, des référents de formation et des tuteurs s’est déroulé au lycée Jacques Duhamel de Dole.

Cette journée de formation inter-académique était destinée aux accompagnateurs de la formation. Elle traduit l’importance de cette fonction d’accompagnement pour l’institution.

Le matin, deux axes ont été abordés :
- "Présentation de la formation statutaire et d’adaptation à l’emploi des personnels d’encadrement pédagogique : l’apprenant au centre de son parcours de formation"
- "Les enjeux de l’accompagnement des chefs d’établissements d’accueil, référents et tuteurs"

Séminaire inter-académique du 27 septembre à Dole

L’après-midi était dédié à des travaux en ateliers :
- pour les inspecteurs, "Les situations professionnelles de référence de l’inspecteur en lien avec les pôles de professionnalisation"
- pour les personnels de direction, "les situations professionnelles de référence et les niveaux de complexité ; le rôle du chefs d’établissements d’accueil, du référent / sur quel lieu de formation ? "

L’ESENESR s’est associé au pilotage académique dans cette démarche de professionnalisation des accompagnateurs.

La formation des personnels d’encadrement

Séminaire inter-académique du 27 septembre à Dole Annuellement, les recteurs arrêtent un plan de formation académique en cohérence avec le cahier des charges national fixé par l’ESENESR.

Chaque académie pilote son plan de formation académique établi en intégrant les priorités des recteurs. Ce pilotage vise à favoriser l’acquisition d’une culture commune de l’encadrement pédagogique en lien avec les évolutions des métiers ainsi qu’une déontologie professionnelle nécessaires à l’exercice des missions confiées aux personnels de direction et inspecteurs.

L’enjeu de la formation est important car celle-ci vise une professionnalisation centrée sur le pilotage pédagogique et éducatif des établissements et des écoles au service de la réussite de tous les élèves.

Contact

Roseline Lamy Au Rousseau, IA-IPR établissements et vie scolaire, déléguée académique à la formation des personnels d’encadrement

 
lundi 2 octobre 2017

Séminaire interacadémique des inspecteurs : le climat scolaire à l’ordre du jour

Ce premier séminaire interacadémique et inter-collèges des inspecteurs des académies de Besançon et Dijon s’est tenu le 25 septembre, à l’atelier Canopé Dijon.

Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, recteur de la région académique Bourgogne-Franche Comté et Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, ont ouvert ce séminaire placé sous le thème "Climat de classe, climat scolaire : quel accompagnement par les inspecteurs à l’aune du protocole parcours professionnels, carrières et rémunérations" ?

Mettre en synergie les actions de tous les acteurs

Les conférences et ateliers de cette journée ont permis d’interroger les pratiques des inspecteurs autour de thématiques clefs dans la notion de climat scolaire et inhérentes à leurs missions :
- la lutte contre les discriminations et les stéréotypes
- la coopération entre acteurs et entre pairs à tous les niveaux
- l’accompagnement des équipes au regard des objectifs à atteindre en termes de climat scolaire
- la centration sur la classe comme le lieu d’action privilégié pour un climat scolaire serein dans tout l’établissement
- le développement de la confiance, de la bienveillance et de l’exigence par, et entre, différents acteurs (élèves, professeurs, inspecteurs)
- l’innovation au service de l’amélioration du climat scolaire.

Programme de la journée

Vers l’inspecteur-accompagnateur collectif des acteurs sur les plans individuel et collectif

Au cours de la matinée, quatre intervenants ont pu apporter leur expertise. Dans leur allocution, Pascale Costa, IGEN du groupe sciences et techniques industrielles, correspondante académique de l’académie de Besançon et Christophe Marsollier, IGEN du groupe éducation et vie scolaire ont exposé le PPCR et l’évolution du métier d’inspecteur. Ils ont notamment insisté sur le fait de ne pas séparer les missions pédagogiques des missions éducatives.

Jean Heutte, maître de conférences en Sciences de l’éducation au Laboratoire Trigone - du centre interuniversitaire de recherche en éducation de Lille I – Sciences et technologies, a proposé une conférence intitulée : "Construire un environnement optimal d’apprentissage et de travail : contributions scientifique, éthique et pragmatique des Sciences de l’éducation au pilotage de l’innovation dans le service public d’éducation".

Séminaire interacadémique des inspecteurs : le climat scolaire à l'ordre du jour Pour conclure cette matinée de séminaire, Pierre Pilard, IA-IPR de lettres dans l’académie de Nantes, membre de la mission ministérielle de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire, est, quant à lui, intervenu sur la thématique "Améliorer le climat scolaire dans les établissements : ce que peuvent apporter les inspecteurs". Il a cherché à apporter des réponses à deux questions : "Pourquoi et comment articuler climat scolaire et apprentissages ? Quels rôles possibles pour les inspecteurs, dans le cadre de l’évaluation des pratiques individuelles (PPCR), dans celui de l’accompagnement des établissements, dans celui de l’offre de formation ?"

L’après-midi, huit ateliers, co-animés par des experts et des inspecteurs des deux académies, ont permis d’approfondir la réflexion sur le climat scolaire :
- Quels observables/indicateurs pour évaluer le climat de classe ?
- Comment prévenir les discriminations ?
- Quelle dynamique d’équipe pour un meilleur climat scolaire ?
- Confiance, bienveillance et exigence : comment les conjuguer ?
- Quelles coopérations entre les acteurs ?
- Comment innover dans le domaine du climat scolaire ?
- Le parcours citoyen, levier pour refonder une école sereine et citoyenne
- S’intéresser au climat scolaire : nécessité ou trompe l’œil ?

 
lundi 18 septembre 2017

Inauguration de l’école de production de Chalon-sur-Saône

Jeudi 14 septembre, l’école de production de Chalon-sur-Saône a officiellement été inaugurée. La première promotion a fait sa rentrée le 4 septembre dernier.

Cette école forme en priorité des jeunes, âgés de quinze à dix-huit ans en situation de décrochage scolaire, aux métiers de la métallurgie en mécanique et usinage, métiers en tension sur le territoire.

Une véritable école-entreprise de la métallurgie

Inauguration de l'École de production de Chalon-sur-Saône Les jeunes élèves ont été recrutés sur leur motivation, évaluée par le directeur de l’école lors d’entretiens individuels durant l’été, et sur leur intérêt pour le métier, sondé lors de la fabrication d’une pièce simple dans l’atelier.

Dans le cadre de la pédagogie fondée sur le "faire pour apprendre", les élèves passent deux tiers du temps d’enseignement dans les ateliers, à fabriquer des pièces commandées par des entreprises. Le tiers restant est consacré aux enseignements généraux, qui viennent en appui à la pratique. La proximité pédagogique entre la pratique et la théorie se reflète dans les aménagements de l’école : atelier et salles de cours sont dans les mêmes locaux.

Une mobilisation pour la réussite des jeunes et des entreprises

Inauguration de l'École de production de Chalon-sur-Saône L’ambition de l’école est de former des jeunes qui "s’intègreront au monde de l’entreprise comme dans la société", explique Nicolas Prost, son directeur. Les enseignements généraux y contribuent en ouvrant les jeunes sur la société.
Localisée dans le bassin historique de l’industrie métallurgique, l’école répond à une double problématique : former en priorité des jeunes en situation de décrochage scolaire, et résoudre le déficit de main-d’œuvre qualifiée pour les métiers de la métallurgie. Elle participe ainsi à la dynamique économique et sociale du territoire.

Cette école de production, la première en Bourgogne Franche-Comté, a pu voir le jour grâce à l’engagement de ses deux co-créateurs, la délégation régionale EDF et l’UIMM 71, soutenus par l’État, le Conseil régional Bourgogne-Franche-Comté, le Conseil départemental de Saône-et-Loire, le Grand Chalon, la ville de Chalon, le rectorat, le centre de formation des apprentis de l’industrie ; et les entreprises métallurgiques qui ont déjà passé des commandes. Plusieurs de ces entreprises sont intéressées par cette future main-d’œuvre qualifiée.

L’école de production de Chalon-sur-Saône a été inaugurée par Jean-Jacques Boyer, sous-préfet de Chalon-sur-Saône et Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, en présence de Sébastien Martin, président du Grand Chalon, de Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône, et d’EDF et de l’UIMM 71, ses co-fondateurs, du recteur de région académique, recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet et de la rectrice de l’académie de Dijon, Frédérique Alexandre-Bailly.

Contact

École de production de Chalon-sur-Saône
Nicolas Prost, attaché de presse
07 87 78 81 53